Navigation – Plan du site
Bibliographie

Mission et cinéma. Films missionnaires et Missionnaires au cinéma, Émilie Gangnat, Annie Lenoble-Bart et Jean-François Zorn (dir.)

Paris, Karthala, 2013
Étienne Damome
Référence(s) :

Mission et cinéma. Films missionnaires et Missionnaires au cinéma, Émilie Gangnat, Annie Lenoble-Bart et Jean-François Zorn (dir.), Paris, Karthala, 2013

Texte intégral

1Les missionnaires ont pratiquement été parmi les premiers à l’origine de tous les transferts de technologies modernes dans les pays de mission.. Ils contribuèrent à introduire la presse écrite partout où ils sont allés. Entre les mains de religieux, le journal consacrait légitimement une partie de ses pages, sinon à l’évangélisation pure et dure, du moins aux activités missionnaires. Lorsque le cinéma naîtra à la fin du siècle xixe siècle, les missionnaires s’en saisiront également pour lui faire remplir les mêmes fonctions mais en y ajoutant d’autres, comme le montre cet ouvrage. Quelques décennies plus tard, ils contribueront également à faire connaître la radio, devançant parfois même l’administration centrale dans l’établissement de postes de radiodiffusion. Ils furent enfin parmi les premiers de ceux qui firent circuler, cassettes, CD et DVD avec des contenus divers.

2Hommes et femmes de leurs temps, les missionnaires ont toujours porté avec eux et avec l’Évangile, ce qu’il y avait de mieux dans leur culture, surtout, s’ils soupçonnent que certaines technologies nouvellement apparues pouvaient faciliter leur œuvre dans le double but de la faire avancer et de la faire connaître. À cet égard, le cinéma a été le moyen le plus apprécié des missionnaires. Il leur donnait des moyens adéquats pour remplir leur première mission à savoir la propagation de la foi, le recrutement des fidèles et l’enseignement (catéchétique) des communautés constituées, mais également à s’atteler à d’autres missions : l’éducation et la culture. Il leur offrait même d’autres opportunités, en particulier celles consistant à rendre compte de leurs activités auprès de leurs organismes commanditaires, à collecter des fonds pour l’avancement de leurs œuvres grâce à des projections organisées pour stimuler la générosité des fidèles occidentaux, à susciter l’éclosion de vocations religieuses, et à éveiller la curiosité des indifférents. C’est donc naturellement que le rôle multiple de ce formidable moyen de diffusion a été salué, comme nous le rappelle Laurick Zerbini (p. 25), au premier congrès de l’Union du Clergé en faveur des missions en juin 1922 et par Pie XI lors à l’inauguration de l’Exposition Vaticane Missionnaire qui a duré de 1924 à 1924. Les formes narratives respectaient naturellement ces fonctions. Les récits de voyage côtoient des films didactiques, apologétiques, propagandistes et ethnographiques. Les films visent à transcrire le vécu des missionnaires et du milieu dans lequel ils sont en mission, mais la fiction et le documentaire ne sont pas absents.

3L’ouvrage collectif Mission et cinéma paru à Karthala en 2013 sous la direction d’Émilie Gangnat, Annie Lenoble-Bart et Jean-François Zorn fourmille d’exemples historiques de toutes origines. Il balaie de façon large l’histoire du cinéma chrétien depuis les premières productions aux tout débuts du xxe siècle alors que la technologie des frères Lumière commençait à être adoptée. Mais il fait, fort heureusement, le point sur les films les plus récents même si parfois c’est à titre d’évocation. Il est le fruit de réflexions partagées lors d’un colloque organisé à Montpellier par le GRÉDIC (Centre de Recherches et d’Échanges sur la Diffusion et l’Inculturation du Christianisme) en août 2012.

