Navigation – Plan du site
État de la recherche

La théorie des industries culturelles (et informationnelles), composante des SIC

Présentation
Bernard Miège

Notes de la rédaction

Coordinateur du cahier : Bernard Miège

Texte intégral

1Inaugurer le Cahier central de la Revue des SIC est certes une forme de reconnaissance, mais cela comporte des obligations, au premier rang desquelles la nécessité d’intéresser des lecteurs a priori pas immédiatement concernés par la thématique.

2Si la théorie des industries culturelles est devenue progressivement une approche marquante des SIC, en France, en Europe et plus largement encore (avec des dénominations variables et des modalités spécifiques), ce n’est en effet ni en le proclamant haut et fort, ni en visant en quoi que ce soit un statut préférentiel ou à plus forte raison hégémonique. La position scientifique qui est aujourd’hui la sienne, est le résultat et la conjonction de plusieurs évolutions concomitantes : les travaux de recherche menés dans le cadre théorique et méthodologique qu’elle propose, les réponses qu’elle est en mesure d’apporter aux demandes de formation en information – communication, et son aptitude à suivre et à éclairer par des travaux empiriques les mutations profondes que connaissent les secteurs et champs professionnels qui en relèvent. À quoi il faut ajouter sa faculté à travailler avec d’autres approches et à mettre en avant des interrogations d’ordre épistémologique renouvelées.

3Mais au fait quand cette théorie a-t-elle émergée et depuis quand est-elle ainsi désignée ? La question se pose car, comme il arrive souvent, les premières élaborations et leur qualification ne sont pas contemporaines. On s’accorde généralement pour considérer que les premiers travaux datent de la fin de la décennie soixante-dix, et qu’ils se sont développés sans guère de coordination au cours de la décennie quatre-vingt. Mais il semble bien que le premier à avoir utilisé le syntagme pour les désigner (de l’extérieur) soit Ahmed Silem en 1991 (dans son « Encyclopédie de l’économie et de la gestion »). En tout cas, à beaucoup cette émergence peut aujourd’hui apparaître lointaine et peu en relation avec les questionnements actuels. Mais cette réaction, compréhensible, est en réalité à courte vue : car c’est bien à cette période qu’il faut situer les origines des mutations profondes de l’information – communication, autant celle des outils de communication que celle des formes culturelles et informationnelles. Les éclairages de la théorie ont ainsi été formulés peu à peu, mais incontestablement en prenant en compte et à partir de ce qui émergeait des pratiques sociales. Les chercheurs, d’une certaine façon, ne peuvent être qu’en phase avec ce qui « remonte » du terrain.

4De quoi est composé le Cahier ? Le lecteur n’y trouvera pas un état complet et détaillé des recherches. Dans ce but, il pourra se reporter au site OMIC (Observatoire des Mutations des Industries Culturelles, http://www.observatoire-omic.org/​), et plus généralement au plan international, à la littérature scientifique portant sur l’Économie politique de la communication (pour une présentation synthétique, voir Bernard Miège, L’Économie Politique de la Communication : des apports théoriques toujours actuels, revue Hermès N° 38, « Les sciences de l’information et de la communication – savoir et pouvoir », CNRS Éditions, Paris, mai 2004, pp. 46-54).

5L’accent a été mis, non sur les éléments descriptifs ou sectoriels, mais sur les axes centraux, et donc sur les interrogations fondamentales le plus souvent développées, tant par les chercheurs se retrouvant dans les orientations scientifiques de la théorie des industries culturelles que par ceux qui lui sont extérieurs D’où les cinq contributions proposées :

  • Un retour sur l’histoire et les fondements de l’approche [Pierre Moeglin], et notamment sur les différences (peut-être pas irréductibles) avec la Théorie critique ;

  • Une analyse de la concentration et de la financiarisation des industries culturelles et des (nouveaux) médias, ainsi que des relations – problématiques – qu’elles entretiennent désormais avec les puissantes industries de la communication [Philippe Bouquillion] ;

  • Une présentation des modèles de fonctionnement des industries culturelles, et des changements qu’ils connaissent actuellement sous l’emprise des techniques de l’information et de la communication et des modalités nouvelles de valorisation de la culture et de l’information [Lucien Perticoz] ;

  • Une proposition d’ordre méthodologique insistant sur les dimensions principales que les recherches se réclamant de la théorie des industries culturelles se doivent de prendre en compte [Bernard Miège] ;

  • Enfin une réflexion centrée sur l’Espagne et l’Amérique latine, qui est l’occasion de mettre en évidence la diversité des enjeux soulevés par les mutations actuelles, à la fois mondiales et spécifiques aux ensembles culturels-linguistiques [Enrique Bustamante].

6Avant de laisser le lecteur découvrir ces différents textes, qui ont été conçus dans une double perspective, à la fois d’ouverture et d’approfondissement de questions saillantes, on apportera deux dernières précisions :

  • les industries culturelles dont il s’agit, incluent également les industries informationnelles (mais c’est surtout en France qu’il importe de le préciser ; ailleurs cela va presque de soi) ;

  • on préférera parler de théorie (avec un t minuscule) que de Théorie, celle-ci étant toujours en cours d’élaboration, et bien de ses composantes restant en discussion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Miège, « La théorie des industries culturelles (et informationnelles), composante des SIC », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2012, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/80

Haut de page

Auteur

Bernard Miège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page