Navigation – Plan du site
Dossier

Les humanités numériques pour repenser les catégories d’analyse

Le cas du « territoire numérique de marques »
Mariannig Le Béchec et Camille Alloing

Résumés

Dans le champ des humanités numériques, le chercheur qui analyse des corpus web éprouve des difficultés à mobiliser les concepts et leurs catégories. Cet article s’appuie sur deux terrains de recherche en SIC que sont un web territorial et la réputation d’un service sur le web. Nous chercherons à démontrer que les pratiques des internautes, les contenus produits mais également les systèmes computationnels sont à prendre en considération pour interroger certaines catégories d’analyse. Notre but est de définir un territoire numérique de marque comme un ensemble de signes transposables, mémorisés par des systèmes computationnels dont des algorithmes et valorisés par l’autorité réputationnelle des internautes. Nous verrons alors que dans les humanités numériques, les contenus produits par les internautes devraient être analysés comme des corpus pertinents.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La définition des humanités numériques, loin d’être stabilisée (Mounier, 2015) ou de définir un objet de recherche unique, sous-entend une approche transdisciplinaire. Les recherches inscrites dans le champ des humanités numériques semblent interroger des corpus structurés autour de textes littéraires (Gefen, 2015). De notre point de vue, les humanités numériques permettent également d’analyser le thème des territoires numériques de marques à partir de contenus produits par les internautes. Ce thème nous amène à construire une approche transdisciplinaire. D’une part, la notion de territoire nous oblige à mobiliser les travaux de recherche présents en géographie, en sciences politiques et en sociologie. D’autre part, la notion de marque convoque les travaux en gestion et en sociologie des organisations. De plus, à partir de corpus web, nous montrerons que loin d’être un objet de recherche unifié, un territoire ou une marque s’observe à partir d’attributs. Nous souhaitons comprendre comment se compose un territoire numérique et, comment ce territoire pourrait se constituer soit comme en un objet unifié qu’est une marque, soit comme un ensemble d’éléments circulants sur le web. Car là est l’enjeu de notre problématique : un territoire numérique de marques que nous cherchons à définir tout au long de cet article, peut-il être construit à partir d’une pluralité d’éléments circulants sur le web ou structuré par de nouvelles formes d’autorité issues du web ?

2La définition des humanités numériques suggère également de s’intéresser aux outils numériques, à leurs usages et aux usagers. Les approches sont souvent empiriques et nécessitent pour le chercheur d’éprouver des méthodologies ou d’en constituer de nouvelles. Au fil de nos analyses de corpus de sites ou de comptes utilisateurs de plates-formes web, les limites « numériques » de ces corpus deviennent poreuses et les circonscrire devient de plus en plus complexe. Les catégories se délitent et le chercheur dont les objets de recherche se lient aux humanités numériques semble avoir à sa disposition deux choix pour définir son objet de recherche. Le premier est d’extraire son corpus en fonction d’une unité de temps de collecte coïncidant avec un territoire. Le second est d’extraire son corpus en fonction d’une unité de lieu selon une ou plusieurs plates-formes de collecte.

3Des chercheurs (Marres et Gerlitz, 2015) désignent par le terme de « méthodes d’interface », la résonance entre le choix et la démarche scientifiques avec un outil conçu pour le grand public. Autrement dit comment un objet de recherche peut-il se dupliquer ou s’inscrire parfaitement dans une plate-forme donnée ? Les catégories peuvent peut-être perdurer. Mais le chercheur qui interroge des corpus web qu’il a construits à partir de notions tels que « territoire » ou « marque », observe quant à lui une difficulté à maintenir des catégories d’analyse qui les définissent comme les typologies d’acteurs, de médiateurs par exemple. Le chercheur va donc devoir sélectionner moins des catégories que des attributs pour en définir de nouvelles. Ce détachement des « catégories préconstruites et des schémas préfabriqués » est nécessaire dans les humanités numériques (Gefen, 2015).

4Ce délitement des catégories induit pour le chercheur en SIC de nouvelles méthodes à élaborer pour extraire, collecter et analyser des données sur le web en lien avec un territoire ou une marque. Les définitions des notions de territoire ou de marque diffèrent-elles en raison d’une nouvelle herméneutique liée à ces méthodes ? C’est ce que nous interrogerons dans les première et seconde parties de cet article. La posture du chercheur dans son analyse est double : doit-il reprendre les catégories des acteurs au sens d’autorité ou adopter une approche critique de leur caractère construit (Le Béchec et Boullier, 2014) ? Afin de dépasser cette aporia, nous allons associer une analyse d’un « web territorial » à une analyse de « communautés informationnelles de marque ». Le résultat de ces analyses montre que les stratégies de communication d’un territoire ou d’une marque ne reposent plus sur une structuration et des limites sur le web. Et, cette absence de structuration et de limites oblige également le chercheur à discuter ses propres catégories d’analyse. De ce fait, comment peut-on observer et analyser ces terrains de recherche numériques quand les catégories classiquement établies en SIC sont en constante mouvance ? Nous interrogeons ici ce que Saleh et Hachour (2012) soulignent au sujet du lien potentiel entre les SIC et les humanités numériques. « Cette question des frontières numériques soulève plusieurs problèmes concrets pour lesquels les SIC, orientées vers les « humanités numériques », pourraient apporter une contribution décisive ».

5Nous associerons dans une troisième partie nos travaux de recherche sur les organisations et les territoires à travers la notion de communautés dites virtuelles (Proulx et Latzko-Toth, 2000) ou imaginées (Anderson, 1996) à l’aune de l’omniprésence du numérique. A travers deux approches méthodologiques complémentaires (collecte de corpus de données web et approches ethnographiques) et deux « objets informationnels numériques » (web territorial et communautés de marques), nous tenterons de montrer qu’un territoire numérique (Musso, 2008), comme une marque (Kapferer, 1998) qui veille à sa réputation sur les plates-formes web, doivent admettre que ce qui circule dépasse les limites de leur contrôle à la fois au niveau de leur production et de leur propagation.

Construire un corpus pour observer des humanités numériques ou comment dépasser l’emprise des systèmes computationnels ?

Prendre en compte les images d’un territoire ou d’une marque

6Si « l’image est un enjeu stratégique majeur autant qu’un savoir-faire » (de Montety, 2008 : 3), cette image peut être unifiée autour d’un slogan par exemple, dans un espace médiatique relativement stable. Qu’en est-il avec le développement du web, terrain d’observation des humanités numériques ?

7Pour nous, cette notion d’image doit être discutée. Nos observations du web nous obligent à suivre une prolifération d’images, de photographies, de logos et nous rencontrons des difficultés à structurer cette multiplicité dans nos analyses. Un acteur politique et une marque envisagent également de structurer un environnement informationnel sur le web qui participe à la production d’un imaginaire. Car l’imaginaire n’est pas l’imagerie. L’imaginaire permet de repérer les invariants à partir de grilles de lecture, de repérer des « schèmes de structuration des représentations » (Musso et al., 2005 : 12). Ni vrai, ni faux, l’imaginaire se base sur les représentations, qu’il structure, qu’il a la capacité à structurer. L’imagerie ou une couche supplémentaire de représentations au contraire ne structure pas et n’institutionnalise pas. L’imagerie permet uniquement d’obtenir des taxinomies, des typologies et de « définir un ensemble d’images toutes prêtes, de lieux communs qui circulent pour s’imposer aux consommateurs (op. cit. : 18) ».

