Navigation – Plan du site
Bibliographie

Jean-François Bordron, Image et vérité - Essais sur les dimensions iconiques de la connaissance

Liège, Presses Universitaires de Liège, Collection Sigilla, 2013
Shima Shirkhodaei
Référence(s) :

Jean-François Bordron, Image et vérité - Essais sur les dimensions iconiques de la connaissance. Liège, Presses Universitaires de Liège, Collection Sigilla, 2013

Texte intégral

  • 1 Voir à ce propos, Jean-François Bordron, (2011), L’iconicité et ses images, Paris, PUF, Coll. « For (...)
  • 2 Rappelons que malgré l’enracinement de cette réflexion dans la théorie peircienne du signe, le mome (...)

1Le dernier ouvrage de Jean-François Bordron, intitulé Image et vérité, Essais sur les dimensions iconiques de la connaissance, s’inscrit dans la continuité de la réflexion de l’auteur sur l’« iconicité » de l’image et sa composition méréologique1. Selon la conception bordronienne de l’image, l’iconisation est une étape dans la constitution du parcours génératif de l’expression, qui positionne l’objet-image à l’intervalle des formes indicielles et symboliques. Il s’agit en effet d’un moment iconique, d’un processus relevant du monde sensible, d’une étape où les formes échappent encore à la stabilisation et qui n’ont pas encore atteint la constitution d’une totalité. La totalité méréologique reste donc à construire selon diverses manières et selon un nouvel agencement présupposé par la composition interne de l’image2.

  • 3 Kant, Husserl, Merleau-Ponty et Bergson sont parmi les philosophes dont les synthèses philosophique (...)

2Si dans les publications antérieures de l’auteur, les réflexions sur l’image dans le contexte des expérimentations scientifiques étaient déjà présentes, dans son nouvel ouvrage, Jean-François Bordron ouvre davantage les perspectives sur les enjeux véridictoires des images dans le même contexte d’usage. En effet, par une approche phénoménologique à mi-chemin entre une pensée philosophique et sémiotique, l’auteur cherche à comprendre la vérité des images3.

3Ainsi, par la dialectique articulée entre l’image et la vérité, une nouvelle esquisse de pensée sur l’image se dessine : existe-il une manière d’appréhender la vérité des images non pas en référence à l’usage pratique de celles-ci mais en s’appuyant sur le monde sensible qu’elles mobilisent et le chemin expérimental de l’expérience phénoménologique qu’elles proposent ? Ce faisant, ne s’agirait-il pas de rendre compte de la réflexivité des images, interrogée par d’autres voies que celle de la dimension immanente et interne à l’image ?

4Notre présentation de l’ouvrage de Jean-François Bordron s’organise en deux temps. Pour commencer, nous essayons de mieux comprendre les critères qui, selon l’auteur, nous permettent d’étiqueter ou pas une image comme étant une image scientifique. Ensuite, nous nous efforçons d’expliciter la problématique du rapport image/vérité discuté dans les deux premières parties de l’ouvrage.

Qu’est-ce qu’une image dite « scientifique » ?

  • 4 L’auteur pose aussitôt la question des frontières douteuses et incertaines de la démarcation entre (...)
  • 5 La distinction entre les deux types d’image, permet d’instaurer l’opposition entre deux temporalité (...)

5Dans l’introduction, l’auteur incite à réfléchir sur deux types d’images « extatique » et « expérimentale »4, dont la distinction ne se fait pas d’emblée selon leurs propriétés immanentes. L’image « extatique » est conçue comme « nécessairement remplie de réminiscences du passé, d’autres images déjà rencontrées, mais aussi bien de promesses, de menaces, d’intentions orientées vers quelque futur » (p. 11) tandis que l’image « expérimentale » est abordée selon une « chaîne d’inférence » constituée explicitement et concrètement d’autres images et des énoncés linguistique ou mathématique.5

  • 6 L’auteur nous rappelle à plusieurs reprises que « la pratique est toujours rhétorique » (pp. 6, 171

6Cette distinction s’avère centrale dans la démarche de Bordron dans la mesure où elle ouvre la perspective aux trois voies analytiques selon lesquelles l’image s’identifie et se donne à lire et à comprendre : 1. La « voie rhétorique », 2. La « voie dialectique », 3. La « voie immanente » (p. 171). Tout au long de son investigation, Jean-François Bordron ne cherche pas à classer les images selon leur genre ou leur domaine d’exploitation. En revanche, il est question de « chercher les différents cheminements, les différentes lectures, voire les différentes interprétations, qui peuvent mener d’une image à la vérité recherchée » (p. 172). Dès lors, la question centrale semble être celle des effets produits par l’image selon une entreprise pragmatique (rhétorique/pratique)6 ou immanentiste. Cette distinction est à l’origine d’une autre question centrale du livre, à savoir le « statut iconique de la prédication » (p. 24) que les différentes modalités du rapport véridictoire mettent en évidence à l’intérieur de l’image.

