Navigation – Plan du site
Émergences

L’information sous influence scientifique

Note sur le façonnage de l’information par les groupes industriels
Stéphane Olivesi

Résumés

Iconoclaste, l’article se résume en l’étude d’un cas emblématique à partir duquel il propose de tirer quelques enseignements généraux sur le journalisme soumis à l’emprise de la communication. Le cas retenu, objectivé et scruté au fil des analyses concerne la promotion par un organisme de recherche d’un médicament, puis de pratiques en matière d’hygiène alimentaire afin de bénéficier de financements émanant de groupes industriels qui ainsi font à leur profit l’information scientifique. S’il revisite quelques problématiques usuelles (routinisation du travail journalistique, dépendance à  l’égard des sources, manque de ressources propres…), l’article propose de s’émanciper des approches exclusivement interactionnistes (centrées sur les rapports journalistes-sources) et, surtout, de déjouer les discours moralisant portant sur le rôle démocratique des médias ou sur une très hypothétique déontologie professionnelle. Il montre comment s’exerce l’emprise des groupes industriels sur la production de l’information.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On se démarque sur ce point d’une approche en termes de champs qui revient à autonomiser à la fois (...)

1La note que l’on va lire ne répond pas aux codes et au style usuel des articles scientifiques académiques. Elle opte à certains endroits pour un mode de narration plus littéraire, proche d’un récit ethnographique, avec comme particularité la volonté de mettre en lumière des faits suffisamment marquants pour se passer d’un enrobage théorique préalable et d’une inscription dans une sorte d’orthodoxie, garants de leur mutisme. Identifiés, objectivés, narrés, ces faits ne tombent évidemment pas du ciel, ni d’un épinglage arbitraire. Ils résultent d’une construction qui engage une théorie au sens littéral, permettant de voir la réalité par-delà tout ce qui la masque, c’est-à-dire la manière dont l’information dans certains domaines est non pas simplement influencée ou conditionnée mais réellement façonnée par les groupes industriels. Cette thèse pourrait même être radicalisée en ajoutant « façonnée de A à Z » au sens où, dans le cas étudié, comme on le verra, tous les éléments de la chaîne d’information depuis la production de données par des scientifiques jusqu’aux clients destinataires des produits en passant par les organismes de contrôle sanitaire, les agences de communication, les journalistes1, les visiteurs médicaux, les prescripteurs (médecins) et les distributeurs (pharmaciens) sont conditionnées par le travail de « façonnage » opéré.

2Aussi la rédaction de cette note, volontairement littéraire, ne va-t-elle pas sans induire à son tour des effets dans la théorie qui seront explicités au terme des analyses. Elle invite à revisiter plusieurs thèmes et problématiques de recherche :

    • 2 Cf. P. Schlesinger & al., « Repenser la sociologie du journalisme. Les stratégies de la source et l (...)

    les rapports des journalistes à cette boîte noire que sont les « sources »2 ;

    • 3 Renouant ainsi avec quelques « vieux » travaux, cf. Harvey Molotch, Marilyn Lester, « News as Purpo (...)

    les types d’information et les modes différenciés de leur production, routinisée en fonction de leur nature3 ;

  • les ressources dont disposent les journalistes pour exercer un contrôle, ne serait-ce que minimal, sur ce qui fait l’information ;

  • les ressources dont ils manquent aussi pour échapper à toutes les tentatives de séduction et d’instrumentalisation dont ils font l’objet de la part de partenaires de jeu souvent (mal) intentionnés, etc.

  • 4 On ne minimisera pas pour autant les apports majeurs, à la fois empiriques et critiques, de ce type (...)

3Elle traduit la volonté de s’émanciper d’une vision centrée exclusivement sur les interactions « journalistes-sources » ou « journalistes-communicants »4. Le risque consiste en effet à spéculer sur les stratégies et les ressources des uns et des autres, omettant que ces interactions s’inscrivent dans des configurations de jeu et des contextes économiques conditionnant largement celles-ci.

La scène

4La scène se déroule dans la chambre d’un hôtel de luxe moderne, volontairement apatride, accueillant une population cosmopolite dans une grande ville française de province. Un symposium mondial sur la santé et l’environnement autour du thème de l’eau doit s’y dérouler.

5La scène qui se résume en une séquence de jeu met en présence trois acteurs :

  • Premier acteur. Un professeur d’université (francophone mais de culture anglo-saxonne), spécialisé dans certaines maladies : maladies cardiovasculaires et un type en particulier de diabète. Il a notamment découvert le syndrome métabolique qui lui a, en retour, conféré une certaine visibilité scientifique et… médiatique. Il doit s’exprimer le lendemain face à un public relativement large comportant des journalistes spécialisés ;

  • Deuxième acteur. Le directeur exécutif d’une structure de type associatif (fondation) qui se définit elle-même comme une « organisation académique, indépendante, pluridisciplinaire et internationale » consacrée à la lutte contre un type particulier de maladie. Elle comporte un Conseil exécutif et un Conseil scientifique garant de son indépendance. Cette structure finance la chaire du professeur au sein d’une prestigieuse université. Ce dernier travaille donc en étroite collaboration avec celle-ci, d’autant qu’elle attache une grande importance à la promotion des résultats de ses recherches qui conditionnent d’ailleurs leur financement… En bref, son combat et ses messages se résument en la lutte contre l’obésité et la promotion de recommandations simples : manger équilibrer, faire de l’exercice, boire de l’eau… et non pas des boissons sucrées. En regard de ses statuts, le financement de cette organisation peut provenir des pouvoirs publics, de l’université et « de dons de philanthropes ainsi que de partenaires industriels et financiers ». C’est en résumé une structure de collecte des fonds et de redistribution de ceux-ci à un organisme de recherche œuvrant conformément à son objet. Cette présentation officielle tend à dissimuler que l’essentiel de son financement provenait au départ d’un laboratoire pharmaceutique qui est à l’origine de sa création.

    • 5 On voit que cette démarche, peu académique, n’a aucun lien avec l’observation participante, cf. Phi (...)

    Troisième et dernier acteur : l’auteur de ces lignes. L’enquêteur, métamorphosé pour l’occasion en spécialiste du média-training, a été sollicité par un singulier concours de circonstances. Pourquoi l’enquêteur et non pas un journaliste, comme cela se fait habituellement ? Un mauvais esprit aurait beau jeu de soupçonner que, pour ce genre de ménage, la rémunération de l’un est sans commune mesure avec celle de l’autre. Mais ce n’est pas là la principale raison. En fait, les circonstances font que les deux journalistes habituellement sollicités par l’agence de communication qui chapote toute la communication au point d’avoir imposé aux deux autres acteurs la séance de média-training ne sont pas disponibles. Bref, en l’absence de combattants mobilisables, ce fut l’enquêteur qui, par l’intermédiaire de connaissances professionnelles, fut sollicité indirectement pour savoir s’il connaissait quelqu’un susceptible dans l’urgence de relever le défi et de prendre le relais. Ce qu’il fit à titre personnel, ne sachant ni ce que serait exactement sa rémunération, ni ce qu’il pourrait bien tirer de cette expérience5 comme profits indirects pour l’enseignement ou, plus improbable, pour la recherche.

