Navigation – Plan du site
Open access et Open science
>> Médiation

Qui dépose quoi sur Hal-SHS ? Pratiques de dépôts en libre accès en sciences humaines et sociales

What kind of deposit is made by whom? Practice of open access deposit in social sciences and humanities
Annaïg Mahé et Camille Prime-Claverie

Résumés

Hal-SHS est la partie de la plateforme française HAL pour les sciences humaines et sociales où la production scientifique des chercheurs peut être rendue visible par le dépôt de notices de documents, et éventuellement librement accessible par le dépôt de fichiers associés. Afin de comprendre qui dépose quoi, nous avons moissonné un corpus de 336 160 enregistrements à partir de l’entrepôt OAI de Hal-SHS correspondant aux notices déposées sur la plateforme depuis ses débuts, en 2002, jusqu’à 2016 inclus. Les analyses statistiques effectuées sur ces données nous ont permis d’observer une forte implication des chercheurs dans l’auto-archivage et des différences disciplinaires qui se traduisent par des logiques de dépôts contrastées (communication scientifique directe, archivage, recensement et référencement). Au final, l’étude fait apparaître que la plateforme est davantage utilisée en tant qu’outil de mise en visibilité de la production scientifique, avec le texte intégral comme une simple option, différemment appréciée selon les disciplines.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Une précédente étude sur des données extraites de la plateforme HAL (environ 53 000 notices déposées entre 2002 et 2012) avait permis d’analyser la typologie des dépôts et leur évolution dans le domaine des sciences de la vie (SDV) (Prime-Claverie et Mahé 2014). Dans cette communication, nous nous proposons de travailler sur le corpus des sciences humaines et sociales (SHS).

2Depuis le développement des premiers sites de dépôts, de nombreuses études ont cherché à comprendre le comportement des chercheurs concernant la mise à disposition de leurs productions scientifiques en libre accès. Les objectifs, les méthodologies et les corpus de ces études sont extrêmement variables. La plupart d’entre elles sont basées sur des enquêtes quantitatives et/ou qualitatives auprès des chercheurs afin de comprendre leurs perceptions et leurs pratiques du libre accès en général et des archives ouvertes en particulier. Elles sont souvent multidisciplinaires (Gadd, Oppenheim, et Probets 2003 ; Swan et Brown 2005 ; Creaser et al. 2010 ; Spezi et al. 2013), parfois ciblées sur une ou plusieurs institutions en particulier (Wojciechowska 2006 ; Davis et Connolly 2007 ; Jantz et Wilson 2008 ; Troll Covey 2009 ; Kim 2010), et quelques fois encore sur une seule discipline (Bergstrom et Lavaty 2007 ; Xia 2008 ; Way 2010). Certaines ont cherché à comptabiliser la présence du texte intégral des articles scientifiques sur le web de manière générale, incluant les sites personnels, les archives ouvertes ou la publication dans des revues en libre accès (Hajjem, Harnad, et Gingras 2005 ; B. Björk, Roos, et Lauri 2008 ; B.-C. Björk et Roos 2009 ; Troll Covey 2009 ; Gargouri et al. 2012), ou plus particulièrement sur les sites de dépôts mais en lien avec les politiques institutionnelles d’obligation de dépôts (mandates) afin de mesurer leur impact (Swan et al. 2015). Peu ont spécifiquement porté sur les SHS (Allen 2005 ; Antelman 2006) et il semble y avoir des lacunes en ce qui concerne l’analyse détaillée des pratiques de dépôts à partir de données extraites de plateformes en libre accès.

3La plupart de ces études ont permis d’identifier des variations en nombre et en type de documents déposés liées aux normes et aux cultures disciplinaires, voire sous-disciplinaires (Allen 2005 ; Swan et Brown 2005 ; Antelman 2006 ; Jantz et Wilson 2008 ; Creaser et al. 2010 ; B.-C. Björk et al. 2010 ; Gargouri et al. 2012 ; Spezi et al. 2013 ; Fry et al. 2016), même si ce facteur disciplinaire ne semble pas toujours être le déterminant majeur (Xia 2008 ; Troll Covey 2009).

4La plateforme HAL, à partir de laquelle nous étudions les pratiques de dépôt, a une spécificité par rapport aux autres plateformes existantes : il s’agit d’une infrastructure nationale servant à la fois d’interface pour des sous-ensembles thématiques (tel que Hal-SHS pour les SHS ou selon des types de documents tels que TEL pour les thèses et habilitations à diriger des recherches ou MediHAL pour les images), institutionnels (un certain nombre d’institutions de recherche développant des portails au sein de HAL) ou plus spécifiques encore comme les collections de laboratoires, de revues ou de congrès. Les chercheurs qui y déposent des notices ou des documents sont nécessairement affiliés à un laboratoire qui est lui-même rattaché à des structures de recherche référencées par la plateforme. Cette structure de dépôt permet aux gestionnaires de portails et de collections de définir, de façon manuelle ou automatique, les documents qui seront identifiés comme appartenant à ces différents sous-ensembles, indépendamment les uns des autres ainsi que de celui choisi au moment du dépôt.

5L’analyse de ces données permet de définir, entre autres, les caractéristiques des dépôts selon les disciplines (nombre de dépôts, évolution dans le temps, types de documents déposés, ratio des dépôts en texte intégral versus notices bibliographiques, etc.) et de mesurer l’implication des chercheurs dans l’auto-archivage (dépôts effectués par les chercheurs eux-mêmes ou par des tiers, typologie des tiers déposants).

Objectifs de l’étude

  • 1 Daniel Charnay et Franck Laloë, Centre pour la communication scientifique directe, présentation lor (...)

6Historiquement, le modèle sur lequel s’est développé HAL est celui de la « communication scientifique directe », une approche envisagée au départ par les concepteurs de HAL comme essentiellement « chercheur » : « des archives alimentées directement par les chercheurs avec comme vocation première, la réalisation d’un outil scientifique offrant l’accès au document intégral »1. Rapidement, la plateforme HAL apparaît aussi comme un outil pertinent pour l’administration et la gestion de la recherche grâce à la collecte de métadonnées par différentes institutions, comme le souligne Laurent Capelli (Collectif, 2012).

