Navigation – Plan du site
Émergences : le genre dans la communication et les médias

#mariagepourtous : Twitter et la politique affective des hashtags

Maxime Cervulle et Fred Pailler

Résumés

Au cours des années 2012 et 2013, le projet de réforme du Code civil français visant l’ouverture du mariage aux couples de personnes de même sexe a fait l’objet d’une importante controverse et a rencontré une forte opposition, notamment représentée par La Manif pour tous. Le mouvement d’opposition s’est en particulier appuyé sur une formation discursive défendant une conception rigide de la « différence des sexes » par la revendication d’un modèle familial strictement nucléaire et d’une division sexuée des rôles sociaux. À partir de l’étude des traces d’usages sur Twitter, cet article vise à interroger les processus de médiatisation de cette controverse tels qu’ils se sont manifestés au sein de ce réseau social numérique. Sur la base d’un corpus de tweets collectés durant le printemps 2013, nous proposons une réflexion à la fois méthodologique et théorique sur les enjeux et modalités du déploiement des discours relatifs à la controverse au sein de cette plateforme de sociabilité numérique. En interrogeant la dimension affective de l’usage des hashtags (mots-clés choisis par les usagers pour indexer un message), nous tentons de rendre compte de l’activation en ligne de rapports de force au travers desquelles se constitue et s’exerce l’identité des acteurs collectifs de la controverse. Il s’agit de décrire la capacité de cette pratique ordinaire d’indexation à mettre en tension des discours au sein d’un champ de relations. L’article souligne ainsi combien la participation au débat public relatif au « mariage pour tous » sur Twitter n’aurait pas tant consisté en l’expression de la singularité des usagers qu’en la contribution de ces derniers à une entreprise collective de construction et d’indexation de tensions sociales dont ils étaient en situation de faire l'expérience.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Maxime Cervulle, « Les controverses autour du ‘‘mariage pour tous’’ dans la presse nationale q (...)
  • 2 Celle-ci émerge après le relatif échec médiatique des premières initiatives d’Alliance Vita, associ (...)
  • 3 Voir le dossier de Nicolas Truong, « Vers un ‘‘printemps’’ anti-Mai 68 ? » dans Le Monde du 25 mai (...)

1Dés l’annonce du calendrier législatif par la garde des Sceaux en septembre 2012, la réforme du mariage ouvrant aux couples de personnes de même sexe un nouveau cadre de contractualisation de leur union a fait l’objet d’une importante controverse au sein des espaces publics médiatiques. La presse s’est notamment emparée de ce thème en multipliant les tribunes d’intellectuels et d’élus ou les reportages documentant la levée du mouvement d’opposition. De façon peu étonnante sur un sujet de société aussi clivant dans le paysage politique français, les quotidiens nationaux les plus marqués à droite – en particulier Le Figaro et La Croix – ont été les plus actifs dans l’accompagnement de la dynamique de contestation de la réforme. Celle-ci s’est en particulier appuyée sur une formation discursive défendant une conception particulièrement rigide de la « différence des sexes »1. Suivant l’ampleur du mouvement de contestation, fédéré sous l’étendard de la dite « Manif pour tous »2, la presse de gauche et centre-gauche (L’Humanité, Libération, Le Monde) a relaté de son côté les débordements verbaux et troubles à l’ordre public qu’elle a occasionnés. Émergent alors deux modes de mise en forme de cette actualité : d’abord le thème de la « radicalisation » du mouvement de contestation, à partir de mars 2013, puis dans un second temps celui de la « convergence des droites » que ce mouvement donne à voir au travers d’alliances publiques entre droite de gouvernance (UMP), extrême-droite (FN), groupuscules nationalistes et contre-révolutionnaires (Bloc identitaire, Jeunesses identitaires, Institut Civitas). La Manif pour tous, plateforme déclarant fédérer une trentaine d’associations, est devenue à la fois le symbole de l’opposition d’une partie de la société française à la réforme et le porte-drapeau d’une revendication de retour aux structures sociales de la première modernité, marquée par un modèle familial nucléaire et une forte division sexuée des rôles sociaux et du travail. L’ampleur des manifestations conduites sous son étendard – qui selon la Préfecture de Police de Paris ont réuni 340 000 personnes le 13 janvier, 300 000 le 24 mars et 150.00 le 26 mai 2013 – a conduit nombre de commentateurs à spéculer sur la signification sociale du mouvement, certains n’hésitant pas à évoquer un « contre-Mai 68 »3.

2Sur les réseaux sociaux numériques, en particulier sur le site de micro-blogging Twitter, l’écho est également conséquent. Le site voit fleurir des centaines de milliers de tweets portant sur ce débat et, parmi les usagers, les signes d’affiliation à l’une ou l’autre des positions se multiplient. Les usagers mettent notamment à profit les ressources sémiotiques du dispositif, certains des partisans de la réforme affichant leur conviction avec une photo de profil marquée du signe égal, tandis que les opposants les plus vifs s’illustrent via des logos plus ou moins officiels de La Manif pour Tous (la silhouette blanche d’une famille nucléaire ou une Marianne bâillonnée). À partir de l’étude des traces d’usages sur Twitter, cet article vise à interroger les processus de médiatisation de la controverse tels qu’ils se manifestent au sein de la plateforme. Les pratiques de micro-blogging nous apparaissent notamment intéressantes en ce qu’elles posent de façon tout à fait singulière la question de la structuration des espaces publics numériques.

  • 4 Patrice Flichy, « Internet et le débat démocratique », Réseaux, n° 150, 2008, p. 159-185.
  • 5 Mathieu Chaput, « Analyser la discussion politique en ligne. De l’idéal délibératif à la reconstruc (...)
  • 6 Florence Millerand, Serge Proulx et Julien Rueff, Web Social - Mutation de la communication, Montré (...)
  • 7 599 articles ont été publiés dans cinq des principaux quotidiens nationaux (Le Monde, Le Figaro, Li (...)
  • 8 Voir Hélène Bekmezian et Gaëlle Dupont, « Mariage gay : quand Twitter s’invite dans le débat », LeM (...)
  • 9 Voir Aurélie Tavernier, « De la parité de genre à l’égalité des sexes. La construction d’un référen (...)