8Cette imagerie discute donc les catégories d’analyse du chercheur et oblige les institutions ou organisations à travailler leur présence sur le web. Précédemment, ils pouvaient délimiter leur territoire ou maîtriser les outils pour construire leur image dans l’espace médiatique. Mais « l’intensification des processus de médiatisation, notamment avec Internet, renforce la délicatesse de sa maîtrise, soumise à de nombreux risques et variations » (de Montety, 2008 : 3). Ainsi les institutions et les organisations essayaient de se définir comme des entités stables avec des limites autorisant un certain contrôle de leur image. Et ces limites renvoyaient à des catégories stabilisées par les chercheurs (Boullier, 2015), comme les notions de société et d’opinions le sous-entendent. Nos observations du web, quant à elles, nous amènent à discuter cette stabilité épistémique. Les acceptions des notions de « territoire » et de « marque » sont multiples et agrègent des imaginaires dont la diffusion planifiée avec l’aide des médias participe à leur maintien dans l’espace et dans le temps (Le Béchec et Boullier, 2014). Or nos analyses du web montrent que nous pouvons décomposer cette image à partir de données collectées sur le web et chercher à la définir autrement. La marque ou le territoire sont des notions dont la construction et la pérennité reposent sur une autorité capable de structurer un imaginaire. Mais le web offre une pluralité d’acteurs qui participent à la construction d’une image en produisant des contenus. L’image se définit alors comme un environnement informationnel que le chercheur doit comprendre pour interroger une possible structuration face à la prolifération et à la propagation sur le web. Les humanités numériques en tant que champ disciplinaire qui se propose d’articuler un ensemble d’outils et de méthodes offrent alors aux chercheurs en SIC la possibilité d’observer les nouvelles imageries qui se créent sur le web. Notre objectif ici est de transformer ces observations en une critique des catégories et en une proposition de nouveaux concepts pour les analyser.

Interroger la marque comme signe

9La notion de marque, ou de territoire, suppose pour les SIC un dialogue transdisciplinaire, notamment avec les sciences de gestion et les nombreuses approches qu’elles proposent. Selon Ratier (2003), la marque a une pléthore de définitions :

  • pour les organisations, la marque est un nom ou un terme, un signe, un dessin ou encore la combinaison de ces éléments permettant de désigner et d’identifier les produits ou services d’une organisation et de les différencier de ceux de ses concurrents ;

  • pour les économistes, la marque est un signal de différenciation ;

  • pour les publicitaires, la marque est un levier des ventes inscrit dans l’esprit des « cibles » de l’organisation ;

  • pour les juristes la marque justifie de distinguer les produits ou services d’une organisation par rapport à une autre.

10Nous ajouterons que l’image de cette marque peut également être liée au passé, à la culture des publics, considérant qu’il y a « détermination de l’image à partir de l’histoire composée de l’entreprise » (de Montety, 2008).

11La notion de « signe » ou de « symbole » fait ici sens pour le chercheur en SIC. Surtout si le terrain numérique qu’il aborde, ainsi que nous le discuterons tout au long de cet article, interroge la plasticité du substrat numérique par sa capacité à favoriser ou neutraliser la production et la circulation de signes.

  • 1 Notre recherche a été menée au sein de La Poste de 2010 à 2013, puis sur d’autres terrains organisa (...)
  • 2 Présence numérique que nous abordons comme l’ensemble des « identités numériques » (profils, compte (...)

12En effet, pour une marque1, l’une des problématiques de sa présence sur le web est de collecter et qualifier les contenus produits par les internautes sur ses services (Alloing, 2013). In fine, son objectif est de délimiter des groupes d’internautes avec lesquels interagir et d’identifier des acteurs dont l’autorité informationnelle (Broudoux, 2007) est à même de favoriser sa « présence numérique »2 (Merzeau, 2009) autant que la circulation de signes permettant de l’identifier. L’organisation peut alors structurer son environnement informationnel numérique. Elle peut circonscrire les informations permettant à ses publics de construire des savoirs jugés valides par des « communautés épistémiques » (Origgi, 2006) au sein desquelles ces publics interagissent. Elle construit ainsi des discours en adéquation avec les représentations des publics sur des sujets spécifiques afin de faciliter leur circulation et leur appropriation. Toute la difficulté réside dans la compréhension de la manière dont une information est perçue par ces publics, ce qui fait sens pour eux dans leur propre contexte, autant que l’emprise des plates-formes sur l’agencement de ce contexte. Deux formes de médiations concourent ainsi à tracer les « frontières » de cet environnement informationnel : les moteurs de recherche et les pratiques de leurs usagers. En somme, « les frontières numériques peuvent être aussi analysées comme des médiateurs dont la nature est intrinsèquement technologique mais dont la fonction relève de décisions et de pratiques humaines » (Saleh et Hachour, 2012).

Interroger les médiations entre territoire et web

13Nous allons présenter un premier terrain d’observation que sont les moteurs de recherche, déjà critiqués dans le domaine des humanités numériques (Rogers, 2013). Nous nous intéresserons ici au moteur de recherche comme médiation entre un territoire, une marque et un environnement informationnel sur le web.

14Dans cet environnement informationnel, les moteurs de recherche apparaissent comme des dispositifs numériques ordinaires d’orientation et d’accès aux informations d’une marque ou d’un territoire pour les internautes comme pour le chercheur. L’imagerie est ici présentée sous forme de liste de résultats. La pertinence des données indexées par les moteurs de recherche comme source d’information a été remise en cause. Qualifiés de « boîte noire » (Rieder, 2005), les algorithmes des moteurs de recherche viennent questionner le chercheur autant qu’une organisation sur les biais inhérents à un traitement méconnu. Pourtant ce traitement influence les représentations qui composent les imaginaires d’un public, tel que le supposent les diverses actions concernant la question du « droit à l’oubli » ou au « déréférencement »3. Comment devons-nous en tant que chercheur qualifier les données collectées à l’aide de ces moteurs de recherche et qui dans le même temps participent à la construction d’un objet de recherche ?

15La notion de territoire oblige le chercheur en SIC à s’appuyer sur des travaux en sciences politiques et en géographie. Sur les huit acceptions du terme proposé par Lévy (2003 : 907), nous pouvons retenir que le territoire est « un espace contrôlé-borné (…) un espace correspondant à la logique de l’État, avec son exhaustivité interne et ses frontières externes. » Le territoire, en incluant l’acteur politique qui est en charge de ce territoire à métrique topographique, renvoie à la stabilité, à des frontières définies, à une unité face à la multiplicité de l’espace, à un ancrage dans le « physique ». Selon J. Lévy, il conviendrait de réinventer ce territoire (2013) afin de dépasser son échelle unique de représentation à travers la carte. En reprenant cette proposition, pour nous le web est un réseau qui dépasse les limites de ce territoire, qui agrège des éléments épars en lien avec lui, des éléments circulants et mis en ligne par des acteurs sans impératifs professionnels vis-à-vis de ce territoire. Toute la difficulté réside dans la prise en compte de cette production de contenus à la fois pour une organisation et un chercheur qui travaillent ces notions de territoire ou de marque sur le web. Ces questions sont liées, la recherche ne peut s’éloigner des acteurs en situation de faire, comme le soulignent les auteurs du Manifeste des Digital Humanities (2011). Elles doivent donc être mobilisées à la fois dans le questionnement méthodologique et conceptuel. En observant ce qui compose un territoire sur le web, le moteur de recherche est devenu à la fois un terrain pour l’observation et une des cinq médiations qui permettent de définir un « web territorial ».

  • 4 Le corpus est constitué de 591 sites web et de 227 signes en lien avec un territoire, la Bretagne. (...)

16Dans le cadre d’un travail empirique (2006-2009)4, nous avons constitué un corpus « web territorial » à partir d’une méthode en 6 étapes. Ce corpus résulte d’un aller et retour constant entre ce que nous définissons en tant qu’objet d’investigation et ce que les acteurs construisent en tant qu’objet social. Aucune catégorie n’est construite a priori ni a posteriori de l’analyse puisque le constat empirique oblige à admettre que les catégories stables (institutionnel, associatif, marchand) se délitent et ne se dupliquent pas à l’identique sur le web quand le chercheur souhaite qualifier la structure juridique de collectifs ou d’éditeurs très divers. La production et la mise en ligne de contenus par ces acteurs ne coïncident pas avec les définitions politiques, scientifiques du territoire et deviennent cependant pour le chercheur un objet d’investigation. L’intérêt porté aux médiations - selon le sens défini par Latour (2007 : 58) - qui opèrent une altération, une transformation sur les éléments transportés permet d’expliquer les distorsions entre un territoire « physique » et les contenus numériques en lien avec ce même territoire.