  • 2 Que nous avons défini comme étant le dépôt d’un texte récent (moins d’un an) par un des auteurs (Pr (...)

7La précédente étude menée en sciences de la vie a permis d’identifier différents types d’acteurs contribuant à la plateforme et de mettre en exergue des modalités de dépôt différenciées selon le type de contributeur : on y constate notamment une participation assez relative des chercheurs avec seulement un dépôt sur quatre effectué par un des auteurs du document ; un faible taux de dépôt de texte intégral (un dépôt sur quatre) ; l’arrivée de nouveaux types de contributeurs (des plateformes effectuant des dépôts automatiques) et, au final, une logique de « communication scientifique directe » (CSD)2 qui ne correspond qu’à 7 % des dépôts pour ce domaine, illustrant ainsi l’évolution par rapport à l’ambition initiale du CCSD. Les objectifs de cette étude centrée sur les SHS sont :

  1. d’identifier et d’évaluer la participation des différentes catégories d’acteurs contribuant sur HAL ;

    • 3 Voir partie Méthodologie.

    de définir les logiques de dépôts : CSI (communication scientifique immédiate), archivage, référencement, recensement3 ;

  2. de comparer les logiques disciplinaires de participation et de dépôt ;

  3. de croiser et de comparer les logiques de dépôt en fonction des types d’acteurs.

Méthodologie et corpus

Constitution du corpus

  • 4 Exemple de requête OAI-PMH permettant de récupérer les notices déposées en 2014 ou modifiées pour l (...)
  • 5 Pour des raisons de cohérence du corpus, nous avons choisi de ne pas traduire les intitulés en angl (...)

8La méthodologie mise en place pour cette étude se base sur celle déjà mobilisée pour l’étude de 2013 en SDV : en utilisant le protocole OAI-PMH, nous avons constitué le 27 janvier 2017 un corpus de 336 160 enregistrements moissonnés à partir de l’entrepôt OAI de Hal-SHS4. Ce corpus rassemble les dépôts (notices avec et sans texte intégral) effectués pour la période 2002-2016. Les notices sont structurées au format XML-TEI, format riche permettant de fournir tout un ensemble d’informations sur les dépôts effectués sur la plateforme parmi lesquelles les auteurs et leurs affiliations, la ou les disciplines, le type de document5, la présence ou non du texte intégral, la ou les versions disponibles, l’identité du déposant ainsi que son adresse de messagerie, la date de dépôt, la ou les collections auxquelles la notice est rattachée, etc.

Niveaux de contribution

9Nous avons développé une méthodologie semi-automatisée permettant de déterminer qui a effectué un dépôt : l’un des co-auteurs, un autre chercheur repéré par ailleurs comme auteur de documents dans notre corpus, un contributeur tiers d’une institution (professionnel de l’information, documentaliste, gestionnaire HAL, etc.) ou s’il s’agit d’un versement automatique de documents présents sur d’autres plateformes (d’autres archives ouvertes, plateforme d’éditeurs, etc.). Notre méthode s’appuie sur un script qui procède par comparaison de chaînes de caractères entre les champs « prénom » et « nom » des auteurs et contributeurs. Une analyse manuelle permet d’extraire ensuite pour les contributeurs tiers (non auteur) les plateformes effectuant des dépôts automatiques.

10Pour chaque notice, nous avons identifié qui était à l’origine du dépôt (un des co-auteurs, un autre chercheur, un intermédiaire non chercheur (professionnel de l’information, agent administratif d’une institution de recherche, d’une revue savante, etc.), un dépôt automatique par une autre plateforme.

11Pour chaque notice, l’identification du type de déposant nous a permis de déterminer un niveau de contribution, plus ou moins éloigné de l’objectif initial de communication scientifique directe (CSD), c’est-à-dire :

  • Niveau 1 - communication scientifique directe entre chercheurs : dépôt effectué par un auteur du document

  • Niveau 2 - des chercheurs au service de leur communauté : dépôt effectué par un chercheur non auteur du document ;

  • Niveau 3 - des intermédiaires au service de la communauté scientifique : dépôt par un tiers (non chercheur) appartenant le plus souvent à l’institution d’un des auteurs (professionnels de l’information, gestion de collection HAL, etc.)

  • Niveau 4 - des intermédiaires extérieurs au service des institutions : transfert massif de notices, le plus souvent avec le texte intégral, à partir d’une autre plateforme.

Logiques de dépôt

Les logiques de dépôt sont déterminées à partir :

  • du délai entre la date de création de la notice et la date de publication du document décrit ;

  • de la présence ou non d’un fichier accompagnant la notice (texte intégral pour les documents écrits).

12Nous avons considéré quatre logiques de dépôt présentées dans le tableau ci-dessous (Tableau 1).

Tableau 1. Logiques de dépôt

Dépôt récent (moins d’un an)

Dépôt ancien

Dépôt avec fichier

Communication scientifique immédiate

Archivage

Dépôt sans fichier

Visibilité de front de recherche (référencement)

Visibilité des recherches antérieures (recensement)

13Le dépôt est considéré comme récent si la notice a été créée au plus tard l’année suivant la publication du document. Les dates de création de notice et de publication sont renseignées pour tous les enregistrements de notre corpus. Cependant lorsque plusieurs versions de document sont présentes pour une notice, la date de publication affichée est celle de la dernière version. Ne pouvant pas déterminer dans ces cas-là de manière précise le délai entre la publication d’un document et son enregistrement dans Hal-SHS, les documents possédant plusieurs versions (0,9 % de notre corpus) ne sont pas retenus pour l’analyse des logiques de dépôt.

