Navigation – Plan du site
Émergences : le genre dans la communication et les médias

Violences sexuelles : du corps étranger à l’étrangeté des corps

Marie-Sherley Valzema

Résumés

À partir d’épisodes de la série New York : unité spéciale, nous proposons d’interroger la place du corps dans la mise en scène des violences subies. Les violences sexuelles ont ceci de particulier qu’elles touchent le corps de manière in-visible. Cet impact corporel devient le seul prisme à travers lequel ces violences peuvent être saisies. Notre propos est ici de montrer que les marques physiques, à travers les discours et les images dont elles sont l’objet, participent à matérialiser les violences sur les corps, voire, dans certains cas, à rendre visibles des violences dans les corps. Pourtant, les rapports de pouvoir sont les grands « oubliés » de ces modes de représentation. En se focalisant sur les traces corporelles des violences, ces derniers évacuent la question des normes genrées dont ces violences sont le symptôme. Surtout, via cette matrice corporelle, on assiste à l’exclusion de certaines violences sans traces, sans paroles, sans « corps », car irreprésentables, des victimes « en attente » de reconnaissance.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Georges Vigarello, Histoire du viol, XVIe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1998, 357 p.
  • 2 Maryse Jaspard, Les violences contre les femmes, Paris, La Découverte, coll. « Repère », 2011, 126  (...)
  • 3 Sandor Ferenczi, Confusion de la langue entre les adultes et l’enfant, Paris, Payot & Rivages, 2004 (...)
  • 4 Laurent Mucchielli, Le scandale des tournantes : dérives médiatiques et contre-enquête sociologique(...)
  • 5 Christelle Hamel, « Faire tourner les meufs : discours des médias et des agresseurs », Gradhiva, n° (...)
  • 6 Frédérique Matonti, « Les mots pour (ne pas) le dire », Raisons politiques, n° 46, 2012, p. 13-45.
  • 7 Marie-Joseph Bertini, « Genre et médias à l’épreuve de l’affaire DSK. Réflexions sur le commentaire (...)
  • 8 Isabelle Garcin-Marrou, Des violences et des médias, Paris, L’Harmattan, coll. « Questions contempo (...)

1Si les recherches sur les violences sexuelles sont relativement récentes, celles sur leurs représentations le sont encore davantage. Devenues un objet d’étude dans de nombreuses disciplines telles que l’histoire (Vigarello, 19981), la sociologie (Jaspard, 20112), la psychanalyse (Ferenczi, 19823), force est de constater que les violences sexuelles ne constituent pas encore un enjeu saillant de la recherche en sciences de l’information et de la communication. Pourtant, elles font l’objet de nombreuses représentations médiatiques, notamment via les documentaires, les reportages, les séries ou les journaux télévisés – que ce soit par la médiatisation intense et éphémère des « tournantes » (Mucchielli, 20054 ; Hamel, 20035), l’affaire des joggeuses violées et assassinées, ou encore l’affaire DSK (Matonti, 20126 ; Bertini, 20127). C’est précisément pour cette raison qu’il nous semble pertinent de saisir les processus qui mènent à la visibilisation et d’identifier les normes qui sous-tendent les représentations de ces violences (Garcin-Marrou, 20078).

  • 9 Frédéric Chauvaud, Corps saccagés : une histoire des violences corporelles du siècle des Lumières à (...)
  • 10 Hervé Glevarec, Éric Macé et Éric Maigret, Cultural studies : anthologie, Paris, Armand Colin, coll (...)
  • 11 Éric Maigret et Éric Macé, Penser les médiacultures nouvelles pratiques et nouvelles approches de l (...)
  • 12 Éric Macé, « “Des minorités visibles” aux néostéréotypes, les enjeux des régimes de monstration tél (...)
  • 13 Ibid., p. 70.
  • 14 . Éric Macé, La société et son double : une journée ordinaire de télévision, Paris, Armand Colin, 2 (...)

2Cet article a pour objectif de mettre en perspective l’usage socio-médiatique du corps dans une série américaine intitulé New York : unité spéciale. D’une part, nous verrons que les violences sexuelles ne sont pas toutes représentées, d’autre part que c’est par le prisme des corps multipliés, anonymisés, blessés, mutilés ou morts, que les violences sexuelles parviennent à s’appréhender médiatiquement. Comprendre les enjeux sociopolitiques de la médiatisation des corps saccagés (Chauvaud, 20099) lorsqu’il est question de violences sexuelles apparaît donc primordial. Pour mieux les appréhender, la télévision est un terrain opportun car elle est le lieu de nombreux conflits de définition d’ordre politique, moral et éthique. De plus, notre étude s’inscrit au sein des cultural studies. Indiscipliné et pluridisciplinaire, ce courant de recherche propose « d’un côté, [de] prendre la culture au sérieux en passant du concept marxiste d’idéologie à celui gramscien d’hégémonie »10, et de l’autre, d’étendre la notion de culture en y intégrant des objets délaissés. « De Tarzan à Star Trek en passant par la pornographie, le tatouage corporel, les talk-shows, les soap operas […] rien ne doit plus être mis de côté »11. La télévision offre ainsi un terrain riche car elle « n’est pas la représentation d’une réalité déjà là, mais la monstration d’un point de vue, la mise en scène d’un cadrage interprétatif, la proposition d’une plus ou moins grande légitimation ou déstabilisation des attendus »12. Elle participe donc à configurer et modéliser les imaginaires sociaux. Dès lors, elle est « un bon poste d’observation du “travail de l’imagination” »13. Les séries télévisées et notamment les séries policières peuvent être analysées en tant qu’elles proposent des mises en mots et en images de ces mêmes violences, nous donnant à voir des personnages, des récits, des faits, des situations, des émotions, des contextes qui sont autant d’indications pour saisir le monde social (Macé, 200614).

  • 15 Ibid., p. 13.
  • 16 New-York, unité spéciale, générique.
  • 17 Sarah Selpuchre, Décoder les séries télévisées, Bruxelles, De Boeck, 2011, 256 p.