Définir ces médiations : le cas des moteurs de recherche

17Nous allons distinguer d’une part, le moteur de recherche comme médiation et d’autre part, le moteur de recherche comme autorité.

18Premièrement, nous définissons le moteur de recherche comme médiation. Le classement de cinq annuaires de recherche dont les résultats sont exploités par les moteurs de recherche tels que Google et principalement l’analyse des titres des rubriques a permis de comprendre les distorsions qu’ils opèrent. Cette méthode complète ce que les éditeurs déclarent et leurs représentations analysées à partir d’entretiens semi-directifs. L’approche méthodologique développée est alors quali-quantitative. Les dimensions techniques de ces systèmes computationnels ou algorithmiques sont ici en lien avec des médiations humaines.

19En travaillant sur les attributs communs, que sont les mots-clés, les titres des catégories de l’index, il est envisageable de distinguer deux altérations entre territoire et web. La première, « généraliste », opère une médiation en appliquant les mêmes découpages administratifs, géographiques, socio-économiques selon la zone géographique considérée. La seconde, « régionale », opère une médiation qui applique des découpages variables d’association ou de dissociation selon le regard porté par l’éditeur sur ce qui compose ce « web territorial » et selon les conventions propres à son organisation interne. La distinction lors de cet état des lieux entre les « généralistes » et les « régionaux » ne s’explique pas uniquement par la provenance géographique des éditeurs mais également par l’indexation des adresses de type Uniform Resource Locator (URL) collectées.

20La construction de bases de données montre qu’elle résulte d’échanges entre les acteurs régionaux qui peuvent également reprendre des schémas classificatoires, des catégories plus près du territoire par rapport à des outils généralistes. Le critère choisi finit par valoir pour l’objet et l’objet s’y conforme. Il existe comme une forme de performativité.

21Entre l’algorithme de collecte et la restitution des données, un des critères décisifs est l’ordre retenu et défini par l’éditeur pour classer ces listes de résultats composés d’URL. La forme de la liste est selon Goody, un classement, une hiérarchisation des éléments et un contrôle des données, renvoyant à la magie. « (…) On peut dire que le fait même de classer (c’est-à-dire une manière, inhérente à toute science, de s’assurer un contrôle des données) implique un usage des mots qui n’est pas très éloigné de celui des invocations magiques. Aujourd’hui, la magie du mot imprimé a remplacé, en un sens, la magie du mot parlé. » (Goody, 1979 : 100). Le mot et la catégorie sont détachés du « réel » et dans le même temps, ce mot peut renvoyer à une forme d’imagination en lien avec un territoire comme la culture, la musique et la danse. Ces formes sont associées ou distinguées selon l’éditeur et la catégorie retenue peut ainsi recouvrir des ensembles variables. Le moteur de recherche comme médiation ne calque pas un territoire sur le web. Il reprend les classifications propres à chacun des éditeurs tout en harmonisant les contradictions, les distorsions dans un ensemble cohérent.

22Et, selon l’éditeur, le classement varie. Le classement devient donc moins topographique que topologique. La topologie induit ici une définition du territoire propre à l’éditeur. Cette définition est produite à partir d’un territoire mais surtout de ses relations avec d’autres entités qui le définissent également. Le rôle joué spécifiquement par les moteurs de recherche dans ces médiations est important car ils rendent opératoires les liens entre web et territoire. Mais la place de ces acteurs aux longévités incertaines et ce constat empirique soulèvent de nouvelles interrogations lors de l’analyse de la présence d’une marque sur le web, et de sa capacité à territorialiser sa présence, à augmenter sa visibilité au sein de dispositifs sociotechniques comme un moteur de recherche.

23Deuxièmement, nous définissons le moteur de recherche comme une autorité. En effet, la position dominante en Europe et aux États-Unis du moteur de recherche de Google repose en partie sur sa capacité à hiérarchiser et agencer un ensemble de documents qui finit par agir comme une autorité définissant la qualité de ce qu’est un « résultat pertinent ». Leur raison graphique (Goody, 1979), leur liste de résultats repose alors sur leur stratégie de captation et de point de passage obligé dans l’orientation des publics. Il devient un centre d’attractivité pour construire des réputations, pour organiser la circulation sur le web en devenant un référent unique favorisant ainsi l’attachement préférentiel (Newman, 2001 ; Barabàsi, 2005) des nouveaux entrants sur le web. En effet, un nouveau site web cherchera à se connecter avec un autre site web ayant déjà une forte connectivité dans le réseau qualifié de « super nœud » dans leur théorie.

  • 5 « Ranking » entendu ici comme le classement de documents numériques à partir d’un score attribué au (...)

24De ce fait, pour une organisation, comment choisir l’information qui sera évaluée par certains groupes d’internautes comme « pertinente », « crédible » ou « experte » afin de structurer un imaginaire ? Le traitement a priori effectué par les plates-formes web devient alors un élément central sur lequel doivent reposer les analyses des chercheurs. L’algorithme PageRank opère un glissement entre la notion d’autorité et celle de réputation et Google met ainsi en visibilité les pages web à forte audience. De même les plates-formes dites de réseaux sociaux, comme Twitter.com, traitent préalablement les données auxquelles elles donnent accès et obligent à une vigilance épistémologique comme méthodologique (boyd et Crawford, 2011) pour le chercheur en humanités numériques. Car lorsque les fonctionnalités de tri et de recherche s’amenuisent, il convient pour le chercheur autant que pour une organisation de redéfinir leurs modes d’accès aux données. Ces interrogations sur les algorithmes et les données produites par les plates-formes sont nécessaires (Gillepsie, 2012) et ont été pour nous, tant pour l’analyse d’un territoire que d’une marque sur le web, une motivation à analyser les contenus produits par les internautes. Alors même que les indicateurs de retour sur investissement de campagnes d’e-communication peinent à être identifiés, comment des acteurs peuvent-ils se reposer principalement sur des logiques commerciales, plus précisément leur indicateur fétiche, le « ranking5 » issu de listes de résultats fournies par les moteurs de recherche ? Peuvent-ils dépasser une stratégie de gestion d’image vue comme stable et pérenne pour entrer dans l’accompagnement de la propagation de signes co-produits entre eux et les internautes ? En somme, comment une organisation négocie-t-elle la présence en ligne de sa marque ?

Analyser la circulation d’informations par une approche ethnographique des publics

25Pour analyser qualitativement la manière dont circulent les informations aptes à renseigner une organisation sur la perception de sa marque, et s’extraire en quelque sorte de toute emprise algorithmique, nous avons constitué un corpus de 176 pages web et 214 échanges sur des réseaux sociaux numériques portant sur un « e-service ». Notre analyse empirique de la plate-forme Twitter montre des « prescriptions ordinaires » (Stenger et Coutant, 2009) d’information et moins la production de documents « originaux ». Ces prescriptions, comme les « retweets » par exemple, peuvent alors sensiblement modifier la structuration de l’image de marque effectuée par une organisation. Afin de mieux comprendre qui étaient les principaux usagers relayant des informations sur ce service web, nous avons choisi de les observer selon une approche ethnographique. Cette analyse a permis de définir les pratiques informationnelles de ces usagers de Twitter, d’interroger leur capacité à traiter l’information et à produire du sens pour leurs publics imaginés ou ceux avec qui ils interagissent concrètement.

26Ces internautes prescripteurs personnalisent l’information qu’ils diffusent par l’ajout de métadonnées comme les « hashtags ». Ils « redocumentarisent » (Zacklad, 2007) en changeant le titre du document auquel renvoie un hyperlien ou ils qualifient l’information en jugeant de sa véracité, de sa crédibilité ou de son expertise par exemple. Nous avons nommé ces internautes, dont l’activité principale en ligne est la prescription d’informations, des « agents-facilitateurs » car ils offrent aux individus qui s’appuient sur leurs actions la capacité d’accéder rapidement et dans un contexte précis (comme celui d’une « communauté ») à l’information. Comme les moteurs de recherche ou annuaires lors de la transposition d’un territoire sur le web, les agents-facilitateurs produisent une médiation, qui n’est pas incluse par les organisations dans leurs catégories de « consommateurs » par exemple et donc dans leur savoir-faire en matière de construction de leur marque. Tout en distordant le message, ils opèrent un agencement sémiotique des contenus, a minima documentaire.

