Navigation – Plan du site
Dossier

Sémiotique, numérique et communication

Patrick Mpondo-Dicka

Résumés

Cet article voudrait ouvrir la réflexion sémiotique à une prise en compte du numérique. Omniprésent, ce dernier influe de plusieurs manières sur notre relation au monde et à nous-mêmes. Des exemples de cette incidence forte sont montrés, par recentrage sur les notions de programme, de réseau et de couche (d’abstraction) proposées par B. Bachimont, considérées plus encore comme des manifestations du concept de raison computationnelle. Cette réflexion sémiotique veut se situer dans le champ sociosémiotique de la communication, pour ne pas s’enfermer dans la relation circulaire et spéculative entre sémiotique et numérique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Nous voudrions, dans cette contribution, considérer avec sérieux le fait que nos interactions distales sont aujourd’hui presque toutes médiatisées par un dialogue homme-machine informatisé, au même titre que nos interactions en face-à-face sont médiatisées par le langage. La communication humaine est médiatisée par une communication machinique informatisée, qui influe sur elle de façon profonde.
 Cette prise de conscience a des conséquences considérables sur le fonctionnement du sémiotique, et, partant, de la sémiosis sociale que la sémiotique, pour sa part appliquée aux phénomènes communicationnels, s’attelle à décrire. Aussi tenterons-nous d’éclairer les tenants et les aboutissants de cette médiation numérique.

Sociosémiotique et communication

  • 1 Nous retiendrons le sens que F. Rastier donne à ce terme : « Une performance a un caractère achevé, (...)
  • 2 « La théorie elle-même ne dépend pas de l’expérience. Rien en elle n’indique si elle aura des appli (...)

2On sait que la sémiotique greimassienne a d’abord fait le choix d’évacuer la dimension sociale des performances sémiotiques1 : on peut se demander si les renseignements - insuffisants, sans doute, mais sûrs - que nous offre l’analyse de l’énoncé, ne nous éclairent pas davantage sur la nature de l’énonciation que les paramètres sociologiques, tirés un peu au hasard et en nombre indéfini comme du chapeau d’un prestidigitateur. (Courtès, Greimas, 1979 : 356).
 En prenant la forme du principe d’immanence, cette mise à distance radicale sera un lourd tribut payé à la filiation linguistique : “l’objet de la linguistique étant la forme (ou la langue au sens saussurien), tout recours aux faits extra-linguistiques doit être exclu, parce que préjudiciable à l’homogénéité de la description” (idem : 180)2. Le principe d’immanence, posture épistémologique, a aussi participé à la prétention sémiotique à élaborer une théorie du langage, dans le plus pur héritage hjelmslévien, le linguiste danois ayant théorisé la distance entre une théorie et ses possibles applications. Ceci contribua, sans doute, à entretenir un hiatus durable entre la pratique sémiotique, en particulier dans son application à la communication, et la théorie sémiotique dans ses développements académiques.
 Cela n’a pas empêché la pratique sémiotique de s’être bien acclimatée au champ professionnel de la communication, comme en témoigne la fortune de certains de ses outils transposés : le carré sémiotique, démocratisé par J-M. Floch, et assimilable au mapping ; le schéma narratif canonique, par sa capacité à représenter la stratégie actionnelle du faire publicitaire ; le parcours génératif de la signification enfin, tant il entre en adéquation avec les parcours pragmatiques de construction progressive du discours publicitaire d’un produit. Les outils sémiotiques, en outre, ont été adoptés autant pour leur valeur descriptive que pour leur fonction méta-descriptive, permettant de décrire à la fois la production signifiante et son produit. L’adoption-adaptation conceptuelle a permis un développement des pratiques sémiotiques professionnelles, au point de faire de l’étude sémio un classique de l’investigation qualitative, et de générer une palette de diverses de postures professionnelles (Mathé, 2011 : 101). Dans un tel contexte, le principe d’immanence peut être appliqué en tant que précaution méthodologique, mais “assoupli” dans sa mise en œuvre : “En respectant ce principe d’immanence, la signification s’inscrit, d’abord, dans une forme sur laquelle l’observateur émet des hypothèses logiques, ni des vérités ultimes, ni des projections libres, que la structure canalise. […] À l’épreuve de la communication, où tant de facteurs se croisent, il sera des plus utiles de pouvoir analyser, dans les messages échangés, ces éléments formels qui servent de base à l’interprétation, sans la bloquer sur un schème équivoque, ni la laisser livrée à elle-même dans le jeu gratuit de n’importe quelle projection consciente ou non” (Boutaud, 1998 : 76).

