Navigation – Plan du site
Revue des revues

La revue Parole publique

Dominique Bessières et Bruno Chaudet

Texte intégral

Historique

1La revue Parole publique sous-titrée La revue de la communication publique est une revue professionnelle ouverte au monde de la recherche universitaire qui existe depuis mars 2013. Elle succède aux Cahiers de Communication publique (2010-2013). Elle est publiée avec La Documentation Française et s’appuie sur un comité de rédaction. Elle dispose du soutien d’un comité éditorial composé de chercheurs et d’universitaires.

Thématiques

2Dans chaque numéro, la revue s’organise autour d’un dossier central et de quatre rubriques :

  • Un dossier thématique central avec 6 à 8 articles où sont appelés des regards croisés de professionnels et d’enseignants-chercheurs plus particulièrement placés sous la responsabilité de la personne qui a proposé la thématique

  • Des rubriques : Changer vise à indiquer les tendances contextuelles en évolution. Analyser propose une prise de distance. Produire rend compte de la communication en actes, tandis que Partager délivre des éléments d’information ou bibliographiques.

3Les articles publiés sont en référence avec des praticiens, mais avec la volonté de proposer une place importante aux écrits de chercheurs, systématiquement présents.

4Concernant le choix de la thématique centrale, elle se fait sur des thèmes qui abordent des questions à la fois pratiques, méthodologiques et théoriques autour de questions émergentes et/ou à connaître dans le champ de la communication des organisations publiques. Parmi les thèmes déjà abordés, on peut citer par exemple la confiance et la communication, la valorisation des actifs immatériels publics, l’évaluation. Par exemple, un dossier sur la participation est en préparation…

5La revue est ouverte aux Sciences de l’Information et de la Communication. Mais également à d’autres disciplines comme l’Économie et la Gestion, la Sociologie, la Science politique, dès lors que les analyses sont reliées aux enjeux de la communication des organisations publiques.

Le numérique

6Le lancement très récent de la revue Parole publique a privilégié dans un premier temps un usage papier afin de signaler l’importance de la publication, par rapport à des professionnels de la communication surchargés de courriels et de communication digitale de toute nature. Mais une réflexion est en cours pour trouver une plus grande visibilité et un usage numériques respectueux de ce positionnement, en particulier avec une réflexion sur les modalités déjà bien anticipées de dédoubler des versions numériques.

7La revue est accessible par voie d’abonnement téléchargeable via l’adresse http://www.communication-publique.fr/​parole-publique. Renseignements et abonnements : association@communication-publique.fr – Tél. : 01 40 20 92 00

Entretien avec Pierre-Alain Douay, rédacteur en chef

D. B. : Pouvez-vous présenter votre revue en quelques traits ?

P.-A.D. : Parole publique, la revue de la communication publique, est la nouvelle publication trimestrielle voulue, conçue et éditée par Communication publique, l’association pour la communication des institutions publiques.

Nous faisons le pari que les enjeux de la parole publique, de la communication d’intérêt général, méritent qu’on leur consacre quelques développements. Et prendre un peu de temps n’est pas forcément ennuyeux, nous le démontrons ! Car nous croyons que ce qui fait la communication dans la sphère publique justifie une réflexion partagée et approfondie entre tous les acteurs.

C’est donc une revue professionnelle éditée à la Documentation Française en partenariat avec la DILA (Direction de la l’information légale et administrative). Elle est destinée tout à la fois à des communicateurs publics, mais également à toute personne ou organisme intéressés par la communication des organisations publiques, comme des dirigeants et acteurs des institutions publiques, des élus, des médias et des relais d’opinion, des enseignants et des chercheurs, des étudiants et des bibliothèques universitaires.

Nous fonctionnons avec un comité éditorial, un graphiste pour la mise en page, et différentes couleurs pour chaque numéro pour permettre une meilleure visibilité dans un rayon de bibliothèque ou sur une étagère. Mais nous sommes également en train de mettre en place un conseil éditorial composé d’universitaires et de chercheurs connus et reconnus pour nous aider dans l’installation et la pérennisation de notre revue dans le paysage des revues traitant de la communication. Cela se rapproche des conseils et comités scientifiques académiques.

Mais fondamentalement, nous avons souhaité proposer aux professionnels de la communication des éclairages de fond sur des enjeux sur lesquels repose le management de la communication des organisations publiques. Ce qui n’empêche pas par exemple de voir comment des organisations privées s’emparent ou sont concernées par des problématiques communes dans un souci comparatif pour enrichir l’approche des thèmes abordés dans la revue.