27Les plates-formes se « nourrissent » de leurs actes de médiation autant qu’ils les permettent et les délimitent. La marque se voit ainsi attacher un ensemble de marqueurs documentaires (likes sur Facebook, retweets sur Twitter, etc.) qui vont par la suite orienter l’attention de ses publics au sein du « territoire » qu’elle cherche à circonscrire. De même, ces marqueurs modifient son « ranking » pour les systèmes de classement des plates-formes. La catégorie de consommateurs comme principal vecteur de construction d’une image et d’une marque se délite : la marque devient un ensemble de signes, que nous devons encore qualifier, et dont l’herméneutique participant à la production d’une image dépend toujours des publics mais aussi des systèmes computationnels. Une marque comme un territoire doivent donc s’appuyer sur ces médiations pour essayer de structurer leur environnement informationnel.

Repenser les catégories par le prisme des signes transposables qui s’y attachent

28Ce constat méthodologique et empirique issu de cette recherche pour une marque est identique à celui portant sur l’analyse d’un « web territorial ».

L’analyse sémiotique du temps des territoires sur le web

29L’analyse sémiotique en 7 étapes de 15 sites web et de 227 signes issus du corpus « web territorial » a permis d’analyser la présence d’un territoire numérique à partir de la circulation d’éléments précis : les signes transposables. La définition de cette circulation repose sur le constat empirique d’une répétition de mêmes signes dans ce corpus et la circulation est analysée par la présence d’hyperliens entre les sites web. Cette notion d’hyperlien présente dans les « métriques » numériques peut être critiquée (Davallon et Jeanneret, 2004). Cependant l’analyse statique par la juxtaposition de sites web ne semble pas plus pertinente. Il convient de comprendre comment la connectivité à l’aide d’analyses de réseaux permet d’établir des topologies de sites web.

30Cette analyse mêlant sémiotique et « métrique numérique » amène alors à discuter l’action de l’acteur politique par rapport à un territoire. L’acteur politique pouvait définir la signification d’un nombre limité de symboles en lien avec son territoire comme un drapeau. Toutefois, sur le web, nos recherches nous ont amenés à démontrer que la signification de ce signe n’est plus verrouillée par cet acteur. Ce constat empirique se retrouve de même au niveau des organisations. Les significations sont travaillées par les internautes qui mettent en scène sur des sites web des signes et non des symboles, ce que nous pouvons qualifier de « grand dérangement » (Balandier, 2005 : 3). Le signe n’a pas valeur de symbole dont la signification est portée par un acteur unique ayant l’autorité de la définir. Ces signes, ces saillances sont mis en scène sur le web et leur signification peut varier selon l’« attachement territorial » choisi par l’internaute et que nous avons défini sur une échelle composée de 7 degrés (Le Béchec, 2015). Cet attachement territorial est alors signifié et produit par l’exposition répétée d’un signe sur le web et devient un « faire-agir » (Latour, 2000 : 204). Un signe transposable est donc un signe ayant la puissance à la fois de rester attaché à un territoire et de circuler sur le web en devenant ainsi capable de traduire et de reformuler un territoire ou une marque sur le web. Cet élément circulant permet de définir des collectifs d’internautes à géométrie variable. Et, c’est l’agency, littéralement « l’agence » de ces signes (Hoskins, 2006 ; Descola, 2007) qui nous intéresse alors. Pour Descola (2007), l’agence du contexte de production d’un objet diffère de l’agence du contexte d’usage. Il existe donc une agence significative variable des signes dans le temps selon ce qu’en font les acteurs et non uniquement selon leur contexte de production. De plus, leur transposition sur le web, la présence d’un drapeau par exemple, mais également leur circulation de site web en site web, de compte en compte de plates-formes numériques font tenir ensemble des collectifs aux échelles variables et sur des temps de plus en plus éphémères. Cette idiosyncrasie du web par rapport aux temps longs des territoires définis par Braudel (1984) est une piste de réflexion des humanités numériques dans le champ des SIC.

31Au-delà de l’agence de signes transposables, cette propagation par imitation (Tarde, 1890) peut être favorisée par des « agents-facilitateurs » qui reprennent et impulsent la circulation de ces signes. Le terrain de recherche du chercheur devient alors « mouvant » et ne peut pas être clairement délimité sans la compréhension des actions que sont les pratiques individuelles, l’agence des signes transposables et les computations des plates-formes. Ces actions amènent à la production et à la propagation de ces signes mais l’action des plates-formes génère potentiellement de nouvelles formes d’autorité au sein de collectifs que nous allons essayer de définir.

Quelle(s) autorité(s) au sein de collectifs numériques ?

32Après la question des signes transposables et de leur agence, nous nous intéressons ici aux usagers qui les mettent en scène, hors de la catégorie généralement mobilisée en humanités numériques que sont les chercheurs (Casilli, 2012). Pour nous, le praticien, l’amateur ou le chercheur voient leurs usages circonscrits par les plates-formes de manière similaire.

33L’action des usagers des plates-formes ne se limite pas à la question de l’accès aux informations utiles pour appréhender un possible territoire numérique de marques. Les pratiques des usagers facilitent en effet l’interprétation des informations qu’ils diffusent ou auxquelles ils renvoient grâce à la personnalisation de leurs recommandations. Cette personnalisation n’est pas seulement endogène mais produite implicitement par leurs attributs « d’identité numérique » (Georges, 2007 ; Pierre, 2011), la mise en scène de leur présence en ligne que sont l’avatar, la biographie, le volume d’abonnés ou d’abonnements, etc. Ces attributs identitaires en ligne interrogent l’autorité de ces agents pour les internautes qui reçoivent l’information tout comme pour les organisations qui souhaitent analyser la multitude de représentations possibles de leurs marques (Alloing, 2014). Ils interrogent également les différentes catégories de publics d’une marque comme les consommateurs par exemple. Ils offrent de plus aux chercheurs comme aux usagers la possibilité de contextualiser les données collectées dans la « réalité sociale » (Schütz, 1987) des sujets qui les produisent ou les prescrivent en se défaisant ainsi de la personnalisation et de l’agencement propres aux plates-formes.

34Pour autant, l’observation qualitative que nous avons pu mener sur 140 profils Twitter ne permet pas de définir des « communautés » stables tant les interactions entre les différents profils relèvent plus d’une forme de coopérations faibles (Aguiton et Cardon, 2007) que d’un réel « commun ». Il nous parait ainsi plus pertinent de parler de collectifs numériques afin de remettre au centre les temporalités propres à ces collectifs et ne pas surestimer leurs capacités à co-construire des représentations communes. Nous pouvons alors souligner qu’un terrain de recherche axé sur les humanités numériques doit être abordé comme un construit informationnel et sémiotique résultant d’une somme d’interrelations et d’échanges d’informations, de quelques signes précis entre différents acteurs. La question du traitement de ces informations et de l’interprétation de ces signes transposables est essentielle et ne peut, selon-nous, se départir de l’analyse de ce qui, pour un sujet ou un groupe de sujets, « fait sens » et participe à la co-construction de savoirs jugés valides. Dans le même temps, cette analyse ne peut s’effectuer sans prendre en considération les plates-formes sur lesquelles l’information prend forme et le traitement des documents et des données qui s’y opère.

L’autorité : du web de sites au web de personnes

  • 6 Pourtant, précédemment le lecteur de cet article aurait pu penser à une réification de l’objet tech (...)

