Navigation – Plan du site
Émergences : le genre dans la communication et les médias

Le genre dans la communication et les médias : enjeux et perspectives

Virginie Julliard et Nelly Quemener

Texte intégral

1Des débats sur la parité aux émissions de relooking, en passant par les sites de rencontre ou encore la publicité, il semble aujourd’hui difficile d’analyser les objets de prédilection des sciences de l’information et de la communication sans interroger les rapports sociaux de genre qui les structurent. Que l’on s’intéresse aux pratiques, aux dispositifs, aux représentations ou aux discours médiatiques, il ne s’agit pas seulement d’appréhender le genre à la façon d’un nouvel objet de recherche mais bien de le considérer comme une perspective à part entière. Les travaux qui se sont penchés ces dernières années sur les campagnes présidentielles de 2007 et 2012 ont par exemple démontré le caractère heuristique d’une démarche communicationnelle au prisme du genre. Comment en effet comprendre la couverture médiatique des duels des présidentiables Sarkozy/Royal et Sarkozy/Hollande ou la stratégie de communication de la présidente du Front National Marine Le Pen sans prendre en considération la mise en scène des masculinités et féminités des personnalités concernées ? Surtout peut-on ignorer les rapports de pouvoir dans lesquels s’inscrivent de telles mises en scène et les phénomènes de (dis)qualification qui découlent de ces dernières ?

  • 1 Michèle Mattelart, « Women and the Cultural Industries », dans Richard Collins et al. (dir.), Media (...)
  • 2 Simone Bonnafous, « "Femme politique" : une question de genre ? », Réseaux, n° 120, 2003, p. 119-14 (...)
  • 3 Marie-Josèphe Bertini, Femmes : le pouvoir impossible, Paris, Pauvert/Fayard, 2002.
  • 4 Josiane Jouët, « Technologies de communication et genre. Des relations en construction », Réseaux,n (...)
  • 5 Isabelle Gavillet, « Constructions sociales, scientifiques et médiatiques d’un lieu commun : l’acce (...)
  • 6 Béatrice Damian-Gaillard, Cégolène Frisque et Eugénie Saitta (dir.), Le journalisme au féminin : as (...)
  • 7 Marie-Josèphe Bertini, Ni d’Eve, ni d’Adam. Défaire la différence des sexes, Paris, Éditions Max Mi (...)
  • 8 Marlène Coulomb-Gully, Présidente : le grand défi. Femmes, politique et médias, Paris, Payot, 2012.
  • 9 Aurélie Olivesi, Implicitement sexiste ? Genre, politique et discours journalistique, Toulouse, Pre (...)
  • 10 Sandy Montañola, « La complexe médiatisation des sportives de haut niveau : le cas des championnats (...)
  • 11 Nelly Quemener, Le pouvoir de l’humour. Politiques des représentations dans les médias en France, P (...)
  • 12 Virginie Julliard, De la presse à Internet. La parité en questions, Paris, Hermès-Lavoisier, 2012.
  • 13 Marlène Coulomb-Gully et Cécile Méadel, « Plombière et jardinières. Résultats d’enquêtes et considé (...)
  • 14 Ainsi, dans un dossier intitulé « Les langages du genre : sémiotique et communication » paru dans C (...)
  • 15 Marlène Coulomb-Gully, « Les sciences de l’information et de la communication : une discipline Gend (...)
  • 16 Marie-Josèphe Bertini, « Le Gender Turn, ardente obligation des sciences de l’information et de la (...)

2Ce dossier acte de la fécondité du genre comme perspective en SIC et esquisse un état des lieux des recherches émergentes qui poursuivent l’entreprise amorcée il y a maintenant plus de dix ans. Après les travaux pionniers de Michèle Mattelart sur les femmes dans les industries culturelles et les médias1, le tournant des années 2000 a vu se développer des études telles que celle de Simone Bonnafous sur le discours des femmes politiques2, celle de Marie-Josèphe Bertini sur les femmes et le pouvoir3, celle de Josiane Jouët sur le rapport genré à la technologie4 ou encore celle d’Isabelle Gavillet sur la construction sociale et médiatique de l’homosexualité5. Dans leur sillage, des recherches s’engagent sur les enjeux liés à la féminisation du journalisme6 et la permanence de l’ordre symbolique de la différence des sexes en politique7 ainsi que ses conséquences sur les candidatures de femmes aux élections présidentielles8. Si ces travaux abordent les médias et la communication au prisme d’une différence de traitement des hommes et des femmes, plusieurs thèses publiées au début des années 2010 élargissent les terrains d’investigation et soulèvent de nouveaux enjeux. De l’étude des représentations médiatiques des hommes et femmes politiques9 ou des sportives10 à l’analyse des modèles contre-hégémoniques dans les émissions de divertissement11 en passant par celle de la mise en débat de la parité dans la presse12, il s’agit d’interroger la définition même du genre et le rôle constitutif des médias dans sa « fabrique »13. La problématique du genre est alors non seulement entendue au sens d’effets matériels et de manifestations de la domination masculine, mais également au sens de modes de catégorisation et d’identification appréhendables à travers les registres discursifs de la masculinité et de la féminité. Cette prolifération, toute relative, de recherches amène à reposer la question de la place du genre dans les SIC14. En 2009, Marlène Coulomb-Gully et Marie-Josèphe Bertini suggéraient que les SIC étaient une discipline gender blind15 particulièrement rétive à la question du pouvoir et de la domination masculine16. Cinq ans après, si le genre ne fait toujours pas l’objet d’une institutionnalisation, il semble intéresser de plus en plus de jeunes chercheuses et chercheurs qui s’en emparent pour l’étude de différents terrains.