7À l’exception du dernier chapitre du livre, où il est question des « images mathématiques », l’image est rarement étiquetée par l’auteur comme étant proprement scientifique. Elle semble se définir par son adhésion à l’une des voies analytiques proposées par l’auteur sans pour autant se figer et se positionner une fois pour toute dans un champ scientifique quelconque. Certes, l’image peut être étiquetée de scientifique en référence à son contexte d’utilisation et d’expérimentation en science, or l’auteur y privilégie le basculement perpétuel possible d’une voie analytique à une autre (rhétorique, dialectique, immanente) et par conséquent, la possibilité de voir l’image et de l’appréhender d’une manière différente de ce que son contexte d’usage habituel présuppose. À travers cette distinction l’auteur invite ses lecteurs à traquer la « vie intersubjective des images » (p. 169), celles qui s’aventurent dans les contextes d’expérimentation scientifique.

  • 7 Rappelons au passage que l’auteur distingue l’art de l’esthétique : « l’esthétisation des images da (...)

8Si l’image est toujours référencée par sa singularité à la fois rhétorique et pragmatique, qu’en est-il pour l’image dite « mathématique » ? En d’autres termes, quelles sont les spécificités des images dites mathématiques ? L’auteur tente de répondre à cette question en l’associant à la problématique des « constructions auxiliaires » (p. 159), une opération supplémentaire dans la démonstration que mettent en scène les différentes parties de l’image mathématique. Mais avant de se concentrer sur la problématique propre à l’image mathématique, c’est le rapport dialectique reliant l’image mathématique à l’image esthétique7 qui préoccupe le sémioticien.

9Quelles sont les conditions pour positionner une image dans chacun de ces domaines esthétique et scientifique ? Du fait que les conceptions de l’image dans chacun de ces domaines ont leurs exigences pratiques et théoriques et surtout leur histoire propre, la distinction entre les deux types d’image ne s’avère pas évidente. Cependant, il semblerait que ni l’une ni l’autre image ne soit en mesure d’exclure l’autre de son champ de pertinence et que le passage d’un domaine à l’autre est tout à fait envisageable. En effet, la manière dont on définit la science et l’esthétique selon une signification non intangible impose la détermination d’une frontière fragile entre les deux types de conception d’image. L’auteur décrit ainsi ce parallélisme entre les deux mondes d’image : « nous avons affaire à un paysage sémantique assez changeant, habité par une multiplicité de reliefs, plutôt qu’à une opposition nette comme celle censée distinguer les dieux et les hommes » (p. 143).

  • 8 Alberto Giacometti, Cube, (1934, Centre Pompidou, Paris).

10Quelle serait alors la proposition de l’auteur pour démêler autant que possible la confusion catégorielle entre l’image mathématique et esthétique ? Il propose en effet de s’attarder sur le rôle de la médiation de la mémoire dans la perception des images et des objets. Il s’agit de trois types de mémoire que l’auteur appelle « mémoire par familiarité », « mémoire esthésique » et « mémoire platonicienne » (p. 154). C’est à travers une analyse des images des cubes que Jean-François Bordron propose cette typologie de mémoire et son fonctionnement dans la perception des images. Dans sa démonstration, Bordron, fait intervenir les images mentales des cubes, l’une utilisée dans le contexte de la démonstration mathématique et l’autre étant le célèbre cube de Giacometti8. Bordron montre que ni les traits différentiels de chaque image, ni leur contexte d’usage ne peuvent seuls contribuer à une distinction catégorique entre les différentes images du cube. En revanche, les différents registres de mémoire semblent jouer un rôle déterminant pour trancher et aboutir à une distinction catégorique déterminante. Autrement dit, c’est par la médiation de la mémoire que le discours iconique de l’image se stabilise pour le sujet. Bordron conclut ainsi ce rapport : « l’évidence mathématique forme, avec le sujet qui l’accompagne, un évènement instable, que l’on peut aisément esthétiser, c’est-à-dire offrir aux multiplicités de la mémoire. On conçoit que le chemin inverse soit, dynamiquement parlant, moins probable » (p. 155).