6L’objectif de cette séance de média-training se résumait à préparer le professeur ainsi que le directeur exécutif qui l’accompagnait à la conférence de presse qui devait avoir lieu dans le cadre du symposium, afin de déjouer les pièges que de perfides journalistes auraient pu lui tendre et, plus généralement, de l’amener à « bien » communiquer, c’est-à-dire à ce que son message relatif à la nécessité « de boire de l’eau, de manger équilibré et de faire de l’exercice » soit bien perçu et bien relayé par les journalistes présents. Quels étaient ces pièges ? Et pourquoi une telle préparation ? Un retour en arrière s’impose pour éclairer ce point. La séance avait en effet été imposée aux deux acteurs par l’agence de communication car le professeur, sûr de lui-même, s’était fait piéger par des journalistes d’une chaîne de télévision française.

Un regrettable antécédent

7Dans un magazine d’information lancé au printemps 2012, une journaliste de France Télévision, présentatrice de JT, se proposait de partir en croisade contre les entourloupes des services de communication des grosses entreprises. Il faut dire qu’elle avait elle-même été piégée, comme le journal Télérama le rapportait alors :

« Sur le “syndrome de la bedaine”, on s'est fait piéger, explique-t-elle, assumant sa part d'autocritique (des extraits de ses JT sont diffusés dans le documentaire). On a fait partie, malgré nous, de la campagne de communication du labo. Cela pose des questions. Je l'ai dit à la journaliste, très compétente par ailleurs, qui avait réalisé les reportages pour le journal. Elle était médusée, écœurée. Depuis quelque temps, en conférence de rédaction, on est dix fois plus vigilants pour mieux détecter les plans com’. Avant de lancer un sujet “santé”, on se renseigne souvent auprès de deux ou trois médecins indépendants. Attention, je ne désavoue pas le travail que nous faisons dans le JT de 13 heures. Les deux exercices sont complémentaires. Mais cela fait du bien de creuser ces sujets sur la longueur, d'assurer une forme de droit de suite. »6

  • 7 Cf. J. Lacan, « Le séminaire sur « La Lettre volée » », Écrits, Seuil, 1966.
  • 8 Cf. R. Barthes, « Le mythe, aujourd’hui » (1956), Mythologies, Seuil, 1957.
  • 9 Sur le « disease mongering », cf. Lynn Payer, Disease Mongers. How Doctors, Drug Companies, and Ins (...)
  • 10 Plus d’un millier de patients aurait en effet été concerné par ces effets psychiques très indésirab (...)

8Le « syndrome de la bedaine » serait certainement passé inaperçu comme tant d’autres opérations de communication qui, à l’image du paradoxe de la lettre volée de Poe7 ou du mythe chez Barthes8, sont trop manifestes pour être perçus, si le laboratoire qui se dissimulait derrière ce montage n’avait dû retirer de la vente un de ses excellents médicaments pour maladie « façonnée »9 en raison de ses effets bien réels et quelque peu indésirables (dépression, suicide…10).

9Le professeur joua un rôle central dans ce drame. Il fut lui-même l’inventeur du « syndrome de la bedaine » ou syndrome métabolique, très largement médiatisé lors de sa découverte. La molécule élaborée par le laboratoire devait remédier à cette nouvelle pathologie. Il réalisa donc une importante étude « scientifique » internationale concluant à l’efficacité de la molécule à la base du médicament dont il entreprit indirectement, mais très activement la publicité. Il ne fut donc pas l’innocente victime d’un détournement de ses recherches puisque c’est la fondation, financée par le laboratoire pharmaceutique et finançant à son tour sa propre chaire, qui fut le bras armé de sa communication scientifique et, de ce fait, de la promotion du médicament sous l’angle scientifique.

10Et quand on évoque sa communication scientifique, il ne s’agit pas de réduire celle-ci à la communication des résultats de ses travaux mais, inversement, d’inscrire ces mêmes travaux dans un processus global de communication auxquels ils se subordonnent puisque ceux-ci n’ont été conçus et financés qu’en vue de la promotion du « syndrome de la bedaine » et du médicament censé le traiter. Cet exemple constitue d’ailleurs un cas extrême d’instrumentalisation de la recherche à des fins communicationnelles puisque cette instrumentalisation rend possible ensuite la manipulation de tous les autres acteurs de la chaîne de l’information, y compris les journalistes, qui deviennent à leur insu des vecteurs de la communication du laboratoire pharmaceutique. On pourrait même parler d’une rationalisation de la recherche à des fins de communication puisque la production de connaissance y est entièrement subordonnée. Cas extrême, mais aussi cas révélateur : le financement de la recherche par des intérêts privés ne manque pas de soulever le conditionnement de celle-ci en amont, voire son dévoiement pur et simple en entreprise de promotion.

11Pour les journalistes du nouveau magazine, en regard de son rôle central, le professeur s’imposa naturellement comme principale cible de l’investigation ; celle-ci devait mettre en lumière l’emprise des laboratoires pharmaceutiques sur la production et la diffusion de l’information sanitaire. Scientifique reconnu, ne serait-ce qu’en regard de sa chaire universitaire, il a en effet largement contribué à la légitimation d’un produit, médicalement douteux, censé remédier à une maladie inventée par lui-même pour les seuls besoins économiques de l’industrie pharmaceutique. Entrepreneur très actif, il fut à la fois impliqué en amont dans l’entreprise de légitimation scientifique du médicament et associé à la promotion de celui-ci dans les milieux médicaux, par ses communications mais aussi sous la forme de discrets financements octroyés par la fondation.

Une investigation exemplaire ?

12Rapidement présentée par la journaliste (et productrice), l’émission (d’une durée d’1 h 31 min 45 s) se compose essentiellement d’un très long travail d’enquête (d’une durée d’1 h 11 min 15 s) dont le montage alterne images d’archives et images d’entretiens, réalisés essentiellement auprès d’acteurs du monde de la santé. La voix off fait le lien entre les plans et les séquences qui se succèdent à un rythme soutenu. L’investigation journalistique puise à des sources passées qu’elle complète, commente et recoupe au moyen de données plus contemporaines, produites exclusivement pour l’émission. Elle met en lumière la capacité des groupes industriels et des relais d’opinion qu’ils financent à faire exister une maladie dans les médias. Ainsi, au début de l’enquête, c’est le journal de F2, présenté à l’époque des faits par celle qui présente aujourd’hui l’enquête, qui est épinglé, suggérant que la présentatrice de l’émission fut elle-même victime de ce travail de « façonnage » de l’information scientifique et d’un plan média d’une redoutable efficacité. Mais elle ne fut pas la seule. Et l’on voit journaux (presse écrite) et émissions de plateaux exposés les points de vue d’éminents experts soulignant les risques incommensurables de la bedaine et les espoirs non moins grands suscités par l’existence d’une molécule réduisant tous les risques associés au bedon.

13Après quelques minutes fonctionnant sur le mode d’un rappel exhaustif des faits, le professeur apparaît une première fois, d’abord en conférence, puis en entretien. Il fait ouvertement et activement la promotion du médicament et de la molécule qui s’attaquerait à la cause du syndrome métabolique qu’il a lui-même découvert.

