Navigation – Plan du site
Vie des labos

Les enjeux des relations internationales pour les laboratoires de recherche en SIC

Mélanie Bourdaa et Aurélia Lamy

Texte intégral

1À l’heure où les fonds régionaux permettant de financer des recherches en local s’amenuisent, où les évaluations de laboratoires prennent fortement en considération les activités internationales, où les instances universitaires nous incitent à développer des partenariats et des collaborations à l’international dans le cadre de formations notamment, la question des relations internationales entretenues ou générées par les laboratoires de recherche en Sciences de l’Information et de la Communication en France présente des enjeux forts notamment en termes de visibilité des équipes de recherche.

2Le premier enjeu dont il est question touche à la potentialité de création de réseaux internationaux. En effet, le tissage de relations institutionnelles ou parfois inter-individuelles constitue un des grands enjeux pour les laboratoires en termes de collaboration entre pays. Les laboratoires cherchent dans cette perspective à mettre en place des partenariats sur des thématiques de recherche communes avec des laboratoires étrangers afin de faire vivre la recherche au-delà des frontières nationales et de mettre en avant des analyses comparatives en favorisant le croisement d’approches épistémologiques. Cela contribue au rayonnement de la recherche du laboratoire au niveau international et au-delà de la recherche française en SIC. Les partenariats se nouent principalement dans des projets de recherche de grande envergure ou sur des contrats de type ANR obtenus par un des laboratoires partenaires. Ces partenariats peuvent permettre également de créer des réseaux internationaux de recherche. Ainsi, l’Axe « Information et Connaissance » du MICA a été moteur dans la mise en place du réseau de recherche EUTIC (Enjeux et Usages des TIC), constitué de laboratoires européens et interdisciplinaires. L’objectif est de proposer un colloque annuel dans un des pays partenaires afin de débattre des thématiques qui réunissent les chercheurs dans ce réseau. Ces colloques sont aujourd’hui reconnus dans la discipline comme des lieux d’échange et de mise en lumière de problématiques de recherche émergentes.

3Enfin, les relations internationales entre laboratoires peuvent se créer autour de la mise en place de séminaires communs. Depuis 2008, sous la responsabilité de M. Gellereau, le laboratoire GERiiCO de l’université Lille 3 participe à l’organisation d’un séminaire international et accessible en visio-conférence, avec les laboratoires GRICIS (UQAM), LabSIC (Paris 13) et GRESEC (Grenoble 3). L’université de Tananarive a rejoint les organisateurs en 2013. Il a porté successivement sur « Médias, TIC et Espace(s) public(s) » en 2010-2011, « Technologies de communication et société » en 2011-2013 et porte cette année sur « Espace public, médias et nouveaux médias ». Par ailleurs, le séminaire « Métamorphoses des écrans » est un programme collaboratif qui réunit le laboratoire MICA (Université Montaigne Bordeaux), le Laboratoire Résistance Sémiotique (Uqam, Québec) et des chercheurs du CRlalt. Les chercheurs se retrouvent en visio-conférence pour débattre de la question des écrans dans une approche sémiotique et créer une dynamique de recherche pour répondre à de futurs appels à projets.

4Ces activités internationales ont un impact fort sur la visibilité des activités de recherche en Sciences de l’Information et de la Communication ainsi que sur les structures d’accueil des chercheurs qui peuvent, au-delà de la visibilité, obtenir une reconnaissance de leurs pairs. Ces pairs peuvent inclure la communauté des chercheurs en SIC de manière générale ou plus spécifiquement les instances d’évaluation telles que l’AERES. En effet, si la question des relations internationales n’est pas notifiée explicitement en tant que critère d’évaluation, elle semble être une sorte de fil rouge impliquant autant le “rayonnement et l’attractivité académiques”, que “l’évaluation de la production et de la qualité scientifiques” ou “la stratégie et les perspectives scientifiques”.