11La conclusion que tire l’auteur de cette démonstration oriente sa démonstration vers la question de l’image mathématique proprement dite et ses spécificités. En d’autres termes, cette dialectique entre les deux domaines esthétique et scientifique est une occasion pour l’auteur d’aborder la problématique des propriétés sémiotiques de l’image mathématique. L’auteur interroge ainsi les formulations sémiotiques susceptibles de faire mieux comprendre ce qui peut être paradoxal dans le contexte des démonstrations mathématiques. En quoi consiste cet aspect paradoxal de l’image mathématique ?

12L’auteur attire notre attention sur les deux propriétés considérées pour l’image mathématique : le fait qu’il s’agit d’une image « en puissance » qui, à travers des opérations doit se doter du « statut de prémisse dans une démonstration » (p. 162), ensuite, l’image mathématique « ne possède aucun éclairage, aucune source de lumière, aucune ombre » (p. 163). Ainsi, l’auteur assimile l’image mathématique au « plan d’expression qui n’aurait pas de contenu » (p. 166).

13Pourrait-on trouver ici une confusion du signifiant et de l’être ? Ne trouverait-on pas une forme de « fusion » du signifiant et de l’être (une des totalités méréologiques décrites par Bordron) qui ne fait la distinction que par le détour d’un concept ? Plus simplement, n’assisterions-nous pas à l’union, au sein de la perception, entre expérience et existence ?

14Pour Jean-François Bordron, « c’est le moment propre de l’évidence » (p. 167). Ainsi le rapport à la vérité s’explique dans l’image mathématique, qui demande à être perçue plutôt qu’à être évaluée. Ce type particulier d’image est ensuite mis en parallèle avec les « signes mathématiques », tout à fait arbitraires et soumis à des usages spécifiques, qui à leur tour, se différencient des images mathématiques. Dans ces deux cas, l’attention de l’auteur semble porter encore une fois sur la perception des images dites mathématiques et le jeu véridictoire qu’elle entraîne. Quels sont ces enjeux ? Quel rôle assigner aux propriétés immanentes de l’image ainsi qu’à ses déterminations dialectiques et rhétoriques dans cette articulation complexe ?

Les enjeux véridictoires de l’image

15Afin de mieux expliciter les enjeux du rapport entre l’image et la vérité, l’auteur propose de distinguer cinq ordres de vérité qui témoignent chacun de l’organisation de l’image dans un champ de vérité propre : 1. « La vérité comme accord entre une proposition et un état de chose ou un événement » ; 2. « La vérité comme rectitude d’une énonciation » ; 3. « La vérité en tant qu’elle est assumée par un jugement » ; 4. « La vérité comme enjeu d’un conflit dialectique » ; 5. « La vérité comme accord entre une image et ce qui par elle est fait image » (p. 34). Rappelons la remarque de l’auteur quant à la dimension inévitablement opérationnelle de la vérité, pour comprendre les articulations complexes de l’image : « s’il n’y avait pas de vérité, il n’y aurait pas non plus de mensonge, pas de dissimulation, pas de secret, pas de ruse, de telle sorte que la vie intersubjective des images en serait singulièrement appauvrie » (p. 169).

  • 9 Pour la notion de statut l’auteur renvoie à Maria Giulia Dondero (2011), « Rhétorique des pratiques (...)

16Pour commencer, l’auteur interroge ce qu’il appelle « la négation silencieuse » (p. 37). Il étudie ainsi les différentes manifestations de la négation dans l’image en s’appuyant sur les exemples du rapprochement entre les langages verbal et visuel. Ensuite, c’est à travers l’exemple de Pyrame et Thisbé de Poussin que Jean-François Bordron convainc le lecteur des usages de l’image selon son « statut »9, ses « structures symboliques » et son « domaine notionnel » (p. 48). Ce tableau récite certes une histoire qui lui est propre, mais en minimisant son individualité symbolique ; beaucoup d’autres histoires peuvent également se prêter à son iconicité. L’auteur souligne l’importance de prendre en compte l’effectuation de l’image (ici son énonciation).

17Au fur et à mesure que les conditions nécessaires pour lire et comprendre les images dans un contexte d’usage scientifique se précisent, les enjeux du rapport entre l’image et la vérité sont davantage cernés. L’auteur propose une distinction fondamentale entre trois types d’image idéaux : « Image horizon », « Image écriture » et « Image événement » (p. 62). Cette distinction résulte de la comparaison entre l’expérience de l’objet et celle de l’image en insistant en particulier sur la coexistence des couches de sens à l’intérieur de l’image.

