Navigation – Plan du site
Ligne Sud

Les théories critiques en communication pour le changement social : regard critique

Critical theories in communication for social change : a critical perspective
Misse Misse

Résumés

Les sciences sociales de la communication forment un champ théorique et épistémologique qui vise à produire le sens des faits de communication sociale. La pensée critique s’y développe dans plusieurs directions : idéologique, économique, politique, etc. Pour autant, elle épargne généralement la communication pour le développement (désormais il vaudrait mieux écrire « communication pour le changement social », ainsi que l’ont proposé les chercheurs réunis au colloque international organisé à Douala en 2005). C’est ce syntagme que nous utilisons dans ce travail, en dehors des citations. Les auteurs ne critiquent pas la dérive de l’objectif de changement social vers des dynamiques de valorisation économique, financière capitaliste et politique, qui engagent aujourd’hui les formations sociales d’Afrique, Amérique du Sud et Asie dans des formes singulières de crises. Ils restent enfermés dans la modélisation, impressionniste, des effets de la diffusion massive du changement social à travers la mobilisation de technologies d’information et de communication et de dispositifs de médiation. Le schéma de causalité qui structure leur pensée se fonde sur l’idéologie de la supériorité de la civilisation judéo-chrétienne. Le changement social apparaît alors comme une zone de transparence et de consensus pour les théories critiques en communication. Nous proposons une approche communicationnelle critique des logiques sociales qui structurent la production de ce champ d’études.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Manuels et documents de stratégie, ouvrages, articles scientifiques, rapports de recherche et modul (...)
  • 2 Misse Misse, Pour une réévaluation de la communication sociale pour le développement (approche soci (...)
  • 3 Critères indiqués par Jean-Marc Defays et Sara Deltour, sur ORBI http://orbi.ulg.ac.be/bitstream/22 (...)

1L’abondance et le parti pris de la littérature de circonstance tendent à faire croire que tout a déjà été entrepris en critique en communication pour le changement social. Notre projet d’élucidation se démarque des fondements d’une certaine position critique, qui a évacué avec facilité des ambiguïtés de l’approche communicationnelle critique, sur lesquelles de forts questionnements épistémologiques demeurent. Le présent travail est une réflexion critique développée à partir des résultats de plusieurs recherches empiriques et pratiques d’expertise effectuées1 dans 24 pays d’Afrique depuis 2000. Cette prise de distance naît du doute, entendu au sens cartésien du terme, apparu en nous sur la construction logico-théorique et conceptuelle de notre objet de recherche. Elle ressort déjà dans nos travaux antérieurs2. Notre questionnement est le suivant : Quelle est la place des théories critiques en communication pour le changement social ? Comment ces théories prennent-elles en charge les paradigmes de communication proposés pour accompagner les programmes de changement social ? Les théories critiques s’interrogent-elles sur les dynamiques sociales sous-jacentes au changement social et à la communication ? Cette tentative de clarification s’organise autour de la double hypothèse que les théories critiques sont rétives à la critique des médiations mobilisées dans notre champ d’études et qu’elles font partie des dispositifs idéologiques de la guerre froide. Pour vérifier nos hypothèses, nous avons évalué le cadre de référence et la loyauté3 de la communication pour le changement social par la confrontation des théories aux données de terrain. Notre analyse s’inscrit dans l'approche sociopolitique critique, qui appréhende ce phénomène social à la fois comme un ensemble de théories et comme une série de stratégies mises en expérimentation pour des fins inavouées. À la lumière de notre expérience, nous estimons donc que le changement social n’a constitué pour les pays du Tiers-monde, depuis la décolonisation, qu’un nouvel avatar de la domination des pays industrialisés et de l’occidentalisation du monde, sur tous les plans (politique, économique, social, culturel…).

Changement social

2Le changement d’origine extérieure est institué comme problème public des anciennes colonies depuis la fin des années 1940. La traduction du changement par l’imposition des pratiques ethniques d’Europe de l’Ouest et d’Amérique du Nord rend ce syntagme flou et évanescent sur le plan épistémologique. Cependant la majorité des auteurs présentent les modalités dudit changement comme des universaux. Après sept décennies, le brouillage conceptuel observé dans les discours politiques et d’information se matérialise par un cafouillage opérationnel. Ce modèle du changement est une construction de l’idéologie anticommuniste développée par les services secrets des États-Unis d’Amérique depuis la guerre froide. Il institue les États-Unis et l’Europe de l’Ouest comme les propriétaires légitimes et exclusifs de la formulation des problèmes et des solutions du changement social dans les pays tiers. Cette vision axiologique, ségrégationniste et raciste charrie la violence de certains présupposés d’ordre ontologique qui fondent ce changement. Elle opacifie tout projet d’élucidation critique. Ce ne sont pas tant les confusions que nous venons d’évoquer qui font problème, mais surtout une relation dialectique qui a été largement occultée mais en même temps critiquée depuis le début des années 1960.

  • 4 Armand Mattelart, « Préface » dans Misse Misse et Alain Kiyindou (sous la dir. de), Communication e (...)
  • 5 Ibid.