3Durant les années 1990, la question du renouvellement du débat démocratique, voire de l’émergence d’une « hyperdémocratie », a été au cœur de l’appréhension des pratiques numériques par les sciences sociales4. Ces travaux initiaux qui ont interrogé la dimension citoyenne des pratiques numériques ont toutefois eu tendance à ériger en modèle normatif « l’idéal délibératif » habermassien. Comme le note Mathieu Chaput, le prisme visant à comparer l’espace public « rationnel » aux espaces numériques fragmentés et souvent faiblement argumentatifs que sont les blogs, forums et listes de discussion a notamment impliqué une certaine délégitimation des interactions s’y déroulant5. Le passage au web 2.0 (ou web social) dans les années 2000, transformant les logiques d’usage et impliquant une extension relative des rôles de producteur et prescripteur de contenus, a quant à lui été appréhendé comme un tournant à la fois « participatif » et « expressiviste »6. Le débat politique en ligne est alors considéré comme étant le plus souvent réduit à l’expression de subjectivités qui ne semblent que difficilement trouver une traduction concrète sous la forme d’un mouvement social collectif. La forte mobilisation du contre-mouvement culturel qui a émergé dans le sillage de La Manif pour tous, à la fois en ligne et dans les espaces politiques traditionnels, nous semble toutefois permettre de réinterroger la thèse de la désarticulation entre expressivisme en ligne et mobilisation collective. Au-delà, la forte polarisation du débat, l’ampleur de la couverture journalistique7 et l’écho que rencontrent les débats parlementaires sur Twitter8 font de cette controverse un cas tout à fait intéressant pour penser à nouveau frais les enjeux de la participation politique en ligne. Enfin, parce qu’il se penche sur un débat dont l’une des spécificités consiste en la mise en délibération de conceptions diverses de la « différence des sexes » et de leurs usages démocratiques, cet article s’inscrit dans le sillage d’une série de travaux ayant appréhendé la mise en forme médiatique du débat public comme mode de redéfinition conflictuelle du genre9.

Usages et affects

  • 10 Marie-Anne Paveau, « Technodiscursivités natives sur Twitter. Une écologie du discours numérique », (...)
  • 11 Valérie Jeanne-Perrier discute la dimension conversationnelle des échanges sur Twitter dans son art (...)
  • 12 Un point qu’avaient déjà relevé danah boyd, Scott Golder et Gilad Lotan à propos des « retweets », (...)

4Twitter est une plateforme de publication et d’édition de messages de 140 caractères, appelés « tweets ». Ces derniers peuvent être consultés de deux manières : soit sur la timeline de l’usager, qui comprend les tweets des comptes auxquels on s’est abonné ; soit au sein d’une série de tweets organisée autour d’un mot-clé précédé du caractère dièse (hashtag). Le site constitue ainsi un espace non seulement fragmenté, mais distribuant une visibilité personnalisée des tweets. En tant qu’outil d’indexation, le hashtag autorise « l’investigabilité » du discours10, ce qui signifie qu’il permet de constituer des ensembles thématiques de messages et d’effectuer des recherches d’occurrences à l’aide d’un moteur fourni par le site – cette capacité s’appuyant sur le fait que Twitter archive l’ensemble des messages produits par ses abonnés et en offre l’accès durant une période définie. En tant qu’ils agencent des soliloques, dialogues, discussions collectives ou parallèles, ces ensembles thématiques tendent à produire un effet conversationnel11. De la même façon, on peut considérer que l’emploi d’un hashtag, en tant qu’il dénote une volonté de mise en relation, peut être considéré comme une pratique conversationnelle en soi12. Le hashtag, qui occupe une place majeure dans les usages ordinaires de la plateforme, constitue notre point d’entrée méthodologique.

  • 13 La première période s’étend du 12 au 14 avril 2013 et couvre l’adoption de la loi au Sénat (le 12 a (...)

5Après avoir étudié les processus de médiatisation du débat dans la presse, suivi quotidiennement certains des échanges sur Twitter et observé directement certains des temps forts de la controverse (manifestations ou débats parlementaires), nous avons travaillé à partir de plusieurs corpus de tweets collectés entre l’hiver et le printemps 2013. L’adossement d’une analyse quantitative des données récoltées sur Twitter sur de telles observations a pour avantage de ne pas dissocier les tweets de leur environnement social de production et de circulation. Le corpus que nous étudions ici regroupe 415 140 tweets publiés autour de quatre événements lors des mois d’avril et mai 201313. Il a été constitué à partir de la collecte des tweets contenant au moins l’un des hashtags suivants : #mariagepourtous, #manifpourtous, #taubira, #directsenat, #manifdelahonte, #mariagehomo, #onlacherien, #veilleurs, #hommen, #printempsfrançais.

  • 14 Marie-Anne Paveau, op. cit. Sur Twitter comme « dispositif sociotechnique d’information et de commu (...)

6Twitter a pour caractéristique centrale d’être un dispositif de production discursive dont les énoncés sont pris dans un contexte « technorelationnel »14. Appréhender de tels énoncés requiert cependant d’éviter toute réification de la dimension technique de la plateforme qui tendrait à la faire passer pour neutre, autonome et prescrivant une expérience homogène. Selon cette position, le dispositif ne prescrit jamais intégralement les usages de l’appareillage technique. Au contraire, la prégnance de ce dernier est sans cesse déstabilisée et renégociée dans les usages eux-mêmes, l’état stabilisé relevant plutôt d’un équilibre des forces en présence (les rapports entre usagers, ainsi qu’entre les usagers et les directives d’usage énoncées par la plateforme). Il s'agit tout autant d'éviter de considérer que la seule analyse du contenu des échanges permettrait de saisir ce qui fait l’événement. Les contenus ne désignent jamais des ensembles cohérents de significations, particulièrement dans les situations de controverse : l’affrontement de positions conflictuelles tend à porter sur la définition même de l’objet de la controverse plutôt que sur l’expression de points de vue discordants autour d’un même objet. Dans ce cas précis, le conflit définitionnel porte aussi bien sur la structure du débat (jugé inexistant par La Manif pour tous), que sur ses termes : la reconnaissance d’arrangements familiaux à droits constants pour les uns, la défense des droits de l’enfant pour les autres. Ainsi, la coprésence au sein d’une plateforme de sociabilité en ligne n’implique pas nécessairement la participation à une même arène discursive.

