Navigation – Plan du site
Ligne Sud

Faire de nécessité vertu : inégalités sociales et modes d’appropriation innovants du téléphone mobile en Afrique

Making a virtue out of necessity : social inequalities and innovative modes of appropriation of the mobile phone in Africa
Gado Alzouma

Résumés

En contraste avec les décennies 1990 et 2000 au cours desquelles on promettait un leapfrogging développement et l’entrée rapide de l’Afrique dans la société de l’information grâce aux ordinateurs et à Internet, aujourd’hui les acteurs du développement, les journalistes et les chercheurs invoquent de moins en moins ces objets techniques pour lesquels l’intérêt semble s’être émoussé au profit du téléphone mobile. S’il en est ainsi, c’est sans doute parce que les chiffres de l’accès aux ordinateurs et à Internet sont restés, au fil des années, relativement bas tandis que ceux du téléphone mobile se sont très rapidement accrus. En conséquence une reformulation du discours développementaliste élaboré autour des TIC s’est fait jour et tend de plus en plus à abandonner toute référence aux ordinateurs pour se concentrer sur le téléphone mobile, ses usages et ses appropriations. Dans cette perspective, les chercheurs mettent surtout l’accent sur les innovations techniques et sociales dont les Africains se seraient montrés capables en intégrant le téléphone mobile à leur milieu social. Ces innovations sont présentées comme ayant un effet de nivellement des inégalités sociales et économiques tout comme elles seraient capables d’impulser un développement accéléré du continent. Dans les lignes qui suivent, nous nous proposons de montrer que les modes d’appropriation dits innovants manifestent en fait des disparités en termes d’accès mais aussi une inégale distribution des compétences techniques et culturelles (éducation).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Jonathan Donner, « The Rules of Beeping : Exchanging Messages via International “Missed Calls’’ on (...)

1Pendant de longues années, le discours développementaliste sur les TIC en Afrique a été élaboré autour des notions de diffusion et d’accès aux ordinateurs et à Internet. Toutefois, une évolution récente s’est fait jour qui tend à se focaliser autour des questions d’appropriation et d’insertion sociale du téléphone mobile dans son rapport au développement économique et social. Les questions centrales autour desquelles s’articule cette problématique sont les suivantes : comment les Africains réagissent-ils à l’introduction du téléphone mobile dans leurs sociétés ? Quelles sont les formes de résistance, de réajustement et de réadaptation élaborés par les usagers ? Quelles sont les nouvelles pratiques que les Africains mettent en œuvre pour s’approprier le téléphone mobile et l’utiliser à leur profit ? Chez maints auteurs,1 les réponses apportées à ces questions ont généralement mis l’accent sur les innovations techniques et sociales dont les Africains se seraient montrés capables en intégrant le téléphone mobile à leur milieu social. Ces auteurs ont insisté sur le fait que ces innovations traduisent la mise en œuvre d’une certaine ingéniosité, d’une créativité de la part des acteurs sociaux africains confrontés à l’hétéronomie des objets techniques, au caractère rebelle des normes exogènes sur lesquelles ces derniers reposent. En conséquence, ont-ils affirmé, les nouvelles pratiques mises en œuvre par les Africains pour s’adapter à l’introduction du téléphone mobile sont une expression du rôle actif que jouent les agents sociaux dans l’appropriation des TIC. Pour ces auteurs, les Africains se révèlent être à l’opposé des récepteurs et consommateurs passifs de technologies inventées ailleurs tels que se les représentent les contre-utopies communicationnelles et déconstructivistes de la modernité tardive. De ce point de vue, trois modalités de ces innovations sont mises en exergue et magnifiées comme une nouvelle panacée pour le développement du continent : les modes innovants d’appropriation des TIC et particulièrement du téléphone mobile, la modification des objets techniques pour les adapter aux usagers et au milieu social et la convergence technologique.

2Nous suggérons de présenter chacune d’entre elles ci-dessous avant de les analyser.

Les modes d’appropriation innovants des TIC

  • 2 Annie Chéneau-Loquay, « Modes d’appropriation innovants du téléphone mobile en Afrique… » op. cit., (...)
  • 3 Voir Jonathan Donner, “The Rules of Beeping…”, op. cit.
  • 4 Voir Hans Peter Hahn et Ludovic Kibora, “The domestication of the mobile phone…” op. cit., p. 87.
  • 5 François Bar, Francis Pisani et Matthew Weber, “Mobile technology appropriation in a distant mirror (...)
  • 6 Ibidem.

3Il s’agit des multiples modes d’appropriation et d’usages nouveaux chez les utilisateurs africains qui font preuve d’ingéniosité et d’inventivité pour faire face aux coûts d’utilisation, à l’absence de compétences techniques et aux changements rapides de la technologie dans un environnement marqué par la pauvreté et l’analphabétisme. Comme l’écrit Annie Chéneau-Loquay, les utilisateurs africains « emploient des ruses, du bricolage et des détournements pour s’inventer une manière personnelle […] de s’approprier les technologies.2 » Par exemple pour éviter de payer le coût des appels téléphoniques, « biper » son interlocuteur, c’est-à-dire appeler et laisser sonner puis raccrocher avant que l’appelé réponde, est une des principales modalités de l’usage du téléphone mobile en Afrique.3 De même, le téléphone mobile est ici le plus souvent utilisé de façon collective, en particulier dans les villages et les familles où il n’est pas le téléphone d’une seule personne mais de multiples individus. Il s’est également développé un marché d’occasion où se vendent à des prix modiques des téléphones de seconde main et où se déploient de petits vendeurs de rues, des réparateurs de téléphones et des cabines téléphoniques ambulantes (en fait des individus qui facturent l’usage de leur appareil téléphonique), ainsi que la construction de réseaux sociaux autour de l’usage du téléphone (pour avoir des tarifs préférentiels et en réduire le coût d’utilisation), etc. On peut aussi noter la pratique qui consiste à transférer du crédit à son interlocuteur. Le téléphone lui-même a évolué pour s’adapter à ces nouveaux marchés, ces nouveaux consommateurs et ces nouveaux besoins : dans les villages africains marqués par l’absence d’éclairage public et d’électricité, la lampe qui est maintenant attachée au téléphone mobile tend de plus en plus à remplacer les lampes-torches ordinaires, très répandues. Il en est de même de l’horloge qui permet de se passer d’une montre. L’ensemble de ces innovations est appréhendé, selon les auteurs comme une « domestication4 », ou une « créolisation5 », voire un « cannibalisme6 » chez ceux qui y voient une forme de « métissage » subie par la technologie.

La modification des objets techniques pour les adapter aux usagers et au milieu social

  • 7 Zereh Lalji et Judith Good, “Designing new technologies for illiterate people : A study in mobile p (...)
  • 8 Madeline Plauché et Udhyakuma Nallasamy, “Speech Interfaces for Equitable Access to Information Tec (...)
  • 9 Archana Prasad, Indrani Medhi, Kentaro Toyama et Ravin Balakrishnan, “Exploring the feasibility of (...)
  • 10 Indrana Medhi, Aman Sagar et Kentaro Toyama, “Text-free interfaces for illiterate and semi-illitera (...)

4Ici, il s’agit des efforts destinés à concevoir des objets adaptés à des groupes d’usagers particuliers tels que les téléphones mobiles cellulaires ou ordinateurs pour des utilisateurs qui ne savent ni lire ni écrire. Ces efforts sont nés de la constatation que « les populations qui n’appartiennent pas à l’élite et les populations analphabètes dans les pays en développement ont des expériences de vie, des attentes, des difficultés, des besoins et des mécanismes d’adaptation différents des élites de ces mêmes nations ou de celles des pays développés.7 » Dans cette perspective, ce sont surtout les technologies de l’information et de la communication qui se sont révélées les outils les plus adéquats pour toutes sortes d’expérimentations visant à permettre à des populations qui n’ont pas les compétences sociales ou techniques nécessaires de s’en servir. Ces efforts sont regroupés sous le terme de user-centered design for development ou la conception centrée sur l’usager au service du développement. Les initiatives dans ce sens sont très nombreuses et visent par exemple à créer des appareils de reconnaissance vocale,8 de la messagerie vidéo,9 des interfaces libres de tout texte pour téléphones mobiles et ordinateurs,10 ou encore des technologies vocales destinées à disséminer des informations sur la santé auprès d’utilisateurs analphabètes. Bien que la plupart de ces expériences aient été surtout menées en Inde, elles constituent une orientation de la recherche et du discours sur le développement auxquels on tente de donner une portée générale pour les pays en développement.