3Ce changement, structuré par la théorie du transfert, est aporétique. Pour Armand Mattelart il embrasse des « objets d’études multiples », il est à la fois « concept et vision du monde »4, caractérisé par la complexité et une « longue mémoire d’ambiguïtés »5 qui en questionnent la valeur heuristique. Pour illustrer la perplexité qui a saisi notre objet depuis sa construction, on peut dire que ce changement social-là est un champ de bruits car (nous citons librement Mattelart) il est devenu difficile de se faire entendre sans faire un pléonasme, lorsque l’on parle du développement. Ainsi il faut toujours accoler à ce terme un qualificatif : autocentré, équilibré, durable ou humain, en fonction de la mode. Cette instabilité confirmerait que les pratiques regroupées sous le vocable « développement » ne sont rien d’autre qu’un camouflage de la théorie de la mentalité primitive, qui valide une mission civilisatrice et évangélisatrice. Cette perspective dévaste les patrimoines organisationnels et institutionnels autochtones depuis la colonisation. Ce modèle du changement social est un marqueur de territoires et un enjeu de pouvoir, qui croise des références aux théories et à leurs effets de réalité, sans jamais tenir compte des indicateurs du terrain.

4Les difficultés du changement d’origine extérieure vont de pair avec l’irréductibilité des cultures dans le champ social. La transformation de la raison productrice de la connaissance d'objets en raison abstraite est observée dans le champ du développement depuis plus de cinq décennies. La raison devenant imagination est ici connaissance partielle, partiale, donc mutilée. De ces apories découlent la crise, l'isolement, et donc la violence sous toutes ses formes, exercée sans interruption depuis l’implantation des empires coloniaux jusqu'à l’expansion contemporaine des espaces capitalistes. Cette raison abstraite manque de cohérence et confond de nombreux registres sociaux. Nous notons qu'en général les théories critiques feignent parfois d'ignorer que le transfert des technologies est difficile car il suppose un transfert de culture et de pratiques qui est indécidable.

  • 6 L’Afrique en est à sa quatrième décennie du développement, et le NEPAD nous fait entrer de plain-pi (...)
  • 7 Armand Mattelart, Op. cit.

5L’effectuation de différentes figures de la raison pratique révèle le caractère factice de nombreux modèles du changement à caractère général qui constituent l’armature théorique de communication pour le changement social. L’analyse des médiations politiques autour desquelles s’ordonnent les transformations préconisées et les mutations qu’elles fondent, révèle le caractère expérimental des nombreux cycles de planification décennale des Nations-Unies qui se soldent par des échecs, sans évaluation dans la durée6. À partir du paradigme du retard de croissance que les pays africains doivent (et peuvent ?) combler, ces macro plans sont mis en expérimentation sous des formes diverses, dans le temps. Il peut s’agir par exemple de projets supposant une corrélation entre les innovations (souvent des médias et technologies) et le changement ; mettant l’accent sur le rôle de la « presse (presse écrite et radio) dans le développement » ; ou encore sur l’origine exogène du changement (l’aide et la coopération au développement, la coopération « technique »). Les promesses : modernisation, croissance, progrès, émergence, démocratie et « démocratie achevée » (selon Laurent Fabius), bonne gouvernance, droits humains et équité ou lutte contre la pauvreté, apparaissent et se muent en dehors de toute évaluation générale de leurs processus et de la chaîne de leurs mutations historiques. Les iniquités diagnostiquées depuis 1945 continuent à sévir et les ambiguïtés de ces programmes mettent en lumière plusieurs zones d’ombre. Armand Mattelart7 note que, depuis 1945, cette idéologie pernicieuse de la lutte contre les maux diagnostiqués perdure. Pour autant, les communicologues critiques esquivent tout débat de fond sur ces discours producteurs de mensonges et sur les dispositifs communicationnels qui les diffusent. Dans ce contexte où l’incertain et les causes de l’incertitude révèlent jour après jour leurs facettes multiples, la rhétorique discursive à l’œuvre dans le champ du développement donne alors prise à l'idéologie creuse. La corrélation entre la théorie des transferts et la circularité ou l’impasse qui caractérise cette « imagination » du développement des pays « sous-développés » par les pays « développés » conduit aux contradictions du moment où la raison, dans son effectuation, s’affirme comme « imagination » et ne mord pas le réel.

Communication pour le changement social

  • 8 La notion d’institution met en relief l’existence de normes sociales, parfois implicites et diffuse (...)
  • 9 Les occurrences du concept "dispositifs" sont variées dans la pratique quotidienne, depuis le dispo (...)
  • 10 L'analyse organisationnelle de la communication pour le développement met en évidence un processus (...)
  • 11 Ce processus est assumé par les professionnels de la communication sociale et médiatique (communica (...)
  • 12 Jean Chrétien Ekambo, « Gestion de la césure entre médias traditionnels et médias contemporains dan (...)

6Les leçons de 60 ans d’institutionnalisation de la communication pour le changement social nous ont amené à en proposer une définition. Ce syntagme renvoie, au niveau cognitif, aux travaux destinés à saisir la lisibilité des pratiques et dispositifs de savoir institués dans le champ des mutations sociales, ainsi que des modalités de leur constitution par la communication sociale. Sur le plan stratégique, la communication pour le changement social est un ensemble institutionnalisé8 de pratiques de médiation, qui manquent généralement de pertinence sociale. Elle est un dispositif d’influence et un produit de rapports de pouvoir entre différents groupes d’acteurs sociaux, qui visent à la fois un objectif concret de rentabilité stratégique pour les donateurs (visibilité). Son but déclaré est l’appui au développement à travers des activités d’information des citoyens (propagande) sur les programmes proposés. Très proches de la communication politique, les méthodes et les technologies qu’elle mobilise servent comme des mécanismes de légitimation du pouvoir des pays « occidentaux » et de leurs agences de « développement ». Utilisée par les réseaux de médiateurs, elle apparaît alors comme un dispositif9 stratégique de rationalisation10 de la mise en acceptabilité desdits programmes. Cette fonction idéologique et instrumentale11 est cruciale dans le transfert et le maintien du modèle linéaire du développement des sociétés capitalistes dans les pays tiers. On retrouve déjà cette tendance lourde dans les recherches de Lerner pour qui, note Ekambo, « le média pour le développement se doit d’être envisagé comme simple « outil », c’est-à-dire un simple agir sur un quelconque objet ou n’importe quelle conscience, pour peu que soit atteint le résultat escompté […] »12.