  • 15 Gilles Deleuze, Foucault, Paris, Minuit, 1986, p. 78.

7Compris en ce sens, les usages ne visent pas tant la mise en circulation d’une information ou l’engagement d’une interaction, que la production de rapports d’affection. Rendre compte de la pratique d’un dispositif, et des tensions qu’elle suscite, requiert ainsi de ne pas faire l'impasse sur les expériences et les existences qu’elle affecte. Affecter c’est exercer une force au sein d’un champ de relations15. Appréhender les réseaux sociaux numériques comme le lieu de rapports d’affection permet de considérer que les échanges en leur sein dessinent des lignes de tension et de partage aussi bien au niveau des sociabilités que des discours. Les messages qui y circulent visent des publics imaginés sur lesquels les usagers exercent une force, que ce soit de façon directe et volontaire ou non. Le concept d’affect ici mobilisé permet en d’autres termes de ne pas se focaliser sur les contenus ou sur une portion restreinte des échanges, mais de décrire la structuration dynamique de la controverse. Nous nous intéressons ici en particulier à la politique affective des hashtags, c’est-à-dire aux manières dont l’usage de ces derniers active et valorise des rapports de force entre des acteurs à la fois individuels et collectifs.

Hashtags pour tous

8À partir de la dizaine de hashtags que nous avons utilisés pour constituer notre corpus, nous avons identifié au total 37 088 hashtags différents qui leurs sont associés. Parmi ces derniers, seul un nombre réduit joue véritablement un rôle dans la consultation thématisée des conversations (seuls les 100 hashtags les plus utilisés l’ont été plus de 1 300 fois et 98 % des hashtags ont été utilisés moins de 100 fois). Parmi l’ensemble des hashtags collectés, il est possible d’en distinguer 3 types, définis en fonction du nombre de leurs occurrences, de la variété des cooccurrences qui les incluent et de leur fonction dans les tweets qui les contiennent. On peut ainsi les classer en fonction du rendement conversationnel plus ou moins forts qu’ils autorisent, c’est-à-dire de leur capacité à produire l’effet d’une conversation impliquant comme interlocuteurs l’ensemble des usagers utilisant le même hashtag pour indexer leurs tweets.

  • 16 Alice E. Marwick et danah boyd, « I Tweet Honestly, I Tweet Passionately : Twitter Users, Context C (...)

9Les hashtags à fort rendement conversationnel ont une fonction d’index collectif des messages et sont utilisés de façon quasi systématique par les usagers. Les deux hashtags #mariagepourtous et #manifpourtous ont clairement joué ce rôle dans ce débat, atteignant respectivement plus de 410 000 et 276 000 apparitions dans les tweets analysés. L’ensemble des usagers s’accorde sur le sens mutuellement exclusif des deux hashtags. Ces derniers peuvent soit indiquer le point de vue de l’auteur du tweet soit relever de pratiques plus complexes telles que l’interpellation d’un public imaginé auquel on identifie l’emploi du hashtag16. L’envoi d’un commentaire critique quant à La Manif pour tous peut ainsi faire apparaître le hashtag #manifpourtous afin de s’adresser à des usagers perçus comme favorables à ce mouvement. Néanmoins, l’usage de ces deux hashtags semble clivé en ce qu’il aménage deux arènes peu entrelacées. En effet, leur cooccurrence est faible au regard de leur nombre total d’occurrences respectives : 6 % pour #mariagepourtous et 10 % pour #manifpourtous.

10Les hashtags à rendement conversationnel moyen apparaissent dans le sillage des hashtags du premier type, bien qu’ils atteignent des quantités largement moindres (entre 30 000 et 40 000 apparitions pour des hashtags tels que #directsenat ou #veilleurs). Ils servent principalement au référencement des tweets dans des sous-conversations ou sous-thématiques plus spécifiques. Ils apparaissent souvent en cooccurrence avec l’un des deux hashtags principaux, mais ils peuvent parfois acquérir une certaine autonomie. C’est par exemple le cas avec le hashtag #veilleurs dont environ 30 % des occurrences est autonome vis-à-vis des deux hashtags principaux. Si les premiers hashtags ont un caractère instituant et structurent des arènes, les seconds ont en revanche une plus grande mobilité et suivent plus clairement l’intensité et les rebondissements de l’actualité, sans toutefois disparaître sur le long terme.

11Les hashtags à faible rendement conversationnel ont quant à eux un rôle restreint à quelques tweets. Souvent solitaires, ou ne perdurant que lors d’une réponse au tweet qui les a vu naître, ils sont utilisés à d’autres fins que celle de l’indexation : comme moyen d’appuyer sur un mot ou de matérialiser une intonation. S’ils semblent inutiles à certains égards, en tant que signes d’une indexation qui n’a pas de raison d’être, ils peuvent cependant exprimer l’ironie, l’humour ou la réflexivité (y compris vis-à-vis des pratiques d’indexation elles-mêmes).

  • 17 Gilles Deleuze, op. cit., p. 82.

12L’étude des hashtags fait émerger un problème intéressant : bien qu’on leur attribue une fonction de métadonnée, ils font pourtant partie intégrante du message et expriment le plus souvent sous la forme de mots ordinaires une signification allant au-delà de la fonction indexicale (on peut penser aux hashtags #manifdelahaine ou #tagueuleBarjot). Les hashtags peuvent ainsi être considérés comme des opérateurs d’intensification discursive, en ce sens qu’ils peuvent faciliter la mise en tension d’énoncés dans le cadre d’un réseau de relations. Cette plateforme permet de produire ou d’amplifier des rapports d’affection en rendant tangibles et visibles des forces habituellement disséminées dans le champ social. Twitter serait ainsi un lieu de convergence, d’homogénéisation et de mise en série des discours et, partant, d’intensification de leur capacité à affecter17.

