Navigation – Plan du site
Vie des labos

Les laboratoires de recherche en Sciences de l’Information et de la Communication

Mélanie Bourdaa et Aurélia Lamy

Texte intégral

1Les laboratoires de recherche sont des acteurs majeurs du développement des Sciences de l’Information et de la Communication en France et à l’étranger. Lieu d’accueil privilégié des chercheurs en SIC, ils sont également des espaces de formation par l’encadrement des doctorants, des espaces de diffusion du savoir via l’organisation de séminaires internes ou non, des lieux d’échange institutionnel où se discutent les problématiques relatives à l’évaluation, à la place des instances de décision, aux perspectives scientifiques.

2Symbole de l’importance prise par les laboratoires dans le paysage scientifique et institutionnel français en Sciences de l’Information et de la Communication, la Conférence permanente des directeurs de laboratoires en SIC voit le jour en 2010. Sa création révèle la place prédominante prise par les directeurs de laboratoires de recherche dans les décisions relatives aux évolutions de la discipline, que ce soit du point de vue des thématiques que des évolutions des instances décisionnaires (ANR, CNU, AERES…). La Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication a rapidement pris conscience de la nécessité de prendre en considération les laboratoires de recherche dans ses actions de promotion et de valorisation de la discipline et ce, depuis sa création en 1974. Outre la mise en visibilité des laboratoires via le site internet sfsic.org, la commission recherche souhaite aujourd’hui tisser des liens plus ténus avec les directeurs que ce soit lors des événements organisés par la SFSIC (congrès bi-annuel, doctorales…) ou lors de réunions de concertation initiées par les commissions.

Une réflexion largement amorcée au sein de la SFSIC

3La réflexion sur le rôle, les enjeux et les perspectives pour les laboratoires en Sciences de l’Information et de la Communication a déjà été amorcée au sein de la SFSIC. Plusieurs annuaires ont vu le jour à l’initiative des membres du conseil d’administration : le premier annuaire de laboratoires est créé et diffusé en 1985, suivront deux annuaires de chercheurs publiés dans les années quatre-vingt-dix. En 2005, Hélène Cardy propose un premier listing des laboratoires de recherche en SIC incluant la France, la Belgique et le Canada. C’est sur cette base qu’en 2006 Aurélia Lamy réalise pour la SFSIC un annuaire des laboratoires de recherche comportant 59 laboratoires répartis dans 28 villes françaises. Ce premier annuaire structuré sur la base de fiches descriptives répertorie non seulement les laboratoires de recherche en Sciences de l’Information et de la Communication mais également les chercheurs isolés ayant intégré des laboratoires hors de notre discipline. Cet annuaire est alors conçu comme « un outil de liaison, de mise en réseau mais surtout de connaissance de nos pairs »1. En 2010, ce premier panorama donne lieu à un dossier portant sur 27 laboratoires en SIC suffisamment représentatifs « pour pouvoir faire quelques calculs statistiques et observer des grandes tendances » en matière d’orientation des thématiques de recherche notamment. Les deux auteurs de ce document2, étudiants en master 1 SICIF (Sciences de l’Information et de la Communication, Interculturalité et Francophonie) de l’université Rennes 2 ont ainsi amorcé une réflexion sur les frontières de notre discipline en abordant son histoire, son institutionnalisation, ses perspectives scientifiques. Aujourd’hui, la liste établie par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche répertorie 56 laboratoires associés à la discipline SIC3.

Des perspectives d’étude à construire

4La réalisation de ces outils a permis de mettre à jour plusieurs problèmes relatifs à la constitution d’une liste exhaustive des laboratoires rattachés de près ou de loin aux Sciences de l’Information et de la Communication.

5Tout d’abord, le chiffre fluctuant de laboratoires répertoriés révèle les évolutions notables et structurelles en marche dans la structuration même des laboratoires de recherche en SIC. En effet, nous pouvons constater que pour des raisons économiques, politiques ou autres, la tendance est au rapprochement de laboratoires ou d’équipes de recherche. Des associations disciplinaires sont également à l’œuvre pour renforcer l’interdisciplinarité au sein des universités. Ainsi, les processus de fusion, d’association, de restructuration ont parfois conduit les laboratoires de recherche, ou les équipes, à redéfinir leurs frontières disciplinaires. Par exemple, le MICA (Médiation, Information, Communication, Art, EA 4426, Bordeaux 3) relève de la fusion de deux entités, le CEMIC axé communication et IMAGINES centré sur les études cinématographiques et en arts. Cette fusion a permis d’élargir les perspectives de recherche mais également d’ouvrir la discipline des SIC à de nouvelles méthodologies et de nouvelles problématiques liées à l’esthétique par exemple.

6Si pour certains laboratoires ces nouvelles frontières disciplinaires n’ont aucune incidence sur la perception de leur appartenance disciplinaire, pour d’autres leur inscription en SIC ne va pas de soi. En effet, certaines équipes de recherche en SIC sont intégrées à des laboratoires relevant d’autres disciplines telles que les Sciences politiques par exemple (équipe « Journalisme et espace public » au sein du Centre de recherches sur l’action politique en Europe (CRAPE)). Enfin, certains enseignants-chercheurs se retrouvent par ailleurs isolés dans des structures non officiellement affiliées aux SIC (Grandes écoles, Écoles d’ingénieurs, enseignement privé…). Ces situations questionnent le statut et l’identité des enseignants-chercheurs qui peinent parfois à s’associer à des laboratoires de recherche représentatifs de leur appartenance disciplinaire.

