Navigation – Plan du site
Dossier : Recherches au féminin en Sciences de l’Information et de la Communication
I- Travaux consacrés au genre en SIC : regards pluriels et questions vives

La place des femmes dans le patrimoine

Bernadette Dufrêne

Résumés

Bien que les femmes fournissent l'essentiel des effectifs dans la formation au patrimoine et soient surreprésentées dans ce champ, deux rapports récents montrent qu'elles sont sous-représentées au niveau des postes de direction Cette situation pose des questions sur deux plans différents - comment s'explique la prédilection des femmes pour le patrimoine? La mise en perspective historique peut-elle fournir une partie de la réponse? Par ailleurs quels peuvent être les effets d'une hégémonie masculine notamment sur les politiques d'acquisition et d'exposition?

Haut de page

Texte intégral

1En dénonçant les plafonds de verre auxquels se heurtent les femmes dans le domaine de la culture, le rapport du Sénat La place des femmes dans l’art et la culture publié en juin 2013 a ravivé une question déjà posée par deux fois en 2006 et en 2013 par Reine Prat, inspectrice générale de la création. Ces deux premiers rapports avaient mis en lumière le « système fortement inégalitaire » dans le monde de la culture, les femmes étant sous-représentées dans les postes de direction même si elles sont légèrement majoritaires dans les postes d'administration. Ces constats qui avaient fait grand bruit ont abouti à la mise en place d'un Observatoire de l’égalité hommes-femmes dans la culture et la communication. Celui-ci a dressé un état des lieux publié récemment qui corrobore les précédentes analyses. Par-delà la question du plafond de verre, les enjeux sont non seulement d'ordre démocratique mais aussi d'ordre symbolique. Ce qui définit le patrimoine, c'est en effet la sélection de ce qui compte pour une communauté, que cet intérêt soit historique, politique ou culturel. Sur le plan des professions, -étant donné les limites de cette contribution-, nous emploierons le plus souvent le terme « patrimoine » dans un sens très restrictif, celui du secteur d'emploi que constituent les institutions et l'administration patrimoniales, les associations et les agences de services en lien avec le patrimoine. L'emploi des femmes dans ce champ pose une série de questions (notamment le rôle des femmes dans la définition des patrimoines et les effets de leur présence dans les instances de direction) qui s'articulent à une interrogation fondamentale : dans quelle mesure leur quasi-exclusion des plus hautes responsabilités affecte-t-elle les représentations que l'on a du patrimoine ? En ce sens, il n'est pas inutile de rappeler les principaux éléments du contexte actuel et les enseignements de l'état des lieux de 2013.

La situation actuelle des femmes dans le domaine de la culture

2Si en 2012, 55,4 % des étudiants de l’enseignement supérieur sont des filles, leur sur-représentation au sein des filières « patrimoine », qu'elles dépendent du Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche ou du Ministère de la culture est manifeste. Si l'on se fonde sur les statistiques publiées par le ministère de la culture, sur les 1700 étudiants des deux écoles dépendant du Ministère de la culture (Ecole du Louvre et INP), 80 % sont des femmes. À titre de comparaison, les étudiantes représentent 64 % des étudiants d'arts plastiques et 56 % des étudiants dans le domaine de l'architecture et du paysage. Si l'on prend le cas des filières patrimoine dépendant du ministère de l'enseignement supérieur, les chiffres ne sont pas différents. Quels postes sont-elles destinées à occuper ? En ce qui concerne les postes de direction, la sous-représentation des femmes est un constat que l'on peut faire à tous les niveaux de la vie culturelle, qu'il s'agisse de l'échelon national, régional ou local. En ce qui concerne les directions dépendant du Ministère de la culture, les indicateurs mis en place par l'Observatoire montrent que la part des femmes dans les postes de DG du ministère s'élève à 25 %, celle dans le plus haut poste de direction à 24 %, celle dans les comités de direction à 34 %, leur présence parmi les personnes qualifiées dans les conseils d'administration à 33 %, dans les présidences des concours et examens professionnels à 15 %. Il en va de même pour les services déconcentrés du Ministère : les femmes représentent 21 % des directeurs des Affaires culturelles, 61 % des directeurs adjoints, 59 % des secrétaires généraux. Dans les postes de direction des services déconcentrés à compétence nationale, elles sont 29 % et à la tête des musées ou d'établissements relevant du patrimoine 30 %. Pour autant ces chiffres n'auraient pas de sens si on ne les comparait à ceux de la vie publique. Toujoursselon l'Observatoire, « dans la Fonction publique, 24 % des directeurs d’administration centrale sont des femmes. Dans le secteur privé et semi-public, 17 % des dirigeants de sociétés sont des femmes ». Pour rappel, dans l'enseignement supérieur, 20 % des femmes -toutes disciplines confondues- accèdent au grade de Professeur des Universités. Les inégalités, si elles existent bien dans le domaine du patrimoine, doivent néanmoins être rapportées à un contexte général.