5Finalement, les relations internationales ont un enjeu très fort en termes de formation. Outre le partage d’expériences et d’approches pédagogiques que favorisent les relations internationales, elles constituent un apport de contenu considérable que ce soit dans le cadre du suivi de doctorants que des séminaires de master. À cet effet, plusieurs laboratoires de recherche en SIC mènent une politique d’invitation de chercheurs étrangers, d’autres comptent dans leurs membres des doctorants en co-direction issus de diverses régions du monde. Ces deux manières de lier recherche et formation au sein du laboratoire mettent en exergue les difficultés rencontrées par les laboratoires aujourd’hui notamment du point de vue budgétaire et logistique.

Les nouvelles perspectives de la commission internationale1

  • 1 Cette courte synthèse rend compte des éléments fournis par Philippe Bonfils, vice-président de la C (...)

6La SFSIC a très vite compris que ces enjeux sont au cœur des activités de recherche des laboratoires en SIC français. Elle a impulsé une dynamique de relations internationales en créant une commission qui est entièrement dédiée à cet enjeu. L’existence de cette commission a permis à la SFSIC de structurer des partenariats avec de nombreuses associations européennes ou internationales telles que l’ECREA (European Communication Research and Education Association), l’ICA (International Communication Association), l’ACC (Association Canadienne de Communication) ou encore l’IAMCR (International Association for Media and Communication Research). Dans cette dynamique d’ouverture à l’international, la SFSIC a choisi d’inclure cette dimension à ses événements annuels. Les journées doctorales 2013 ont été co-organisées par la SFSIC et par l'école doctorale inter-universitaire en sciences de l'information et de la communication de Belgique (partie francophone), la EDSIC. Pour approfondir la réflexion sur la place des SIC à l’international, le prochain congrès des 4-5 et 6 juin 2014 à Toulon sera l'occasion de rassembler autour d'une table ronde un ensemble d'acteurs internationaux pour discuter d’une problématique commune : "Mettre en visibilité les travaux de la communauté SIC Française à l'étranger". Il s'agira notamment de s'interroger sur les moyens à mettre en oeuvre pour augmenter le taux de référencement des publications françaises dans différents continents où ces travaux sont trop peu connus.

7De plus, dans le cadre de la coopération bilatérale ou francophone, la SFSIC s'engage dans le soutien et la structuration de la discipline par l'accompagnement à l'institutionnalisation associative de l'enseignement et de la recherche dans les pays qui en font la demande. Un des enjeux pour la SFSIC est d’identifier les partenaires internationaux potentiels afin de faire fructifier la recherche française en SIC. Dans cette optique, une rencontre organisée avec Hoang Nguyen, de la faculté du commerce de Hanoi en octobre 2012, a permis à la SFSIC de se rapprocher de l’Asie Francophone et de construire un réseau pour partager références bibliographiques, corpus de publications, et objets de recherche communs. Par ailleurs, le vice-président Relations Internationales de la SFSIC construit actuellement un projet de partenariat avec une université chinoise : la Zumc (University of Media and Communication de Hangzhou). Celle-ci regroupe 23000 étudiants dans des filières "Médias" tout en étant la deuxième université chinoise en taille sur ces problématiques. Le laboratoire chinois souhaite créer des partenariats forts avec différents laboratoires SIC français pour nourrir les travaux de ses jeunes chercheurs à partir de la pluralité de nos champs dans notre discipline. Il souhaite aussi proposer des doctorats en co-tutelle avec les différents laboratoires SIC qui participeraient à ce partenariat (conventionné). Ce nouveau partenariat élargirait les relations de la SFSIC avec des associations homologues en Asie, continent finalement peu suivi par la SFSIC et pourtant stratégique pour l'avenir.

Entretien avec Bertrand Legendre – 6 décembre 2013

8Afin de mieux comprendre les enjeux des relations internationales pour les laboratoires de recherche en France, nous avons choisi d’interroger Bertrand Legendre, directeur du LabSIC, Université Paris 13. Il aborde avec nous l’investissement de son laboratoire en matière de relations internationales que ce soit du point de vue de la recherche ou de la prise en considération de ces questions dans la formation doctorale. Il nous permet également de mieux saisir les freins à la reconnaissance des travaux en SIC et ouvre des perspectives favorisant une meilleure reconnaissance des travaux en SIC à l’international.