3Ainsi, d’une manière ou d’une autre, la dimension sociale se rappelle au sémioticien analyste des communications. 
Déjà, dans les années quatre-vingt, Eliseo Veron avertissait :

4a) Toute production de sens est nécessairement sociale : on ne peut pas décrire ni expliquer d’une manière satisfaisante un procès signifiant sans expliciter ses conditions sociales productives. b) Tout phénomène social est, dans une de ses dimensions constitutives, un procès de production de sens, quel que soit le niveau d’analyse (Véron, 1988 : 122)
. La sémiosis, par conséquent, « ne peut avoir d’autre forme que celle d’un réseau de rapports entre le produit et sa production. (idem : 135-136). En outre, le sémioticien argentin indiquait explicitement que sa réflexion relevait d’une théorie du discours, et non d’une théorie du langage. « Ce double ancrage, du sens dans le social, du social dans le sens, ne peut être dévoilé que lorsqu’on considère la production de sens comme étant discursive » (ibidem : 123). Dans Analyser la communication 2, Semprini défend une position similaire : « la sociosémiotique peut être considérée comme la branche de la sémiotique qui s’occupe de discursivité sociale ou bien, dans une version légèrement différente, de la dimension sociale de la discursivité » (Semprini, 2007).
 Jean-Jacques Boutaud, enfin (pour arrêter là une énumération qui pourrait être longue), affirme ainsi une position qui récuse le principe d’immanence pour faire place à la dimension sociale des discours (Boutaud, 1998 : 152). Voulant « mettre en avant cette donnée essentielle qu’est l’ancrage social du sens », l’auteur se situe entre deux approches : « C’est […] dans cette perspective que nous conduisent la sociosémiotique (versant sociologique) et la sémiopragmatique (versant communicationnel), si on veut considérer les points communs de ces deux modes d’approche […] pour souligner le geste sémiotique qu’elles accomplissent en direction du « sens en acte » sur la scène sociale. » (Boutaud, 1998 : 244).

5Ce dernier pensait, alors que La semiosis sociale était en voie de parution, intituler son livre Production de sens, Fragments d’une sociosémiotique (Véron, 1982 : 74). On sait qu’il s’est ravisé ; quelle incidence cela aurait-il eu sur le projet sociosémiotique général ?

6En somme, dès lors que le propos sémiotique vise, à travers ses analyses y compris textuelles, le discours social, c’est la posture sociosémiotique qui est requise, mais aussi l’orientation discursive de l’analyse. Nous nous demanderons, dans la deuxième partie de cet article l’incidence du numérique sur l’approche des faits sociaux qui préside à l’orientation sociosémiotique.

Le numérique, un enjeu majeur

7Les constats sont nombreux et divers, mais convergents : le développement massif du numérique est une modification sans précédent de notre environnement culturel. On évoque souvent, pour indiquer l’ampleur du phénomène, l’avènement de l’écriture ou de l’imprimerie, ce qui renvoie d’emblée aux réflexions de la médiologie, qui pour prendre en compte la nouvelle donne numérique avait ajouté à sa théorie des médiasphères la notion d’hypersphère : « L’hypersphère se définit quant à elle par un rééquilibrage des pratiques et des outils autour du modèle de l’hypertexte et du réseau. Son régime est celui de la connexion, de l’interaction et de la dissémination. » (Merzeau, 1998).
Or, si la mesure du numérique est prise dans ses manifestations médiatiques (Internet, le Web, pensés comme des hypermédias, englobant les médias, télévision, radio, presse, qui les précédaient) et dans la visibilité de ses productions objectales (le téléphone portable, l’ordinateur en situation de travail, l’internet des objets), en somme, dans ses retombées communicationnelles et dans une approche souvent qualifiée de socio-technique, il nous semble que la dimension sémiotique des modifications n’est pas encore bien intégrée, voire comprise. Nous nous proposons de structurer le projet de cette prise en compte en nous appuyant sur la réflexion de Bruno Bachimont concernant ce qu’il nomme la raison computationnelle.

