Skip to navigation – Site map
Ligne Sud

Les mutations dans le secteur des télécommunications en Côte d’Ivoire et leurs implications

Alain François Loukou

Abstracts

Mutations in the telecommunication sector in Côte d’Ivoire, and their implications
In Côte d'Ivoire, like elsewhere in the world, profound changes have taken place in the overall telecommunications sector since at last the end of the 20th century last decade. These (regulatory, technological, economic and social) changes have completely changed the industry and made it a real means of development. The following perpetual changes surely, have strong social, economic, organizational and territorial consequences on the national development process. The analysis of all these changes is essential for a better understanding of current changes and their stakes in the short, medium and long terms. This is exactly the goal of this paper which is based on the rich literature about regulation policies in the world, and on interviews with local institutional persons in charge of the sector of telecommunication.

Top of page

Full text

Introduction

1De profonds bouleversements aux aspects variés affectent le secteur global des télécommunications partout dans le monde. Débutés aux États-Unis d’Amérique dans les années 1960, ces bouleversements vont s’étendre ensuite au reste du monde occidental dans les années 1970-1980. Beaucoup plus tard (vers la fin du XXe siècle), à l’instar de nombreux autres pays en développement, la Côte d’Ivoire n’échappera pas à cette dynamique mondiale. D’une façon générale, ces bouleversements sont d’abord d’ordre réglementaire, puis technologique et enfin économique et social. Toutefois, l’on note des spécificités en fonction des pays ou groupes de pays. Quelles que soient les formes qu’elles prennent ici ou là, ces mutations ont sans doute de significatives implications non seulement sur le secteur lui-même mais aussi sur le processus de développement. De quelle nature sont-elles dans le cas de la Côte d’Ivoire ? Pour répondre à cette interrogation nous avons dû d’abord faire une revue de littérature sur les politiques de réglementations dans le monde et en Côte d’Ivoire en vue de comprendre leurs effets d’entraînement. Par la suite, nous avons procédé à des entretiens complétés par l’analyse de l’environnement national des télécommunications.

Méthodologie

Notre positionnement

2Nous postulons que les mutations enregistrées dans le secteur global des télécommunications en Côte d’Ivoire s’inscrivent dans une dynamique internationale découlant de la combinaison des politiques de libéralisation, des fulgurantes avancées technologiques et de la forte demande des consommateurs. On peut déduire de ce postulat qu’à l’instar de ce qu’il se passe ailleurs dans le monde, les mutations ivoiriennes sont liées à trois facteurs qu’il convient d’analyser par le détail.

3D’abord, si les réglementations étatiques ont, tout au long de l’histoire des télécommunications, été placées à l’abri de contestations sérieuses pour des questions stratégiques (souci de sécurité nationale), elles ont été à partir des années soixante-dix, l’objet de plusieurs critiques poussant les États à déréguler. Ainsi, en 1995, l’État de Côte d’Ivoire a mis en œuvre un processus de réforme structurelle du secteur des télécommunications désormais considérées comme un facteur essentiel d’accompagnement du développement socio-économique, selon les termes officiels. L’objectif était d’ouvrir suffisamment ce secteur aux opérateurs privés, d’en restaurer la productivité et la compétitivité mises à mal par une longue gestion étatique pas toujours efficace.

4Ensuite, comme conséquence des politiques réglementaires dans les pays industrialisés, on observe depuis la fin du XXe siècle de spectaculaires innovations technologiques dans le secteur des télécommunications : passage de l’analogique au numérique, convergence entre les domaines de la téléphonie, de l’informatique et de l’audiovisuel autrefois bien séparés. Ces innovations ont considérablement recomposé le paysage de la communication, des entreprises du secteur et de la société elle-même. On parle désormais de société de l’information pour dire à quel point la société est affectée par le paradigme techno informationnel ambiant.

5Enfin, liés aux deux précédents facteurs, il convient d’évoquer les besoins et la demande des consommateurs. La dynamique de la technologie dans le secteur des télécommunications en Côte d’Ivoire à partir des années 2000 n’a été effective et n’a pu s’accélérer que corrélativement à une évolution profonde et continue des besoins des consommateurs toujours prêts à accepter de nouveaux produits et services. Ce, d’autant plus que dans ce secteur, les populations ivoiriennes avaient été, pour la plupart, longtemps privées des bienfaits des télécommunications.

6Pour terminer sur cette section, nous réaffirmons notre positionnement consistant à dire que les mutations qu’on peut constater dans l’économie du secteur des télécommunications en Côte d’Ivoire sont proportionnelles à l’effort de libéralisation entreprise (ou en cours), aux spectaculaires avancées technologiques ainsi qu’à la forte demande des consommateurs.