Classes lexicales et positions énonciatives

  • 18 Logiciel développé par Pierre Ratinaud, voir le site www.iramuteq.org [Page consultée le 22 octobre (...)
  • 19 Max Reinert, « Quel objet pour une analyse statistique du discours ? Quelques réflexions à propos d (...)
  • 20 Nous ne présentons ici que les cinq principales classes. L’addition des 38 classes restantes ne rep (...)

13Le seul décompte des hashtags ne permet pas de tirer de conclusion quant au contenu des tweets. Les rapports d’affection en jeu dans cette controverse peuvent cependant être mis en relief au travers du type d’analyse discursive proposée par la méthode « Alceste » implémentée dans le logiciel IRaMuTeQ18. Cette méthode de statistique textuelle propose de « rendre compte de l’organisation interne d’un discours »19 en identifiant en son sein les classes lexicales en tension. Une telle méthode nous permet ici de mettre au jour les types de discours que l’emploi des hashtags contribue à intensifier. On remarque que les classes de vocabulaire qui émergent se trouvent refléter des enjeux profondément différents20.

14Une première classe représentant près de 22 % du corpus regroupe des contenus marqués par le lexique de l’action de rue et de la révolte. On y trouve les traces du positionnement discursif des collectifs qui se sont mobilisés à l’encontre de la réforme en suivant la voie tracée par La Manif pour tous (notamment Les Veilleurs, Hommen et Le Printemps français). Peuvent ainsi être identifiés des slogans (« On ne lâche rien »), mots d’ordre (« Abrogation maintenant ») aux côtés de termes désignant les stratégies de mobilisation sur le territoire national et l’affrontement, alors particulièrement tendu, avec les forces de l’ordre (« CRS », « Gas », « Valls », « Rue », « Prefpolice », « Avenue », « Bloquer », « Flic », « Matraquent »).

15Une deuxième classe, représentant la même proportion du corpus, assemble pour sa part des termes relevant du commentaire des évènements et du débat en cours. De façon intéressante, ces commentaires apparaissent établis depuis une position énonciative visant à disqualifier certains acteurs (« fachos », « homophobes », « haineux », « intégriste »), ainsi qu’à exprimer une émotion (« pleurer », « content »), un sentiment (« aimer », « heureux », « pitié »), une réaction (« vomir »).

16Une troisième classe, qui représente près de 20 % du corpus, se concentre sur l’information politique suivant les standards de la presse et des journaux télévisés. Apparaissent ainsi les acteurs principaux de l’arène politique nationale (par ordre d’apparition : « Hollande », « UMP », « PS », « FN », « Copé », « Taubira »), aux côtés du vocabulaire politique usuel (« droite », « gauche », « peuple », « apaisement », « conviction »). On remarque enfin dans cette classe l’entremêlement du débat relatif au mariage et des différentes séquences politiques construites durant le premier semestre 2013, ces dernières étant indissociables du point de vue d’un récit médiatique porté à l’évaluation de l’impact du débat sur la majorité ou l’opposition (on trouve ainsi des éléments liés à « l’affaire Cahuzac » ou à l’évasion de prison de Redoine Faïd).

17Une quatrième classe, qui représente environ 12 % du corpus, recouvre le lexique propre à la délibération parlementaire (« texte », « vote » « Sénat », « assemblée », « loi », « lecture », « solennel »). Elle reflète ainsi l’important travail de suivi en temps réel ou de commentaires différés des débats parlementaires qu’ont effectué les usagers.

  • 21 La critique porte principalement sur l’annulation à la dernière minute, le 27 janvier 2013, d’un di (...)
  • 22 Étudiant des contextes moins clivés, Valérie Jeanne-Perrier relève néanmoins la dimension « méta-mé (...)
  • 23 Voir Alexandre Pouchard, « Un photographe de l’AFP agressé en marge de la manifestation contre le m (...)
  • 24 En particulier lors du rassemblement « pour l’égalité et contre l’homophobie » organisé par Act Up- (...)

18Enfin, une cinquième classe, représentant autour de 5 % du corpus, apparaît plus hybride, même si on peut identifier en son sein la présence importante de Frigide Barjot et Christine Boutin, les références à ces deux actrices centrales du débat se voyant exclues de fait du champ discursif de l’actualité politique (classe 3) et de la mobilisation de rue (classe 1). Cette classe, où semble s’exprimer une forte tension (« valeur », « insulter », « sang », « lamentable », « huer »), inclut également les mentions aux chaînes d’information en continu iTélé et BFM TV, ce qui pourrait s’expliquer par les vives contestations qu’elles ont subies tout au long de la controverse. Ces médias ont en effet été fortement décriés sur les réseaux sociaux numériques du fait d’un soupçon de partialité. Les usagers favorables au projet ont ainsi proposé de boycotter BFM TV dont la couverture inégale des manifestations des « pro » et des « anti » a largement nourri les conversations en ligne depuis plusieurs mois21 ; tandis que La Manif pour tous a déroulé un discours portant sur le supposé parti-pris gouvernemental de médias tels que iTélé, Canal+ ou Le Monde22. L’expression la plus virulente de ces remises en cause se manifestera au travers de l’agression de plusieurs journalistes en marge de manifestations d’opposants au projet23, ainsi que de l’apparition du slogan « BFM : homophobe ! » dans certains rassemblements contre l’homophobie24.

19On constate que chacune de ces classes lexicales comporte, dans les plus hauts rangs d’occurrence, certains des hashtags à moyen et fort rendement conversationnel. Ainsi, le champ discursif recouvert par la première classe est fortement articulé au hashtag #manifpourtous ; tandis que la deuxième classe se voit associée au hashtag #mariagepourtous. La troisième classe est principalement liée au hashtag #Taubira, la quatrième à #mariagepourtous et la cinquième à #manifdelahonte. L’association prévalente d’un hashtag à un certain type de discours montre que ces mots-clés sont régulièrement employés pour s’adresser à des acteurs bien précis de la controverse, en d’autres termes à un public imaginé que les auteurs des messages tentent d'affecter. Pour la première classe, systématiquement liée au hashtag #manifpourtous, on peut retrouver à la fois des interpellations au ministre de l’Intérieur et aux forces de l’ordre, des slogans s’adressant directement au gouvernement, mais aussi des signes d’encouragement et de détermination envoyés aux militants et citoyens mobilisés contre le texte de loi. Ainsi, un hashtag permet dans le même temps de construire une position d’énonciation collective et de structurer un public imaginé.

