Navigation – Plan du site
Dossier : Recherches au féminin en Sciences de l’Information et de la Communication
II - Les chercheures au féminin : de l’importance de la présence des femmes dans l’ensemble des domaines de recherche en SIC - approche par domaines

Figures féminines des sciences de l’information et de la documentation

Sylvie Leleu-Merviel

Résumés

Le secteur de la documentation et les métiers des bibliothèques sont assez fortement féminisés. L’activité scientifique du domaine comporte elle aussi quelques grandes figures féminines. Trois d’entre elles – Suzanne Briet, Brenda Dervin et Marcia Bates – sont présentées à travers le choix d’un texte emblématique, dont sont dégagés les axes essentiels.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La documentation est une profession assez fortement féminisée, à telle enseigne que dans la pratique quotidienne, une tendance spontanée à mentionner plus souvent LA documentaliste que LE documentaliste ne fait aucun doute. La représentation féminine est également importante dans les métiers des bibliothèques.

2Ce secteur d’activité a donné lieu de façon récente (quelques dizaines d’années seulement) à une approche scientifique et à des travaux de recherche. Sciences de l’information et des bibliothèques ou information-documentation en France, l’équivalent disciplinaire anglo-saxon s’est intitulé Library and Information Sciences (LIS) et se mue de plus en plus en Information Science, appellation plus ramassée mais aussi plus générale .

3Cependant, la féminisation professionnelle a-t-elle son pendant dans le secteur de la recherche ? Y trouve-t-on le même type de représentation, ou les hommes ont-ils jugé la science trop sérieuse pour la confier à des femmes ? Ainsi posée, la question mériterait des analyses statistiques détaillées à même de comparer les distributions respectives. Ce n’est pas l’approche retenue ici. Nous nous contenterons d’évoquer quelques grandes figures féminines des sciences de l’information et de la documentation, qui attestent au moins que les femmes ne sont pas absentes du podium des meilleurs. Certes, exemple ne vaut pas généralité, et l’on pourra contester la légitimité du procédé. Soulignons simplement que l’objet n’est pas ici de mesurer l’influence féminine dans le domaine, mais de témoigner seulement d’une présence indéniable.

4Chacune de nos trois figures sera d’abord cernée à grands traits par une biographie express. Puis, un seul texte phare sera retenu comme particulièrement représentatif – ce qui, parfois, relève davantage d’une mutilation que d’une sélection. L’un des critères est que le texte discuté soit accessible en ligne, afin que chacun puisse le consulter sans difficulté. De ce seul texte seront tirés ensuite quelques éléments emblématiques. Il est bien sûr excessivement réducteur de limiter la pensée de ces grandes scientifiques à quelques idées tirées d’un seul texte. Néanmoins, le format de cet article ne nous autorise pas davantage que cette entrée en matière, que la bibliographie permet de compléter au besoin.

Suzanne Briet

5La première à figurer dans notre florilège est la française Suzanne Briet, relativement méconnue en France mais reconnue aux Etats-Unis comme l’une des figures majeures de la documentation. Clef de voute de la modernisation des bibliothèques, elle est lue dans les schools américaines en LIS (Library and Information Studies), où elle est surnommée Madame Documentation.

Biographie express

6Suzanne Briet, née à Paris le 1er février 1894, est décédée également à Paris le 13 février 1989. C’est l’une des pionnières des Sciences de l’Information et de la Communication en France.

7Diplômée d’une licence d’histoire et d’anglais, elle obtient un Certificat d’Aptitude aux Fonctions de Professeur de Lettres et enseigne trois ans en Algérie. C’est l’obtention de son Certificat d’Aptitude aux Fonctions de Bibliothécaire (où elle est reçue première en 1924) qui marque l’infléchissement de sa carrière vers les bibliothèques. Elle est ainsi l’une des trois premières femmes à être admises cette même année en tant que bibliothécaires à la Bibliothèque nationale.

8En 1931, elle participe activement à la création de l’Union Française des Organismes de Documentation (UFOD). Elle devient également vice-présidente de la Fédération Internationale de Documentation. Alors qu’elle dirige la salle des catalogues et des bibliographies à la Bibliothèque nationale, elle conçoit un fichier de normes de catalogage qui sera ensuite réemployé par l’AFNOR.