14L’enquête se prolonge et l’on apprend alors que la molécule qui est à l’origine du médicament incriminé fut découverte en 1995 et que, depuis, l’industrie pharmaceutique cherchait un débouché commercial à sa formidable invention. Dès 2004, c’est-à-dire trois ans avant son lancement, le médicament est ainsi annoncé dans les médias. Véritable médicament « miracle », on en parle sur de nombreux plateaux de télévision où il est dit que différentes pathologies d’ordre cardio-vasculaire seraient ainsi traitées. Pourtant dès 2006, le syndrome métabolique est dénoncé par certains experts (plus) indépendants comme une simple esbroufe puisqu’il ne s’agirait que d’associer des facteurs de risques bien connus (diabète, hypertension, surpoids, cholestérol…) pour en faire une nouvelle maladie, médiatiquement porteuse et financièrement plus lucrative puisqu’elle élargit singulièrement la zone de chalandise des malades qui s’ignorent.

15Après avoir décortiqué l’opération de dissimulation systématique des risques sanitaires, le magazine évoque une deuxième fois le professeur qui participa directement aux essais cliniques. Pourquoi ce dernier n’a-t-il pas tiré la sonnette d’alarme alors que les résultats de ces essais mettaient en évidence dès le départ des risques bien réels ? S’appuyant sur des informations sorties dans la presse écrite, la voix off annonce alors que ce dernier aurait en effet perçu 15 millions de dollars du laboratoire pour mettre sur pied une prestigieuse fondation consacrée à ce « syndrome de la bedaine »… et surtout pour faire parler de celui-ci.

16L’enquête qui n’évoquait jusqu’alors le professeur qu’à partir d’images ou de documents d’archives propose à présent des extraits d’une rencontre sur son lieu de travail. Et l’on peut supposer que le professeur, en professionnel de la communication, s’y est prêté volontiers, sans hésitation, du moins au départ, puisqu’on commence par le voir arpenter d’un pas décidé les couloirs de son hôpital, puis s’exprimer dans son environnement de travail. Lors de notre rencontre, il indiquera avoir été complètement piégé par le journaliste venu le rencontrer qui, d’après lui, lui aurait dissimulé le véritable objet de sa visite et ne l’aurait interrogé sur ses liens avec le laboratoire qu’au terme d’un long entretien dont le journaliste n’aurait ensuite extrait et retenu que les deux ou trois minutes concernant ce thème.

17En tout cas, interrogé par le journaliste sur ses liens avec le laboratoire, se sachant filmé, il indique :

« Ils ont financé la chaire au début lorsque la chaire était lancée justement pour qu’il y ait euh… de l’éducation à l’obésité.

– À hauteur de combien, elle était financée ?

– Euh c’était… je peux vous dire quelque chose comme 1 million d’euros par années…

– 1 million d’euros par années, mais sur combien d’années ?

– Sur cinq années, de 2005 à 2009.

– C’était pas 15 millions précisément plutôt ?

– Ben ça dépend… y a eu, y a eu deux budgets. Faudrait que je vous montre. Il y a le budget pour l’université ; il y a eu un budget pour notre site internet ; il y a eu le budget pour la chaire, carrément les activités éducatives, la chaire. »

18Cette manière quelque peu confuse de s’exprimer chez quelqu’un qui maîtrise parfaitement les rouages de la prise de parole témoigne d’un réel embarras. Après une brève coupure et quelques précisions données au spectateur, la présentation de l’entretien reprend et l’embarras ne fait que croître se traduisant à la fois dans les réponses, courtes, hachées, et dans quelques gestes signifiants comme un regard inquiet en direction de la caméra qui traduit l’incertitude dans laquelle il se trouve alors, ne sachant s’il doit stopper l’entretien au risque de révéler sa faiblesse ou s’il doit continuer à s’enfoncer dans ce piège. Le journaliste l’interroge donc une nouvelle fois pour savoir s’il n’a pas le sentiment d’avoir été instrumentalisé. La réponse que concède le professeur après avoir rejeté toute responsabilité sur le laboratoire, regrettant que l’industriel ne l’ait pas suffisamment entendu, est un « oui » laconique.

19L’enquête fait ressortir un autre point. Le laboratoire pharmaceutique et indirectement la fondation ont également sensibilisé, voire financé un certain nombre de promoteurs français du « syndrome de la bedaine » et du médicament qui le traite. Un endocrinologue, dirigeant une unité consacrée au traitement de la bedaine dans un grand hôpital public parisien, avait ainsi lancé une opération de communication multi-supports (site internet, présence sur les plateaux de TV, dans la presse écrite, livre également consacré au syndrome…) pour s’engager dans une véritable croisade contre le syndrome et pour le médicament. Il avait lui-même bénéficié d’un prix scientifique (décerné par la chaire internationale du professeur…), d’une prime du laboratoire de plusieurs milliers d’euros pour ses travaux, soutenu une thèse sponsorisée par le même labo… Il aurait même perçu une rémunération plus directe encore, en étant tout simplement salarié par ce même laboratoire pour former ses propres visiteurs médicaux.

Le « piège » journalistique

20Deux séries de remarques doivent encore compléter ce point, portant d’une part sur la stratégie journalistique et, d’autre part, sur les conséquences de l’émission.

21Le « piège » journalistique d’abord. Rien de très original en lui-même. Il consiste pour le journaliste et son équipe à solliciter un entretien en jouant sur la notoriété du média pour lequel indirectement il travaille, à venir rencontrer le professeur dans son laboratoire, à le faire parler de ses travaux, puis au terme de cette mise en confiance à le questionner sur cet antécédent quelque peu gênant de manière à le déstabiliser et à disposer d’une sorte de confirmation relative au conditionnement de son travail par les financeurs, voire à sa pure et simple instrumentalisation par des intérêts privés. Il faut dire que le résultat obtenu s’avère convaincant, comme en témoigne le reportage. Cet effet de surprise ne résulte pas simplement de la mise en confiance opérée ; il s’explique aussi par le contexte culturel.

22Un acteur tel que le professeur évolue dans le monde scientifique mais interagit très régulièrement dans des configurations de jeu plus ouverte l’associant à des journalistes. Il collabore avec ces acteurs sans grande distance critique et, pour cette même raison, n’imagine pas faire l’objet de soupçons portant sur le financement de sa chaire. La rationalité du journaliste-enquêteur auquel il est cette fois confronté obéit à une visée et à des règles moins routinières que celles qui président au comportement habituel des autres journalistes. Aussi n’imagine-t-il pas être « piégé » dans le cadre d’un entretien dont le véritable objet aurait été dissimulé. C’est la raison pour laquelle il a accepté sans véritable hésitation l’entretien, pensant une nouvelle fois faire passer son message hygiéniste au moyen d’un journaliste, relationnellement appréhendé comme simple relais d’opinion, pour ne pas dire comme instrument de son entreprise scientifique de communication.

