Navigation – Plan du site
Manifeste pour un positionnement des Sciences de l’Information Communication (SIC) vis-à-vis des Digital Studies (DS) et autres mutations du numérique
Les SIC et le transhumanisme : une relation à construire…

Encourager le chantier méthodologique des Digital Methods

Jean-Marc Francony

Texte intégral

1La prise en compte de la Technique, dans son sens historique des arts de faire ou plus récent dans celui de milieu ou de système (J. Ellul, 1977), (JC. Beaune, 1998), maintient ouvert le questionnement épistémologique et méthodologique dans les Sciences de l’Information et de la Communication (SIC). La mutation numérique, par sa nature et son ampleur, offre aux SIC l’opportunité d’être un champ disciplinaire privilégié de l’observation et de la traduction des phénomènes sociaux et sociétaux qui en découlent. Cette position légitime dans le discours doit être conquise dans les faits. Les différents manifestes pour les Digital Humanities produits au tournant des années 2010 (séminaire UCLA Mellon mai 20091, ThatCamp Paris 20102) appellent à leur refondation en intégrant à leur champ les sources numériques natives et une définition étendue des humanités. Dans cette perspective, les Digital Studies ne peuvent affirmer leurs spécificités que dans l’intégration et le dépassement du programme des Digital Humanities. Si ces dernières privilégient les technologies numériques en tant que moyen, les Digital Studies se constituent en inscrivant le Numérique dans le développement de la Technique. Du point de vue des Sciences de l’information et de la communication cette filiation invite à l’emprunt mais aussi à la relecture critique des travaux que le domaine Technique a suscités. En particulier, il est nécessaire d’interroger la transformation que le numérique introduit dans la définition conceptuelle de la Technique. En effet, l’environnement numérique est de moins en moins appréhendable en termes de machines aux fonctions et usages spécifiques. L’environnement devenant pervasif, tend à définir un continuum de services abrogeant les limites spatiales et temporelles de l’agir instrumenté. Ainsi, le numérique introduit une densification et une uniformisation du milieu technique sans pareil, au point que la distinction entre environnement et milieu devient ténue. S’inscrire dans cette perspective incite à appréhender les dispositifs info-communicationnels dans la complexité et l’éphémère de configurations dynamiques d’acteurs, suivant une caractérisation beaucoup plus fine des constituants numériques interagissant. Ce point de vue devient envisageable dans le contexte numérique du fait de la généralisation des logiques de traçabilité et des mécanismes de traçage qui accompagnent les médiations et médiatisations. Il s’agit dès lors d’appréhender ces traces, d’apprécier la consistance et la pertinence des données qui peuvent en être extraites autant que les logiques de traçabilité dont elles découlent. Les cadres méthodologiques permettant de conduire de telles investigations sur les données, notamment vis-à-vis du facteur d’échelle (big data), sont questionnés. S’inscrire dans ce débat, en consolidant l’approche empirique et expérimentale nous parait essentiel. Le travail exploratoire initié par Richard Rogers, avec les Digital Methods (Rogers, 2009, 2010, 2016) ou par Lev Manovich, avec les Cultural Analytics (Manovich, 2009, 2011, 2016), illustre ce renouveau méthodologique fondé sur les données numériques natives et leur computationnalité. Ces perspectives scientifiques ouvertes par le numérique ne deviennent pleinement productives de sens que si elles suscitent en retour un questionnement épistémologique et disciplinaire. C’est dans ce sens que l’ouverture aux Digital Studies aménage un espace d’interaction et de fertilisation essentiel pour le devenir des Sciences de l’Information et de la Communication.

Haut de page

Bibliographie

Beaune, Jean-Claude, (1998). Philosophie des milieux techniques : la matière, l’instrument, l’automate. Éditions Champ Vallon.

Ellul, Jacques (1977). Le système technicien. Calmann-Lévy Paris.

Manovich, Lev. (2009). How to follow global digital cultures, or cultural analytics for beginners. Consulté le 14/10/2016 http://www.academia.edu/download/35984285/59_article_2009_how.pdf

Manovich, Lev. (2011). Trending : The promises and the challenges of big social data. Debates in the digital humanities, 2, pp 460-475.

Manovich, Lev, (2016) The Science of Culture ? Social Computing, Digital Humanities and Cultural Analytics. Consulté le 21/10/2016 : http://culturalanalytics.org/2016/05/the-science-of-culture-social-computing-digital-humanities-and-cultural-analytics/

Rogers, Richard ,(2009) The End of the Virtual : Digital Methods (Vol. 339). Amsterdam University Press. Consulté sur le web le 14/10/2016https://www.researchgate.net/profile/Richard_Rogers13/publication/238579672_The_End_of_the_Virtual_Digital_Methods/links/55d4388d08ae0a34172277cd.pdf

Rogers, Richard, (2010) Internet research question of method - A Keynote Address from the YouTube and the 2008 Election Cycle in the United States Conference, Journal of Information Technology & Politics, Vol(7) pp 241–260

Rogers, Richard, (2016). Digital methods for web research. Emerging Trends in the Social and Behavioral Sciences : An Interdisciplinary, Searchable, and Linkable Resource.- Wiley Online Library. Consulté le 14/10/2016 http://www.govcom.org/publications/full_list/etrds0076.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Francony, « Encourager le chantier méthodologique des Digital Methods », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2666 ; DOI : 10.4000/rfsic.2666

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Francony

Maître de Conférences, UMR PACTE, Université Grenoble Alpes, Sciences de l’information et de la communication

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page