Notre corpus

7Parler efficacement de questions de déréglementations et de mutations techno-économiques dans le secteur des télécommunications en Côte d’Ivoire nécessite de recourir à des références théoriques aussi bien dans le domaine du droit des télécommunications que dans celui de l’économie des télécommunications. Un riche corpus existe sur le sujet avec des auteurs anglo-saxons et francophones, pour ce qui nous est linguistiquement accessible. Il serait donc fastidieux et prétentieux de vouloir en faire une revue exhaustive. On peut toutefois, parmi les auteurs anglo-saxons, citer entre autres, les travaux de Wilson J. Q. (1980), « The politics of regulation ». Quant aux auteurs francophones, on peut citer, entre autres également, Barreau J. & Mouline A. (1987), « La déréglementation américaine des télécommunications et l’Europe : les exemples français et britannique » ; Bensoussan A. (1996), Les télécommunications et le droit ; Boyer R. (1986), « La théorie de la régulation : une analyse critique » ; El Yahyaoui Y. (1993), « Le secteur de la communication à l’épreuve des mutations : dynamique et internationalisation » ; Vallée A. (1989), « Les réseaux sont-ils plus forts que les politiques ? ».

8Ce corpus nous a permis de décrypter et d’appréhender la réalité de ces mutations sous différents angles : juridique, technologique, économique et même territorial (si on considère, par exemple, que grâce à ces mutations, les télécommunications se diffusent plus largement dans des espaces géographiques africains autrefois marginalisés). Pour El Yahyaoui, « la montée en puissance, à partir des années soixante-dix, des idées “libertariennes“ a été largement relayée par l’émergence de plusieurs phénomènes œuvrant dans le sens d’une remise en cause profonde des monopoles qualifiés par l’économie des télécommunications de « naturels ». Cet auteur dénombre trois phénomènes :

  1. Le premier est relatif à la contestation croissante de la conception même du monopole. C’est dans ce cadre, dit-il, que la plupart des grands exploitants ont été accusés d’être peu performants, peu rentables et ne réalisant de surcroît leur profit qu’au détriment des utilisateurs.

  2. Le deuxième phénomène aurait trait au fait que les arguments qui, longtemps, légitimaient le monopole par l’existence de grands projets d’équipements du territoire national, sont devenus sinon désuets du moins dénués de fondement. Par conséquent, pense-t-il, la protection du monopole (de fait comme ce fut le cas aux États-Unis ou de droit comme dans le reste du monde) ne se justifie plus aux yeux des tenants des idées “libertariennes“.

  3. Le troisième phénomène serait relatif à la perte de la légitimité du pouvoir de l’État sur un objet purement technico-économique comme les technologies de l’information et de la communication.

9Il conclut pour dire qu’à la dynamique technologique qui animait déjà le secteur des télécommunications, est venue s’ajouter une autre dynamique, celle-là institutionnelle et non moins animatrice du secteur. Sur ce point-là, on pourrait plutôt dire que c’est la dynamique réglementaire qui est à l’origine des mutations d’ordre technologique et économique qu’on constate dans le secteur, et qui mettent à contribution les chercheurs de diverses disciplines (droit, économie, sociologie, géographie), professionnels, techniciens et même les consommateurs.

10Appliqués au contexte spécifique ivoirien, ces trois phénomènes reflètent bien le schéma d’évolution des changements intervenus dans le secteur national des télécommunications. À ce stade de l’analyse, on peut toutefois dire que si l’évolution des réglementations vers la libéralisation du secteur des télécommunications ainsi que la mondialisation des échanges condamnent les États à se dessaisir progressivement de leurs prérogatives traditionnelles, le rôle économique et stratégique des télécommunications est aujourd’hui si capital qu’aucun État ne prend le risque de se désengager complètement de ce secteur. Aussi, n’est-il pas étonnant de constater que l’État ivoirien conserve une participation relativement élevée (47 %) au capital de l’opérateur historique de téléphonie (Côte d’Ivoire Télécoms) et un droit de regard plus ou moins étendu dans certains segments du secteur.

Les entretiens

  • 1 L’ATCI est l’Autorité nationale ivoirienne de régulation des télécommunications.

11Quoiqu’il existe un corpus bien riche sur le sujet (ainsi que nous venons de le voir), il était toutefois indispensable, pour mieux comprendre la spécificité ivoirienne, de rencontrer certains responsables institutionnels du secteur et de discuter avec eux. C’est ce que nous avons fait avec le Directeur général de l’Agence des Télécommunications de Côte d’Ivoire (ATCI)1. Lors de cet entretien nos préoccupations ont porté sur des questions à la fois d’ordre réglementaire, économique, technologique et même territorial.

12Nous avons cherché à savoir ce qu’il en est des réformes réglementaires dans le secteur national des télécommunications, considérant que le Code de 1995 est dépassé en raison des perpétuelles avancées technologiques. Pour le responsable de l’Autorité nationale de régulation des télécommunications, il y a effectivement inadéquation entre les textes en vigueur et le niveau d’évolution très rapide des technologies innovantes dans le secteur des TIC ; ce qui réclame, selon lui, l’actualisation du cadre institutionnel et juridique pour l’adapter aux évolutions permanentes. Il est même allé plus loin pour dire que l’harmonisation de la législation en matière de télécommunications s’impose à l’ensemble de la sous-région ouest africaine.