  • 13 Armand Mattelart, Op. cit.

7Les théories critiques, ignorant leur propre statut disciplinaire, cautionnent une structuration du changement conforme aux exigences de forces sociales dominantes. Pour Armand Mattelart, « le fait que, dans les narratifs d’une certaine ethnologie, cette notion univoque de "développement" se soit trouvée très tôt liée au processus de diffusion à sens unique des innovations est révélateur du rôle que le processus de la communication-transmission a historiquement revêtu dans [la] légitimation universelle »13 du changement d’origine extérieure.

Critique ou critiques ?

8Nous avons repéré deux grandes familles critiques, qui se sont concomitamment développées dans un contexte de guerre froide : d’une part, la critique « porte-parole » de l’anticommunisme, dominée par les préceptes de la socio-anthropologie nord-américaine ; elle évite l’analyse des rapports de production et des phénomènes de domination que ceux-ci engendrent ; d’autre part, une critique « dénonciatrice » des causes structurelles de la dépendance. Inscrite dans l’économie politique du développement, elle est plus conforme aux principes de la théorie critique et sensible à certaines catégories marxistes comme l’idéologie et l’aliénation. La critique comprend un faisceau de pratiques inextricables. Elle postule un rapport singulier du chercheur à son objet, à ses méthodes et au rôle de son propre travail dans l’explication des phénomènes qu’il étudie. D’obédience anticommuniste ou pas, les théories critiques sont-elles loyales à ces principes dans notre champ d’études ?

Critique anticommuniste

  • 14 Wilbur Schramm, Mass media and national development, Stanford, Stanford University Press, 1964, p.  (...)

9Wilbur Schramm inaugure la recherche en communication pour le changement social dans Communication in modern society, publié en 1948. Il devient en 1954 directeur de recherche au sein du Conseil national de sécurité des États-Unis d’Amérique. Son second ouvrage, comme le premier, intéresse de plus près les chercheurs développementalistes : Mass media and national development (1964). Les médias et les effets multiplicateurs de l'information y sont décrits comme vecteurs de vertus et de valeurs et, par conséquent, facteurs d’intégration nationale et incitateurs de développement. Accréditant l'idée que par l'importation et l'implantation des appareils et dispositifs de communication occidentaux, le Tiers-Monde pourrait sortir du « sous-développement », Schramm situe l’échec de la modernisation dans un partage insuffisant de l'information14.

  • 15 Daniel Lerner, The passing of traditional society: modernizing the Middle East, 1958, 466 p.
  • 16 Michaël Chuddy Onu, Éléments pour l’évaluation de la communication au développement au Nigeria, Thè (...)
  • 17 Daniel Lerner, Op. cit. p. 342 cité dans Michaël Chuddy Onu, 1998, p. XX
  • 18 Everett Rogers, Diffusion of innovations, New York, Free Press 1962, 367 p.
  • 19 Everett Rogers et Lynne Svenning, Modernisation among peasants. The impact of communication. New Yo (...)

10L’ouvrage de Daniel Lerner publié en 1958 est généralement considéré comme le livre fondateur de la communication sociale pour le changement social. Cet auteur construit son paradigme à partir de la théorie de la modernisation. Son approche institutionnelle situe les effets multiplicateurs et amplificateurs des médias de masse au centre des procès qui accélèrent les transformations sociales15. Selon Onu, son intérêt marqué pour les médias psychologiques s’explique en réalité par son appartenance « à la division américaine de la guerre psychologique pendant la deuxième guerre mondiale »16. Lerner considère les systèmes de communication comme des marqueurs de frontières entre deux types de formations sociales : la société « moderne » dans laquelle les systèmes des médias enseignent les nouveaux savoirs, attitudes et comportements d’une part et la société « traditionnelle » marquée par la communication orale d’autre part. Pour lui, le passage du modèle de communication orale à la communication de masse marquerait l’entrée d’une formation sociale dans la phase de sa modernisation : « la modernisation se transmet aujourd’hui par des moyens d’information de masse », dont l'expansion est soutenue par l'alphabétisation suscitée par l'urbanisation. Ces réactions en chaîne aboutissent, selon lui, à une plus large participation des populations aux activités économiques et politiques17. Par cette prise de position théorique, Lerner construit le média comme une position de pouvoir du « moderne » sur le « traditionnel ». À sa suite, les premières études d’Everett Rogers18 préconisent des réponses technologiques (services de télécommunication, etc.) à des questions sociales et culturelles (alphabétisation, planification familiale, agriculture). Cet auteur explique la théorie de la modernisation ou du développement dans son second ouvrage paru en 196919.

  • 20 Bert F. Hoselitz, « Le rôle de la communication dans le processus de la modernisation et du changem (...)
  • 21 Mody Bella, Designing messages for development communication. An Audience Participation-Based Appro (...)
  • 22 Michaël Chuddy Onu, Op. cit. p. 41.