23Quelques jours après cette déconvenue, le professeur et, évidemment, le directeur exécutif de la fondation estiment qu’ils ont été victimes d’une véritable escroquerie, d’une pratique malhonnête, inimaginable dans le monde anglo-saxon où règneraient, selon eux, la déontologie journalistique et les comités d’éthique. Aussi n’ont-ils pas de mots assez durs pour la journaliste, productrice de l’émission, et pour le journaliste-enquêteur qui ont trahi leur confiance, qui ont cherché à se payer leur tête, qui ont préféré les piéger plutôt que de les interroger « honnêtement ». Ils ne comprennent pas que l’on ne puisse pas faire pression sur eux ou que l’on ne puisse pas sanctionner de tels comportements. Le plus vindicatif dans l’expression de son mécontentement est le directeur, le professeur paraissant davantage accepter les risques du jeu communicationnel. Leur colère reste d’autant plus grande que leur crédibilité est mise en jeu et qu’à travers elle, c’est le financement de la fondation qui risque d’être hypothéqué, hypothéquant de ce fait l’avenir de la chaire et de l’équipe de recherche animée par le professeur. Ils ont bien imaginé tous les moyens de pression « légaux » dont ils disposent : demander un droit de réponse, essayer de faire pression sur la direction de la chaîne de télévision, mais l’évidence s’impose à eux… Mieux vaut rester silencieux sur un dossier que l’on souhaite oublier et faire oublier le plus rapidement possible. Mieux vaut aussi se concentrer sur les échéances futures plutôt que de mobiliser son énergie à gérer ce passé encombrant.

  • 11 On se désolidarise complètement, sur ce point, de l’analyse de M. Schudson concluant que, malgré ro (...)
  • 12 On peut renvoyer aux nombreuses affaires défrayant la chronique judiciaire dont la presse a rendu c (...)

24Cela dit, l’audace journalistique et la prise de risque s’expliquent aussi par le caractère très singulier de la situation qui veut que les acteurs concernés ne puissent pas réagir, non seulement parce que la véracité des informations diffusées paraît difficilement contestable mais aussi parce que tous les acteurs ont intérêt à se taire de peur de voir cette affaire finir devant les tribunaux au même titre que d’autres affaires du même genre, impliquant l’industrie pharmaceutique. Un épinglage négatif après 22 h 30 vaut mieux qu’un grand procès médiatisé. Une telle audace journalistique s’avère donc mesurée et sans grand risque de représailles11. Elle ne se conçoit pas séparément de la dimension potentiellement « scandaleuse » du dossier. La routinisation de la corruption par l’industrie pharmaceutique des experts et des professionnels de l’information médicale12 ainsi que l’influence exercée sur ceux qui sont en bout de chaînes (médecins et journalistes) n’aurait à elle seule pu faire l’objet d’un traitement journalistique ; ce qui l’a rendu possible, c’est la dangerosité extrême du médicament qui, ayant produit des effets plus que négatifs, révèle à quel point cette industrie exerce son emprise sur toute la chaîne de l’information puisque même les organismes chargés d’exercer un contrôle sanitaire sur le commerce des médicaments s’avèrent agir sous l’emprise de son lobbying.

25Ce long cadrage sur le contexte éclaire en grande partie les raisons et l’objet de la séance de média-training. Au-delà d’un simple exercice, il s’agissait de préparer le professeur et le directeur exécutif afin de leur permettre de faire face en cas de nouvel incident du même type ou, plus simplement, dans le cas d’une allusion publique aux informations diffusées quelques jours avant dans le cadre de l’émission de télévision.

La séance de média-training. Premier contact et préparatif

26L’accueil dans le hall de l’hôtel par le directeur exécutif est ambigu, empreint d’une tension inhabituelle en pareille circonstance. Pour le formateur, partiellement informé par le responsable de l’agence de communication du contexte et des enjeux, rien n’explique la nature de ce stress, non dissimulé, si ce n’est une hypothèse : le responsable associatif n’est guère à son aise face à une caméra et face à un journaliste. Une autre hypothèse aurait pourtant dû prévaloir. Elle ne s’imposera qu’a posteriori : un nouveau couac « communicationnel » et d’énormes budgets se seraient envolés.

  • 13 Message invariant relatif à la lutte contre l’obésité et contre le syndrome métabolique : « pour li (...)

27Le formateur qui, dans les jours précédant la rencontre, a entendu à plusieurs reprises le message sanitaire délivré par le professeur sur une chaîne de radio publique d’information en continu attend de découvrir ce dernier. Sur le fond, le message délivré par ce dernier suscite plutôt sa sympathie13 et l’incident médiatique ne lui a été révélé qu’en partie, sous un angle très formel, très euphémisé, par le directeur de l’agence de communication qui l’a sollicité. Le jour de leur rencontre, il n’a pas vu l’émission de télévision et, de ce fait, n’a pas pris la mesure de la gravité des faits dont il ignore la nature. Il s’interroge sur ce qu’il peut bien apporter et sur ce qu’il va pouvoir dire à un acteur parfaitement rompu à la prise de parole, y compris à la prise de parole « grand public » destiné aux médias. La chambre de l’hôtel comporte tout ce qu’une chambre d’un hôtel de ce niveau doit comporter (espace, calme, télévision grand écran haut de gamme permettant de visionner l’enregistrement vidéo, bureau cossu…) ; et, en attendant d’être rejoint par le professeur qui occupe une autre chambre, aidé par le directeur exécutif, il installe le dispositif vidéo et le teste, soucieux de ne pas être confronté à un problème technique de dernière minute.

  • 14 Sur ces notions, cf. Pierre Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Minuit, 1979.

28Le professeur arrive. Son attitude le différencie significativement de son collègue. Au stress de l’un s’oppose l’assurance de l’autre. Il faut dire que le professeur n’a nullement l’hexis d’un professeur, ni d’ailleurs l’ethos14. On l’imaginerait plus volontiers « homme d’affaires », « cadre supérieur », voire « communicant ». Il témoigne en effet d’une belle assurance, justifiée si l’on en juge par ses performances communicationnelles dans les médias. Il va donc insuffler un dynamisme particulier et persuader son collègue, jusque-là réticent, de se livrer également à l’exercice d’autoscopie, conçu en trois temps. D’après-lui, on ne s’exerce jamais assez… et il prend particulièrement à cœur son métier de… communicant.

Le déroulement de la séance de média-training

29D’une durée de 2 h 30, la séance était organisée en deux temps courts et un temps long :

  • première étape : une présentation formelle de soi ;

  • deuxième étape : un exercice de préparation de l’intervention publique dans le cadre du symposium ;

  • troisième étape : une mise en situation opposant un des deux participants à deux journalismes, plutôt virulents, alternant questions générales et mises en cause personnelles…

30Les deux premières étapes se déroulèrent avec la plus extrême facilité pour le professeur, avec beaucoup de stress et de tension pour le directeur exécutif. La performance du professeur s’explique à la fois par sa familiarité avec l’exercice de la prise de parole publique, par sa capacité à préparer et à livrer un message bien formaté, par un goût manifeste pour ce type d’épreuve. Il est d’ailleurs familier du média-training et n’hésitera pas à interroger à plusieurs reprises le formateur pour améliorer ses performances communicationnelles. Avenant, il sourit, fixe la caméra, scande ses phrases, insistant sur les points-clés. Bref, l’exercice paraît être une formalité, du moins pour ces deux premières étapes. Inversement, la prestation du directeur exécutif est nettement moins convaincante. Stressé, tendu, cherchant parfois ses mots, sa présentation ne dissimule pas un certain malaise, voire de l’agressivité, et ce n’est que progressivement qu’il s’approprie un peu son discours. Il commettra même une bévue, stigmatisant le public français d’une manière que l’on pourrait dire gaullienne !

  • 15 Sur l’autoscopie et le rapport à l’image de soi, cf. Stéphane Olivesi, La communication syndicale, (...)
  • 16 Cf. Erving Goffman, « Engagement », La nouvelle communication, dir. par Y. Winkin, Seuil, 1984.