Technique numérique et raison computationnelle

8L’enjeu théorique d’intégration du numérique « concerne la possibilité d’envisager une conception du sens fondée sur la médiation technique », plus précisément de « comprendre comment du sens peut être produit par l’artefact informatique » (Bachimont, 1996 : 3-4). Pour cela, Bachimont va s’appuyer sur une homologation, au sens sémiotique du terme, basée sur la réflexion de Jack Goody sur la raison graphique : si l’avènement de l’écriture a conduit au développement de la raison graphique, alors celui du calcul numérique amène au développement d’une raison qui lui est propre, la raison computationnelle. Pour comprendre cette homologation, Bachimont rappelle en quoi consiste la raison graphique selon Goody : « La raison graphique repose en son principe sur le fait que la parole s’est projetée sur un support matériel. Le fait que le support soit matériel introduit deux éléments fondamentaux : la permanence et la spatialité. […] On substitue à l’entendre successivement le voir ensemble. » (idem : 14) Les conséquences de cette spatialisation sont multiples et influent sur les manières de produire des connaissances : « En délinéarisant le flux temporel pour le projeter sur une structure spatiale bidimensionnelle, l’écriture permet l’émergence de structure de signification qui sont inexprimables par la seule parole » (idem : 13). Goody propose de retenir « trois types principaux de structures conceptuelles » que l’écriture permet de constituer, conditionnant notre mode de penser. Ce sont la liste, le tableau et la formule.

9La liste permet de délinéariser le discours pour en prélever des unités que l’on ordonne ensuite dans une énumération. […] Le tableau est le fait de représenter un ensemble de rapports entre des unités à travers leur position respective selon les deux dimensions de l’espace de l’écriture […]. Le mode de penser induit par le tableau est alors le système : un tableau spécifie des relations entre les cases, et permet par exemple de prévoir a priori, de manière systématique, la valeur devant occuper une case, du fait de la position de cette dernière. […] La formule est un procédé permettant de mener des raisonnements en fonction seulement de la forme, sans avoir à prêter attention à la signification. » (Bachimont, 2004).


  • 3 Il faut évidemment entendre par là couche d’abstraction, comme celle qui permet à un programme de h (...)

10Quelle est alors la fonction cognitive du calcul correspondant à la spatialisation synoptique de l’écriture ? Bachimont propose la notion d’exploration systématique. « Le calcul, c’est ce qui permet de parcourir systématique un espace de possibles […] C’est cette notion d’exploration systématique qui permet de dériver les structures conceptuelles caractéristiques d’une raison computationnelle. Nous proposons de considérer la notion de programme, de réseau et de couche3 (idem).
 Dans le cadre de cet article, il nous est difficile de restituer la progressivité du raisonnement de l’auteur, mais le principe homologique qui fait passer de la raison graphique à la raison computationnelle se manifeste dans les trois déclinaisons du programme, du réseau et de la couche et est explicitement décrit. Le programme est à la raison computationnelle ce que la liste est à la raison graphique. Autant la liste permet de catégoriser et de classifier, d’offrir un synopsis spatial, autant le programme permet de spécifier un parcours systématique : l’exécution du programme n’est alors que le déploiement temporel de la structure spatiale symbolique qu’est le programme. 
Le réseau est à la raison computationnelle ce que le tableau est à la raison graphique. Alors que le tableau propose une structuration et une systématicité entre les contenus répartis dans les cases du tableau, le réseau propose un mode de communication et répartition entre les cases du tableau. C’est un tableau dynamique.
 Enfin, la couche est à la raison computationnelle ce que la formule est à la raison graphique. La formule permet en effet de considérer la forme abstraction faite du contenu : la couche permet de considérer des relations calculatoires entre des unités, abstraction faite des calculs sous-jacents impliqués (Bachimont, 2004).

11Nous allons nous appliquer, dans ce qui suit, à montrer quelques pistes d’intégration de cette réflexion à nos analyses sémiotiques et communicationnelles.

