Navigation – Plan du site
Manifeste pour un positionnement des Sciences de l’Information Communication (SIC) vis-à-vis des Digital Studies (DS) et autres mutations du numérique
Les SIC et le transhumanisme : une relation à construire…

Les points de butée de la communication comme points d’appui

Franck Renucci

Texte intégral

1Les définitions traditionnelles de l’Humain ne suffisent plus. La vie a changé de statut. Une continuité tangible apparaît entre le vivant et le non-vivant. Vivant et artificiel convergent. Les frontières se brouillent. Dans le cadre des sciences de l’information et de la communication, il nous incombe de repenser ces nouvelles frontières de l’Humain et d’étudier les ébranlements anthropologiques qui se manifestent dans la relation à l’autre. Ainsi, au moment où les frontières de l’humain s’estompent avec la technique, nous interrogeons la communication humaine et les figures de discontinuité inhérentes aux expériences du corps parlant, de l’altérité et de la création artistique. L’équivocité, l’incommunication, le malentendu, l’altérité radicale, la création artistique - points de butée de la communication qui sont pour elle des points d’appui –, sont autant de failles fécondes et émancipatoires à l’épreuve d’un être informationnel. Les numéros 68 et 72 de a revue Hermès fondent cette ouverture en sciences de l’information et de la communication.

  • 1 « [Dans] tout autre il y a l’autre - ce qui n’est pas moi, ce qui est différent de moi, mais que je (...)

2La question du numéro 68 « L’Autre n’est pas une donnée. Altérités, corps et artefacts » est celle de l’altérité radicale1 à l’épreuve d’un être informationnel qui finit lui-même par produire de nouveaux artefacts. Sciences cognitives, neurosciences, psychanalyse et sciences de l’information et de la communication se complètent ou se contredisent donc quand elles abordent les questions liées à la communication entre deux êtres humains. Peut-on réduire la communication à un acte cognitif ? Comment prendre en compte l’altérité dans les schémas cognitifs ? Un demi-siècle après l’idée proposée par Alan Turing d’une mécanisation de l’intelligence dissociée de tout corps et de toute sexualité, quelques années après les commentaires sur les machines universelles de Douglas Hofstadter, un siècle après la mise en évidence de l’inconscient ouverte par Sigmund Freud, plus de trente ans après la mort de Jacques Lacan, et quelques années après la découverte de la plasticité neuronale et des neurones miroirs, nous avons abordé la question de l’altérité dans la communication et la cognition, au moment où certains voudraient voir converger le vivant et l’artificiel dans la notion de donnée. La rencontre entre ces disciplines, dont les notions fondamentales sont issues du XXe siècle, valorise les processus cognitifs, les interrogations liées au corps, à la sexualité, au langage, à la parole et à la mémoire.

3Le numéro 72 intitulé « L’artiste, un chercheur pas comme les autres », explore le mouvement apparemment sans limite de rationalisation qui s’empare de l’enseignement et de la recherche en Europe et dans le Monde depuis de nombreuses années. Nous l’aborderons par l’exemple au moment où l’injonction faite aux écoles d’art françaises de s’inscrire dans le format Licence, Master, Doctorat (LMD) a forcé une collaboration accrue entre écoles d’art et universités. La dynamique normative de ce processus de rationalisation indexée sur le modèle académique dominant de l’enseignement supérieur, appuyée par une inflation de dispositifs d’évaluation et de pilotage, laisse alors peu de place à l’objection, à la négation et même plus généralement à l’expression d’une quelconque altérité. Notre critique de ce mécanisme passera par un inventaire des formes de recherche résistantes à ce processus normatif, telles qu’elles peuvent exister au sein des formations supérieures artistiques. Nous pensons en effet que la critique de ces procédures normatives est une condition nécessaire du maintien du principe d’altérité au sein d’un modèle de communication dialogique portant sur la question générale de la recherche et du rapport au savoir. Critiquer ces procédures, c’est donc préserver l’altérité au cœur d’un modèle de communication.

Haut de page

Bibliographie

Renucci Franck, Le Blanc Benoît, Lepastier Samuel, (dir.), L’Autre n’est pas une donnée. Altérités, corps et artefacts, Hermès, n° 68, 2014.

Renucci Franck, Réol Jean-Marc, (dir.), L’artiste, un chercheur pas comme les autres, Hermès, n° 72, 2015.

Haut de page

Notes

1 « [Dans] tout autre il y a l’autre - ce qui n’est pas moi, ce qui est différent de moi, mais que je peux comprendre voire assimiler - et il y a aussi une altérité radicale, inassimilable, incompréhensible et même impensable. » (Jean Baudrillard et Marc Guillaume, Figures de l’altérité, Paris, Descartes et Cie, 1994, p. 10)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Renucci, « Les points de butée de la communication comme points d’appui », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2660 ; DOI : 10.4000/rfsic.2660

Haut de page

Auteur

Franck Renucci

Maître de Conférences, I3M, Université de Nice, Sciences de l’information et de la communication

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page