11À partir du milieu des années 1960, plusieurs « fronts » théoriques ont exprimé de sérieuses réserves sur ces travaux. Généralement conservateurs, ces chercheurs ont pour point de départ la contestation d’un système de convictions idéologiques solidement ancré, depuis les recherches de Schramm et surtout Lerner. Nous ferons abstraction des points de désaccord entre eux, pour nous attacher à dégager les lignes de convergence de leur argumentation. Ces recherches remettent en question la chaîne d’interaction causale entre les diverses composantes de la modernisation proposée par Lerner. Très tôt, Lucian Pye s'associe à la vision technologique du développement20. Il élargit le projet de Lerner en soutenant que tous les aspects de la communication et pas seulement les médias dits de masse peuvent être considérés comme des agents de participation dans les pays d'Afrique, d'Amérique du Sud et d'Asie y compris dans le champ politique et sur le modèle occidental21. Comme l'explique bien Michaël Chuddy Onu22, Pye a exécuté, au début des années 1960, des commandes pour le Pentagone, dont les termes de référence portaient « sur le rôle que pouvaient jouer les soldats dans la politique et dans l'économie nationale pour lancer le Tiers-Monde dans la voie de la modernisation ». Selon Onu, c’était probablement en préparation de l'avènement des dictatures militaires installées par les États-Unis d'Amérique, notamment en Amérique du Sud, pour y chasser des régimes politiques démocratiquement élus mais procommunistes.

  • 23 Ulf Himmelstrand, « Processus d’innovation et changement social : théorie, méthode et pratique soci (...)
  • 24 Everett Rogers, Diffusion of innovations, 1983, p. xix
  • 25 Notre traduction : Des événements ultérieurs n’ont pas validé les thèses de Lerner.
  • 26 Josiane Jouët , Pratiques de communication et changement social, document d'Habilitation à Diriger (...)
  • 27 Francesco Mezzalama, Communication for development programmes in the United Nations, Genève, 1994, (...)
  • 28 Hamid Mowlana et Laurie J. Wilson, The passing of modernity: Communication and the transformation o (...)

12Depuis les années 1980, de nombreux auteurs partagent la même déception face à la non-occurrence des prophéties de Lerner sur la corrélation forte entre médias et changement social : Agrawal (1986), Himmelstrand (1981), Rogers (1983), Kent (1985), Kottack (1990). Ainsi, dans sa critique du processus communicationnel, Himmelstrand explique qu’à travers les médias de masse, « la diffusion des innovations nées en Occident dans la sphère des idées, de l’organisation et de la technologie était censée faire évoluer les sociétés des régions peu développées en les rendant plus modernes, c’est-à-dire plus proches du modèle occidental »23. Rogers suggère « to move beyond the proven methods and models of the past, to recognize their short-comings and limitations and to broaden their conception of the diffusion of innovations »24. Pour lui, la seule diffusion des innovations dans les pays tiers pouvait y provoquer le développement durable. Même s’il propose, dans la critique qu'il fait de ses travaux antérieurs, un modèle de convergence, son approche relationnelle tend à « susciter la prise de conscience » de l'intérêt des innovations préconisées par les populations postcoloniales et leurs décideurs comprador. Il envisage simplement d’élargir la conception de la diffusion des innovations pour en améliorer l’impact, sans sortir en réalité du paradigme de la modernisation. Bella Mody (1991, p. 22), estime que « subsequent events did not support Lerner's expectations »25. Pour sa part, Josiane Jouët26 écrit : « Les résistances rencontrées à l'effet, supposé tout puissant, des médias comme agent de développement m'ont peu à peu amenée à réviser cette perspective et à aborder les phénomènes de communication avec une plus grande modestie, voire un scepticisme alimenté par l'état de sous-développement chronique des pays du tiers-monde ». Francesco Mezzalama27 attribue le faible impact des programmes des agences de l'ONU à l’intégration insuffisante de la communication comme une composante des activités. Mowlana28 souligne le besoin de renouveler les cadres théoriques et les référents anciens pour analyser les transformations globales de la société à l’ère de la mondialisation. Il propose une planification globale de la communication dans le « Tiers-Monde », sans pour autant relever le poids des dynamiques du dehors depuis 1960.

  • 29 Divina Frau-Meigs, « Le retour des États-Unis au sein de l’Unesco », Annuaire Français de Relations (...)

13Une approche utilitariste s'appuie sur l'analyse en termes de coût et d'efficacité de l'information pour le changement social. Elle est sous-jacente à la philosophie de l’aide au développement, dont l'idéologie structure les programmes de coopération depuis la fin des années 1950. Située dans une logique de rapports de force, cette perspective aboutit, en matière de communication, à une crise majeure à l'occasion de la proposition, à l'UNESCO, d'un Nouvel Ordre Mondial de l'Information et de la Communication29. La vision utilitariste, mieux maîtrisée par les États dominants, est reprise dans les années 1990 par l’Union Internationale des Télécommunications, dans le cadre du Sommet sur la Société de l’information.

  • 30 Tels que les structures de pouvoir, les relations sociales (économiques, de genre, d'âge), dans les (...)
  • 31 Armand Mattelart, Op. cit.

14Intervenant sous la forme d’un bilan, les critiques n’interrogent pas les motivations idéologiques de la pensée du développement formulée par Lerner et Schramm, qui tendent à gommer les obstacles structurels au changement social30. Pourtant la position institutionnelle de ces auteurs, rémunérés par leur gouvernement ou par les services secrets, laisse deviner le but de la philosophie politique du développement : « éradiquer la pauvreté afin d’empêcher qu’elle ne fasse le lit du communisme »31. L’évaluation entreprise ne relève pas la filiation forte des paradigmes utilisés avec l’idéologie américaine d’un anticommunisme primaire.

