Navigation – Plan du site
Ligne Sud

Perspectives critiques sur la communication pour le développement

France Aubin et Christian Agbobli

Texte intégral

  • 1 Thomas Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 2008.
  • 2 Karl R. Popper, La logique de la découverte scientifique, Paris, Payot, 1973
  • 3 Paul K. Feyerabend, Contre la méthode : esquisse d’une théorie anarchiste de la connaissance, Paris (...)
  • 4 Alan F. Chalmers, Qu’est-ce que la science ? Récents développements en philosophie des sciences : P (...)

1Le vaste domaine de la communication et du développement (qui peut être décliné en communication pour le développement, en communication internationale et développement ou même en communication favorisant le développement) s’inscrit dans les sciences de la communication. Toutefois, cette inscription impose plusieurs interrogations épistémologiques. En effet, la communication comme discipline existe-t-elle ? Si les récents détenteurs d’un doctorat en communication affirment haut et fort que la communication est une discipline, les réflexions des épistémologues tels que Thomas Khun1, Karl Popper2 ou même Paul Feyerabend3 imposent de nous interroger à la manière d’un Alan F. Chalmers4 « Qu’est-ce que la science ? ». Faut-il voir dans la science ou dans toute discipline constituée, un ensemble de méthodes bien établies qui doivent être rigoureusement suivies ? Ne faudrait-il pas plutôt interroger la notion de réfutabilité développée par Popper dans le cadre plus large des sciences humaines ? En d’autres termes, la communication est-elle une science ou a fortiori une discipline ? Si d’aucuns y répondent par l’affirmative du fait de l’institutionnalisation du champ (Boure, 2005 ; Olivesi, 2006), la pluralité des réponses et même les disciplines des fondateurs de la communication (économie, éducation, psychologie, science politique, sociologie, etc.) militent pour la constitution de la communication comme champ.

2Si le domaine de la communication et du développement n’a pas pour ambition de répondre à une telle question (la communication est-elle une discipline ?), les théories, stratégies, méthodes choisies par les chercheurs de ce champ amènent toutefois le chercheur à tenter de comprendre les contours de ce vaste domaine qui est tantôt inclus dans la communication internationale (autrement appelée Global and International Communication dans le milieu anglophone), tantôt dans les relations internationales. Au départ, les fondateurs (américains) de ce domaine avaient adopté une posture résolument fonctionnaliste alors que les nombreux chercheurs de ce champ aujourd’hui se considèrent comme critiques des pratiques, des théories mais aussi des dérives des systèmes locaux et internationaux qui contribuent à sa perpétuation. Parallèlement, les objets de recherche se sont également diversifiés : du rôle des médias dans les pays du Sud (Afrique et Amérique latine), on est passé aux Technologies de l’information et de la communication (TIC) dans un monde complexe avec des Suds au sein des Nords et inversement ; de la communication participative pour le développement est issu ce qui est maintenant nommé Global communication and Social Change.

3Le dossier que nous présentons s’inscrit dans les suites d’un colloque international organisé par le centre de recherche CRISIS (autrefois GRICIS) et tenu à Montréal en mai 2012. Regroupant des chercheurs de différentes provenances, le colloque portait sur les approches critiques en communication.

  • 5 À l’exception de la conférence de France Aubin, qui n’a pas encore été publiée.

4Les travaux à l’origine du dossier ont donc d’abord fait l’objet de conférences, puis d’actes de colloques5. Ils ont été ensuite rigoureusement revus et enrichis à la faveur des nombreux échanges entre les auteurs et le comité éditorial qui signe cette introduction, pour enfin prendre la forme des articles scientifiques inédits qui composent ce numéro.

5Les textes de notre dossier reflètent une série de préoccupations. D’abord celle de répondre à l’appel du colloque de 2012 en documentant la présence de la critique, que nous entendons ici comme une sévère remise en question, dans le champ de la communication pour le développement. Citant un grand nombre d’auteurs, associés à l’économie politique des médias, aux études culturelles, au paradigme de la modernisation ou à celui de la dépendance, ou encore aux études postcoloniales, les auteurs montrent bien que la communication pour le développement ne recouvre pas un ensemble de discours et de pratiques qui feraient consensus au sein de la communauté des chercheurs, mais bien plutôt un ensemble de discours et pratiques controversés, auxquels les chercheurs issus des pays dits en développement ont historiquement largement contribué.

6En plus de présenter des points de vue critiques sur la communication pour le développement, enrichissant la compréhension que leurs collègues chercheurs en communication peuvent avoir de leur travail et de leur rapport à la critique, les auteurs de ce dossier contribuent à enrichir ce corpus critique en proposant leurs propres interprétations des enjeux, pratiques et discours contemporains.

7Enfin, ils abordent tous la délicate question du rapport savoir-pouvoir, allant même jusqu’à proposer de recourir à un autre mot que celui de développement, dont Rist a bien démontré qu’il était un mot-valise.