9Elle est la première directrice des études de l’Institut National des Techniques de la Documentation à sa création en 1950 et œuvre activement pour une formation des professionnels de la documentation et pour une redéfinition du rôle des documentalistes.

Texte phare

10Le texte qui l’a rendue célèbre est le petit opus Qu’est-ce que la documentation ? paru en 1951 aux éditions EDIT (Editions Documentaires Industrielles et Techniques).

11Comme l’indique Sylvie Fayet-Scribe (2012 : 42) : « Ce texte se décompose en trois parties à peu près égales : “une technique du travail intellectuel”, “une profession distincte” et “une nécessité de notre temps”. Le style est clair, les paragraphes sont numérotés, permettant une argumentation méthodique. Il mène au terme de la lecture vers le but poursuivi : montrer que, en dehors des bibliothèques – mais aussi dans les bibliothèques – existe tout un secteur nouveau, celui d’une information spécialisée, scientifique, technique, administrative, qui s’exprime dans des périmètres limités (entreprises, associations, pouvoirs publics, parapublics,…) et dont la forme est non encyclopédique ».

Une nouvelle appréhension du document

12A la page 7 de son ouvrage, Suzanne Briet cite la définition du concept de document alors posée par l’UFOD : « toute base de connaissance fixée matériellement et susceptible d’être utilisée pour consultation, étude ou preuve ». Notant la mise en échec de cette première définition, Suzanne Briet en donne une autre, qu’elle qualifie elle-même de plus abstraite et donc de moins accessible : « tout indice concret ou symbolique, conservé ou enregistré, aux fins de représenter, de reconstituer ou de prouver un phénomène ou physique ou intellectuel ».

13Son approche empirique du document est immédiatement précisée : « Une étoile est-elle un document ? Un galet roulé par un torrent est-il un document ? Un animal vivant est-il un document ? Non. Mais sont des documents les photographies et les catalogues d’étoiles, les pierres d’un musée de minéralogie, les animaux catalogués et exposés dans un zoo ».

14La fortune scientifique de l’ouvrage de Suzanne Briet est notamment liée à l’impact sans précédent qu’occasionne l’exemple de l’antilope : « par exemple, une antilope d’une espèce nouvelle a été rencontrée en Afrique par un explorateur qui a réussi à en capturer un individu qu’il ramène en Europe pour notre Jardin des Plantes. Une information de presse fait connaître l’événement par des communiqués de journaux, de radio, par les actualités cinématographiques. La découverte fait l’objet d’une communication à l’Académie des Sciences. Un professeur du Muséum en fait état dans son enseignement. L’animal vivant est mis en cage et catalogué (jardin zoologique). Une fois mort, il sera empaillé et conservé (au Muséum). Il est prêté à une Exposition. Il passe en sonorisé au cinéma. Son cri est enregistré sur disque. La première monographie sert à établir partie d’un traité avec planches, puis une encyclopédie spéciale (zoologique), puis une encyclopédie générale. Les ouvrages sont catalogués dans une bibliothèque, après avoir été annoncés en librairie (catalogues d’éditeurs et Bibliographie de la France). Les documents sont recopiés (dessins, aquarelles, tableaux, statues, photos, films, microfilms), puis sélectionnés, analysés, décrits, traduits (productions documentaires). Les documents se rapportant à cet événement sont l’objet d’un classement idéologique (classification). Leur conservation enfin et leur utilisation sont déterminées par des techniques générales et par des méthodes valables pour l’ensemble des documents, méthodes étudiées en associations nationales et en congrès internationaux. L’antilope cataloguée est un document initial et les autres documents sont des documents seconds ou dérivés ».

15Cette seule citation témoigne à la fois de l’originalité de la pensée de Suzanne Briet pour son époque, et du caractère prémonitoire de ce qu’elle décrivait par rapport à notre monde contemporain de l’information. C’est ce qui fait dire à Ronald Day (2006) qu’elle a « anticipé la science de l’information ».

