Navigation – Plan du site
Dossier : Recherches au féminin en Sciences de l’Information et de la Communication

Chercheures et recherches au féminin : point d’étape, repérage et contributions en Sciences de l’Information et de la Communication

Françoise Bernard et Catherine Loneux

Résumés

Le texte propose une réflexion large et ouverte, à la fois diachronique et synchronique, qui situe l’intérêt que certaines chercheures portent depuis peu en Sciences de l’Information et de la Communication à la question du genre dans trois grandes dimensions, celle de l’analyse institutionnelle, celle des productions scientifiques consacrées au genre, et celle de l’implication et de la contribution des femmes aux activités de la recherche en SIC.

Haut de page

Texte intégral

Oui, nous entendons déjà les voix des détracteurs, d’aucuns ont déjà déclaré ou déclareront : « dossier aux contours scientifiques indéterminés, dossier trop engagé, thème secondaire, etc. ». Face à de telles objections, nous ne pouvons nous empêcher de penser que dès lors que le mot femme est prononcé, le présupposé – ou le soupçon – de frivolité est présent dans les inconscients, y compris dans les inconscients académiques, rejoignant ainsi une observation faite dès les années 1960 par Edgar Morin et rappelée dans le texte que nous citions au tout début de notre réflexion (Fleury-Vilatte et Walter, 2005). Ces objections montrent aussi combien les problématiques du care1déjà citées (Laugier, Molinier et Paperman, 2009) sont pertinentes en milieu académique, lorsqu’elles renvoient aussi à l’étude des situations qui font que certains acteurs sont en position de décider de ce qui compte, que d’autres sont en situation de contester ces décisions et enfin que d’autres acteurs encore sont oubliés des textes et récits officiels qui retiennent principalement ceux qui ont remporté les victoires, dans certains cas peu glorieuses, de la réputation, de la « paternité » des travaux et de la visibilité.

À tous ceux qui sont tentés par un jugement normatif, contre-normatif, nous répondons que ce dossier, modeste contribution certes à une thématique plus fortement défendue dans d’autres disciplines et depuis plus longtemps, annonce d’autres contributions et sera suivi par d’autres initiatives de recherche. Pour cette étape, nous remercions chaleureusement les directeurs de la RFSIC, Gino Gramaccia qui a fait preuve d’une détermination et d’un soutien sans faille à ce projet éditorial et Christian Le Moënne pour son aide ; nous remercions les auteures qui ont accepté d’apporter leur contribution et leur compétence scientifiques. Nous souhaitons que ce dossier provoque des échanges et dialogues riches, féconds et respectueux entre chercheurs des deux rives genrées : la masculine et la féminine, mais aussi sur chacune des deux rives.

  • 2 Nunès. E. 21.02.2011 à 10h23 « Cantonales : où sont les femmes ? », Le Monde.fr
  • 3 L’auteur ayant reconnu le rôle de sa femme dans l’écriture de l’ouvrage intiutlé : De l'assujettiss (...)

1L’actualité montre régulièrement que, dans les professions scientifiques, intellectuelles et artistiques, la place des femmes n’est pas stabilisée ni acquise. Début 2014, l’annonce du choix de la cinéaste Jane Campion, réalisatrice néo-zélandaise, comme prochaine présidente du festival international du film de Cannes est l’occasion de rappeler qu’elle a été la seule femme à se voir attribuer la Palme d’Or en 1993 pour le film La Leçon de piano en 67 années d’existence de ce très emblématique festival sur la scène internationale. Depuis 1901, 44 femmes et 795 hommes ont obtenu le Prix Nobel. Dans le milieu de la littérature, en France, deux femmes sont actuellement membres de l’Académie Goncourt qui comporte dix membres. On pourrait poursuivre cet inventaire à la Prévert en l’élargissant, par exemple en soulignant que, en 2012, seulement 26,9 % des femmes sont élues députées à l’Assemblée Nationale, plaçant la France au 58e rang mondial entre le Venezuela et le Nicaragua. 13 % de femmes siègent dans les Conseils Généraux ; sur les 101 conseils généraux que compte la France, seulement 6 sont présidés par une femme2. Les éléments convergent pour montrer que chiffres et statistiques soulignent que l’assujettissement du féminin est toujours d’actualité un siècle et demi après la dénonciation de cette situation par le philosophe libéral John Stuart Mill (1869)3. La domination masculine (Bourdieu, 1998) peut se mesurer dans l’ensemble des activités humaines et au cœur même des activités artistiques, intellectuelles et scientifiques. Si la performativité des chiffres et des statistiques est puissante, elle ne permet pas à elle seule de comprendre la permanence d’une domination ni d’identifier subtilement les méandres et interstices où se forgent les logiques et processus d’un pouvoir genré naturalisé et institué de toute part, y compris chez et pour les femmes. Pour aller plus loin dans cette compréhension, il est pertinent de se tourner vers l’institution où sont produits les savoirs : l’université.

  • 4 Charte pour l’égalité - Observatoire de Paris -Ministre des Droits des femmes- discours de Najat Va (...)

2On peut d’abord se demander tout simplement si les Universités, en France, sont des institutions pilotes dans le domaine de l’égalité des droits entre les hommes et les femmes et si les chercheurs, dans l’ensemble des disciplines, apportent une contribution scientifique significative aux études consacrées au genre. Du point de vue d’une analyse institutionnelle, sur le terrain, la situation n’est pas particulièrement brillante : 8 % à peine sont aux postes de direction des universités qui est sur ce critère la dernière du classement en Europe ; seules 23 % des professeurs des universités sont des femmes ; 27 % de femmes seulement siègent dans les conseils centraux des universités ; la place des femmes aux postes de direction a même reculé de moitié entre 2008 et 20124. Face à de telles inerties et au constat du phénomène plafond de verre, depuis 2013 l’impulsion vient d’en haut, dans une perspective top down. La nouvelle loi pour l’enseignement supérieur et la recherche (22/7/2013) prévoit désormais l'inscription de la parité dans les instances de gouvernance des universités et autres établissements d'enseignement supérieur.

  • 5 La parité introduite en 2000 dans le cadre législatif français est une approche débattue dans les t (...)