3À ce titre, notre corpus peut être considéré comme un « “monde social” autonome »15 qui ne se contente pas de décrire les violences qui agitent notre monde mais les performent. En plus de 30 ans, les représentations médiatiques relatives aux violences sexuelles n’ont cessé de croître et atteignent aujourd’hui leur paroxysme avec la création d’une série intitulée New York : unité spéciale, qui a choisi de limiter son propos aux seuls crimes sexuels. En effet, contrairement aux autres séries policières, elle offre une thématique inédite, comme on peut l’entendre dans le générique : « Dans le système judiciaire, les crimes sexuels sont considérés comme particulièrement monstrueux. À New York, les inspecteurs qui enquêtent sur ces crimes sont membres d’une unité spéciale, appelée unité spéciale pour les victimes »16. Créée par Dick Wolf, la série invite les téléspectateur-trice-s à suivre les enquêtes de Don Cragen, chef d’équipe qui dirige cette unité d’élite, composée principalement d’Eliott Stabler, d’Olivia Benson, de John Munch et de Fin Tutuola. Cette série feuilletonnante (Sepulchre, 201117) est composée d’une séquence initiale où une/des victimes sont identifiées, après quoi, l’unité spéciale est chargée d’enquêter et enfin les criminels sont mis hors d’état de nuire.

  • 18 Notons par ailleurs, que la série est déconseillée aux moins de 10 ans, voire 12 ans.
  • 19 Nathalie Perreur, « La “néo-série” policière et judiciaire américaine, miroir des anxiétés américai (...)
  • 20 Ibid., p. 91.

4Multi-rediffusée, cette série s’inscrit dans différentes cases horaires, parfois en début ou milieu d’après-midi18, et plus largement en deuxième et troisième partie de soirée, minorant alors l’impact de la série. À l’instar d’autres séries policières américaines, les programmateurs y portent une attention particulière depuis les années 2000, sans doute parce qu’elle propose un point de vue différent sur les crimes et les déviances (Perreur, 200719). « Ces séries tendent à une prise en charge des problèmes actuels touchant leur public »20. Cependant, cerner les publics des séries policières américaines est un enjeu important qui a peu fait l’objet de travaux de recherche.

  • 21 Notons, tout de même que tous les épisodes ne respectent pas le script initial, ainsi certains épis (...)
  • 22 Howard Becker, « L’enquête de terrain : quelques ficelles du métier », Sociétés contemporaines, n°  (...)

5Diffusée en France depuis 2000 sur TF1, seule cette série va faire l’objet de notre attention, à travers une analyse quantitative et qualitative ciblant plus particulièrement les 161 épisodes21 de la première à la septième saison. Quantitative, tout d’abord, car victimes et auteurs ont été répertorié.e.s selon différents critères tels que le « sexe », leur profession, l’âge, le lieu, l’heure de l’agression, etc. Qualitative ensuite, car pour parfaire cette analyse, nous avons relevé de manière systématique les propos des victimes, des auteurs, noté les différents éléments relatifs à l’intrigue policière, listé les différentes personnes interrogées, collecté des imagettes. Ceci nous a permis d’obtenir la matière hétérogène de notre corpus audiovisuel. La méthode utilisée pour traiter ces données est celle de l’induction analytique. Il s’agit de « chercher une proposition générale qui permet de rendre compte de tous les cas particuliers correspondant au phénomène étudié »22. La conceptualisation se veut alors nuancée, en cherchant à confronter nos résultats à de nouveaux cas contradictoires.

Médiatisation des violences sexuelles : de l’inégalité à la hiérarchisation

  • 23 Op cit., p. 63.
  • 24 Cécile Lavergne et Anton Perdoncin, « Éditorial. La violence à l'épreuve de la description », Tracé (...)

6Un des enjeux épistémologiques de cet article vise à comprendre selon quelles modalités les violences sexuelles sont représentées. Celles-ci peuvent se définir comme « des agressions en rapport avec la sexualité de l’agresseur et de l’agressé. […] Ce sont quelques fois des mots – des attitudes dans le cas du harcèlement sexuel –, mais surtout des actes, des pratiques sexuelles, infligés à une personne qui les refuse »23. Cependant, définir les violences sexuelles est une tâche complexe, car il apparaît que la violence « semble être l’archétype de l’objet insaisissable contre lequel tout effort de compréhension rationnelle s’épuiserait sans cesse »24.

  • 25 New-York, unité spéciale « Virginité fatale », TF1, 31.08.2005, 22h21.
  • 26 New-York, unité spéciale « Crime génétique », TF1, 2.06.2002, 16h17.
  • 27 On fait également mention de son héritage génétique, le gène de la violence pourrait être à l’origi (...)

7Un des intérêts de l’analyse statistique effectuée sur l’ensemble des épisodes de la série est de faire apparaître que femmes et hommes ne bénéficient pas des mêmes niveaux de représentation. Pour cela, nous avons recensé les victimes présentes à l’écran. Ce comptage nous permet d’avoir une cartographie des personnes ayant subi des violences sexuelles et ce, sans qu’il soit nécessaire de recourir aux intentionnalités des professionnel-le-s. La série propose ainsi 371 victimes de violences sexuelles. Si la majorité des victimes (majeures ou mineures) sont des femmes, cela ne veut pas pour autant dire que les violences évoquent les rapports de pouvoir, notamment de genre, dont elles sont le symptôme. Les cadres interprétatifs de ces violences semblent mouvants, prenant pour objet tantôt le fonctionnement pervers des agresseurs – comme on peut le voir dans un épisode où un homme dit aux inspecteur.trice.s à propos des victimes qu’il a agressé : « Leur visage est une palette d’émotion, un choc, la confusion, la panique, la peur et toujours un soupçon de douleur très bref ! »25–, tantôt les structures familiales défaillantes. Ainsi, l’un des agresseurs est lui-même le produit d’un viol. Sa mère chinoise est tombée enceinte de son violeur. Lorsqu’il naît, il est rejeté par sa famille, d’une part car il n’a pas la bonne couleur de peau (il est noir), d’autre part, à la vue de son historique familiale : son père est également l’homme qui a violé sa mère26. C’est donc ici l’environnement familial délétère27 qui est désigné comme une des raisons qui l’amène à violer à son tour des femmes.