La convergence numérique

5La convergence numérique est la tendance de plus en plus affirmée, chez les concepteurs, à développer des appareils multifonctions, capables d’effectuer des tâches qui étaient autrefois séparées ou dévolues à des objets techniques différents. C’est ce qui permet par exemple à un utilisateur du téléphone mobile d’écouter la radio, d’envoyer ou de recevoir des messages, de prendre des photographies, d’utiliser la lampe-torche incorporée ou de naviguer sur Internet. En Afrique, il est supposé que le téléphone mobile de dernière génération (3G ou 4G) pourrait ainsi permettre à ceux qui n’ont pas accès aux ordinateurs pour des raisons de coût ou même pour des raisons liées au lieu où ils se situent (par exemple des zones rurales éloignées), de pouvoir utiliser l’Internet mobile.

6De plus en plus d’auteurs présentent l’ensemble de ces trois modes d’accès aux TIC comme doué d’effets de nivellement (leveling effect) des inégalités sociales et économiques, comme un moyen de réduire, sinon éliminer la fracture numérique, tout comme ils soutiennent que les nouvelles technologies de l’information et de la communication sont indiscutablement des outils qui permettront à l’Afrique d’accomplir un bond de géant sur la voie du développement. Pour ce faire, ils mettent en avant le caractère radicalement différent des TIC comparées à n’importe quelle autre technologie en soulignant notamment leur interactivité, leur ubiquité, leur flexibilité, les usages presque infinis auxquels on peut les soumettre et surtout leur adoption jusqu’ici inégalée en Afrique.

7Dans les lignes qui suivent, nous nous proposons de montrer que ce que ces auteurs présentent comme des modes d’appropriation innovants est en réalité la manifestation d’inégalités sociales entre usagers des TIC. Par ailleurs les possibilités offertes aux usagers de s’approprier une technologie ou même d’innover ne sont pas sans limites. S’il est possible aux usagers africains d’utiliser des vélos ou de vieilles batteries pour recharger leur téléphone mobile en l’absence d’électricité, ils ne peuvent pas pour autant se passer d’une forme d’énergie dont ils ne maîtrisent ni la production ni l’accès tout comme ils ne peuvent se passer d’avoir recours à d’autres techniques (modernes et aux origines exogènes) pour faire fonctionner ces appareils techniques. Contrairement à la conception irénique de la technologie, ce sont toujours des normes exogènes qui guident la conduite des agents même lorsqu’ils donnent l’impression d’échapper aux usages prescrits en inventant de nouvelles modalités d’appropriation. Enfin, il conviendrait de faire remarquer que toutes les innovations évoquées ci-dessus ont pour point commun de viser l’adaptation de populations marginalisées à des changements techniques présentés comme inévitables (et qui seraient inscrits dans une marche globale du monde vers un nouvel état de la société et des rapports sociaux) et à l’ordre technologique dominant ; à promouvoir des ajustements sociaux ou techniques tels que ces populations trouvent supportable la position qu’elles occupent et s’accommodent, au prix d’« innovations », de l’inégale distribution des compétences techniques et culturelles (par exemple savoir lire et écrire). Ces efforts ne consistent pas à élever ces populations au niveau des couches et classes sociales qui jouissent d’une utilisation efficiente de la technologie et qui, pour cela, ont rarement besoin d’« innover » pour être en mesure de les utiliser.

8Notre article est divisé en quatre parties. Dans un premier temps, nous exposerons les affiliations théoriques de la littérature sur l’appropriation des technologies en montrant comment le discours développementaliste en a récupéré les prémisses et thèmes essentiels pour les appliquer au champ des TIC en Afrique. Ceci nous conduira à réexaminer la notion d’appropriation dans ses deux dimensions énumérées ci-dessus et dans ses rapports avec le développement économique. Il apparaîtra ainsi que, tout comme pour les formes antérieures de déterminisme technique, c’est à la technologie, ses propriétés, sa configuration et ses fonctionnalités, que les défenseurs de l’appropriation et des innovations attribuent la capacité de changer la société. Enfin, nous nous efforcerons de montrer, dans un quatrième temps, que la technologie doit être replacée dans son contexte social et économique, notamment comme l’une des modalités des rapports (inégalitaires) qui lient les groupes ou classes sociales et même les pays entre eux et qu’elle ne saurait être comprise isolée de ces rapports.

Hétéronomie des objets techniques, normes exogènes et appropriation : brève revue de la littérature

  • 11 André Leroi-Gourhan, Le geste et la parole. Technique et langage, Paris, Albin Michel, 1989, 323 p.

9Si les questions ci-dessus évoquées se posent, c’est parce qu’il existe un décalage, un désajustement, entre l’outil technique tel que conçu et le milieu auquel il est appelé à être inséré et utilisé par des usagers particuliers ; car la technique n’est pas seulement, comme l’entendait Leroi-Gourhan,11 le prolongement pour ainsi dire artificiel de nos organes naturels. Du moins il n’y a pas toujours une correspondance parfaite entre la fonction assignée à l’objet — le dispositif technique — et le système social de façon que le premier s’imbrique « naturellement » au second. La façon dont l’objet technique va être accepté et approprié requiert des ajustements, une négociation, une démarche sociale qui a des conséquences autant pour la société (la façon dont elle va se réorganiser pour insérer la technologie) que pour le dispositif technique (qui peut subir des altérations, des modifications, ou être soumis à des usages auxquels les concepteurs n’avaient pas pensé).

  • 12 Michel de Certeau, L’Invention du quotidien, 1. : Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990 (1re éd. 19 (...)
  • 13 Josiane Jouët, « Retour critique sur la sociologie des usages », Réseaux, vol. 18, no 100 (Mai), 20 (...)

10C’est Michel de Certeau12 qui, l’un des premiers, et après avoir analysé la tension qui existe entre les usages sociaux d’un nouvel objet technique et les normes qui ont servi de fondement à sa conception, a montré que, face à ces normes, les usagers ne sont pas voués à la passivité. Au contraire, ils se montrent créateurs de sens au travers d’une résistance, d’une réadaptation et d’une appropriation qui prennent la forme d’une « culture » distincte que de Certeau assimile à un « braconnage », une tentative d’échapper aux mailles du filet tendu par les dominants en opérant dans les marges et les espaces de liberté qu’ils ont pu volontairement ou involontairement laisser. Ce qui suppose, comme l’indiquait Josiane Jouët, « le rôle actif de l’usager dans le modelage des emplois.13 » Les agents sont doués d’autonomie et à ce titre ils bricolent, contournent, détournent, inventent et s’approprient de façon originale, personnelle, les techniques introduites dans leurs sociétés.

  • 14 Cardon, cité par Annie Chéneau-Loquay, « Modes d’appropriation innovants », op. cit., p. 3.
  • 15 Jonathan Donner, “The Rules of Beeping…”, op. cit. p. 1.
  • 16 Araba Sey, « New Media Practices in Ghana », International Journal of Communication, vol. 5, 2011, (...)
  • 17 Sebastiana Etzo et Guy Collender, “The mobile phone ‘’revolution’’ in Africa : Rhetoric or reality  (...)
  • 18 Annie Chéneau-Loquay, « Modes d’appropriation innovants… », op. cit. et Annie Chéneau-Loquay, « La (...)
  • 19 Annie Chéneau-Loquay, « Modes d’appropriation innovants… », op. cit., p. 5.
  • 20 Ludovic Kibora, « Téléphonie mobile. L’appropriation du SMS par une ‘’société de l’oralité’’…. », o (...)
  • 21 Boukary Konaté, « Quand les motos chinoises rechargent les téléphones maliens>>. France24.com. En l (...)
  • 22 Voir Hans Peter Hahn et Ludovic Kibora, “The domestication of the mobile phone…”, op. cit.