3« L’égalité des femmes et des hommes est un droit fondamental pour toutes et tous, et constitue une valeur capitale pour la démocratie. Afin d’être pleinement accompli, ce droit ne doit pas être seulement reconnu légalement mais il doit être effectivement exercé et concerner tous les aspects de la vie : politiques, économiques, sociaux et culturels », ainsi commence le préambule de la Charte cosignée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et le Ministère du Droit des Femmes, publiée en janvier 2013. Cette Charte a reçu l’appui de la Conférence des Présidents d’Universités (CPU), de la Conférence des Grandes Ecoles d’Ingénieurs (CDEFI), et la Conférence des Grandes Ecoles (CGE), qui s’engagent explicitement sur l’égalité Femmes/Hommes, et réaffirment ici leur volonté de mettre en œuvre une politique commune dans ce domaine. Les déclarations officielles sont intéressantes, nécessaires et en partie constitutives de mutations culturelles, présentes dans l’arène médiatique elles contribuent à l’institutionnalisation de nouvelles normes et valeurs, mais elles ne sont pas suffisantes dès lors que l’on s’intéresse aux changements en actes. Les actions menées sur les terrains professionnels sont également essentielles pour ouvrir des dynamiques pour l’égalité des droits, il est important que ces actions soient couplées à une présence et une visibilité dans les espaces publics. Le cadre juridique est devenu favorable à la lutte contre les discriminations et à la parité5, il reste à observer comment le terrain va investir ces enjeux.

4À notre manière, nous souhaitons participer à ce mouvement de mise en visibilité du fait que les femmes oeuvrent, sur le terrain du travail, à la reconnaissance concrète et effective de l’égalité des droits et des chances au travail, et, qu’elles sont aussi des chercheures actives et prolifiques comme en témoigne le dossier.

  • 6 Chercheure ou chercheuse, comment mettre au féminin des noms établis par et pour le genre masculin  (...)
  • 7 Cf. : Maruani, M. (2005). Femmes, genre et sociétés. L’état des savoirs. Paris : La Découverte.
  • 8 Gardey D., 2004. Enjeux des recherches sur le genre et le sexe, Rapport de conjoncture, 181-209.

5Dans le champ des Sciences humaines et sociales (SHS), les problématiques du genre ont été développées à partir des années 1970, de manière inégale selon les pays et les disciplines. En France, de manière générale, la recherche est conduite et animée, dans un ensemble de disciplines, par des chercheures reconnues. L’hésitation quant à l’usage du terme adéquat - « chercheure » ou « chercheuse »- pose la question de la « visibilité linguistique des femmes dans la société » (Lenoble-Pinson, 2006)6, et pour les métiers qualifiés, souvent pensés et formés linguistiquement au masculin, cette simple remarque portant sur le terme adéquat nous entraîne du côté de la question du genre. Bien souvent, lorsque l’on parle de femmes dans le domaine de la recherche, on pense en effet immédiatement aux études de genre. La question du genre est une question pertinente à la fois du point de vue de l’analyse sociologique de la recherche mais aussi du point de vue de l’analyse des contenus de recherche7. Il y a une dizaine d’années, Delphine Gardey (2004)8 soulignait que trois disciplines avaient été pionnières autour des études de genre dans le champ des SHS en France : l’histoire, la sociologie, l’anthropologie. Il est intéressant pour nous de comprendre comment les disciplines ont investi, plus ou moins tardivement et différemment, les enjeux et thématiques liés au genre. Notre propos est concis et nécessiterait une analyse comparée plus développée, cependant nous souhaitons, dans le cadre de ce dossier, proposer quelques points de repère.

  • 9 Sur ce point, cf. : Tikhonov Sigrist, N. « Les femmes et l’université en France, 1860-1914 », Histo (...)
  • 10 CLIO. Histoire, Femmes et Sociétés, revue spécialisée en histoire des femmes créée en 1995.

6Les historiennes ont montré que l’histoire de la présence des femmes à l’Université a commencé dans la deuxième moitié du xixe siècle, en 1900 10 % des effectifs étudiants universitaires étaient des femmes9. Elles constatent, après la seconde guerre mondiale, une forme de stagnation dans la proportion des hommes et des femmes, ce que l’on a appelé l’effet plafond de verre. A la fin du xxe siècle, en 1995 plus précisément, les historiennes ont fondé leur revue10 consacrée au Genre.

  • 11 Delphy, C., Molinier, P., Clair, I. & Rui, S., « Genre à la française ? ». Sociologie [En ligne], N (...)

7Les philosophes, sociologues et psychologues apportent une contribution forte à la problématisation des thèmes genrés, notamment en identifiant, définissant certaines notions et en discutant leur portée essentialiste dans l’acception : qui renverrait à des spécificités « féminines » ; par exemple le débat sur la portée éthique et politique de la notion de care - définie comme souci des autres, sensibilité aux autres, sollicitude - (Paperman et Laugier, 2005) est emblématique des questions et problématiques saillantes. Ces travaux soulignent aussi en quoi les traductions de notions venant de l’Ouest ne sont pas toujours satisfaisantes11.

8Dans le champ de la psychologie sociale, Pascale Molinier rappelle que les critiques portées à Freud par les féministes ne rendent pas justice à celui-ci sur un point, celui de ses travaux révélant l’origine sexuelle de l’hystérie et qui ont fortement contribué à libérer la sexualité féminine. Par la suite, les travaux en psychologie sociale (Molinier, 2003) ont montré que nombre de névroses et de troubles naissent de la disjonction entre d’une part les rôles sociaux de la femme -mère, épouse, femme active- et, d’autre part, l’économie libidinale -désir et libido féminines-. Par ailleurs tout en regrettant que le thème du travail des femmes soit assez peu exploré en psychologie, elle souligne combien le travail des femmes est résolutoire vis-à-vis d’un mal être identitaire et social en leur permettant d’accéder aux domaines de la sublimation (Molinier, 2006).