8Il apparait donc qu’en portant une attention particulière à la dimension psychologique et familiale, peu de représentation du viol dans la série sont présentées comme symptôme et expression de rapports de genre. Par ailleurs, on observe que si on considère le spectre large des violences sexuelles (du harcèlement sexuel au viol, en passant par les mutilations sexuelles féminines), toutes ne sont pas représentées dans la série.

Agressions, harcèlements, mutilations sexuelles : des violences invisibles !

  • 28 Maryse Jaspard, Elizabeth Brown, Stéphanie Condon et al., Les violences envers les femmes en France (...)
  • 29 Nathalie Bajos, Michel Bozon, Enquête sur la sexualité en France : pratiques, genre et santé, Paris (...)
  • 30 DREES, La santé des femmes en France, Paris, La Documentation Française, 2009, 285 p.
  • 31 Lorraine Tournyol du Clos, Thomas Le Jeannic, « les violences faites aux femmes », Insee Première, (...)
  • 32 Catherine Cavalin, « Les violences sexuelles subies par les femmes : au-delà des écarts de mesure, (...)
  • 33 Secrétariat d’état aux droits des femmes et à la vie quotidienne, Le harcèlement sexuel : enquête a (...)
  • 34 Armelle Andro, Marie Lesclingand, Emmanuelle Cambois et Christelle Cirbeau, « Volet quantitatif du (...)

9En France, parmi les études quantitatives sur les violences sexuelles (ENVEFF, 200028 ; CSF, 200629 ; EVS, 200630 ; CVS, 200731), peu de données portent sur le harcèlement et les mutilations sexuelles. Par ailleurs, sous la dénomination « violences sexuelles », les faits identifiés et retenus varient d’une enquête à l’autre, selon qu’elle prend en compte les attouchements, les tentatives de rapports forcés, ou d’autres formes d’agressions sexuelles (Cavalin, 201032). On peut néanmoins mentionner quelques rares enquêtes portant sur le harcèlement sexuel (Louis Harris, 199033) ou encore les mutilations sexuelles (ExH, 200934). Le peu de données chiffrées participe à occulter ces formes spécifiques de violences. Dans la série, on observe des écarts importants entre ces différentes violences. Les logiques socio-médiatiques favorisent de fait, certaines catégories de violences au détriment d’autres, dont l’agression et le harcèlement sexuel. Cette carence est significative de la difficulté de porter à l’écran des violences non pénétratives.

  • 35 Fatou Sow, « Mutilations sexuelles féminines et droits humains en Afrique », Clio. Histoire‚ femmes (...)
  • 36 New-York, unité spéciale « Bijoux volés », TF1, 1.05.2004, 23h31.
  • 37 New-York, unité spéciale « La loi du talion », TF1, 18.07.2001, 22h40.
  • 38 New-York, unité spéciale « Les anges bafoués», TF1, 18.01.2003, 23h49.
  • 39 New-York, unité spéciale « Circonstances atténuantes », TF1, 26.11.2000, 15h14.
  • 40 New-York, unité spéciale « Identité intime », TF1, 2.04.2005, 00h10.
  • 41 New-York, unité spéciale « Bijoux volés », TF1, 1.05.2004, 23h31.

10Les mutilations sexuelles sont quant à elles, elles-aussi presque invisibles. Mais le traitement médiatique y afférant nécessite davantage d’explications d’autant qu’on observe la forte progression de son homologue masculin : la pénectomie, homologue tant au niveau symbolique que sur le plan anatomique. La pénectomie est une pratique chirurgicale effectuée sur les hommes atteints d’un cancer ou dans le cadre d’un changement de « sexe ». À l’inverse, les mutilations sexuelles féminines se réalisent non en fonction de discours médicaux mais en vertu de discours sociaux et religieux (Sow, 199735). Dans la série, les quelques pénectomies évoquées sortent du cadre médical, et relèvent davantage d’une attaque portée à la masculinité agressive que le pénis performe. Ainsi, un épisode, intitulé « bijoux volés », fait directement référence à l’extraction d’un pénis puis à son vol36. Ce schéma est récurrent, d’autres hommes voyant leur « cigare »37 ou leurs « bijoux de famille »38 découpés et emportés par l’agresseur-e. Si tous les hommes ne subissent pas une ablation, certains pénis sont « maltraités ». On tire une balle dans le sexe d’un juge39, on mord le pénis d’un prénommé Louis40, bref, ces actes de violences ont pour objet la mutilation, l’ablation ou la détérioration des organes sexuels de ceux qui sont montrés comme les auteurs des violences sexuelles. À l’origine de ces actes, on retrouve majoritairement les victimes, qui dépouillent ainsi symboliquement et physiquement, les agresseurs de leur masculinité comme le dit Horace : « Je suis plus un homme maintenant »41. Dépossédées d’elles-mêmes, ces femmes mutilent l’outil anatomique qui symbolise les violences exercées à leur encontre.

Différents types de viols : du viol vaginal, oral et anal

  • 42 Op. cit., p. 65.
  • 43 Véronique Le Goaziou, Le viol, aspects sociologiques d’un crime, une étude des viols jugés en cour (...)
  • 44 Wayne Brekhus, « Une sociologie de l’invisibilité : réorienter notre regard », Réseaux, n° 129-130, (...)
  • 45 New-York, unité spéciale « Fausse piste », TF1, 30.03.2002, 00h21.
  • 46 New-York, unité spéciale « Proies fragiles », TF1, 26.03.2005, 23h56.
  • 47 Op. cit., 357 p.