31Ces attitudes traduisent des dispositions particulières propres à chacun des deux acteurs dont le ressort réside dans la structuration du rapport à l’image de soi15. L’un l’engage avec aisance, l’autre ne le fait qu’avec difficulté comme si, déjà meurtris, cette image de soi et le rapport que le sujet noue à celle-ci ne permettaient pas d’encaisser d’éventuelles violences symboliques résultant de l’interaction. Ces attitudes témoignent aussi d’une capacité d’engagement16, au sens goffmanien, qui varie très significativement. Mais dispositions et capacité d’engagement ne se traduisent pas d’une manière invariante et uniforme puisque certaines ressources peuvent se transformer en handicap et réciproquement.

32Les choses vont en effet significativement évoluer dans le cadre du dernier exercice, le plus instructif sous l’angle des ressorts psychologiques et cognitifs de la communication. Interpellé de manière tantôt ironique, tantôt agressive, par les journalistes qui lui font face (c’est-à-dire le directeur exécutif et le formateur), le professeur répète son argumentation bien rôdée avec ses invariants sourires, ses ponctuations préparées, ses arguments imparables… ou presque. Une première faille apparaîtra lorsque les pseudo-journalistes évoqueront le problème des liens entre ses recherches, la fondation et le financement de celle-ci par des intérêts privés. Cette faille se résume dans l’argumentation quelque peu simpliste proposée qui consiste à s’abriter derrière l’existence d’un comité d’éthique composé de personnalités prestigieuses, censé à la fois garantir la chaire contre tout risque d’ingérence et veiller à la déontologie. Véritable dénégation, cet argument formel s’avère à l’usage fort peu convaincant, surtout face à un public connaissant un peu les pratiques des laboratoires pharmaceutiques. Il semble pourtant imparable pour le professeur qui livre quelques signes d’agacement, voire d’agressivité face à l’ironie et aux soupçons exprimés par ses interlocuteurs, laissant entendre qu’il y a des choses que l’on ne peut raisonnablement pas mettre en doute.

  • 17 Cf. Paul Costey, « L’illusio chez Pierre Bourdieu. Les (més)usages d’une notion et son application (...)

33On peut supposer que le malaise a une double origine, culturelle et éthique. L’origine culturelle se résume dans le fait que l’existence d’un comité d’éthique constitue selon l’opinion du professeur une garantie dont il n’y aurait jamais lieu de douter. Il lui paraît donc déplacé, voire choquant, que l’on puisse mettre en cause ses travaux dans la mesure où le dispositif éthique et scientifique qui les encadre les rendrait irréprochables. Dès lors, toute mise en doute relève d’un parti pris, d’une attaque personnelle d’autant plus arbitraire qu’à l’intérieur de la culture dans laquelle il évolue, il n’est guère concevable de soupçonner un quelconque dysfonctionnement. L’origine éthique du malaise renvoie à la mise en cause de la légitimité du professeur puisque, si l’argument tombe, comme ce fut en partie le cas lors de l’émission de télévision, ce n’est rien moins que sa probité et ses compétences scientifiques qui sont mises en jeu. Le professeur développe d’ailleurs une argumentation relativement convaincante quand il répète que, sans argent, il n’y aurait tout simplement pas de recherche et, par conséquent, pas de progrès pour la santé publique. Ce qu’il ne dit pas soit parce qu’il ne veut pas le voir, soit parce qu’il ne peut pas se le représenter et se l’avouer, c’est que ses travaux de recherche ne vont nullement dans le sens d’une amélioration de la santé publique mais s’inscrivent dans une logique d’extension du domaine du pathologique profitable aux seuls laboratoires. On ne saura jamais si le professeur en a pleinement conscience au moment où il argumente mais il est rare que les agents sociaux ne disposent pas de représentations de leur action leur garantissant une forme minimale d’illusio nécessaire à leur investissement dans le jeu social17. Aussi est-il vraisemblable que son agacement résulte de ce qu’il perçoit comme une mise en cause arbitraire, injuste, touchant au-delà de sa légitimité les ressorts même de son engagement médical et, par extension, social.

34Rien de tel chez le directeur exécutif qui, au fil de ce troisième exercice, s’affirme plus pugnace qu’il n’en donnait l’impression au départ, sachant jouer sur différents registres sans fausse note. Il argumente, répète certaines allégations, reste à la fois calme et pragmatique face aux questions pressantes des journalistes. Là encore, on peut supposer que cette maîtrise de soi retrouvée s’explique par la mise en scène d’antagonismes qu’il ne vit pas sur le mode d’une mise en cause personnelle mais sur celui d’un combat entre deux mondes, deux ordres de légitimités incompatibles, qui, dans son imaginaire, s’opposent radicalement : le sien, celui de l’économie, du sérieux, et celui très négatif des journalistes, de ceux qui se complaisent dans l’inaction et la critique, comme le laissent entendre à plusieurs reprises ses paroles hors caméra.

Une naïveté révélée

35Au terme de la séance, malgré sa prudence, le formateur commit une maladresse, révélatrice de sa singulière naïveté. Il aurait pourtant dû se douter en regard des moyens déployés, de la pression ressentie par les acteurs, de l’imposition de cette séance de média-training que quelques enjeux économiques bien réels sous-tendaient cette nouvelle croisade médiatico-scientifique contre le syndrome métabolique. Souhaitant signifier sa propre empathie à l’égard du message délivré « avoir une alimentation équilibrée, faire de l’exercice, boire de l’eau… », souhaitant aussi inciter les acteurs à être plus affirmatif encore, il engagea un syntagme très insignifiant qu’il aurait pourtant dû avoir la prudence de taire, à savoir « eau minérale »…

36La réaction très embarrassée des deux acteurs le surprit. Le directeur exécutif commença par expliquer qu’il n’était pas dans leur rôle de promouvoir l’eau minérale. Puis, plus directement, il en vint à dire qu’ils risquaient à présent d’être soupçonnés pour des liens qu’ils entretiendraient avec d’autres industriels ne relevant plus de l’industrie pharmaceutique mais de l’agro-alimentaire. Ils finirent alors par indiquer qu’un grand groupe de ce secteur était devenu le principal financeur de la fondation. Le formateur commença à comprendre à sa grande surprise que ce message de bon sens relatif à la consommation d’eau, apparemment désintéressé, était en fait largement conditionné…

  • 18 Il s’agit du 1er producteur d’eau au monde avec plus de 70 marques, du 1er embouteilleur d’eau miné (...)

37Il suffit pourtant de se reporter au site internet de la branche « eau » d’un groupe international de l’agro-alimentaire18 pour constater que le discours « avoir une alimentation équilibrée, faire de l’exercice, boire de l’eau » est commun à la fois au professeur et à l’industriel. Et l’on comprend la véhémence des attaques contre les boissons sucrées qui, d’après lui, seraient à la base de certains diabètes et du syndrome métabolique. L’eau minérale aura donc remplacé le médicament comme objet promotionnel indirect permettant de financer la chair et les activités rattachées à celles-ci. Le discours scientifique et médiatique n’en est pas moins économiquement sous-tendu par une même logique promotionnelle, critique à l’égard des boissons sucrées produites par les concurrents du groupe de l’industrie agroalimentaire.

