Navigation – Plan du site

Introduction au dossier « Humanités numériques et SIC »

Jean-Claude Domenget, Julia Bonaccorsi et Valérie Carayol

Texte intégral

1Sans fanfaronner exagérément, il faut bien reconnaître en préambule que les sciences de l’information et de la communication (SIC) ont de longue date développé des théories et des paradigmes qui permettent de saisir et d’analyser les enjeux sociaux liés au « numérique » (numérisation, informatisation, TIC). Qu’il s’agisse des travaux ayant souligné les implications des systèmes d’information informatisés dans l’organisation du travail, ceux portant sur les mutations médiatiques de la communication, ceux analysant les relations entre technique et société à travers les usages des dispositifs d’information et de communication, ceux interrogeant les discours de la société de l’information, ceux abordant les industries culturelles et médiatiques ou bien encore, les recherches analysant les médiations liées à la numérisation documentaire. Au-delà des enjeux liés au numérique ou à ceux de la numérisation croissante des activités de médiation, la question de l’artefactualité technique, impliquée par toute transmission ou transformation d’informations ou de connaissances, est depuis la fin des années 70 une question essentielle des SIC.

2L’observation des transformations de la circulation des savoirs et de la communication par le numérique est ainsi au cœur des SIC, impliquant non seulement la construction de cadres opératoires théoriques mais également une pratique empirique du numérique dans les objets analysés et les méthodes. Ajoutons également que le SIC “travaillent” la matérialité numérique aux prismes éclairants des approches documentaires et informationnelles, socio-économiques, interprétatives et sémiologiques…

3Aujourd’hui, ces problématiques sont rendues particulièrement visibles dans le champ des Humanités numériques parfois considéré comme un nouveau champ de recherche (Four, 2013), une transdiscipline (Le Deuff, 2014), une « postdiscipline » (Welger-Barboza, 2012), une « zone d’échange » entre disciplines (Svensson, 2012 ; Dacos et Mounier, 2014) ou encore un tournant (Carayol, Morandi, 2016), un mouvement de renouveau des SHS symbolisé par le Manifeste des digital humanities en 2011 (Dacos, 2011) entre autres.

4Par ce dossier d’articles, nous avons souhaité ouvrir un espace de discussion sur les articulations entre SIC et humanités numériques, et revisiter ce qu’ont produit de spécifique les SIC sur les questions abordées par les chercheurs se réclamant des humanités numériques. Quels cadres théoriques ont été éprouvés ? Quelles avancées particulières seraient propres aux SIC dans un contexte où la pluridisciplinarité est constitutive des projets identifiés Humanités numériques ? Autrement dit, ce dossier de la Revue Française de Sciences de l’Information et de la Communication ouvre une discussion, qui, nous l’espérons se poursuivra, sur ce que les SIC ont à dire des Humanités numériques tout autant qu’à ce que les Humanités numériques apportent à la réflexion en SIC.

5Ce dossier s’inscrit donc dans ce véritable défi pour les sciences humaines et sociales (Bourdeloie, 2013 ; Plantin, Monnoyer-Smith, 2013 ; Wievorka, 2013 ; Diminescu et Wieviorka, 2015) imposé par le numérique, à travers l’interrogation sur leurs méthodes, leurs catégories d’analyse, leurs paradigmes, leurs orientations « au point qu’il devient possible d’envisager des théories numériques du social » (ibid., p. 10), dans une mise en abîme réflexive résolument vertigineuse. Cette évolution des objets de recherche transformés par le numérique ainsi que des paradigmes d’analyse vient surtout des big data qui constituent un autre monde de données, d’autres méthodes de traitement appelant à un projet de « convention pour une troisième génération de sciences sociales » (Boullier, 2015). Par là, le dossier s’inscrit dans ce paradigme problématique et nourrit la question de ce que les Humanités numériques font aux SIC. À ce titre, plusieurs articles pointent la nécessité de retours réflexifs sur les objets de recherche étudiés, les terrains construits, les méthodes d’enquête et les outils utilisés dans l’analyse des données numériques produites. D’autres prennent en compte que « le temps des humanités digitales est venu » (Le Deuff, 2014, p. 11) tentant de resituer les origines des humanités digitales, interrogeant les nouveaux modes de représentation des savoirs et les transformations en cours notamment dans les modes de transmission et de médiation des savoirs.