11Parmi les violences sexuelles, l’attention de la série se fixe, sans commune mesure, sur le viol, délimitant, catégorisant et hiérarchisant les violences. L’idée de pénétration comme « crime ultime renvoie d’une certaine manière aux représentations les plus archaïques de la pensée chrétienne primitive »42. S’il existe une grande variété de viols, selon les actes commis (pénétration pénienne, digitale, complète avec éjaculation), la fréquence (unique, répétée etc.), ou encore les circonstances de l’acte (menaces, contraintes, violences, usage d’une arme) (Le Goaziou, 201143), leur représentation dans la série est par contre limitée. Parmi les viols représentés dans la série, les pénétrations péniennes vaginales semblent si évidentes qu’elles ne nécessitent pas d’explication. Ceci a pour conséquence de « reproduire l’idéologie de sens commun culturellement ancrée »44 selon laquelle le viol vaginal serait le seul viol pensable. Parler des violences sexuelles anales demeure rare et complexe. Les victimes sont marginalisées, elles ne sont pas des victimes comme les autres. Cette marginalité s’étend également à l’agresseur : de telles pratiques révèlent les personnalités perverses qui les exécutent. On observe une polysémie de mot pour le désigner : « sodomie aggravée »45 ou encore « par derrière »46. Le terme sodomie est associé dans la majorité des cas à des victimes de sexe masculin. Parler de sodomie est le moyen de renvoyer implicitement à une pratique sexuelle représentée comme non normative. Ainsi, associer sodomie et viol, c’est confondre deux niveaux de langage en inscrivant par la même occasion la sodomie au rang des pratiques sexuelles potentiellement illicites, renvoyant cette dernière à une forme d’illégalité (Vigarello, 199847) et réactivant ses connotations péjoratives.

  • 48 New-York, unité spéciale « Identité intime », TF1, 2.04.2005, 00h10.
  • 49 New-York, unité spéciale « Un crime dans la nuit », TF1, 28.12.2005, 23h27.

12Si les violences sexuelles anales parviennent à être représentées via certains prismes – victimes masculines essentiellement –, il en est tout autrement pour les violences buccales. Ces violences ne parviennent à s’inscrire ni dans les représentations ni dans le langage. Des moyens détournés sont alors mobilisés pour les évoquer, comme on peut le voir à travers les propos de Lindsey : « Il m’a entrainée sur cette rampe, […] il a dit qu’il avait un truc mieux pour moi. Il a ouvert son pantalon, je l’ai mordu aussi fort que j’ai pu, […] En reculant, il est tombé »48. Par ailleurs, les violences dont l’unique localisation est la bouche sont rarement considérées dans la série comme des violences à part entière. Il est nécessaire d’adosser à ces violences buccales un viol vaginal pour que se déploie l’aspect violent du crime comme on peut l’entendre via les propos d’un scientifique dans la série : « Il y a eu viol et fellation forcée »49. De même que pour le terme sodomie, on observe que le terme fellation est privilégié pour parler de ce type de violence. Si le terme renvoie à une pratique sexuelle disqualifiée, il est aussi le moyen d’occulter la part de violence de l’acte. Ainsi, le langage mobilisé dans la série pour parler et décrire les violences sexuelles induit une confusion entre sexualité non normative et violence.

L’examen médico-légal : corps marqués, corps anonymes, multiplication des corps

  • 50 Maria Michela Marzano, Penser le corps, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Questions (...)
  • 51 Didier Fassin, Patrice Bourdelais, Les constructions de l’intolérable : étude d’anthropologie et d’ (...)

13Toutes les violences sexuelles qui s’exercent dans et sur le corps n’ont pas la même visibilité médiatique. Dans les épisodes de la série, les corps violentés, maltraités, meurtris, bafoués sont à l’origine de l’enquête. Aussitôt trouvés, tout un processus se met en place pour découvrir l’auteur des faits. Les investigations se font d’abord sur les corps des victimes. Le corps prend alors place dans un univers aseptisé : l’hôpital ou la morgue. Que ce soit dans l’un ou l’autre espace, il est inspecté dans ses moindres détails. Devenu objet sous l’emprise de l’auteur des violences sexuelles, soit un objet-instrument (Marzano, 200250), il devient un corps indice sous l’emprise du médecin ou du médecin légiste. Le corps devient un outil pour dire l’intolérable (Fassin, Bourdelais, 200551). Il apparaît alors en tension entre deux logiques : inscrire les violences sexuelles au rang de violences destructrices sur et dans les victimes – sur les corps, les esprits –, et désincorporer les victimes par le biais des procédures juridico-policières. On peut voir que le corps fait « preuve », notamment via les discours médicaux qui assertent les violences subies. Les violences sexuelles sont alors, réduites aux violences laissant des traces visibles et le corps devient un outil permettant de tirer les preuves du passage à l’acte de l’agresseur.

  • 52 Op cit., 211 p.
  • 53 New-York, unité spéciale « Vulnérable », TF1, 21.12.2002, 00h29.
  • 54 New-York, unité spéciale « Meurtre sur papier glacé », TF1, 11.07.2001, 22h45.
  • 55 New-York, unité spéciale « Crime génétique », TF1, 2.04.2002, 16h17.

14La série propose donc de plonger dans les profondeurs du corps pour expliciter la violence. Par ce biais, elle participe au morcellement des corps. On observe que les corps sont marqués et les victimes soumises à des tests qui visent à sonder l’extérieur et/ou l’intérieur. La description s’effectue à partir d’une taxinomie médicale. Cette description permet de confirmer les violences et donne une place importante aux viols violents (Le Gouaziou, 201152). Ainsi, blessures, hématomes, ecchymoses, plaies sont des traces qui peuvent être mesurées, photographiées et qui servent d’appui pour attester les violences exercées. Les médecins découvrent des égratignures et des bleus, des brûlures sur la poitrine53, des blessures différentes sur le visage, la poitrine54. On observe également des fractures, des traumatismes, une perte de conscience, des défigurations55. Via ces descriptions, l’auteur est dépeint comme celui qui brise le corps, et les traces corporelles s’imposent en tant que preuve attestant du manquement à l’intégrité corporelle. Prouver les violences sexuelles passe nécessairement par cette mise en scène du corps, qui devient alors le support ultime de formulation et représentation des violences.

  • 56 New-York, unité spéciale « Folie douce », TF1, 16.02.2002, 23h28.
  • 57 New-York, unité spéciale « La femme aux bottes rouges », TF1, 29.11.2003, 00h35.
  • 58 New-York, unité spéciale « Triste réalité », TF1, 9.09.2001, 15h10.
  • 59 New-York, unité spéciale « La vérité sous silence », TF1, 12.03.2005, 23h19.
  • 60 New-York, unité spéciale « Compte à rebours », TF1, 26.01.2005, 23h19.
  • 61 New-York, unité spéciale « Témoignage à haut risque », TF1, 6.07.2003, 23h16.
  • 62 New-York, unité spéciale « Trafic d’influence », TF1, 13.12.2003, 00h17.
  • 63 New-York, unité spéciale « Les anges bafoués », TF1, 18.01.2003, 23h49.