  • 25 Lesbiennes, gays, bi-e-s, trans.
  • 26 Dans une certaine mesure, pour ce hashtag le dialogue avec les mondes politique et médiatique s’exp (...)

20On constate que le public imaginé auquel renvoie l’emploi de #manifpourtous exclut de son périmètre à la fois les personnes LGBT25 et les médias. Au sein de la seconde classe, l’usage de #mariagepourtous vise à interpeller les opposants à la réforme et tend à la constitution d’une communauté d’émotion incluant les usagers favorables au projet. La position énonciative construite à partir de #mariagepourtous apparaît principalement située en opposition à La Manif pour tous, bien plus que située dans une position de dialogue critique avec la sphère politique ou avec les médias26.

Économie affective et définition des acteurs collectifs

  • 27 La figure de la société civile défendant le projet et la plus représentée dans le débat est sans do (...)

21Tout se passe comme si les deux arènes principales du débat sur Twitter constituaient une ligne de fracture et de confrontation marquée par des usages différents du dispositif, autant que par des formations discursives en conflit. L’analyse des forces en confrontation au printemps 2013 révèle une arène #manifpourtous caractérisée par un sentiment de révolte et entièrement dévouée à l’organisation d’une mobilisation massive visant à faire plier la majorité socialiste. Le temps de l’argumentation semble avoir passé et l’on ne retrouve ainsi plus de traces saillantes des registres d’argumentation du mouvement de contestation de la réforme apparus dans la presse fin 2012. À l’opposé, l’arène #mariagepourtous a notamment pour caractéristique la réponse systématique aux arguments employés quelques mois plus tôt par La Manif pour tous. On trouve ainsi déclinés dans cette classe les thèmes centraux du collectif dont Frigide Barjot fut la porte-parole : « enfant », « famille », « humain ». Apparaît en outre un registre fortement émotionnel qui met en relief la façon dont ces usagers font l’expérience du débat lui-même. Pour finir, l’argument central au sein de cette arène est articulé autour de l’idée de la reconnaissance nécessaire d’un amour. Ceci renvoie sans doute au fait que la défense du projet de loi au sein de l’espace public s’est principalement appuyée sur un discours institutionnel relatif à l’égalité et émanant de la majorité socialiste (on le retrouve dans la classe 4, c’est-à-dire dans le commentaire des débats parlementaires). Au sein de la société civile, le soutien à la réforme apparaît plus diffus et moins organisé que La Manif pour tous27, le spectre de registres d’argumentation s’en trouvant ainsi plus réduit.

  • 28 Sara Ahmed, « Affective Economies », Social Text, n° 2, vol. 22, 2004, p. 117-139.
  • 29 Sara Ahmed, The Cultural Politics of Emotions, Londres, Routledge, 2004, p. 92.
  • 30 Sara Ahmed, ibid., p. 10.
  • 31 Ces deux enjeux ne faisant pas partie du périmètre de la loi, mais ayant été centraux dans le débat (...)

22Le fort engagement émotionnel ici exprimé de façon divergente dans l’une ou l’autre des arènes nous semble pouvoir être compris comme dessinant les contours de ce que Sara Ahmed appelle une « économie affective »28. Selon Ahmed, loin d’être purement intérieures, les émotions sont générées dans et par l’interaction sociale, leur circulation aménageant des formes « d’intensification du contact »29. L’économie affective doit ici être entendue comme le champ général au sein duquel les émotions sont produites, reproduites et mises en circulation, champ au sein duquel se structurent des positions énonciatives strictement étanches. « [C]’est au travers des émotions, écrit Ahmed, […] que les surfaces et frontières sont constituées : le ‘‘je’’ et le ‘‘nous’’ sont formés par le contact aux autres, voire prennent la forme même de ce contact »30. L’étude de la structure dynamique de la controverse relative au « mariage pour tous » sur Twitter donne à voir un tel processus à l’œuvre. L’économie affective qui se déploie sur la plateforme reflète parfaitement la médiatisation du débat dans la presse quotidienne nationale, au sein de laquelle la dynamique de mobilisation se trouve de façon quasi exclusive du côté du mouvement d’opposition. Les participants à l’arène #mariagepourtous semblent se retrouver sur des registres émotionnels communs, dont la stupeur face à La Manif pour tous conduit à une forme de suspension du discours argumentatif. Les arguments les plus discutés suivent ainsi les lignes de force dessinées au sein de l’espace public par La Manif pour tous lors des premiers temps de structuration de la controverse : la question des droits de l’enfant, celle de la défense de la famille « traditionnelle » et enfin celle de la protection de « l’écologie humaine », selon le mot de Tugdual Derville visant l’assistance médicale à la procréation (PMA) et la gestation pour autrui (GPA)31.

  • 32 Éric Fassin, L’inversion de la question homosexuelle, Paris, Éditions Amsterdam, 2005.
  • 33 On peut ainsi lire sur le site du mouvement : « La Manif Pour Tous condamne tout acte violent, tout (...)
  • 34 Voir par exemple le communiqué de presse du 15 décembre 2012 du collectif Lesbiennes of Color, inti (...)