13Après quoi, nous avons cherché à comprendre la situation spécifique de l’Internet en Côte d’Ivoire (problèmes de connectivité, tarifs de l’accès à l’Internet, fléau de la cybercriminalité qui gangrène le cyberespace ivoirien, etc.). Par ailleurs, nous avons relevé que ce sous-secteur semble être quelque peu à la traîne des autres si l’on considère que l’espace géographique de la diffusion de l’Internet se limite encore à quelques grandes villes seulement du pays.

14Pour essayer d’appréhender le rôle des TIC dans le développement du pays, nous avons fait le point sur les données socio-économiques, secteur par secteur. Sur ce chapitre, des données chiffrées ont été fournies qui permettront de faire des analyses conséquentes.

15Enfin, nous avons cherché à savoir dans quelle mesure, les collectivités territoriales pourraient jouer un rôle dans la diffusion des TIC en vue de contribuer à la réduction de la fracture numérique notamment dans le domaine de l’Internet.

16Dans l’ensemble, cet entretien a été particulièrement utile à la compréhension des difficultés et des enjeux nationaux dans ce secteur. Associé aux données de la revue littéraire, il a permis de mieux formaliser le reste de notre recherche et de l’articuler comme il suit.

Une mutation d’ordre réglementaire2 à l’origine

  • 2 Selon les cas ou les pays on parle de régulation, dérégulation, réglementation ou de déréglementati (...)

17Les mutations observées dans le domaine des télécommunications sont d’abord d’ordre réglementaire, et ont commencé aux États-Unis d’Amérique avant de s’étendre au reste du monde. La Côte d’Ivoire n’a pas échappé pas au mouvement.

  • 3 Ministère des infrastructures économiques (1995), Code des télécommunications, Abidjan

18En 1995, l’État de Côte d’Ivoire a mis en œuvre un processus de réforme structurelle du secteur des télécommunications qu’il considère désormais comme un facteur essentiel d’accompagnement du développement socio-économique (Ministère des infrastructures économiques, 1995). L’objectif était d’ouvrir suffisamment ce secteur aux opérateurs privés, d’en restaurer la productivité et la compétitivité mises à mal par une longue gestion étatique pas toujours efficace. La nouvelle législation est contenue dans la loi nº 95-526 du 7 juillet 1995, portant Code des télécommunications3. Deux décrets organisant et précisant les règles de fonctionnement des organes en charge de la gestion du Code ont été ajoutés. Ce sont :

  • Le décret nº 95-554 du 19 juillet 1995, portant organisation et fonctionnement de l’établissement public de catégorie particulière dénommée Agence des Télécommunications de Côte d’Ivoire (ATCI). Cet organe a pour mission de délivrer les autorisations, de recevoir les déclarations et de procéder aux homologations requises par le Code des télécommunications. Elle définit les principes des tarifications des services concédés qu’elle autorise. Elle assure la gestion et le contrôle du spectre des fréquences radioélectriques.

  • Le décret nº 95-555 du 19 juillet 1995, portant organisation et fonctionnement du Conseil des Télécommunications de Côte d’Ivoire (CTCI). Cet organe est une haute autorité indépendante dont la mission est de veiller au respect de l’égalité des traitements des opérateurs du secteur et des obligations conventionnelles ou réglementaires auxquelles ces opérateurs sont soumis. Le CTCI est également une instance de recours chargée de procéder, par voie de conciliation et d’arbitrage, au règlement de tout litige opposant les opérateurs et l’administration.

19Que ce soit dans les pays développés ou que ce soit dans les pays en développement comme la Côte d’Ivoire, les différentes réformes ont eu pour effet d’attirer les investissements privés et de considérablement dynamiser le secteur. Ce dynamisme se traduit par des mutations variées.

Une mutation d’ordre technologique, économique et sociale par la suite

20L’avènement en Côte d’Ivoire de technologies innovantes d’information et de communication ainsi que de nouvelles formes d’économie et de société est l’une des résultantes majeures des réformes intervenues dans le secteur global des télécommunications.

L’avènement de technologies innovantes de l’information et de la communication en Côte d’Ivoire

21La convergence entre la téléphonie, l’informatique et l’audiovisuel, trois domaines autrefois totalement séparés a permis de mettre sur le marché du secteur des télécommunications un ensemble de technologies novatrices. On parle de Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) pour désigner ces nouveaux moyens qui ont littéralement révolutionné le rapport des Ivoiriens à l’information et à la communication.