9Bertrand Legendre est Professeur à l’Université Paris 13, UFR des Sciences de la communication, responsable du Master "Politiques éditoriales" et de la mention Édition du domaine Culture et communication. Il est directeur du LabSIC depuis 2011 et du Labex ICCA (Industries Culturelles et Création Artistique) porté par le laboratoire. Sa thèse portait sur les questions d’industrialisation de la filière du livre, plus précisément sur le développement de l’édition de poche. Ses recherches s’intéressent notamment à l’industrialisation de la filière du livre, à la question de la diversité des politiques publiques, à l’autoproduction, aux processus d’entrée en littérature, et aux discours et pratiques de l’indépendance dans le champ éditorial. Site : http://labsic.univ-paris13.fr/​. Courriel : legendre.bertrand@wanadoo.fr

En tant que directeur du LabSIC aujourdhui, quelle place doivent tenir les relations internationales au sein d’un laboratoire de recherche plus particulièrement en SIC ?

Il n’est pas ou plus possible de penser que cette place ne soit pas essentielle. Sur les objets qui sont les nôtres, en tout cas au LabSIC, les industries culturelles, il serait aberrant de ne pas intégrer une forte dimension internationale. Nous l’avons développée de différentes manières, en nous appuyant à la fois sur des opportunités personnelles liées aux contacts de différents membres du laboratoire, et sur des engagements plus structurés à l’occasion d’appels à projets, par exemple, ou en montant des colloques internationaux.

Un premier point qui me semble important dans cette dimension internationale, c’est la place des doctorants. Le LabSIC est très ouvert à l’international de ce point de vue : entre un tiers et 50 % de doctorants viennent de différents pays, de différentes régions du monde aussi bien Amérique du sud que Maghreb ou Asie. Ce n’est pas tout à fait un hasard : nos objets d’études et nos approches qui intéressent ces doctorants sont peut être un peu moins traités en tant que tels sous l’angle des Sciences de l’Information et de la Communication dans pas mal de régions du monde. Sur ce plan, je pense que les SIC ont un rôle à jouer, c’est à la fois une difficulté et un avantage : une difficulté parce que la place des SIC à l’international n’est pas toujours très bien identifiée, mais aussi un avantage par la possibilité que cette réalité nous laisse de promouvoir nos approches qui sont spécifiques et peuvent trouver leur place à l’international. Je le vois dans le domaine que je connais le mieux, celui de l’édition, où, au fur et à mesure que nous avançons sur le plan international, je vérifie la capacité qu’ont les Sciences de l’Information et de la Communication d’apporter une approche spécifique, nouvelle, qui est très peu connue voire pas du tout à l’international.

Pour revenir sur les doctorants, c’est un point que vous avez jugé important, votre laboratoire a-t-il une politique d’incitation à s’orienter vers des activités internationales telles qu’une aide à la publication en anglais, un budget alloué permettant aux doctorants de participer à des colloques à l’étranger… ?

Quand un doctorant présente une communication dans un colloque à l’étranger, le LabSIC prend systématiquement en charge son déplacement. Cette politique est soutenue par l’École doctorale Érasme qui y contribue pour le financement de déplacements plus lointains et plus coûteux, et aussi, au-delà de la participation aux colloques, pour le financement de séjours d’enquêtes de terrain. S’agissant des publications, nous pouvons financer des traductions pour des publications en langue étrangère au bénéfice des doctorants et également des enseignants-chercheurs. Ces différentes formes de soutien à la visibilité internationale du laboratoire représentent environ 25 % de notre budget.