Bilan

16Deux faits sont particulièrement remarquables. Le premier, visible dans la citation ci-dessus, est qu’elle a anticipé la généralisation du concept de document bien au-delà du livre qui était son objet professionnel. Elle est la première à y inclure le cinéma, l’audiovisuel, la presse, le musée, l’exposition, le catalogue… tous supports aujourd’hui objets d’études en sciences de l’information et de la communication. Le second, et non le moindre, est qu’en 1951, lorsque Suzanne Briet écrit ce texte, l’informatisation documentaire et la diffusion sans précédent qu’elle a permis n’existent pas. On est alors très loin de l’infobésité actuelle. Pourtant, ses conceptions n’ont pas pris une ride, alors qu’elle ne pouvait pas imaginer les dispositifs techniques aujourd’hui généralisés.

17De fait, c’est le propre d’un grand esprit de figurer aux avant-gardes et de développer une pensée visionnaire.

Brenda Dervin

18Notre florilège retient ensuite l’américaine Brenda Dervin.

Biographie express

19Brenda L. Dervin est née le 20 novembre 1938. Elle obtient une licence en journalisme et en économie à Cornell University en 1960, avec une mineure en philosophie des religions. C’est la Michigan State University qui lui décerne son master en 1968 et sa thèse en communication en 1971. En 1986, elle est la première femme président de l’ICA, International Communication Association.

20Brenda Dervin est chercheur en communication et en LIS (Library and Information Sciences). Elle a exercé à la faculté de communication de l’université de Syracuse et à l’université de Washington. Elle est actuellement professeur émérite en communication à l’Ohio State University. Elle est docteur honoris causa en sciences sociales de l’université de Helsinki (2000).

Texte phare

21Au regard des critères qui sont les nôtres, le texte retenu est Neutral questioning : a new approach to the reference interview de Brenda Dervin et Patricia Dewdney paru en 1986 dans Research Quaterly, 25(4), 506-513.

22Ce texte est le sixième plus cité de l’auteur sur sa liste Google Scholar. Evidemment, il eût été préférable de commenter le chapitre d’ouvrage plus de 800 fois cité, From the mind's eye of the user : the sense-making qualitative-quantitative methodology (Dervin, 1992). Nos critères d’accessibilité nous ont néanmoins fait retenir ce texte-ci, le premier à être accessible en pdf sur la liste Google Scholar de l’auteur – cité 250 fois.

Sense-Making Model (SMM)

23L’étude porte sur la tâche d’un bibliothécaire/documentaliste placé en position d’intermédiaire entre un demandeur et le système. Il s’agit de déterminer ce que le demandeur veut vraiment savoir. L’entretien y conduisant est précisément dénommé « the reference interview ». Une première pratique courante, à questions fermées, est guidée par la recherche de la ressource répondant au besoin et balaie les items du système de stockage et ses catégories : définition de l’objet ou description bibliographique – sujet, mots-clefs, auteur, titre, format… La difficulté à déceler l’objet de la recherche de cette manière a conduit à de nombreuses approches alternatives telles que : analyse transactionnelle, théorie des rôles, écoute active… Néanmoins, ni l’approche traditionnelle, ni les approches alternatives ne tiennent compte de la nature de l’information, du comportement de recherche d’information, ou des objectifs des services informationnels.

24En réponse à cette question, le modèle que Brenda Dervin et ses collègues ont développé et affiné depuis 1976 pose que la recherche d’information survient lorsqu’une personne se trouve dans l’impossibilité de progresser dans une situation particulière sans former une sorte de « sens nouveau » à son propos. Le besoin d’information est donc en intrication avec la situation : il est par conséquent toujours unique. Mais Dervin a mis au jour des aspects universels et pertinents permettant de caractériser l’unicité. Ils sont universels en ce sens que, si leur nature particulière varie d’une situation à l’autre, ils sont génériquement présents dans toute situation de sense-making.

25Ces universaux sont isolés en considérant le « déplacement dans l’espace et le temps » qui est sous-jacent à toute recherche d’information. Les demandeurs sont stoppés dans leur déplacement – qui peut être physique ou cognitif – et souhaitent le poursuivre. Trois éléments cruciaux apparaissent dans le processus : la situation, le gap et l’usage projeté. Le gap est une absence de sens qui pose question au cours d’une situation. Le gap, purement mental, est traduit en question pendant l’entretien de référence. La réponse à la question peut être vue comme un pont au-dessus de la faille . Le troisième élément du modèle est l’usage qui sera fait de la réponse, i.e. ce que le demandeur espère pouvoir faire après avoir traversé le pont. Les trois éléments (situation, gap et usage projeté) sont séparés mais étroitement tissés dans la triangulation qu’opère SMM.