Une panoplie de technologies à l’expansion rapide comparée aux technologies précédentes de communication

22Les technologies récentes d’information et de communication portent sur une panoplie d’outils : les ordinateurs (de bureau, portables, à écran tactile), les téléphones mobiles cellulaires, l’Internet, les terminaux GPS, les appareils photo et caméras numériques, les supports informatiques (CD, DVD, clés USB, cartes mémoire), les assistants numériques personnels, etc. On les désigne généralement sous l’acronyme TIC. De l’histoire de toutes les technologies existantes, la diffusion de celles relatives à l’information et à la communication a été incontestablement la plus rapide à se réaliser en Côte d’Ivoire. En effet, en termes d’évolution dans le temps et dans l’espace, les techniques anciennes de communication telles que la télégraphie, les récepteurs de radio et de télévision, le télex, le téléphone filaire ont été beaucoup plus lentes à être diffusées en Côte d’Ivoire. La convocation du passé lointain et récent des télécommunications nationales, sur des bases historiques fiables, permet de le dire. L’étude de K. Cordilin (2002) nous apprend en effet que pendant la période coloniale, la faiblesse de l’expansion des réseaux télégraphique et téléphonique s’expliquait par l’insuffisance de la clientèle, qui rendait inutile la multiplication des centraux. Les colons français, peu nombreux, étaient les seuls usagers. À la période postcoloniale, dans une Afrique où les réalités des indépendances nouvellement acquises dictaient d’autres priorités, certaines techniques de télécommunications apparaissaient souvent comme un gadget inutile. C’était notamment le cas de la télévision dont la création en Côte d’Ivoire fut considérée comme un pari téméraire et insensé. Aussi, quoique la télévision ait vu le jour en 1963, son expansion à l’échelle complète du territoire national n’est toujours pas acquise en 2013. La radiodiffusion sonore, de création plus ancienne, connaît les mêmes difficultés d’expansion spatiale.

23Comparés aux techniques de communication précédentes (télégraphie, téléphonie, radio, télévision, etc.), la téléphonie mobile cellulaire, l’informatique, l’Internet, etc. ont connu une expansion géographique et sociale plus rapide. Par ailleurs, l’appropriation par les populations des produits numériques ou multimédias (CD, DVD, cartes mémoire, clés USB, appareils photo, caméras, etc.) s’est faite de façon tout aussi rapide et généralisée.

Une rapide appropriation de ces nouvelles technologies par les populations

24Rarement, des technologies nouvelles ont été aussi vite appropriées par les populations dans un pays en voie de développement. Cette rapide appropriation des TIC est en partie due à l’évolution des mentalités qui a conduit les populations à ne plus considérer les télécommunications comme des moyens réservés à une élite. En Côte d’Ivoire, pendant longtemps, détenir un téléphone fixe ou un poste de télévision semblait être l’apanage de gens relativement aisés. Aussi, rares étaient les Ivoiriens qui disposaient d’un téléphone fixe à domicile. Dans ces conditions, beaucoup de personnes d’un âge avancé n’avaient jamais vu cet appareil, et a fortiori, n’avaient jamais parlé au téléphone avant l’avènement des téléphones mobiles cellulaires. Le souvenir de la période où des gens allaient, tous les soirs, ou lors d’événements importants (match de football, cérémonies de la fête nationale) resquiller le spectacle de la télévision chez des voisins plus nantis est encore frais dans les mémoires. Aujourd’hui, sauf dans des zones rurales reculées ou dans des foyers urbains très pauvres, ce genre de spectacles a quasiment disparu de la société ivoirienne. Mieux, les Ivoiriens se sont très rapidement approprié les technologies nouvelles d’information et de communication. Ni le niveau social, ni l’âge, ni le genre, et même dans certains cas (téléphone cellulaire) ni le niveau de connaissance ne constituent aujourd’hui un véritable frein à l’expansion des TIC. Bien entendu pour certains outils et modes de communication tels que l’ordinateur et l’Internet qui requièrent un niveau relativement élevé de connaissance, la diffusion sociale et géographique pose encore de nombreux problèmes.

25Dans l’ensemble, cette rapide appropriation peut notablement contribuer à réduire certaines formes de la fracture numérique existante. En tout état de cause, l’appropriation satisfaisante des TIC par une frange importante de la population est aussi due au contexte même de l’évolution des échanges économiques et sociaux entre les humains et les nations.

L’avènement en Côte d’Ivoire d’activités et d’une société liées aux technologies de l’information et de la communication

26La convergence entre la téléphonie, l’informatique et l’audiovisuel a agi comme un accélérateur de passage vers une société et une économie fondées sur l’immatériel. Dans ce contexte, l’économie et la société ivoiriennes s’organisent progressivement autour de l’information et de ses vecteurs.