11Dans cette perspective et s’agissant plus particulièrement de l’Afrique, les auteurs se sont surtout attachés à montrer les « innovations par l’usage » que Dominique Cardon définit comme « les innovations technologiques et de service qui naissent des pratiques des usagers et se diffusent à travers les réseaux d’échanges entre usagers.14 » Il conviendrait pourtant mieux de les appeler des « innovations sociales » en rapport avec l’usage des TIC que des « innovations technologiques », car bien souvent elles portent moins sur l’outil que sur la façon dont les usagers s’organisent, soit individuellement, soit collectivement, pour faire face aux contraintes économiques (de coût) et à la précarité. Qu’il s’agisse en effet du bipage (beeping)15 ou flashing,16 ou même des codes développés par les usagers pour donner des significations particulières aux bips17 ou encore de toutes les situations que Chéneau-Loquay18 évoque et qui consistent par exemple au transfert de crédit téléphonique qui « s’appuie sur la confiance et l’entraide19 », la mise en place de groupes de personnes associées pour obtenir un appareil à meilleur prix, l’utilisation collective du téléphone mobile en famille ou au village, et de multiples autres innovations, il s’agit moins d’agir sur l’outil pour le transformer que de procéder à des arrangements sociaux qui s’inscrivent dans le cadre des usages. Certaines de ces innovations sont d’ailleurs parfois insolites et extrêmes : Kibora20 évoque par exemple l’obligation où se trouve un infirmier vivant en zone rurale burkinabè de grimper chaque matin sur un arbre pour envoyer des SMS en raison de la faiblesse du signal ; ce qui laisserait penser qu’il s’agit là d’un « usage innovant ». Il en est de même de l’usage qui consiste, dans les villages maliens, à recharger les batteries des téléphones portables grâce à celles des motos21 ou encore de l’usage des téléphones d’occasion ou des téléphones utilisés au-delà de leur durée de vie normale.22

12Dans la littérature développementaliste et le discours journalistique, ces choix et innovations sont présentés comme ayant un impact sur le développement, notamment dans la création d’un large secteur informel et de millions d’emplois ainsi que dans la modernisation des échanges économiques et des systèmes bancaires ou même dans le bouleversement des hiérarchies sociales. En conséquence, bien que ces questions traduisent une reformulation du discours développementaliste (qui tend à rendre moins explicite le caractère exogène d’un développement induit de l’extérieur), nous pensons qu’elles prennent place à l’intérieur du discours de la modernisation néo-libérale qui met l’accent sur le fossé technologique et informationnel qui existe entre pays développés et pays en développement et les moyens de combler ce fossé. Comme tel, ce discours vise donc à influencer et orienter les interventions en matière de développement vers le « rattrapage », l’intégration au monde globalisé qui est présentée, non seulement comme une nécessité, mais surtout comme quelque chose d’inévitable. Ce discours s’articule autour des notions de développement durable et d’adaptation et, pour ce qui concerne les TIC, des notions de domestication et d’appropriation.

Le développement comme stratégie d’adaptation au changement

  • 23 Manuel Castells, The Internet Galaxy : Reflections on the Internet, Business, and Society, Oxford, (...)

13Dans cette perspective, le développement est compris comme une stratégie d’adaptation au changement, un changement conçu comme inévitable, ancré dans la sphère technologique. Comme le suggère Castells, toute résistance à ce changement serait vaine et nous devons plutôt nous résoudre à nous adapter ou périr : « The Internet is not just a technology […] being disconnected, or superficially connected, to the Internet is tantamount to marginalization in the global, networked system. [...] without an Internet-based economy and management system, there is little chance for any country to generate the resources necessary to cover its developmental needs.23 » L’adaptation à ce changement inévitable doit justement être facilitée par l’appropriation des TIC qui ont pour caractéristique principale d’être interactives et décentralisées, c’est-à-dire de permettre un certain niveau de contrôle des usagers sur la nature, la genèse et la direction de l’information. C’est la flexibilité même de ces objets techniques qui rend possible leur appropriation, un phénomène dont les multiples manifestations sont regroupées sous le terme général de domestication signifiant à la fois l’intégration des TIC à l’environnement domestique et leur « apprivoisement », c’est-à-dire leur assujettissement aux normes africaines.

14C’est pourquoi le téléphone mobile est souvent présenté, dans les études du développement, comme convivial et doué d’ubiquité et comme l’outil le plus susceptible de domestication dans l’environnement africain. En effet, cet objet semble marquer le passage d’une ère où les technologies étaient non seulement inaccessibles physiquement aux Africains en raison de leur coût, mais encore rétives, inadaptées et inadaptables à une ère où elles sont abondamment appropriées par ces mêmes Africains parce que conviviales et domesticables. Ce qui donnerait aux habitants du continent la possibilité de maîtriser le développement et de lui imprimer une direction voulue. Pour maints auteurs, cette capacitation rendue possible par le téléphone mobile est d’abord attestée par les chiffres de pénétration de cet objet technique en Afrique, c’est-à-dire un accès et une adoption qu’ont dit inégalés par aucune autre technologie introduite sur ce continent au cours de l’histoire.

Accès aux TIC en Afrique : quand ‘’les chiffres parlent d’eux-mêmes’’

15La question de l’accès et de la fracture numérique a d’ailleurs longtemps été au centre des débats liés à l’introduction des TIC en Afrique. Depuis le milieu des années 1990 une littérature abondante y a été consacrée, d’abord sous forme d’évaluations de projets et programmes de développement, puis de plus en plus, sous forme de recherches scientifiques. C’est surtout l’adoption du téléphone mobile en Afrique, que certains analystes présentent comme extraordinaire, qui a donné un souffle nouveau à ces recherches. Alors que l’expansion d’Internet en Afrique entre la fin des années 1990 et le début des années 2000 a soulevé un énorme enthousiasme et une littérature tout aussi enthousiaste, les chiffres de l’accès aux ordinateurs et à Internet sont restés, au fil des années, relativement bas. Par exemple, au en 2012, l’Afrique représentait seulement 7 % des usagers d’Internet dans le monde, avec un taux de pénétration (pourcentage des usagers par rapport à la population totale) de 15 %.24 Soulignons que ces chiffres, déjà significatifs, cachent en réalité des disparités encore plus grandes puisqu’ils sont très fortement affectés par le poids relativement plus important des taux de pénétration pour l’Afrique du Sud et du Nord comparés aux autres pays du continent.

  • 25 Madanmohan Rao, Mobile Africa Report 2011 : Regional Hubs of Excellence and Innovation. En ligne. 2 (...)
  • 26 International Telecommunication Union (ITU), « Africa, the World’s Fastest Growing Mobile Market », (...)
  • 27 Fabien Cishahayo, « Communication, développement et appropriation des médias émergents en Afrique f (...)

16Toutefois, en ce qui concerne le téléphone mobile, la situation est tout autre puisque le nombre d’abonnés a plus que doublé rien qu’entre 2008 et 2011, passant de 246 millions à plus de 500 millions soit plus de 50 % de la population africaine.25 Cette différence entre accès à Internet et accès au téléphone mobile a contribué à une réorientation du discours académique et médiatique tenu sur les TIC et le développement. C’est ainsi qu’en contraste avec la décennie précédente où on promettait un leapfrogging développement et l’entrée rapide du continent dans la société de l’information, on invoque de moins en moins les ordinateurs et Internet pour lesquels l’intérêt des chercheurs semble s’être émoussé au profit du téléphone mobile. C’est sur ce dernier objet technique, ses usages et son appropriation que la plupart des analystes tendent à porter leur attention aujourd’hui comme si on voulait en faire une sorte d’arbre pour cacher la forêt des difficultés liées à l’entrée de l’Afrique dans ce qu’on appelle la société de l’information. Depuis qu’en 2004 l’Union Internationale des Télécommunications a présenté l’Afrique comme « le marché de la téléphonie mobile le plus dynamique du monde26 », plus aucun article à caractère scientifique ou autre ne manque de souligner les chiffres impressionnants de la pénétration de cet objet technique sur le continent tout autant que les innovations auxquelles se livrent les Africains pour l’acclimater à leurs milieux sociaux. Dans bien des cas, ces chiffres et ces innovations semblent se suffire à eux-mêmes et sont présentés sans autre forme de procès comme la preuve que « nous sommes embarqués27 » et que les TIC représentent une fenêtre d’opportunités pour l’Afrique.