Figure 1 – Figuration des principes de la SMM

Figure 1 – Figuration des principes de la SMM

26L’approche constructiviste adoptée par la méthode conduit alors les documentalistes à tenter de découvrir la situation derrière la requête et les intentions d’usage de l’information recherchée. C’est ce que recouvre le concept de « questionnement neutre », permettant de révéler le point de vue de l’usager. Les questions fermées sont par exemple : « est-ce pour un projet ? » ou « voulez-vous des auteurs américains ou canadiens ? ». Toute question fermée inclut une catégorisation et un jugement a priori. Une question ouverte est du type : « dites m’en plus à ce sujet », ce qui libère l’usager du carcan de la question fermée et l’incite à la verbalisation. Le questionnement neutre est un sous-ensemble du questionnement ouvert, sous-tendu par la découverte du tripode situation, gap, usage projeté. Les questions seront ainsi : « Dites-moi comment ce problème est survenu », « que cherchez-vous à comprendre ? » ou « comment comptez-vous utiliser cette information ? ». Le questionnement neutre permet d’éviter le diagnostic prématuré et l’anticipation erronée. Il tente d’approcher le « récit de vie » de la personne en recherche d’information.

Bilan

27Dans l’approche de Brenda Dervin, il est clair que l’information n’a pas d’existence indépendante, mais qu’elle est plutôt un construit humain. La recherche d’information est vue comme une quête de sens liée à la situation – l’information est le nouveau sens que les gens façonnent en tentant de progresser dans les situations qui surviennent dans leur vie. Il en résulte qu’une information qui aide quelqu’un à un moment et un endroit précis n’aidera pas nécessairement une autre personne. Elle n’aidera peut-être pas non plus la même personne un peu plus tard, lorsqu’elle verra la situation sous un autre « regard » que celui qui avait conduit au questionnement initial. A ce titre, Brenda Dervin cite Donald Walker (1981) : « il est possible, bien sûr, que même si des personnes formulent des requêtes similaires, elles ne trouvent pas les mêmes ressources pertinentes. L’information n’est pas intrinsèque aux données… La valeur pour l’usager est plutôt fonction de la manière dont les données satisfont à ses besoins ».

28Encore une fois, cette façon de voir est visionnaire. Les systèmes en ligne existent déjà au moment où ce texte est écrit, mais ils restent l’apanage des experts et des professionnels. La grande démocratisation de la recherche d’information n’a pas eu lieu, les moteurs de recherche grand public n’existent pas. Le texte commenté se contente de signaler en conclusion que la démarche proposée est applicable bien au-delà du monde des bibliothèques…

Marcia Bates

29Terminons ce rapide et trop superficiel butinage avec une deuxième américaine : Marcia Bates.

Biographie express

30Marcia J. Bates est née en 1942 dans l’Indiana. Après sa licence en arts au collège Pomona à Claremont, Californie, Marcia Bates a enseigné l’anglais langue seconde à un corps de volontaires de la paix en Thaïlande pendant deux ans. Après son retour, elle s’est tournée vers la science de l’information et des bibliothèques à l’université de Berkeley, Californie. Elle y a obtenu un master en Library Science en 1967, puis un doctorat dans la même discipline en 1972.

31Elle a enseigné successivement à l’université du Maryland et à l’université de Washington à Seattle, enfin à UCLA, Université de Californie à Los Angeles. Elle y est aujourd’hui professeur émérite au Department of Information Studies, Graduate School of Education and Information Studies.

32Maintes fois distinguée – Fellow de l’American Association for the Advancement for Science ; Award of Merit de l’American Society for Information Science and Technology (2005), ASIST Research Award (1998) ; deux fois "Best Journal of ASIS Paper of the Year Award" de l’American Society for Information Science (1980) et (2000) –, c’est à ce jour l’une des chercheuses les plus productives et les plus reconnues du domaine.

Texte phare

33Actuellement, Marcia Bates est éditeur en chef de l’Encyclopedia of Library and Information Sciences, 3rd Ed., avec Mary Niles Maack comme Associate Editor.