6Néanmoins cette prise en compte d’une mutation globale des savoirs (Jutand, 2013 ; Stiegler, 2014) d’un changement épistémologique fondamental menaçant les SIC comme les autres sciences humaines et sociales ne doit pas faire l’impasse d’une approche critique. Plusieurs collègues en SIC ont proposé de problématiser la « culture (du) numérique » (Jeanneret, 2000 ; Robert, 2012). Dans cette lignée, il s’agit en effet de « cultiver » – « culturer » – le numérique (Pignier et Robert, 2015), en allant à rebrousse-poil d’une certaine tendance de technicisation de la culture. Autrement dit l’enjeu est de saisir ce que les humanités pensent de la technique, et non pas que les humanités soient (im)pensées, instrumentalisées par la technique (Robert, op. cit.).

7De ce fait, plutôt que la définition d’un positionnement ou d’une identité disciplinaire, les travaux de recherche réunis s’organisent autour de trois pôles de questionnements principaux.

8Le premier pôle concerne tout d’abord notre métier de chercheur travaillant sur les phénomènes info-communicationnels : quels changements dans les pratiques de recherche sont induits par les projets en humanités numériques ou plus largement en lien avec le numérique (l’innovation par exemple) ? Sommes-nous face à une transformation des savoirs et des compétences ? Il s’agit d’éclairer la dimension organisationnelle des projets (acteurs, métiers, discours), des métiers et des pratiques, comme leur dimension interdisciplinaire.

9Le deuxième pôle est celui des possibilités offertes par le numérique dans la pratique même de la recherche : dans une visée réflexive, il s’agit ainsi de questionner les formes de connaissances produites à travers des expériences. L’analyse des méthodes mises en place, en fonction des objectifs visés, met l’accent sur les conditions de production et de recueil des données, leurs dimensions quali-quantitatives, la manière de les traiter. Les spécificités des terrains et des méthodes construites sont analysées ainsi que les questionnements épistémologiques suscités par la mutation des pratiques (par exemple, l’importance des processus d’automatisation des processus de recherche, de l’algorithmie et des Big Data).

10Le troisième pôle traite des problématiques critiques, éthiques, anthropologiques, que les SIC ont travaillées à propos de la numérisation de la société. Il combine un regard diachronique revenant sur des recherches menées ces trente dernières années, comme des recherches contemporaines et plus ciblées sur des questions vives. De nombreux enjeux sont au coeur de ces réflexions (autour de la culture numérique et/ou la culture du numérique ; des liens entre innovations techniques, pratiques communicationnelles et processus démocratiques ; des changements induits pour la science par les pratiques participatives ou les pratiques dite de « l’open science », etc.).

11Ainsi, les contributions publiées ici proposent un état des lieux de la recherche au carrefour des SIC et des humanités numériques, sans solder l’approche critique, considérant dans le temps long les transformations en cours, ne sacrifiant pas à l’idéologie de la rupture et de la révolution, ni à une conception naturalisante et transparente de la matérialité de la rationalité numérique.

12Si l’intention du dossier n’est pas de fabriquer une homogénéité artificielle, des synergies apparaissent et les articles présentent plusieurs points communs. Majoritairement, il s’agit de textes engagés, certains présentant des programmes de recherche et de formation (Vial ; Bigot, Julliard, Mabi ; Mouratidou, Vidal) au carrefour entre SIC et humanités numériques, d’autres articles prenant même la forme d’un véritable plaidoyer voire d’un manifeste pour positionner les SIC dans le tournant du numérique (Cormerais, Le Deuff, Lakel, Pucheu). Ces textes articulent la plupart des interrogations épistomologiques et méthodologiques actuelles ouvertes par le numérique. Tous invitent ainsi à interroger les catégories d’analyse utilisés en SIC (Lebechec, Alloing) à prendre du recul face à cette urgence apparente à faire des « studies » sur tel ou tel objet (à partir d’un calendrier imposé par la recherche anglo-saxonne) (Jahjah), à questionner les outils créés et utilisés pour effectuer la production, le traitement et l’exploitation des données comme dans l’analyse des controverses sociétales sur le web (Bigot, Julliard, Mabi) ou encore à resocialiser les données numériques (Ouakrat et Mésangeau).