  • 28 Jeffrey James et Mila Versteeg, “Mobile phones in Africa : how much do we really know ?” , Social I (...)

17Mieux encore, comme on retrouve le téléphone mobile dans les mains de ruraux et citadins, de jeunes et de vieux, d’hommes et de femmes et de riches comme de pauvres, on semble nous dire que son accès est en train de devenir universel et qu’il n’existe plus de disparités entre usagers. Or, à l’évidence, il existe une différence entre accès et usage puisque le premier ne signifie pas nécessairement qu’on peut effectivement user du téléphone comme on l’entend, que tout le monde a les mêmes opportunités d’usage ni que tout le monde peut profiter de toutes les fonctionnalités offertes par le téléphone mobile. Pour diverses raisons et selon les usagers, il n’est pas possible pour tout le monde d’appeler et de se faire appeler quand on veut ni de parler autant qu’on veut et comme on le souhaite et encore moins d’utiliser des fonctionnalités comme le SMS ou la vidéo. Le seul fait que les usages collectifs soient si importants et que les usagers soient de loin plus nombreux que ceux qui possèdent un téléphone28 est une indication d’une inégalité entre pays africains et pays développés mais aussi le signe d’un problème (insuffisance d’accès) au lieu d’être le signe d’une opportunité : car l’usage collectif est un recours, en l’absence de possession individuelle de l’objet ; quelque chose qui est fait malgré soi. En Afrique comme ailleurs, il existe un accès différentiel au téléphone mobile que ne supprime pas le simple fait d’avoir accès à un téléphone, tout comme il existe d’autres disparités, tout aussi importantes parmi les usagers. On peut en conséquence analyser les modes d’appropriation dits innovants comme une façon de faire de nécessité vertu, c’est- à-dire une manière de s’organiser pour faire face à la précarité de sa condition en situation de communication téléphonique et tenter de combler ainsi tous les attributs qui manquent (possession individuelle de l’objet technique, coût de l’appel, faiblesse du signal selon sa localisation, analphabétisme et impossibilité d’utiliser le SMS, etc.).

  • 29 Jean-Pierre Olivier de Sardan, « Le culturalisme traditionaliste africaniste : analyse d’une idéolo (...)
  • 30 Ibidem. p. 440.
  • 31 Paul DiMaggio et Eszter Hargittai, “From the ‘’Digital Divide’’ to ‘’Digital Inequality’’ : Studyin (...)

18Il n’est pas indifférent par exemple que ce soit surtout au niveau des classes populaires africaines que s’observent ces adaptations décrites comme des innovations. Ce sont les ruraux pauvres et isolés qui ne reçoivent pas de signal dans leurs villages ou qui ne le reçoivent que faiblement et qui sont pour cette raison obligés de grimper sur les arbres ou de sortir de leurs villages pour appeler ; ce sont eux qui n’ont pas d’électricité et qui sont obligés d’utiliser des batteries de moto ; ce sont eux qui ne savent pas lire et écrire et à qui il faut inventer des interfaces adaptées. C’est dans leurs familles (ou même dans leur village tout entier) qu’il n’y a en général qu’un seul téléphone, mettant tout le monde dans l’obligation d’utiliser le seul disponible ; ce sont eux qui n’ont jamais de crédit et qui sont obligés de biper, etc. Mais cet aspect de l’accès différentiel aux ressources économiques, culturelles et techniques a été très rarement abordé par les auteurs en Afrique, surtout lorsqu’il s’agit de l’appropriation des TIC. Cela est dû probablement au fait que la plupart des travaux qui portent sur l’Afrique souffrent d’une longue tradition de « cohérentisation » ou « d’uniformisme29 » qui porte à ne voir les phénomènes sociaux africains que de façon indifférenciée, suivant en cela les anthropologues coloniaux qui présentaient les sociétés africaines comme des sociétés simples, ignorant « les divisions internes […] (aînés/cadets, esclaves/aristocrates, etc.) et […] leur articulation avec le monde colonial et l’économie capitaliste.30 » Or, il est important de rappeler que les sociétés africaines sont maintenant et certainement depuis longtemps pour beaucoup d’entre elles, des sociétés complexes au même titre que les autres sociétés contemporaines et que de ce fait elles sont traversées par des différences sociales et des inégalités de toutes sortes. Tout comme l’ont démontré certains auteurs31 pour d’autres sociétés humaines, la fracture numérique y revêt de multiples dimensions qui ne se réduisent pas seulement à l’accès physique, à la possession des objets techniques, aussi répandus soient-ils. C’est ce que nous efforcerons de démontrer dans la section qui suit en présentant le cas du Niger.

Faire de nécessité vertu

19L’une des dimensions de la fracture numérique le plus souvent ignorée est la façon dont l’Internet marche (ou ne marche pas) en Afrique. Par exemple, pour les habitants des pays développés, les pannes de courant électrique sont plutôt rares et l’interruption totale d’Internet, un évènement encore plus rare. Mais dans des pays comme le Niger, les pannes de courant électriques, des branchements inadéquats et peu fiables, tout autant que l’absence totale d’énergie, en particulier dans les zones rurales, font partie du quotidien. C’est cette situation qui met le plus souvent les gens dans l’obligation d’innover et d’inventer des modes d’appropriation (recours aux installations solaires des dispensaires ruraux, aux batteries de motos ou de voitures, au pédalage de vélos pour produire de l’énergie) qui ne se rencontrent pas ailleurs. Ici, ce sont moins les normes exogènes de l’objet technique qui sont en cause qu’un environnement matériel et technologique inadéquat du fait de l’absence de conditions minimales pour faire fonctionner les appareils, mettant ainsi les usagers dans l’obligation de « se débrouiller ». En règle générale, les analystes ont appréhendé les problèmes d’appropriation sous l’angle de l’objet dont les propriétés et la configuration ont souvent été représentées sous forme d’un système clos que les usagers sont obligés de remodeler pour les adapter à leur société. À l’inverse, dans le cas africain, c’est l‘extrême pauvreté de l’environnement matériel et technologique qui est à l’origine des innovations et c’est pourquoi ces dernières sont le plus souvent sociales que technologiques. Elles sont d’autant moins technologiques qu’à la pauvreté matérielle se conjugue la pauvreté culturelle au sens de culture technique ou de compétences techniques qui auraient permis aux usagers d’agir sur l’objet. Mais comme la modification de leurs propres comportements ou des structures sociales est relativement possible, c’est sur ceux-ci qu’ils agissent en premier.

20La pauvreté et plus particulièrement la pauvreté des usagers expliquent aussi l’invention de solutions alternatives pour accéder à Internet ou au téléphone mobile. En raison de leur coût élevé, la possession d’un ordinateur, les abonnements à Internet et les formes individuelles d’accès à Internet sont hors de portée de la plupart des usagers. Par exemple, il a été calculé que l’accès à Internet est beaucoup plus cher dans un pays comme le Niger qu’il ne l’est dans les pays développés. Dans le premier cas

  • 32 Alison Gilwald et Christoph Stork, “Towards Evidence-Based ICT Policy and Regulation : ICT access a (...)

la fracture entre ceux qui peuvent accéder à Internet et à la gamme des services qui lui sont attachés (services devenus nécessaires à la réalisation d’une pleine citoyenneté et à la participation effective des consommateurs), et ceux qui ne le peuvent pas, s'est élargi. Ceci n'est pas seulement dû à l'accès limité, mais surtout au coût élevé des communications qui non seulement empêche l'accès, mais limite également la communication individuelle et gonfle le coût d'entrée pour les entreprises.32 (Gilwald et Stork 2008, p. 1 ; traduit de l’anglais par l’auteur).

  • 33 Internet World Stats, “Niger Internet usage, broadband, and telecommunication reports ». En ligne. (...)
  • 34 International Telecommunication Union (ITU), « The World in 2011 : ICT Facts and Figures ». En lign (...)