23Il semble ici intéressant de remarquer l’effet de décalage entre ces deux arènes : le fait que l’une de ces arènes soit un lieu de réponse au mouvement de contestation de la réforme, alors même que celui-ci se trouve d’ores et déjà engagé dans une séquence militante nouvelle caractérisée par la coexistence d’une stratégie « pacifique » (les Veilleurs) et d’une politique d’intervention plus directe (Le Printemps français, Hommen). On constate en outre une profonde incommunication entre les deux arènes. Celle-ci est d’autant plus vive que l’identité collective élaborée au sein de chacune de ces deux arènes ne se constitue pas dans une simple opposition à l’autre. Tandis que l’arène #mariagepourtous s’oppose à La Manif pour tous, l’arène #manifpourtous se situe plutôt en confrontation à un tiers acteur, la sphère « politico-médiatique ». Cette équation peut être interprétée au regard des dynamiques de structuration de la controverse. D’abord, la stratégie de communication de La Manif pour tous – qui fut aussi sa condition d’émergence dans un espace public au sein duquel l’homophobie est désormais constituée en figure repoussoir32 – a reposé sur une inclusion toute symbolique des personnes LGBT et sur des tentatives de mise à l’écart de l’homophobie33. Ensuite, les publics imaginés comme favorables à la réforme apparaissent dans l’arène #mariagepourtous comme un acteur collectif particulièrement composite, constitué de défenseurs historiques de l’ouverture du mariage, mais également de publics foncièrement indifférents à la réforme, voire opposés à celle-ci malgré un engagement en faveur de l’égalité34. Ce caractère composite de l’opposition à La Manif pour tous a été particulièrement absent de la couverture de l’événement dans la presse. On comprend donc que l’identité de ce second acteur se fonde non pas sur une défense argumentaire du projet, mais principalement sur une réaction conjoncturelle à la position de La Manif pour tous. La modalité de médiatisation de la controverse que nous avons analysée montre que l’emploi des hashtags sur Twitter joue comme un opérateur de reconfiguration identitaire qui cristallise des positions contextuelles.

Indexer pour affecter

24La controverse est l’occasion d’une mise au jour, autant que d’une mise à jour, des rapports de force relatifs au genre et à la sexualité. Nous avons tenté de démontrer que loin de se constituer sur un clivage binaire ou une opposition terme à terme, le débat relatif au « mariage pour tous » fait émerger sur Twitter trois acteurs collectifs définis au travers des pratiques d’indexation. Ces acteurs collectifs se trouvent situés en position asymétrique : le premier (#manifpourtous) servant de point de référence et d’opposition au second (#mariagepourtous), tandis qu’un tiers acteur (la sphère « politico-médiatique ») se voit interpellé ou commenté par les deux autres. Les usages de Twitter que nous avons étudiés donnent à voir le déploiement d’un contre-mouvement culturel, également visible dans d’autres espaces sociaux, qui défend la « différence des sexes » comme principe structurant de la vie sociale. À l’inverse, l’acteur collectif positionné à son encontre ne parvient pas à constituer un public politique, mais emploie le hashtag dans une visée d’intensification de l’émotion ressentie dans le débat.

  • 35 On repère dans nos différents corpus de nombreux récits, photographies et vidéos des manifestations (...)

25À partir de l’analyse de l’usage des hashtags et de leur distribution dans des classes lexicales, nous avons tenté de rendre compte de l’économie affective de cette controverse sur Twitter. Il apparaît que les hashtags ne peuvent être interprétés ni comme qualifiant des contenus ni comme qualifiant la position de leur auteur dans le débat. Ceux-ci semblent en revanche marquer et animer des tensions discursives au travers desquelles se constitue et s’exerce l’identité des acteurs collectifs de la controverse. Les hashtags pourraient ainsi être appréhendés comme les outils d’une certaine expressivité. Cette dernière se situe toutefois ici à un niveau collectif et non purement subjectif. Il ne s’agit donc pas tant pour les usagers d’exprimer leur singularité que de participer à la construction et à l’indexation de tensions sociales. L’indexation, qui passe aussi par des pratiques de documentation35, joue un rôle fondamental dans la génération et la cristallisation de rapports de force au sein du champ politique. Comprise ainsi, la logique d’usage des hashtags relèverait pleinement du répertoire politique : indexer pour affecter, tweeter pour effectuer et actualiser des rapports de force.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ahmed Sara, « Affective Economies », Social Text, n° 2, vol. 22, 2004, p. 117-139.
DOI : 10.1215/01642472-22-2_79-117

Ahmed Sara, The Cultural Politics of Emotions, Londres, Routledge, 2004, 232 p.

Bantigny Ludivine, « Trente ans de réaction intellectuelle », Le Monde, 25 mai 2013.

Bekmezian Hélène et Dupont Gaëlle, « Mariage gay : quand Twitter s’invite dans le débat », LeMonde.fr, publié le 6 février 2013, consulté le 5 septembre 2013 [Disponible en ligne : http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/02/06/mariage-gay-les-tweets-s-invitent-dans-le-debat_1828016_3224.html].

Boyd Danah, Golder Scott et Lotan Gilad, « Tweet, Tweet, Retweet : Conversational Aspects of Retweeting on Twitter », System Sciences (HICSS), 43rd Hawaii International Conference, 2010 [Disponible en ligne : http://www.danah.org/papers/TweetTweetRetweet.pdf].

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cervulle Maxime, « Les controverses autour du ‘‘mariage pour tous’’ dans la presse nationale quotidienne : du différentialisme ethno-sexuel comme registre d’opposition », L’Homme et la société, n° 189-190, 2014 (à paraître).
DOI : 10.3917/lhs.189.0207

Cervulle Maxime et Julliard Virginie, « ‘‘Différence des sexes’’ et controverses médiatiques : du débat sur la parité au ‘‘mariage pour tous’’ (1998-2013) », Le Temps des médias, n° 21, 2014 (à paraître).

Chaput Mathieu, « Analyser la discussion politique en ligne. De l’idéal délibératif à la reconstruction des pratiques argumentatives », Réseaux, n° 150, 2008, p. 83-106.

Deleuze Gilles, Foucault, Paris, Minuit, 1986, 144 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Fassin Éric, L’inversion de la question homosexuelle, Paris, Éditions Amsterdam, 2005, 202 p.
DOI : 10.3917/rfp.671.0263

Flichy Patrice, « Internet et le débat démocratique », Réseaux, n° 150, 2008, p. 159-185.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Jeanne-Perrier Valérie, « Parler de la télévision sur Twitter : une ‘‘réception’’ oblique à partir d’une ‘‘conversation médiatique’’, Communication & langages, n° 166, 2010, p. 127-147.
DOI : 10.4074/S0336150010014079

Jeanne-Perrier Valérie, « Twitter, espace de discussions et de mises en pratiques exogènes de normes d’éthique et de déontologie journalistiques revues pour un cercle de journaliste français », communication lors du colloque « Les journalismes : réalités plurielles, éthique commune », Université d’Ottawa, 9 mai 2010 [Disponible en ligne : http://www.crej.ca/REJ2010/Jeanne-Perrier.pdf].