35Entre 2006 et 2016, nous constatons que les corpus ne se limitent plus aux sites web mais intègrent les comptes sur des plates-formes amenant à une présence numérique quantifiable des internautes. En effet, les entrées de ces comptes sont structurées. Un blog littéraire peut exprimer en détail la personnalité de son auteur en présentant sa sensibilité, ses goûts. Mais la duplication de catégories dignes d’un recensement comme un nom, un prénom, une date et un lieu de naissance apportent une puissance statisticienne à ces plates-formes. Elles provoquent des analyses réifiant le sujet chez les chercheurs6. Ce « web des personnes » remet au centre de son fonctionnement, de sa hiérarchisation des documents, un agir et une présence numérique attribués peut-être par un allant-de-soi à des individus. Entre la réification du sujet ou de l’objet technique, la limite est parfois difficile à établir pour le chercheur en humanités numériques. Plus qu’un individu, le chercheur observe un paysage réputationnel (Origgi, 2007) formé de multiples marqueurs (likes sur Facebook, étoiles sur Ebay, cœurs sur Twitter, etc.) qui agencent continuellement les contenus. Ces marqueurs viennent construire la légitimité d’une entité à informer des collectifs identifiés et instables.

  • 7 Dans le cas de notre recherche, nous pouvons noter à titre d’exemple 39 comptes Twitter observés (e (...)

36Ce qui fait autorité et vient légitimer une information pour des collectifs numériques7, n’est donc plus un système de validation a priori faisant référence à « l’ordre imprimé », mais l’association de différents marqueurs réputationnels à la fois produits par des individus et par des algorithmes. En référence aux travaux sur l’autorité informationnelle en ligne, nous choisissons d’appeler cette forme d’autorité, l’autorité réputationnelle. Cette autorité réputationnelle ne se limite pas aux seuls processus individuels de formation de l’information mais réintroduit les médiations qu’impliquent les différentes computations des systèmes régissant les plates-formes. L’autorité informationnelle se concentre sur la figure de l’auteur pour légitimer ou observer le processus d’in-formation qu’il développe (Broudoux, 2007). Elle vise à définir si le renseignement produit est valide en fonction des divers critères d’autorité habituellement usités mais elle ne recouvre pas toutes les activités numériques, notamment les plus « ordinaires » telle que la recommandation de contenus. L’autorité réputationnelle englobe, quant à elle, l’autorité informationnelle et s’appuie plus largement sur la présence numérique d’un internaute et les divers marqueurs réputationnels qui lui sont attachés. Cette autorité ne vise pas seulement à observer ou valider un processus de « création » ou de traitement de l’information mais à valider un processus de recommandation. L’aspect réputationnel prend alors sens puisque la réputation est facteur de confiance et de crédibilité (Kreps et Wilson, 1982), qui plus est sur le web où les points de repère et médiateurs « traditionnels » sont remis en question.

  • 8 Cette interprétation exclue le choix de l’internaute qui peut retweeter par facilité d’usage car pr (...)

37Nous pouvons illustrer cette notion en nous appuyant sur les usages de la plate-forme Twitter. Lors d’un « retweet », le nom du compte d’origine (RT @nomducompte) agit comme un marqueur d’autorité, il vient asseoir la crédibilité ou la pertinence de l’information. Selon Merzeau (2012), la présence numérique peut devenir une « marque » synonyme de confiance ou d’expertise pour la personne qui l’emploie, ici un retweet8. Cette marque agit comme une méta-opinion : une opinion implicite dont la valeur varie selon la popularité ou l’influence de l’individu qui relaie un document et qui porte sur une autre opinion contenue dans le document diffusé. Le fait d’extraire des données par le biais de ces comptes offre une interprétation supplémentaire. L’information sélectionnée a de la valeur car elle est recommandée par un internaute potentiel public de l’organisation et surtout elle est légitimée par les autres internautes. La forme de réputation repose moins sur la production du document que l’évaluation intentionnelle ou non, portée par l’individu qui le propage. Il devient alors courant de voir apparaître des classements d’usagers de Twitter en fonction de leurs intérêts, de leur expertise, de leur popularité, de leur réputation, ce qui explique la motivation de nombreuses organisations à instrumentaliser la « viralité » (Beauvisage et al., 2011) et à identifier des « leaders d’opinion » (Alloing et Haikel, 2012). Les organisations cherchent ainsi à s’approprier cette légitimité pour accroître leur territoire numérique et contrôler les transpositions constantes de leurs marques, leurs services ou leurs produits devenus des signes circulants parmi tant d’autres sur le web. Ce sont ces signes bien composés sémiotiquement qu’il conviendrait d’accompagner dans leur propagation sur le web.

Les collectifs comme communautés ?

38La thématique territoriale ou organisationnelle finit par ne plus être facilement distinguée dans nos approches empiriques, ainsi nous parlerons aisément de territoires numériques de marques dans la suite de cet article. La multiplicité d’acteurs et la prolifération de signes interrogent la capacité des collectifs en ligne à structurer un imaginaire. Notre questionnement, ici théorique, porte sur les catégories à mobiliser dans le cadre de nos analyses du web et plus particulièrement d’un territoire numérique de marques.

Un style de communauté à imaginer

39La question communautaire appliquée aux humanités numériques peut dorénavant être abordée à l’aune des autorités réputationnelles venant agréger, recommander et agencer un ensemble d’informations thématisées pour un public. La principale motivation des internautes ici à faire « communauté » serait d’obtenir des informations et de les relayer, ce qui éloigne de la notion de « l’être ensemble ». « Lorsqu’ils choisissent un groupe, les utilisateurs sélectionnent en fait les personnes dont ils recevront des informations et avec lesquelles ils communiqueront, sur un sujet qu’ils s’accordent les uns et les autres à trouver digne d’intérêt » (Lev-On et Manin, 2006). Le « commun » de ces collectifs en ligne est l’information ou les signes qu’ils propagent. La légitimité de l’information dépendra de l’autorité réputationnelle des individus qui la recommande voire qui la produise sur les plates-formes web. Circonscrire un collectif peut reposer sur l’identification de « centres de gravité », des internautes dont les présences numériques assurent la production de marqueurs réputationnels aptes à développer l’autorité nécessaire pour valider et propager l’information. Nous allons essayer de compléter ici cette première approche.

40Anderson (1996 : 19), dans l’environnement technique du XVIIIe siècle, a montré que les communautés à la base du développement et de la stabilité des États-nations étaient imaginées et reposaient sur des techniques issues de l’ordre imprimé et des institutions mises en place. La langue vernaculaire a contribué ainsi à la construction de l’image de communion entre les membres d’une nation puisque ses membres lisaient les mêmes romans et le même journal par exemple. Cette vision de la communion est également présente à travers l’outil qu’est l’internet pour imaginer des communautés dites virtuelles (Flichy, 2001 : 94).

41Il serait aisé en reprenant les catégories de territoire et de communauté depuis Tönnies (1887), de dénoncer la fausseté de communauté ou de montrer leur véracité. Or, la création de ces communautés imaginées s’est faite avec des outils et dans un processus temporel, i.e. un temps long. Nous allons donc interroger cette temporalité à partir d’un exemple précis sur le web. Il ne s’agit pas de déterminer ici la « fausseté » ou « l’authenticité » de ces communautés web mais de comprendre « le style dans lequel elles sont imaginées » (Anderson, Op. cit.).