Formuler un regard critique sur l’instrumentation numérique de la connaissance

13Saisir le sens contemporain des Humanités numériques, tel est l’enjeu de l’article proposé par Jean-Edouard Bigot, Virginie Julliard et Clément Mabi : pour ce faire, ils engagent une analyse des prétentions épistémologiques en jeu dans les discours et les projets se réclamant des Humanités numériques, montrant que les SIC sont remarquablement armées théoriquement pour défricher ce terrain. La mise en oeuvre de cette perspective programmatique autant que réflexive, est conduite à partir d’une consolidation méthodologique portant sur les médiations technologiques dans leurs caractéristiques sociales et sémiotiques. L’expérimentation sur laquelle est basée la réflexion est ainsi particulièrement originale puisqu’elle met à l’épreuve des objectifs pédagogiques liés à la formation universitaire à l’analyse de controverses : les outils numériques « clés en main » porteurs de questions de recherche spécifiques ne répondent que partiellement à une problématisation en SIC, nécessitant la production et l’aménagement d’instruments ad hoc. Au-delà de l’expérience pédagogique, l’article pointe avec clarté les enjeux scientifiques mais aussi politiques des médiations techno-sémiotiques et la capacité des SIC parmi les sciences sociales à se frayer un chemin parmi les impensés épistémologiques que ces médiations taisent.

14Alan Ouakrat et Julien Mésangeau interrogent quant à eux les possibilités offertes par le numérique dans l’analyse de traces d’activités numériques, avec une visée réflexive. Pour cela, ils reviennent sur deux recherches empiriques (une enquête sur les usages du smartphone d’une part et sur les réseaux socionumériques professionnels d’autre part) lesquelles soulignent la nécessaire resocialisation des données numériques. Il est nécessaire en effet d’examiner les données sociales et biographiques des individus étudiés, afin de pouvoir procéder à des interprétations dans une perspective sociologique. Les intérêts et les limites des outils de visualisation des données sont également discutés à travers la redéfinition du rapport au terrain et la combinaison des régimes de l’action individuelle et collective. À partir de ces expériences de recherche, l’objectif est ainsi d’identifier des traits pertinents dans l’épistémologie actuellement en construction des humanités numériques pour les SIC.

Qualifier les glissements épistémologiques et les mutations des catégories de pensée sur le numérique

15S’inscrivant dans la même veine des changements apportés par les humanités numériques dans la construction des savoirs, Mariannig Le Béchec et Camille Alloing s’interrogent sur ce que les humanités numériques apportent de nouveau dans la définition de catégories d’analyse. En s’appuyant sur deux terrains de recherche en SIC, l’un portant sur un web territorial et l’autre sur la réputation d’un service web, les auteurs expliquent les raisons pour lesquelles certaines catégories tombent dans l’oubli alors que d’autres ressurgissent. L’analyse du cas du « territoire numérique de marques » permet ainsi de poser les questions des limites et du contrôle de l’image d’une organisation qui préoccupent depuis longtemps les sciences de gestion et, sous un autre angle, la sociologie de la consommation et les SIC. Vis-à-vis des concepts mobilisés (territoire, marque, autorités, communautés) et des méthodes employées, il s’agit de souligner que dans le champ des humanités numériques les contenus produits par les internautes devraient être analysés comme des corpus web pertinents.