Julliard Virginie, De la presse à Internet. La parité en questions, Paris, Lavoisier, 2012, 286 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Marwick Alice E. et Boyd Danah, « I Tweet Honestly, I Tweet Passionately : Twitter Users, Context Collaps, and the Imagined Audience », New Media & Society, vol. 10, n° 20, 2010, p. 1-20.
DOI : 10.1177/1461444810365313

Millerand Florence, Proulx Serge et Rueff Julien, Web Social - Mutation de la communication, Montréal, Presses de l’Université du Québec, 2010.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Murthy Dhiraj, « Twitter : Microphone for the Masses », Media, Culture & Society, n° 33, vol. 5, 2011, p. 779-789.
DOI : 10.1177/0163443711404744

Paveau Marie-Anne, « Technodiscursivités natives sur Twitter. Une écologie du discours numérique », Epistémè, n° 9, 2013, p. 139-176 [Disponible en ligne : http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/85/90/64/PDF/1._ArticleEpistemeMAP.pdf].

Pélissier Nicolas et Gallezot Gabriel (dir.), Twitter. Un monde en tout petit ?, Paris, L’Harmattan, coll. « Communication et civilisation », 2013, 260 p.

Pouchard Alexandre, « Un photographe de l’AFP agressé en marge de la manifestation contre le mariage pour tous », Le Monde, 27 mai 2013.

Rebucini Gianfranco, « ‘‘Mariage pour tous’’ et émancipation sexuelle. Pour une autre stratégie politique », Contretemps, publié le 3 décembre 2012, consulté le 27 octobre 2013 [Disponible en ligne : http://www.contretemps.eu/interventions/%C2%AB-mariage-tous-%C2%BB-%C3%A9mancipation-sexuelle-autre-strat%C3%A9gie-politique].

Reinert Max, « Quel objet pour une analyse statistique du discours ? Quelques réflexions à propos de la réponse Alceste », Actes des Journées de l’analyse des données textuelles, 1998 [Disponible en ligne : http://lexicometrica.univ-paris3.fr/jadt/jadt1998/JADT1998.html].

Tavernier Aurélie, « De la parité de genre à l’égalité des sexes. La construction d’un référentiel médiatique », MEI, n° 20, 2004, p. 149-158.

Haut de page

Notes

1 Voir Maxime Cervulle, « Les controverses autour du ‘‘mariage pour tous’’ dans la presse nationale quotidienne : du différentialisme ethno-sexuel comme registre d’opposition », L’Homme et la société, n° 189-190, 2014, à paraître.

2 Celle-ci émerge après le relatif échec médiatique des premières initiatives d’Alliance Vita, association créée en 1993 dans le sillage des premières lois de bioéthique et militant notamment contre le droit à l’avortement. En octobre 2012, cette dernière a organisé plus de 75 rassemblements contre la réforme du mariage. Le caractère « carnavalesque » de ces manifestations publiques – qui mettaient en scène un « ange » dont chacune des ailes, qui portait la mention « maman » ou « papa », était soutenue par un groupe de femmes ou d’hommes – est toutefois raillé par une partie importante de la presse.

3 Voir le dossier de Nicolas Truong, « Vers un ‘‘printemps’’ anti-Mai 68 ? » dans Le Monde du 25 mai 2013, en particulier l’article de Ludivine Bantigny, « Trente ans de réaction intellectuelle », p. 20 ; voir aussi l’émission Mots croisés (France 2) du 27 mai 2013 qui pose la question d’un « Mai 68 à l’envers ».

4 Patrice Flichy, « Internet et le débat démocratique », Réseaux, n° 150, 2008, p. 159-185.

5 Mathieu Chaput, « Analyser la discussion politique en ligne. De l’idéal délibératif à la reconstruction des pratiques argumentatives », Réseaux, n° 150, 2008, p. 83-106.

6 Florence Millerand, Serge Proulx et Julien Rueff, Web Social - Mutation de la communication, Montréal, Presses de l’Université du Québec, 2010.

7 599 articles ont été publiés dans cinq des principaux quotidiens nationaux (Le Monde, Le Figaro, Libération, La Croix et L’Humanité) entre l’annonce de la réforme par Ch. Taubira, le 11 septembre 2012, et le premier mariage entre deux personnes du même sexe, le 29 mai 2013, soit en moyenne plus de 16 articles par semaine.

8 Voir Hélène Bekmezian et Gaëlle Dupont, « Mariage gay : quand Twitter s’invite dans le débat », LeMonde.fr, publié le 6 février 2013, consulté le 5 septembre 2013.

9 Voir Aurélie Tavernier, « De la parité de genre à l’égalité des sexes. La construction d’un référentiel médiatique », MEI, n° 20, 2004, p. 149-158 ; Virginie Julliard, De la presse à Internet. La parité en questions, Paris, Lavoisier, 2012 ; Maxime Cervulle et Virginie Julliard, « ‘‘Différence des sexes’’ et controverses médiatiques : du débat sur la parité au ‘‘mariage pour tous’’ (1998-2013) », Le Temps des médias, n° 21, 2014, à paraître.

10 Marie-Anne Paveau, « Technodiscursivités natives sur Twitter. Une écologie du discours numérique », Epistémè, n° 9, 2013, p. 139-176 [Disponible en ligne : http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/85/90/64/PDF/1._ArticleEpistemeMAP.pdf].

11 Valérie Jeanne-Perrier discute la dimension conversationnelle des échanges sur Twitter dans son article « Parler de la télévision sur Twitter : une ‘‘réception’’ oblique à partir d’une ‘‘conversation médiatique’’« , Communication & langages, n° 166, 2010, p. 127-147. Voir aussi Dhiraj Murthy, « Twitter : Microphone for the Masses », Media, Culture & Society, n° 33, vol. 5, 2011, p. 781.