3À partir de ce constat deux questions se posent. Malgré cette situation, quelles sont les raisons de la prédilection des femmes pour le patrimoine ? Quel est l'impact réel de la présence des femmes dans les instances de direction sur la constitution et l'exposition des patrimoines ?

La prédilection des femmes pour le patrimoine et leurs rôles

4Comment interpréter cette présence massive des femmes dans les métiers du patrimoine ?

5Dans l'histoire, les femmes ont pu jouer un rôle, quand elles avaient une conscience patrimoniale, soit parce qu'elles avaient le pouvoir de le faire par leur situation de fortune et leur rang dans la société (par elles-mêmes, ou à cause d'une alliance et d'un héritage), soit par leur métier et leur fonction, les deux n'étant d'ailleurs pas exclusifs.

6On doit à des figures royales certains musées parmi les plus importants au monde, l'Ermitage à Catherine II de Russie, le VAM à Victoria qui eut le souci d'informer la création industrielle par l'héritage des formes et des savoir-faire ou à l'impératrice Pehlavi l'ouverture de musées d'art moderne dans l'Iran d'après la seconde guerre mondiale, à des marraines fortunées la création du MoMa à New York ou la galerie de Peggy Guggenheim. Les mécènes ont pu jouer aussi un rôle de découverte et d'orientation dans la constitution des collections : qu'on pense au rôle décisif de Gertrude Stein ou de Nina Kandinsky dans le domaine de l'art moderne et contemporain. Le monde de la critique d'art ne serait pas le même sans Catherine Millet en France ou Rosalind Krauss aux Etats-Unis.

7On peut aussi émettre l'hypothèse que leur rôle a été décisif dans la patrimonialisation de formes culturelles jugées mineures. Les femmes artistes et écrivains ont été nombreuses à provoquer de véritables prises de conscience patrimoniales. Qu'on pense à George Sand qui sut collecter les contes populaires de la Sologne et de la Puisaye, encourager Chopin à noter des mélodies campagnardes et partager avec Champfleury un goût pour la création populaire. On ne mesure pas assez l'effort de collection et de redécouverte qu'une Oum Khalsoun avec les chants égyptiens ou une Marguerite Yourcenar traduisant le corpus poétique de la Grèce antique, et particulièrement de la poésie féminine, ont réalisé.

8Si l'on considère le personnel des musées en France, on constate que face aux dynasties massives de conservateurs, se sont dressées des femmes singulières, fortifiées par leur expertise à qui on doit la majeure partie de la programmation. Dans la liste monotone des hommes directeurs de l'administration des musées de France, se sont glissées depuis deux dizaines d'années des visages féminins que leurs ministres de tutelle soutiennent, quand elles sont femmes elles-aussi, ce qui arrive également davantage. La féminisation est d'ailleurs remarquable à l'échelle internationale, aux Offices de Florence, à la Tate Modern de Londres, dans maints musées allemands ou dans les musées des pays extra-occidentaux. Certes on peut avancer l'idée que c'est parfois en raison inverse de l'importance qu'ils attribuent au domaine patrimonial, que les pouvoirs politiques attribuent davantage de postes de responsabilité aux femmes, et que dans les pays où les hommes se réservent les postes-clé, alors les femmes sont nombreuses dans les administrations jugées secondaires. Pourtant les hiérarchies supposées s'inversent devant l'action de femmes au premier rang desquelles il faut compter une Mélina Mercouri, ministre de la Culture de son pays, la Grèce, et qui fit tant avancer la question de la propriété des biens culturels et lança la première à ce niveau la politique des restitutions.