34Elle a ainsi rédigé les deux rubriques « information » et « information behavior » de cette encyclopédie. Nous avons retenu le premier de ces deux textes, tous deux accessibles sur son site personnel. En effet, la dimension « état de l’art » de ce texte assez récent (2010) est du plus grand intérêt.

Diverses conceptions de l’information

35Marcia Bates présente dans son article une sélection de définitions représentatives du concept d’information. Elle l’introduit par un coup de projecteur sur l’importance de Shannon (1948) et Wiener (1961), en soulignant que le développement de l’ordinateur, de la télévision, des nouvelles technologies de la communication, a favorisé l’émergence d’une telle pensée (d’obédience cybernétique) de l’information.

36La première des 7 catégories, approches communicationnelles et sémiotiques, est illustrée par Madden (2000 : 348) qui définit l’information comme « un stimulus originaire d’un système qui affecte l’interprétation qu’octroie un autre système soit à la relation du second système avec le premier, soit à la relation que les deux systèmes partagent avec un environnement donné ». Madden (2004 : 9) l’a ensuite simplifiée en « un stimulus qui étend ou amende la “vue sur le monde ” de l’informé ». Puis la « différence qui crée une autre différence » de Bateson (1972 : 453) est rappelée. Brookes (1980 : 131) pose quant à lui « l’équation fondamentale » de la relation entre information et connaissance : K(S)+∆I =K(S+∆S) où la structure de la connaissance K(S) est changée en une nouvelle structure K(S+∆S) par l’information ∆I. ∆S caractérise donc l’effet de la modification. Pour Nauta (1972 : 201) : « l’information est ce qui est commun à toutes les représentations qui sont synonymes pour l’interprétant (la synonymie étant l’identité de signification) ». Ce que Losee (1997 : 256) lui-même qualifie de définition « indépendante des disciplines » est : « l’information est produite par tout type de processus et ce sont les valeurs des caractéristiques de sortie de ces processus qui forment l’information ».

37L’information comme événement est rattachée à Pratt (1977 : 215) qui dit : « l’information est l’altération de l’image du monde qui survient quand une personne reçoit un message. L’information est donc un événement ; un événement se produisant en un point unique de l’espace et du temps, pour un individu particulier ».

38La catégorie des définitions propositionnelles de l’information s’ouvre avec celle de Derr (1985 : 491) : « l’information est une représentation abstraite et signifiante des déterminations qui ont été attribuées à un objet. Une détermination est un jugement sur ce qui est en cause ». Il ajoute 5 conditions nécessaires qui, ensemble, sont suffisantes pour qu’une proposition soit vraie. Il est découle 4 propriétés de l’information : elle est communicable, informante, elle permet l’encapacitation (on peut fonder une action sur l’information reçue), et elle est quantitative (l’information varie en quantité). Dretske (1981 : 45) affirme de son côté : « l’information est ce qui est capable d’apporter une connaissance, et comme la connaissance requiert la vérité, l’information la requiert aussi ». Dans la même veine, Fox (1983 : 203) formule : « l’information contenue dans un ensemble de phrases dans un contexte particulier est la proposition p telle que, premièrement, p est la proposition agglomérée exprimée par l’ensemble des phrases dans ce contexte particulier, et deuxièmement, l’agent de ce contexte est en position de savoir que p ».

39Thompson (1968 : 306) pose une définition structurale : « les données sont pour le scientifique comme les couleurs sur la palette du peintre. C’est par l’art de ses théories que nous sommes informés. C’est l’organisation qui est l’information ». Nous verrons que ce type d’approche structurale est repris plus loin.

40Deux auteurs sont référencés dans la catégorie des approches sociales. Cornelius (1996 : 19) argumente que « l’information ne peut pas être vue comme une entité objective indépendante, extraite en tant que partie d’un “monde réel”, mais c’est un artefact humain, construit et reconstruit dans des situations sociales. Chaque bit d’information est seulement information quand il est compris à l’intérieur de son propre emballage culturel qui nous permet de l’interpréter ». Dans le même esprit, Goguen (1997 : 32) écrit une année plus tard : « Un item d’information est l’interprétation d’une configuration de signes dont les membres d’un groupe social sont comptables ». Il indique que dans son acception du terme, l’information est située, locale, émergente, contingente, incorporée, vague et ouverte.