  • 32 Armand Mattelart, Op.cit.

15Cette médiation politique construit un double conflit symbolique entre libéralisme et communisme d’une part, d’autre part entre la mémoire et les croyances des énonciataires et l'imaginaire des énonciateurs du changement social. Nous focalisons sur la seconde crise, qui trahit une rupture spatiale et institutionnelle. La dynamique d’éclatement des frontières s’observe à travers le reclassement de l'espace public du développement dans la sphère privée du capitalisme : rétrocession des entreprises publiques au capital privé international, velléités de privatisation des États faibles et de « mise en brevet »32 des domaines du patrimoine commun de l’humanité (santé, génome et reproduction humaine, sexualité, mariage, famille, parenté, environnement, eau, etc.). La crise des institutions structure un conflit de légitimités dans le champ politique, marqué par le passage de la légitimité politique issue des urnes, à l’émergence d’un modèle technocratique d’accès au pouvoir politique : imposition de premiers ministres issus d’institutions financières internationales, reclassement du développement local aux ONG et organisations de la société civile dont le rôle est polémique. Les auteurs critiques ne pointent pas la bêtise et la brutalité de cette mise en crise des médiations du changement social.

  • 33 Ibid.

16Pour Mattelart33, « le vecteur médiatique » s’est « trouvé tout naturellement embrigadé comme panacée au service des stratégies » de reconfiguration du changement social. La production du changement aboutit alors à une présentation idéologiquement biaisée, caractérisée par l’accumulation et la circulation d’énoncés socialement irrecevables tout le temps comme « disant le vrai ». Le reproche essentiel que nous faisons à la critique d’inspiration nord-américaine est qu’elle légitime des phénomènes qu’elle devait critiquer. Sa théorétique reste structurée par l’idéologie de la supériorité de « la civilisation occidentale » et de la toute-puissance des effets multiplicateurs des médias. Les auteurs accordent peu d’importance à la contestation délibérée des logiques sociales du développement par des gens ordinaires.  Ils ne tiennent pas compte des conditions sociales de possibilité et de validité des énoncés du changement social. La communication interne des acteurs dominants impose une police des discours pouvant remettre en cause le sens et le contenu du changement social proposé. Les discours de vérité validés n’élucident ni les processus de « croissance sans développement » ni les nouvelles formes d’institutionnalisation des relations de pouvoir.

  • 34 Au sens de Georges Balandier, Sens et puissance, les dynamiques sociales, Paris, PUF, 1971, 335 p.

17Ce contexte réduit la communication à des dispositifs techniques de gestion opérationnelle, chargés de diffuser un savoir utilitaire et orientés vers une efficacité pragmatique pour accompagner l’effacement de la mémoire endogène. Cette conception instrumentale de la communication explique probablement que les critiques évitent l’analyse de l’historicité du changement social. Par myopie épistémologique ils ne pointent pas le manque de cohérence interne des paradigmes dominants. Ils sont fuyants pour établir l'imputabilité des échecs observés entre les systèmes de communication et l'industrie du développement. Cette faillite des théories critiques en communication pour le changement pose la question de leur autonomie. Faute d’une réflexivité indispensable, les apologistes de la pensée dominante, en ses diverses variantes, occultent aussi la complexité anthropologique des territoires et le poids des dynamiques sociales34. Les enjeux du développement sont évacués pour vendre l’illusion d’une sortie de la pauvreté. La promesse s’est muée en celle d’une société du mensonge permanent.

Critique de la dépendance

  • 35 Donella Meadows, Dennis Meadows, Jorgen Randers et William W. Behrens, The Limits to Growth (Halte (...)
  • 36 Balandier, Op. cit. p. 7 ; 9
  • 37 Ces phénomènes sont moins apparents, lorsqu’on raisonne en termes de PNB, aussi longtemps que les c (...)
  • 38 Jesús Martin Barbero, « Penser la société à partir de la communication », Théories sociales de la c (...)
  • 39 L'idéologie est considérée ici comme un dispositif totalisateur et intégrateur des discours, à la f (...)
  • 40 Armand Mattelart, Op. cit.

18Un travail antinomique au consensus apparent que le développement colporte date des années 1950. Cette critique politiquement incorrecte considère la crise pluridimensionnelle du développement et la pertinence des réponses apportées aux questions sociétales. Le rapport du Club de Rome35 critiquait déjà l'expansion illimitée du modèle de transformation sociale occidental, susceptible de conduire à la destruction de la planète. Des auteurs comme René Dumont, Blardone, Tibord Mende, Alain Touraine, Freyssinet, Destanne de Bernis, Samir Amin, Oualalou Fathallah, Axelle Kabou, Onu, refusent de considérer le développement comme un phénomène de retard à combler, abstrait, fonctionnel et situé hors de l’histoire. Balandier36 prévient contre « l'ambiguïté et l'ambivalence » et les « dogmes » du développement. Des chercheurs sud-américains comme Celso Furtado, Cardoso, A. Gunder Frank ou Jésus Martin Barbero ont particulièrement critiqué les mécanismes de la dépendance37 structurelle liés au développement. Barbero38 s'insurge contre le biologisme, qui tendrait à accréditer l'idée que la communication est une norme de comportement destinée à assurer la reproduction du groupe. Pour lui, les médias sont des espaces de constructions idéologiques39 et des pratiques de reproduction symbolique qui sont contrôlés par le politique. Il défend la nécessité d'une articulation du développement des pratiques de communication autour de celui des pratiques productives et de l'organisation conflictuelle des rapports sociaux. Dans le même sens, Mattelart remet en cause des « connotations coloniales » d’une « croyance singulière à prétention universelle selon laquelle, pour se "développer", "évoluer", les sociétés attardées doivent nécessairement franchir les paliers successifs des âges ou des états de l’histoire par lesquels sont passés leurs aînés, imiter leurs modèles éprouvés de civilisation [...] Elle naturalise les politiques de mise en tutelle des peuples-enfants [...], établissant la partition entre ceux qui savent et ceux qui sont présumés ne pas savoir »40.