Des activités de plus en plus liées à l’information et aux TIC

27Certes, la production de biens et services n’est pas encore prédominante dans la création de richesses et d’emplois en Côte d’Ivoire. Toutefois, on observe que les TIC jouent un rôle de plus en plus important dans la structure de l’économie nationale. Par leur facteur structurant, ces instruments stimulent la performance des autres secteurs d’activités économiques à travers la facilitation de l’exécution des tâches (Loukou, 2011-2012, P. 60). Fastidieuses, ces tâches nécessitaient jadis plusieurs heures voire plusieurs jours d’exécution tout en mobilisant parfois beaucoup de personnes. Le principal avantage des TIC c’est justement de faciliter les tâches et d’améliorer la gestion des activités notamment en ce qui concerne leur volet lié aux services. Aussi, tous les secteurs d’activités ont-ils désormais recours aux TIC pour plus d’efficacité et de rapidité dans leur fonctionnement. Par nécessité ou par vocation, les entreprises et les administrations ivoiriennes produisent, traitent, diffusent et consomment des quantités toujours croissantes d’information. Nos enquêtes et observations ont permis de le vérifier dans la gestion de certaines structures telles que les mairies, les sous-préfectures, les commissariats de police (indépendamment bien entendu de secteurs publics classiques tels que les régies financières, par exemple). Aussi, progressivement nous assistons à la migration d’un mode de fonctionnement « matériel » de l’économie nationale vers un mode de fonctionnement « immatériel » fondé sur l’utilisation de l’information et de ses vecteurs. Dans cette optique, l’économie ivoirienne est en train de s’intégrer lentement mais inéluctablement dans la dynamique globale de l’économie de l’information qui se bâtit autour des TIC.

Une société ivoirienne de plus en plus liée à l’information

28La convergence entre la téléphonie, l’informatique et l’audiovisuel a accéléré le passage à une société caractérisée par le recours intensif à l’information et aux technologies qui servent à la véhiculer. Cette nouvelle forme de société a accru la tendance naturelle de l’Ivoirien à communiquer. Aujourd’hui, les populations ivoiriennes consacrent une bonne partie de leur temps journalier et de leurs moyens financiers à communiquer et à s’informer (par téléphone, Internet, télévision, radio, etc.). Aussi, peut-on le dire, la société ivoirienne est en train de se structurer, à l’instar des sociétés occidentales, autour de la production, du traitement, de la diffusion et de la consommation intensive de l’information. Elle devient donc une société de l’information. Ces différents changements ne sont pas sans incidences sur le processus de développement de la Côte d’Ivoire. Certaines sont positives tandis que d’autres sont négatives.

Les diverses implications des mutations

29Les mutations ci-dessus décrites ont diverses implications positives sur le processus de développement en Côte d’Ivoire tout comme des effets pervers liés à l’utilisation des technologies.

Les implications d’ordre économique et social

30Le Code des télécommunications, en apportant de notables réformes dans le secteur des télécommunications, a eu pour effet d’attirer les investissements privés et donc de dynamiser l’ensemble du secteur.

Un remarquable dynamisme dans le domaine de la téléphonie mobile

31Le processus de libéralisation a donné naissance à plusieurs opérateurs de téléphonie mobile aux activités florissantes. Le tableau d’évolution du marché de la téléphonie mobile, ci-dessous, donne des indications intéressantes sur l’évolution des activités de ce secteur.

Tableau de l’évolution du marché de la téléphonie mobile cellulaire en Côte d’Ivoire (1997-2010)

Tableau de l’évolution du marché de la téléphonie mobile cellulaire en Côte d’Ivoire (1997-2010)

Source : ATCI, (mis à jour : mardi, 21 août 2012, 10 h 01)

32Nota Bene :

  • Le Franc CFA (F.CFA) est la devise des pays de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) dont fait partie la Côte d’Ivoire.

  • Pour information, 1 F.CFA = 0,0015 € ou 0,002 US $

  • KF.CFA (dans le tableau) signifie qu’il faut multiplier par 1 000 un chiffre donné pour obtenir sa valeur exacte. Par exemple, pour l’année 2010, le chiffre d’affaires effectif est de 613 893 150×1000 = 613 893 150 000 F.CFA soit environ 935 812 729 € ou 1 227 786 300 US $

33Qu’il s’agisse du chiffre d’affaires, des investissements consentis, du nombre d’emplois créés ou qu’il s’agisse du nombre d’abonnés, du taux de pénétration, les données contenues dans ce tableau montrent le dynamisme particulier du marché de la téléphonie mobile cellulaire en Côte d’Ivoire. Ce dynamisme est d’autant remarquable qu’il est mis en rapport à la fois avec le contexte d’un pays de l’Afrique subsaharienne et qui sort de dix (10) années de crises politiques et socio-économiques profondes. Sur la période considérée, le nombre d’abonnés a été multiplié par 433 ; le taux de pénétration par 294 ; le nombre d’emplois générés par 6 ; le chiffre d’affaires par 40 ; les investissements consentis par 7,5. Ces résultats spectaculaires sont à mettre en grande partie au crédit de la politique de libéralisation du secteur qui a favorisé un climat d’investissements massifs.

34Les domaines de l’Internet et de la téléphonie fixe n’ont certes pas connu la même fulgurance économique et sociale que celui de la téléphonie mobile cellulaire ; mais ils ont bénéficié, à différents égards, des effets de la dérégulation.