Résultats

Types d’enregistrements en sciences humaines et sociales sur Hal-SHS

14Notre corpus de départ est constitué de 336 160 enregistrements au total. La plateforme Hal-SHS permet le dépôt de 24 types de documents. Près des deux tiers des dépôts (73,6 %) sont constitués de trois catégories de documents seulement. Il s’agit des articles de revues et de conférences et des chapitres d’ouvrages, qui représentent respectivement près de 32 %, 24 % et 18 % du corpus (Graphique 1). La catégorie « Autre » rassemble les types de documents représentant chacun moins de 3 % du corpus : ce sont les preprints, thèses, rapports et autres (toutes les autres catégories de documents, excessivement peu représentées et dont la totalité ne dépasse pas 0,5 % du corpus).

  • 6 Les termes en anglais sur les graphiques et dans les tableaux proviennent des catégories proposées (...)

Graphique 1. Répartition des types de documents enregistrés dans Hal-SHS (notices avec ou sans fichiers)6

Graphique 1. Répartition des types de documents enregistrés dans Hal-SHS (notices avec ou sans fichiers)6

15Parmi les 24 types de documents proposés, quatre correspondent à des données de la recherche : il s’agit des photos, vidéos, cartes et sons qui sont déposés sur MédiHal, instance de Hal. Ces enregistrements ont tous un fichier associé (à l’exception d’une notice) : s’ils représentent donc un peu plus de 7 % du corpus total, ils constituent 23,4 % des enregistrements avec fichier (ces données étant constituées de photos à près de 97 %). Les documents de type « textuel » quant à eux représentent 93 % du corpus total et 76 % des enregistrements avec fichier (Graphique 2).

Graphique 2. Répartition du corpus selon les types d’enregistrements et présence de fichier associé

Graphique 2. Répartition du corpus selon les types d’enregistrements et présence de fichier associé
  • 7 L’objectif de MédiHal étant en effet de donner accès au média (photos et autres données de la reche (...)

16Si l’on ne prend en compte que les notices déposées dans Hal-SHS avec fichier associé, on constate que la présence de texte intégral est de fait très variable selon les catégories de documents et les catégories les plus représentées dans le corpus (articles de revues, de conférences et chapitres d’ouvrages) sont loin d’être celles qui sont le plus fréquemment associées à un fichier. En effet, en dehors des données de la recherche et des thèses qui sont quasiment systématiquement déposées avec un fichier7, ce sont en premier lieu les preprints qui sont déposés avec un fichier associé (88 %), puis les rapports (42 %) ; les fichiers d’articles de revues, de conférences et de chapitres d’ouvrage n’étant présents que pour respectivement 25 %, 22,4 % et 16 % d’entre eux (Graphique 3).

Graphique 3. Proportion de fichiers déposés en fonction du type de document

Graphique 3. Proportion de fichiers déposés en fonction du type de document
  • 8 Dans notre corpus, la troisième position pour les dépôts avec fichier associé est occupée par des e (...)

17Il est intéressant de regarder également de près la répartition des types de dépôt par domaine disciplinaire (Tableau 2). Si l’on prend en compte l’ensemble des enregistrements (avec ou sans fichier associé), les domaines les plus représentés sont l’histoire et l’économie/finance en premier et deuxième rang, puis la géographie et la sociologie en troisième et quatrième position. Si l’on ne considère plus que le dépôt de notices hors données de la recherche (en excluant donc les dépôts de type photos, vidéos, cartes ou sons), cet ordre change un peu : l’histoire passe au second rang après l’économie/finance et la géographie passe au 6e rang, tandis que la sociologie et la linguistique passent au troisième et quatrième rang. Enfin, lorsqu’on ne considère plus que le dépôt de notices avec fichier associé, on retrouve l’économie/finance en premier rang, mais l’histoire passe au 6e rang tandis que la linguistique remonte en deuxième position8.

  • 9 Les intitulés de disciplines en anglais sont ceux attribués par Hal. Pour des raisons de cohérence, (...)

Tableau 2. Répartition des dépôts par domaine disciplinaire et par type de dépôt (le % est indiqué en compte de présence, c’est-à-dire qu’une notice peut appartenir à plusieurs disciplines)9

Tableau 2. Répartition des dépôts par domaine disciplinaire et par type de dépôt (le % est indiqué en compte de présence, c’est-à-dire qu’une notice peut appartenir à plusieurs disciplines)9

18La répartition des catégories de documents déposés (avec ou sans fichiers) par discipline fait ressortir des différences selon les types de production scientifique rendus visibles sur la plateforme Hal-SHS (Tableau 3). Le test de Khi-2 prouve (avec un risque d’erreur inférieur à 0,01 %) qu’il y a une dépendance entre la discipline et le type de documents déposés. Le droit, la psychologie et l’économie sont les disciplines qui déposent le plus de notices d’articles de revue. Les articles de conférences sont plus fréquents en gestion, sciences de l’éducation, en sciences de l’information et de la communication et en linguistique. Pour les chapitres d’ouvrages, ce sont l’histoire, l’art et l’histoire de l’art, la littérature, l’histoire et la philosophie des sciences ainsi que la philosophie qui en déposent le plus. Les ouvrages restent peu fréquents mais sont plus présents en philosophie, littérature, histoire, musicologie et l’art et l’histoire de l’art. L’archéologie et la géographie sont celles qui déposent le plus de photos, ainsi que dans une moindre mesure l’architecture, l’anthropologie et l’ethnologie, et la musicologie. Les documents déclarés comme preprints ou working papers sont beaucoup plus fréquents en histoire et philosophie des sciences ainsi qu’en économie. Cependant, une analyse plus fine des dates de dépôt et de publication montre que de nombreux documents déposés en économie dans les autres catégories sont en fait également des preprints (notamment articles de revue et de conférence). Enfin, c’est la psychologie qui dépose le plus grand nombre de thèses.

Tableau 3. Répartition des types de notices de documents par discipline

Tableau 3. Répartition des types de notices de documents par discipline

Types de contributeurs

  • 10 Le reste des analyses porte uniquement sur ce sous-corpus de 312°075 enregistrements de documents t (...)

19Sur la plateforme Hal, et de la même manière sur Hal-SHS, les dépôts sont effectués par un « contributeur » qui peut être l’auteur (ou un des auteurs) du document ou un tiers autorisé (un autre chercheur, un professionnel de l’information ou une plateforme extérieure). Notre analyse de l’origine des types de contributions ne prenant en compte que les enregistrements de type textuel (en excluant donc les données de la recherche), elle ne porte que sur 312 075 notices au total10.