19Pour nous, les critiques structurées par le paradigme de la dépendance proposent d’interroger les contraintes de l’action des acteurs, la concentration des pouvoirs et la distribution inéquitable des ressources, etc. Leur posture est tout aussi manichéenne que celle de Schramm, Lerner et leurs critiques. En expliquant les problèmes de changement social uniquement par la domination étrangère, ces auteurs manquent d’interroger les dynamiques sociales du dedans, qui soutiennent la domination qu’ils dénoncent.

20Quel que soit leur bord et même si ces auteurs ont critiqué les limites de tel ou tel autre paradigme ou vanté ses mérites, leur critique est trop simpliste et ils restent enfermés dans des cercles de péché. Les uns et les autres partagent la même logique mécaniste et irréductible de l’explication causale, qui anime la pensée d’autorité dans le champ du changement social. Pour les uns comme pour les autres, le contrat critique trahit l'indigence conceptuelle de son propre projet. Cette faiblesse aboutit rapidement à un discours spéculatif et invérifiable, lorsqu’il n’est pas purement et simplement circulaire. Elle produit une raison abstraite, qui débouche sur la violence, du moment où la logique du développement fonctionne hors du champ de l’expérience des populations. Ce mode de raisonnement, il nous semble, dévoile les motivations et les arrière-pensées des développeurs du monde. Nous pensons qu'il convient de dépasser la ligne de fracture idéologique pour repenser la critique en communication pour le changement social.

Conclusion

21Idéologie et contre idéologie sont en résonance dans les théories critiques. De nombreux chercheurs, quelles que soient leur obédience et la période historique, bâtissent leurs théories en embrassant l’absoluité qu’insinuent malignement les positions en présence. Le contexte social des années 2000, marqué par une crise multidimensionnelle inédite, offre à la recherche critique de nouveaux problèmes potentiellement unificateurs pour notre champ d’études. Il existe un risque scientifique de ne pas poser ces questions vives. L’approche communicationnelle critique doit éviter l’endogamie d’une approche strictement communicationnelle. Au-delà de la danse des mots, une réévaluation des médiations communicationnelles, concomitante à celle du changement social, doit apporter de la raison et de la mesure dans un champ encore largement dominé par la perte du sens.

Haut de page

Bibliographie

AGRAWAL Binod, C., JOSHI, S. R. & SINHA, Arbind (sous la dir. de). Communication research for development : The ISRO experience, New Delhi, Concept Publishing Company, 1986.

AMIN Samir, L’accumulation à l’échelle mondiale. Critique de la théorie du sous-développement, Paris, Ed. Anthropos, 1970, 589 p.

AMIN Samir, « Abandonner le modèle occidental de consommation », Le Monde, 11 mars 1975.

BALANDIER Georges, Sens et puissance, les dynamiques sociales, Paris, PUF, 1971, 335 p.

BARBERO Jesús Martin, « Penser la société à partir de la communication », Théories sociales de la communication et théories communicationnelles de la société, Loisir et Société, 1998, vol. 21, n° 1, (p. 145-172) Presses universitaires du Québec, 301 p.

BELLA Mody, Designing messages for development communication. An Audience Participation-Based Approach, New Delhi, Sage publications, 1991, 211 p.

BLARDONE Gilbert, Progrès économique dans le Tiers-Monde : l'environnement sociopolitique du développement. Paris, Librairie sociale et économique, 1972, 233 p.

CARDOSO Fernando Henrique et Faletto Enzo, Dependency and Development in Latin America, Berkeley, University of California Press, 1978, 256 p.

DEFAYS Jean Marc et SARA Deltour, ORBI (Open Repository and Bibliography) [En ligne]. Page consultée le 24 juillet 2013. http://orbi.ulg.ac.be/bitstream/2268/37045/1/O%C3%B9%20va%20la%20critique%20scientifique.pdf

DESTANNE DE BERNIS, Gérard, « Le sous-développement, analyses ou représentations », Revue Tiers-Monde, janvier-mars 1974, n° 57, p. 103-134

DUMONT René, L'Afrique Noire est mal partie Paris, Seuil, 1962, 254 p.

EKAMBO Jean Chrétien, « Gestion de la césure entre médias traditionnels et médias contemporains dans la construction du développement », dans Misse Misse et Alain Kiyindou (sous la dir. de), Communication et Changement social en Afrique et dans les Caraïbes : bilan et perspectives. [En ligne]. Page consultée le 24 juillet 2013. http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux/2009-supplement/pdf/Actes%20de%20Douala.pdf

FRANK André-Gunder, Le développement du sous-développement : l’Amérique latine. Paris, Maspero, 1970 (2e éd. augmentée, 1972), 399 p.

FRAU-MEIGS Divina. « Le retour des États-Unis au sein de l’Unesco », Annuaire Français de Relations Internationales, 2004, vol. 5, Paris et Bruxelles, La documentation française et Bruylant, p. 860- 877 Aussi site web France Diplomatie. [En ligne] Page consultée le 24 juillet 2013. http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/AFRI%2045.pdf

FREYSSINET Jacques, Le concept du sous-développement, Paris, Mouton et Cie, 1966, 368 p.