4Ce livre est constitué de quatre parties et de 16 chapitres précédés d’une introduction à trois voix qui mettant tout cela en perspective. La première partie réunit un ensemble de textes résolument centrés sur le passé. Ils rappellent les conditions de réalisation des premiers films depuis les débuts balbutiants et amateurs jusqu’aux perfectionnements progressifs avec même une collaboration inattendue avec Hollywood (Lux in tenebris), et l’adoption généralisée de ce nouveau moyen de communication par les sociétés missionnaires. On peut suivre également cette évolution à travers le passage du muet au son, du noir et blanc à la couleur, avec une qualité sans cesse améliorée. Mais ils indiquent aussi la vision qui guidait les réalisateurs. Ainsi certains missionnaires faisaient du cinéma une sorte d’appât pour attirer les futurs fidèles, notamment en faisant un outil de distraction pour mieux faire connaître l’enseignement du Christ, comme nous l’apprend Dragoss Ouédraogo à propos des Pères Blancs en Haute-Volta (actuel Burkina Faso) et au Soudan français (actuel Mali), ou Flavien Nkay à propos des Scheutistes au Congo belge. Le réalisateur du film De la Barbarie à la civilisation chrétienne voulait très clairement faire une œuvre de propagande et de manipulation à travers des formes plus ou moins délibérées de mise en scène imposées. D’autres encore ont été amenés à faire des films ethnographiques comme le fit le Père Aupiais au Dahomey (actuel Bénin), notamment à cause de sa collaboration avec Albert Kahn, mais également Étienne Berger au Barotseland (actuel Zambie). Mais les frontières ne sont pas étanches entre les différents genres, la propagande côtoyant le regard de l’ethnologue au sein d’un même film, par exemple dans Lux in tenebris à propos des Inuits au Canada.

5La deuxième partie se penche sur les étapes et les modalités de diffusion des produits cinématographiques. Avec la création de l’Office Catholique International du Cinéma (OCIC) en 1928 qui donnera l’actuel SIGNIS, la production connaît de profondes transformations puisque cet organisme va inciter les cinéastes missionnaires à plus de collaboration avec les professionnels des studios et à plus de formation (Guido Convents, p. 95-110). Mais la diffusion en connaît tout autant puisqu’elle est désormais organisée et prise en charge par lui. Là où l’OCIC n’intervient pas directement, comme au Congo belge, les missionnaires de Scheut, ou à Madagascar Thomas Brockway, font preuve d’imagination aidée par la prise de conscience que le cinéma pouvait être une nouvelle méthode d’éducation de ceux que le livre ne pouvait toucher (Flavien Nkay, p. 111-127) et de culture, même pour les scolarisés (Robert Martel, p. 143-152). Les missionnaires ne diffusent plus uniquement ce qu’ils produisent eux-mêmes, ils en importent de l’Occident en veillant cependant que rien ne choque la moralité de leurs ouailles. Certaines congrégations – les Pères de Scheut et les Pères Blancs par exemple - se sont spécialisées dans de grandes collections que le centre de documentation KADOC-KU de l’université de Louvain la Neuve conserve (Luc Vints, p. 153-169).

6La troisième partie est davantage centrée sur des études de films à partir de quelques exemples emblématiques ayant marqué leur époque. Un missionnaire (1955), Au risque de se perdre (1959), Le Grand blanc de Lambaréné ou encore le très contemporain También La Lluvia (2010) sont ainsi analysés pour en faire sortir tour à tour la communication institutionnelle de l’un (Paul Coulon, p. 173-202), l’engagement missionnaire de l’autre (Bernadette Rey Mimoso-Ruiz, p. 203-222), l’image du colon missionnaire pour le troisième (Vendelin Abouna Abouna, p. 223-239), ou les jeux de miroir entre la mission et le cinéma dans le quatrième cas (Waltraud Verlaguet, p. 241-248).

7Le livre s’achève avec une actualité de la mission. Cette dernière partie montre comment la communication sur la mission s’adapte à l’époque contemporaine. Elle présente des exemples, témoins à la fois du changement de contexte missionnaire et de l’influence des nouvelles technologies dans la production et la diffusion. Jean-François Zorn (p. 251-264) montre ainsi comment Une histoire de liberté est conçu et réalisé comme un téléfilm avec plusieurs séquences permettant autant de rendez-vous avec des spectateurs grand public. Bernadette Truchet (p. 265-274) renseigne pour sa part sur deux documentaires produits par les Œuvres Pontificales Missionnaires (OPM) pour présenter la mission aujourd’hui et sur le choix des supports (DVD) privilégiés pour leur diffusion. Jamie Furniss et Gaétan du Roy (p. 275-291) analysent eux, au travers des vies des Chiffonniers du Caire et en particulier de celles de Sœur Emmanuel et du père Sam’ân, comment l’explosion des nouveaux canaux de diffusion (DVD, satellites et Internet) provoque une diversification de la production du cinéma copte et contribue à une large diffusion de films hagiographiques.