42Prenons l’exemple des gTLD, geographic generic Top-Level domain, que nous traduirons par souci de simplicité par extensions territoriales et de l’obligation de définir une communauté d’utilisateurs de cette extension pour l’obtenir en 2012. Une extension territoriale comme .paris est un style issu de l’ordre numérique dans lequel cette communauté est imaginée. Cette extension a été définie pour les « amoureux de la ville de Paris » et non selon une dimension historique, institutionnelle ou géographique. Il serait aisé de souligner les nombreux oublis dans la définition de la communauté d’utilisateurs de cette extension. La dimension de l’oubli est présente dans le web et a été identifiée comme l’un des fondements d’une nation par Renan (1882). Ces extensions définissent une communauté d’utilisateurs qui selon les critères de l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN) doit être antérieure à 2007 (Le Béchec, 2014). Ce temps est un peu court par rapport à l’histoire de la ville de Paris ou de sa région. Pourtant ce signe transposable (.paris) a la capacité d’attacher au territoire de la ville et de se propager sur le web car il a adopté toutes les normes définies par l’ICANN. Ce sont les usagers de ce .paris qui vont définir le territoire numérique de la ville qui veut être identifiée par cette extension sur le web. Cette extension devient la marque de Paris sur le web. Et, la signification de ce signe transposable varie en fonction des usagers qui vont prendre en compte ou non l’histoire de la ville. La visibilité accrue sur le web ne permet plus la sélection de quelques éléments par quelques individus, des élites, pour définir un territoire et ses symboles. Il existe également une prolifération et une conservation permanente qui posent problème alors même que le web se modifie continuellement. Et tout l’antagonisme réside ici entre un terme « communauté » qui se lie à des processus longs de construction dans le temps et dans l’espace par rapport à des successions d’événements mais traçables a posteriori. L’extension transforme le territoire numérique en territoire numérique de marques. Sa propagation sur le web laisse des traces que le chercheur analysent a posteriori.

43En étudiant les TIC, Boullier (2008 : 24) s’intéresse à la production du « nous » qui dépasse le maillage institutionnel. « (…) Ces territoires ne sont plus liés à des autorités mais plutôt à des « topologies épidémiques ». ». La propagation, la circulation de signes pourrait aussi être qualifiée d’épidémie, ou de contagion (Barabàsi, 2003), hypertextuelle voire prescriptive. Cette volonté de voir les dynamiques de réseau, de propagation en temps réel d’un contenu est de plus en plus présente dans les analyses et dans les outils de tracking utilisés en humanités numériques. La médecine a inventé l’imagerie médicale pour observer les flux cachés dans le corps, les outils de suivi dynamiques de propagations sur le web viendront demain retracer le parcours de diffusion pour en définir la source. Le signe transposable devient alors un signe transférable de proche en proche, propagé entre les sites web et les comptes des plates-formes numériques et repérable a posteriori. La représentation de leur propagation sous forme de dessin de graphes interroge alors la possibilité de maintenir les notions de territoire, de marque, de communauté ou d’autorité dans l’analyse. Moretti (2008) a interrogé comment cette nouvelle forme de représentation des résultats, le graphe par exemple, pouvait en effet venir discuter les catégories pour interpréter les textes littéraires. Et cette question doit être prolongée au sein des humanités numériques. L’approche transdisciplinaire des graphes, à l’intersection des mathématiques, de l’informatique et de la sociologie impose au chercheur de discuter les notions et les catégories qu’ils mobilisent.

Imaginer des communautés à partir de la circulation de signes

44Au terme de nos analyses, le centre unique semble dépassé, dans le sens où le mode de diffusion unidirectionnel laisse place au mode de propagation, de relais de point à point. La communauté imaginée en lien avec un territoire n’est pas un construit de la part de l’acteur politique ou de l’organisation mais dépend uniquement de la volonté ou non d’internautes d’adhérer à ce réseau, de produire ou de prescrire des contenus, des informations en lien avec l’organisation. Comme nous avons pu le démontrer au niveau des communautés d’utilisateurs d’extension (gTLD) ou sur Twitter, ce n’est pas une communauté vraie ou fausse, ni une communauté virtuelle, ni une métaphore, c’est un acteur-réseau ad hoc qui est créé (Le Béchec, 2014). Depuis 2012, et l’ouverture à de nouvelles extensions par l’ICANN, la magie du mot numérique, en paraphrasant Goody, est qu’il peut devenir une marque (comme Apple) définissant une communauté d’utilisateurs, une extension ou un gTLD tel que le .book, répondant à des normes issues de la propriété intellectuelle. Ces « communautés d’utilisateurs » définies par une extension jouent également sur les modes d’orientation, d’accès et de non-accès à l’information pour les internautes. Ces mêmes extensions viennent alors définir de nouveaux corpus pour le chercheur qui sont construits autant par le dispositif qu’est le Domain Name System (DNS) que la marque, définie ici comme un registre qui gère son extension techniquement et commercialement. Ces extensions peuvent alors être reprises comme des limites territoriales, commerciales ou informationnelles par les moteurs de recherche et le chercheur devra prendre en compte leur caractère construit. Nous pouvons donc remarquer l’imbrication et la complémentarité des médiations à la fois humaines et techniques qui participent aux frontières du champ des humanités numériques (Saleh et Hachour, 2012).

45Les limites d’un « web territorial » ne sont pas plus poreuses que fluctuantes en fonction de l’adhésion des membres à cette « communauté ». Car les internautes produisent et font circuler des signes selon leur choix et la signification qu’ils attribuent à ce signe. Ces mêmes internautes dans le cadre du web de personnes disposent d’une autorité réputationnelle leur permettant de jouer sur l’accélération de la propagation de ces signes. La répétition de ces signes, leur propagation peut alors devenir une saillance permettant d’identifier une marque, un territoire. Les acteurs politiques et organisationnels se doivent donc d’accompagner cette propagation de signes transposables marquant un attachement au lieu de circonscrire leur autorité sur le web. Ils doivent créer les conditions d’une fiction circulante car les agents-facilitateurs sont des internautes qui décident de s’intéresser à une marque, à un territoire et de prescrire des contenus sans que les organisations ne puissent les déterminer, les définir préalablement. L’acteur politique ou organisationnel ne peut plus maîtriser, contrôler la circulation de ces marques mais les repérer et accompagner leur circulation. Bonaccorsi conclut de même au sujet des professionnels de la communication qui « sont plus que jamais confrontés à la nécessité d’anticiper les circulations des textes qu’ils produisent (affiche, photographie, extrait vidéo, « petite phrase » etc.), de les maîtriser comme d’accepter d’en perdre le contrôle » (2013). Prendre en considération un territoire numérique de marques induit cette capacité à « manager » les éléments qui circulent sur le web par un acteur, cette capacité à accompagner la circulation de signes transposables. Dans cette proposition nous sommes proches de la métaphore de « l’écume » définie par Rieder (2010 : 51) afin de décrire « cette multitude d’interactions éphémères qui restent au-dessous du seuil de sociabilité qu’impliquent la « communauté » et le « réseau » ».

46Une absence de contrôle pose la question de l’autorité qui structure une « communauté » et qui construit une image. L’organisation gérant une marque ou un acteur politique représentant un territoire peuvent-ils maîtriser complètement leur environnement informationnel ? Le chercheur comme les acteurs en charge d’un territoire ou d’une marque admettent que les définitions verrouillées de ces notions ne se dupliquent pas sur le web. Le chercheur accepte la vacuité de ces terrains et leur absence de reproductibilité, les attributs étant autant dépendants des outils que des individus. Les humanités numériques sont alors tenues de construire des méthodes, des cadres conceptuels variables en fonction des terrains de recherche et qui permettent de documenter et observer la plasticité du « numérique ». Les SIC doivent alors interroger les catégories habituellement usitées et à ré-agencer les objets qu’elles traitent à l’aune des pratiques numériques.

De la transposition des catégories à l’acceptation de terrains éphémères : peut-on parler de territoires numériques de marques ?

47Dans le cadre d’un « web territorial », nous avons relevé les saillances, ces signes transposables qui permettent de comprendre la composition de la présence d’un territoire sur le web. Dans le cadre d’une « communauté informationnelle de marque », nous avons analysé les marqueurs documentaires pour définir ce qu’est un individu en ligne et comprendre son rôle de prescripteur au sein de collectifs numériques.

48Observer et analyser des terrains de recherche propres aux humanités numériques et dont les catégories sont en constante mouvance, nécessite de la part du chercheur de s’intéresser au regard que portent les sujets observés sur le « paysage informationnel » dans lequel ils évoluent et aux signes qui le composent. Plus qu’un construit du chercheur, il convient dès lors d’interroger l’usage et la perception de signes transposables et l’action d’autorités, de médiateurs du web qui pourraient favoriser leur propagation.

