Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Cette dixième livraison de la revue RFSIC propose un dossier Design et Transmédia. Ce dossier est important car il s’inscrit délibérément dans le croisement de notre discipline avec un autre secteur : le Design. Il est vrai que tous les objets communiquent, particulièrement les objets construits, comme ceux de l’architecture, parfois au sens le plus trivial du terme. Que l’on pense, par exemple, à la tour Burj Khalifa à Dubaï. Comme à l’hôtel Bellagio à Las Vegas, la société WET Design a installé un système de fontaines qui s’animent lors des spectacles façon son et lumière. Toutes les demi-heures à partir de 18 h, ces fontaines se mettent à danser, sur une longueur de 275 mètres et sur une hauteur pouvant atteindre 150 mètres. Le spectacle est différent à chaque fois par ses mouvements, ses couleurs et ses musiques : un air d’opéra interprété par Andrea Bocelli, un chant oriental ou une chanson swahili… Les fontaines ont ainsi été programmées pour être synchronisées avec la chanson “I Will Always Love You” dans sa version interprétée par Whitney Houston, à l’occasion de sa mort en février 2012 et, sur Internet, la vidéo de cette représentation est devenue virale, se posant comme un genre d’hommage à la chanteuse décédée. Remarquons qu’il n’y avait pas de fontaines au World Trade Center, mais il y avait de l’argent… probablement pas plus qu’à Burj Khalifa (1 milliard et demi d’euros) et, cependant, cet argent était symboliquement tellement fort que, le 11 septembre, « US (était) Under attack » mais pas Burj Khalifa. La pertinence du dossier va donc bien au-delà d’un simple croisement conjoncturel : le croisement entre notre discipline avec une autre discipline SHS – histoire de l’art, sciences de gestion… – appelle sans doute d’autres dossiers de ce type. Avis aux amateurs !

2Nous publions, en anglais, une contribution de notre collègue Maria Lucilla Marcos de l’Université Nouvelle de Lisbonne. Ce qui sera également le cas, pour une sélection d’articles, dans le dossier n° 11 (juin 2017) coordonné par Ghislaine Chartron et Joachim Schöpfel sur le thème de l’Open Access et de l’Open Science. Si la question du coût élevé de la traduction n’est pas indifférente à ce choix, cette innovation éditoriale s’explique en raison d’une reconnaissance internationale de nos travaux, de leur spécificité culturelle et scientifique, dans le cadre strict d’une procédure de relecture en double aveugle. Les outils de suivi dont nous disposons témoignent de la lecture fréquente des articles de la RFSIC par des chercheurs étrangers et américains en particulier. Ce sujet de la publication en anglais sera aussi abordé dans une session spécialement dédiée pendant les prochaines doctorales organisées du 14 au 16 Juin à Lyon en partenariat avec le laboratoire Elico. Les avis que vous voudrez bien nous transmettre permettraient aussi de continuer la réflexion de notre communauté sur ce sujet et nous pourrions en faire état dans une prochaine livraison.

3Vous retrouverez également les rubriques régulières comme Regards croisés, Émergences et Vie des labos, et deux rubriques en devenir : la rubrique Spicilège qui traite d’objets singuliers interpellant les chercheurs qui s’en saisissent tant sur le plan empirique que théorique et la rubrique Ligne Sud qui accompagne les développements rapides des SIC dans les pays dits « du Sud ». Par cet ensemble, la SFSIC souhaite rendre compte des recherches en SIC et de la vie de notre communauté de chercheurs, au-delà ou à côté de revues scientifiques plus thématiques.

4Cette livraison propose enfin le « Manifeste pour un positionnement des Sciences de l’information-communication (SIC) vis-à-vis des Digital Studies (DS) et autres mutations du numérique ». Ce Manifeste fait suite à la journée organisée le 30 mars 2016 par notre société savante. Les Digital Studies sont l’objet d’appétits disciplinaires. Il était bon que nous disposions d’un outil de travail et de réflexion. Notre Vice-présidente Recherche Françoise Paquienséguy (SciencesPo Lyon/ELICO) a souhaité que ce Manifeste soit ouvert. À partir du texte de base, 22 chercheurs ou groupes de chercheurs ont permis la production d’un « Manifeste augmenté ». Ce Manifeste se veut donc, pour paraphraser la philosophe Barbara Cassin, « plus wonderful que la pile Wonder » : non seulement, il ne s’use pas si l’on s’en sert, mais il augmente. À déguster sans modération !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Raichvarg, « Éditorial », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2546

Haut de page

Auteur

Daniel Raichvarg

Président de la SFSIC

Articles du même auteur

  • Editorial [Texte intégral]
    Paru dans Revue française des sciences de l’information et de la communication, 11 | 2017
  • À propos… [Texte intégral]
    Paru dans Revue française des sciences de l’information et de la communication, 6 | 2015
  • À propos… [Texte intégral]
    Paru dans Revue française des sciences de l’information et de la communication, 5 | 2014
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page