  • 11 Voir la partie Méthodologie pour la détermination des types de contributeurs.
  • 12 SPIRE est la seule archive institutionnelle extérieure à la plateforme Hal identifiée comme contrib (...)

20Le nombre de contributeurs total (pour le corpus hors données de la recherche) est de 15 474. Les chercheurs qui déposent leur propre production sont très largement majoritaires (86,5 % des contributeurs). Si on y ajoute les chercheurs qui déposent pour eux-mêmes mais également pour d’autres collègues, on atteint près de 92 % des déposants ; les autres contributeurs étant des déposants non-auteurs et deux plateformes qui effectuent des enregistrements automatiques11 : STAR pour les thèses (via l’ABES) et SPIRE, l’archive institutionnelle de l’Institut des Sciences politiques12 (Graphique 4).

Graphique 4. Répartition des types de contributeurs (corpus des documents textuels, hors données de la recherche)

Graphique 4. Répartition des types de contributeurs (corpus des documents textuels, hors données de la recherche)

Des niveaux de contribution différenciés

  • 13 Voir plus loin la partie « Logiques de dépôts » pour une analyse des dépôts en fonction de la prése (...)

21La répartition des enregistrements du sous-corpus des documents textuels (avec et sans fichiers associés13) selon le type de déposant (Graphique 5) montre que près de 49 % des dépôts sont effectués par les auteurs eux-mêmes. Si l’on considère tous les enregistrements effectués par les chercheurs (en additionnant les dépôts effectués en propre et ceux effectués pour d’autres chercheurs), ce taux passe à 57 % du sous-corpus. Les dépôts effectués par les tiers, quant à eux, représentent 42,7 % des enregistrements (en additionnant les dépôts effectués par des intermédiaires non chercheurs et ceux effectués par des plateformes) et si on veut également considérer comme dépôts par des « intermédiaires » ceux effectués par des chercheurs pour d’autres, le taux de dépôts par des tiers passe à 50,8 % du sous-corpus. On a donc une implication relativement importante des chercheurs, et une répartition presque égale entre dépôts par les auteurs et dépôts par des tiers (en intégrant les chercheurs qui déposent pour d’autres chercheurs dans les tiers).

Graphique 5 : Répartition des dépôts selon les différents niveaux de déposants (corpus des documents textuels, hors données de la recherche)

Graphique 5 : Répartition des dépôts selon les différents niveaux de déposants (corpus des documents textuels, hors données de la recherche)

22L’analyse par discipline révèle des niveaux de contribution disparates dans notre sous-corpus (Tableau 4) : les disciplines où les auteurs déposent le plus sont dans l’ordre l’anthropologie et l’ethnologie, l’art et l’histoire de l’art, la philosophie, la géographie et la linguistique à égalité, l’histoire et la philosophie des sciences, les sciences de l’information et de la communication ainsi que l’architecture. Les disciplines où les auteurs déposent le moins sont le droit, l’économie et la gestion. Ce sont également dans ces disciplines, et dans le même ordre, que les plus forts taux d’enregistrements sont effectués par des intermédiaires. Les enregistrements effectués par les plateformes extérieures sont les plus nombreux en sciences politiques, en psychologie, en sociologie et en économie.

Tableau 4. Répartition des niveaux de contribution par discipline (corpus des documents textuels, hors données de la recherche)

Tableau 4. Répartition des niveaux de contribution par discipline (corpus des documents textuels, hors données de la recherche)

Logiques de dépôt

23Comme décrit dans la méthodologie, l’analyse des logiques de dépôt permet de différencier les enregistrements récents et anciens et avec ou sans texte intégral associé.

24Selon le tableau suivant (Tableau 5), on constate que la communication scientifique immédiate (le dépôt d’un fichier associé à une notice au plus tard dans l’année de création de la notice) ne correspond qu’à 12,1 % du sous-corpus, tandis que les logiques de référencement et de recensement (et donc sans texte intégral associé) représentent 75,5 % du sous-corpus.

Tableau 5. Répartition des enregistrements selon les logiques de dépôts et par niveau de contribution (corpus des documents textuels, hors données de la recherche)

Tableau 5. Répartition des enregistrements selon les logiques de dépôts et par niveau de contribution (corpus des documents textuels, hors données de la recherche)

25En fonction des niveaux de contribution précédemment identifiés, on voit que les logiques de dépôt sont assez clairement différenciées (Graphique 6) et le test de Khi-2 permet de rejeter l’hypothèse d’indépendance (avec un risque d’erreur inférieur à 0,01 %) et montre que la variable « logiques de dépôts » varie bien en fonction des types de déposants :

  • les auteurs ont tendance à déposer plus de texte intégral, récent ou ancien que les autres types de déposants ;

  • les intermédiaires non chercheurs déposent en grande majorité des références sans texte intégral associé, avec une certaine prépondérance des références récentes (logique de recensement) ;

  • les plateformes déposent à l’inverse quasiment exclusivement des fichiers, à répartition presque égale entre fichiers récents et anciens.

Graphique 6. Répartition des logiques de dépôt par niveau de contribution

Graphique 6. Répartition des logiques de dépôt par niveau de contribution

26Selon les disciplines, les logiques de dépôt sont également très différentes (Tableau 6) et le test de Khi-2 permet ici aussi de rejeter l’hypothèse d’indépendance (avec un taux d’erreur inférieur à 0,01 %). Les disciplines qui déposent le plus de texte intégral sont les sciences de l’éducation (50,4 %), les sciences de l’information et de la communication (46 %) et la psychologie (40 %) et contribuent majoritairement à la CSI. Celles qui en déposent le moins sont le droit (8,7 %), l’art et l’histoire de l’art (15,4 %), l’archéologie (15,8 %) et la littérature (19,4 %) et l’histoire (21,8 %).