9Dans le champ de la géographie sociale, Raymonde Séchet (Séchet, 2012) évoque quelques pistes pour expliquer l’entrée tardive de ces thématiques en géographie sociale. Dans la mesure où, dans le champ des SIC, Marlène Coulomb-Gully (2009) propose de mettre en parallèle ces deux disciplines - SIC et géographie sociale- pour comprendre l’introduction tardive des gender studies en SIC, il nous semble particulièrement pertinent de nous arrêter brièvement sur les analyses proposées par nos consoeurs géographes. Pour les deux disciplines, les orientations « études sur le genre » se sont développées assez tardivement. Selon Raymonde Séchet, la pensée marxiste dominait dans les approches de recherche des années 1970 et inspirait fortement les travaux portant sur les inégalités entre les hommes et les femmes dans la société : ces questions étaient toujours abordées du point de vue des inégalités liées aux positions sociales. Elles n’étaient pas étudiées du point de vue des pratiques sociales et spatiales, ou encore de la dimension « vécue » de l’espace, entrées théoriques possibles qui n’ont émergé dans cette discipline qu’à partir des années 1990, s’éloignant ainsi de la naturalisation des rôles sexués, selon une approche andro centrée. « Dans la géographie française des années 1980, les questionnements sous un autre angle que celui des inégalités socio-économiques, ont été suspectés de porter atteinte aux problématiques de classe » (Séchet, 2012,104). Le tournant vers l’acceptation du genre s’est confirmé dans les années 2000 et a provoqué des effets épistémologiques, dans les travaux des géographes sociaux. Cette ouverture a produit en quelque sorte un changement paradigmatique accompagné d’une production scientifique très riche, incluant pour l’analyse les expériences personnelles et subjectives des espaces et des lieux, une approche plus micro sociale que macro sociale des espaces qui deviennent alors « espaces vécus », ou encore, l’approche des usages des espaces publics vus comme cadres de production de normes sociales et de construction des identités. A cet égard, les travaux importants de Jacqueline Coutras montrent que les présupposés sexués étaient à la base des grandes divisions organisatrices de la ville et que l’urbanisme des années 1970 avait été pensé selon une orientation patriarcale, excluant les femmes. L’objectif de cette chercheure est en partie de montrer le décalage qui existe entre réalités des pratiques de territoires urbains et représentations des « devoirs » différents attribués au féminin et au masculin. Selon Raymonde Séchet, ce décalage persiste ; elle reprend à ce sujet l’expression de Jean-Louis Boorlo, ministre de la Ville qui, en 2002, dans un exercice de communication politique, parlait de « cocons pour les mamans » lorsqu’il évoquait les orientations et grands principes de construction et de rénovation de logements sociaux à l’époque (Séchet, 2012,105).

  • 12 Entretien réalisé par Aliocha Wald Lasowski : Françoise Héritier « Rien de ce qui nous paraît natur (...)

10Dans un autre champ, celui de l’anthropologie, Françoise Héritier déclarait récemment dans un quotidien national en ligne : « C’est une leçon dérangeante de l’anthropologie : tout est affaire de combinatoires, effectuées par l’humanité au cours de son histoire. Autant de figures possibles, potentielles et pensables, dont certaines ont été réalisées. Celles qui ordonnent l’idée du masculin et du féminin en font partie. Il existe bien d’autres figures, qui n’ont pas encore été pensées par l’humanité. Dans quelques siècles, peut-être… Il faut du temps pour passer du possible au pensable »12. Ce regard anthropologique situe en creux un des apports possibles des SIC, à savoir analyser d’un point de vue médiologique l’émergence, le développement et l’organisation de ces combinatoires.

11Dans le champ des SIC, le gender turn opéré par la plupart des disciplines universitaires dès les années 1970, a été plus tardif. Marlène Coulomb-Gully (2009) formule des hypothèses qui permettent d’interpréter ce retard : la gémellité des études de genre et des SIC risquait de fonctionner, nous dit-elle, comme un repoussoir pour une discipline émergente qui était à cette époque en quête de reconnaissance institutionnelle. De plus, la tradition marxiste qui marque alors l’université française conduit à une certaine méfiance vis-à-vis de ce qui peut venir des Etats-Unis ; enfin, la tradition critique ne s’accorde pas spontanément avec les approches empiriques adoptées par les travaux sur le genre.

12Le temps a passé et depuis quelques années seulement, en SIC, on observe que les travaux consacrés au Genre émergent et prennent de l’épaisseur. Nous notons l’apport et le rôle de revues et tout particulièrement de la revue Questions de communication. Dans leur introduction au dossier intitulé « Espaces politiques au féminin », publié par cette revue, Béatrice Fleury-Vilatte et Jacques Walter soulignaient en 2005 : « En faisant actuellement leur entrée dans les sciences de l’information et de la communication (SIC), les études sur le genre prennent en charge des préoccupations présentes ailleurs depuis plus longtemps, notamment en histoire, en sociologie, en ethnologie, en anthropologie (voir MEI, 2004 ; Réseaux, 2003) ».

  • 13 Fleury, B. & Walter, J., « Penser le genre en sciences de l’information et de la communication et a (...)

13En 2009, ces deux auteurs (Fleury et Walter) questionnaient à nouveau « la discrétion des sciences de l’information et de la communication en la matière » dans la partie introductive de la rubrique Echanges intitulée : « Penser le genre en sciences de l’information et de la communication et au-delà »13. Des chercheures, encore peu nombreuses il est vrai, donc pionnières à l’échelle de la discipline, travaillent désormais sur ces questions en traçant des sillons et en inscrivant leurs études dans la perspective d’un temps long (notamment : Bertini, 2002, 2009 ; Bonnafous et Coulomb-Gully, 2007 ; Coulomb-Gully, 2009 ; Biscarrat, 2011 ; Julliard , 2012 ; Espineira, 2012) en se centrant bien souvent sur la question de la construction du genre par les médias et la presse, s’inscrivant ainsi dans la continuité des travaux développés par ailleurs en France et aux Etats-Unis depuis 50 ans.

14Ainsi donc, si en SIC la question du genre ne resta jusqu’aux années 1990-2000 qu’un implicite, force est de constater que cela a été le cas également dans de nombreuses autres pratiques professionnelles et sociales de l’information et de la communication. Ce statut d’implicite donne à penser, à tort, que la question ne se poserait pas, ou plus, dans des activités, comme celles de la communication, nées et organisées au xxe siècle dans le foisonnement et les imbrications des révolutions culturelles, sociopolitiques, technologiques et épistémiques qui ont aussi marqué le siècle dernier. A contrario, prendre en compte la question du genre oriente le regard en mettant en lumière certains angles morts dans les analyses dominantes et plus encore conduit à une relecture radicale de certains points de vue scientifiques et des résultats de recherche qui semblent par ailleurs les mieux établis.

  • 14 Fraser, N. (2003). Repenser l’espace public : une contribution à la critique de la démocratie réell (...)
  • 15 On signale la parution récente de : Heller T., Huët R. & Vidaillet B. (éds). (2013). Communication (...)