Programmer, se programmer, devenir programme

12Nous sommes déjà, dans nos utilisations quotidiennes d’appareils informatisés, continuellement confrontés aux programmes. Dans le parcours quotidien du travailleur utilisant les transports en commun, ce sont déjà des programmes qui l’informent de l’heure et du temps qu’il va faire via une application météo et une horloge qui sont des petits programmes exécutés par le mini-ordinateur que constitue son smartphone. Ce sont des programmes qui lui rappellent, s’il a programmé son téléphone pour le faire, l’heure et lieu de son prochain rendez-vous, autorisent son passage par les portiques de sécurité (via la puce intégrée à son ticket d’abonnement, qui communique en champ proche – NFC, Near Field Communication – avec le terminal intégré aux bornes de passage), lui ouvre la porte de son bureau à serrure électronique, allume automatiquement la lumière en réagissant à des capteurs de mouvements, pour qu’enfin il puisse s’installer devant son micro-ordinateur, avec lequel il interagira à l’aide d’une multitude de programmes. Quand bien même, lors de ce trajet, notre travailleur n’aurait rencontré personne, il aura interagi avec un grand nombre de machines, qui auront facilité - ou entravé, selon leur bon ou mauvais fonctionnement, selon leur programmation préalable (dont l’installation de l’application météo sur le smartphone, la mise à jour de l’abonnement de transport en commun, etc.) - son cheminement jusqu’à son lieu de travail. Ainsi, le programme se meut à son aise dans les routines, qu’il a pour vocation d’automatiser. Nos premiers téléphones portables n’avaient que peu de fonctions, et parmi elles, toujours, un réveil et un agenda ; l’ordinateur excelle dans la planification.

13En se sophistiquant, le smartphone a également infiniment raffiné ces routines programmables, jusqu’à faire des états du corps une base de données continuellement enrichie (le quantified self. L’évolution est rapide et non triviale, et correspond à ce qu’on pourrait nommer l’avènement d’une proprioceptivité numérique, déclinée ainsi : * les appareils se miniaturisent et deviennent mobiles, * ils se rapprochent du corps, passent de la sphère sociale (ordinateur au travail, à la sphère personnelle (ordinateur familial, ordinateur portable, téléphone portable des « premiers temps »), puis à la sphère intime (smartphone, tablette) ; * les données qui leur sont confiées sont de plus en plus personnelles, et participent de plus en plus de l’identité des utilisateurs ; * les capteurs qu’ils embarquent permettent d’enregistrer (de numériser) les données corporelles et de les restituer, participant de cette identité calculée qui fait partie de l’identité numérique. On passe d’un environnement programmé à un corps-programme, d’un environnement de travail médiatisé par le numérique à une numérisation de soi, corrélative de notre identité. En attendant l’incorporation fantasmatique des dispositifs numériques, on ne peut que constater l’intégration de la chose computationnelle aux pratiques sociales, familiales et personnelles, par l’entremise des différents programmes qui en automatisent les routines et en enregistrent les données. Les dispositifs numériques deviennent alors des prothèses, modifiant notre proprioceptivité en la médiatisant.

Lecture en réseau

14L’un des exemples les plus frappants de l’incidence du réseau est celui de la modification qu’il entraîne sur nos modes de lecture. On avait déjà repéré les diverses modalités de la lecture, correspondant à des opérations de sélection qu’on peut résumer sémiotiquement en les corrélant à des types interprétatifs comme l’indexation, la signalisation, la localisation et l’embrassement (Mpondo-Dicka, 2007 : 246-249). Ainsi, selon l’objectif de lecture, on parcourra un livre, une revue, un magazine en procédant à l’indexation des éléments (lors du catalogage des figures de rhétorique de l’exercice scolaire, par exemple), on balisera un parcours en repérant les points sur lesquels revenir (signalisation), on pointera un paragraphe particulièrement important sur lequel fixer son attention (localisation) dans une lecture qui pourra alors devenir textualisante, ou on embrassera la double page comme un ensemble plastique (lecture globalisante qu’on retrouve fréquemment dans la BD, par exemple) : « Lire, en pratique, c’est reformuler ce qu’on lit en des termes répondant à des objectifs de lecture déjà spécifiés » (Bachimont, 2000 : 18).

15Or, l’ensemble de ces modes de lecture est gagé sur la permanence du support visuel garanti par l’écriture, c’est-à-dire sur une caractéristique de la raison graphique : l’indexation renvoie à la liste, la localisation à la formule, l’embrassement au tableau.
 Cette adéquation des types interprétatifs lectoraux aux caractéristiques de la raison graphique est totalement remise en question quand la lecture est médiatisée par le réseau. Le passage du texte à l’hypertexte bouleverse non seulement l’assise matérielle de la lecture, mais également sa configuration cognitive. L’imprimerie avait déjà permis la lecture plurielle (le même contenu matériellement démultiplié), le numérique permet la lecture ubiquitaire (le même contenant lu en même temps par une multitude de personne, en vertu de sa reconfiguration calculée). Le balisage hypertextuel est, de ce point de vue, une signalisation calculée qui ouvre le texte actuel sur une intertextualité infinie, permise par le réseau. Ainsi, « Pour une raison graphique, le réseau n’est pas une structure de l’intelligible : le réseau, échappant à la synopsis spatiale de fait de sa complexité, est un labyrinthe où l’on se perd (Bachimont, 2004).