38Le formateur en ressortit quelque peu ébranlé en raison de la naïveté avec laquelle il avait lui-même appréhendé et entendu le discours diffusé à plusieurs reprises dans les médias sans mesurer à quel point ce qui lui paraissant à la fois relever du bon sens et d’un discours sanitaire tenu publiquement par quelques autorités scientifiques n’était en fait rien d’autres que le produit du façonnage de l’information que parvient à opérer l’industrie agro-alimentaire. Il faut ajouter pour bien prendre la mesure du phénomène que le formateur n’est pas un citoyen ordinaire, mais lui-même spécialiste de la communication, que, lecteur de Marx, Nietzsche, Freud et de quelques autres, il s’enorgueillit de son propre esprit critique, qu’il se défie par ailleurs de toute uniformisation des goûts… Et pourtant, son bel esprit ne lui a pas été d’un grand secours puisqu’au même titre que la plupart des citoyens et des journalistes, il a été grossièrement berné.

39On peut en effet supposer que les journalistes de la radio publique d’information en continu qui ont ouvert leurs ondes au discours du professeur et l’ont diffusé en boucle au même titre que leurs collègues de France Télévision (et de nombreux autres médias) qui, quelques années avant, avaient lancé la chasse au syndrome de la bedaine n’ont certainement cherché qu’à informer le public de la manière la plus sérieuse possible, sans percevoir qu’ils agissaient ainsi pour le compte d’une multinationale, parvenue à subordonner l’information de cette chaîne publique à sa propre stratégie de développement… durable. Deux éléments expliquent cet aveuglement.

  • 19 Cf. Gaye Tuchman, « Making News by Doing Work : Routinizing the Unexpected », American Journal of S (...)

40Le premier renvoie aux routines journalistiques19 qui les portent à exploiter le bon client quand il se présente à eux. Et il faut redire que le professeur, parce qu’il ne ressemble pas à un homo academicus, parce qu’il aurait donc les qualités médiatiques de l’homme science sans en avoir les défauts, constitue pour eux une véritable aubaine. Cela explique qu’il soit médiatiquement promu. Par son expérience personnelle, mais surtout parce qu’il bénéficie du savoir-faire de communicants aguerris (un grand nombre étant d’ailleurs d’anciens journalistes convertis aux charmes lucratifs de l’univers honni de la communication, lieu de déchéance symbolique mais aussi lieu de réussite économique), le professeur sait ce qu’il faut dire et comment il faut le dire pour que les journalistes, sous l’emprise de leur propre manière de faire routinisée, reproduisent son discours en l’absence d’appropriation distanciée.

41Le second découle de l’effet d’aveuglement produit par la référence à la Science, inhérent à l’idéalisation dont cet univers fait l’objet, comme si la production du vrai, hors de tout contexte social, hors de tout jeu d’intérêt, relevait d’un pur exercice de l’Esprit. De ce fait, contrairement à d’autres discours d’acteurs puisant leur légitimité à des sources différentes, le discours promu par des sources scientifiques n’aurait pas à faire l’objet de vérification, de recoupements, puisque son origine, véritable labellisation sans label, suffirait à l’authentifier. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les laboratoires et d’autres acteurs économiques recourent à la « Science ». Seule l’autorité que confère la légitimité scientifique rend possible une telle mystification des journalistes et de leurs publics qui, s’ils n’ont plus guère de croyance en matière religieuse ou politique, continuent néanmoins de croire en la Vérité scientifique, comme parole inconditionnée.

Quelques enseignements et hypothèses générales induites de ce cas

  • 20 Michel de Certeau a poussé cette thèse jusqu’à la caricature dans son ouvrage L’invention du quotid (...)
  • 21 On se démarque sur ce point des travaux de Brigitte Le Grignou et de Jean-Pierre Esquenazi qui port (...)

42Ces remarques conduisent à prendre la mesure de l’inadéquation de toutes les théories de la réception qui inlassablement magnifient l’esprit critique du public, sa capacité de résistance, son aptitude à négocier les messages pour les interpréter librement20. Le public n’est certes pas passif ou aliéné21, mais il n’a tout simplement aucune ressource et aucun moyen pour contrôler la véracité de l’information que les médias, privés et publics, imposent. Comment un auditeur, simple ouvrier ou professeur d’université spécialisé dans la communication, peut-il savoir que derrière le syndrome métabolique que d’éminents experts promeuvent se dissimule la stratégie d’un laboratoire pharmaceutique dont le seul souci est de rentabiliser la découverte d’une molécule ou que, derrière des conseils d’hygiène alimentaire relevant apparemment du bon sens, se dissimule rien moins que la stratégie de développement du premier groupe mondial de l’industrie agro-alimentaire ?

  • 22 Cf. Norbert Elias, Qu’est-ce que la sociologie ? (1970), Editions de l’Aube, 1991.

43Et l’on peut dire la même chose des journalistes dont les manuels de formation et la glose des chercheurs glorifient trop souvent le rôle d’acteurs dans la production de l’information alors qu’ils n’en sont souvent que de modestes relais, pris dans des chaînes d’interdépendance22, évoluant dans des contextes professionnels particulièrement contraignants, dépourvus de moyens pour réellement produire l’information et ne pas reproduire des données que d’autres produisent à leur place et leur soumettent trop aimablement.

  • 23 Aeron Davis, Public Relations Democracy. Public relations, politics and the mass media in Britain ( (...)

44On objectera peut-être que l’étude se focalise sur un cas peu représentatif. Certes la puissance des laboratoires pharmaceutiques ou celle de l’industrie agro-alimentaire n’ont guère d’équivalents, du moins si l’on omet les industries de l’énergie, de l’armement, de l’automobile, etc. bref si l’on omet l’économie dans sa globalité et si l’on oublie de rappeler que produire de l’information ne se fait pas uniquement avec la seule arme de l’amour du Vrai mais nécessite la mobilisation d’importants moyens. Et là, le véritable problème apparaît. C’est celui de l’économie de l’information dans ses diverses dimensions : économie générale des médias, investissement (ressources humaines et moyens matériels) dans la production d’informations, valorisation de l’information comme contenu, etc. Ce problème est d’autant plus crucial que le déséquilibre économique entre les moyens mis en œuvre dans la production d’information et l’investissement dans la communication n’a cessé de s’accentuer. Le phénomène n’est évidemment pas qu’hexagonal. Aeron Davis a finement analysé ces évolutions pour la Grande-Bretagne montrant à quel point le développement du secteur des relations publiques, dans un contexte de restriction budgétaire pour les médias, a contribué à modifier la production de l’information et, surtout, à renforcer la dépendance des journalistes à l’égard de leurs sources23.

  • 24 Pour plus de détails, cf. la synthèse d’Erik Neveu régulièrement mise à jour, Sociologie du journal (...)