15Mais ces traces ne sont pas les seules observées pour attester le viol. Des dispositifs, dans la série sont mis en place pour « fouiller » l’intérieur de ce corps qui ne se livre pas aussi facilement : l’intériorité s’explore. L’examen médical porte sur les différents orifices (vagin, anus) et a pour objectif de chercher les indices que l’auteur aurait pu laisser (sperme). Les médecins explorent l’invisible, visualisent les profondeurs. L’intériorité est extériorisée par les propos du médecin qui fournit un rapport sur « l’activité » de cet espace. C’est donc par le truchement de la parole que l’intérieur devient visible. In-visible et in-montrable, c’est pourtant à partir de ces données que les médecins déterminent l’acte sexuel consenti ou forcé, voire la vie sexuelle des victimes (virginité ou forte activité sexuelle par exemple). L’absence de traumatisme vaginal suffit à donner la preuve d’un rapport consenti. Si le kit de viol s’avère positif, les médecins fournissent aux enquêteur.trice.s des éléments permettant de légitimer leurs propos : traumatisme vaginal56, « vieille trace de brûlure sur les parties génitales »57, bleus sur les cuisses et aussi sur la région pelvienne et vaginale58, hymen déchiré59, contusion périnéale, « orifice d’entrée gonflé et rouge »60, déchirure provenant du viol et de la sodomie61, perforation du colon62, dégâts irréversibles liés à des sodomies répétées63. Il ne s’agit pas seulement d’identifier les lésions qui peuvent être faites à l’intérieur, mais également de sonder le vagin et l’anus pour retrouver l’arme du crime, c’est-à-dire pour trouver les traces du pénis incriminé. Le sperme et l’ADN permettent ainsi de retrouver l’auteur, si bien que lorsqu’un individu est suspecté, un échantillon de son ADN est systématiquement demandé. Le vagin devient alors un lieu de laboratoire.

  • 64 Vanessa Fargnoli, Viol(s) comme arme de guerre, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 37.

16Le corps est surexposé car il fait la preuve des violences. La salle d’autopsie et l’hôpital sont alors des lieux de mise en récit des violences exercées à l’encontre des corps. Les corps se scindent en pièces détachées. Ces blessures sont autant de traces de l’irreprésentable, de l’in-montrable, même si dans le même temps elles témoignent de la violence de l’auteur, asservissant ces victimes par le corps. Les blessures ne servent pas seulement à prouver l’agression, elles permettent également de faire ressortir ce qui ne peut être représenté, ce qui ne peut être vu, et qui doit à chaque instant être réaffirmé. Les corps parlent et attestent de la vérité. « Les traces corporelles […] viennent renforcer la véracité de la narration traumatique, signes tangibles d’un évènement subi »64. L’enjeu est double, constituer le corps comme un indice, mais un indice irréfutable (pour éloigner le spectre des menteuses). Si le corps est autant mobilisé, c’est qu’il matérialise les violences et celles et ceux autorisés à s’exprimer sur ce corps, sur la validité des traces, ces « expert.e.s » du corps sont les médecins. Leur rapport médical n’est pas sans conséquence. Si les résultats de l’expertise sur le corps et la parole des victimes violentées dissonent, ces dernières peuvent être discréditées. Cette place première donnée au corps a par conséquent pour effet de ramener les propos des victimes au second plan. Écouter le corps qui parle dans un premier temps conduit à une dévalorisation de la parole dans un second temps.

  • 65 New-York, unité spéciale « L’enfant du métro », TF1, 29.10.2000, 15h16.
  • 66 New-York, unité spéciale « Un héritier encombrant », TF1, 10.04.2004, 23h36.

17La série pose une question récurrente : est-il possible pour les victimes de se débarrasser du viol qui colle à la peau ? Certes, le corps est une ressource indispensable mais il n’est pas le seul. D’une part, parce que certaines agressions sont lointaines, les traces se sont alors effacées ; d’autre part, parce que certains dispositifs mis en place participent à l’effacement des victimes. Par exemple, certaines sont anonymes, elles sont à peine visible à l’écran, passent sans bruit, sans agir, ni réagir, elles se retirent du champ discursif et/ou visuel. Ainsi, dans « L’enfant du métro »65, on apprend qu’il y a 8 victimes mais moins de la moitié d’entre elles ont accès à la parole. Par ailleurs, dans cet épisode, la majorité des victimes n’ont pas de nom. Cette absence de nomination participe à mettre en évidence l’importance et le nombre de victimes. D’autres sont mentionnées, nommées, mais n’ont pas de visage. Dans l’épisode intitulé « Un héritier encombrant »66, parmi les 4 femmes victimes de viol dans une voiture, aucune ne sera interrogée. Ces victimes sans corps, dont on connait l’existence par le biais de la police ou d’autres victimes, ne se matérialisent pas. Des corps anonymes aux corps sans visage, on assiste à une volonté de parler des violences sexuelles en se coupant des corps (et de la parole) des victimes. Via cette absence corporelle, le lien est rompu entre victimes et violences sexuelles.

  • 67 New-York, unité spéciale « Ténèbres », TF1, diffusé le 7.12.2005, 22h49.