27Parmi les disciplines qui déposent le plus de texte intégral, celles qui déposent le plus de fichiers récents sont en premier lieu les sciences de l’information et de la communication (26,3 %), les sciences de l’éducation (25,9 %) puis la psychologie (21,8 %) et l’économie (21 %)

28Les disciplines qui déposent le plus de notices seules (sans fichier associé) sont le droit (91,3 %, 44,9 % de notices récentes et 46,4 % de notices plus anciennes), l’art et l’histoire de l’art (84,7 %, 34,1 de notices récentes et 50,6 % de notices anciennes), l’archéologie (84,3 %, 30,5 % de notices récentes et 53,8 % de notices anciennes) et la littérature (80,6 %, 26,1 % de notices récentes et 54,5 % de notices anciennes).

Tableau 6. Proportion des logiques de dépôt par discipline

Tableau 6. Proportion des logiques de dépôt par discipline

Discussion

29L’analyse de ce corpus permet une compréhension fine des logiques de dépôt, en éclairant particulièrement les spécificités disciplinaires. Il est intéressant de noter qu’au-delà d’une variété de documents plus large ainsi qu’une implication plus importante des chercheurs, certains éléments sont similaires aux résultats observés pour les sciences de la vie.

Une certaine diversité des types de documents

30La grande majorité des enregistrements présents dans Hal-SHS sont des documents textuels (93 %) et parmi ceux-ci les types de documents les plus couramment déposés (avec ou sans texte intégral) sont les articles de revue et de conférences ainsi que les chapitres d’ouvrages : à elles trois, ces catégories représentent près des deux tiers du corpus (en SDV, il s’agissait d’articles de revues à 80 %). Cette diversité est encore plus accentuée si l’on intègre le facteur disciplinaire : les articles de revues sont plus présents en droit, psychologie et en économie ; les articles de conférences en gestion, sciences de l’éducation, sciences de l’information et de la communication et linguistique ; et les chapitres d’ouvrages en histoire, art et histoire de l’art, littérature ainsi qu’histoire et philosophie des sciences. L’absence de données détaillées sur la production scientifique nationale des chercheurs en sciences humaines et sociales ne permet pas d’effectuer une comparaison avec les logiques disciplinaires observées ici, cependant celles-ci semblent refléter des pratiques reconnues quant aux types de production scientifique les plus usitées selon telle ou telle discipline.

31Par ailleurs, en dehors des données de la recherche et des thèses, ce sont les preprints et les rapports qui présentent le plus fort taux de fichiers associés, les formats précédemment mentionnés étant plus majoritairement présents sous forme de notices seules. La logique paraît assez claire en ce qui concerne les preprints et les rapports : en effet, la mise à disposition du texte intégral permet de valoriser ce type de production scientifique peu accessible par ailleurs (notamment pour les rapports, ou en différé pour les preprints qui peuvent faire l’objet d’une publication scientifique formelle par la suite).

Implication des chercheurs et communication scientifique directe : des similitudes entre SHS et SDV ?

32On note également une présence importante des chercheurs (auteurs et non-auteurs confondus) puisque ceux-ci représentent 92 % des déposants et sont à l’origine de 57 % des enregistrements (contre seulement 26 % en SDV). Cependant, le fait que les intermédiaires, qui ne représentent que 8,26 % des déposants, contribuent à hauteur de 42,7 % des enregistrements indique que ces derniers déposent globalement bien plus massivement que les chercheurs.

33Néanmoins, cette présence des chercheurs ainsi que la forte contribution des intermédiaires sont largement relativisées par le faible taux de texte intégral associé à l’enregistrement au final. En effet, même si les chercheurs ont tendance à déposer plus souvent le texte intégral associé à la notice que les intermédiaires, les enregistrements avec fichier ne représentent qu’un quart du corpus. On retrouve là le même taux que pour le corpus SDV alors que l’implication des auteurs y est plus faible. Les intermédiaires y déposent en effet plus de texte intégral : cela est peut-être rendu possible par des délais d’embargo plus courts et une disponibilité en ligne des fichiers sur les sites des éditeurs que les intermédiaires peuvent alors déposer pour le compte des auteurs ?

34Outre un taux équivalent de texte intégral, on retrouve également la même part de « communication scientifique directe », CSD (c’est-à-dire la mise à disposition du texte intégral récent par un auteur) en SHS qu’en SDV : près de 7 % du corpus. Si l’on comptabilise tous les dépôts avec texte intégral récent (déposés par les chercheurs et par les intermédiaires : « communication scientifique immédiate », CSI), on atteint 12,1 % du corpus en SHS, tandis que les SDV obtiennent un taux un peu plus élevé (15,76 %) grâce à la contribution des intermédiaires précédemment mentionnée. Logiquement, on trouve un taux de fichiers « anciens » (plus d’un an) plus élevé en SHS (plus de 12 % contre 8,5 % en SDV), où les auteurs notamment déposent près de deux fois plus de fichiers anciens qu’en SDV. Ceci semble bien refléter la durée de vie plus longue de la littérature scientifique en SHS. Quant aux enregistrements effectués via les plateformes, la logique est la même en SHS et en SDV : celles-ci déposent systématiquement le texte intégral. Leur présence plus marquée en sciences politiques, psychologie, sociologie et économie s’explique largement par le versement automatique d’enregistrements pour ces disciplines spécifiques par SPIRE, la plateforme de dépôt institutionnelle de Sciences-Po. De fait, cette forme de dépôt « indirect » cache certainement des dépôts effectués par les auteurs en amont.

Des logiques disciplinaires différentes

  • 14 Les auteurs de ce domaine étant généralement rémunérés pour leurs publications.