41Après un interlude consacré à la théorie des trois mondes de Popper (1979), Marcia Bates termine avec les définitions dites multi-types. Celle de MacKay (1969 : 160) postule que « l’information est ce qui détermine la forme », et plus loin (1969 : 163) « ce qui s’ajoute à une représentation ». Brenda Dervin (1977 : 22-23) distingue une formulation de l’information en trois niveaux : « l’information 1 réfère à une réalité extérieure ; l’information 2 renvoie à une réalité interne. A la fois la sélection et l’usage de l’information 1 par l’individu et la création qu’il opère de l’information 2 résultent d’une sorte de comportement. Ces comportements eux-mêmes composent une entrée informationnelle légitime : l’information 3 ». Buckland (1991 : 351) de son côté introduit un découpage différent. Selon lui, les trois types sont : 1) l’information comme processus, 2) l’information comme connaissance, 3) l’information comme chose. Cette sixième catégorie générique s’achève avec les travaux de Marcia Bates (2005 ; 2006) elle-même, qui reprend et étend une approche structurale puisqu’elle définit l’information comme « un pattern d’organisation de matière et d’énergie ». Nous avons déjà commenté l’approche par patterns de Bates à plusieurs reprises, par exemple dans (Leleu-Merviel & Useille, 2008), (Leleu-Merviel, 2010) et (Leleu-Merviel, 2014). Sur cette base, nous avons aussi introduit l’idée d’une force qui « tient ensemble » les données au sein d’un pattern, force que nous avons nommée « liction » (Leleu-Merviel, 2005 ; 2014).

42Après un deuxième interlude consacré au continuum data-infomation-knowledge, wisdom (DIKW), la dernière catégorie est consacrée aux déconstructions de l’information dont Day (2001), Frohmann (2004) et Furner (2004) se font les promoteurs.

Bilan

43L’état de l’art effectué par Marcia Bates est évidemment essentiel. On peut lui reprocher d’être presque exclusivement centré sur la production anglo-saxonne. Si sont cités par exemple Capurro et Hjørland (2003), Brier (1998) ou Floridi (2002), ce n’est qu’au détour de l’argumentaire, et aucun d’entre eux n’est « tête de file ». Bien entendu, aucun auteur français ne figure dans ce répertoire.

44Pourtant, les travaux français actuels continuent ceux de Briet, et il est notable que les femmes y figurent en bonne place. Outre Sylvie Fayet-Scribe déjà citée au premier paragraphe de cet article, on peut relever parmi d’autres Dispositifs info-communicationnels, questions de médiations documentaires de Viviane Couzinet (2009), Le cahier et l’écran, culture informationnelle et premiers apprentissages documentaires d’Annette Béguin-Verbrugge et Susan Kovacs (2011), L’accès à l’information en ligne : moteurs, dispositifs et médiations de Brigitte Simonnot (2012), L’organisation des connaissances, dynamisme et stabilité de Widad Mustafa El Hadi (2012) ou encore La science de l’information : origines, théories et paradigmes de Fidélia Ibekwe-SanJuan (2012) – la liste n’est pas close, elle n’est qu’indicative et celles que je n’ai pas mentionnées voudront bien me pardonner. Toutes ces chercheuses talentueuses sont françaises. Les plus jeunes garantissent en outre que la relève est assurée. Elles poursuivent le fil commencé avec Suzanne Briet, dont elles sont les dignes héritières.

Conclusion

45Le monde contemporain de l’information est totalement bouleversé par les technologies. Comme le notait déjà Suzanne Briet en 1951 : « Un épais dossier se glisse microfilmé dans une poche de veston…, une bibliothèque entière est enfermée dans un sac à main. La quête scientifique s’étend aux unités documentaires de toute espèce, documents iconographiques, métalliques, monumentaux, mégalithes, photographiques, radiotélévisés ».

46Il est troublant de constater que des chercheurs visionnaires ont su poser les concepts et approches qui régissent encore les travaux en cours, alors qu’ils ignoraient tout des outils aujourd’hui massivement employés. Il est réjouissant de voir que la gent féminine y a tenu et y tient encore une place indéniable, et que le chercheur au féminin existe bel et bien dans ce domaine.