18L’auteur développe et argumente ensuite les questionnements de ce qu’il appelle l’« économie » et la « scénographie ». Le développement de ces notions s’avère nécessaire pour attaquer dans la troisième partie la question plus approfondie du rapport entre l’image et la science. Selon Jean-François Bordron, « interroger l’économie d’une image revient ainsi à se demander dans quel ordre global elle s’inscrit, quelle articulation fondamentale est présupposée pour qu’on puisse la comprendre » (p. 82). L’économie des images, définie de la sorte, concerne les quatre niveaux de l’analyse d’image : « des compositions méréologiques, des liaisons prédicatives, des horizons ontologiques ». À ces niveaux, s’ajoute également « le domaine des analogies » (p. 81).

  • 10 Pour mieux connaître les « Théâtres de machine », leur contexte historique d’apparition et le disco (...)
  • 11 Patricia Falguières, (2004), Le Maniérisme. Une avant-garde au xvie siècle, Paris, Gallimard.
  • 12 Il nous semble qu’il pourrait être intéressant de s’interroger sur les équivalences contemporaines (...)

19Pour illustrer l’opérationnalité de la notion d’économie quant à la compréhension des images utilisées dans un contexte scientifique, une analyse minutieuse d’un type particulier d’image dans le cadre des « Théâtres de machine »10 est proposée au chapitre 5. À travers cette analyse, Jean-François Bordron montre la façon dont les images mettent en cause notre rapport avec un objet que l’image est censée représenter en problématisant la question du référent. En effet, la « machine » ou plus précisément l’appareil mécanique que représentent les « Théâtres de machine », n’existe que dans l’imaginaire de l’ingénieur. Cependant, il s’actualise dans une image représentative de cet imaginaire pour mettre en scène « une expérience mentale qui est à la fois singulière et en puissance d’autres interventions » (p. 94). Par ailleurs, dans la mesure où il s’agit d’une invention théoriquement probable, le mode d’existence de ces machines s’avère « en puissance, avec une intention à la fois persuasive (rhétorique de l’argumentation) et esthétique (la merveille, l’effet, la figure) » (Ibid.). L’auteur mentionne ensuite le rapprochement de ces images avec l’esthétique maniériste11 en ce qui concerne la « date de leur apparition (moitié du xvie) », « insistance sur le merveilleux », l’exagération dans la complexité de la représentation, un espace pour représenter les « torsions locales », la multiplication de « plusieurs points de vue » concomitants et enfin la « cohérence d’ensemble » de la représentation en dépit de la complexité soulignée (p. 96).12

20La conclusion que tire Jean-François Bordron de cette comparaison est particulièrement intéressante quant à la notion d’économie qu’il soutient pour le fonctionnement de l’image dans les « Théâtres de machine » : « les machines présentes sur les images tendent sans doute vers une réalisation, donc vers une fin, mais leur caractéristique propre consiste plutôt à ouvrir un horizon, à libérer une puissance d’invention relativement indéterminée dans ses buts pratiques » (Ibid.). C’est dans ce sens que l’auteur souligne la force dialectique de ces images face à leur force rhétorique de la mise en scène des machines et de leur conception. L’image ouvre ainsi sur une autre scène que celle qu’elle représente au premier abord… Pourrait-on en développer l’hypothèse qu’il y a toujours deux images ? Qu’il y toujours le « monde perçu » et le « monde figuratif » (p. 169) ?

  • 13 En référence au fondement de la rhétorique et au système sémiotique des images, Jean-François Bordr (...)
  • 14 Notons les quatre fonctions catégorielles qui explicitent les modalités du changement de cette expé (...)

21Comme nous venons de l’expliquer dans la première partie de notre présentation, les investigations sur le rapport de l’image à la vérité se poursuivent dans la dernière partie de l’ouvrage en focalisant davantage sur le cas de l’image mathématique. Mais avant cela, l’auteur pose la question de ce que l’on pourrait appeler l’« image-évènement »13. En situant le plan d’immanence de l’analyse au niveau du « flux de l’expérience pure » (p. 103), Jean-François Bordron examine la possibilité d’étudier l’image considérée comme un moment dans un flux véhiculé par un domaine d’expérience : un moment qui manifeste « une exigence de changement dans le régime de croyance des auteurs de l’expérience »14 (p. 102). La question se pose en effet quand l’« image-évènement » est susceptible de suggérer une rupture, une réévaluation, une expérience dubitative ou un point de repère quant aux pratiques scientifiques antérieures.