9Sans un travail théorique, de telles prises de position n'auraient pu rencontrer un écho. Or une femme comme Hannah Arendt a posé de façon claire dans La crise de la culture (1968) la prévalence des gestes artistiques qui se conservent dans le temps sur les discours et les actes politiques qui ont des conséquences évidemment mais ne se conservent pas en tant que traces et vestiges importants pour l'humanité entière. On peut se demander ce que les patrimoines les moins en vue, les moins considérés doivent à l'action de femmes et si, en l'occurence, il n'y pas une articulation encore à démontrer entre genre et attention aux patrimoines extra-occidentaux et genres artistiques jugés mineurs en fonction de hiérarchies jamais critiquées. Dans le domaine du patrimoine quotidien, industriel ou rural, aux côtés de l'équipe d'un Rivet ou d'un Georges-Henri Rivière, on trouvait des femmes comme Yvonne Oddon à qui la bibliothèque du musée de l'Homme puis plus tard l'Icom doivent beaucoup ou des ethnologues comme Germaine Tillon ou Mathilde Bellaigue cheville ouvrière de l'écomusée du Creusot. Si l'on considère le domaine de la patrimonialisation des arts premiers, on ne peut qu'évoquer la figure de Mary Douglas et, dans la lignée de celle-ci, celle de Sally Price, très critique sur le musée du Quai Branly ou, au Canada, celle de Ruth Phillips. Pour nombre de ces femmes-chercheurs, la transmission va de pair avec le processus de patrimonialisation.

10En témoigne notamment Mary Douglas, grande ethnologue qui a mené un travail critique sur la formation des institutions sociales parlant en 2007 peu avant sa mort dans l’auditorium Claude Lévi-Straus du musée du Quai Branly en ces termes : « Jusqu’ici, nous n’avons été capables de préserver le passé que pour les classes supérieures et moyennes, les classes instruites, les chercheurs que le passé intéresse, soit pour des raisons professionnelles, soit par tradition familiale. Mais ce qu’un musée ethnographique doit être capable de faire, c’est, d’une manière ou d’une autre, engager la conversation avec les descendants des peuples qui sont à l’origine de l’art, qui ont fabriqué ces merveilleux trésors que le musée protège et transmet à la génération suivante. Et qui sont-ils ? Ce sont les immigrants, les réfugiés, les pauvres dans notre communauté, qui n’appartiennent pas à nos traditions occidentales  […]. Je pense que c’est le problème que nous devrions aborder dans ce musée  […]. On devrait créer au moins un jour dans le mois, le dimanche, ou plus souvent que cela, des opportunités de dialogue avec une population à laquelle appartient une collection. » Ces quelques exemples de l'activité des femmes dans le champ du patrimoine nous amènent à corriger l'image que l'on a souvent de leur goût pour ce domaine : certes, il peut s'agir d'une activité socialement valorisée, signe de “distinction” au sens de Bourdieu, mais plus profondément, une piste de recherche pourrait être de mesurer l'engagement des chercheurs-femmes dans la redéfinition des valeurs patrimoniales Dans cette perspective, il nous reste à évoquer une dernière question : quels effets a la présence des femmes dans les instances de direction et les comités d'achat sur les politiques d'acquisition et d'exposition ?

Quel est l’impact de la présence des femmes sur la constitution des patrimoines ?