Nous avons également mis en place une version anglaise du site, incluant les doctorants. Chacun peut donc présenter une version anglophone de sa page. Dans la logique de ce qui précède, il m’est apparu indispensable de mettre ceci en place. À ma grande surprise, cette possibilité ne mobilise pas immédiatement tout le monde, que ce soit parmi les chercheurs ou parmi les doctorants. Du côté des doctorants, tout particulièrement, je m’étonne beaucoup qu’ils ne soient pas plus attentifs à donner à leurs recherches un minimum de visibilité internationale. Celle-ci a son importance dans les processus de recrutement et de mobilité.

Vous avez précisé que vous aviez beaucoup de doctorants étrangers, cela vous a-t-il aidé à tisser des liens avec des universités ou des groupes de recherche, ou est-ce complètement différencié de vos activités de recherche ?

Ce n’est pas complètement différencié dans la mesure où, au fur et à mesure que les doctorants avancent et obtiennent leur doctorat, beaucoup repartent dans leur pays d’origine, ce qui contribue à créer ou à renforcer des contacts avec des collègues et des laboratoires à l’étranger. Il y a donc un phénomène d’essaimage, qui prend du temps bien sûr mais qui est réel.

Au sein du LabSIC avez-vous une politique d’invitation de chercheurs étrangers dans le cadre de séminaires, ou de formations par exemple ?

Parler de politique serait sans doute un peu excessif ; nous essayons plutôt de saisir des opportunités. L’idée d’une politique en la matière se heurte à des questions de moyens, tant budgétaires que matériels (voyage, rémunération, hébergement). Nous saisissons donc des opportunités, par exemple quand se tient à Paris un colloque international auquel participent des collègues étrangers engagés dans nos thématiques. Nous tentons alors d’organiser des rencontres avec des doctorants voire avec des étudiants de master.

C’est un point que nous avons malgré tout très clairement à l’esprit et sur lequel j’espère pouvoir faire davantage à court terme via le Labex ICCA dont le LabSIC est porteur. Ce labex fonctionne depuis 2 ans précisément, nous n’avons pas encore atteint un régime de croisière même si l’année 2013 a vu une très nette montée en puissance. Dans le courant de l’année 2014, la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord - qui héberge déjà actuellement le Labex – s’installera dans ses nouveaux locaux, dont le Labex profitera également. Nous aurons alors la possibilité d’accueillir des chercheurs étrangers et de leur proposer des espaces et des conditions de travail très convenables, pour des périodes qui seront modulables mais qui iront au-delà des simples passages en coup de vent que nous pratiquons actuellement.

Nous avons le même problème avec les post-doc. Si le Labex nous donne les moyens financiers de les recruter, ce que nous faisons, les appels à candidature trouvent peu d’écho à l’international pour ces raisons très triviales, notamment dans les pays anglo-saxons, qui proposent des conditions de travail et de vie beaucoup plus satisfaisantes. C’est un point qu’il faut mentionner parmi les freins au développement international.

Au sein du LabSIC, avez-vous des contrats de recherches en collaboration avec des universités à l’international ? Des partenariats dans le cadre de formations par exemple ?

Nous avons plus de conventions que des contrats de recherche à proprement parler. C’est le cas avec Sherbrooke et avec l’UQAM au Québec, avec l’University College à Londres, avec l’USACH au Chili… Avec ces établissements, nos relations peuvent porter sur des projets de recherche que nous montons ensemble, qu’il s’agisse de colloques, de programmes de recherche à proprement parler ou de cotutelles de thèses. Elles portent aussi sur les formations ; c’est souvent d’ailleurs un peu l’un et l’autre.

Nous avons peu cherché, à vrai dire, à entrer dans les grands dispositifs internationaux.

D’après vous, en Sciences de l’Information et de la Communication, certaines thématiques sont-elles plus propices au développement de partenariats internationaux ?