18Ainsi, au morcellement des corps, à l’anonymisation, s’ajoute la pluralité, le nombre élevé de victimes qui défilent à l’écran. Ces victimes ont ceci de particulier qu’elles sont des victimes comme les autres, mais également avec les autres, et le temps de parole de chacune est bas, enchevêtré et mêlé à celui des autres. Elles sont parfois même indissociables les unes des autres. Le nombre élevé de victimes met en exergue le sérial violeur (voire killer) qui répète inlassablement les mêmes gestes. La multiplication entraîne l’anonymisation et l’effacement au profit d’une victime – qui représente toutes les autres. Par exemple dans « Ténèbres »67, on décompte 19 victimes. La majorité d’entre elles sont des sans-papiers et n’osent parler de peur de subir des sanctions administratives. Pour l’auteur, les victimes sont anonymes, interchangeables, et la série participe du même coup à les dépersonnaliser : elles exemplifient des actes, des modes opératoires, des perversions…

Conclusion

19Dans la série New York, Unité Spéciale, agressions, harcèlements, mutilations sexuel.le.s ne bénéficient pas des mêmes niveaux de représentations médiatiques tandis que le viol fait l’objet d’une attention particulière. Pourtant, tous les viols ne parviennent pas à être représentés, certains, comme le viol vaginal, sont régulièrement à l’origine du récit médiatique, d’autres, comme les violences sexuelles anales et buccales, sont laissés dans l’ombre. Au vu de notre analyse, il apparaît que l’orifice d’entrée a une forte incidence sur la médiatisation des violences sexuelles. En effet, on peut relever une hiérarchisation entre différentes parties corporelles : la bouche, l’anus, le vagin ne sont pas mis sur le même plan. On pourrait alors se demander si ce n’est pas l’absence de pénétration procréative qui empêche la reconnaissance des autres formes de viol, ou encore les disqualifications sociales imputées aux autres pratiques sexuelles. Il apparait que ceci a pour effet de placer le vagin comme espace privilégié du viol. Ce dernier n’est pas sans impact sur les corps des victimes car violenter, c’est diminuer le corps de l’autre, l’amener vers le néant. Le corps sert de source pour dire les violences qui ont été exercées à son encontre. Les marques servent alors de matérialisation des violences. Ces blessures se situent à la fois sur le corps mais également dans le corps, elles sont autant de traces de l’in-visible et l’in-montrable. Pourtant, une telle monstration des corps participe à faire disparaitre les victimes. Anonymes ou au contraire multipliées, les victimes ont peu recours à la parole, si bien qu’on observe parfois des victimes « sans corps ».

Haut de page

Bibliographie

Andro Armelle, Lesclingand Marie, Cambois Emmanuelle et Cirbeau Christelle, « Volet quantitatif du projet Excision et Handicap (ExH) : Mesure des lésions et traumatismes et évaluation des besoins en chirurgie réparatrice », 2009, 87 p. Disponibilité et accès : http://www.univ-paris1.fr/fileadmin/CRIDUP/Rapport_final_ExH_volet_quantitatif.pdf

Bajos Nathalie, Bozon Michel et l’équipe CSF, « Les violences sexuelles en France : quand la parole se libère », Population & Sociétés, 2008, n° 445, 4 p.

Bajos Nathalie, Bozon Michel, Enquête sur la sexualité en France : pratiques, genre et santé, Paris, La Découverte, 2008, 609 p.

Balier Claude, Psychanalyse des comportements violents, Paris, PUF, 2002, 287 p.

Becker Howard, Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, La Découverte, coll. « Guides Repères », 2002, 352 p.

Becker Howard, « L’enquête de terrain : quelques ficelles du métier », Sociétés contemporaines, 2000, n° 40, p. 151-164.

Bertini Marie-Joseph, « Genre et médias à l’épreuve de l’affaire DSK. Réflexions sur le commentaire en ligne, nouvel espace de construction de l’inégalité des sexes », Sciences de la Société, 2012, n° 83, p. 54-65

Brekhus Wayne, « Une sociologie de l’invisibilité : réorienter notre regard », Réseaux, 2005, n° 129-130, p. 243-272.

Brownmiller Susan, Le viol, Paris, Stock, 1976, 568 p.

Butler Judith, Trouble dans le genre : pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découverte, 2005, 283 p.

Cavalin Catherine, « Les violences sexuelles subies par les femmes : au-delà des écarts de mesure, des résultats convergents », dans Beck François, Cavalin Catherine, Maillochon Florence, Violences et santé en France : état des lieux, Paris, la Documentation Française, 2010, p. 99-108.

Chauvaud Fréderic, Corps saccagés : une histoire des violences corporelles du siècle des Lumières à nos jours, Rennes, Presse universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2009, 313 p.

Chetcuti Natacha et Jaspard Maryse, Violences envers les femmes : trois pas en avant deux pas en arrière, Paris, l’Harmattan, 2007, 319 p.

Coenen Marie-Thérèse, Knibielher Yvonne, Corps de femmes : Sexualité et contrôle social, Bruxelles, De Boeck, coll. « Politique et histoire », 2002, 216 p.

Collin Françoise, « Le corps v(i)olé », Les Cahiers du GRIF, 1974, n° 3, p. 5-21.

Dagognet François, Philosophie de l’image, Paris, J-Vrin, 1986, 254 p.

Drees, La santé des femmes en France, Paris, La Documentation Française, 2009, 285 p.

Fargnoli Vanessa, Viol(s) comme arme de guerre, Paris, L’Harmattan, 2012, 260 p.

Fassin Didier, Bourdelais Patrice, Les constructions de l’intolérable : étude d’anthropologie et d’histoire sur les frontières de l’espace moral, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2005, 230 p.

Ferenczi Sandor, Confusion de langue entre les adultes et l’enfant, Paris, Payot & Rivages, 2004, 72 p.

Fischel Joseph, « Contrôle et production des délinquants sexuels aux Etats-Unis : une introduction critique », Archive de politique criminelle, 2012, n° 34, p. 207-222.

Foucault Michel, Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, 374 p.

Foucault Michel, Histoire de la sexualité : la volonté de savoir, Paris, Gallimard, 2000, 211 p.

Foucault Michel, Histoire de la sexualité : l’usage des plaisirs, Paris, Gallimard, 1997, 339 p.

Garcin-marrou Isabelle, Des violences et des médias, Paris, L’Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2007, 283 p.

Glevarec Hervé, Mace Éric et Maigret Éric, Cultural studies : anthologie, Paris, Armand Colin, coll. « Médiacultures », 2008, 368 p.

Hamel Christelle, « Faire tourner les meufs : discours des médias et des agresseurs », Gradhiva, 2003, n° 33, p. 25-92.

Heritier Françoise, Masculin / féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996, 332 p.

Heritier Françoise, Masculin / féminin II. Dissoudre la hiérarchie, Paris, Odile Jacob, 1996, 336 p.

Houel Annick, « Les représentations sociales sur les violences conjugales », Cliniques méditerranéennes, 2013, n° 88, p. 9-17.