15Sur la scène internationale, d’autres chercheures font entendre des points de vue qui revisitent, dans certains cas, des notions canoniques de la communication, nous prendrons l’exemple de la notion d’espace public. Dans un article célèbre (1997, 2003 version française), Nancy Fraser questionne certains des présupposés d’Habermas notamment ceux d’ouverture et d’accessibilité à tous de l’espace public. Elle souligne que si Habermas considère que « le modèle libéral de l’espace public bourgeois » est tombé en désuétude, il ne propose pas pour autant d’hypothèses ni de pistes pour l’analyse de ce qui suit. Nancy Fraser, quant à elle, dénonce une « conception post-bourgeoise de l’espace public » et forge la notion de « contre-publics subalternes » qui renvoie à des pratiques concrètes de publicité permettant « de compenser en partie les privilèges de participation injustes dont bénéficient les membres des groupes sociaux dominants » (2003, 120)14, c’est le cas d’un ensemble d’activités éditoriales, médiatiques et culturelles des féministes américaines au xxe siècle. Cette auteure nous montre une voie essentielle : les études genrées conduisent à questionner les notions apparemment les mieux établies et à les faire évoluer de manière plus satisfaisante du point de vue de leur portée critique mais aussi de leur dimension heuristique. Cette voie exigeante est ambitieuse et fondatrice. Bien sûr, l’Europe et la France ne sont pas les Etats-Unis, les héritages académiques et les traditions de recherche sont différents, de plus, les SIC n’occupent pas une position centrale dans la théorie critique15.

16Dans ce dossier, en réunissant des travaux de chercheures, nous avons privilégié une double approche. D’abord, bien sûr présenter des travaux consacrés au genre, mais aussi, plus généralement nous avons choisi de valoriser la recherche au féminin telle qu’elle se développe dans tous les courants et les domaines des SIC. C’est parce que nous avons voulu que la contribution des femmes à la recherche en SIC soit rassemblée mais aussi mieux connue, reconnue et valorisée dans sa diversité et sa richesse que nous avons souhaité proposer un premier Dossier où seules les femmes sont auteures.

  • 16 Moser A. (2007). « Genre et mesures du changement : où en est-on ? », Genre et Développement, 19.

17Notre point de vue n’est pas essentialiste, dans le sens où nous n’affirmons pas qu’il y aurait une spécificité de la recherche au féminin, un peu comme on parle dans une certaine littérature marquée par plusieurs stéréotypes de la spécificité supposée des femmes en politique ou en management. Nous ne considérons pas non plus que seule la question du genre est une spécificité de recherche féminine. Notre projet n’est pas non plus de fournir, comme on le voit souvent aujourd’hui à l’université, des données statistiques « sexuées » sur la place des femmes dans la recherche et dans l’enseignement supérieur, en avançant l’idée que « ce qui a été mesuré a plus de chance d’être traité » (Moser, 2007)16, et que l’intégration du « genre » dans tout type de publication scientifique est indispensable si l’on veut s’attaquer réellement aux inégalités entre les hommes et les femmes, parce que c’est ce qui permet de mettre en évidence ces inégalités. Nous souhaitons ici montrer que les femmes apportent une contribution forte et soutenue à la recherche en SIC à la fois en développant des travaux consacrés aux problématiques du genre, aux figures féminines des activités de la recherche, mais aussi plus amplement en produisant des analyses et des publications structurantes dans tous les domaines de la recherche en SIC, indépendamment des gender studies.

18Pour d’aucuns, il s’agira d’un point de vue et d’un propos banals car il est vrai que dans le champ des Sciences de l’Information et de la Communication en France, la recherche est conduite et animée par de nombreuses chercheures.

19Pour d’autres, il s’agira d’une contribution à la reconnaissance d’un statut d’égalité entre genres. Et ce dernier point n’est pas secondaire lorsque l’on regarde certaines données plus institutionnelles en SIC, par exemple la proportion de femmes rang A (une minorité) comparée au nombre de femmes rang B (une majorité), ou si on a à l’esprit qu’il a fallu attendre 2009 pour qu’une femme soit enfin promue classe exceptionnelle par la voie nationale de la section 71 du CNU, ou enfin que la présidence de cette même section du CNU n’a été exercée qu’une fois par une femme, section qui existe depuis plus de quarante ans.

20Donner la parole à des chercheures confirmées en SIC, c’est au bout du compte explorer l’ensemble des domaines de recherche de notre discipline comme en témoigne le sommaire de ce numéro 4, c’est aussi montrer combien cette discipline s’inscrit dans les enjeux cruciaux de société du présent tout en apportant des éclairages pertinents sur l’histoire et le temps long qui permettent de mieux comprendre l’épaisseur culturelle et communicationnelle des relations Femmes/ Hommes dans les sociétés.

21Dans un premier chapitre – Travaux consacrés au genre en SIC : regards pluriels et questions vives – sont réunies quatre contributions abordant des questions vives de la recherche au féminin et des travaux consacrés au genre.

22Dans le champ des SHS, la question du genre a une portée heuristique qui déborde largement les objets d’études consacrés au genre (Marlène Coulomb-Gully). La prise en compte de cette question par les chercheurs déplace le regard et plus largement dérange les habitus de recherche les plus établis, en invitant à un travail de réflexivité, de questionnement portant sur certains des présupposés actifs et inconscients, et ce à plusieurs niveaux. Déranger les habitus de recherches, tel est le premier aspect, le plus immédiatement apparent, du texte proposés par Marlène Coulomb-Gully. Elle se penche en effet sur l’apport des questions de genre pour les SIC, sur le renouvellement passant par les approches de genre, qui seraient selon elle bénéfique à la discipline du point de vue de l’enrichissement possible des méthodologies et théories. La principale (r)évolution de son positionnement consiste à proposer de voir le Genre comme une méthodologie à part entière, qui infuserait dans toutes les disciplines et approches scientifiques. Ce type d’ambition rejoint les anthropologues et sociologues dont le travail théorique consiste à dépasser la vision mystificatrice et androcentrée du monde, ainsi que les modes d’acquisition des connaissances dominants, conçus selon une hiérarchisation qui infériorise le féminin. S’il semble admis dans les gender studies que le comportement genré est le produit socioculturel d’une adhésion à des normes majoritaires ou à des contre normes minoritaires (Butler, 1990, 2006), les travaux en SIC montrent qu’il est aussi un produit médiatique. Le gender turn est une pratique relativement récente en analyse médiatique (Marlène Coulomb-Gully), qui invite, et c’est ici le deuxième aspect central du texte de cette auteure, à questionner l’articulation du féminin et du masculin dans les activités de production, réception et circulation médiatiques. Ces activités médiatiques jouent un rôle dans la composition des représentations sociales du féminin circulant dans les formes sociales. Afin de mieux saisir la polyphonie constitutive des médias, il serait pertinent de développer les travaux sur les usages de l’Internet et la réception des quotidiens et autres journaux, ainsi que ceux consacrés au caractère genré des conditions de production médiatique (Coulomb-Gully).