Si je reprends ce que nous faisons au LabSIC à l’international, tout ce qui relève des industries culturelles et des industries créatives s’y prête formidablement, et c’est une évidente nécessité. Mais nous avons aussi des engagements internationaux dans d’autres domaines, comme le montre la mise en place de 2 réseaux. Le réseau RESIPROC porte ainsi sur la question de la professionnalisation des communicateurs, davantage en lien avec la communication des organisations, et a réussi à s’ancrer à l’international notamment avec le Québec et la Belgique. Le réseau RELICOM, quant à lui, dédié à l’étude de la communication religieuse, associe outre quelques collègues français, des collègues de l’université libre de Louvain et de Bucarest. Voilà 2 exemples de thématiques qui montrent bien que les SIC ont tout à fait leur place à l’international, très au-delà des questions liées aux industries culturelles.

Les chercheurs en SIC évoquent souvent la difficulté de faire connaître, si ce n’est reconnaitre, leurs travaux de recherche à l’international, c’est d’ailleurs une des questions que se pose actuellement la SFSIC notamment dans le cadre de la Commission Relations internationales. Quels sont selon vous les freins à la diffusion des recherches françaises en SIC à l’international ?

Sans doute le fait que dans de nombreux domaines, la place est occupée par d’autres disciplines et qu’il faut s’imposer entre sociologie, économie, histoire, sciences du langage… Je le vois assez bien sur mon domaine de recherche, par exemple. Ensuite, les chercheurs en SIC ont peut être un peu tendance à s’autocensurer, au-delà de ce rapport de forces entre disciplines, et à ne pas mettre le pied dans la porte de certains colloques, je pense notamment à des colloques d’historiens où les SIC ont de toute évidence quelque chose à apporter. Je parle là d’expériences de colloques en histoire du livre où il m’est arrivé de faire passer des communications. Très manifestement, on a permis à un certain nombre d’historiens spécialisés dans le domaine du livre à l’étranger (c’est un peu moins vrai en France), de découvrir l’apport des SIC. Nous avons donc peut être nous-mêmes à faire des efforts pour ne pas nous interdire d’aller dans des colloques moins ouverts à notre discipline, ce qui bien sûr ne va pas de soi, les comités scientifiques de colloques eux-mêmes jouant leur rôle de filtrage.

Et puis il y a le problème des publications. Je ne sais pas par quelle voie cela peut passer, mais il faut que les SIC soient davantage publiées dans des revues étrangères. Là aussi essayer de faire un peu d’entrisme dans un certain nombre de revues dominées sur le plan disciplinaire par d’autres réseaux, mais aussi dans celles où nous avons peut être un peu trop tendance, encore une fois, à nous autocensurer.

Selon vous, comment la SFSIC et plus particulièrement la commission internationale pourrait venir en appui aux laboratoires de recherche souhaitant développer leurs relations internationales ?

L’aide à la traduction me paraît indispensable. La traduction de travaux produits au sein d’un laboratoire se heurte à des questions de budget, d’une part, mais aussi à une question de connaissance des revues ou éditeurs susceptibles d’accueillir ces travaux dans d’autres langues. Beaucoup de doctorants notamment ont une connaissance insuffisante des revues étrangères. Nous avons d’ailleurs mis en place, au sein du LabSIC, un séminaire visant à les familiariser aux revues scientifiques étrangères. Je pense que la SFSIC pourrait sans doute faire quelque chose dans ce sens ; elle pourrait aussi laisser plus de place à l’international lors des congrès.

On a aussi trop tendance à réduire l’international au monde anglophone ; la petite expérience que j’ai du Chili et que nous cherchons à étendre en Amérique du Sud, me fait penser qu’il est sans doute plus facile de développer des relations internationales et des publications dans cette direction-là, où la domination anglophone se pose de manière tout à fait différente. J’ai vraiment le sentiment que du coté de cet espace sud américain, les SIC ont sans doute une terre de mission plus accessible.