La communication pour le changement social

8Notre dossier commence par l’article de Misse Misse, qui rappelle la convention - établie à Doula en 2005 entre plusieurs chercheurs spécialisés en communication et développement - de remplacer le terme développement par celui de changement social. S’inscrivant dans un « projet d’élucidation », l’auteur expose ce qu’il appréhende comme « une dérive de l’objectif de changement social vers des dynamiques de valorisation économique, financière capitaliste et politique, qui engagent aujourd’hui les formations sociales d’Afrique, Amérique du Sud et Asie dans des formes singulières de crises ».

9Insistant sur sa fonction idéologique et instrumentale, il envisage la communication pour le changement social comme un « ensemble institutionnalisé de pratiques de médiation, qui manquent généralement de pertinence sociale » et qui mobilise « des méthodes et des technologies comme des mécanismes de légitimation du pouvoir des pays « occidentaux » et de leurs agences de « développement ». »

10Revenant sur les deux grands paradigmes qui ont orienté la communication pour le changement social, Misse reproche tant aux tenants de la critique anticommuniste qu’à ceux de la critique de la dépendance de ne présenter qu’une critique « trop simpliste » et de partager « la même logique mécaniste et irréductible de l’explication causale, qui anime la pensée d’autorité dans le champ du changement social. »

Mise à jour du paradigme développementaliste

11Évariste Dakouré et Gado Alzouma étudient les discours et enjeux associés aux Technologies de l’information et de la communication (TIC), interrogeant les prolongements contemporains du paradigme communicationnel technodéterministe, associé de longue date au paradigme moderniste du développement (ou développementalisme).

12En effet, si le terme développement a été, à juste titre, l’objet de nombreuses critiques, celui de communication n’a pas cessé d’être problématisé lui non plus. Associé au développement, il a fait l’objet de nombreuses réflexions, et d’aucuns ont proposé par exemple de distinguer communication du développement et communication pour le développement. Les articles présentés dans ce dossier mettent tous plus ou moins l’accent sur la communication pour le développement, attribuant à celui-ci en quelque sorte la finalité de la première. L’instrumentalisation de la communication qui en découle n’est pas sans conséquence mais elle est réfléchie et assumée chez les auteurs du dossier, qui ont souhaité présenter une réponse critique au discours faisant la promotion du recours aux plus récentes « nouvelles » technologies de communication pour régler une fois pour toutes le « problème du développement » en Afrique.

13Dakouré étudie les discours d’accompagnement des TIC pour le développement en Afrique, s’attardant sur différentes catégories d’acteurs, mettant « ces projets technico-industriels en tension avec les réalités du terrain. » Ainsi aborde-t-il tour à tour les politiques publiques ; les résistances opposées à la déréglementation des TIC ; la contre-proposition des logiciels libres aux logiciels marchands ; et enfin, les stratégies de défense des intérêts capitalistes (lobbyisme).

14L’auteur relativise les apports positifs des TIC en termes de développement économique, en soulignant la fracture numérique qui sépare les pays africains côtiers et enclavés, les zones rurales et urbaines, ainsi que les limites cognitives et économiques sur lesquelles s’attardera plus longuement Alzouma.

15Alzouma se penche sur la « reformulation du discours développementaliste élaboré autour des TIC » et qui « tend de plus en plus à abandonner toute référence aux ordinateurs pour se concentrer sur le téléphone mobile, ses usages et ses appropriations. » Il repère trois modes « d’appropriation innovants » : les modes d’appropriation et d’usages nouveaux qui consistent essentiellement, pour les utilisateurs africains, à s’adapter dans un contexte de ressources limitées en capital économique et culturel ; l’adaptation des objets techniques eux-mêmes (préconisée en Inde) ; et la convergence numérique. Il démontre que ces « modes d’appropriation dits innovants manifestent en fait des disparités en termes d’accès mais aussi une inégale distribution des compétences techniques et culturelles (éducation) ».

16L’auteur montre qu’en combinant les innovations techniques et sociales « dont les Africains se seraient montrés capables en intégrant le téléphone mobile à leur milieu social », des chercheurs suggèrent que les innovations auraient « un effet de nivellement des inégalités sociales et économiques » et « seraient capables d’impulser un développement accéléré du continent ». En fait, la perspective technodéterministe des discours étudiés par Alzouma est si prégnante qu’elle arrive à se passer du volet diffusionniste qui accompagnait les premiers objectifs de la communication pour le développement. Comme si ce qui était communiqué/diffusé n’avait plus d’importance, témoignant en cela peut-être du passage de l’information citoyenne à l’information informatique. Ainsi le seul fait de se connecter au réseau Internet constituerait un indicateur de développement économique. L’auteur revient également sur les multiples dimensions de la fracture numérique.