« Genre et SIC », quelles perspectives ?

  • 17 Judith Butler, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, trad. de Cynthia Kraus, P (...)
  • 18 Teresa de Lauretis, « La technologie du genre », dans Théorie queer et cultures populaires. De Fouc (...)
  • 19 Marlène Coulomb-Gully et Cécile Méadel, 2012, op. cit.
  • 20 Maxime Cervulle et Nelly Quemener, « Genre, race et médias. Divergences et convergences méthodologi (...)
  • 21 Éric Maigret, « Strange grandit avec moi. Sentimentalité et masculinité chez les lecteurs de bandes (...)
  • 22 Voir Catherine Achin et Elsa Dorlin, « Nicolas Sarkozy ou la masculinité mascarade du Président », (...)
  • 23 Pour les travaux sur les masculinités, voir notamment Raewyn Connell, « Masculinités, colonialité e (...)
  • 24 Maxime Cervulle et Nelly Quemener, 2014, op. cit.
  • 25 Pour les travaux sur l’imbrication des oppressions et l’intersectionnalité, voir notamment Kimberlé (...)
  • 26 Sirma Bilge, « Théorisations féministes de l’intersectionnalité », Diogène, n° 225, 2009, p. 70-88.

3Ce numéro de la revue nous offre l’occasion de faire le point sur les angles morts de la thématique genre et médias en SIC. Trois chantiers s’ouvrent selon nous aujourd’hui aux chercheuses et chercheurs désireux d’investiguer cette thématique. Le premier est d’ordre épistémologique : il s’agit de dépasser le cadre binaire de l’appréhension du genre17, afin d’éviter de reproduire, au sein même du discours scientifique, le dispositif régulateur qui divise le monde en hommes et femmes, en masculin et féminin18. Comme le soulignent Coulomb-Gully et Méadel19 ou encore Cervulle et Quemener20, c’est le biais dans lequel tombent les recherches sur la sexuation des pratiques ou encore celles consistant à quantifier les apparitions d’hommes et de femmes dans les journaux d’information. Notre proposition invite au contraire à considérer la dimension relationnelle du genre et le caractère dynamique des rapports de pouvoir, plutôt que de porter l’attention sur le traitement médiatique des seules femmes en comparaison à celui des hommes, en tant qu’il traduirait une situation de domination. On pourra à ce titre signaler l’intérêt des études portant sur les masculinités dans la culture populaire21 et la médiatisation des personnalités politiques22. Ceux-ci ouvrent à notre sens la voie à l’exploration des conditions de maintien d’une masculinité hégémonique et de sa recomposition à l’aune des masculinités subalternes23. Cette proposition invite ensuite à l’adoption d’une perspective intersectionnelle24, entendue ici au sens d’imbrication et de coproduction des rapports sociaux de genre, de classe, de race ou relatifs à la sexualité25. Avec une telle approche, il ne s’agit pas tant d’additionner les rapports de domination que de considérer les articulations particulières des rapports de pouvoir26. Aussi dans l’appel à communication, il nous a paru important d’inciter les auteur.e.s à proposer des contributions articulant le genre avec la sexualité, l’appartenance ethnoraciale ou encore la religion.

  • 27 Maxime Cervulle, « Les controverses autour du "mariage pour tous" dans la presse nationale quotidie (...)
  • 28 Voir notamment Fred Pailler, « Chatroulette : et le sexe devint l’erreur du web 2.0 », Poli-Politiq (...)
  • 29 Stéphanie Kunert et Myriam Hernández Orellana, « Ethos de l’État et pathos communicationnel : les c (...)
  • 30 Sur la notion de « sexualisation », voir par exemple Feona Attwood, Clarissa Smith, « Lamenting sex (...)

