Navigation – Plan du site
Ligne Sud

Sept enjeux méconnus de la télévision numeérique terrestre (Tnt) en Afrique

Jean-Chrétien Ekambo

Texte intégral

1Le passage en télévision, du noir-blanc aux couleurs, a été vécu en Afrique quelque peu comme une série d’anecdotes. Juin 1970 au Mexique phase finale de la Coupe du monde de football : le Maroc y représente l’Afrique mais pas de télévision en couleurs dans ce royaume. Juin 1974 en Allemagne : le Zaïre remplace le Maroc et s’emploie à implanter en hâte sa télévision en couleurs. Juin 1978 en Argentine : la Tunisie est le représentant du continent africain, avec une télévision en couleurs juste depuis une année. Ainsi narré, ce remplacement du poste TV en noir-blanc par celui en couleurs semble n’équivaloir qu’à un simple renouvellement de meubles dans un salon.

2Derrière une telle théâtralisation à propos de la Tv couleurs s’est déroulée, pourtant, une impitoyable compétition au cours de la décennie 1970-80. Ce fut tant une guerre des normes (l’américaine NTSC, l’allemande PAL et la française SECAM) qu’une guerre des marques (Panasonic, Sony, Philips, Sharp, Toshiba…). L’enjeu consistait pour les majors de ce secteur à conquérir des marchés toujours plus élargis.

  • 1 La Conférence régionale des radiocommunications (CRR) de l’UIT, qui s’était tenue à Genève du 15 ma (...)

3Mais, comme sur le continent africain le téléviseur était encore, à cette époque, un objet de luxe, la concurrence entre les concepteurs et fabricants des appareils de télévision n’affectait jusque-là qu’une triple dimension : commerciale, technologique et industrielle. Or, à ce jour, en dépit de son retard industriel dans ce secteur, l’Afrique se trouve déjà impliquée dans le processus du nouvel envol de la télévision. En effet, les téléviseurs analogiques de tous les foyers africains sont censés avoir été éteints depuis le 17 juin 2015, selon le plan d’action de l’UIT (Union internationale des télécommunications) depuis 20061. Ce qui a été perçu comme totalement injuste et néfaste pour les maigres revenus des familles africaines n’a finalement pas eu lieu.

4Curieusement cependant, ni la nature apparemment catastrophique ni l’état final de mort-né de cette éclipse n’ont pas ému les élites africaines. Une question peut alors se poser : les enjeux du passage de la télévision analogique à la numérique sont-ils suffisamment ou réellement connus des usagers concernés en Afrique ? Posée d’une autre manière, cette interrogation vise finalement à examiner profondément ces enjeux et à découvrir les causes de cette méconnaissance.

  • 2 Thématique également soulevée dans Kiyindou, A. (dir.), Quand l’Afrique réinvente la téléphonie, Pa (...)

5En quête de réponse à ce questionnement, un éclairage a été suggéré par le rapport spécial du laboratoire IDATE, Africa & The Middle East, édition 2016. Selon les observations sur terrain et les analyses des chercheurs de cet Institut, deux facteurs significatifs caractérisent actuellement l’espace information-communication africain : une discrète « dynamique d’usage » des populations locales2 et une active « recherche de relais de croissance » sur le continent africain de la part des marchands de technologies nouvelles, surtout les « acteurs mondiaux des télécommunications et des plates-formes internet ».

6En d’autres termes, la méconnaissance des enjeux véritables du tournant numérique relève, d’une part, d’une insuffisance de rationalisation de la dynamique d’usage et, d’autre part, de l’apparition d’une pesanteur hors-Afrique du processus industriel et marchand de la TNT, qui engage pourtant toute l’Afrique des États ainsi que celle des populations.

7L’étude vise à montrer, pour l’Afrique, l’existence de 7 enjeux liés à ce virage de la télévision numérique : i) infrastructurels, ii) technologiques, iii) socio-culturels, iv) économico-financiers, v) politiques (surtout dans sa version inter-étatique), vi) professionnels (apparition de nouveaux communicateurs), vii) juridiques (régulations nationales et internationales). Ces sept enjeux constitueront ainsi les 7 sections de cet article.

Haut de page

Notes

1 La Conférence régionale des radiocommunications (CRR) de l’UIT, qui s’était tenue à Genève du 15 mai au 16 juin 2006, avait adopté l’Accord régional relatif à la planification du service de radiodiffusion numérique de terre dans la région 1, qui comprend l’Afrique. Période de transition : du 17 juin 2006 au 17 juin 2015, en acceptant que, pour certains pays retardataires, le délai puisse se prolonger jusqu’au 17 juin 2020, concernant notamment la bande VHF (174-230 MHZ).

2 Thématique également soulevée dans Kiyindou, A. (dir.), Quand l’Afrique réinvente la téléphonie, Paris, L’Harmattan, 2015

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Chrétien Ekambo, « Sept enjeux méconnus de la télévision numeérique terrestre (Tnt) en Afrique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2757 ; DOI : 10.4000/rfsic.2757

Haut de page

Auteur

Jean-Chrétien Ekambo

Professeur IFASIC (Kinshasa)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page