  • 15 « La notion d’image médiatrice vient de Bergson qui y percevait une nécessité pour comprendre la fo (...)

22Cette réflexion sémiotique amène l’auteur à poser des questions fondamentales qu’engendrent les images dans le domaine des sciences, notamment en mathématiques et en physique : « une science sans image est-elle possible ? » (p. 113). Afin d’éclairer les enjeux de cette question, l’auteur recourt à un type particulier d’image, l’« image médiatrice »15 qui présuppose l’« attitude scientifique » du sujet en opposition à son « attitude naturelle » (p. 115). L’auteur nous explique comment les usages de l’image sont évalués sur « le plan de la connaissance » (p. 113). C’est l’image elle-même qui indique où il faudrait situer sa nécessité d’expression. Ainsi, ce qui semble inquiéter l’auteur à travers la question d’une science sans image est le rapport complexe entre le sujet, l’objet référentiel et la connaissance transmise dans le contexte scientifique de lecture et d’interprétation de l’image.

  • 16 La dissociation entre l’usage et la pratique est importante dans la mesure où la dialectique image/ (...)
  • 17 L’auteur spécifie que le niveau sémiologique « semble conserver, d’une modalité à l’autre, non seul (...)
  • 18 Les pratiques « en mycologie, chez les naturalistes, les anatomistes » pour en citer quelques exemp (...)

23Une autre question centrale quant à l’image et à la pratique scientifique concerne ce que Jean-François Bordron appelle « le niveau sémiologique » (p. 127) des images. Ce niveau se situe à mi-chemin entre le niveau iconique et indiciel. À travers plusieurs exemples, l’auteur explique l’usage, voire la préférence de ce niveau du plan d’expression dans certaines pratiques scientifiques16. Mais en quoi consiste exactement l’opérationnalité de ce niveau dans une enquête scientifique ? Dans la mesure où le niveau sémiologique est l’« ensemble des traits comportant une certaine saillance perceptive et, le plus souvent d’usage multimodal »17 (p. 138), dans certaines pratiques scientifiques18, le niveau sémiologique constitue une étape incontournable, notamment « dans les sciences pour lesquelles l’étape sensible doit nécessairement précéder l’élaboration conceptuelle » (p. 140). Dans ce cas, les images sont considérées « comme le résultat d’un jugement réfléchissant au stade où se mettent en place les éléments sémiologiques différenciateurs (stade pré-conceptuel) » (p. 139).

24Au terme de ce parcours d’observation d’images par les trois voies rhétorique, dialectique et immanente, que Jean-François Bordron propose, nous sommes amplement convaincus de la dimension « spéculative » (p. 170) de l’image. Elle « trace une frontière mouvante et une médiation changeante, toujours questionnables, entre le monde et nous sans que soit aisément déterminable où passe exactement cette frontière et en quoi consiste la médiation » (Ibid.).

25Le parcours minutieux des réflexions sémiotiques et philosophiques de Jean-François Bordron montre que non seulement « l’image n’est jamais simplement donnée », mais qu’« elle ne se comprend véritablement que si on la laisse exercer sa propre réflexivité » (Ibid.).

26Enfin, en guise de conclusion, rappelons-nous le sous-titre de l’ouvrage qui illustre de la meilleure façon l’emblème de l’approche bordronienne de l’image et sa véritable préoccupation qui consiste à valoriser « les dimensions iconiques de la connaissance » auxquelles l’image nous invite par sa reconstruction méréologique.

27Pour finir, l’ouvrage de Jean-François Bordron, publié dans la collection SIGILLA des Presses Universitaires de Liège, nous semble ouvrir de nouvelles perspectives de recherche sur la dialectique image et vérité qui intéressera aussi bien les problématiques récentes en sémiotique visuelle que celles posées à travers des réflexions proprement philosophique et phénoménologique. Quelles que soient les directions des recherches futures inspirées par la démarche de Jean-François Bordron, la profondeur de sa pensée et la rigueur méthodologique qui accompagne les analyses de cet ouvrage illustrent une étude sémiotique originale et stimulante.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce propos, Jean-François Bordron, (2011), L’iconicité et ses images, Paris, PUF, Coll. « Formes sémiotiques ».