4Le deuxième chantier a trait aux thématiques et domaines qu’il reste à investiguer. Parmi eux, la mise en controverse de la différence des sexes27, les nouvelles formes de médiations de la sexualité sur les réseaux socionumériques28 ou la définition institutionnelle du genre29 nous semblent, par leur actualité, pouvoir tracer des pistes pour la recherche à venir. Certaines de ces thématiques, à l’instar de la « sexualisation » ou « pornification » de la sphère publique, sont déjà étudiées à l’échelle internationale, soulevant des questions en termes de représentation, de réception et de besoin de législation30. En outre, les débats en cours ou à venir, tels ceux relatifs à la prostitution et à la procréation médicalement assistée en France et au droit à l’avortement en Espagne, pourraient tout autant être révélateurs d’enjeux politiques, socioculturels et symboliques. S’il nous semble important d’insister sur la nécessité d’une attention portée à une telle actualité, c’est que certains débats de société plus anciens, tels que celui suscité par le vote du PACS en 1997, n’ont pas ou que très peu été explorés dans une perspective communicationnelle, constituant ainsi un creux dans l’analyse des controverses contemporaines de la différence de sexes. Dans ce numéro, il s’agit ainsi de montrer combien le genre n’est pas simplement une dimension des phénomènes communicationnels traditionnellement étudiés en SIC, mais est également l’objet de discours, de controverses, de négociations appréhendables dans les débats publics, les pratiques, les représentations et des dispositifs médiatiques.

5Le dernier chantier est celui des méthodes et des angles d’approche. Le cadre théorique mobilisé encourage les SIC à approfondir leur interdisciplinarité. Si dans le monde anglo-saxon, le genre s’est imposé comme un champ d’étude à part entière et relativement autonome au sein des gender et queer studies – elles-mêmes pluridisciplinaires –, son étude se trouve en France éclatée entre plusieurs disciplines à l’instar de la sociologie, de l’histoire, de l’économie ou de l’anthropologie dont elle a chaque fois redessiné les contours. Il nous semble important de poursuivre le dialogue avec les travaux de ces différentes disciplines, et surtout de prendre en considération les ruptures épistémologiques dont le genre peut être porteur au sein des SIC. Dans ce dossier, nous avons souhaité encourager les contributions portant sur la construction médiatique du genre, tant à travers l’étude des répertoires et des stéréotypes, que des chaînes de signification et des effets de sens dans les médias traditionnels et sur les plateformes numériques. Tout en répondant à cet appel, les contributions qui ont été soumises s’inspirent parfois des méthodes des sciences politiques, de la sociologie, des études littéraires ou encore des études en arts. Il était pour nous essentiel que soit représentée cette diversité des approches. Ces dernières sont en effet autant de manières de mettre au jour les dimensions identitaires et performatives du genre situées à l’interstice des discours des acteurs sociaux et des pratiques médiatiques.

Les apports de la recherche émergente : vers l’intersectionnalité et un approfondissement de l’interdisciplinarité

6Dans ce numéro, les dix contributions de la rubrique « Émergence » témoignent de la vitalité des études de genre en SIC et de la diversité des objets analysés selon différentes méthodologies : l’analyse du discours (quantitative et qualitative), l’analyse de sites (qu’il s’agisse d’une analyse des traces d’usage ou d’une analyse de design), la conduite d’entretiens et l’observation participante étant successivement convoquées en vue de bricolages féconds. Les domaines d’investigation quant à eux s’inscrivent dans le champ des SIC (construction identitaire, structuration des débats publics, médiatisation des mouvements sociaux, réception de produits culturels) et sont appréhendés depuis des terrains aussi variés que la presse (en ligne et papier), les réseaux sociaux, les séries et émissions télévisées, la critique littéraire et l’actualité éditoriale, et les sites web de campagne.