45On peut en effet idéaliser l’activité journalistique et gloser longuement sur celle-ci, sur le nécessaire contrôle des sources, sur les recoupements qu’il s’agit en toute circonstance d’opérer, sur la neutralité ou l’impartialité. Une analyse systématique et exhaustive des pratiques montrerait à quel point cette idéalisation n’a tout simplement pas lieu d’être en regard de pratiques de plus en plus immergées dans des chaînes fortement contraignantes de gestion de l’information. Quelques phénomènes24 rapidement évoqués permettent d’étayer ce point :

  • la reprise d’un volume sans cesse plus important de dépêches d’agence venant combler les déficits d’une production directe d’informations de plus en plus restreinte ;

    • 25 Il faudrait évidemment segmenter les divers domaines de l’information pour prétendre élaborer à par (...)

    l’existence d’une source unique et incontournable d’information en de nombreux domaines (par exemple, dans le domaine de la diplomatie et des relations internationales avec une absence fréquente de correspondants locaux ou une présence locale d’un correspondant dont, à l’image de certains diplomates, on finit parfois par ne plus savoir s’il travaille pour les sources qu’il relaie ou pour le(s) média(s) qui l’emploie25) ;

  • l’impossibilité matérielle (manque de temps, manque de moyens humains et matériels) de recouper l’information recueillie auprès des sources ;

  • l’impossibilité tout aussi régulière de rechercher des sources alternatives permettant de mettre en perspective l’information recueillie auprès de sources officielles ;

  • l’impossibilité de faire preuve d’une quelconque distance critique à l’égard des bienveillantes sources habituelles sans prendre le risque inconsidéré de les perdre, de se discréditer ;

  • la multiplication des supports et, corrélativement, la diminution des ressources sont chacun dispose pour investir dans la production de l’information (sans même évoquer les nouveaux supports tels que le web qui posent indirectement le problème de la valeur même du contenu informatif…)

  • la routinisation et l’absence de distanciation dans le traitement de l’information sous l’effet de la rationalisation économique de sa gestion et de la standardisation de son traitement…

  • 26 Pour reprendre la belle formule de Gaye Tuchman, « Objectivity as Strategic Ritual : An Examination (...)

46Tous ces phénomènes trop rapidement évoqués expliquent en partie la facilité avec laquelle un groupe industriel parvient à maîtriser l’information et à instrumentaliser à grande échelle médias et journalistes. La généralisation du recours à des professionnels de la communication complète l’explication. Ces derniers s’avèrent d’autant plus efficaces que, connaissant eux-mêmes l’univers des médias dont ils sont souvent professionnellement issus, les rouages de l’information et les contraintes de sa production, jouant sur la ritualisation journalistique de l’objectivité26, ils disposent des moyens économiques leur permettant de produire ce que des journalistes sous dépendance attendent que l’on produise pour eux.

  • 27 Denis Ruellan, Nous journalistes. Déontologie et identité, PUG, 2011.

47Tous les discours sur l’éthique, la déontologie27, le professionnalisme paraissent de peu de poids en regard de ces évolutions structurelles qui conduisent à entériner l’emprise de la communication et, corrélativement, la réduction de l’autonomie des acteurs du journalisme et, plus généralement, du monde journalistique. Le poids des annonceurs sur l’information, on le voit, ne doit pas être systématiquement appréhendé sur la base des sujets dont ils interdiraient le traitement parce que les budgets de publicité risqueraient d’être compromis ou, autre cas, parce que des actionnaires risqueraient d’être contrariés. Les annonceurs n’interviennent pas que sous cette forme négative ou, plus indirectement, par un effet d’autocensure anticipatrice que les journalistes opéreraient d’eux-mêmes. Parce qu’elle se refuse à renoncer à l’idéalisation du travail journalistique et à la réification de l’acteur « journaliste » érigé en conscience face au monde, cette appréhension critique oublie l’essentiel, à savoir que les annonceurs ont économiquement le pouvoir communicationnel de faire l’information en conditionnant le travail non pas des journalistes, mais de ceux auprès de qui les journalistes s’informent en toute innocence (scientifiques, experts, spécialistes…).

  • 28 Cf. Georges Canguilhem, « Le cerveau et la pensée » (1980), Georges Canguilhem. Philosophe, histori (...)

48Et l’on pourrait voir dans la multiplication des clubs et autres lieux plus informels de haute pensée, un travail similaire effectué dans l’ordre politique et dans l’ordre social consistant à produire un environnement communicationnel pour immerger des journalistes et les transformer en relais des productions intellectuelles et de leurs producteurs. Le modèle pharmaceutique constitue certes un idéal industriel de façonnage de l’information, largement partagé par la plupart des groupes industriels. Il constitue un cas symptomatique de l’emprise de la communication, de son caractère structurant pour l’activité économique, de la possibilité d’intégrer sur des échelles inégalées des économies entières (conception, production, promotion, distribution, vente). L’objectif des laboratoires est en effet de produire non pas des médicaments répondant à des pathologies particulières mais d’inventer des maladies qui concernent le plus de personnes afin d’étendre leur marché, de modifier à cette fin les seuils de diagnostic, de façonner le partage du normal et pathologique selon une norme qui, pour parler comme Georges Canguilhem28, emprunte de moins en moins au vivant lui-même et de plus en plus aux techniques de marketing. Il leur faut donc être des laboratoires produisant des médicaments mais, avant cela, d’être des producteurs de représentations sociales parvenant à modifier la définition du normal et du pathologique à l’échelle de la société. Et, pour ce faire, le financement de la recherche doit permettre d’orienter celle-ci pour faire émerger de nouveaux types de pathologies économiquement viables. Ce financement doit investir massivement l’ensemble de la chaîne d’information pour instaurer un contrôle généralisé sur celle-ci s’étendant depuis la production scientifique du vrai jusqu’à sa diffusion sociale par toutes sortes de relais au premier rang desquels figurent les journalistes.

49Mais l’emprise de la communication ne se mesure pas qu’à cette double transformation de la gestion de l’information et de l’activité économique. Elle concerne également les métiers de la recherche, comme le suggère l’exemple du professeur. On objectera peut-être une nouvelle fois le caractère peu représentatif, voire caricatural, du chef de laboratoire métamorphosé en communicant professionnel, mais que deviendrait son équipe sans ce travail de communication forcené ? Il semblerait bien, au risque de forcer le trait, qu’être chef de laboratoire ne consiste plus à régner sur des éprouvettes et sur l’équipe de ceux qui les manipulent mais à s’éloigner de la face obscure du métier pour ne plus se soucier que des lumières d’une publicité devenue indispensable pour le maintien de l’activité, voire à redéfinir l’activité scientifique en fonction de ce que cette nouvelle division du travail impose. L’exemple du professeur n’est peut-être pas représentatif, mais il préfigure une évolution possible, vraisemblable, de l’activité scientifique soumise à l’emprise de la communication.

Haut de page

Notes

1 On se démarque sur ce point d’une approche en termes de champs qui revient à autonomiser à la fois des univers sociaux et des acteurs qui, dans le cadre de leur activité, interagissent avec d’autres acteurs évoluant dans des univers connexes, pour ne pas dire dans une même configuration, et s’avèrent fortement (inter-)dépendants à leur égard. Cf. Patrick Champagne, Dominique Marchetti, « L’information médicale sous contrainte », Actes de la recherches en sciences sociales, 1994, n° 101-102.

2 Cf. P. Schlesinger & al., « Repenser la sociologie du journalisme. Les stratégies de la source et les limites du média-centrisme », Réseaux, 1992, n° 51. Cf. Roselyne Ringoot, Denis Ruellan, « Pairs, sources et publics du journalisme », Sciences de l’information et de la communication. Objets, savoirs, discipline, sous la dir. de Stéphane Olivesi, PUG, 2013 (2de édition).