35Les différences disciplinaires sont également visibles en ce qui concerne la présence ou non de texte intégral. Ainsi, c’est dans les disciplines des sciences de l’éducation, sciences de l’information et de la communication et psychologie que l’on trouve le plus fort taux de texte intégral ainsi que de fichiers récents. Il est notable que parmi ces disciplines figurent celles qui ont vu se développer les premières archives thématiques en France : archiveSic pour les sciences de l’information et de la communication, EduTice pour les sciences de l’éducation (ces deux plateformes ayant ensuite été intégrées dans Hal), tandis que la psychologie fait partie des disciplines pionnières dans la mise en ligne des productions scientifiques (Andrew 2003). A contrario, c’est en droit, art et histoire de l’art, archéologie, littérature et histoire que l’on trouve le plus faible taux de texte intégral. Cette réticence à mettre le texte intégral à disposition peut sans doute s’expliquer par une culture éditoriale spécifique pour le droit14, et par des difficultés juridiques pour l’art et l’histoire de l’art, l’archéologie et la littérature. Quant aux photos déposées sur MediHAL, elles proviennent majoritairement de l’archéologie, la géographie, l’architecture, l’anthropologie et l’ethnologie ainsi que la musicologie.

En guise de conclusion : limites et perspectives

36Les données disponibles dans un corpus de cette ampleur sont trop riches pour pouvoir être épuisées en une seule analyse. Dans cette contribution, nous nous sommes focalisées sur une analyse descriptive générale du corpus ainsi que sur une première approche des pratiques selon les disciplines. Parmi les résultats les plus significatifs, il est assez surprenant de constater que, de manière générale, la présence de texte intégral n’est finalement pas plus fréquente en sciences humaines qu’en sciences de la vie et que, là encore, la plateforme est loin de remplir son rôle de « communication scientifique directe » ou en tout cas de manière très inégale selon les disciplines et apparemment selon des logiques très disparates. Ainsi, même si l’on retrouve dans le corpus des catégories de documents fréquemment rencontrées dans la production scientifique des SHS (telles que les articles de revues, de conférences ou chapitres d’ouvrages), certaines disciplines très présentes dans le corpus (l’histoire, la géographie ou la sociologie notamment) semblent plus utiliser la plateforme comme outil de mise en visibilité de leur production scientifique formelle que comme outil d’accessibilité et de mise à disposition de cette littérature. Pour la géographie, la plateforme semble être également plutôt un lieu de mise en valeur du support non formel que sont les photographies ; le libre accès à la littérature se faisant ailleurs. D’autres disciplines encore semblent hésiter quant à leur présence sur cette plateforme (les sciences juridiques, l’art et l’histoire de l’art l’archéologie ou la littérature par exemple). D’autres, enfin, semblent, a contrario, l’avoir adopté sur le modèle des disciplines pionnières en y déposant articles récents et/ou littérature grise (en sciences de l’éducation, sciences de l’information et de la communication, psychologie ou encore économie). Dans l’ensemble, ces résultats font écho à la littérature sur le sujet selon laquelle les pratiques de dépôt sont largement influencées par les traditions et normes disciplinaires (Antelman 2006 ; Fry et al. 2016), et il resterait à prolonger ces résultats par d’autres analyses, notamment qualitatives, pour mieux comprendre les motivations et contraintes des chercheurs.

  • 15 Susy Ramanana-Rahary et Françoise Rojouan, OST, Collection Notes et Comptes-rendus n° 6, septembre (...)

37Cependant, certaines analyses plus poussées peuvent être rendues complexes du fait du type de données disponibles ou de leur absence. L’analyse des stratégies institutionnelles, par exemple, reste compliquée à réaliser car les logiques de collections sur la plateforme HAL ne correspondent pas toujours aux affiliations réelles des chercheurs du fait de l’imbrication des différentes couches institutionnelles. L’analyse des disciplines est, quant à elle, basée sur le découpage disciplinaire proposé par la plateforme, mais la classification reste une question épineuse, rendant les comparaisons difficiles15. Enfin, il serait particulièrement intéressant de pouvoir comparer les enregistrements de la plateforme avec les données de la production scientifique française en SHS, mais l’Observatoire des Sciences et des Techniques qui recense la production pour les domaines de sciences, technique, médecine, ne propose pas de chiffres équivalents pour les SHS.

38Néanmoins, cette recherche permet un certain nombre de constats qu’il sera particulièrement intéressant de suivre au regard des évolutions à venir. La loi pour une République numérique, notamment, n’a été votée que récemment et il reste à voir quel sera son impact sur les pratiques de dépôts de la production scientifique. Pour autant, sans obligation de dépôt, ce n’est sans doute pas cette loi qui va venir modifier drastiquement les pratiques observées : l’accès au texte intégral via Hal-SHS ne reste qu’une option non généralisée. D’autres lieux de dépôts semblent réussir à attirer plus efficacement les chercheurs, malgré le flou économique et juridique dans lesquels ces sites opèrent (Bouchard 2014). Et d’autres voies sont encore à explorer pour rendre accessible la littérature scientifique en SHS (Kennison et Norberg 2014 ; Eve 2017 ; OPERAS 2017).

Haut de page

Bibliographie

ALLEN James, Interdisciplinary differences in attitudes towards deposit in institutional repositories, Thèse, 2005, Manchester Metropolitan University.

ANDREW Theo, « Trends in self-posting of research material online by academic staff », Ariadne, 2003, vol. 37 [En ligne] [Page consultée le 3 septembre 2017]. Disponible à l’adresse : http://www.ariadne.ac.uk/issue37/andrew

ANTELMAN Kristin, « Self-archiving practice and the influence of publisher policies in the social sciences », Learned Publishing, 2006, vol. 19, n° 2, p. 85-95.