Jaspard Maryse, Les violences contre les femmes, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2011, 126 p.

Jaspard Maryse, Brown Elizabeth, Condon Stéphanie et al., Les violences envers les femmes en France : une enquête nationale, Paris, La Documentation Française, 2003, 370 p.

Lavergne Cécile et Perdoncin Anton, « Éditorial. La violence à l'épreuve de la description », Tracés, 2010, n° 19, p. 5-25.

Lieber Marylène, Genre, violences et espaces publics, la vulnérabilité des femmes en question, Paris, Presses de Sciences-Po, 2008, 324 p.

Le Goaziou Véronique, Le viol, aspects sociologiques d’un crime. Une étude des viols jugés en cour d’assises, Paris, La Documentation Française, coll. « Perspectives sur la justice », 2011, 211 p.

Mace Éric, La société et son double : une journée ordinaire de télévision, Paris, Armand Colin, 2006, 318 p.

Mace Éric, « Des “Des minorités visibles” aux néostéréotypes, les enjeux des régimes de monstration télévisuelle des différences ethnoraciales », Journal des anthropologues, Hors-série, « Identités nationales d’Etat », 2007, p. 69-87.

Maigret Éric, Mace Éric, Penser les médiacultures nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, Paris, Armand Colin, coll. « Médiacultures », 2005, 186 p.

Matonti Frédérique, « Les mots pour (ne pas) le dire », Raisons politiques, 2012, n° 46, p. 13-45.

Marzano Maria Michela, Penser le corps, Paris, PUF, coll. « Questions d’éthique », 2002, 181 p.

Moine Raphaëlle, Rollet Brigitte et Sellier Geneviève, Policiers et criminels : un genre populaire sur grand et petit écrans, Paris, L’Harmattan, coll. « Champs visuels », 2009, 323 p.

Mucchielli Laurent, Le scandale des tournantes : dérives médiatiques et contre-enquête sociologique, Paris, La Découverte, 2005, 124 p.

Organisation Mondiale de la Santé, Rapport mondial sur la violence et la santé, Genève, 2002. Disponibilité et accès : http://www.who.int/violence_injury_prevention/violence/world_report/fr/full_fr.pdf

Perreur Nathalie, « La “néo-série” policière et judiciaire américaine, miroir des anxiétés américaines », Médiamorphoses, Hors-Série, Maigret Éric et Soulez Guillaume, « Les Raisons d’aimer... les séries télé », p. 90-93.

Secrétariat aux droits des femmes et à la vie quotidienne, Le harcèlement sexuel : enquête auprès des français, perception, opinions et évaluation du phénomène : rapport d’étude, Paris, Louis Harris, 1991, 63 p.

Sellier Geneviève, Beylot Pierre, les séries policières, Paris, L’Harmattan, coll. « Les Médias en actes », 2004, 405 p.

Selpuchre Sarah, Décoder les séries télévisées, Bruxelles, De Boeck, 2011, 256 p.

Sow Fatou, « Mutilations sexuelles féminines et droits humains en Afrique », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 1997, n° 6, p. 180-185.

Tournyol du Clos Lorraine, Le Jeannic Thomas, « les violences faites aux femmes », Insee Première, 2008, n° 1180, 4 p.

Vigarello George, Histoire du viol, xvie-xxe siècles, Paris, Seuil, 1998, 357 p.

Haut de page

Notes

1 Georges Vigarello, Histoire du viol, XVIe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1998, 357 p.

2 Maryse Jaspard, Les violences contre les femmes, Paris, La Découverte, coll. « Repère », 2011, 126 p.

3 Sandor Ferenczi, Confusion de la langue entre les adultes et l’enfant, Paris, Payot & Rivages, 2004, 72 p.

4 Laurent Mucchielli, Le scandale des tournantes : dérives médiatiques et contre-enquête sociologique, Paris, La Découverte, 2005, 124 p.

5 Christelle Hamel, « Faire tourner les meufs : discours des médias et des agresseurs », Gradhiva, n° 33, 2003, p. 25-92.

6 Frédérique Matonti, « Les mots pour (ne pas) le dire », Raisons politiques, n° 46, 2012, p. 13-45.

7 Marie-Joseph Bertini, « Genre et médias à l’épreuve de l’affaire DSK. Réflexions sur le commentaire en ligne, nouvel espace de construction de l’inégalité des sexes », Sciences de la Société, n° 83, 2012, p. 54-65.

8 Isabelle Garcin-Marrou, Des violences et des médias, Paris, L’Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2007, 283 p.

9 Frédéric Chauvaud, Corps saccagés : une histoire des violences corporelles du siècle des Lumières à nos jours, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2009, 313 p.

10 Hervé Glevarec, Éric Macé et Éric Maigret, Cultural studies : anthologie, Paris, Armand Colin, coll. « Médiacultures », 2008, p. 6.

11 Éric Maigret et Éric Macé, Penser les médiacultures nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, Paris, Armand Colin, coll. « Médiacultures », 2005, p. 28.

12 Éric Macé, « “Des minorités visibles” aux néostéréotypes, les enjeux des régimes de monstration télévisuelle des différences ethnoraciales », Journal des anthropologues, Hors-série, « Identités nationales d’Etat », 2007, p. 70.

13 Ibid., p. 70.

14 . Éric Macé, La société et son double : une journée ordinaire de télévision, Paris, Armand Colin, 2006, 318 p.

15 Ibid., p. 13.

16 New-York, unité spéciale, générique.

17 Sarah Selpuchre, Décoder les séries télévisées, Bruxelles, De Boeck, 2011, 256 p.

18 Notons par ailleurs, que la série est déconseillée aux moins de 10 ans, voire 12 ans.

19 Nathalie Perreur, « La “néo-série” policière et judiciaire américaine, miroir des anxiétés américaines », Médiamorphoses, Hors-Série, Éric Maigret et Guillaume Soulez, « Les Raisons d’aimer... les séries télé », p. 90-93.