7Adoptant chacun une perspective intersectionnelle, trois articles considèrent spécifiquement le rôle du genre dans la médiatisation des minorités ainsi que dans la structuration des controverses publiques ayant accompagné des législations en faveur de leur reconnaissance. Maxime Cervulle et Fred Pailler étudient ainsi l’économie affective des hashtags dans le cadre de la controverse autour de la réforme du code civil ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe sur Twitter. Selon eux, cette pratique d’indexation révèle une opposition entre un premier acteur collectif constitué autour de la défense d’une « différence des sexes » comme principe structurant la vie sociale (les partisans de la « manif pour tous »), et un second acteur ne parvenant pas à se structurer collectivement autrement que par opposition à ce premier acteur et qu’en témoignant de la vive émotion ressentie durant le débat. Marion Dalibert analyse quant à elle, la mobilisation du genre dans les processus d’ethnoracialisation qui travaillent les discours de la presse quotidienne. Elle s’attache pour cela à l’étude comparée de trois corpus portant sur quatre populations racialisées – les habitants de banlieue, les roms, les Tunisiens et les Ukrainiens – chacune se voyant disqualifiée au travers de récits qui se focalisent sur les comportement et rôles genrés en son sein. Karine Espineira, pour sa part, étudie la médiatisation du sujet trans dans le discours télévisuel depuis les origines de la télévision. Son article montre que les discours des transidentités remettant explicitement en cause l’organisation binaire du monde entre hommes et femmes, masculin et féminin, peinent à être médiatisés, à l’inverse des discours confortant cette organisation binaire par l’expression d’un désir d’intégration. Mais l’article met également en évidence des discontinuités dans la médiatisation des transidentités, à travers notamment un focus sur le traitement médiatique du bois de Boulogne à l’occasion duquel transidentité et prostitution sont assimilées.

8Si la médiatisation des minorités ethnoraciales, sexuelles et trans recèle des tensions entre disqualification et promotion des revendications identitaires, les représentations genrées qui circulent autour des productions culturelles voient également cohabiter des figures hégémoniques et des figures alternatives. Aussi deux contributions proposent-elles d’interroger au sein des discours portant cette fois-ci sur les producteurs/productrices, la formation d’une image idéalisée d’auteur.e souvent conjointe à des opérations de valorisation culturelle et d’exclusion du champ concerné. Dans son article, Amélie Legrand met en lumière les stéréotypes de genre qui travaillent la représentation différenciée de l’écriture des écrivains et des écrivaines. Analysant les critiques littéraires du xixe siècle et quatre manuels d’histoire littéraire contemporains, elle montre comment la contribution des femmes au champ littéraire est sous-évaluée, et reléguée à la production de romans sentimentaux eux-mêmes disqualifiés en tant que romans « populaires ». L’analyse d’ouvrages et de documentaires sur l’histoire de la culture vidéoludique permet à Marion Coville d’étudier la figure hégémonique des créateurs de jeux vidéo. Cette figure résulte selon elle de l’articulation entre compétence technique d’une part, et masculinité blanche, occidentale et hétérosexuelle d’autre part. Si elle a pour effet d’exclure ou d’« invisibiliser » certaines formes de créativité, elle n’en est pas moins contestée : il existe ainsi des représentations alternatives situées du côté des producteur.e.s de girl’s games et de queer games.

9Au-delà de la figure de l’auteur.e, c’est surtout à travers les modèles de féminité et de masculinité, et les normes qui les constituent, que les représentations médiatiques participent à produire une conception hégémonique du genre. Trois contributions reviennent sur les attendus normatifs de la masculinité et de la féminité et leur actualisation appréhendables dans les constructions sémiotiques, narratives et discursives de personnages de fiction et de personnalités politiques. L’analyse des sites web de campagne de François Hollande et de Nicolas Sarkozy lors de la présidentielle de 2012, couplée à des entretiens auprès des membres des équipes de communication numérique des deux candidats, permet à Anaïs Théviot d’étudier la construction stratégique de la masculinité des deux présidentiables. L’auteure montre comment le choix des photographies notamment, participe à un discours de valorisation de la force physique et morale ainsi que du pouvoir de séduction des deux hommes. Au travers de ce discours se dessinent les contours de deux masculinités distinctes, l’une plus agressive, l’autre plus pondérée, mais toujours hétérosexuelles. Ce sont les représentations de la parentalité dans les séries télévisées françaises que Sarah Lécossais analyse dans sa contribution, révélant leur dimension genrée et relationnelle. Si de nouveaux modèles de pères voient le jour, l’auteure rappelle que la paternité semble encore largement devoir s’incarner dans une figure masculine, hétérosexuelle et autoritaire, tandis que la maternité est vécue sur le mode du sacrifice de soi et paraît ne pas pouvoir se départir d’une réflexivité proche de la culpabilité. L’analyse de la série américaine Grey’s Anatomy permet à Barbara Dupont de mettre au jour la construction d’un empowerment féminin. Selon elle, la série est le lieu de la mise en scène des dilemmes de la féminité contemporaine et constitue, au travers d’un enchevêtrement d’intrigues et de personnages, un mode d’appropriation des logiques émancipatoires post-féministes. Si l’on peut s’interroger sur la dimension performative de ce type de récit, la contribution n’en ouvre pas moins la voie sur les possibles innovations sémantiques et reconfigurations des imaginaires sociaux envisagées au sein de la culture populaire.