BERGSTROM Ted C. et LAVATY Rosemarie, « How often do economists self-archive ? », 14 p [En ligne] Ted Bergstrom Papers, Department of Economics, UCSB, 2007 [Page consultée le 3 septembre 2017] Disponible à l’adresse : http://escholarship.org/uc/item/69f4b8vz

BJÖRK Bo-Christer et al., « Open Access to the Scientific Journal Literature : Situation 2009 », PLoS ONE, 2010, vol. 5, n° 6, [En ligne] [Page consultée le 27 février 2017] Disponible à l’adresse : http://dx.plos.org/10.1371/journal.pone.0011273

BJÖRK Bo-Christer et ROOS Annikki, « Scientific journal publishing : yearly volume and open access availability », Information Research, 2009, vol. 14, n° 1 [En ligne] [Page consultée le 13 septembre 2017] Disponible à l’adresse : http://informationr.net/ir/14-1/paper391.html

BJÖRK Bo-Christer, ROOS Annikki et LAURI Mari, « Global annual volume of peer reviewed scholarly articles and the share available via different open access options », Proceedings ELPUB 2008 Conference on Electronic Publishing, Toronto, Canada, 2008, p. 178–186 [En ligne] [Page consultée le 3 septembre 2017] Disponible à l’adresse : http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/summary?doi=10.1.1.162.991

BOUCHARD Aline, (2014). « Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques », UrfistInfo, 2014 [En ligne] [Page consultée le 25 juin 2017] Disponible à l’adresse : http://urfistinfo.hypotheses.org/2596

COLLECTIF, « Évolution de l’archive ouverte HAL-SHS : proposé par Laurent Capelli », in THATCamp Paris 2012 : Non-actes de la non-conférence des humanités numériques. Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, La Non-Collection, 2012 [En ligne] [Page consultée le 18 juillet 2017] Disponible à l’adresse : http://books.openedition.org/editionsmsh/297

CREASER Claire et al., « Authors’ awareness and attitudes toward open access repositories », New Review of Academic Librarianship, 2010, vol. 16, n° sup1, p. 145‑161.

DAVIS Philip M. et CONNOLLY Matthew J. L., « Institutional repositories : evaluating the reasons for non-use of Cornell University’s installation of DSpace », D-Lib Magazine, 2007, vol. 13, n° ¾ [En ligne] [Page consultée le 2 novembre 2016] Disponible à l’adresse : http://www.dlib.org/dlib/march07/davis/03davis.html

EVE Martin P., « Open Access Publishing Models and How OA Can Work in the Humanities », ASIS&T Bulletin, 2017, June/July [En ligne] [Page consultée le 8 juillet 2017] Disponible à l’adresse : https://www.asist.org/publications/bulletin/junejuly-2017/open-access-publishing-models-and-how-oa-can-work-in-the-humanities/

FRY Jenny, SPEZI Valérie, PROBETS Stephen et CREASER Claire, « Towards an understanding of the relationship between disciplinary research cultures and open access repository behaviors », Journal of the Association for Information Science and Technology, 2016, vol. 67, n° 11, p. 2710-2724.

GADD Elisabeth, OPPENHEIM Charles et PROBETS Steve, « RoMEO studies 1 : the impact of copyright ownership on academic author self-archiving », Journal of Documentation, 2003, vol. 59, n° 3, p. 243-277.

GARGOURI Yassine, LARIVIERE Vincent, GINGRAS Yves, CARR Les et HARNAD Stevan, « Green and gold open access percentages and growth, by discipline », Proceedings of the 17th International conference on science and technology indicators. Montréal : OST and Science-Metrix, 2012, Montréal, p. 285-293 [En ligne] [Page consultée le 3 septembre 2017] Disponible à l’adresse : http://arxiv.org/abs/1206.3664

HAJJEM Chawki, HARNAD Stevan et GINGRAS Yves, « Ten-Year Cross-Disciplinary Comparison of the Growth of Open Access and How it Increases Research Citation Impact », IEEE Data Engineering Bulletin, 2005, vol. 28, n° 4, p. 39‑47.

JANTZ Ronald C. et WILSON Myoung C., « Institutional repositories : faculty deposits, marketing, and the reform of scholarly communication », The journal of academic librarianship, 2008, vol. 34, n° 3, p. 186–195.

KENNISON Rebecca et NORBERG Lisa, 2014, « A scalable and sustainable approach to open access publishing and archiving for humanities and social sciences : A white paper », [En ligne] [Page consultée le 10 juillet 2017] Disponible à l’adresse : https://osf.io/preprints/socarxiv/24akw/download ?format =pdf

KIM Jihyun, « Faculty self-archiving : motivations and barriers », Journal of the American Society for Information Science and Technology, 2010, vol. 61, n° 9, p. 1909-1922.

OPERAS, « Landscape Study on Open Access Publishing », Rapport [En ligne] [Page consultée le 3 septembre 2017] Disponible à l’adresse : https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/2465/files/2017/08/OPERAS-Design-Study.pdf

PRIME-CLAVERIE Camille et MAHE Annaïg, 2014, « Sites de dépôt en libre accès et formes de médiations : quelles évolutions ? », La médiation numérique : renouvellement et diversification des pratiques ; actes du Colloque « Document Numérique et Société », Zagreb, 2013, J. BOUSTANY, E. BROUDOUX et G. CHARTRON, éds., Bruxelles Paris, De Boeck, p. 110-125.

SPEZI Valérie, FRY Jenny, CREASER Claire, PROBETS Steve et WHITE Sonya, « Researchers’ green open access practice : a cross disciplinary analysis », Journal of Documentation, 2013, vol. 69, n° 3, p. 334-359.

SWAN Alma, GARGOURI Yassine, HUNT Megan et HARNAD Steven, « Open access policy : numbers, analysis, effectiveness » 2015 [En ligne] [Page consultée le 2 novembre 2016] Disponible à l’adresse : http://arxiv.org/abs/1504.02261

SWAN Alma et BROWN Sheridan, « Open access self-archiving : an author study » [En ligne] Departmental Technical Report, UK FE and HE funding councils, 2005 [Page consultée le 2 novembre 2016] Disponible à l’adresse : http://cogprints.org/4385/

TROLL COVEY Denise, « Self-archiving journal articles : a case study of faculty practice and missed opportunity », Libraries and the Academy, 2009, vol. 9, n° 2, p. 223-251.

WAY Doug, « The open access availability of library and information science literature », College & Research Libraries, 2010, vol. 71, n° 4, p. 302-309.

WOJCIECHOWSKA Anna, « Usage des archives ouvertes dans les domaines des mathématiques et de l’informatique », Documentaliste-Sciences de l’Information, vol. 43, n° 5, p. 294-302.

XIA Jingfeng, « A comparison of subject and institutional repositories in self-archiving practices », The Journal of Academic Librarianship, 2008, vol. 34, n° 6, p. 489-495.