Développement et idéologie

17Christian Agbobli revient à son tour sur l’histoire de la communication pour le développement pour en évoquer la dimension profondément idéologique. Inspiré par la démarche de John B. Thompson, il cherche à mettre à jour « particulièrement le maintien et la reproduction des relations de pouvoir dans un contexte de postcolonialité ». Sa perspective critique se nourrit donc aussi du regard postcolonial (et en particulier des fondements posés par l’orientalisme de Saïd) à partir duquel Agbobli propose une typologie des pratiques discursives sur l’Afrique regroupant l’africanisme, l’afrocentrisme et l’africanité.

18Analysant les discours d’un certain nombre de chercheurs s’étant penchés sur la communication pour le développement, l’auteur met en lumière la centralité qu’ils accordent à la technique.

19Il conclut d’une part en interrogeant une orientation afrocentrique permettant de « voir les sujets africains comme acteurs de l’histoire en misant sur le sens culturel de la communication », évitant ainsi de réduire la communication à sa dimension technique ; d’autre part, en revendiquant l’appartenance à un triple héritage, la culture africaine, la culture sémitique et le patrimoine gréco-romain.

Le recours à l’interdisciplinarité

20Prolongeant la quête d’un renouvellement épistémologique, Ndiaga Loum suggère de recourir à l’interdisciplinarité pour « rapprocher deux visions critiques de deux disciplines différentes : l’une développementaliste et l’autre communicationnelle ». Exposant les débats, enjeux et défis de l’interdisciplinarité - qu’il prend soin de distinguer de la transdisciplinarité, de la multidisciplinarité et de multidisciplinarité – Loum présente ensuite le cas de la solidarité numérique. Puis il en fait l’histoire en remontant au NOMIC : la solidarité numérique étant présentée comme une solution endogène à la fracture numérique.

21Estimant que la solidarité numérique ne peut être étudiée que dans une perspective interdisciplinaire, l’auteur emprunte lui-même aux champs juridique, économique et politique tout en reconnaissant les difficultés inhérentes à l’application d’une telle perspective à l’ensemble des sciences sociales et humaines. Au-delà du problème-frontière que constitue la fracture numérique, c’est l’avenir même de la théorie critique que l’auteur (politologue, juriste et communicologue) associe à l’interdisciplinarité « même si le risque de « retomber » dans l’idéologie n’est jamais totalement écarté ».

Haut de page

Bibliographie

BOURE Robert, « Réflexions autour de l'institutionnalisation des disciplines », Communication, 2005, vol. 24, no 1, p. 9-37

CHALMERS Alan F., Qu’est-ce que la science ? Récents développements en philosophie des sciences : Popper, Kuhn, Lakatos, Feyerabend, Paris, La Découverte, 1987

FEYERABEND Paul K., Contre la méthode : esquisse d’une théorie anarchiste de la connaissance, Paris, Éditions du Seuil, 1988.

KUHN Thomas, La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 2008.

OLIVESI Stéphane, Sciences de l’information et de la communication. Objets, savoirs, discipline, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2006

POPPER Karl R., La logique de la découverte scientifique, Paris, Payot, 1973

Haut de page

Notes

1 Thomas Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 2008.

2 Karl R. Popper, La logique de la découverte scientifique, Paris, Payot, 1973

3 Paul K. Feyerabend, Contre la méthode : esquisse d’une théorie anarchiste de la connaissance, Paris, Éditions du Seuil, 1988.

4 Alan F. Chalmers, Qu’est-ce que la science ? Récents développements en philosophie des sciences : Popper, Kuhn, Lakatos, Feyerabend, Paris, La Découverte, 1987

5 À l’exception de la conférence de France Aubin, qui n’a pas encore été publiée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

France Aubin et Christian Agbobli, « Perspectives critiques sur la communication pour le développement », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/915 ; DOI : 10.4000/rfsic.915

Haut de page

Auteurs

France Aubin

Professeure au Département de Lettres et Communication sociale, Université du Québec à Trois-Rivières, Trois-Rivières, Québec, Canada. France Aubin mène des travaux sur la gouvernance de la culture, des communications et de l’information qu’elle aborde du point de vue des droits de la personne (droit d’auteur, du public à l’information, à la diversité culturelle) mais aussi en termes de politiques publiques. Sa recherche s’inscrit dans une perspective multidisciplinaire essentiellement ancrée en philosophie et en sociologie politiques. Courriel : France.aubin@uqtr.ca

Christian Agbobli

Christian Agbobli est professeur au département de communication sociale et publique de l'Université du Québec à Montréal. Membre du centre de recherche GRICIS et de la Chaire Unesco en communication et technologies pour le développement, il est également directeur du Groupe d'études et de recherches axées sur la communication internationale et interculturelle (GERACII). Courriel : agbobli.christian@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page