Haut de page

Bibliographie

BATES, M. (2005). Information and knowledge : an evolutionary framework for information science, Information Research 10(4) paper 239 [Accessible en ligne à : http://InformationR.net/ir/10-4/paper239.html ].

BATES, M. (2006). Fundamental Forms of Informations, Journal of the American Society for Information Science 57(8) :1033-1045.

BATES, M. J. (2010). "Information." In Encyclopedia of Library and Information Sciences, 3rd Ed. ; Bates, Marcia J. ; Maack, Mary Niles, Eds. New York : CRC Press, vol. 3, pp. 2347-2360. [Available at http://www.gseis.ucla.edu/faculty/bates/articles/information.html ].

BATESON, G. (1972). Steps to an ecology of mind. Chicago : University of Chicago Press, 2000. First edition, 1972.

BEGUIN-VERBRUGGE, A. & KOVACS, S. (2011). Le cahier et l’écran, culture informationnelle et premiers apprentissages documentaires. Paris/Londres : Lavoisier/ Hermès.

BRIER, S. (1998). Cybersemiotics : A transdisciplinary framework for information studies. BioSystems 46(1-2), 185-191.

BRIET, S. (1951). Qu’est-ce que la documentation ? Paris, Editions EDIT.

[Accessible en ligne à : http://martinetl.free.fr/suzannebriet/questcequeladocumentation/briet.pdf ].

BROOKES, B.C. (1980). The foundations of information science. Part I. Philosophical aspects. Journal of information science 2(3-4), 125-133.

BUCKLAND, M.K. (1991). Information as thing, Journal of the American Society for Information Science 42(5), 351-360.

CAPURRO, R. & HJØRLAND, B. (2003). The concept of information, Annual Review of Information Science and Technology 37(8), 343-411 [available at http://www.capurro.de/infoconcept.html].

CORNELIUS, I. (1996). Information and interpretation. Integration in Perspective, Proceedings of CoLIS 2, Second International Conference on Conceptions of Library and Information Science, 11-21.

COUZINET, V. (2009). Dispositifs info-communicationnels, questions de médiations documentaires. Paris/Londres : Lavoisier/ Hermès.

DAY, R.E. (2001). The Modern Invention of Information. Carbondale (IL) : Southern Illinois University Press.

DAY, R.E. (2006). Suzanne Briet : An Appreciation, ASIST Bulletin December 2006/January 2007 [available at http://www.asis.org/Bulletin/Dec-06/day.html ].

DERR, R.L. (1985). The concept of information in ordinary discourse, Information Processing and Management 21(6), 489-499.

DERVIN, B. (1977). Useful theory for librarianship : Communication not information, Drexel Library Quaterly 13(3), 16-32.

DERVIN, B. (1992). From the mind's eye of the user : the sense-making qualitative-quantitative methodology, in Qualitative Research for Information Management. J.D. Glazier and R.R. Powell (Eds.). Libraries Unlimited, pp. 61-84.

DERVIN, B. & DEWDNEY, P. (1986). Neutral questioning : A new approach to the reference interview, Research Quaterly 25(4), 506-513 [available at http://www.personal.psu.edu/jmd394/saw4/infoseek/infoseekingneutralquestioning.pdf ].

DRETSKE, F.I. (1981). Knowledge and the Flow of Information. Cambridge (MA) : MIT Press.

FAYET-SCRIBE, S. (2012). Connaissez-vous Suzanne Briet ? BBF Bulletin des Bibliothèques de France 57(1), 40-44 [available at http://bbf.enssib.fr/ ].

FLORIDI, L. (2002). What is the philosophy of Information, Metaphilosophy 33(1-2), 123-145.

FOX, C.J. ( 1983). Information and Misinformation : An Investigation of the Notions of Information, Misinformation, Informing and Misinforming. Westport (CT) : Greenwood Press.

FROHMANN, B. (2004). Deflating Information : From Science Studies to Documentation. Toronto : Toronto University Press.

FURNER, J. (2004). Information studies without information. Library Trends 52(3), 427-446.

GOGUEN, J.A. (1997). Towards a social, ethical theory of information, in Social Science Research, Technical Systems, and Cooperative Work : Beyond the Great Divide G. Bowker, L. Gasser, L. Star and W. Turner (Eds.). Lawrence Erlbaum Associates : Mahwah (NJ), pp. 27-56.