23Dans la lignée des travaux orientés vers le genre, les médias ouvrent aussi un espace qui est investi par des acteurs / actrices sociaux victimes d’exclusion, par exemple parce qu’ils sont en situation d’immigration. Les travaux en communication étudiant les formes de médiatisation de questions sociétales liées aux populations immigrées en France, semblent avoir été traités jusqu’ici sous un angle plutôt masculin, conduits notamment par André Jean Tudesq, africaniste reconnu dans la discipline et au-delà. Les chercheurs ont finalement peu travaillé sur les questions relatives à l’immigration, en particulier du point de vue des femmes immigrées, constat également établi par Simone Bonnafous, dès 1999, dans un texte pour la revue Etudes de communication, intitulé « La médiatisation de la question immigrée : état des recherches », (Bonnafous, 1999). Ainsi, les travaux menés par Sylvie Thiéblemont-Dollet permettent de pallier ce manque, et toute la richesse de son approche tient dans ce qu’elle tisse des liens entre SIC et analyses en termes de genre, cette confrontation et cet entrecroisement de paradigmes la conduisant finalement à mieux saisir les enjeux politiques posés par « ce corps social émergent et mutant », écrit-elle, prompt à renforcer ses pratiques communicationnelles et démarches de publicisation pour dénoncer leur propre condition de femmes immigrées vivant dans des quartiers dits difficiles, comme exclues de la représentation politique au sein de l’espace public. Sylvie Thiéblemont-Dollet innove, et nous offre ici un texte portant sur les enjeux sociétaux contenus dans un type d’activité médiatique particulier, mettant en avant des femmes immigrées de la région du Fouta (Sénégal), en Lorraine. Elle montre que le point de vue des médias a progressivement évolué, et qu’aujourd’hui, d’autres sources d’information se font jour. Les médias régionaux, par exemple, relaient de plus en plus les actions culturelles de type festivals ou rencontres ; se multiplient également les films personnels, les documents audiovisuels amateurs et militants, dans lesquels seules les femmes sénégalaises apparaissent. Ce phénomène a donné l’occasion à Sylvie Thiéblemont-Dollet de mesurer et de définir les enjeux interculturels de ces activités, ces supports médiatiques lui ayant permis de saisir au plus près les pratiques de ces femmes. Cette population peut être assimilée à ce que les sociologues Stéphane Béaud, Joseph Confavreux et Jade Lindgaard appelaient « population invisible » dans leur étude menée en France en 2006 (Béaud et alii., 2007). Elle inclut, selon ces auteurs, les groupes humains dans la société dont la parole ne parvient pas à être audible dans l’espace public, ou se trouve altérée par un regard journalistique déformant, évacuant les évolutions qui touchent ces populations, et restant enfermé dans des catégorisations dépassées qui occultent les conditions d’existence réelles de ces populations. « La France invisible, ce sont des populations qui, malgré leur nombre, sont masquées, volontairement ou non, par les chiffres, le droit, le discours politique, les représentations médiatiques, les politiques publiques, les études sociologiques, ou se retrouvent enfermées dans des catégorisations dépassées qui occultent leurs conditions d'existence » (Béaud et alii., 2007, quatrième de couverture). Par un regard cherchant à échapper aux représentations politiques dominantes, et à une approche méthodologique ciselée pour rendre compte du vécu des femmes militantes, Sylvie Thiéblement-Dollet parvient précisément à opérer ce dépassement, à rendre la parole à ces femmes, actives et citoyennes, à travers la mise en avant de leurs récits de vie et la publicisation de leurs vécus personnels. L’ambition de ces travaux précieux est de rendre à ces femmes leur statut d’individus, critiques, responsables, inscrites de plain-pied dans une action citoyenne contre les discriminations.

24L’articulation du féminin et du masculin peut donc s’interroger sous l’angle des activités de production, réception et circulation médiatiques, mais peut également être pensée à partir de questionnements relatifs aux inégalités d’accès à l’emploi. C’est l’objet du texte de Bernardette Dufrêne. L’approche de la division sexuelle du travail en SHS s’organise selon deux grands principes, selon Erika Flahault et Emmanuel Jauraud : « Le principe de séparation attribue aux hommes et aux femmes des « travaux » différents, assignant prioritairement les hommes à la sphère productive (travail professionnel) et les femmes à la sphère reproductive (travail domestique) » (Flahault, Jauraud, 2012, p. 65). Les rôles de chacun sont historiquement et socialement construits, selon des mécanismes d’exploitation et des dispositifs de domination. La hiérarchie entre les hommes et les femmes est implicitement contenue dans ces approches, qui finalement analysent les rapports de genre comme des rapports de pouvoir. Dans cette veine, Bernadette Dufrêne aborde ici le rapport entre place et pouvoir des femmes, dans le secteur spécifique des métiers de la culture et du patrimoine. Elle se situe dans le prolongement de rapports récents portant sur la notion de « plafond de verre » appliquée à ce domaine (Sénat en 2013, Inspection de la création 2012 et 2013). Cette disparité est démontrée chiffres à l’appui : malgré un très fort taux d’intégration des femmes dans le secteur de la culture au niveau de l’administration en particulier, par rapport aux autres secteurs de la vie publique, le nombre de femmes en responsabilité de direction dans le secteur Arts et Culture reste paradoxalement bas aujourd’hui. De plus, leur marge de manœuvre pour influer sur les politiques de conservation des patrimoines semble faible : les structures présidées par les femmes ont des subventions presque deux fois moins élevées que celles présidées par des hommes (245 k euros contre 428 k euros) ; le nombre d’acquisitions d’œuvres par des femmes est globalement plus faible que pour les hommes ; le nombre d’œuvres réalisées par des femmes qui sont exposées est inférieur de 20 % par rapport aux œuvres réalisées par des hommes. Ces éléments de démonstration montrent les résistances sociales et institutionnelles face auxquelles les femmes ont à s’opposer dans ce secteur. Agir dans le sens d’une meilleure représentation des femmes dans le secteur du patrimoine culturel semble devoir passer par l’étude de la genèse de l’émergence de ces relations sociales et professionnelles inégalitaires. Bernadette Dufrêne s’inscrit pour cela dans une approche ethnologique critique, discipline des SHS dont l’objet est d’étudier les enjeux de représentations collectives portés par les systèmes de pensée et de croyance, en termes d’imaginaires sociaux circulants et dominants, les plaçant en rapport avec les usages et les pratiques d’acteurs, selon les époques données.