10Les féminités et masculinités se construisent aussi au travers des mises en scène des corps, et de ce que ces mises en scène se refusent de montrer. Deux contributions considèrent l’évocation de la violence sexuelle dans les médias, et rendent compte de la production du genre à travers des angles morts, des situations et corps irreprésentables, qui configurent le domaine de l’(in)intelligible et les normes qui le constituent. Dans une contribution se penchant sur la série américaine New-York : unité spéciale, Marie-Sherley Valzema s’attache à la représentation des violences sexuelles à la télévision. Le corps, tel qu’il se construit au travers des images et les discours dont il fait l’objet, structure le champ des violences (in)dicibles et (in)visibles : institué par la narration en tant qu’indice et preuve de l’agression, il tend à se substituer à la parole des victimes et participe à l’irreprésentabilité de certaines formes de violences. Revenant sur deux affaires criminelles, la contribution d’Arthur Vuattoux révèle les différences de traitement médiatique de la violence juvénile en fonction du genre de l’agresseur. Si la déviance masculine est rendue intelligible dans la presse au regard du parcours de l’inculpé, la déviance féminine échappe davantage à la compréhension et se voit renvoyée du côté de l’impensable et de l’innommable. C’est ici l’ordre de genre qui se trouve activé, dans sa binarité et dans la production discursive de la masculinité et de la féminité.

11Avec ce panorama des recherches récentes sur la thématique du genre et des médias, ce numéro met d’abord en évidence l’intérêt d’une perspective intersectionnelle. Les médias offrent un matériau particulièrement opportun pour l’analyse des manières par lesquelles la production discursive du genre s’articule aux autres catégories, de race, de classe, de sexualité, au profit de processus de disqualification et d’exclusion, tout autant que de politiques identitaires. Ce numéro rend ensuite compte des actualisations permanentes dont le genre fait l’objet. Les médias apparaissent ici également comme un des terrains privilégiés pour saisir cette actualisation : loin d’échapper à la conception traditionnelle de la différence des sexes qui tend à réduire le genre à une opposition binaire entre le masculin et le féminin, ils sont aussi le lieu de contre-discours et de contre-modèles, qui déplacent, travaillent, reconfigurent cette conception dominante. Aussi si certains traits et comportements se trouvent valorisés pour la construction des masculinités et féminités, cette valorisation côtoie et s’accommode de versions dissidentes, dont on suppose qu’elles peuvent être érigées en ressources d’identification par les spectateurs et spectatrices. Les différentes contributions montrent que le genre ne peut se penser qu’en vertu des domaines qu’il organise, de la communication politique aux fictions, en passant par les discours critiques et la médiatisation des groupes sociaux, et des dispositifs médiatiques qui accueillent discours et représentations. Pour autant, force est de constater, au fil de la lecture, que des dynamiques communes émergent. Parmi elles, il est notable que les figures hégémoniques de la masculinité et de la féminité, quoiqu’elles diffèrent d’un domaine à l’autre, revêtent presque toujours les mêmes atours, soit ceux de la blanchité et de l’hétérosexualité, et prolongent une organisation sociale basée sur la différence et les hiérarchies entre les sexes. Au-delà, ces figures hégémoniques sont elles-mêmes le produit de tensions internes, qui s’observent dans les hiérarchies entre les féminités et entre les masculinités. L’ensemble de ces hiérarchies débordent les seuls rapports sociaux de genre et traduisent des modes de (dis)qualification en lien avec les catégorisations de race, la classe ou la sexualité.

Haut de page

Bibliographie

Achin Catherine et Dorlin Elsa, « Nicolas Sarkozy ou la masculinité mascarade du Président », Raisons politiques, n° 31, 2008, p. 19-45.

Attwood Feona et Smith Clarissa, « Lamenting sexualization : research, rhetoric and the story of young people’s "sexualization" in the UK Home Office review », Sex Education, vol. 11, n° 3, 2011, p. 327-337.

Berthelot-Guiet Karine et Kunert Stéphanie, « Introduction », Communication et Langages, n° 177, 2013, p. 45-58.

Bertini Marie-Josèphe, Femmes : le pouvoir impossible, Paris, Pauvert/Fayard, 2002.

Bertini Marie-Josèphe, Ni d’Ève, ni d’Adam. Défaire la différence des sexes, Paris, Éditions Max Milo, 2009.

Bertini Marie-Josèphe, Le Gender Turn, ardente obligation des sciences de l’information et de la communication françaises », Questions de communication, n° 15, 2009, p. 155-173.

Bilge Sirma, « Théorisations féministes de l’intersectionnalité », Diogène, n° 225, 2009, p. 70-88.

Bonnafous Simone, « "Femme politique" : une question de genre ? », Réseaux, n° 120, 2003, p. 119-145.