49Selon nous, la notion de territoire numérique de marques nécessite dans le champ des SIC d’interroger les catégories d’analyse habituellement usitées. Implicitement, nous mettons en avant le fait que les humanités numériques interrogent les théories autant que méthodologies des chercheurs en les amenant à reconsidérer des acquis conceptuels et à analyser des corpus importants. Les territoires et les marques ont depuis des siècles transformé des éléments d’identité collective en listes d’éléments repérables comme les drapeaux par exemple. Par leur légitimité, démocratique autant que commerciale, elles ont sélectionné des symboles et verrouillé leurs significations. Le web modifie cet environnement informationnel stabilisé. Il permet aux utilisateurs de déverrouiller la signification de ces symboles, de produire de nouvelles formes d’autorité. Les internautes travaillent les significations des symboles en les transformant en signes dont la transposition est à la fois dépendante des systèmes de computation des plates-formes web, des usages des internautes et de l’agence même de ces signes.

50La notion de territoire numérique de marques montre que les plates-formes cherchent elles-mêmes à devenir des marques en disposant par exemple de leur propre extension ou gTLD. Les plates-formes cherchent également à structurer des comptes autour de symboles. Par exemple, Facebook a proposé à ses utilisateurs le 13 novembre 20159, d’ajouter un filtre représentant le drapeau tricolore à leur photo de profil. Ces plates-formes ont donc la capacité d’accompagner la circulation de signes transposables selon des « événements ». Les organisations vont chercher à circonscrire des collectifs numériques afin d’y propager certains signes précis, qu’elles auront pré-sélectionnés. Si les symboles deviennent des signes, la présence sur les plates-formes de marqueurs documentaires agencent leurs significations en fonction des publics et des temporalités d’exposition. Ces plates-formes deviennent des nœuds centraux d’agrégation sur le web. Ainsi les organisations se focalisent sur la question de leur réputation et des indicateurs qui la forment sur ces mêmes plates-formes.

51Afin de répondre à notre problématique, ce territoire numérique de marques est construit à partir d’éléments circulants sur le web autant que structuré par les nouvelles formes d’autorité du web. Ainsi, un territoire numérique de marques apparaît comme un ensemble de signes transposables, mémorisés par des systèmes computationnels, dont des algorithmes, et valorisés par l’autorité réputationnelle des internautes qui marquent ainsi leur attachement territorial ou à une organisation sur le web.

52Dans cet article, nous opérons un glissement passant de la stabilité à la multiplicité des acteurs qui définissent un territoire ou une marque sur le web. L’articulation de ces deux approches empiriques mettent en exergue que le web et ses usages ordinaires sont une source de données quantitatives et qualitatives, un terrain fertile d’observation pour le chercheur en SIC. Et sur ce point, la transdisciplinarité (Casilli, 2011) prônée par le champ des humanités numériques nous a permis de faire appel un ensemble d’outils conceptuels et méthodologiques aptes à fournir un regard critique sur ces questionnements : où et comment délimitons-nous en tant que chercheur ces objets d’analyse ? Quels sont les nouveaux agencements à observer ?

53Pour le chercheur en humanités numériques, il ne convient pas de construire un terrain à partir de catégories préétablies, de chercher à les dupliquer, à « numériser » des notions pourrions-nous dire. Les humanités numériques, plus qu’une nécessaire transdisciplinarité, supposent une constante transformation des savoirs, une prise en compte des « répliques » (Boullier, 2015) propres au numérique. Il serait en effet vain de chercher une homothétie et une symétrie des notions, comme communauté, autorité, image sachant que les acteurs qui les produisent ou en dépendent ont dorénavant de moins en moins d’emprise sur leurs modes de construction sur le web.

Haut de page

Bibliographie

Aguiton Christophe et Cardon Dominique, « The strength of weak cooperation : An attempt to understand the meaning of web 2.0 », Communications & Strategies, 2007, vol. 65, p. 51-65.

Alloing Camille, « La médiation documentaire sur les réseaux socionumériques comme vecteur de l’e-réputation ? », Communication & Organisation, 2013, vol. 43, no 1, p. 73-84.

Alloing Camille, « Vers une approche instrumentale de l’identité numérique : les attributs identitaires comme structuration de l’environnement informationnel ? », in Pinte J-P. (Dir.), Enseignement, préservation et diffusion des identités numériques. Paris, Hermès Lavoisier, 2014.

Alloing Camille et Haikel-Elsabeh Marie, « Les leaders d’opinion sur les réseaux socionumériques : proposition d’indicateurs informationnels de mesure à l’usage des stratégies marketing des entreprises », 10e Séminaire M@rsouin, Brest Océanopolis, 2012.

Anderson Benedict, L’imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme. Paris, La Découverte, 1996.

Balandier Georges, Le Grand dérangement. Paris, PUF, 2005.

Barabàsi Albert-László, Linked, how everything is connected to everything else and what it means for business, science, and everyday life. New-York, Plume, 2005.

Beauvisage Thomas, Beuscart Jean-Samuel, Couronne Thomas et Mellet Kevin, « Le succès sur Internet repose-t-il sur la contagion ? Une analyse des recherches sur la viralité », Tracés, en ligne : http://traces.revues.org/5194, 2001.

Bonaccorsi Julia, « Approches sémiologiques du web », in Barats Christine (dir.), Manuel d’analyse du web. Paris, Armand Colin, 2013.

Boullier Dominique, « Les sciences sociales face aux traces du big data ? Société, opinion, répliques », FMSH-WP, n° 88, avril 2015.

Boullier Dominique, « Les Usages domestiques des TIC : admettre ce qui finit, sentir ce qui naît », in Musso Pierre (dir.), Territoires et cyberespace en 2030. Paris, Éditions La documentation Française-DIACT, 2008.

Boyd Danah et Crawford Kate, « Six Provocations for Big Data », A Decade in Internet Time : Symposium on the Dynamics of the Internet and Society, 2011.

Braudel Fernand, Écrits sur l’histoire, tome1, Paris, Champs-Flammarion, 1984.

Broudoux Evelyne, « Construction de l’autorité informationnelle sur le web », A Document (Re) turn : Contributions from a Research Field in Transition. URL : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00120710_v1, 2007.

Casilli Antonio, « Pratiquer la transdisciplinarité dans la discipline. Temporalité, territorialité et réalisme des professions scientifiques », in Darbellay Frédéric, Paulser Theres (dir.), Au miroir des disciplines. Réflexions sur les pratiques d’enseignement et de recherche inter- et transdisciplinaires. Oxford, Peter Lang, 2011, p. 65-81.

Casilli Antonio, « Comment les usages numériques transforment-ils les sciences sociales ? », Read/Write Book 2. Une introduction aux humanités numériques, 2012, p. 239-247.

Dacos Marin, Manifeste des digital humanities, 26 mars 2011, URL : http://tcp.hypotheses.org/318.

Davallon Jean et Jeanneret Yves, « La fausse évidence du lien hypertexte », Communication et langages, 2004, n° 140.

Decsola Philippe, dans Latour Bruno. (dir.), Le dialogue des cultures. Paris, Actes Sud-Musée du Quai Branly, 2007.

Flichy Patrice, L’imaginaire d’internet. Paris, Éditions La Découverte, 2001.

Gefen Alexandre, « Les enjeux épistémologiques des humanités numériques », Socio, 4/2015, p. 61-74.

Georges Fanny, Sémiotique de la représentation de soi dans les dispositifs interactifs. L’hexis numérique, Thèse de doctorat en SIC, Université Paris 1 Panthéon-la Sorbonne, 2007.

Gillespie Tarleton, « The relevance of algortihms », Culturedigitally.org, mis en ligne le 26 novembre 2012.

Goody Jack, La raison graphique. Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.

Hoskins Janet, « Agency, Biography and Objects », in Tilley Chris, Keane Webb, Kuechler Susanne, rowland Mike, Spyer Patricia, (dir.), Handbook of Material Culture. Londres, Sage, 2006.