25Pour terminer ce chapitre, après avoir abordé les analyses SHS portant sur les représentations et productions médiatiques, puis celles portant sur la reproduction dans le temps des inégalités professionnelles entre hommes et femmes, dans certains métiers, une troisième thématique, celle du corps des femmes, apparaît comme essentielle dans les études de genre. Béatrice Galinon-Mélénec et Fabienne Martin-Juchat proposent un regard sur le lien entre le chercheur et l’objet corps dans les approches en SIC : comment interroger le corps communicant, l’incorporation dans la matière vivante corps de l’espace sensible ? Au plan scientifique, elles revendiquent ici l’intérêt pour les SIC d’emprunter à la sociologie pour penser les représentations hétérogènes du corps, les stéréotypes et croyances genrés de l’ingénierie sociale du corps, et l’ensemble de la construction sociale du corps qui passe notamment par les médias. Béatrice Galinon-Mélénec et Fabienne Martin-Juchat s’attachent à penser les rapports de genre en lien avec les « traces » de toutes les interactions individu/environnement qui s’inscrivent dans le corps. Les milieux, précisent-elles, ne peuvent se définir indépendamment des interactions et des relations entre des existants, les comportements pouvant finalement se comprendre comme liés à des processus d’intériorisation de traces. L’espace et la manière dont les lieux sont nommés n’échappent pas à une forme de pérennisation des rapports sociaux dans laquelle le masculin est donné à voir et à imaginer comme plus puissant que le féminin.

26Dans un deuxième chapitre – Les chercheures au féminin : de l’importance de la présence des femmes dans l’ensemble des domaines de recherche en SIC – approche par domaines, nous avons rassemblé quatre contributions rédigées par d’autres chercheures également reconnues dans leurs domaines d’expertise en SIC. Il s’agit de montrer combien la recherche en SIC, indépendamment de la prise en compte explicite et construite de la question du genre, est nourrie de l’implication et de l’engagement des femmes qui sont autant de chercheures actives apportant leurs compétences scientifiques à la production des savoirs dans tous les domaines de recherche des SIC.

27Décrire et analyser un domaine d’études complexe et multidimensionnel saisi dans ses mutations à l’échelle internationale ; observer des pratiques et phénomènes émergents dans la société civile qui conduisent à rediscuter de notions fondamentales en SIC ; comprendre et étudier finement l’évolution d’un domaine d’activité aux enjeux cruciaux, comme celui de la santé ; repérer et présenter les apports des femmes à la construction et au développement d’un courant d’études important comme celui de l’information et de la documentation : voilà quelques-uns des apports des chercheures en SIC que nous présentons dans ce chapitre.

28Dans des travaux consacrés à l’étude comparée des manières de dire et de classer les pratiques et les productions infocommunicationnelles, deux chercheures (D’Almeida et Carayol) proposent des approches panoramiques à la fois synchroniques et diachroniques. De ce point de vue, les études et recherches consacrées à la communication des organisations sont emblématiques. Par exemple, certains auteurs considèrent que les relations publiques ont été le creuset de la communication des organisations, d’autres pensent que la communication d’entreprise sert de matrice à la communication de l’ensemble des organisations ; le jeu des filiations et des catégorisations est pluriel et des différences peuvent être saisies à partir des aires culturelles - Brésil, Amérique du Nord, Europe latine, Europe germanique, etc.- (D’Almeida et Carayol). « L’instabilité sémantique » concerne à la fois les associations et groupements professionnels, les collectifs et réseaux académiques, elle est couplée à une activité forte d’auto organisation de la part des acteurs concernés. Pris dans leur ensemble, collectifs multiples de professionnels et/ou de chercheurs et épaisseur textuelle et discursive ont un effet instituant pour ce domaine. On pourrait d’ailleurs en dire de même pour le domaine des médias ou encore de la culture en SIC. L’analyse fondée sur le couplage : formes d’organisation des acteurs d’un domaine et production textuelle a une portée heuristique forte.

29Par ailleurs, l’étude des pratiques info communicationnelles marquées par la pluralité des acteurs, des formes organisationnelles, des présupposés, etc. est complétée par l’observation, à un niveau phénoménologique et médiologique, du « faire communauté » (D’Almeida et Carayol). Au-delà des différences de points de vue (notamment critiques ou normatifs), de focales, de choix paradigmatiques, chercheurs et non chercheurs à différentes échelles -nationale et internationale- expriment dans leurs actions le désir de faire communauté. Cette analyse permet aussi, et par ailleurs, de mieux comprendre pourquoi le groupe d’études et recherches en communication des organisations de la SFSIC - Org&Co- est un des rares groupes de recherches à avoir perduré et à faire preuve de dynamisme vingt ans après sa fondation. On note que sur sept animateurs scientifiques d’Org&Co, quatre ont été des femmes. Mieux comprendre comment la recherche est aussi une affaire de désir et de plaisir, le désir et le plaisir du vivre et travailler ensemble, c’est donner un statut d’objet d’études au « faire communauté ». Ainsi s’ouvre un autre débat qui appelle d’autres expertises et au bout du compte un élargissement de la communauté observée en impliquant idéalement d’autres collègues cliniciens, psychologues sociaux, anthropologues, sociologues, etc., une communauté cognitive et sociale, plurielle et ouverte, dans laquelle les femmes trouvent et prennent toute leur place.