2 Rappelons que malgré l’enracinement de cette réflexion dans la théorie peircienne du signe, le moment iconique décrit par Bordron se différencie du signe iconique par le fait que le moment iconique précède le signe iconique dans sa constitution du plan d’expression de l’objet.

3 Kant, Husserl, Merleau-Ponty et Bergson sont parmi les philosophes dont les synthèses philosophiques sont présentes dans les études que propose Jean-François Bordron.

4 L’auteur pose aussitôt la question des frontières douteuses et incertaines de la démarcation entre ces deux types d’image : insertion des images extatiques dans les usages et les pratiques en dehors de leur domaine d’exposition artistique d’une part, et les « descriptions immanentes » des images expérimentales d’autre part.

5 La distinction entre les deux types d’image, permet d’instaurer l’opposition entre deux temporalités correspondant à chacun de ces types d’image, le temps de l’immanence, le temps de la rhétorique. Cette distinction amène ensuite à une troisième temporalité, le temps dialectique, qui favorise sans aucun doute l’étude des images dans le contexte de la recherche scientifique. Notons que cette hypothèse s’enracine dans le « principe de la dualité » en sémiotique et dans la notion saussurienne de valeur que l’auteur mentionne. « Contre quoi échange-t-on les images si elles se rapportent à autre chose qu’à d’autres images ? » (p. 8). Voir Ferdinand de Saussure (2002), Ecrits de linguistique générale, Paris, Gallimard.

6 L’auteur nous rappelle à plusieurs reprises que « la pratique est toujours rhétorique » (pp. 6, 171)

7 Rappelons au passage que l’auteur distingue l’art de l’esthétique : « l’esthétisation des images dans les revues ou les livres scientifiques ne les transforme pas pour autant en œuvre d’art » (p. 144).

8 Alberto Giacometti, Cube, (1934, Centre Pompidou, Paris).

9 Pour la notion de statut l’auteur renvoie à Maria Giulia Dondero (2011), « Rhétorique des pratiques », Semen 32, S. Badir, M.G. Dondero et Fr. Provenzano (éds), pp. 111-129.

10 Pour mieux connaître les « Théâtres de machine », leur contexte historique d’apparition et le discours technique qui y est sous-jacent, voir la thèse de doctorat de Benjamin Ravier (2013), « Voir et concevoir, les Théâtres de machines (xvie-xviiie siècle) » http://www.academia.edu/4876315/Voir_et_concevoir_les_theatres_de_machines_XVIe-XVIIIe_siecle_

11 Patricia Falguières, (2004), Le Maniérisme. Une avant-garde au xvie siècle, Paris, Gallimard.

12 Il nous semble qu’il pourrait être intéressant de s’interroger sur les équivalences contemporaines des « Théâtres de machine » dans le monde des productions visuelles. De ce point de vue ce qu’on appelle communément le « book mannequin » pourrait s’approcher des « Théâtres de machine » en ce qu’ils se présentent comme des dispositifs d’« aide à la conception ».

13 En référence au fondement de la rhétorique et au système sémiotique des images, Jean-François Bordron rappelle l’ambiguïté et la difficulté de savoir « ce qu’il faut voir ou entendre » pour chaque image… En effet, c’est justement cette oscillation entre les deux types d’image qui aide à comprendre ce qui est/doit être mobilisé dans chaque image selon son usage particulier.

14 Notons les quatre fonctions catégorielles qui explicitent les modalités du changement de cette expérience : « images-arrêt », « images-relance », « images-capture », « images-repère » (p. 102).

15 « La notion d’image médiatrice vient de Bergson qui y percevait une nécessité pour comprendre la forme philosophique de la pensée » (p. 115).

16 La dissociation entre l’usage et la pratique est importante dans la mesure où la dialectique image/usage pose la question de la « structuration » et celle de l’« émergence » (p. 128).

17 L’auteur spécifie que le niveau sémiologique « semble conserver, d’une modalité à l’autre, non seulement une valeur cognitive mais aussi une valeur émotive » (p. 138)

18 Les pratiques « en mycologie, chez les naturalistes, les anatomistes » pour en citer quelques exemples (p. 140).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Shima Shirkhodaei, « Jean-François Bordron, Image et vérité - Essais sur les dimensions iconiques de la connaissance », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 17 juillet 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://rfsic.revues.org/994

Haut de page

Auteur

Shima Shirkhodaei

Post-doctorante - Projet ARC COMMON, Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page