21Même si aujourd’hui (2013) les coûts sont certainement plus bas, il n’en demeure pas moins que c’est encore l’une des raisons qui expliquent le pourcentage peu élevé d’usagers à l’échelle d’un pays pauvre tel que le Niger. D’après l’Internet World Statistics,33 seulement 1.3 % des Nigériens sont utilisateurs d’Internet et bien d’autres pays africains sont en dessous de 2 % d’utilisateurs. Pour ceux qui connaissent un tant soit peu la recherche portant sur les technologies de l’information et de la communication pour le développement, ces chiffres peuvent paraître surprenants, tant on nous a habitués à croire que les TIC ont maintenant pénétré les moindres recoins du monde et ont été si rapidement appropriées qu’il n’est plus correct de parler d’info-riches et d’info-pauvres dans la comparaison des différents pays du monde quant à l’accès à ces objets techniques. Pourtant, si l’on en croit les chiffres fournis par l’Union Internationale des Télécommunications, la réalité est tout autre puisque 49 pays sur les 224 enquêtés ont moins de 10 utilisateurs d’Internet pour 100 habitants et que 65 % des habitants de la Terre n’utilisent pas Internet.34

  • 35 Annie Chéneau-Loquay, “From networks to uses patterns : the digital divide as seen from Africa>>, G (...)
  • 36 International Telecommunication Union, Core ICT indicators, 2010, Genève, ITU, p. 18.
  • 37 Ibidem. p. 19.
  • 38 World Bank, Information and communications for development 2009 : Extending reach and increasing im (...)
  • 39 Peter A. Kyem et Kweku Lemaire, “Transforming recent gains in the digital divide into digital oppor (...)
  • 40 Stephane Boyera, “Can The Mobile Web Bridge the Digital Divide ?”, Interactions. En ligne. vol. 14, (...)
  • 41 Ricardo Gomez et Melody Clark, “The negligible role of fees as a barrier to public access computing (...)

22Bien que plusieurs auteurs35 aient souligné le fait que les chiffres portant sur l’utilisation d’Internet et l’usage du téléphone mobile sont sous-estimés en raison du caractère public ou collectif de l’accès aux TIC en Afrique, la fracture numérique entre pays et donc les inégalités numériques sont encore une réalité de notre temps. Quelle que soit la manière dont on la calcule, des différences très significatives demeurent entre pays développés et pays en développement, que ce soit pour le nombre d’abonnés à Internet, le nombre d’individus ou de ménages qui possèdent un ou plusieurs ordinateurs, ou le nombre d’individus qui ont accès à Internet d’une manière ou d’une autre. En raison des différences d’accès et des modes d’appropriation tout aussi différents, c’est la notion même d’utilisateur d’Internet qui en est affectée puisque l’Union Internationale des Télécommunications par exemple appréhende ceux-ci comme « ceux qui ont utilisé l’Internet à partir de n’importe quel lieu dans les douze derniers mois36 », ce qui veut dire qu’en dehors des abonnés qui payent pour l’accès à Internet, l’Union Internationale des Télécommunications inclut parmi les utilisateurs ceux qui ont eu accès à Internet par d’autres moyens ou d’autres lieux tels que « la résidence, le lieu de travail, le lieu d’éducation, la résidence d’une autre personne, un service communautaire d’accès à Internet, un service commercial d’accès à Internet, tout autre lieu d’accès à l’aide d’un téléphone mobile [et] n’importe quel autre lieu à l’aide d’un autre type d’appareil mobile permettant l’accès.37 » On voit donc que cette définition permet essentiellement de prendre en compte les modes d’accès, les usagers et les innovations en matière d’accès (et donc les différentes modalités d’appropriation) tels qu’ils se manifestent dans les pays en développement et chez les groupes défavorisés des pays développés qui constituent ensemble un groupe d’usagers que la Banque Mondiale estime être beaucoup plus élevé que ceux qui possèdent un ordinateur ou ceux qui sont abonnés à Internet.38 Contrairement aux auteurs tels que Kyem et Lemaire,39 ou encore Boyera,40 qui estiment que la fracture numérique est en train d’être éliminée en raison de ces multiples opportunités d’accès offertes aux usagers des pays en développement, soit à l’aide de moyens publics dont le coût est jugé « négligeable41 » soit au travers du téléphone mobile (beaucoup plus répandu, y compris dans les classes populaires) et des innovations technologiques ayant débouché sur les technologies sans fil ou les technologies à large bande, nous estimons que ces différents modes d’appropriation traduisent plutôt des inégalités. Il est vrai que même dans un pays très pauvre comme le Niger, le pourcentage de ceux qui ont accès au téléphone mobile (24.53 %), est beaucoup plus élevé que ceux qui ont accès à Internet (0.83 %) et qu’en conséquence il peut paraître tout à fait logique de penser que l’accès à Internet pourrait être accru très rapidement et de manière très importante grâce à l’utilisation du téléphone mobile de dernière génération (3G et 4G) pour naviguer sur la Toile dans la mesure où même ceux qui sont pauvres ont un accès plus élevé à cet outil technique. Toutefois, l’accès physique au téléphone mobile, même élevé du point de vue des chiffres, cache d’autres types d’inégalités entre usagers. Par exemple, comme nous l’avons vu plus haut, c’est la pauvreté qui explique que les usagers des pays en développement ont plus souvent recours à l’accès collectif (cybercafés, écoles, lieux de travail), souvent présenté comme un mode innovant d’appropriation, qu’à l’accès individuel quand il s’agit d’Internet. Concernant le téléphone mobile, l’usage collectif s’explique surtout par le fait qu’en moyenne les ménages pauvres ont un moins grand nombre de téléphones mobiles que les ménages à revenus élevés. Par conséquent, davantage d’usagers dans le même ménage doivent dépendre de moins de téléphones.

  • 42 Gado Alzouma, « Dimensions of the Mobile Divide in Niger», dans The Digital Divide : The Internet a (...)

23Certaines de ces inégalités concernent aussi le lieu d’accès (urbain/rural) ou le niveau d’éducation qui sont aussi très fortement corrélées avec les revenus comme avec les types de téléphones mobiles cellulaires utilisés, les modalités d’usage et d’appropriation, etc., et qui mettent ceux qui possèdent des téléphones mobiles dans l’incapacité ou non d’utiliser Internet.42

  • 43 Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique Sociale du Jugement, Coll. « Le Sens Commun », Paris, Edi (...)
  • 44 Institut National de la Statistique (INS) et Observatoire National de la Pauvreté et du Développeme (...)
  • 45 Institut National de la Statistique (INS) et Observatoire National de la Pauvreté et du Développeme (...)

24C’est ainsi que l’écrasante majorité des usagers ne possède pas un téléphone mobile doté de la fonctionnalité nécessaire pour naviguer sur Internet. La plupart des usagers africains n’achètent que des téléphones cellulaires d’occasion et pas chers ; des téléphones qui ne disposent que d’un minimum de fonctionnalités. Ensuite, quand une fonctionnalité existe, il faut être en mesure de l’utiliser, soit physiquement, à partir d’un lieu où elle est accessible, soit techniquement, en faisant preuve des compétences techniques et culturelles nécessaires. On peut ajouter bien d’autres disparités telles que la fréquence d’usage (ceux qui sont pauvres appellent très peu, ou rarement ou très rarement), le type d’utilisation (la plupart des autres fonctions du téléphone mobile telles qu’envoyer des messages ou utiliser la vidéo sont ignorées au profit de la seule possibilité d’appeler ou d’être appelé), ou le type de téléphone possédé qui, selon les modèles, permet de disposer de certaines fonctions ou non (étant bien entendu qu’en règle générale les moins chers et donc les plus répandus chez les classes populaires sont ceux qui disposent le moins de fonctions). Les classes populaires conçoivent généralement leurs relations aux objets de consommation, y compris les objets techniques, dans une perspective utilitaire similaire à celle que Bourdieu analyse dans La Distinction ;43 c’est ce qui explique que les usages soient limités et que les usagers n’appellent que quand ils le jugent nécessaire, voire absolument nécessaire. L’usage du téléphone mobile est en conséquence caractérisé par des habitudes de restriction, lorsqu’il s’agit d’appeler et du choix des fonctionnalités utilisées (on n’utilise le téléphone que pour appeler et se faire appeler). Dans une enquête menée en 2009, l’INS-PNUD montre par exemple que 63 % des utilisateurs nigériens du téléphone mobile utilisent faiblement cet outil technique alors que 37 % disent l’utiliser fréquemment.44 Beaucoup d’utilisateurs se font appeler plus qu’ils n’appellent eux-mêmes notamment parce que les plus pauvres ont très souvent recours au bipage. Certains autres ont des téléphones qui peuvent rester inutilisés pendant plusieurs jours tandis que d’autres ont recours à l’emprunt du téléphone de quelqu’un d’autre ou à l’usage du crédit d’un autre qui leur en fait don, le téléphone étant lui-même parfois un don.45