30Des notions canoniques en information-communication, en l’occurrence celle d’espace public, sont revisitées notamment en observant les pratiques de concertation et de participation. De ce point de vue, les travaux consacrés à la communication des risques (Suraud) sont particulièrement intéressants. La participation citoyenne contribue à reconfigurer des espaces de délibération. Dans ce cas, elle est étroitement associée aux mobilisations sociales liées aux représentations du risque et plus particulièrement celles du risque sanitaire et environnemental ; l’ensemble peut être regardé comme un laboratoire pour de nouvelles expériences de gouvernementalité qualifées de « démocratie participative ». La question de la participation introduit « l’idée d’une nécessaire articulation entre les différents espaces de débat » (Suraud), espaces institutionnalisés et espaces non régulés élargissant, non sans prise de risque théorique, le présupposé de l’importance de la dynamique civique autonome. Cette réflexion nous plonge au cœur d’une des notions structurantes de la discipline celle d’espace public en nous invitant à repérer les déplacements et reformulations en cours portés par les initiatives, « équipées » ou non, de la société civile et par la réflexion critique de chercheures féministes, en particulier Nancy Fraser. La recherche est prise dans cette dynamique, avec l’invitation citoyenne et militante à une « participation civique aux programmes de recherche » ; cette invitation divise la sphère associative et questionne les acteurs de la recherche dans leurs habitus. On peut observer que la notion de recherche participative, dans le sens où ce sont des acteurs socio-professionnels qui prennent l’initiative de convoquer des chercheurs, est développée dans d’autres domaines (par exemple l’agriculture et l’agronomie) et aires culturelles (Amérique latine, Afrique, Asie, etc.)17.

31La question de la rationalité équipée et de la rationalisation des tâches, via les Technologies Numériques de l’Information et de la Communication (TNIC) notamment, qui gagne l’ensemble des domaines d’activités, occupe une place forte dans les travaux en SIC. Certains domaines sont porteurs d’enjeux de société cruciaux, comme celui de la santé. La dénonciation du double écueil du technicisme et du sociologisme est présente dans la plupart des travaux. Nous avons souhaité rendre compte de travaux qui s’inscrivent de manière longitudinale dans un terrain empirique. Comment ne pas essentialiser la notion d’information (entendue souvent comme une donnée), ni celle de communication (parfois réduite à la transmission de données), comment dépasser le point de vue de l’efficacité dans l’analyse des objets techniques ou des coordinations au travail : ces questions sont abordées dans des travaux construits au long cours (Anne Mayère). Les organisations de la santé qui sont aussi des institutions nécessitent une approche par la complexité et conduit cette chercheure à renoncer à une conception réifiée de l’organisation, par exemple en observant de manière croisée les jeux entre les acteurs de santé, les patients, les accompagnants, les contingences qui les relient ou au contraire les séparent (Mayère). L’un des apports de ses recherches se situe dans sa capacité à élargir le champ des problématiques, par exemple en l’ouvrant à celles qu’apportent les recherches à l’international, situées en particulier dans l’Ecole dite de Montréal. Cette approche prend en compte, pour l’analyse des contextes professionnels, les récits, la dynamique entre textes et conversations, soit les interactions qui participent à la capacité même des acteurs de l’organisation à mener leurs missions dans un exercice permanent d’articulation et de tension entre le dire et le faire.

  • 18 Nous employons le terme de nouvelles sciences dans une acception proposée par Jean-Louis Le Moigne  (...)

32Nous avons souhaité clore ce deuxième chapitre et ce dossier avec la contribution de Sylvie Leleu-Merviel intitulé « Figures féminines des sciences de l’information et de la documentation ». En proposant une présentation biographique de trois figures féminines, l’une française et les deux autres américaines -Suzanne Briet, Brenda Dervin et Marcia Bates- qui ont influencé la réflexion et la structuration de ce domaine de recherche, l’auteure nous rappelle indirectement combien la spécificité française du lien proposé par les SIC entre communication et information est pertinente pour penser les évolutions, interdépendantes par plusieurs aspects, de ces deux grands domaines des nouvelles sciences18. Les portraits au féminin proposés et leur mise en regard soulignent le rôle des acteures / actrices, notamment d’anticipation, dans la construction de domaines de recherche, en l’occurrence l’information et la documentation, qui ont pour caractéristique d’être proches des activités professionnelles, sociales et médiatiques d’une part, mais d’être aussi en rupture avec certaines pré catégorisations de pensée actives dans le monde socioprofessionnel. La métaphore, choisie en conclusion par Sylvie Leleu-Merviel, de la bibliothèque transportée dans un sac à main, nous renvoie à la rencontre entre les objets numériques marqueurs de la modernité du moment et d’autres objets, ces objets de peu, du quotidien -le sac à mains- étiquetés historiquement comme exclusivement féminins. Cette rencontre, qui ne produit pas seulement des effets sémiotiques, ouvre d’autres chemins d’analyse, ce sera pour un autre dossier…

Haut de page

Bibliographie

BEAUD, S., CONFAVREUX, J. et LINDGAARD J. (dir.) (2007). La France invisible. Paris : La Découverte.

BERTINI, M.-J. (2002). Femmes. Le pouvoir impossible. Paris : Pauvert.

BERTINI, M.-J. (2009). Ni d’Ève, ni d’Adam. Défaire la différence des sexes. Paris : Max Milo, 2009.

BISCARRAT, L. (2011). « Une approche du média télévisuel par le genre », dans Problématisation et méthodologie de recherche. Actes des journées doctorales, Bordeaux, 30-31 mars, SFSIC, pp. 31-42.

BONNAFOUS, S. (1999). « La médiatisation de la question immigrée : état des recherches », pp. 59-72, in Etudes de communication, La médiatisation des problèmes publics, n°22, Lille, éd. Groupe d'Études et de Recherche Interdisciplinaire en Information et Communication GERIICO - Université de Lille3.

BONNAFOUS, S. et COULOMB-GULLY, M. (2007). « Le 8 mars à la Une - Femmes et médias-» , Sciences de la Société, n° 70, Toulouse, PUM.

BOURDIEU, P. (1998). La domination masculine. Paris : Le Seuil.

BUTLER, J. (1990, 2006). Trouble dans le genre. Paris : La Découverte.

COULOMB-GULLY, M. (2009). « Les sciences de l’information et de la communication : une discipline Gender Blind ? », Questions de communication, n° 15, pp. 129-153.

ESPINEIRA, K. (2012). La construction médiatique des transidentités : Une modélisation sociale et médiaculturelle, Doctorat SIC, Université de Nice Sophia-Antipolis.

FLAHAULT, E. et JAURAUD, E. (2012). « Genre, rapports sociaux de sexe, sexualités : une introduction », pp. 63-68, Dossier Genre, http://eso.cnrs.fr/TELECHARGEMENTS/revue/ESO_33/Flahault.pdf, mis en ligne juin 2012.