Kapferer Jean-Noël, Les marques. Capital de l’entreprise. Paris, Éditions d’organisation, 1998.

Kreps David et Wilson Robert, « Reputation and imperfect information », Journal of economic theory, 1982, vol. 27, n° 2, p. 253-279.

Latour Bruno, Changer de société, refaire de la sociologie. Paris, La Découverte, 2007.

Latour, Bruno, « Factures/fractures : de la notion de réseau à celle d’attachement », in Micoud, André, Peroni, Michel, Ce qui nous relie. Paris, L’Aube, 2000.

Le Bechec Mariannig, « Nouveaux noms de domaine génériques et ICANN : Un territoire en ligne au-delà des frontières classiques d’un territoire « physique » ? », in Saleh Imad, Zacklad Manuel, et al., Frontières numériques. Paris, l’Harmattan, 2014, p. 145-167.

Le Bechec Mariannig, « Quelles approches méthodologiques d’un « web territorial » ? in Bailleul Hélène, Bulot Thierry (Dir.), Urbanités et territoires numériques. Approche interdisciplinaire. Bruxelles, Éditions Modulaires Européennes, 2015.

Le Béchec Mariannig et Boullier Dominique, « Communautés imaginées et signes transposables sur un "web territorial" », Études de communication, 2014, n° 42.

Lev-On Azi et Manin Bernard, « Internet : la main invisible de la délibération », Esprit, 5/2006 (Mai), p. 195-212.

Lévy Jacques et Lussault Michel, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés. Paris, Belin, 2003.

Lévy Jacques, Réinventer la France. Trente cartes pour une nouvelle géographie. Paris, Fayard 2013.

Marres Noortje et Gerlitz Carolin, « Les méthodes d’interface », in Severo Marta et ROMELE Alberto, Traces numériques et territoires. Paris, Presses des mines, coll. « Territoires numériques », 2015.

Merzeau Louise, « La médiation identitaire », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 2012, n° 1.

Merzeau Louise, « Présence numérique : les médiations de l’identité », URL : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/docs/00/48/32/93/PDF/ENJEUX-MERZEAU.pdf, 2009

Montety Caroline, « L’image à l’épreuve : du reflet à l’imagerie », Communication & Organisation, n° 34, 2008. URL : http://communicationorganisation.revues.org/603.

Moretti Franco, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature. Paris, Les Prairies ordinaires, 2008.

Mounier Pierre, « Une « utopie politique » pour les humanités numériques ? », Socio, 4/2015, p. 97-112.

Musso Pierre (dir.), Territoires et cyberespace en 2030. Paris, Éditions La documentation Française-DIACT, 2008.

Musso Pierre, Ponthou Laurent et Seuillet Éric, Fabriquer le futur. Paris, Pearson Education France, 2005.

Newman, M. E. J. « Clustering and preferential attachment in growing networks », Physical Review, 2001, 64(2).

Origgi Gloria, « Autorité épistémique et Internet scientifique : la diffusion du savoir sur Internet », Recherches sociologiques, Université catholique de Louvain, 2006.

Origgi, Gloria, « Un certain regard. Pour une épistémologie de la réputation », Worshop Réputation, Fondazione Olivetti, Roma, 2007.

Pierre Julien, « Génétique de l’identité numérique » Sources et enjeux des processus associés à l’identité numérique », Les Cahiers du numérique, 2011/1, vol. 7, p. 15-29.

Proulx Serge et Latzko-Toth Guillaume, « La virtualité comme catégorie pour penser le social », Sociologie et sociétés, 2000/2, vol. 32, p. 99-122.

Ratier Michel, « L’image de marque à la frontière de nombreux concepts », Cahier de recherche, 2003, vol. 158.

Renan Ernest, Qu’est-ce qu’une nation ?, discours à la Sorbonne, 1882.

Rieder Bernhard, « Networked control : Search engines and the symmetry of confidence » International Review of Information Ethics, 2005, vol. 3, p. 26-32.

Rieder Bernhard, « De la communauté à l’écume : quels concepts de sociabilité pour le « web social » ? », Tic & société [En ligne], vol. 4, n° 1, 2010. URL : https://ticetsociete.revues.org/822.

Rogers Richard, Digital methods, Cambridge, MIT press, 2013.

Saleh Imad et Hachour Hakim, « Le numérique comme catalyseur épistémologique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 1 | 2012. URL : http://rfsic.revues.org/168.

schütz Alfred, Le chercheur et le quotidien. Phénoménologie des sciences sociales. Paris, Méridiens Klincksieck, 1987.

Stenger Thomas et Coutant Alexandre, « La prescription ordinaire sur les réseaux socionumériques », Colloque Médias 09, entre communautés et mobilité, Aix-en-Provence, 2009.

Tarde Gabriel, Les lois de l’imitation, (1890) Paris, les empêcheurs de tourner en rond, éd. 2001.

Tönnies Ferdinand, Communauté et société, Paris, Retz, 1977.

Zacklad Manuel, « Processus de documentarisation dans les Documents pour l’Action (DopA) », Lyon, ENSSIB, 2007.

Haut de page

Notes

1 Notre recherche a été menée au sein de La Poste de 2010 à 2013, puis sur d’autres terrains organisationnels, (Alloing, 2014).

2 Présence numérique que nous abordons comme l’ensemble des « identités numériques » (profils, comptes sur les plates-formes, etc.) de l’organisation, et tout document, page web, commentaires d’internautes ou élément distinctif (nom, signe, lien hypertexte) qui permettent d’identifier l’organisation.

3 Voir le texte de la Commission Nationale Informatique et Libertés à ce sujet : www.cnil.fr/documentation/fiches-pratiques/fiche/article/le-droit-au-dereferencement-en-questions.

4 Le corpus est constitué de 591 sites web et de 227 signes en lien avec un territoire, la Bretagne. Ils ont été analysés manuellement (Le Béchec, 2015).

5 « Ranking » entendu ici comme le classement de documents numériques à partir d’un score attribué aux sources de ces documents. Sur l’algorithme « PageRank », il existe de nombreux articles scientifiques que nous ne pouvons résumer en quelques lignes et sur lequel nous n’avons pas d’éléments nouveaux à communiquer.

6 Pourtant, précédemment le lecteur de cet article aurait pu penser à une réification de l’objet technique et de ses capacités de propagation et d’agrégation dans notre propos.

7 Dans le cas de notre recherche, nous pouvons noter à titre d’exemple 39 comptes Twitter observés (et reliés entre eux- abonnés/abonnements) traitant quasi-exclusivement de la sécurité informatique.

8 Cette interprétation exclue le choix de l’internaute qui peut retweeter par facilité d’usage car prescrit par le dispositif.

9 M. Le Béchec, « Le drapeau : un signe transposable ? », in http://ternumeric.hypotheses.org/, 19/11/2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mariannig Le Béchec et Camille Alloing, « Les humanités numériques pour repenser les catégories d’analyse », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 23 mars 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rfsic.revues.org/1804 ; DOI : 10.4000/rfsic.1804

Haut de page

Auteurs

Mariannig Le Béchec

Mariannig Le Béchec est maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, membre du laboratoire CEREGE (EA 1722), IAE de l’Université de Poitiers depuis 2011. Ses travaux empiriques s’intéressent aux territoires numériques, aux nouvelles extensions (gTLD) et au livre. Elle développe des méthodes quali-quantitatives à l’aide d’outils d’extraction, de traitement et de visualisation de données pour analyser la circulation des images, des pratiques de lecture ou liées à l’open data et au crowdfunding. Courriel : mlebechecpro@gmail.com.

Camille Alloing

Camille Alloing est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’IAE de l’Université de Poitiers (laboratoire CEREGE-EA 1722), ses travaux portent depuis 7 ans sur la réputation en ligne, la recommandation sociale d’information, les stratégies de communication numérique des organisations, et plus globalement nos modes de consommation de l’information en ligne. Courriel : alloingcamille@gmail.com.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page