Navigation – Plan du site
Manifeste pour un positionnement des Sciences de l’Information Communication (SIC) vis-à-vis des Digital Studies (DS) et autres mutations du numérique
Le Numérique : un nouveau milieu ?

Ce que nous apprend le Numérique

Nabil Ben Abdallah

Texte intégral

Ce que nous apprend le numérique

1Les technologies numériques ne cessent d’évoluer et de se diversifier provoquant des changements importants non seulement dans notre manière d’agir sur les objets du monde mais aussi dans notre rapport à soi, aux autres et même à nos machines classiques qui sont désormais des « objets connectés ». Ces changements sont si profonds qu’il est aujourd’hui difficile de mesurer leur ampleur et leur portée, certes par manque de méthodes fiables d’observation mais, et c’est le plus important, ces technologies constituent aujourd’hui un « monde » à part avec ses objets et ses « sujets ». À la différence de nos outils et machines traditionnels, ces technologies numériques permettent, entre autres, des actions réservées auparavant exclusivement à l’esprit humain : calcul, raisonnement, résolution de problèmes, etc. Cette faculté qui, d’une certaine manière, subjectivise les technologies numériques, notamment celles conçues selon le modèle de la machine de Turing, rend problématique le dualisme classique sujet/objet. Dès lors, des questions d’ordre théorique, épistémologique et méthodologique émergent. Un premier point concerne la différence entre la nature de l’identité de l’objet numérique et celle d’un sujet (ou d’une communauté). La première est inerte, elle est définit par l’objet numérique lui-même. Par exemple, un programme informatique ne se distingue que par les opérations et les actions que ses instructions sont capables d’exécuter. La deuxième est « vivante », une identité d’un sujet capable de se distinguer clairement de l’objet, mais aussi de l’autre, tout en maintenant une interaction continue et évolutive avec eux. Un second point concerne les relations que nous pouvons avoir avec les technologies numériques. Une approche axée essentiellement sur leurs usages ne permet pas de saisir leur nature complexe. Elles sont considérées comme un instrument qu’il faut maîtriser et s’approprier dans un jeu de relations qui sont loin d’être symétriques (Rabardel, 2005 ; Jeanneret, 2009). S’il est relativement facile d’observer et de constater les effets du numérique sur nos organisations et nos sociétés, il est beaucoup plus difficile de vérifier si ces effets sont réciproques ou non. Une entreprise numérique par exemple est une entreprise qui s’est complètement métamorphosée. Son organisation et son fonctionnement sont totalement adaptés au mode très particulier de production, de diffusion, de visualisation et d’assimilation de l’information imposé par le numérique. Il ne s’agit pas dans ce cas d’une simple intégration d’outils ou de dispositifs numériques, la transformation est tellement profonde qu’il est difficile de saisir les traces des organisations précédentes, celle de l’ère pré-numérique (Stiegler, 2016).

2Si nous voulions saisir la nature complexe du numérique, comprendre et contrôler ses effets sur nos sociétés et nos organisations, nous devrions dépasser l’opposition classique établie entre l’homme et les objets techniques, et travailler sur des projets interdisciplinaires impliquant, entre autres, des chercheurs et ingénieurs en sciences de l’ingénieur. Sur le premier point, Georges Canguilhem admet dès le début de son ouvrage La connaissance de la vie que « rien n’est plus humain en un sens qu’une machine » (Canguilhem, 1952, p. 22). Dans cet ouvrage, Canguilhem ne décrit les relations homme-machine ni en terme de conflit ni en terme de convergence, il va plus loin, l’homme est dans la machine, d’une certaine manière il est son âme, elle renferme une part de son intelligence, de sa conscience et de son environnement. Sur le second point, il est aujourd’hui important que des chercheurs de notre discipline soient impliqués dans des projets de conception et de réalisation des objets et des dispositifs numériques ; c’est essentiellement dans cette phase d’évolution des solutions techniques que les transformations numériques de nos sociétés se préparent. « Le déploiement des technologies convergent avec la variété des questions de recherche, des besoins et du travail imaginatif qui caractérisent les arts et les humanités» (Julien, 2015 p.16). Nous ne devons donc pas se contenter de commenter des réalités techniques qui ne cessent d’évoluer, c’est ce que nous apprend le numérique.

Haut de page

Bibliographie

Buckland, Michael. « What Kind of Science Can Information Science Be? », Journal of the American Society for Information Science and Technology, 2012, 63, n1, 7 p.

Canguilhem Georges, « La connaissance de la vie », Paris, Librairie Hachette, 1952, 225 p.

Jeanneret Yves, « La relation entre médiation et usage dans les recherches en information-communication en France », 2009, RECIIS 3, no 3.

Julien Quentin, Citton Yves, (Traduction), « Manifeste pour des humanités numériques 2.0 », Multitudes, 2/2015 (n° 59), p. 181-195.

Rabardel Pierre, « Instrument, activité et développement du pouvoir d’agir ». In Teulier, Régine, et Philippe Lorino, Entre connaissance et organisation, l’activité collective : l’entreprise face au défi de la connaissance, colloque de Cerisy, Paris, La Découverte, Collection « Recherches », 2005.

Stiegler Bernard, Dans la disruption : comment ne pas devenir fou ?, Paris, Les Liens Qui Libèrent, 2016, 480 p.

Wilson, T. D., « Fifty years of information behavior research ». Bulletin of the American Society for Information Science and Technology 36, no. 3, 2010, 7 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nabil Ben Abdallah, « Ce que nous apprend le Numérique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2635 ; DOI : 10.4000/rfsic.2635

Haut de page

Auteur

Nabil Ben Abdallah

Maître de conférences, IUT de Dijon/Université de Bourgogne, ELICO EA 4147, Sciences de l’Information et de la Communication

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page