16Dans son article, Marc Jahjah traite de manière focalisée la relation des SIC avec les Humanités numériques, et plus spécifiquement avec les Digital Studies, à partir d’une exploration des problématisations des technologies de la communication en tant que dispositifs d’écriture et de lecture. La généalogie théorique avec la bibliographie matérielle est ainsi caractérisée comme une filiation revendiquée en SIC mais aussi une référence implicite dans de nombreux travaux prenant en compte la matérialité symbolique et sociale de l’information informatisée. La relecture de travaux portant sur les écrits d’écran et l’énonciation éditoriale, mais aussi plus largement sur les médiations documentaires et informationnelles sert un double projet dans l’article, ainsi adossé à une vaste recension bibliographique : comprendre, d’une part, le positionnement des SIC vis-à-vis des Digital Studies ; décrire, d’autre part, de quelle manière les SIC ont “densifié” la filiation avec l’histoire du livre et la bibliographie matérielle dans les recherches sur les médias informatisés (notamment à propos de la dialectique entre dispositif et appropriation). Ainsi, l’article questionne, fondamentalement, la reconnaissance et la visibilité de savoirs consolidés en SIC sur le numérique, dans un paysage international prompt à se définir en studies mais qui semble refaire, plusieurs décennies plus tard, le même chemin.

17Eleni Mouratidou et Geneviève Vidal, nous livrent pour leur part une étude de plusieurs MOOC (Massive Open Online Courses), qui combine une analyse sémio-pragmatique portant sur les bandes-annonces de ces MOOC et une étude des représentations des prescriptions d’usage menée auprès des apprenants et enseignants qui les fabriquent ou les utilisent. Ce faisant, elles cherchent à comprendre si l’introduction de ces dispositifs de formation constituent une rupture ou s’ils se situent en continuité avec les modalités traditionnelles de transmission et de médiation des savoirs dans l’enseignement supérieur. Regardant, à la fois, les promesses d’usages, les modalités d’évaluation, le caractère plus ou moins interactif et collaboratif des dispositifs, l’analyse relève une pluralité de formats, en fonction de leur promoteur, public ou privé et de l’intégration d’une logique certifiante ou pas. Leur potentiel disruptif, du point de vue des pratiques pédagogiques, semble lui aussi, selon cette analyse, varier en fonction de ces dimensions.

Redéfinir le territoire disciplinaire des SIC : un débat (ré)ouvert par les humanités numériques ?

18Les deux derniers articles de ce dossier sont d’un genre plus programmatique et relativement original au regard des cadres énonciatifs classiques de l’article scientifique. Ainsi, Franck Cormerais, Olivier Le Deuff, Amar Lakel et David Pucheu donnent à lire un texte qui prend la forme d’un plaidoyer, voire même d’un manifeste, pour positionner les SIC par rapport aux humanités numériques. L’objectif, très ambitieux, consiste à montrer et démontrer que les SIC sont, par leur transdisciplinarité, les disciplines les mieux à même de rendre compte de la mutation digitale et de ses opportunités et conséquences. En effet, la mutation digitale, par son caractère global, affecte tous les systèmes techniques antérieurs, toutes les pratiques sociales et donc tous les objets et terrains de recherche des sciences humaines et sociales. Ce texte ne répond bien sûr que de manière partielle à cet enjeu crucial autour des mutations du savoir et des lieux de transmission.

19Pour sa part, l’article de Stéphane Vial suggère que le design est l’intermédiaire heuristique grâce auquel peut s’élaborer de manière pertinente le carrefour entre SIC et humanités numériques. Selon l’auteur, une approche par le design permet de créer un dialogue fécond entre SIC et humanités numériques. Présentant une étude de cas, le projet VÉgA (Vocabulaire de l’Égyptien Ancien) résultat d’une méthodologie de conception qui relève de la culture du design, l’article s’intéresse à la manière dont le design, en tant qu’objet de recherche des SIC, permet d’éclairer et de structurer de manière nouvelle les enjeux théoriques et méthodologiques des humanités numériques. L’auteur propose ainsi de définir un nouvel espace de recherche appelé « Design & Digital Humanities » (2DH) qui interroge à la fois les humanités numériques comme étant une question de design ou de recherche en design mais aussi la convergence entre design et humanités numériques comme étant une évolution bénéfique pour la pratique et la méthodologie des humanités numériques et la consolidation de l’épistémologie émergente des humanités numériques.