Quelques précisions…

LABEX ICCA

Bertrand Legendre – LabSIC, Université Paris 13

Les objectifs généraux du labex ICCA visent à définir de nouveaux modèles économiques et de régulation, à étudier la transformation des cadres juridiques, l’essor de nouveaux usages et l’émergence de nouveaux marchés aussi bien dans les secteurs traditionnels des industries culturelles que dans ceux en cours de développement. La compréhension des phénomènes en jeu requiert de croiser les différentes filières à étudier (classiques et nouvelles) avec les différentes dimensions (rationalisation, internationalisation, diffusion des innovations, etc.) et approches concernées (historiques, sociologiques, économiques, juridiques, infocom, industrielles, stratégiques.

Parmi les projets ayant une forte dimension internationale, en cours ou récemment achevés, peuvent être mentionnés une recherche sur les entrepreneurs culturels au Maghreb, un colloque sur les salles de cinéma en Europe, des travaux sur l’autoproduction.

RELICOM

David Douyère – LabSIC, Université Paris 13

Le réseau Relicom, « Communication et espaces du religieux », a été fondé, en marge du congrès de la Sfsic, à Dijon, en 2010, par David Douyère (Labsic, Université Paris 13), Stéphane Dufour et Odile Riondet (Ciméos/3S, Université de Bourgogne) dans la perspective de partager travaux et recherches sur les approches communicationnelles du religieux. La question, en effet, est encore peu traitée en Sciences de l’Information et de la Communication, et délicate dans un contexte de laïcité vigilante. Des problèmes spécifiques ou récurrents apparaissent toutefois dans l’étude de la communication des religions, et il nous semblait important qu’existe un espace pour les considérer, et confronter des savoirs sur les signes, les médias, les usages des NTIC, les situations d’échanges, la prière, l’expression des croyances, les théorisations de la communication, produits dans l’espace du religieux. Une première journée d’études a été organisée dans cette perspective en 2012 à l’Université Paris 13. Un colloque international est en préparation. Un numéro thématique de la revue MEI, ainsi qu’un recueil d’articles, doivent paraître en 2014. Un grand nombre de propositions étrangères nous sont d’ailleurs parvenues. Le réseau, au départ francophone, est en effet en voie d’internationalisation, avec des liens avec l’Université de Lausanne (Philippe Gonzalez), de Louvain-la-Neuve (Andrea Catellani), ou encore l’Université Concordia de Montréal (Jeremy Stolow). (http://relicom.jimdo.com/​, http://relicom.hypotheses.org/​).

RESIPROC

Vincent Brulois - LabSIC, Université Paris 13

Le réseau international sur la professionnalisation des communicateurs a pour objectif d’associer des professionnels de la communication, qu’ils viennent du monde de l’entreprise ou de l’enseignement et de la recherche, dans un projet d’étude de la professionnalisation aux métiers et fonctions de la communication. On doit sa constitution, en mai 2011, à une idée commune portée par des chercheurs belges (Louvain), canadiens (Sherbrooke) et français (Grenoble 2, Lille 3 ou Paris 13). Autant dire que sa dimension internationale est pour le moment surtout francophone. Ce réseau a pris corps petit à petit mais sûrement ; établissant un programme de travail (cartographie, enquêtes, séminaires), présentant ces analyses en colloque universitaire (Roubaix 2012) ou lors de rencontres professionnelles avec des praticiens (Afci 2013), montant lui-même un colloque (Québec 2013), développant un projet éditorial (revue les Cahiers du Resiproc). La suite n’est pas encore écrite. Mais elle est déjà construite. Le prochain rendez-vous est fixé à Grenoble fin janvier 2014 en marge de la journée Org & Co.

Haut de page

Notes

1 Cette courte synthèse rend compte des éléments fournis par Philippe Bonfils, vice-président de la Commission Relations Internationales de la SFSIC depuis 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Bourdaa et Aurélia Lamy, « Les enjeux des relations internationales pour les laboratoires de recherche en SIC », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 15 janvier 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rfsic.revues.org/805

Haut de page

Auteurs

Mélanie Bourdaa

Université Bordeaux Montaigne, MICA

Articles du même auteur

Aurélia Lamy

Université de Lille, GERIICO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page