Conclusion

25Une reformulation du discours développementaliste sur les TIC s’est fait jour et tend de plus en plus à se concentrer sur le téléphone mobile, ses usages et ses appropriations. Dans cette perspective, trois modes d’appropriation innovants ont été identifiés par les auteurs. Il s’agit tout d’abord des multiples modes d’appropriation et d’usages nouveaux chez les utilisateurs africains qui font preuve d’ingéniosité et d’inventivité pour faire face aux coûts d’utilisation, à l’absence de compétences techniques et aux changements rapides de la technologie dans un environnement marqué par la pauvreté et l’analphabétisme. Il s’agit ensuite de la modification des objets techniques pour les adapter aux usagers des pays pauvres et enfin de la convergence numérique qui est la tendance de plus en plus affirmée, chez les concepteurs, à développer des appareils multifonctions, capables d’effectuer des tâches qui étaient autrefois séparées ou dévolues à des objets techniques différents. Certains auteurs présentent ces trois modes d’accès innovants aux TIC comme doués d’effets de nivellement des inégalités sociales et économiques et comme un moyen de réduire, sinon d’éliminer, la fracture numérique. Cet article a tenté de démontrer que ces modes d’appropriation innovants manifestent à la fois des inégalités d’accès et une inégale distribution des compétences techniques et culturelles (éducation). La fracture numérique, même lorsqu’il s’agit du téléphone mobile, reste une réalité de notre temps. Cette fracture ne se réduit pas à la seule possession de l’objet technique. Elle revêt de multiples dimensions qui sont au fondement de la diversité des modes d’appropriation et manifestent des inégalités sociales que même les innovations technologiques telles que le 3G ne pourraient permettre de réduire puisque leur utilisation suppose des moyens économiques et des compétences « culturelles » que la plupart des usagers n’ont pas.

ALZOUMA, Gado. « Dimensions of the Mobile Divide in Niger », dans Muschert, Glenn et Massimo, Ragnedda. The Digital Divide : The Internet and Social Inequality in International Perspectives, Londres, Routledge, 2013, p. 297-308.

AKER, Jenny C. et MBITI, Isaac. « Mobile Phones and Economic development in Africa », Journal of Economic Perspectives, vol. 24, n°3 (Summer), 2010, p. 207-232.

Haut de page

Bibliographie

ALZOUMA, Gado. « Téléphone mobile, Internet et développement : l’Afrique dans la société de l’information ? ». tic&société. En ligne. vol. 2, n°2, 2008, p. 34-58. 10.4000/ticetsociete.488. Consulté le 14 Septembre 2013.

BAR, François, Francis, PISANI et Matthew, WEBER. « Mobile technology appropriation in a distant mirror: infiltration, creolization and cannibalism », Paper presented at Seminario sobre Desarrollo Económico, Desarrollo Social y Comunicaciones Móviles en América Latina (20-21 April 2007), Buenos Aires, Argentina, Annenberg Research Network on International Communication, 2007. En ligne. <http://arnic.info/Papers/Bar_Pisani_Weber_appropriation-April07.pdf>. Consulté le 14 Septembre 2013.

BOYERA, Stephane. « Can The Mobile Web Bridge the Digital Divide?». Interactions. En ligne. vol. 14, n°3 (Mai-Juin), 2007, p. 11-14, <http://interactions.acm.org/archive/view/may-june-2007/can-the-mobile-web-bridge-the-digital-divide1>. Consultée le 14 Septembre 2013).

BOURDIEU, Pierre. La Distinction. Critique Sociale du Jugement. Coll. « Le Sens Commun ». Paris : Editions de Minuit, 1979, 670 p.

CARDON, Dominique. « L’innovation par l’usage », dans Ambrosi, Alain, Valérie, Peugeot et Daniel, Pimienta. Enjeux de mots. Regards multiculturels sur les sociétés de l’information, Caen, C&F. Editions, 2005, p. 309-330.

CASTELLS, Manuel. The Internet Galaxy: Reflections on the Internet, Business, and Society. Oxford : Oxford University Press, 2001, 304 p.

CERTEAU (de), Michel. L'Invention du quotidien, 1. : Arts de faire. Paris: Gallimard, 1990 (1re éd. 1980), 352 p.

CHÉNEAU-LOQUAY , Annie. « From networks to uses patterns: the digital divide as seen from Africa ». Geojournal, vol. 68, n°1 (Janvier), 2007, p. 55-70.

CHENEAU-LOQUAY, Annie. Modes d’appropriation innovants du téléphone mobile en Afrique. Genève : Union Internationale des Télécommunications (UIT), 2010, 48 p.

CHENEAU-LOQUAY, Annie. « La téléphonie mobile dans les villes africaines. Une adaptation réussie au contexte local ». L’Espace géographique. T. 41, n°1, 2012, p. 82-93.

CISHAHAYO, Fabien. « Communication, développement et appropriation des médias émergents en Afrique francophone subsaharienne : approche critique ». Thèse de doctorat. En ligne. Université de Montréal, Papyrus : Digital Institutional Repository, 2011, https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/4847/Cishahayo_Fabien_2010_These.pdf ;jsessionid =C8F2493A6430783C9FF748108DE232E1 ?sequence =4>. Consulté le 14 Septembre 2013.

VAN DIJK, Jan. The Deepening Divide: Inequality in the Information Society. London : Sage Publications, 2005, 248 p.

DIMAGGIO, Paul et HARGITTAI, Eszter. « From the ‘’Digital Divide’’ to ‘’Digital Inequality’’: Studying Internet Use as Penetration Increases », Working paper n°15 (Summer), Princeton (New Jersey): Princeton University Center for Arts and Cultural Policy Studies, 2001, 25 p.

DONNER, Jonathan. « The Rules of Beeping: Exchanging Messages via International “Missed Calls’’ on Mobile Phones », Journal of Computer-Mediated Communication vol. 13, n°1 (October), 2007, p. 1–22.

ETZO, Sebastiana et COLLENDER, Guy. « The mobile phone ‘’revolution’’ in Africa: Rhetoric or reality? », African Affairs, vol. 109, n°437 (Octobre), 2010, p. 659-668.

GILWALD, Alison et STORK, Christoph. « Towards Evidence-Based ICT Policy and Regulation: ICT access and usage in Africa ». Research ICT Policy. En linge. vol. 1, Paper 2, 2008, p. 1-45, <http://www.researchictafrica.net./publications/>. Consulté le 24 mars 2012).

GEORGE, Eric. « La question des inégalités au cœur des usages d’Internet ». COMMposite.org. En ligne. Site de la revue électronique des jeunes chercheurs et chercheures en communication, 2002, <http://commposite.org/2002.1/articles/george6.html>. Consulté le 19 Septembre 2013.

GOMEZ, Ricardo et CLARCK, Melody. « The negligible role of fees as a barrier to public access computing in developing countries ». The Electronic Journal on Information Systems in Developing Countries. En ligne. vol. 46, N°1, 2011, p. 1-14 <https://www.ejisdc.org/ojs2/index.php/ejisdc/article/view/768>. Consulté le 19 Septembre 2013.

HAHN, Hans Peter et KIBORA, Ludovic. « The domestication of the mobile phone. Oral society and new ICT in Burkina Faso », Journal of Modern African Studies. vol. 46, n°1 (January), 2008, p. 87–109.

Institut National de la Statistique (INS) et Observatoire National de la Pauvreté et du Développement Humain Durable (ONAPAD). Impact de la téléphonie mobile sur les conditions de vie des utilisateurs et des intervenants du marché. Rapport final. Niamey: INS/ONAPAD, 2009, 84 p.