FURTADO Celso, La fantaisie organisée : le développement est-il encore possible ? Paris, Publisud, 1987, 257 p.

JOUËT Josiane, Pratiques de communication et changement social, document d'Habilitation à Diriger des Recherches, Université de Grenoble III, janvier 1992, 224 p.

HIMMELSTRAND Ulf, « Processus d’innovation et changement social : théorie, méthode et pratique sociale », Revue internationale des sciences sociales, n°, 1981, p. 248

HOSELITZ Bert, « Le rôle de la communication dans le processus de la modernisation et du changement technologique », dans Industrialisation et société́, Paris, UNESCO, 1963, 447 p.

KABOU Axelle, Et si l'Afrique refusait le développement ? Paris, L'Harmattan, 1991, 207 p.

KENT Susan, « The effects of television viewing : A cross-cultural perspective », Current anthropology, 1985, n° 26, pp. 121-126.

KOTTACK Conrad, Prime Time Society : An anthropological Analysis of Television and Culture, Belmont, Wadsworth Pub. Co, 1990, 247 p.

LERNER Daniel, The passing of traditional society : modernizing the Middle East, New York, Free Press, 1958, 466 p.

MATTELART Armand, « Préface » dans Misse Misse et Kiyindou Alain (sous la dir. de), Communication et changement social en Afrique et dans les Caraïbes : bilan et perspectives.

Aussi site web Université de Grenoble. [En ligne]. Page consultée le 24 juillet 2013. http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux/2009-supplement/pdf/Actes%20de%20Douala.pdf

MEADOWS Donella, Dennis Meadows, Jorgen Randers et William W. Behrens, The Limits to Growth. A report for the Club of Rome's project on the predicament of mankind, New York, Universe Books, 1972, 205 p.

MENDE Tibor, De l’aide à la recolonisation, Les leçons d‘un échec, Paris, Seuil, 1972, 317 p.

MEZZALAMA Francesco, Communication for development programmes in the United Nations System, Rapport, Geneva, 1994, 33 p.

Misse Misse, « Gestion de la césure entre médias traditionnels et médias contemporains dans la construction du développement », dans Misse Misse et Alain Kiyindou (sous la dir. de), Communication et Changement social en Afrique et dans les Caraïbes : bilan et perspectives. [En ligne]. Page consultée le 24 juillet 2013. http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux/2009-supplement/pdf/Actes%20de%20Douala.pdf

Misse Misse, Pour une réévaluation de la communication sociale pour le développement (approche sociopolitique), Note de synthèse d'Habilitation à Diriger des Recherches, U. Grenoble III, juin 2003, 86 p. [En ligne]. Page consultée le 24 juillet 2013. http://gresec.u-grenoble3.fr/version-francaise/publications/base-de-publications/pour-une-reevaluation-de-la-communication-sociale-pour-le-developpement-approche-sociopolitique-note-de-synthese--105960.kjsp

MOWLANA Hamid, International flow of communication : A global report analysis ; Coll. Reports and papers on mass communication, n° 9, Paris, UNESCO, 1985, 75 p.

MOWLANA Hamid, Laurie J. Wilson, The passing of modernity : Communication and the transformation of society, New York ; London, Longman, 1990, 240 p.

MOWLANA Hamid, Global information and world communication : new frontiers in international relations, 2e éd., London, Sage publications, 1997, 270 p.

ONU Michaël Chuddy, Éléments pour l’évaluation de la communication au développement au Nigeria, Thèse de Doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, Université de Grenoble III, 1998, 370 p.

OUALALOU Fathallah, Le Tiers-Monde et la troisième phase de domination, Casablanca, Les éd. Maghrébines, 1975.

PYE Lucian et Frederick W. FREY (sous la dir. de), Communication and political development, Princeton, N.J., Princeton University Press, 1963, 381 p.

ROGERS Everett, Diffusion of innovations, New York, Free Press 1962, 367 p.

ROGERS Everett et Lynne SVENNING, Modernisation among peasants. The impact of communication, New York, Holt, Rinehart & Winston, 1969, 429 p. p

ROGERS Everett, Diffusion of innovations, 3e éd., New York, Free Press ; London, Collier Macmillan, 1983, 453 p.

SCHRAMM Wilbur Communication in modern society, Urbana, University of Illinois Press, 1948, 252 p.

SCHRAMM Wilbur, Mass media and national development, Stanford, Stanford University Press, 1964, 333 p.

TOURAINE Alain, Les Sociétés dépendantes. Essai sur l’Amérique Latine, Paris, Duculot, 1976, 266 p.

Haut de page

Notes

1 Manuels et documents de stratégie, ouvrages, articles scientifiques, rapports de recherche et modules de formation.

2 Misse Misse, Pour une réévaluation de la communication sociale pour le développement (approche sociopolitique), Note de synthèse d'Habilitation à Diriger des Recherches, U. Grenoble III, juin 2003, 86 p.

3 Critères indiqués par Jean-Marc Defays et Sara Deltour, sur ORBI http://orbi.ulg.ac.be/bitstream/2268/37045/1/O%C3%B9%20va%20la%20critique%20scientifique.pdf

4 Armand Mattelart, « Préface » dans Misse Misse et Alain Kiyindou (sous la dir. de), Communication et changement social en Afrique et dans les Caraïbes : bilan et perspectives, [En ligne].