Butler Judith, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, trad. de Cynthia Kraus, Paris, La Découverte, 2005 (1990).

Cervulle Maxime, « Les controverses autour du "mariage pour tous" dans la presse nationale quotidienne : du différentialisme ethno-sexuel comme registre d’opposition », L’Homme et la société, n° 189-190, 2014 (à paraître).

Cervulle Maxime et Julliard Virginie, « "Différence des sexes" et controverses médiatiques : du débat sur la parité au "mariage pour tous" (1998-2013) », Le Temps des médias, n° 21, hiver 2103-2014 (à paraître).

Cervulle Maxime et Quemener Nelly, « Genre, race et médias. Divergences et convergences méthodologiques dans les sciences de l’information et de la communication », dans Bourdeloie Hélène et Douyère David (dir.), Méthodes de recherche sur l’information et la communication. Regards croisés, Paris, Mare & Martin, coll. « MédiaCritic », 2014 (à paraître).

Connell Raewyn, « Masculinités, colonialité et néolibéralisme. Entretien avec RaewynConnell », propos recueillis et traduits par Mélanie Gourarier, Gianfranco Rebucini et Florian Voros, [en ligne], URL : http://www.contretemps.eu/interviews/masculinités-colonialité-néolibéralisme-entretien-raewyn-connell [consulté le 30 décembre 2013].

Coullomb-Gully Marlène, « Les sciences de l’information et de la communication : une discipline Genderblind ? », Questions de communication, n° 15, 2009, p. 129-153.

Coullomb-Gully Marlène et Méadel Cécile, « Plombière et jardinières. Résultats d’enquêtes et considérations méthodologiques sur la représentation du Genre dans les médias », Sciences de la Société, n° 83, 2012, p. 15-35.

Coullomb-Gully Marlène, Présidente : le grand défi. Femmes, politique et médias, Paris, Payot, 2012.

Crenshaw Kimberlé W., « Cartographie des marges : intersectionnalité, politiques de l’identité et violences contre les femmes de couleur », trad. d’Oristelle Bonis, Cahiers du genre, n° 39, 2005 (1991), p. 51-82.

Damian-Gaillard, Béatrice, Frisque Cégolène et Saitta Eugénie (dir.), Le journalisme au féminin : assignations, inventions et stratégies, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010.

Gavillet Isabelle, « Constructions sociales, scientifiques et médiatiques d’un lieu commun : l’acceptation croissante de l’homosexualité à la télévision », Médiation & information [MEI], n° 20, 2004, p. 84-92.

Gill Rosalind, « Postfeminist media culture : Elements of a sensibility », European Journal of Cultural Studies, vol. 10, 2007, p. 147-166.

Guigo Pierre-Emmanuel, « Le chantre de l’opinion ». La communication de Michel Rocard de 1974 à 1981, Paris, INA Éditions, 2013.

Hill Collins Patricia, Black Feminist Thought. Knowledge, Consciousness, and The Politics of Empowerment, Londres et New York, Routledge, 2000.

hooks bell, Yearning. Race, Gender, and Cultural Politics, Boston, South End Press, 1990.

Julliard Virginie, De la presse à Internet. La parité en questions, Paris, Hermès-Lavoisier, 2012.

Julliard Virginie, « Éléments pour une sémiotique du genre », Communication et Langages, n° 177, 2013, p. 59-74.

Jouët Josiane, « Technologies de communication et genre. Des relations en construction », Réseaux, n° 120, 2003, p. 53-86.

Kunert Stéphanie et Hernandez Orellana Myriam, « Ethos de l’État et pathos communicationnel : les campagnes gouvernementales de lutte contre les violences faites aux femmes (Chili, France 2006-2010) », Semen, n° 36, 2014 (à paraître).

Lauretis (de) Teresa, « La technologie du genre », dans Théorie queer et cultures populaires. De Foucault à Cronenberg, trad. de Marie-Hélène Bourcier, Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde », 2007 (1987), p. 37-94.

Maigret Éric, « Strange grandit avec moi. Sentimentalité et masculinité chez les lecteurs de bandes dessinées de super-héros », Réseaux, n° 70, 1995, p. 79-103.

Mattelart Michèle, « Women and the Cultural Industries », dans Richard Collins et al.(dir.), Media, Culture and Society. A Critical Reader, Londres, Sage, 1986, p. 63-81.

Montañola Sandy, « La complexe médiatisation des sportives de haut niveau : le cas des championnats du monde d’athlétisme », Sciences de la société, n° 83, 2012, p. 83-104.

Olivesi Aurélie, Implicitement sexiste ? Genre, politique et discours journalistique, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. « Le Temps du genre », 2012.