International Telecommunication Union (ITU). « Africa, the World’s Fastest Growing Mobile Market », Communiqué de presse, Genève, 26 Avril 2004. En ligne. < http://www.itu.int/newsarchive/press_releases/2004/04.html>. Consulté le 3 Avril 2013.

International Telecommunication Union (ITU). « The World in 2011: ICT Facts and Figures ». En ligne. 2011, <http://www.itu.int/ITU-D/ict/facts/2011/material/ICTFactsFigures2011.pdf> . Consulté le 3 Avril 2013).

Internet World Stats. « Internet Usage Statistics for Africa ». En ligne. 2012, < http://www.internetworldstats.com/stats1.htm> . Consulté le 24 mars 2012.

JAMES, Jeffrey et VERSTEEG, Mila. « Mobile phones in Africa: how much do we really know? ». Social Indicators Research, vol. 84, n°1 (October), 2007, p. 117–126.

JOUËT, Josiane. « Retour critique sur la sociologie des usages ». Réseaux. vol. 18, no 100 (Mai), 2000, p. 487-521.

KIBORA, Ludovic. « Téléphonie mobile. L’appropriation du SMS par une ‘’société de l’oralité’’« , dans de Bruijn, Mirjam, Francis, Nyamnjoh et Brinkman, Inge. Mobile phones: the new talking drums of everyday Africa, Leiden, Langaa et African Studies Center, 2009, p. 110-124.

KONATE, Boukary. « Quand les motos chinoises rechargent les téléphones maliens », France24.com, 2012,<http://observers.france24.com/fr/content/20101112-quand-motos-chinoises-permettent-charger-telephones-maliens> (Page consultée le 1er avril 2013).

KYEM, Peter A. Kwaku et LEMAIRE, Kweku. « Transforming recent gains in the digital divide into digital opportunities: Africa and the boom in mobile phone subscription ». Electronic Journal of Information Systems in Developing Countries. En ligne. vol. 28, n°5, 2006, p. 1–16 <https://www.ejisdc.org/ojs2../index.php/ejisdc/article/view/343/189>. Consulté le 14 Septembre 2013.

LALJI, Zereh et GOOD, Judith. « Designing new technologies for illiterate people: A study in mobile phone interface design ». Interacting with computers. vol. 20, n°6 (Septembre), 2008, p. 574-586.

LEROI-GOURHAN, André. Le geste et la parole. Technique et langage, Paris, Albin Michel, 1989, 323 p.

MEDHI, Indrana, Aman, Sagar et KENTARO Toyama. « Text-free interfaces for illiterate and semi-illiterate users », Information Technologies and International Development, vol. 1, n°1, 2008, p. 37-50.

OLIVIER DE SARDAN, Jean-Pierre. « Le culturalisme traditionaliste africaniste : analyse d’une idéologie scientifique », Cahiers d’Études Africaines, vol. 50, n°198-199-200 (Décembre), 2010, p. 419-453.

PLAUCHÉ, Madeline et Nallasamy, Udhyakuma. « Speech Interfaces for Equitable Access to Information Technology », Information Technologies and International Development, vol. 4, n°1 (Fall), 2007, p. 69-86.

PRASAD, Archana, Indrani, Medhi, Kentaro, Toyama et Ravin, Balakrishnan. « Exploring the feasibility of video mail for illiterate users », dans Proceedings of the Working Conference on Advanced Visual interfaces, New York: AVI ’08. ACM (28-30 Mai), 2008, p. 103-110.

RAO, Madanmohan. Mobile Africa Report 2011: Regional Hubs of Excellence and Innovation,. En ligne. 2011, http://www.mobilemonday.net/reports/MobileAfrica_2011.pdf>. Consulté le 28 Février 2011).

SEY, Araba. « New Media Practices in Ghana », International Journal of Communication, Vol. 5, 2011, p. 380-405.

SEY, Araba. « ’’We use it different, different’’: Making sense of trends in mobile phone use in Ghana », New Media & Society, vol. 13, n° 3, (25 Mai), 2011, p. 375-390.

WITTE, James C. et MANNON, Susan E. The Internet and social inequalities, New York, Routledge, 2010, 180 p.

World Bank. Information and communications for development 2009: Extending reach and increasing impact, Washington DC, World Bank, 2009, 342 p.

Haut de page

Notes

1 Jonathan Donner, « The Rules of Beeping : Exchanging Messages via International “Missed Calls’’ on Mobile Phones », Journal of Computer-Mediated Communication, vol. 13, no 1 (October), 2007, p. 1–22 ; Stephane Boyera, « Can The Mobile Web Bridge the Digital Divide ? ». Interactions. En ligne. vol. 14, no 3 (Mai-Juin), 2007, p. 11-14, <http://interactions.acm.org/archive/view/may-june-2007/can-the-mobile-web-bridge-the-digital-divide1>. Consulté le 14 Septembre 2013 ; Hans Peter Hahn et Ludovic Kibora, « The domestication of the mobile phone. Oral society and new ICT in Burkina Faso », Journal of Modern African Studies, vol. 46, no 1 (January), 2008, p. 87–109 ; Ludovic Kibora, « Téléphonie mobile. L’appropriation du SMS par une ‘’société de l’oralité’’« , dans Mobile phones : the new talking drums of everyday Africa, Mirjam de Bruijn, Francis Nyamnjoh et Inge Brinkman (eds.), Leiden, Langaa et African Studies Center, 2009, p. 110-124 ; Annie Chéneau-Loquay, Modes d’appropriation innovants du téléphone mobile en Afrique, Genève, Union Internationale des Télécommunications (UIT), 2010, 48 p. ; Annie Chéneau-Loquay, « La téléphonie mobile dans les villes africaines. Une adaptation réussie au contexte local », L’Espace géographique, T. 41, no 1, 2012, p. 82-93. ; Araba Sey, « New Media Practices in Ghana », International Journal of Communication, vol. 5, 2011, p. 380-405. Araba Sey, « ’’We use it different, different’’ : Making sense of trends in mobile phone use in Ghana », New Media & Society, vol. 13, no 3, (25 Mai), 2011, p. 375-390.

2 Annie Chéneau-Loquay, « Modes d’appropriation innovants du téléphone mobile en Afrique… » op. cit., p. 4.

3 Voir Jonathan Donner, “The Rules of Beeping…”, op. cit.

4 Voir Hans Peter Hahn et Ludovic Kibora, “The domestication of the mobile phone…” op. cit., p. 87.

5 François Bar, Francis Pisani et Matthew Weber, “Mobile technology appropriation in a distant mirror : infiltration, creolization and cannibalism”, article presenté au colloque Seminario sobre Desarrollo Económico, Desarrollo Social y Comunicaciones Móviles en América Latina (20-21 Avril 2007), Buenos Aires, Argentine. En ligne. Annenberg Research Network on International Communication, 2007. <http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.184.5809&rep=rep1&type=pdf>. Consulté le 14 Septembre 2013.

6 Ibidem.

7 Zereh Lalji et Judith Good, “Designing new technologies for illiterate people : A study in mobile phone interface design”, Interacting with computers, vol. 20, no 6 (Septembre), 2008, p. 574.

8 Madeline Plauché et Udhyakuma Nallasamy, “Speech Interfaces for Equitable Access to Information Technology”, Information Technologies & International Development, vol. 4, n1 (Fall), 2007, p. 69-86.

9 Archana Prasad, Indrani Medhi, Kentaro Toyama et Ravin Balakrishnan, “Exploring the feasibility of video mail for illiterate users”, dans Proceedings of the Working Conference on Advanced Visual interfaces, New York, AVI ’08, (28-30 Mai), 2008, p. 103-110.

10 Indrana Medhi, Aman Sagar et Kentaro Toyama, “Text-free interfaces for illiterate and semi-illiterate users”, Information Technologies & International Development, vol. 1, no 1, 2008, p. 37-50.

11 André Leroi-Gourhan, Le geste et la parole. Technique et langage, Paris, Albin Michel, 1989, 323 p.

12 Michel de Certeau, L’Invention du quotidien, 1. : Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990 (1re éd. 1980), 352 p.