3 Renouant ainsi avec quelques « vieux » travaux, cf. Harvey Molotch, Marilyn Lester, « News as Purposive Behavior : On the Strategic Use of Routine Events, Accidents, and Scandals », American Sociological Review, vol. 2.

4 On ne minimisera pas pour autant les apports majeurs, à la fois empiriques et critiques, de ce type d’approche, cf. en particulier Jacques Le Bohec, Les Rapports presse-politique. Mise au point d’une typologie « idéale », L’Harmattan, 1997 et Jean-Baptiste Legavre, « Entre conflit et coopération. Les journalistes et les communicants comme « associés-rivaux » », Communication et langages, 2011, n° 167.

5 On voit que cette démarche, peu académique, n’a aucun lien avec l’observation participante, cf. Philippe Le Guern, « L’observation : méthode et enjeux », Introduction à la recherche en SIC, sous la direction de Stéphane Olivesi, PUG, 2007. Sur l’expérience conçue comme transcendantal pratique, cf. Stéphane Olivesi, Questions de méthode. Une critique de la connaissance pour les SIC, L’Harmattan, 2004, ch. 2.

6 http://television.telerama.fr/television/elise-lucet-contre-attaque-avec-cash-investigation,80192.php Consacré aux manipulations des groupes pharmaceutiques, le premier numéro de cette émission Cash investigation, fut diffusé le vendredi 27 avril 2012 à 22 h 25 sur France 2. Sur le journalisme d’investigation, cf. Dominique Marchetti, « Les révélations du "journalisme d'investigation" », Actes de la recherche en sciences sociales, 2000, n° 131-132.

7 Cf. J. Lacan, « Le séminaire sur « La Lettre volée » », Écrits, Seuil, 1966.

8 Cf. R. Barthes, « Le mythe, aujourd’hui » (1956), Mythologies, Seuil, 1957.

9 Sur le « disease mongering », cf. Lynn Payer, Disease Mongers. How Doctors, Drug Companies, and Insurers are making you feel sick, John Wiley & Sons, 1994. Cf. plus généralement « L’industrie pharmaceutique sous contraintes », entretien avec Emmanuelle Bonetti, La santé. Un enjeu de société, sous la dir. de Catherine Halpern, Editions Sciences humaines, 2010.

10 Plus d’un millier de patients aurait en effet été concerné par ces effets psychiques très indésirables pouvant aller jusqu’au suicide… En France, 220000 patients ont été traités avec le médicament incriminé entre mars 2007 et juillet 2008. Ce dernier sera interdit à la vente un an et demi après son lancement en France. Ce cas ne va évidemment pas sans poser le double problème de l’absence de contrôle efficace des agences sanitaires censées prévenir ce genre de risque et de leur perméabilité au puissant travail de lobbying que l’industrie pharmaceutique parvient à réaliser. Le fait que la commercialisation de ce même médicament ait été interdite aux Etats-Unis en raison des risques sanitaires et autorisée en Europe, notamment en France, suffit à le prouver.

11 On se désolidarise complètement, sur ce point, de l’analyse de M. Schudson concluant que, malgré routine et emprise des sources institutionnelles, « le journalisme, tel qu’il fonctionne aujourd’hui, contrarie des intérêts et des groupes puissants, dit ses vérités au pouvoir, et offre une tribune à une pluralité d’opinions. », cf. « Pourquoi les démocraties ont-elles besoin d’un journalisme détestable ? », Réseaux, La découverte, 2009, n° 157-158, p. 220.

12 On peut renvoyer aux nombreuses affaires défrayant la chronique judiciaire dont la presse a rendu compte au fil des derniers mois et des dernières années. Le journal Le Monde a même consacré 4 pages à ce problème dans son édition en date du vendredi 11 janvier 2013.

13 Message invariant relatif à la lutte contre l’obésité et contre le syndrome métabolique : « pour limiter certains risques cardiovasculaires et certaines maladies : manger une nourriture équilibrée, faire de l’exercice, boire de l’eau… et éviter les boissons sucrées ».

14 Sur ces notions, cf. Pierre Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Minuit, 1979.

15 Sur l’autoscopie et le rapport à l’image de soi, cf. Stéphane Olivesi, La communication syndicale, PUR, 2013, ch. 3.

16 Cf. Erving Goffman, « Engagement », La nouvelle communication, dir. par Y. Winkin, Seuil, 1984.

17 Cf. Paul Costey, « L’illusio chez Pierre Bourdieu. Les (més)usages d’une notion et son application au cas des universitaires », Tracés. Revue de Sciences humaines, 2005, n° 8, URL : http://traces.revues.org/2133.

18 Il s’agit du 1er producteur d’eau au monde avec plus de 70 marques, du 1er embouteilleur d’eau minérale naturelle en France, regroupant une large majorité de marques connues, du 1er groupe agro-alimentaire au monde. L’eau est au cœur de la stratégie de développement du groupe à long terme considérant qu’elle sera de plus en plus une denrée précieuse, source de valeur par sa rareté. Un documentaire diffusé sur Arte en septembre 2012 apporte quelques éclairages très significatifs, cf. « Nestlé et le business de l’eau en bouteille » réalisé par U. Schnell, R. Gehriger.

19 Cf. Gaye Tuchman, « Making News by Doing Work : Routinizing the Unexpected », American Journal of Sociology, 1973, n° 79.

20 Michel de Certeau a poussé cette thèse jusqu’à la caricature dans son ouvrage L’invention du quotidien (1980), T.1 Arts de faire, Folio-Gallimard, 1990 magnifiant une liberté créatrice de l’usager, des formes d’appropriation et de détournement dont on ne peut guère que souligner le caractère quelque peu dérisoire.

21 On se démarque sur ce point des travaux de Brigitte Le Grignou et de Jean-Pierre Esquenazi qui portent, d’ailleurs, davantage sur les programmes télévisuels que sur l’information. Cf. Brigitte Le Grignou, Du côté du public. Usages et réceptions de la télévision, Economica, 2003 et Jean-Pierre Esquenazi, Sociologie des publics, La découverte, 2009 (nouvelle édition).

22 Cf. Norbert Elias, Qu’est-ce que la sociologie ? (1970), Editions de l’Aube, 1991.

23 Aeron Davis, Public Relations Democracy. Public relations, politics and the mass media in Britain (2002), Manchester University Press, 2009, ch. 2.

24 Pour plus de détails, cf. la synthèse d’Erik Neveu régulièrement mise à jour, Sociologie du journalisme, La découverte, 2009.

25 Il faudrait évidemment segmenter les divers domaines de l’information pour prétendre élaborer à partir de là une idéal-typologie.

26 Pour reprendre la belle formule de Gaye Tuchman, « Objectivity as Strategic Ritual : An Examination of Newsmen's Notions of Objectivity », American Journal of Sociology, 1972, n° 77.

27 Denis Ruellan, Nous journalistes. Déontologie et identité, PUG, 2011.

28 Cf. Georges Canguilhem, « Le cerveau et la pensée » (1980), Georges Canguilhem. Philosophe, historien des sciences, Albin Michel, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Olivesi, « L’information sous influence scientifique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 01 août 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rfsic.revues.org/594 ; DOI : 10.4000/rfsic.594

Haut de page

Auteur

Stéphane Olivesi

Professeur en SIC, FDSP - UVSQ, VIP – EA n° 3643. Courriel : stephane.olivesi@uvsq.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page