5 Ibid.

6 L’Afrique en est à sa quatrième décennie du développement, et le NEPAD nous fait entrer de plain-pied dans la cinquième décennie.

7 Armand Mattelart, Op. cit.

8 La notion d’institution met en relief l’existence de normes sociales, parfois implicites et diffuses comme des valeurs et des critères de développement, des attentes de la part des promoteurs du développement et du public bénéficiaire de la générosité publique internationale.

9 Les occurrences du concept "dispositifs" sont variées dans la pratique quotidienne, depuis le dispositif policier ou de sécurité, au dispositif législatif, au dispositif technique ou scientifique. Pour en esquisser une définition opérationnelle, nous considérons que l'on se trouve en face d'un dispositif dès lors que l'interface entre divers éléments hétérogènes contribue à produire dans le corps social et sur une base régulière, un certain effet inscrit dans les énoncés, la pensée ou les corps, etc. ; cet effet est alors considéré soit comme normal, soit comme anormal. On parle ainsi de dispositifs de savoir, de pouvoir, de vérité, de communication, etc.

10 L'analyse organisationnelle de la communication pour le développement met en évidence un processus de standardisation de la production et des modes de présentation des contenus, contrôlé par les agences de développement.

11 Ce processus est assumé par les professionnels de la communication sociale et médiatique (communicants, journalistes). Elle est également intériorisée par des universitaires, enseignants-chercheurs et experts en sciences sociales de la communication qui manquent de la questionner.

12 Jean Chrétien Ekambo, « Gestion de la césure entre médias traditionnels et médias contemporains dans la construction du développement », dans Misse Misse et Alain Kiyindou (sous la dir. de), Op. cit.

13 Armand Mattelart, Op. cit.

14 Wilbur Schramm, Mass media and national development, Stanford, Stanford University Press, 1964, p. 231.

15 Daniel Lerner, The passing of traditional society: modernizing the Middle East, 1958, 466 p.

16 Michaël Chuddy Onu, Éléments pour l’évaluation de la communication au développement au Nigeria, Thèse de Doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, Université de Grenoble III, 1998, p. 33.

17 Daniel Lerner, Op. cit. p. 342 cité dans Michaël Chuddy Onu, 1998, p. XX

18 Everett Rogers, Diffusion of innovations, New York, Free Press 1962, 367 p.

19 Everett Rogers et Lynne Svenning, Modernisation among peasants. The impact of communication. New York, Holt, Rinehart & Winston, 1969, 429 p.

20 Bert F. Hoselitz, « Le rôle de la communication dans le processus de la modernisation et du changement technologique », dans Hoselitz et Moore (sous la dir. de), Industrialisation et Société, Paris, UNESCO, 1963, p. 287.

21 Mody Bella, Designing messages for development communication. An Audience Participation-Based Approach, New Delhi, Sage publications, 1991, p. 22

22 Michaël Chuddy Onu, Op. cit. p. 41.

23 Ulf Himmelstrand, « Processus d’innovation et changement social : théorie, méthode et pratique sociale », Revue internationale des sciences sociales, n° , 1981, p. 248

24 Everett Rogers, Diffusion of innovations, 1983, p. xix

25 Notre traduction : Des événements ultérieurs n’ont pas validé les thèses de Lerner.

26 Josiane Jouët , Pratiques de communication et changement social, document d'Habilitation à Diriger des Recherches, Université de Grenoble III, janvier 1992, p. 11

27 Francesco Mezzalama, Communication for development programmes in the United Nations, Genève, 1994, p. 23.

28 Hamid Mowlana et Laurie J. Wilson, The passing of modernity: Communication and the transformation of society, New York; London, Longman, 1990, 240 p.

29 Divina Frau-Meigs, « Le retour des États-Unis au sein de l’Unesco », Annuaire Français de Relations Internationales, vol. 5, Paris et Bruxelles, La documentation française et Bruylant, 2004, p. 860- 877

30 Tels que les structures de pouvoir, les relations sociales (économiques, de genre, d'âge), dans les formations sociales.

31 Armand Mattelart, Op. cit.

32 Armand Mattelart, Op.cit.

33 Ibid.

34 Au sens de Georges Balandier, Sens et puissance, les dynamiques sociales, Paris, PUF, 1971, 335 p.

35 Donella Meadows, Dennis Meadows, Jorgen Randers et William W. Behrens, The Limits to Growth (Halte à la croissance), New York, Universe Books, 1972, 205 p. (On notera que ce Club épouse les conceptions dominantes du sous-développement, dont il ne critique pas véritablement les mécanismes.)

36 Balandier, Op. cit. p. 7 ; 9

37 Ces phénomènes sont moins apparents, lorsqu’on raisonne en termes de PNB, aussi longtemps que les compagnies étrangères investissent massivement ou que le cours des produits d’exportation s’élève. Ils apparaissent par contre au grand jour en période de reflux des capitaux.

38 Jesús Martin Barbero, « Penser la société à partir de la communication », Théories sociales de la communication et théories communicationnelles de la société, Loisir et Société, 1998, vol. 21, n° 1, (p. 145-172) Presses universitaires du Québec, p. 155-156

39 L'idéologie est considérée ici comme un dispositif totalisateur et intégrateur des discours, à la fois dispositif de l'effet, du contenu et du texte, pour reprendre les catégories de la sémiotique structuraliste.

40 Armand Mattelart, Op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Misse Misse, « Les théories critiques en communication pour le changement social : regard critique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 17 août 2017. URL : http://rfsic.revues.org/931 ; DOI : 10.4000/rfsic.931

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page