12 Un point qu’avaient déjà relevé danah boyd, Scott Golder et Gilad Lotan à propos des « retweets », voir leur article en ligne « Tweet, Tweet, Retweet : Conversational Aspects of Retweeting on Twitter », System Sciences (HICSS), 43rd Hawaii International Conference, 2010,

http://www.danah.org/papers/TweetTweetRetweet.pdf [consulté le 2 décembre 2013].

13 La première période s’étend du 12 au 14 avril 2013 et couvre l’adoption de la loi au Sénat (le 12 avril), ainsi que les manifestations spontanées et échauffourées qui s’en sont suivis ; la deuxième période s’étend du 22 au 24 avril 2013 et correspond à l’adoption définitive du texte par l’Assemblée nationale (23 avril) ; la troisième période, du 5 au 11 mai 2013 couvre une période de faible activité des échanges sur Twitter et nous sert donc de période « témoin » ; la quatrième, du 25 au 27 mai 2013, est centrée sur la dernière manifestation nationale de La Manif pour tous (26 mai).

14 Marie-Anne Paveau, op. cit. Sur Twitter comme « dispositif sociotechnique d’information et de communication », voir Nicolas Pélissier et Gabriel Gallezot (dir.), Twitter. Un monde en tout petit ?, Paris, L’Harmattan, coll. « Communication et civilisation », 2013.

15 Gilles Deleuze, Foucault, Paris, Minuit, 1986, p. 78.

16 Alice E. Marwick et danah boyd, « I Tweet Honestly, I Tweet Passionately : Twitter Users, Context Collaps, and the Imagined Audience », New Media & Society, vol. 10, n° 20, 2010, p. 1-20.

17 Gilles Deleuze, op. cit., p. 82.

18 Logiciel développé par Pierre Ratinaud, voir le site www.iramuteq.org [Page consultée le 22 octobre 2013].

19 Max Reinert, « Quel objet pour une analyse statistique du discours ? Quelques réflexions à propos de la réponse Alceste », Actes des Journées de l’analyse des données textuelles, 1998, http://lexicometrica.univ-paris3.fr/jadt/jadt1998/JADT1998.htm [consulté le 22 octobre 2013].

20 Nous ne présentons ici que les cinq principales classes. L’addition des 38 classes restantes ne représentant que près de 20 % du corpus.

21 La critique porte principalement sur l’annulation à la dernière minute, le 27 janvier 2013, d’un direct de BFM TV censé couvrir la manifestation nationale des soutiens à la réforme. La chaîne a choisi de le remplacer par le suivi de la ligne d’arrivée du Vendée Globe.

22 Étudiant des contextes moins clivés, Valérie Jeanne-Perrier relève néanmoins la dimension « méta-médiatique » de Twitter, le site permettant, aussi bien aux journalistes professionnels qu’à leurs publics, « d’adopter une posture surplombante dans le discours tenu sur d’autres médias et leur ‘‘fabrication’’« , discours au travers duquel sont revisités les enjeux éthiques du journalisme (objectivité, impartialité, indépendance). Voir Valérie Jeanne-Perrier, « Twitter, espace de discussions et de mises en pratiques exogènes de normes d’éthique et de déontologie journalistiques revues pour un cercle de journaliste français », communication lors du colloque « Les journalismes : réalités plurielles, éthique commune », Université d’Ottawa, 9 mai 2010.

23 Voir Alexandre Pouchard, « Un photographe de l’AFP agressé en marge de la manifestation contre le mariage pour tous », Le Monde, 27 mai 2013.

24 En particulier lors du rassemblement « pour l’égalité et contre l’homophobie » organisé par Act Up-Paris le 21 avril 2013.

25 Lesbiennes, gays, bi-e-s, trans.

26 Dans une certaine mesure, pour ce hashtag le dialogue avec les mondes politique et médiatique s’exprime respectivement dans les classes 4 et 5.

27 La figure de la société civile défendant le projet et la plus représentée dans le débat est sans doute Nicolas Gougain, porte-parole de l’Inter-LGBT. Que ce soit dans la presse nationale ou sur Twitter, ses propos sont toutefois moins relayés que ceux de Frigide Barjot.

28 Sara Ahmed, « Affective Economies », Social Text, n° 2, vol. 22, 2004, p. 117-139.

29 Sara Ahmed, The Cultural Politics of Emotions, Londres, Routledge, 2004, p. 92.

30 Sara Ahmed, ibid., p. 10.

31 Ces deux enjeux ne faisant pas partie du périmètre de la loi, mais ayant été centraux dans le débat public et dans la délibération parlementaire, notamment du fait de leur mise en avant par La Manif pour tous et par l’opposition.

32 Éric Fassin, L’inversion de la question homosexuelle, Paris, Éditions Amsterdam, 2005.

33 On peut ainsi lire sur le site du mouvement : « La Manif Pour Tous condamne tout acte violent, toute expression d'homophobie ou d'intolérance quelle qu'en soit la forme ». Voir http://www.lamanifpourtous.fr/fr/qui-sommes-nous/notre-message (consulté le 27 octobre 2013).

34 Voir par exemple le communiqué de presse du 15 décembre 2012 du collectif Lesbiennes of Color, intitulé « ‘‘Mariage pour tous’’, quelle égalité ? », ainsi que l’article de Gianfranco Rebucini, « ‘‘Mariage pour tous’’ et émancipation sexuelle. Pour une autre stratégie politique », Contretemps, publié le 3 décembre 2012, consulté le 27 octobre 2013.

35 On repère dans nos différents corpus de nombreux récits, photographies et vidéos des manifestations et des échauffourées produits et publiés par les usagers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Cervulle et Fred Pailler, « #mariagepourtous : Twitter et la politique affective des hashtags », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 26 juillet 2016. URL : http://rfsic.revues.org/717

Haut de page

Auteurs

Maxime Cervulle

Maxime Cervulle est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis. Il est membre du Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation (CEMTI EA3388) et chercheur associé à l’UMR 8218 Institut ACTE (Paris 1 Panthéon-Sorbonne et CNRS). Mail : maxime.cervulle@univ-paris8.fr

Fred Pailler

Fred Pailler est ingénieur d'études en sociologie et doctorant au Centre Atlantique de Philosophie (CAPHI EA-2163) à l'université de Nantes. Mail : fred.pailler@sociographie.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page