IBEKWE-SANJUAN, F. (2012). La science de l’information : origines, théories et paradigmes, Paris/Londres : Lavoisier/Hermès.

LELEU-MERVIEL, S. (2005). « La structure du Aha : de la fulgurance comme une percolation », in Hypertextes, hypermédias. Créer, jouer, échanger : expériences en réseau. I. Saleh et J. Clément (Eds.). Paris/Londres, Lavoisier/Hermès Science Publishing, pp. 59-76.

LELEU-MERVIEL, S. (2010). Le sens aux interstices, émergence de reliances complexes. Complexité’2010, 2ème colloque international francophone sur la complexité. [available at http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00526508]

LELEU-MERVIEL, S. (2014). Visual information construing. Bistability as a revealer of mediating patterns. In F. Ibekwe-SanJuan et T. Dousa (Eds), Theories of information, communication and knowledge. A multidisciplinary approach. Heidelberg : Springer-Verlag, pp. 237-265.

LELEU-MERVIEL, S. & USEILLE, P. (2008). Quelques révisions du concept d’information. In F. Papy (Ed) Problématiques émergentes dans les sciences de l’information. Londres/Paris : Hermès/Lavoisier, pp. 25-56.

LOSEE, R.M. (1997). A discipline independant definition of information, JASIST 48(3), 254-269.

MAACK, M. N. (2004). The lady and the antelope : Suzanne Briet’s contribution to the French Documentation movement. Library Trends, 53, 719-747. Pre-press version retrieved February 27, 2013 from www.gseis.ucla.edu/faculty/maack/BrietPrePress.htm.

MACKAY, D.M. (1969). Information, Mechanism, and Meaning. Cambridge : MIT Press.

MADDEN, A.D. (2000). A definition of information. Aslib Proceedings 52(9), 343-349.

MADDEN, A.D. (2004). Evolution and information. Journal of documentation 60(1), 9-23.

MUGUR-SCHACHTER, M. (2006). Sur le tissage des connaissances. Paris/Londres : Lavoisier/Hermès.

MUSTAFA EL HADI, W. (2012). L’organisation des connaissances, dynamisme et stabilité. Paris/Londres : Lavoisier/Hermès.

NAUTA, D. (1972). The meaning of information. The Hague : Mouton.

POPPER, K.R. (1979). Objective Knowledge : An Evolutionary Approach. Oxford : Clarendon Press.

PRATT, A.D. (1977). The information of the image : A model of the communications process, Libri 27(3), 204-220.

SHANNON, C.E. (1948). A Mathematical Theory of Communication. The Bell System Technical Journal 27, 379-423. [available at : http://cm.bell-labs.com/cm/ms/what/shannonday/shannon1948.pdf].

SIMONNOT, B. (2012). L’accès à l’information en ligne : moteurs, dispositifs et médiations. Paris/Londres : Lavoisier/Hermès.

THOMPSON, F.B. (1968). The organization is the information, American Documentation 19(3), 305-308.

WALKER, D. (1981). The Organization and Use of Information : Contributions of Information Science, Computational Linguistics, and Artificial Intelligence. Journal of the American Society for Information Sciences, 32 :356.

WIENER, N. (1961). Cybernetics : Or Control and Communication in the Animal and the Machine. Cambridge : MIT Press (2nd edition).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Figuration des principes de la SMM
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/898/img-1.png
Fichier image/png, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Leleu-Merviel, « Figures féminines des sciences de l’information et de la documentation », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rfsic.revues.org/898 ; DOI : 10.4000/rfsic.898

Haut de page

Auteur

Sylvie Leleu-Merviel

Sylvie Leleu-Merviel est Professeur en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, où elle dirige DREAM, L’école de la télévision et des médias numériques et le Laboratoire DeVisu (Design Visuel et Urbain). Ses travaux portent sur l’ingénierie du document, l’intelligence informationnelle et le « faire-sens » humain, avec deux terrains applicatifs : les nouvelles écritures, notamment audiovisuelles et en médias numériques, et le concept d’information en contexte de décision pour l’action. Courriel : sylvie.merviel@univ-valenciennes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page