13 Josiane Jouët, « Retour critique sur la sociologie des usages », Réseaux, vol. 18, no 100 (Mai), 2000, p. 493.

14 Cardon, cité par Annie Chéneau-Loquay, « Modes d’appropriation innovants », op. cit., p. 3.

15 Jonathan Donner, “The Rules of Beeping…”, op. cit. p. 1.

16 Araba Sey, « New Media Practices in Ghana », International Journal of Communication, vol. 5, 2011, p. 380-405.

17 Sebastiana Etzo et Guy Collender, “The mobile phone ‘’revolution’’ in Africa : Rhetoric or reality ?“, African Affairs, vol. 109, n° 437 (Octobre), 2010, p. 659-668.

18 Annie Chéneau-Loquay, « Modes d’appropriation innovants… », op. cit. et Annie Chéneau-Loquay, « La téléphonie mobile dans les villes africaines… », op. cit.

19 Annie Chéneau-Loquay, « Modes d’appropriation innovants… », op. cit., p. 5.

20 Ludovic Kibora, « Téléphonie mobile. L’appropriation du SMS par une ‘’société de l’oralité’’…. », op. cit.

21 Boukary Konaté, « Quand les motos chinoises rechargent les téléphones maliens>>. France24.com. En ligne. 2012. <http://observers.france24.com/fr/content/20101112-quand-motos-chinoises-permettent-charger-telephones-maliens>. Consulté le 1er avril 2013.

22 Voir Hans Peter Hahn et Ludovic Kibora, “The domestication of the mobile phone…”, op. cit.

23 Manuel Castells, The Internet Galaxy : Reflections on the Internet, Business, and Society, Oxford, Oxford University Press, 2001, 304 p.

24 Internet World Stats, “Internet Usage Statistics for Africa ». En ligne. 2012. < http://www.internetworldstats.com/stats1.htm> . Consulté le 24 Mars 2012.

25 Madanmohan Rao, Mobile Africa Report 2011 : Regional Hubs of Excellence and Innovation. En ligne. 2011. <http://www.mobilemonday.net/reports/MobileAfrica_2011.pdf>. Consulté le 28 Février 2012.

26 International Telecommunication Union (ITU), « Africa, the World’s Fastest Growing Mobile Market », Communiqué de presse, Genève, 26 Avril 2004. En ligne. <http://www.itu.int/newsarchive/press_releases/2004/04.html>. Consulté le 3 Avril 2013.

27 Fabien Cishahayo, « Communication, développement et appropriation des médias émergents en Afrique francophone subsaharienne : approche critique », Thèse de doctorat. En ligne. Université de Montréal, Papyrus : Digital Institutional Repository, 2011, p. 18. <https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/4847/Cishahayo_Fabien_2010_These.pdf ;jsessionid =C8F2493A6430783C9FF748108DE232E1 ?sequence =4>. Consulté le 14 Septembre 2013.

28 Jeffrey James et Mila Versteeg, “Mobile phones in Africa : how much do we really know ?” , Social Indicators Research, vol. 84, no 1 (October), 2007, p. 117–126.

29 Jean-Pierre Olivier de Sardan, « Le culturalisme traditionaliste africaniste : analyse d’une idéologie scientifique », Cahiers d’Études Africaines, vol. 50, no 198-199-200 (Décembre), 2010, p. 440.

30 Ibidem. p. 440.

31 Paul DiMaggio et Eszter Hargittai, “From the ‘’Digital Divide’’ to ‘’Digital Inequality’’ : Studying Internet Use as Penetration Increases”, Working paper no 15 (Summer), Princeton (New Jersey), Princeton University Center for Arts and Cultural Policy Studies, 2001, 25 p. ; Jan Van Dijk, The Deepening Divide : Inequality in the Information Society, London, Sage Publications, 2005, 248 p. ; James C. Witte et Susan, Mannon, The Internet and social inequalities, New York, Routledge, 2010, 180 p.

32 Alison Gilwald et Christoph Stork, “Towards Evidence-Based ICT Policy and Regulation : ICT access and usage in Africa”. Research ICT Policy. En ligne. vol. 1, Paper 2, 2008, p. 1-45, <http://www.researchictafrica.net./publications/>. Consulté le 24 mars 2012.

33 Internet World Stats, “Niger Internet usage, broadband, and telecommunication reports ». En ligne. 2013, <http://www.internetworldstats.com/af/ne.htm>. Consulté le 15 Septembre 2013.

34 International Telecommunication Union (ITU), « The World in 2011 : ICT Facts and Figures ». En ligne. 2011, <http://www.itu.int/ITU-D/ict/facts/2011/material/ICTFactsFigures2011.pdf>. Consulté le 3 avril 2013.

35 Annie Chéneau-Loquay, “From networks to uses patterns : the digital divide as seen from Africa>>, Geojournal, vol. 68, no 1 (Janvier), 2007, p. 55-70. ; Jeffrey James et Mila Versteeg, “Mobile phones in Africa : how much do we really know ? “, op. cit. ; Jenny Aker et Isaac Mbiti, “Mobile Phones and Economic development in Africa”, Journal of Economic Perspectives, vol. 24, n° 3 (Summer), 2010, p. 207-232. ; Ricardo Gomez et Melody Clark, “The negligible role of fees as a barrier to public access computing in developing countries”, The Electronic Journal on Information Systems in Developing Countries. En ligne. vol. 46, No 1, 2011, p. 1-14. <https://www.ejisdc.org/ojs2/index.php/ejisdc/article/view/768>. Consulté le 15 Septembre 2013.

36 International Telecommunication Union, Core ICT indicators, 2010, Genève, ITU, p. 18.

37 Ibidem. p. 19.

38 World Bank, Information and communications for development 2009 : Extending reach and increasing impact, Washington DC, World Bank, 2009, 342 p.

39 Peter A. Kyem et Kweku Lemaire, “Transforming recent gains in the digital divide into digital opportunities : Africa and the boom in mobile phone subscription”, Electronic Journal of Information Systems in Developing Countries. En ligne. vol. 28, n° 5, 2006, p. 1–16. <https://www.ejisdc.org/ojs2../index.php/ejisdc/article/view/343/189>. Consulté le 14 Septembre 2013.

40 Stephane Boyera, “Can The Mobile Web Bridge the Digital Divide ?”, Interactions. En ligne. vol. 14, no3 (Mai-Juin), 2007, p. 11-14, <http://interactions.acm.org/archive/view/may-june-2007/can-the-mobile-web-bridge-the-digital-divide1>. Consulté le 14 Septembre 2013.

41 Ricardo Gomez et Melody Clark, “The negligible role of fees as a barrier to public access computing in developing countries”, The Electronic Journal on Information Systems in Developing Countries. En ligne. vol. 46, No 1, 2011, p. 1-14. <https://www.ejisdc.org/ojs2/index.php/ejisdc/article/view/768>. Consulté le

20 Septembre 2013.

42 Gado Alzouma, « Dimensions of the Mobile Divide in Niger», dans The Digital Divide : The Internet and Social Inequality in International Perspectives, Glenn Muschert et Massimo Ragnedda éd., Londres, Routledge, 2013, p. 297-308.

43 Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique Sociale du Jugement, Coll. « Le Sens Commun », Paris, Editions de Minuit, 1979, 670 p.

44 Institut National de la Statistique (INS) et Observatoire National de la Pauvreté et du Développement Humain Durable (ONAPAD), Impact de la téléphonie mobile sur les conditions de vie des utilisateurs et des intervenants du marché. Rapport final, Niamey, INS/ONAPAD, 2009, 84 p. ; Gado Alzouma, Dimensions of the Mobile Divide … op. cit.

45 Institut National de la Statistique (INS) et Observatoire National de la Pauvreté et du Développement Humain Durable (ONAPAD), op. cit. ; Gado Alzouma, Dimensions of the Mobile Divide … op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gado Alzouma, « Faire de nécessité vertu : inégalités sociales et modes d’appropriation innovants du téléphone mobile en Afrique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rfsic.revues.org/946 ; DOI : 10.4000/rfsic.946

Haut de page

Auteur

Gado Alzouma

Gado Alzouma est maître de conférences à l’Université Américaine du Nigéria. Courriel : Alzouma@aun.edu.ng

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page