Navigation – Plan du site
Bibliographie

Sylvie Périneau (dir.), Les formes brèves audiovisuelles. Des interludes aux productions web, Paris

CNRS Éditions, 2013
Hélène Crombet
Référence(s) :

Paris, CNRS Éditions, 2013

Texte intégral

  • 1 Le 22 juin 2010 à Limoges, avec le concours de l’INA et sous la responsabilité d’Amandine Kervella, (...)
  • 2 Agrégée de Lettres modernes, maître de conférences en Sciences du Langage à l’Université de Limoges (...)

1Cet ouvrage collectif est le résultat d’une Journée d’études internationale1 organisée par Sylvie Périneau2 et consacrée à la notion de « formes brèves audiovisuelles ».

2L’ouvrage se nourrit de contributions variées, tant au niveau des approches disciplinaires qu’elles convoquent que des objets médiatiques qu’elles se proposent d’analyser.

3Abordés à travers le prisme de conceptualisations générales (première partie), à l’aune du medium télévisuel (deuxième partie) et d’études de cas particuliers (troisième partie), les formes brèves audiovisuelles sont effectivement considérées dans la diversité de leurs modes d’expressions constitutifs et dans la multiplicité de leur facettes. Vidéoclips (A. Gaudin), interludes (F. Jost), mini-séries web (F. Rio), documentaires sur le Net (G. Soulez), trailers (I. Pezzini), courts métrages au cinéma (S. Fevry) constituent autant de formats courts dans le secteur audiovisuel dont l’analyse fait émerger différents traits marqués par une série de contradictions essentielles : entre condensation et expansion, délinéarisation et efficacité, normativité et créativité, ces supports communicationnels se déploient à travers une narrativité spatio-temporelle et une rhétorique particulières.

4L’accent est mis sur les enjeux liés non seulement à la production, mais aussi à l’expérience de la réception de ces formes singulières, qui tendent à « combler » un vide entre deux émissions (F. Pugnière-Saavedra parle en ce sens de « non-programmes »), en vue de conserver la vigilance du téléspectateur ; néanmoins, au-delà de ce « remplissage », elles mettent également en œuvre une poïétique particulière dont il ne faudrait pas sous-estimer l’importance en termes d’impact pragmatique. L’aspect compressif de ces formats, marqué par son caractère discontinu, requiert en effet un effort de vigilance du spectateur, qui doit reconstituer de lui-même la trame narrative (S. Fevry). Marta Boni prend en outre l’exemple du film Romanzo Criminale, livré en séquences d’une dizaine de minutes sur Youtube, à la faveur de la collaboration participative des internautes.

5En quoi consistent alors les visées performatives de ces formats courts ? Une typologie intéressante nous est livrée par Florence Rio (p. 53-54) : qu’ils soient humoristiques, ludiques, informatifs (tels les bulletins météorologiques), pédagogiques (ainsi des spots de prévention ministériels), documentaires (F. Pugnère-Saavedra s’intéresse notamment aux thématiques économiques ou écologiques dans les « non-programmes de formats courts »), culturels (l’analyse de D’art d’art par J.-B. Cheymol apparaît tout à fait intéressante de ce point de vue) ou sportifs, ils abordent des thématiques liées à l’actualité. Notons qu’ils peuvent également participer de l’identité de la chaîne (F. Jost, A. Kervella).

6L’on pourrait néanmoins regretter la difficulté d’appréhender l’unité essentielle de la forme brève au regard de son caractère protéiforme : la prolifération de ses acceptions (est-ce un genre discursif ? Une pratique audiovisuelle ?, s’interroge ainsi S. Périneau) et de ses facettes rend problématique la cohérence de sa conceptualisation. Pourtant, c’est aussi cette prolifération qui fait d’elle un objet pertinent et original en matière d’épistémologie des Sciences de l’Information et de la Communication, dont la complexité, abordée tout au long de ce riche ouvrage théorique, réside paradoxalement dans son caractère lapidaire, en lui conférant une forte efficacité pragmatique.

7Sont donc envisagées les formes brèves du secteur audiovisuel, marquées par leur autonomie progressive (A. Gaudin) ; une émancipation graduelle, ayant précisément occasionné la possibilité d’une poïétique qui leur est propre, et qui semble répondre d’une esthétique de la contemporanéité, entre discontinuité, rupture et fugacité (J.-B. Cheymol).

Haut de page

Notes

1 Le 22 juin 2010 à Limoges, avec le concours de l’INA et sous la responsabilité d’Amandine Kervella, Sylvie Périneau et Florence Rio.

2 Agrégée de Lettres modernes, maître de conférences en Sciences du Langage à l’Université de Limoges.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Crombet, « Sylvie Périneau (dir.), Les formes brèves audiovisuelles. Des interludes aux productions web, Paris », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 17 juillet 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/996

Haut de page

Auteur

Hélène Crombet

Doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication, EA 4426 MICA, Université Bordeaux Montaigne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page