Notre vocation est de proposer des réflexions et des retours d’expérience de professionnels de la communication publique, de managers et d’acteurs administratifs, économiques et politiques, ainsi que d’auteurs d’horizons variés en SHS. Dans une perspective d’approfondissement du champ professionnel, Parole publique vise à offrir des éléments de contexte, d’anticipation, de comparaison, de référence, des présentations d’actions et de politique de communication publique, des exemples d’innovations et d’expériences, des ressources documentaires.

C’est une revue qui édite actuellement trois numéros par an. En 2014, sa pagination augmentera de 48 à 64 pages. Cela permettra encore plus de profondeur et de recul dans le traitement des sujets au service de ses lecteurs.

Nous abordons largement les questions pratiques, méthodologiques, contextuelles, parfois théoriques de la communication d’intérêt général, des Sciences de l’Information et de la Communication mais aussi d’autres disciplines académiques comme la science politique, la sociologie, le management public… Nous publions ainsi également des travaux et des synthèses de recherche de chercheurs, qui participent de la culture et de la connaissance d’un approfondissement de thématiques abordées dans la revue. Nous croyons beaucoup à l’enrichissement mutuel, à des logiques de vases communicants entre différentes approches et apports. C’est ce que nous avons déjà pu mesurer au travers de plusieurs remontées d’appréciation de notre jeune et ambitieuse revue tant auprès des professionnels de la communication que de la part de chercheurs. C’est ce que nous souhaitions dès le départ.

Nous procédons par une complémentarité entre des rubriques et des dossiers thématiques centraux axés sur six à huit articles autour d’une thématique centrale. Les chercheurs peuvent intervenir par leurs écrits dans ces rubriques ou comme contributeurs au dossier central suivant les cas.

D. B. : Comment sélectionnez-vous les articles ?

P.-A.D. : Nous avons un comité de rédaction composé de personnes actives au sein de l’association Communication publique. Les propositions peuvent émaner tant des membres de ce comité que plus largement des membres de l’association. Nous discutons en comité de l’intérêt des propositions. Puis nous recherchons des personnes qui pourraient utilement nourrir et développer une réflexion sur les thèmes et les sous thèmes ainsi définis. Le dossier central est plus particulièrement placé sous la responsabilité d’une personne, celle la même qui est à l’origine de la proposition d’une thématique acceptée en comité de rédaction. À terme nous allons également solliciter les membres de notre comité éditorial, sorte de comité scientifique, composé d’experts issus du monde universitaire. Mais c’est surtout le comité de rédaction qui décide à la fois des thématiques et du déroulé précis et maquetté du chemin de fer des numéros. Les coordinateurs des dossiers thématiques jouent un rôle important dans la sélection des articles, mais avec des propositions de contributeurs qu’ils décident ou non d’intégrer en fonction de l’espace disponible et de la cohérence d’ensemble du dossier en concertation étroite avec le comité de rédaction.

Concrètement il y a plusieurs difficultés à gérer. Sélectionner entre les propositions en termes de pertinence, de cohérence. Et des contraintes temporelles pour obtenir des textes, avec notamment des allers-retours pour obtenir une qualité d’écriture et une clarté pour des textes ni trop longs, ni trop courts. La sélection se fait entre les relectures scrupuleuses des différents membres du comité de rédaction.

D. B. : Le numérique, les réseaux sociaux, ont-ils un impact sur la sélection de vos thématiques et sur la ligne éditoriale de votre revue d’une façon ou d’une autre ?

P.-A.D. : C’est un axe que nous pouvons aborder dans des articles, mais notre démarche est plus globale, même si c’est une thématique aujourd’hui très présente dans les panoplies de choix de supports de communication. Mais pour nous, il s’agit bien de fournir des éléments d’analyse, de réflexion, de mise en perspective, d’exemples sur des enjeux de fond de la communication des organisations publiques ; comme la confiance, la valorisation du patrimoine immatériel, les enjeux de l’évaluation, objets de certains de nos numéros déjà publiés.

D. B. : Est-ce qu’il y a des numéros qui vous ont plus particulièrement marqués ?

P.-A.D. : J’interviens en tant que rédacteur en chef sur tous les numéros qui ont chacun leur pertinence sur des thématiques toutes très pointues et intéressantes. Et fort heureusement nous sommes encore loin d’avoir fait le tour de la matière communication d’intérêt général, ce qui d’ailleurs paraît hors de portée… ni souhaitable. Le développement du projet Parole publique est très intéressant, parce que la manière de construire les numéros est une démarche très collective et enrichissante, réellement associative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Bessières et Bruno Chaudet, « La revue Parole publique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rfsic.revues.org/807

Haut de page

Auteurs

Dominique Bessières

Maître de Conférences en Sciences de l'Information et de la Communication, Université de Reims Champagne-Ardenne

Articles du même auteur

Bruno Chaudet

Maître de conférences en Sciences de l'Information et de la Communication, Université Européenne de Bretagne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page