11À nouveau, les éléments d'information que nous donne l'Observatoire de l'égalité sont parlants. En ce qui concerne les structures d'acquisition, les fonds régionaux d’art contemporain (23 FRAC), « 37 % des postes d'encadrement supérieur des fonds régionaux d’art contemporain sont occupés par des femmes. On retrouve très peu de femmes au poste de président (13 % – Caen, Besançon et Toulouse); leur part est par contre plus importante parmi les directeurs (61 %). La part des femmes au sein des comités techniques d'achat des FRAC est de 41 %”. Pour les Centres d’Art dont la mission essentielle est la programmation d'expositions (49 centres), “39 % des postes d'encadrement supérieur des centres d’art sont occupés par des femmes. Les femmes sont majoritaires au sein des directeurs (53 %), leur nombre est moins important parmi les présidents (24 %). Les structures les plus subventionnées sont présidées par des hommes. En moyenne, les structures présidées par des femmes ont des subventions presque deux fois moins élevées que celles présidées par des hommes (245k€ contre 428k€) ». Peut-on établir une corrélation entre l'absence de parité au niveau des instances de direction et l'absence de parité au niveau des acquisitions ou des expositions ? Les acquisitions d'œuvres réalisées par des femmes constituent 32 % des œuvres achetées par le fond national d’art contemporain (FNAC) et représentent 24 % des acquisitions des fonds régionaux (FRAC).Le nombre moyen d’œuvres acquises par artiste est équivalent pour les femmes et les hommes au FNAC, il est par contre plus faible pour les femmes que pour les hommes au niveau des FRAC (1,6 contre 2,1). Dans les FRAC, parmi les artistes pour lesquels plus de 6 œuvres ont été acquises, il n’y a qu’une seule femme. » Cette disparité vaut aussi pour les expositions « 23 % des artistes dont les œuvres ont été exposées dans les FRAC sont des femmes. On retrouve 5 femmes parmi les 20 artistes qui ont exposé dans au moins 3 FRAC. Dans les centres d'art, la proportion des femmes s'élève à 34 %: « On retrouve 10 femmes parmi les 30 artistes qui ont exposé dans au moins 2 centres ». Bien qu'il ne s'agisse sur ce point aussi que d'hypothèses qui seraient à démontrer, on peut néanmoins poser la question de savoir si les politiques d'acquisition et d'exposition des œuvres réalisées par des femmes seraient différentes si elles étaient mieux représentées. C'est en tout cas le constat de ces disparités qui avait conduit les conservateurs femmes du Centre Pompidou à proposer un accrochage intitulé Elles ainsi présenté : « Malgré les luttes féministes des années 1970, les artistes femmes souffrent toujours d’un manque de visibilité, comme le montre la faible proportion d’artistes femmes dans les collections des musées français et des Fonds Nationaux et Régionaux d’Art Contemporain. Nous pensons que les expositions, féministes ou non, qui mettent les femmes sur le devant de la scène sont tout à fait d’actualité et utiles, comme l’a montré le succès de WACK !, exposition organisée par le musée d’Art Contemporain de Los Angeles en 2007. Le public découvrira dans elles@centrepompidou de nombreuses artistes qu’il ne connaît pas parce qu’elles n’occupent pas encore la place qu’elles méritent, ainsi que de nombreuses nouvelles acquisitions réalisées par le MNAM-CCI. Plus de 38 % des œuvres exposées dans l’accrochage elles@centrepompidou ont été acquises entre 2004 et 2009 et 51 % des artistes représentées sont entrées dans les collections du MNAM-CCI au cours de cette même période.”

12Le secteur du patrimoine est ainsi emblématique des questions posées par la discrimination en défaveur des femmes : majoritaires dans la sphère du patrimoine, apportant des points de vue nouveaux, leurs travaux y sont encore aujourd'hui moins reconnus et leur place parcimonieusement comptée. Toutefois la prise de conscience de ces inégalités objectivées par des études incite les femmes à revendiquer la mise en oeuvre d'une égalité et à se ressaisir des moyens de leur représentation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernadette Dufrêne, « La place des femmes dans le patrimoine », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/977 ; DOI : 10.4000/rfsic.977

Haut de page

Auteur

Bernadette Dufrêne

Université Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page