FLEURY-VILATTE, B. et WALTER, J. (2005). « Espaces politiques au féminin », Questions de communication [En ligne], 7 | 2005, mis en ligne le 25 mai 2012, URL : http://questionsdecommunication.revues.org/4045

JULLIARD, V. (2012). De la presse à Internet. La parité en questions. Paris : Lavoisier.

LAUGIER, S., MOLINIER, P. et PAPERMAN P. (2009). Qu'est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité. Paris : Payot.

PAPERMAN, P., LAUGIER, S. (eds.) (2005). Le souci des autres, éthiques et politiques du care. Paris : éditions de l’EHESS, collection « Raisons pratiques ».

MILL, J.-S (1869, 1992). De l'assujettissement des femmes. Traduction française de Émile Cazelles. Paris : Éditions Avatar.

SECHET, R. (2012). « De la place des femmes et de leur corps dans la géographie française : souvenir et expériences personnels », pp. 97-107, Dossier Genre, http://eso.cnrs.fr/TELECHARGEMENTS/revue/ESO_33/Flahault.pdf, mis en ligne juin 2012.

Haut de page

Notes

2 Nunès. E. 21.02.2011 à 10h23 « Cantonales : où sont les femmes ? », Le Monde.fr

3 L’auteur ayant reconnu le rôle de sa femme dans l’écriture de l’ouvrage intiutlé : De l'assujettissement des femmes, on note cependant qu’elle ne figure pas comme co-auteure.

4 Charte pour l’égalité - Observatoire de Paris -Ministre des Droits des femmes- discours de Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du Gouvernement. 28 janvier 2013. http://cache.media.enseignementsup -recherche.gouv.fr/file/Charte_egalite_femmes_hommes/

5 La parité introduite en 2000 dans le cadre législatif français est une approche débattue dans les termes contradictoires d’une reconnaissance - légitimation d’un essentialisme de la différence des sexes ou au contraire d’un levier qui permet de faire évoluer des politiques d’exclusion. La parité a son observatoire officiel :

www.observatoire-parite.gouv.fr

6 Chercheure ou chercheuse, comment mettre au féminin des noms établis par et pour le genre masculin ? cf. notamment : Lenoble-Pinson, M. (2006). Chercheuse ? chercheur ? chercheure ? Mettre au féminin les noms de métier et les titres de fonction. In : Revue belge de philologie et d'histoire. Tome 84 fasc. 3. Langues et littératures modernes - Moderne taal en litterkunde, 637-652.

7 Cf. : Maruani, M. (2005). Femmes, genre et sociétés. L’état des savoirs. Paris : La Découverte.

8 Gardey D., 2004. Enjeux des recherches sur le genre et le sexe, Rapport de conjoncture, 181-209.

9 Sur ce point, cf. : Tikhonov Sigrist, N. « Les femmes et l’université en France, 1860-1914 », Histoire de l’éducation, 122 | 2009, 53-70.

10 CLIO. Histoire, Femmes et Sociétés, revue spécialisée en histoire des femmes créée en 1995.

11 Delphy, C., Molinier, P., Clair, I. & Rui, S., « Genre à la française ? ». Sociologie [En ligne], N° 3, vol. 3 | 2012, mis en ligne le 24 octobre 2012. URL : http://sociologie.revues.org/1392

12 Entretien réalisé par Aliocha Wald Lasowski : Françoise Héritier « Rien de ce qui nous paraît naturel n’est naturel» » L’Humanité.fr, 18/1/2013 ; /www.humanite.fr/tribunes/

13 Fleury, B. & Walter, J., « Penser le genre en sciences de l’information et de la communication et au-delà », Questions de communication [En ligne], 15 | 2009, mis en ligne le 01 août 2011. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/503

14 Fraser, N. (2003). Repenser l’espace public : une contribution à la critique de la démocratie réellement existante ». In Renaut E & Sintomer Y.Où en est la théorie critique ?, Paris : La Découverte, 103-134.

15 On signale la parution récente de : Heller T., Huët R. & Vidaillet B. (éds). (2013). Communication & organisation : perspectives critique.s Lille : Septentrion.

16 Moser A. (2007). « Genre et mesures du changement : où en est-on ? », Genre et Développement, 19.

17 Cf. notamment : 6ème Living knowledge Conference 2014 : http://www.livingknowledge.org/lk6/ ; et http://sciencescitoyennes.org/tag/recherche-participative-democratisation/

18 Nous employons le terme de nouvelles sciences dans une acception proposée par Jean-Louis Le Moigne : les sciences constituées au XXème siècle dans une perspective plutôt constructiviste ; cf. Le Moigne, J.-L. (1995) Les épistémologies constructivistes. Paris : PUF.

1 Cf. également sur ce thème : Gilligan C. (2008, rééd.). Une voix différente. Paris : Champs Flammarion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Bernard et Catherine Loneux, « Chercheures et recherches au féminin : point d’étape, repérage et contributions en Sciences de l’Information et de la Communication », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rfsic.revues.org/829 ; DOI : 10.4000/rfsic.829

Haut de page

Auteurs

Françoise Bernard

Françoise Bernard est Professeure de Sciences de l’Information et de la Communication à Aix-Marseille Université. Elle dirige l’Institut de Recherche en Sciences de l’Information et de la Communication (IRSIC EA 4262). Présidente puis Présidente d’honneur de la SFSIC, elle est actuellement première Vice-présidente de la section 71 du CNU. Spécialiste de la communication des organisations et des institutions, elle travaille et publie sur les thèmes du changement, des reconfigurations et des mutations concernant les formes organisationnelles, sociales et culturelles. Dans le cadre de ses travaux consacrés à la mise en relation entre communication, action, significations et valeurs, elle a co conçu le paradigme de la communication engageante en collaboration avec des chercheurs de psychologie sociale. Elle développe également des recherches dans deux domaines d’application : l’environnement et la santé.

Articles du même auteur

Catherine Loneux

Catherine Loneux est Professeure de Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Rennes 2. Elle est membre de l’équipe d’accueil PREFics EA4246. Spécialiste de communication des organisations, ses travaux de recherche et ses publications portent sur les questions de construction de normes professionnelles, en lien avec les pratiques et contextes de travail. L’approche privilégiée dans ses travaux consiste notamment à relier étroitement usages des TNIC, construction de normes techniques, et approches des organisations en lien avec leur contexte social. L’articulation des normes avec les chartes éthiques en organisations se situe au coeur de ses questionnements sur la mise en oeuvre de dispositifs informationnels dans les organisations.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page