Les TIC ont généré de nouveaux types d’activités formelles tout en favorisant l’émergence de nombreuses activités informelles

35Les mutations dans le secteur des TIC sont à l’origine de nouvelles activités aussi bien formelles qu’informelles qui font vivre des dizaines de milliers d’Ivoiriens.

36Au chapitre des activités formelles, on peut citer :

  • Les systèmes de transfert électronique d’argent. C’est une procédure qui consiste à faire envoyer et recevoir de l’argent quasiment en temps réel. Elle est pratiquée par plusieurs structures (sociétés spécialisées, banques, compagnies de transport, opérateurs de téléphonie mobile, bureaux de poste, etc.) qui emploient à temps plein un petit personnel formé aux TIC. L’instantanéité et la fiabilité du résultat de cette procédure ont fait son succès auprès des Ivoiriens.

  • La télévision à péage : quoique ce soit une activité émergente et dominée par les privés occidentaux, elle n’est pas moins créatrice d’emplois locaux et de richesses pour les Ivoiriens notamment à travers les différentes agences agréées.

  • Les écoles de formation en réseaux informatiques et de télécommunications : La généralisation du recours à l'informatique, au téléphone cellulaire et à l’Internet dans presque toutes les entreprises, administrations et activités humaines, fait que le besoin en formation dans le domaine des TIC est manifeste partout en Côte d’Ivoire. Cette situation est à l’origine de la création d’une multitude d’écoles de formation dans le domaine des réseaux informatiques et de télécommunications.

37Au chapitre des activités informelles, on peut citer :

  • Le phénomène des cabines cellulaires. Il s’agit en fait de petits étals généralement situés en bordure de rues, à partir desquelles des usagers peuvent téléphoner à des tarifs relativement avantageux. La rapide généralisation du téléphone cellulaire, issue des mutations dans le secteur, a eu pour corollaire la prolifération de cette activité informelle insolite. Ces cabines que l’on trouve presque partout en Côte d’Ivoire se comptent par dizaines de milliers et constituent autant de petits emplois.

  • La fourniture de services Internet et la distribution de programmes de télévision. Comme autres conséquences ou dérivés des changements intervenus dans le secteur des TIC, on observe l’apparition, dans des proportions élevées, d’activités informelles dans ces deux domaines. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit en fait d’activités illicites ou de piratage.

38D’autres types d’activités informelles liées à la libéralisation du secteur et à l’avènement des TIC existent et se développent partout à un rythme effréné. Il s’agit notamment de ces milliers de petits kiosques où se pratiquent les activités de traitement de texte, de scannage de documents, parfois de navigation Internet et surtout de duplication illégale de supports numériques pour œuvres de l’esprit (musique, films, discours d’hommes politiques, etc.)

39En tout état de cause, qu’elles soient formelles ou informelles, ces diverses activités sont la résultante des mutations récentes intervenues dans le secteur des TIC. Elles créent des emplois et des richesses. Les TIC elles-mêmes facilitent ou améliorent le mode de gestion des activités. Elles rendent par ailleurs possible un accès plus facile et moins coûteux à l’information à un moment où la maîtrise de celle-ci est devenue un facteur capital du développement.

Les implications d’ordre territorial des mutations

40L’évolution vers une plus grande couverture géographique des différents réseaux permet théoriquement à un plus grand nombre de territoires et d’habitants d’accéder aux moyens modernes de communication. Cette plus grande couverture, consécutive aux mutations, est indispensable pour réduire la fracture numérique d’ordre géographique qui est souvent à l’origine des autres formes de fractures.

41Les TIC donnent aux pays africains, comme la Côte d’Ivoire, la possibilité d’une plus grande intégration géoéconomique sur des espaces vastes et distants (Loukou, 2011-2012, p. 63). C’est le cas, par exemple, de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) appartenant à un espace géographique et économique de huit (08) pays (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo). Sans les réseaux et systèmes informatiques et de télécommunications évolués qui autorisent le fonctionnement en temps réel de structures décentralisées dans un vaste ensemble géographique (près de 4 millions de km2), la réalisation de ce projet communautaire économique et politique n’aurait sans doute pas été possible et viable. La preuve en est du reste qu’il a fallu attendre ces mutations technologiques pour rendre effectif en 1998 ce projet pourtant envisagé depuis 1973 à la création de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA). On voit là un exemple réussi des possibilités innovantes de structuration des activités, induites par ces technologies qui permettent une véritable intégration économique avec la dispersion spatiale des activités entre plusieurs pays.

42Au plan de l’aménagement du territoire, il est évident que la localisation des entreprises et des populations dans les zones fragilisées par la crise sociopolitique passera en partie par la capacité de ces zones à proposer un environnement moderne et attractif fondé sur la circulation de l’information organisée à partir de réseaux et services performants de TIC. D’une façon générale, en influençant l’organisation et la dynamique des territoires et, de ce fait, la localisation des activités et des hommes, les TIC sont devenues un atout économique et un enjeu politique incontournables dans les stratégies contemporaines de développement territorial.

