Navigation – Plan du site

N°6 - Usages et usagers de l'information à l'ère numérique

Dossier coordonné par Patrick-Yves Badillo et Nicolas Pélissier

Après une première phase, dans les années 1990, au cours de laquelle la dimension technologique de l'Internet semble avoir occupé le devant de la scène, la période plus récente montre toute l'importance des usages et des usagers en liaison avec les technologies numériques. Alors que l'École française de sociologie des usages s'est développée il y a plus d'une trentaine d'années et a suscité nombre de travaux approfondis, le présent appel d'offres a pour objectif de faire un bilan des recherches actuelles sur les usages et usagers. Le dossier sera centré sur les informations numériques, et s'efforcera de mettre en lumière leurs nouveaux enjeux, en ouvrant par ailleurs une perspective internationale et interdisciplinaire. Les théories des usages révèlent le rôle fondamental de l'usager. Celui-ci s'approprie la technologie, l'objet, le média ou plus précisément le contenu informationnel. Il en redéfinit la finalité, l'utilité et le réinterprète. Mettre au centre de nos préoccupations l'usager des contenus informationnels est crucial pour comprendre la dynamique contemporaine des médias, marquée par le rôle nouveau des internautes.

Les apports des recherches sur les usages, telles qu'elles sont envisagées par les SIC, sont aujourd'hui très féconds et diversifiés. L'usager devient actif, il ne reçoit pas les messages tels quels, mais bricole, développe des stratégies pour contourner la « toute puissance » des informations médiatisées. Le lecteur, le téléspectateur ou le surfeur n'a pas les mêmes besoins, les mêmes attentes ainsi que les mêmes motivations à consommer tel contenu plutôt que tel autre. Autrement dit, l'information est rendue disponible de manière différente selon le média. En outre, tout le monde peut se procurer, mais aussi émettre, une information sur Internet. L'usager devient consom'acteur : à travers le choix qu'il va faire dans sa consommation de contenu informationnel, il va faire ressortir ses préférences, sa motivation pour un certain type d'information.

Dans le cadre du présent appel à articles nous souhaitons appréhender les objectifs suivants.

D'une part, disposer dans une première partie des approches théoriques fondamentales, ainsi que les approches critiques prenant en compte les nouveaux enjeux liés à la diffusion continue d'information

D'autre part, observer et analyser les terrains d'application des théories des usages dans différents secteurs, mais aussi mettre en perspective de nouvelles problématiques d'application.

L'appel d'offres croise ainsi les perspectives théoriques et appliquées, en cherchant à dresser un bilan des travaux les plus visibles dans le champ des SIC, mais aussi de mettre en valeur des recherches plus récentes explorant de nouveaux enjeux et domaines d'application.

Approches théoriques fondamentales et enjeux des études d'usages

Une première série d'articles cherchera à dresser un bilan des approches théoriques et des enjeux des études d'usages. Cet état des lieux sur la logique de l'usage et la sociologie des usagers doit permettre de discuter les apports fondamentaux de la recherche en SIC. Dans une seconde série d'articles, il s'agit d'appréhender les approches sociotechniques, tout en disposant d'une perspective critique. Dans un contexte de fortes mutations du paysage médiatique, une question se pose en liaison avec la démocratie : comment les usagers des médias, qui sont aussi des citoyens, perçoivent-ils les contenus informationnels ? C'est probablement un des nouveaux enjeux importants pour la discipline des sciences de l'information de communication. Ainsi, face au flot continuel d'information, appréhender la qualité de l'information est un nouveau défi essentiel.

Domaines d'usages et nouvelles perspectives

Les études d'usage ont été appliquées à des domaines très différents de la recherche en SIC. Quel est le bilan des travaux les plus récents dans différents secteurs tels que l'éducation, le journalisme, les entreprises, la culture et les musées ? L’une des thématiques importantes dans le domaine des usages des médias concerne les inégalités. Avec l’essor des technologies de l'information et de la communication (TIC), de nombreux travaux ont porté sur l'accès aux dispositifs et plus particulièrement sur la ou les fracture(s) numérique(s). Il s’agit d'examiner les différenciations dans les usages des médias. Celles-ci peuvent-elles être interprétées en termes d’inégalités sociales ou culturelles ?

L'appréhension de l'évolution de la démocratie au regard des informations numériques, dans une perspective d'analyse politique, est un autre champ très fécond. Longtemps structurée autour des deux acteurs que sont les médias de masse et les institutions politiques, la communication politique vit une profonde mutation. Grâce aux comptes Facebook, blogs, forums internet, etc., les médias numériques facilitent l'engagement public des citoyens. Ceux-ci peuvent s'adresser directement aux acteurs politiques et aux journalistes, comme réagir en direct à leurs messages. Il en résulte une communication et une information politiques interactives, rapides, diversifiées. Quels types de participation suscitent-elles ? Comblent-elles le fossé grandissant entre représentants et représentés ?

Un autre domaine en plein essor, en parallèle avec l'émergence des big data, est celui des usagers et des traces numériques qui sont laissées sur Internet. L’inévitable production massive de données qui accompagne les usages des informations numériques est une question de toute première importance. Les usagers rétribuent de pus en plus certains services prétendument gratuits en leur donnant un droit d’exploitation inconditionnel sur leurs données privées. S’agit-il, comme d’aucuns l’affirment, du résultat d’un choix rationnel entre la valeur des services obtenus et une atteinte potentielle à leur sphère privée, ou plutôt d’une ignorance du modèle économique sur lequel repose les médias numériques dits gratuits ? Une sociologie des usages et de la traçabilité s’impose ici.

Enfin, pour conclure le numéro, il serait aussi pertinent de disposer d'une analyse d'usage des chercheurs en SIC, une mise en abyme en quelque sorte.

Consignes de rédaction : http://rfsic.revues.org/401

Destinataires des articles

Planning

Date limite de soumission et volume des articles : 30 octobre 2014 


Environ 30 000 signes (espaces compris)

Modalités d’évaluation

Double aveugle

Consignes rédactionnelles

Lire attentivement et respecter les consignes.  Les auteurs fourniront un résumé en français et en anglais, 5 à 8 mots-clés en français et en anglais et une courte biographie (5-6 lignes).