Navigation – Plan du site
Manifeste pour un positionnement des Sciences de l’Information Communication (SIC) vis-à-vis des Digital Studies (DS) et autres mutations du numérique
Humanités numériques et Sic : une vraie généalogie !

Humanités Numériques : genèse et rapport aux Sic

Ghislaine Chartron

Notes de l’auteur

Cette contribution s’appuie sur les travaux de veille menés par E. Caillon et G. Chartron sur les DH de 2007 à 2012, pour le très grand équipement (TGE) Adonis, consultables sur le blog. < http://dhi.intd.cnam.fr/>

Texte intégral

1Les premières réflexions sur les cyber-infrastructures naissent, au début 2000, aux Etats-Unis avec la National Science Foundation (NSF) et au Royaume-Uni avec l’Office of Science and Innovation (OSI), d’abord par et pour les sciences exactes puis elles seront étendues aux SHS. Arden Bernent, directeur de la NSF, définit la cyber-infrastructure comme « le moteur du changement pour une seconde révolution des technologies de l’information »1. Concernant les cyber-infrastructures en SHS, le rôle précurseur des agences et des fondations américaines fut majeur : le National Endowment for the Humanities crée l’ODH (Office of Digital Humanities) en 2008, le National Endowment for the Arts et Institute of Museum and Library Services en charge du soutien aux musées et aux bibliothèques, la fondation Andrew W. Mellon, l’American Council of Learned Societies publie le document de référence2 en matière de cyberinfrastructure pour les SHS. Au Royaume-Uni, en 2004, l’Economic and Social Research Council fonde le National Center for e-Social Science. En Allemagne, le projet TextGrid, démarré en 2006 veut créer une « grille de calcul » sémantique pour l’édition, l’annotation et l’analyse des textes. En Europe, dans le cadre du 7ème PCRD, European Strategy Forum on Research Infrastructures a pour objectif d’optimiser l’utilisation et le développement des grandes infrastructures européennes. En 2006, sa feuille de route décrit 35 projets d’infrastructures dont 5 en SHS : CESSDA, CLARIN, DARIAH, ESS, SHARE… La France enclenche alors également ses propres projets de grandes infrastructures digitales dont le TGE Adonis devenu depuis Huma-Num.

  • 3 Ghislaine Chartron. Aux sources de l’Information Scientifique et Technique. 2001. <https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic 00804152>

2Il faut donc retenir le rôle majeur des politiques prescriptives dans l’émergence du champ des cyberinfrastructures et des digital humanities dont les précurseurs furent majoritairement américains et britanniques (de façon très similaire au développement du champ IST dans les années 70)3.

Rapport aux Sic : convergence de l’ingénierie et analyse critique partagée

3Les Sciences de l’information et de la communication ont originellement comme objet l’étude des processus informationnels et communicationnels dans des contextes variés. Le numérique occupe depuis de nombreuses années une dimension croissante. La posture constructiviste et la posture critique s’y croisent et s’enrichissent, la prise en compte des logiques d’acteurs est fondamentale. Le traitement automatique du langage, les techniques du web sémantique, les algorithmes d’analyse des contenus et des données sont mobilisés dans différents contextes d’usage. Aujourd’hui, les techniques mises en avant pour les humanités numériques convergent avec des savoirs et des savoir-faire déjà expérimentés dans de nombreux travaux en Sic. La transversalité reste fondamentale pour les Sic, les SHS ne sont qu’un terrain particulier. Les enjeux scientifiques résident plus largement dans l’identification de modèles et d’invariants concernant les transformations des dimensions informationnelles et communicationnelles.

4La posture analytique et critique du numérique questionne, quant à elle, la dimension précédente car l’ingénierie ne peut se soustraire aux enjeux de signification pour les acteurs. Quelle est alors l’originalité des SIC par rapport aux autres sciences sociales dans la posture critique des humanités numériques ? Parmi les nombreuses questions soulevées dans le croisement du numérique et des SHS, un focus central et identitaire pour les Sic réside fondamentalement dans celui de la transformation des régimes de production, de communication et d’usage de l’information dans les sociétés contemporaines ainsi que les retombées sociétales et politiques induites.

Haut de page

Notes

1 NSF, Cyberinfrastructure Vision for 21st Century Discovery. <http://www.nsf.gov/pubs/2007/nsf0728/nsf0728.pdf>

2 ACLS. Our Cultural Commonwealth, The report of the American Council of Learned Societies Commission on Cyberinfrastructure for the Humanities and Social Sciences [en ligne] New-York, 2006, 43 p. <http://www.acls.org/uploadedFiles/Publications/Programs/Our_Cultural_Commonwealth.pdf>

3 Ghislaine Chartron. Aux sources de l’Information Scientifique et Technique. 2001. <https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic 00804152>

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ghislaine Chartron, « Humanités Numériques : genèse et rapport aux Sic », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2648 ; DOI : 10.4000/rfsic.2648

Haut de page

Auteur

Ghislaine Chartron

Professeur, Dicen-Idf, CNAM, Sciences de l’information et de la communication

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page