20Ouvert au dialogue, polémique, pluriel dans les points de vue abordés, mais sans aucun doute stimulant et en prise avec des questionnements proches de nous dans l’espace et le temps, ce dossier indique plusieurs voies pour l’exploration fine de ces points de rencontre entre une discipline, les SIC, et la transformation plus large des formats et lieux de savoir dans les activités savantes (Jacob, 2014) ainsi désignée comme les “humanités numériques”. Aucune conclusion n’est véritablement possible, ni même souhaitable : au contraire, ce numéro de la RFSIC nous semble démontrer la diversité et l’intensité des chantiers ouverts, à poursuivre au sein de la revue comme dans d’autres espaces de dialogue et de publication.

Haut de page

Bibliographie

Boullier Dominique (2015), « Vie et mort des sciences sociales avec le big data », Socio, n° 4, p. 19-37.

Bourdeloie Hélène (2013), « Ce que le numérique fait aux sciences humaines et sociales. Épistémologie, méthodes et outils en question », tic&societé, vol. 7, n° 2, http://ticetsociete.revues.org/1500

Carayol Valérie et Morandi Franc (dir.) (2016), Le tournant numérique des sciences humaines et sociales, Pessac, Presses de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Dacos Marin (2011). Manifeste des Digital humanities, ThatCamp Paris 2010, 26 mars 2011, http://tcp.hypotheses.org/318

Dacos Marin et Mounier Pierre (2014), Humanités numériques. État des lieux et positionnement de la recherche française dans le contexte international, Rapport Institut Français, http://www.institutfrancais.com/sites/default/files/if_humanites-numeriques.pdf

Diminescu Dana et Wieviorka Michel (2015), « Le défi numérique pour les sciences sociales », Socio, n° 4, p. 9-17.

Four Pierre-Alain (2013), Comment les digital humanities (ou les humanités numériques) transforment les SHS, Document de la Direction de la Prospective et du Dialogue Public/Grand Lyon, http://fr.slideshare.net/pierrealainfour/comment-les-digital-humanities-ou-les-humanits-numriques-transforment-les-shs

Le Deuff Olivier (dir.) (2014), Les temps des humanités digitales. La mutation des sciences humaines et sociales, Limoges, FYP éditions.

Jacob Christian (2014), Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ? Marseille, OpenEdition Press.

Jeanneret Yves (2000), Y a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ? Villeneuve d’Ascq, Presses du Septentrion.

Jutand Francis (dir.) (2013), La métamorphose numérique : vers une société de la connaissance et de la coopération, Paris, ed. Alternatives.

Pignier Nicole et Robert Pascal (2015), « Introduction. Mettre “le numérique” en culture ? », Interfaces numériques, vol. 4, n° 3, p. 339-350.

Plantin Jean-Christophe et monnoyer-smith, Laurence (2013), « Ouvrir la boîte à outils de la recherche numérique », tic&société, vol. 7, n° 2, https://ticetsociete.revues.org/1527

Robert Pascal (2013), « Pour une culture (autour du) numérique », dans Vacher Béatrice, Le Moenne Christian et Kiyindou Alain (dir.), Communication et débat public. Les réseaux numériques au service de la démocratie ? Paris, L’Harmattan, p. 425-432.

STIEGLER Bernard (2014), Digital Studies. Organologie des savoirs et des technologies de la connaissance, Limoges, FYP éditions.

SVENSSON Patrik (2012), « Envisioning the Digital Humanities », digital humanities quatrly, vol. 6, n° 1, http:// www.digitalhumanities.org/dhq/vol/6/1/000112/000112.html

Welger-Barboza Corinne (2012), « Les digital humanities aujourd’hui : centres, réseaux, pratiques et enjeux », dans MOUNIER Pierre (dir.), Read/Write Book 2 : Une introduction aux humanités numériques, Marseille, OpenEdition Press, http://books.openedition.org/oep/244

Wieviorka Michel (2013), L’impératif numérique ou la nouvelle ère des sciences humaines et sociales, Paris, CNRS éditions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Domenget, Julia Bonaccorsi et Valérie Carayol, « Introduction au dossier « Humanités numériques et SIC » », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 29 mars 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1984

Haut de page

Auteurs

Jean-Claude Domenget

Articles du même auteur

Julia Bonaccorsi

Articles du même auteur

Valérie Carayol

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page