43Si les mutations intervenues dans le secteur des TIC comportent des enjeux de développement bien réels, il ne faut pas non plus ignorer qu’elles sont par ailleurs porteuses de risques d’exclusion liée à la fracture numérique et aux effets pervers de leur utilisation détournée ou malveillante des technologies.

Les risques d’exclusion liée à ces nouvelles technologies : la fracture numérique

44Le développement des TIC ne se fait pas de manière uniforme dans les États. En Côte d’Ivoire, les variations sont très importantes entre les grandes villes, les villes secondaires et les zones rurales, de même qu’au sein des différentes couches sociales. L’Internet, par exemple, n’est généralement accessible que dans quelques principales villes tandis que les taux d’équipement des foyers en téléphonie fixe et surtout en ordinateurs et connexion Internet restent encore dramatiquement faibles. Ces distorsions, qualifiées de fracture numérique selon l’expression consacrée, constituent un frein au développement. La fracture numérique désigne l’inégalité pour des populations ou des régions données d’accéder aux technologies de l’information et de la communication. Ce faisant, ces populations ou ces régions ne bénéficient pas de façon homogène des opportunités de développement qu’offrent ces outils, à savoir la facilitation de la gestion des activités, l’accès aux ressources informationnelles, la réalisation d’actions en temps réel, etc. À une époque où l’organisation économique et sociale ; les structures du travail ; l’éducation et les loisirs sont profondément affectés par les systèmes électroniques et numériques de communication, ces inégalités peuvent marginaliser des populations et territoires entiers en les privant du progrès technologique et socio-économique.

Les effets pervers des mutations rapides dans le secteur des TIC en Côte d’Ivoire : le fléau de la cybercriminalité et le piratage

  • 4 Eu égard à l’ampleur de ce phénomène, certains consulats occidentaux, à travers leurs sites Interne (...)

45Le développement rapide et parfois incontrôlé des mutations technologiques a généré des effets pervers tout aussi non maîtrisés. Quoique l’Internet ait permis à de nombreux Ivoiriens d’accéder à d'innombrables sources d’information et de communiquer plus facilement avec le reste du monde, son développement a malheureusement engendré une nouvelle forme de délinquance dans le pays : la cybercriminalité et ses diverses variantes. Si la cybercriminalité englobe plusieurs catégories d’activités criminelles, les plus répandues en Côte d’Ivoire sont la fraude et la falsification informatiques (escroqueries via l’Internet, faux documents, etc.). Les étrangers occidentaux4 sont principalement les cibles de choix pour ces milliers de jeunes gens qui se livrent presqu’impunément à ces activités illicites dans les cybercafés. La cyberpornographie représente aussi un danger pour les jeunes filles ivoiriennes qui communiquent à longueur de journée sur des sites de rencontres et les réseaux sociaux avec des inconnus parfois déguisés en bienfaiteurs qui leur promettent l’eldorado de l’Occident alors qu’en réalité ce sont de dangereux proxénètes.

46La fourniture détournée de programmes de télévision à péage et de connexion Internet est en plein essor en Côte d’Ivoire. De même, la duplication et la diffusion illicites de contenus (œuvres de l’esprit) par les moyens numériques et électroniques sont des activités très répandues dans le pays. Le campus universitaire de Cocody à Abidjan et le lieu dit « La Sorbonne » au Plateau (centre des affaires de la capitale économique ivoirienne) étaient les espaces symboles de ce type d’infractions longtemps tolérées par laxisme. Ayant pris toute la mesure de la gravité de cette forme d’infraction maintes fois décriée par les artistes et les journalistes, les autorités politiques ont fini par mettre fin à ce type d’activités malveillantes dans ces deux endroits. Pour autant, ce genre d’activités n’ont pas en soi disparu dans le pays car on retrouve toujours en vite libre les CD et DVD piratées.

47Nul ne peut non plus prévoir les autres formes d’utilisation perverse, toujours possible, de ces technologies si souples. La conscience même de l’existence de ces limites doit toutefois conduire à les utiliser avec le maximum de discernement et à prendre les dispositions légales et techniques idoines.

Conclusion

48Il apparaît que le contexte réglementaire national, en dépit de son inadaptation aux évolutions technologiques, est le facteur clé des mutations significatives observées dans le secteur des télécommunications en Côte d’Ivoire. Il constitue un élément capital de la construction des réseaux et de la fourniture de services efficaces de télécommunications. Néanmoins, à l’analyse approfondie, il est plus juste de dire que les mutations qu’on peut constater dans l’économie du secteur des télécommunications en Côte d’Ivoire découlent davantage de la combinaison évolutive des politiques de déréglementation, des avancées technologiques rapides et de la forte demande des consommateurs. Si ces mutations ont généré des effets positifs d’ordre socio-économique, organisationnel et territorial, elles ont aussi généré des conséquences négatives : la fracture numérique et le fléau de la cybercriminalité qui gangrène la jeunesse ivoirienne. Il revient donc aux autorités compétentes ivoiriennes d’encadrer ces mutations dans des limites raisonnables afin que seuls leurs effets positifs soient perceptibles.

