Navigation – Plan du site
Revue des revues

La revue Études de communication

Bruno Chaudet, Romain Huet, Solen Tenier, Nina Malledant, Rachel Thoa et Damien Sauvaire

Texte intégral

Historique

1La revue Études de communication sous-titrée Langages, information, médiations est une revue scientifique internationale francophone qui existe sous ce nom depuis 1992 mais a été créée en 1982 sous le nom de Bulletin du CERTE. Elle est publiée au sein de l’université de Lille 3 par le laboratoire GERiiCO, pôle de recherche à vocation internationale en sciences de l’information et de la communication.

2La revue publiait un, jusqu’à deux numéros par an. Depuis 2009, deux numéros sont publiés chaque année.

Thématiques

3Dans chaque numéro, la revue propose trois rubriques :

  • une rubrique principale qui constitue le dossier thématique avec 6 à 8 articles où il y a un appel à publication régulière.

  • une rubrique secondaire qui est la rubrique Varia qui accueille 2 à 3 articles « hors thématique » où il y a un appel à publication permanente.

  • une rubrique Notes de lecture qui propose des recensions d’ouvrages.

4Les articles qui sont publiés sont avant tout des travaux de chercheurs. Occasionnellement, des travaux professionnels peuvent être acceptés mais à la condition qu’ils rentrent dans le cadre d’une recherche.

5Concernant le choix de la thématique centrale, elle se fait sur tous les thèmes qui abordent des questions à la fois théoriques et épistémologiques en sciences de l’information et de la communication ou en SHS. Parmi ces thèmes, on peut citer par exemple l’analyse des médias, la communication des organisations, la médiation culturelle, la communication audiovisuelle, l’organisation des connaissances ou encore l’analyse de dispositifs techniques, etc.

6La revue est ouverte également à d’autres disciplines comme l’anthropologie ou la sociologie, les sciences du langage. Cependant il faut que les analyses restent centrées sur des questions de communication.

Le numérique

7En développant une visibilité papier et numérique, la revue Études de communication opte pour une stratégie éditoriale s’inscrivant dans une tendance contemporaine : allier supports traditionnels et actuels par le biais d’une unité formelle et de contenus complémentaires.

8La revue numérique est accessible de diverses manières :

  • Études de communication est présente en édition libre sur le portail revues.org offrant un accès intégral aux numéros qui ont plus de 2 ans, donc actuellement, publiés entre 1982 et 2009 (numéros 1 à 33). Deux formats en libre accès nous sont proposés, HTML et PDF.

  • À partir de 2009, l’accès intégral s’effectue sur Cairn. Deux périodes doivent cependant être distinguées. Les numéros parus entre 2009 et 2010 (numéros 32 à 35), proposent une lecture intégrale HTML et PDF. En revanche, les numéros parus entre 2011 et 2012 sont consultables sous réserve de l’achat préalable de l’article ou de l’abonnement de la bibliothèque universitaire à Cairn.

9L’utilisation du numérique contribue donc à une hybridation et une flexibilité des espaces de diffusion participant à la pérennité de la revue Études de communication.

Entretien avec Michèle Gellereau, directrice de la publication

Pouvez-vous nous présenter votre revue ?

C’est une revue qui existe sous le nom d’Études de communication depuis 1992. Elle était éditée auparavant sous le nom de bulletin du CERTE.

Cette revue scientifique francophone est classée dans les revues de référence de l’AERES et du CNU. Nous fonctionnons avec comité de lecture, sélection en double aveugle, appel à communication… Nous avons ce fonctionnement depuis les années 2000. Auparavant nous fonctionnions aussi avec appel à communication mais avec les procédés anciens, qui passaient moins par internet.

Nous accueillions les travaux de divers domaines en SIC : analyse des médias, plus récemment autour des nouveaux médias, des domaines de la médiation culturelle, la médiatisation des connaissances et des savoirs, les industries culturelles, les industries de l’information, la communication audiovisuelle… Nous avons aussi un volet autour de la communication organisationnelle et autour des processus d’innovation, ou encore l’analyse des dispositifs techniques autour de la connaissance, de la documentation et des pratiques informationnelles.

C’est une revue qui édite actuellement deux numéros par an. Nous abordons toutes les questions théoriques et épistémologiques des SIC mais aussi d’autres disciplines allant de l’anthropologie à la sociologie à condition de rester centré sur les questions de communication. Nous publions ainsi des travaux de chercheurs ou encore exceptionnellement des articles de professionnels, à condition qu’ils rentrent dans une démarche de recherche et de réflexion théorique.

Nous procédons par dossiers. C’est une revue qui a deux parties dont une partie principale générale composée de six à huit articles autour d’une thématique centrale. C’est pour cette partie qu’il y a régulièrement un appel à communication. Il y a un volet qu’on appelle Varias qui comporte en général deux à trois articles et là nous avons un appel à publication permanent.

Comment sélectionnez-vous les articles ?

Nous avons un comité de rédaction composé de personnes actives composées de membres du GERiiCO, ainsi que d’un comité scientifique international composé d’experts. Mais c’est surtout le comité de rédaction qui décide à la fois des thématiques et des numéros. Ce sont les coordinateurs des dossiers thématiques qui jouent un rôle important dans la sélection des articles. Nous demandons d’abord l’avis du ou des coordinateur(s) du dossier et nous travaillons à partir de cet avis.