Pailler Fred, « Chatroulette : et le sexe devint l’erreur du web 2.0 », Poli-Politique de l’image, n° 4, 2011, p. 81-98.

Quemener Nelly, Le pouvoir de l’humour. Politiques des représentations dans les médias en France, Paris, Armand Colin, coll. « Médiacultures », 2014 (à paraître).

Voros Floran, « Les ados et le porno : analyse d’une controverse », La santé de l’homme, n° 418, 2012, p. 16-18.

Haut de page

Notes

1 Michèle Mattelart, « Women and the Cultural Industries », dans Richard Collins et al. (dir.), Media, Culture and Society. A Critical Reader, Londres, Sage, 1986, p. 63-81.

2 Simone Bonnafous, « "Femme politique" : une question de genre ? », Réseaux, n° 120, 2003, p. 119-145.

3 Marie-Josèphe Bertini, Femmes : le pouvoir impossible, Paris, Pauvert/Fayard, 2002.

4 Josiane Jouët, « Technologies de communication et genre. Des relations en construction », Réseaux,n° 120, 2003, p. 53-86.

5 Isabelle Gavillet, « Constructions sociales, scientifiques et médiatiques d’un lieu commun : l’acceptation croissante de l’homosexualité à la télévision », Médiation & information [MEI], n° 20, 2004, p. 84-92.

6 Béatrice Damian-Gaillard, Cégolène Frisque et Eugénie Saitta (dir.), Le journalisme au féminin : assignations, inventions et stratégies, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010.

7 Marie-Josèphe Bertini, Ni d’Eve, ni d’Adam. Défaire la différence des sexes, Paris, Éditions Max Milo, 2009.

8 Marlène Coulomb-Gully, Présidente : le grand défi. Femmes, politique et médias, Paris, Payot, 2012.

9 Aurélie Olivesi, Implicitement sexiste ? Genre, politique et discours journalistique, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. « Le Temps du genre », 2012.

10 Sandy Montañola, « La complexe médiatisation des sportives de haut niveau : le cas des championnats du monde d’athlétisme », Sciences de la société, n° 83, 2012, p. 83-104.

11 Nelly Quemener, Le pouvoir de l’humour. Politiques des représentations dans les médias en France, Paris, Armand Colin, coll. « Médiacultures », 2014 (à paraître).

12 Virginie Julliard, De la presse à Internet. La parité en questions, Paris, Hermès-Lavoisier, 2012.

13 Marlène Coulomb-Gully et Cécile Méadel, « Plombière et jardinières. Résultats d’enquêtes et considérations méthodologiques sur la représentation du Genre dans les médias », Sciences de la Société, n° 83, 2012, p. 15-35.

14 Ainsi, dans un dossier intitulé « Les langages du genre : sémiotique et communication » paru dans Communication et Langages en 2013, Karine Berthelot-Guiet et Stéphanie Kunert invitent-elles des chercheuses et chercheurs à réfléchir à la manière dont le genre et la sémiotique s’articulent en SIC. Voir : Karine Berthelot-Guiet et Stéphanie Kunert « Introduction », Communication et Langages, n° 177, 2013, p. 45-58 ; et Virginie Julliard, « Éléments pour une sémiotique du genre », Communication et Langage,n° 177, 2013, p. 59-74.

15 Marlène Coulomb-Gully, « Les sciences de l’information et de la communication : une discipline Gender blind ? », Questions de communication, n° 15, 2009, p. 129-153.

16 Marie-Josèphe Bertini, « Le Gender Turn, ardente obligation des sciences de l’information et de la communication françaises », Questions de communication, n° 15, 2009, p. 155-173.

17 Judith Butler, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, trad. de Cynthia Kraus, Paris, La Découverte, 2005 (1990). 

18 Teresa de Lauretis, « La technologie du genre », dans Théorie queer et cultures populaires. De Foucault à Cronenberg, trad. de Marie-Hélène Bourcier, Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde », 2007 (1987), p. 37-94.

19 Marlène Coulomb-Gully et Cécile Méadel, 2012, op. cit.

20 Maxime Cervulle et Nelly Quemener, « Genre, race et médias. Divergences et convergences méthodologiques dans les sciences de l’information et de la communication », dans Hélène Bourdeloie et David Douyère (dir.), Méthodes de recherche sur l’information et la communication. Regards croisés, Paris, Mare & Martin, coll. « MédiaCritic », 2014 (à paraître).

21 Éric Maigret, « Strange grandit avec moi. Sentimentalité et masculinité chez les lecteurs de bandes dessinées de super-héros », Réseaux, n° 70, 1995, p. 79-103.