Top of page

Bibliography

DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.
Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Agence des Télécommunications de Côte d’Ivoire (ATCI) [en ligne], http://www.atci.ci

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Barreau Jocelyne, Mouline Abdelaziz, « La déréglementation américaine des télécommunications et l’Europe : les exemples français et britannique », Revue d’Economie Industrielle, 1987, n° 39.
DOI : 10.3406/rei.1987.1247

Bensoussan Alain, Les télécommunications et le droit, Paris, Éditions Hermès, 1996, 1070 pages.

Boyer Robert, La théorie de la régulation : une analyse critique, Paris, La Découverte, 1986, 142 pages.

Chéneau-Loquay Annie (sous la direction de), Enjeux des technologies de la communication en Afrique. Du téléphone à l’Internet, Paris, Karthala, 2000, 402 pages.

Cordilin Karine, Innovations technologiques et développement en Côte d’Ivoire depuis 1960 : le cas des télécommunications, Mémoire de maîtrise, Université Michel de Montaigne, Bordeaux III, 2002, 122 pages.

El Yahyaoui Yaya, La déréglementation des télécommunications en Europe : l’expérience britannique, Thèse, ENSPTT, Paris, 1989.

El Yahyaoui Yaya, « Le secteur de la communication à l’épreuve des mutations : dynamique et internationalisation », Le courrier Informatique et des Télécoms, 1-7 Mars 1993, n° 52.

Loukou Alain François, « La diffusion globale de l’Internet en Côte d’Ivoire en 2002. Évaluation à partir du modèle de Larry Press », Netcom, 2005, vol. 19, nº 1-2, p. 23-42

Loukou Alain François, « Fracture numérique et développement : le cas de la Côte d’Ivoire », Revue électronique TIC & Développement, 2006, http://www.tic.ird.fr/article.php?id_article=147

Loukou Alain François, « The Informal Economy in the Sector of Mobile Telephony in Ivory Coast : Survey of the Productive and Social Role of an Original Activity », Actes du colloque « Opening the Information Econmy », 13-16 juillet 2008, Montréal (Canada), IEEE Transactions on Professional Communication Journal, http://ieeexplore.ieee.org/xpl/freeabs_all.jsp?arnumber=4610203

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Loukou Alain François, « Les TIC au service du développement en Afrique. Simple slogan, illusion ou réalité ?», Revue tic&société, 2e sem. 2011 / 1er sem. 2012, vol. 5, n° 2-3, Les TICs dans les pays des Suds.
DOI : 10.4000/ticetsociete.1047

Ministère des infrastructures économiques de Côte d’Ivoire, Code des télécommunications, Abidjan, 1995, 24 pages.

Ossama François, Les nouvelles technologies de l’information. Enjeux pour l’Afrique subsaharienne, Paris, L’Harmattan, 2001, 192 pages.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Vallée Alain, « Les réseaux sont-ils plus forts que les politiques ? », 1989, In Quaderni, n° 7.
DOI : 10.3406/quad.1989.1904

Wilson James, The politics of regulation, New York, Basic Books, 1980, 468 pages.

Top of page

Notes

1 L’ATCI est l’Autorité nationale ivoirienne de régulation des télécommunications.

2 Selon les cas ou les pays on parle de régulation, dérégulation, réglementation ou de déréglementation.

3 Ministère des infrastructures économiques (1995), Code des télécommunications, Abidjan

4 Eu égard à l’ampleur de ce phénomène, certains consulats occidentaux, à travers leurs sites Internet respectifs, prennent désormais le soin de mettre en garde leurs ressortissants contre ce type d’infractions.

Top of page

List of illustrations

Title Tableau de l’évolution du marché de la téléphonie mobile cellulaire en Côte d’Ivoire (1997-2010)
Credits Source : ATCI, (mis à jour : mardi, 21 août 2012, 10 h 01)
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/660/img-1.png
File image/png, 78k
Top of page

References

Electronic reference

Alain François Loukou, « Les mutations dans le secteur des télécommunications en Côte d’Ivoire et leurs implications », Revue française des sciences de l'information et de la communication [Online], 3 | 2013, Online since 30 juillet 2013, connection on 31 octobre 2014. URL : http://rfsic.revues.org/660

Top of page

About the author

Alain François Loukou

Dr Alain François Loukou est enseignant-chercheur à l’Université Alassane Ouattara de Bouaké, en Côte d’Ivoire. Géographe de formation, ses recherches portent principalement sur la dimension spatiale des Technologies de l’Information et de la Communication ainsi que sur l’analyse du rôle de ces outils dans le développement. Il s’intéresse également aux changements permanents qui ont lieu dans ce secteur. Courriel : alain_loukou@hotmail.com

Top of page

Copyright

© SFSIC

Top of page