20 Ibid., p. 91.

21 Notons, tout de même que tous les épisodes ne respectent pas le script initial, ainsi certains épisodes ont pour thématique : la maltraitance, les fusillades, la drogue, etc…

22 Howard Becker, « L’enquête de terrain : quelques ficelles du métier », Sociétés contemporaines, n° 40, 2000, p. 154.

23 Op cit., p. 63.

24 Cécile Lavergne et Anton Perdoncin, « Éditorial. La violence à l'épreuve de la description », Tracés, n° 19, 2010, p. 5.

25 New-York, unité spéciale « Virginité fatale », TF1, 31.08.2005, 22h21.

26 New-York, unité spéciale « Crime génétique », TF1, 2.06.2002, 16h17.

27 On fait également mention de son héritage génétique, le gène de la violence pourrait être à l’origine de ses actes.

28 Maryse Jaspard, Elizabeth Brown, Stéphanie Condon et al., Les violences envers les femmes en France : une enquête nationale, Paris, La Documentation Française, 2003, 370 p.

29 Nathalie Bajos, Michel Bozon, Enquête sur la sexualité en France : pratiques, genre et santé, Paris, La Découverte, 2008, 609 p.

30 DREES, La santé des femmes en France, Paris, La Documentation Française, 2009, 285 p.

31 Lorraine Tournyol du Clos, Thomas Le Jeannic, « les violences faites aux femmes », Insee Première, n° 1180, 2008, 4 p.

32 Catherine Cavalin, « Les violences sexuelles subies par les femmes : au-delà des écarts de mesure, des résultats convergents », dans François Beck, Catherine Cavalin, Florence Maillochon, Violences et santé en France : état des lieux, Paris, La Documentation Française, 2010, p. 99-108.

33 Secrétariat d’état aux droits des femmes et à la vie quotidienne, Le harcèlement sexuel : enquête auprès des Français, perception, opinions et évaluation du phénomène, Paris, Louis Harris, 1991, 63 p.

34 Armelle Andro, Marie Lesclingand, Emmanuelle Cambois et Christelle Cirbeau, « Volet quantitatif du projet Excision et Handicap (ExH) : Mesure des lésions et traumatismes et évaluation des besoins en chirurgie réparatrice », 2009, 87 p. Disponibilité et accès : http://www.univ-paris1.fr/fileadmin/CRIDUP/Rapport_final_ExH_volet_quantitatif.pdf

35 Fatou Sow, « Mutilations sexuelles féminines et droits humains en Afrique », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, n° 6, 1997, p. 180-185.

36 New-York, unité spéciale « Bijoux volés », TF1, 1.05.2004, 23h31.

37 New-York, unité spéciale « La loi du talion », TF1, 18.07.2001, 22h40.

38 New-York, unité spéciale « Les anges bafoués», TF1, 18.01.2003, 23h49.

39 New-York, unité spéciale « Circonstances atténuantes », TF1, 26.11.2000, 15h14.

40 New-York, unité spéciale « Identité intime », TF1, 2.04.2005, 00h10.

41 New-York, unité spéciale « Bijoux volés », TF1, 1.05.2004, 23h31.

42 Op. cit., p. 65.

43 Véronique Le Goaziou, Le viol, aspects sociologiques d’un crime, une étude des viols jugés en cour d’assises, Paris, La Documentation Française, coll. « Perspectives sur la justice », 2011, 211 p.

44 Wayne Brekhus, « Une sociologie de l’invisibilité : réorienter notre regard », Réseaux, n° 129-130, 2005, p. 254.

45 New-York, unité spéciale « Fausse piste », TF1, 30.03.2002, 00h21.

46 New-York, unité spéciale « Proies fragiles », TF1, 26.03.2005, 23h56.

47 Op. cit., 357 p.

48 New-York, unité spéciale « Identité intime », TF1, 2.04.2005, 00h10.

49 New-York, unité spéciale « Un crime dans la nuit », TF1, 28.12.2005, 23h27.

50 Maria Michela Marzano, Penser le corps, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Questions d’éthique », 2002, 181 p.

51 Didier Fassin, Patrice Bourdelais, Les constructions de l’intolérable : étude d’anthropologie et d’histoire sur les frontières de l’espace moral, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2005, 230 p.

52 Op cit., 211 p.

53 New-York, unité spéciale « Vulnérable », TF1, 21.12.2002, 00h29.

54 New-York, unité spéciale « Meurtre sur papier glacé », TF1, 11.07.2001, 22h45.

55 New-York, unité spéciale « Crime génétique », TF1, 2.04.2002, 16h17.

56 New-York, unité spéciale « Folie douce », TF1, 16.02.2002, 23h28.

57 New-York, unité spéciale « La femme aux bottes rouges », TF1, 29.11.2003, 00h35.

58 New-York, unité spéciale « Triste réalité », TF1, 9.09.2001, 15h10.

59 New-York, unité spéciale « La vérité sous silence », TF1, 12.03.2005, 23h19.

60 New-York, unité spéciale « Compte à rebours », TF1, 26.01.2005, 23h19.

61 New-York, unité spéciale « Témoignage à haut risque », TF1, 6.07.2003, 23h16.

62 New-York, unité spéciale « Trafic d’influence », TF1, 13.12.2003, 00h17.

63 New-York, unité spéciale « Les anges bafoués », TF1, 18.01.2003, 23h49.

64 Vanessa Fargnoli, Viol(s) comme arme de guerre, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 37.

65 New-York, unité spéciale « L’enfant du métro », TF1, 29.10.2000, 15h16.

66 New-York, unité spéciale « Un héritier encombrant », TF1, 10.04.2004, 23h36.

67 New-York, unité spéciale « Ténèbres », TF1, diffusé le 7.12.2005, 22h49.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Sherley Valzema, « Violences sexuelles : du corps étranger à l’étrangeté des corps », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/729 ; DOI : 10.4000/rfsic.729

Haut de page

Auteur

Marie-Sherley Valzema

Marie-Sherley Valzema effectue actuellement une thèse intitulée « Les représentations télévisuelles des violences sexuelles » sous la direction d’Éric Maigret à l’université Sorbonne Nouvelle, laboratoire CIM. Sa thèse est financée par un contrat CIFRE avec la Mairie de Paris. Elle enseigne également les Sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 3 et est en charge de l’atelier Genre et Médias du réseau Efigies.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page