7D’autre part, « catégoriser » les laboratoires en SIC revient à s’interroger sur les thématiques de recherche qu’ils affichent, sur les méthodologies qu’ils mettent en œuvre, sur les concepts qu’ils entendent développer. Ceci nous conduit donc à questionner (de nouveau) le concept d’interdisciplinarité. Si pour certains cette interdisciplinarité est constitutive des SIC, pour d’autres la discipline doit s’affirmer au-delà de ses ressemblances avec d’autres disciplines académiques. En effet, cette interdisciplinarité fait la force et la faiblesse de notre discipline. D’un point de vue épistémologique, il est intéressant et enrichissant de puiser dans plusieurs champs disciplinaires. Cependant, il est souvent reproché aux SIC de ne pas avoir d’ancrage scientifique propre à la discipline. Sans rentrer dans ce débat qui a déjà largement été commenté et auquel la SFSIC a déjà pris part en organisant notamment son 17e Congrès sur le thème « Au cœur et aux lisières des sciences de l’information et de la communication » (23-26 Juin 2010, Dijon), cette question des frontières disciplinaires nous paraît essentielle à aborder pour mieux comprendre l’inscription des laboratoires de recherche dans le champ des SIC.

8Ensuite, la reconnaissance des laboratoires de recherche en SIC nous semble être également un point saillant dans l’étude des positionnements des laboratoires d’un point de vue institutionnel. Si la question de l’évaluation a fait surgir des réflexions sur les critères d’« excellence » attribués à nos centres de recherche, elle nous conduit également à questionner nos rapports aux milieux professionnels et la place des laboratoires en SIC au sein du paysage industriel français et international. De plus en plus d’appels à projet de recherche mettent en avant l’importance de partenariats sociaux-économiques afin de valoriser la recherche dans la sphère publique. Nous en voulons pour preuve les nouvelles directives des appels à Programmes de Recherche Région Aquitaine qui demandent explicitement des partenaires institutionnels mais également économiques.

9Outre les partenariats socio-économiques, les laboratoires en Sciences de l’Information et de la Communication français nouent des partenariats de recherche avec des laboratoires étrangers. Les équipes de recherche montent des projets et des programmes internationaux au sein des appels de l’ANR ou de l’Europe. Ces partenariats renforcent les enjeux internationaux de la discipline et permettent de proposer des analyses comparatives des thématiques de recherche déployées dans les laboratoires français. Ils sont donc un atout mais deviennent également une nécessité pour la reconnaissance nationale et internationale des équipes de recherche en SIC.

  • 4 Bourdaa M., « REPLIC : l’association des doctorants », in Les Cahiers de la SFSIC, n° 7, Printemps (...)

10Enfin c’est au lien entre recherche et formation que nous souhaitons nous intéresser. Si les laboratoires sont avant tout des lieux d’exercice de la recherche académique en Sciences de l’information et de la Communication, ils n’en sont pas moins des lieux où se tissent des liens étroits entre les perspectives scientifiques envisagées et les formations (notamment masters) associées. Elles sont aussi et surtout un lieu d’apprentissage pour les doctorants qui y inscrivent leurs premiers travaux de recherche. Lieu privilégié d’accueil pour mener à bien une recherche de doctorat, les laboratoires proposent également des formations sous la forme de séminaires d’équipes ou de journées d’études. Plusieurs laboratoires offrent une structure physique d’accueil et mettent en place à l’initiative des doctorants eux-mêmes des associations de doctorants. Elles sont alors des lieux de rencontre, d’échanges scientifiques et de partage d’expériences4.

11Reconnaissance, évaluation, frontières, interdisciplinarité, enjeux internationaux… sont autant de thématiques au prisme desquels les laboratoires de recherche en SIC peuvent être étudiés. Ce sont ces analyses que nous proposons aujourd’hui de faire figurer dans la rubrique « La vie des Laboratoires ». Pour ce faire nous serons amenées à aborder la question des labos selon plusieurs perspectives. Chaque numéro comportera un focus sur une thématique particulière dont la liste non exhaustive est présentée ici :

  • Les thématiques de recherche en SIC : émergences et permanences ;

  • Les relations internationales : projets de recherche, partenariats, etc. ;

  • Les liens avec le monde socio-économique ;

  • Le soutien aux formations ;

  • La structuration des équipes de recherche en SIC ;

  • L’encadrement du doctorat au sein des laboratoires ;

  • Laboratoires de recherche en francophonie…

12Nous voulons ces thématiques de recherche en prise avec les problématiques posées aujourd’hui au sein des laboratoires de recherche. Ainsi, nous serons amenées à solliciter des universitaires de la discipline, qui sauront par leurs expériences et leur expertise rendre compte au plus près de l’actualité de ces problématiques en SIC.

Haut de page

Notes

1 Aurélia Lamy, Une meilleure visibilité de la recherche en SIC, Les Cahiers de la SFSIC, n° 4 de juin 2009

2 Clément DROFF, Gwénolé ÉTIENNE, « Les laboratoires de recherche français en SIC en 2010. Quelles frontières pour les SIC » (2010)

3 https://appliweb.dgri.education.fr/annuaire/ListeEntite.jsp?entite=ur&sd=22&prov=MotCle

4 Bourdaa M., « REPLIC : l’association des doctorants », in Les Cahiers de la SFSIC, n° 7, Printemps 2012. pp. 135-138.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Bourdaa et Aurélia Lamy, « Les laboratoires de recherche en Sciences de l’Information et de la Communication », Revue française des sciences de l'information et de la communication [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 juillet 2013, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://rfsic.revues.org/657

Haut de page

Auteurs

Mélanie Bourdaa

Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, MICA

Articles du même auteur

Aurélia Lamy

Université de Lille, GERIICO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SFSIC

Haut de page