Haut de page

Notes

1 Daniel Charnay et Franck Laloë, Centre pour la communication scientifique directe, présentation lors du séminaire Libre accès à l’information scientifique et technique : état de l’art et perspectives, 23 et 24 janvier 2003, Paris, http://eprints.rclis.org/4497/2/charnay.pdf.

2 Que nous avons défini comme étant le dépôt d’un texte récent (moins d’un an) par un des auteurs (Prime-Claverie et Mahé 2014).

3 Voir partie Méthodologie.

4 Exemple de requête OAI-PMH permettant de récupérer les notices déposées en 2014 ou modifiées pour la dernière fois en 2014 : https://api.archives-ouvertes.fr/oai/halshs?verb=ListRecords&MetadataPrefix=xml-tei&from =2014-01-01&until=2014-12-31

5 Pour des raisons de cohérence du corpus, nous avons choisi de ne pas traduire les intitulés en anglais des disciplines et des types de documents récupérés dans notre export OAI-PMH.

6 Les termes en anglais sur les graphiques et dans les tableaux proviennent des catégories proposées par Hal pour chaque notice. Par contre, les termes en français correspondent aux regroupements de catégories que nous avons effectués. « Other publications » est une des catégories proposées par Hal (et non définie), « Autre » rassemble les catégories représentées à moins de 3 % dans le corpus ; et « Autres » dans cette sous-partie représente le reste des catégories de Hal très peu présentes dans le corpus.

7 L’objectif de MédiHal étant en effet de donner accès au média (photos et autres données de la recherche) et non pas uniquement à son signalement (ses métadonnées), et de même pour les thèses, le dépôt des fichiers étant lié à la politique de dépôt légal à laquelle les institutions sont soumises, les thèses pouvant alors être déposées en texte intégral sur TEL, instance de la plateforme Hal, généralement via STAR, le processus de gestion des thèses en ligne géré par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur – ABES.

8 Dans notre corpus, la troisième position pour les dépôts avec fichier associé est occupée par des enregistrements qui sont labellisés par un domaine des sciences, technique, médecine (STM) et qui correspondent à 11,6 % des dépôts avec fichier associé et 5,6 % du corpus total (tous enregistrements confondus). Cette utilisation de labels STM dans le corpus de Hal-SHS reflète une multidisciplinarité SHS/STM qu’il sera intéressant d’étudier plus en détail ultérieurement.

9 Les intitulés de disciplines en anglais sont ceux attribués par Hal. Pour des raisons de cohérence, nous les avons conservés tels quels. C’est le cas pour tous les intitulés des graphiques et tableaux.

10 Le reste des analyses porte uniquement sur ce sous-corpus de 312°075 enregistrements de documents textuels (hors-données de la recherche).

11 Voir la partie Méthodologie pour la détermination des types de contributeurs.

12 SPIRE est la seule archive institutionnelle extérieure à la plateforme Hal identifiée comme contributeur : seuls les dépôts de SPIRE avec un fichier en texte intégral associé sont automatiquement envoyés vers Hal (Hal ne moissonne pas de sites de dépôts extérieurs ; d’autres services, par contre, peuvent moissonner les dépôts de Hal, comme c’est le cas pour RePEc ou Isidore, entre autres).

13 Voir plus loin la partie « Logiques de dépôts » pour une analyse des dépôts en fonction de la présence ou non de fichier associé.

14 Les auteurs de ce domaine étant généralement rémunérés pour leurs publications.

15 Susy Ramanana-Rahary et Françoise Rojouan, OST, Collection Notes et Comptes-rendus n° 6, septembre 2014, Entre nomenclatures SHS, des disparités notables, septembre 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Répartition des types de documents enregistrés dans Hal-SHS (notices avec ou sans fichiers)6
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/3315/img-1.png
Fichier image/png, 27k
Titre Graphique 2. Répartition du corpus selon les types d’enregistrements et présence de fichier associé
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/3315/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Graphique 3. Proportion de fichiers déposés en fonction du type de document
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/3315/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau 2. Répartition des dépôts par domaine disciplinaire et par type de dépôt (le % est indiqué en compte de présence, c’est-à-dire qu’une notice peut appartenir à plusieurs disciplines)9
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/3315/img-4.png
Fichier image/png, 156k
Titre Tableau 3. Répartition des types de notices de documents par discipline
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/3315/img-5.png
Fichier image/png, 185k
Titre Graphique 4. Répartition des types de contributeurs (corpus des documents textuels, hors données de la recherche)
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/3315/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique 5 : Répartition des dépôts selon les différents niveaux de déposants (corpus des documents textuels, hors données de la recherche)
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/3315/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 4. Répartition des niveaux de contribution par discipline (corpus des documents textuels, hors données de la recherche)
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/3315/img-8.png
Fichier image/png, 155k
Titre Tableau 5. Répartition des enregistrements selon les logiques de dépôts et par niveau de contribution (corpus des documents textuels, hors données de la recherche)
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/3315/img-9.png
Fichier image/png, 96k
Titre Graphique 6. Répartition des logiques de dépôt par niveau de contribution
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/3315/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 6. Proportion des logiques de dépôt par discipline
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/3315/img-11.png
Fichier image/png, 228k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annaïg Mahé et Camille Prime-Claverie, « Qui dépose quoi sur Hal-SHS ? Pratiques de dépôts en libre accès en sciences humaines et sociales », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/3315 ; DOI : 10.4000/rfsic.3315

Haut de page

Auteurs

Annaïg Mahé

Annaïg Mahé est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Urfist de Paris/École nationale des chartes et membre du laboratoire Dispositifs d’Information et de Communication à l’Ère Numérique-Paris île de France (DICEN-IDF). Courriel : annaig.mahe@enc-sorbonne.fr

Camille Prime-Claverie

Camille Prime-Claverie est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris Nanterre et membre du laboratoire Dispositifs d’Information et de Communication à l’Ère Numérique Paris île de France (DICEN-IDF). Courriel : camille.claverie@u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page