Globalement il y a deux difficultés à gérer : soit nous avons un nombre très important de propositions et dans ce cas-là il faut cerner un peu mieux la thématique car nous n’avons de la place que pour six à huit articles. Puis, il y déjà une première sélection au niveau de la qualité des travaux mais aussi au niveau de la thématique en fonction de ce que l’on veut mettre dans le dossier. Cette sélection se fait avec l’articulation coordinateur/comité de rédaction. Une des difficultés est alors, parce qu’il n’y a pas assez d’espace éditorial, de devoir refuser des documents qui sont bons. C’est déjà arrivé que l’on fasse un ouvrage parallèle lorsqu’il y a vraiment trop d’articles intéressants. L’inverse est arrivé une seule fois c’est-à-dire un manque de propositions d’articles. Le thème était peut-être un peu trop novateur et nous n’avons pas eu assez de contributions. Mais au final nous avons réussi à avoir quand même nos six articles.

Concernant le numérique ainsi que l’expansion des réseaux sociaux, est-ce que cela a eu un impact sur la sélection de vos thématiques et sur la ligne éditoriale de votre revue ou c’était juste un nouvel axe que vous avez abordé dans certains articles de votre revue ?

C’est un axe que nous abordons dans quelques articles. Depuis que la revue accueille des travaux en sciences de l’information et de la documentation, nous avons ce volet-là qui s’est développé. Mais ce n’est pas un bouleversement complet.

C’est sûr que l’on ressent que c’est une thématique de plus en plus présente. Mais pour nous, cette thématique ne peut pas être séparable des autres questions. Donc il peut y avoir, par exemple, des articles sur les technologies de l’information et de la communication mais dans une approche et une problématique plus générale. C’est donc un impact, oui, mais pas un bouleversement non plus.

Nos derniers numéros ont par exemple comme sujet les métadonnées sur le web ou encore la culture informationnelle, et nous avons eu un numéro sur l’image territoriale et le travail territorial des médias qui regroupe ici tous les types de médias. C’est sûr que toutes les questions qui tournent autour des nouvelles technologies et du web influencent les thématiques de recherche mais ce n’est pas non plus un changement profond sur le plan de la ligne éditoriale.

En parlant de numérique justement, est-ce que vous sauriez à quelle date vous avez commencé à réaliser un support numérique pour votre revue ?

Nous avons créé un site internet il y a longtemps, dans les années quatre-vingt-dix. Nous avons été associés à revues.org depuis début 2006 mais il a fallu un temps assez long pour surmonter les questions techniques de formats en passant du papier au numérique, ce qui fait que nous n’avons été présents en ligne qu’un an plus tard. Nous sommes passés ensuite également sur Cairn via les accords entre revues.org et Cairn.

Publier votre revue en format numérique a-t-il eu un impact financier sur vos revenus éditoriaux ?

Ça a changé profondément la diffusion de la revue et les bénéfices. Il faut savoir que c’est une revue de l’université et donc, elle est gérée par un centre d’édition des revues. Toute la composition est faite par ce centre. Lors du passage sur revues.org, le laboratoire GERiiCo a embauché une étudiante et une stagiaire pour pouvoir mettre d’avantage de numéros en ligne car le service d’édition des revues n’était pas encore totalement spécialiste là-dedans et cela lui faisait une surcharge de travail.

Par contre Cairn génère des bénéfices que nous n’avions pas. C'est-à-dire qu’il y a une diffusion bien plus ample de la revue, c’est spectaculaire. D’une diffusion de quelques centaines de numéros par an nous passons à des milliers de connexions et d’achats d’articles, avec une internationalisation plus grande. Le numérique et le passage au numérique sont vraiment un passage important pour notre revue.

Au cours de tous les numéros qui ont été publiés au sein de votre revue, lequel vous a marqué en particulier ?

C’est un peu difficile comme question. Nous avons eu quelques numéros qui ont été réédités. Par exemple le numéro 22 de 1999 sur la médiatisation des problèmes publics a dû être réédité plusieurs fois ; le numéro 32, « Parcours de recherche en SIC » réservé aux jeunes chercheurs a été aussi très stimulant. Toute la dernière période a été très intéressante, depuis les années 2008, parce que la manière de construire les numéros a été de plus en plus collective et de plus en plus en phase avec des programmes de recherche et les collègues d’autres laboratoires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Chaudet, Romain Huet, Solen Tenier, Nina Malledant, Rachel Thoa et Damien Sauvaire, « La revue Études de communication », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 04 novembre 2014, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/655 ; DOI : 10.4000/rfsic.655

Haut de page

Auteurs

Bruno Chaudet

Bruno Chaudet, Maître de Conférences Université Rennes 2. Courriel : Bruno.chaudet@gmail.com

Articles du même auteur

Romain Huet

Romain Huet, Maître de conférences, Université Rennes 2. Courriel : Romain.huet@yahoo.fr

Articles du même auteur

Solen Tenier

Nina Malledant

Articles du même auteur

Rachel Thoa

Damien Sauvaire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page