22 Voir Catherine Achin et Elsa Dorlin, « Nicolas Sarkozy ou la masculinité mascarade du Président », Raisons politiques, n° 31, 2008, p. 19-45 ou encore l’ouvrage de Pierre-Emmanuel Guigo, « Le chantre de l’opinion ». La communication de Michel Rocard de 1974 à 1981, Paris, INA Éditions, 2013.

23 Pour les travaux sur les masculinités, voir notamment Raewyn Connell, « Masculinités, colonialité et néolibéralisme. Entretien avec Raewyn Connell », propos recueillis et traduits par Mélanie Gourarier, Gianfranco Rebucini et Florian Voros, [en ligne], URL : http://www.contretemps.eu/interviews/masculinités-colonialité-néolibéralisme-entretien-raewyn-connell [consulté le 30 décembre 2013].

24 Maxime Cervulle et Nelly Quemener, 2014, op. cit.

25 Pour les travaux sur l’imbrication des oppressions et l’intersectionnalité, voir notamment Kimberlé W. Crenshaw, « Cartographie des marges : intersectionnalité, politiques de l’identité et violences contre les femmes de couleur », trad. d’Oristelle Bonis, Cahiers du genre, n° 39, 2005 (1991), p. 51-82 ; Patricia Hill Collins, Black Feminist Thought. Knowledge, Consciousness, and The Politics of Empowerment, Londres et New York, Routledge, 2000 ; et bell hooks, Yearning. Race, Gender, and Cultural Politics, Boston, South End Press, 1990.

26 Sirma Bilge, « Théorisations féministes de l’intersectionnalité », Diogène, n° 225, 2009, p. 70-88.

27 Maxime Cervulle, « Les controverses autour du "mariage pour tous" dans la presse nationale quotidienne : du différentialisme ethno-sexuel comme registre d’opposition », L’Homme et la société, n° 189-190, 2014, à paraître ; et Maxime Cervulle et Virginie Julliard, « "Différence des sexes" et controverses médiatiques : du débat sur la parité au "mariage pour tous" (1998-2013) », Le Temps des médias, hiver 2013-2014, n° 21, 2014, à paraître.

28 Voir notamment Fred Pailler, « Chatroulette : et le sexe devint l’erreur du web 2.0 », Poli-Politique de l’image, n° 4, 2011, p. 81-98 ; Floran Voros, « Les ados et le porno : analyse d’une controverse », La santé de l’homme, n° 418, 2012, p. 16-18.

29 Stéphanie Kunert et Myriam Hernández Orellana, « Ethos de l’État et pathos communicationnel : les campagnes gouvernementales de lutte contre les violences faites aux femmes (Chili, France 2006-2010) », Semen, n° 36, 2014 (à paraître).

30 Sur la notion de « sexualisation », voir par exemple Feona Attwood, Clarissa Smith, « Lamenting sexualization : research, rhetoric and the story of young people’s "sexualization" in the UK Home Office review », Sex Education, vol. 11, n° 3, 2011, p. 327–337 ; Rosalind Gill, « Postfeminist media culture : Elements of a sensibility », European Journal of Cultural Studies, vol. 10, 2007, p. 147-166.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Julliard et Nelly Quemener, « Le genre dans la communication et les médias : enjeux et perspectives », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rfsic.revues.org/693

Haut de page

Auteurs

Virginie Julliard

Virginie Julliard est maître de conférences en sciences de l'information et de la communication à l’université de technologie de Compiègne (UTC) et membre du laboratoire Connaissance, Organisation, Systèmes Techniques (COSTECH) au sein de l’équipe Études des Pratiques Interactives du Numérique (EPIN). Ses recherches portent sur la construction du genre, les dispositifs d’écriture numérique, la médiatisation des problèmes publics et la structuration des débats publics. Elle est l’auteur de l’ouvrage De la presse à Internet : la parité en questions, paru chez Hermès-Lavoisier en 2012. Depuis janvier 2013, elle co-organise le séminaire « Genre, médias et communication » avec Nelly Quemener. Courriel : virginie.julliard@utc.fr

Articles du même auteur

Nelly Quemener

Nelly Quemener est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et membre du laboratoire Communication, Information, Médias (CIM), équipe Médias, Culture et Pratiques Numériques (MCPN). Docteure en SIC, elle se penche dans son travail sur les problématiques du genre, de la classe et de la race dans les représentations médiatiques. Elle est l’auteure de l’ouvrage Le pouvoir de l’humour. Politiques des représentations dans les médias en France, Armand Colin, Coll. Médiacultures, à paraître 2014 et rédactrice en chef de la revue Poli – Politique de l’image. Depuis janvier 2013, elle co-organise le séminaire « Genre, médias et communication » avec Virginie Julliard. Courriel : nellyquemener@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page