  • 1 Le terme « Nollywood » est un mot-valise associant le « N » de Nigeria et le « ollywood » de Hollyw (...)
  • 2 Selon. Alternatives internationales n° 42, mars 2009, nollywood faisait sortir tous les mois au moi (...)

8Somme toute, c’est un ouvrage d’une richesse inestimable qui vient combler un certain vide concernant l’histoire des moyens de communication en Afrique. Les travaux d’André Jean-Tudesq et d’Annie Lenoble-Bart nous avaient permis de retracer l’introduction et le développement de la presse écrite, de la radio et de la télévision. Il manquait une histoire du cinéma. Même si le présent livre ne se centre pas uniquement sur l’Afrique et que les exemples historiques pris ici concernent un secteur particulier du champ cinématographique africain du xxe siècle, il y a assez d’indices pour qu’on se fasse une idée de ce qui a pu se passer dans le milieu en termes de production et de diffusion. Là où l’on reste sur sa faim, c’est qu’il manque un chapitre sur les publics. Il a été souvent question de « fidèles », de « spectateurs/téléspecteurs », de « cibles », de « représentations » et même d’« usages », mais seulement du point de vue de la production et de la diffusion. Il aurait été intéressant de se placer un tant soit peu du point de vue de la réception d’autant que la projection des films visait à susciter des dynamiques sociales post-réception. Mais peut-être n’est-ce là que la préoccupation d’un spécialiste d’information-communication. Le lecteur reste également sur sa faim concernant un phénomène contemporain majeur qu’un livre sur le cinéma religieux touchant quelque peu à l’Afrique ne peut ignorer, même si évidemment il ne s’agit pas à première vue d’œuvres missionnaires. Il s’agit du phénomène Nollyhood1 décrit comme la deuxième puissance cinématographie au monde et quasiment première quant au nombre de films produits chaque année2. Or la grande majorité de ces films vidéos qui inondent le marché africain et meublent les télévisions locales sont d’inspiration chrétienne. Porté par un évangélisme ambiant, les réalisateurs nigérians montrent dans leurs films une sorte de deuxième évangélisation qui vise à faire retrouver l’esprit évangélique, l’engagement de la foi et la lutte contre les tentations diverses qui éloignent le chrétien de Dieu. La plupart des productions véhiculent en effet des thèmes religieux (guérison, miracle, conversion, vie spirituelle, etc.) tentant à la fois de divertir le spectateur et de le convertir car ils comportent une approche prosélyte évidente. Certains sont même produits par des églises évangéliques, comme par exemple le Mount Zion Faith Ministries, un des studios les plus connus. Le phénomène a pris une telle ampleur que les musulmans du nord ont entrepris à leur tour de tourner des films avec, on s’en doute un accent fondamentaliste de type wahhabite. Ces préoccupations auraient pu légitimement trouver place dans la quatrième partie qui a pour ambition d’actualiser le point de vue. Malheureusement, c’est une histoire qui s’écrit encore et qui, comme telle, n’intéresse pas encore directement les historiens.

Haut de page

Notes

1 Le terme « Nollywood » est un mot-valise associant le « N » de Nigeria et le « ollywood » de Hollywood (suivant le même modèle que l'expression Bollywood : « B » de Bombay et « ollywood » de Hollywood).

2 Selon. Alternatives internationales n° 42, mars 2009, nollywood faisait sortir tous les mois au moins 200 films en 2009 (p. 63).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Damome, « Mission et cinéma. Films missionnaires et Missionnaires au cinéma, Émilie Gangnat, Annie Lenoble-Bart et Jean-François Zorn (dir.) », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rfsic.revues.org/818

Haut de page

Auteur

Étienne Damome

MICA/Université Bordeaux Montaigne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page