16Dans cette ouverture vertigineuse, la lecture perd ses repères : « Le changement de support des hyperdocuments, passant du papier au numérique, de la spatialité géométrique du plan à la spatialité algorithmique du calcul, entraîne la désorientation […]. En passant du papier au numérique, on perd l’interprétabilité propre au support papier sans avoir encore pensé celle propre au numérique. » (Bachimont, 1999 : 20).
 On regroupe l’ensemble des problèmes posés à la lecture par la transposition du support papier au support numérique en réseau sous le terme de translittératie, qui conduit à une reconfiguration des médias, des matérialités (« livres numériques, tablettes, téléphones mobiles, projecteurs miniatures, écrans flexibles et services informatiques « en nuage » (dont la base matérielle se trouve dans de grands parcs de serveurs » (Liu, 2012), selon des modalités sensorielles (visuelles, auditives, et tactiles remodelées par les industriels du numérique) et sociales (usages et pratiques). Il est évident que la translittératie pose des problèmes sémiotiques et communicationnels inédits, qui méritent un investissement de la recherche en sémiotique en en communication.

17Les hypertextes sont écrits dans un langage de balisage (le HTML, Hyper Text Markup Language, ou Langage de balise hypertexte, par exemple) balise intégrant le lien vers un autre lieu du texte ou d’un autre texte, celui-ci pouvant à son tour hypertextuel, et ouvrant ainsi sur une connectivité des hypertextes, rendue infinie par leur mise en réseau. Pour autant que le concept de média signifie véritablement quelque chose dans le contexte hypermédiatique : « Envelopper de l’adjectif « média » toutes les nouveautés survenues dans les éléments sous-jacents crée l’illusion d’une nouvelle « convergence » unifiée. C’est comme si les médias étaient une interface de programmation API (Application Programming Interface) nous permettant de gérer les entrées et les sorties du nouveau système sans avoir à programmer les circuits à l’intérieur de la boîte noire. (Liu, 2012). On pourrait croire à un inventaire surfant sur la mode des nouveaux supports, mais l’auteur nous avertit :

18« Il serait vain toutefois de rester fixés sur des dispositifs matériels spécifiques, car en réalité, c’est « l’idée » de la matérialité que reconfigure le nouveau média.
 Cela survient en deux étapes. D’abord vient la compréhension que le « virtuel », y compris la compétence numérique, est de fait purement matériel.
 En second lieu, vient la compréhension que, si le virtuel est matériel, il modifie aussi notre compréhension et notre expérience de la matérialité ; […] les dispositifs numériques d’aujourd’hui sont de plus en plus associés aux effets de réseau et de système, témoignant ainsi du fait qu’actuellement, notre idée de la matérialité devient une idée de la « systématicité » (Liu, 2012)
. Nous avons consacré une communication au colloque Ludovia 2012 à cette thématique, « Vers le plaisir tactile des dispositifs numériques. Apple ou la longue quête de la sensorialité », à paraître dans la revue Interfaces numériques : « Les cybercitoyens d’aujourd’hui sont dialectiquement déchirés entre le désir de protéger leur monde privé (un individualisme voyeuriste permettant d’être en public tout en se retirant de la sphère publique) et celui de jouir de l’informatique sociale (qui revient à discuter autour d’un journal dans un café, mais sur un mode disséminé et asynchrone, à travers des blogs, des wikis, Facebook, Twitter, etc.) » (Liu, op. cit.)

La couche, ou le masquage calculé des technologies numériques

19On sait que l’enfouissement technologique précède l’acceptation sociale d’une technologie. Divina Frau-Meigs a montré, par exemple, quel a été le souci des premiers producteurs de téléviseurs de faire accepter la technologie en la masquant comme mobilier, sous le patronage des meilleurs designers (Frau-Meigs, 2011 : 39 et sq). Nicolas Demassieux considère l’enfouissement comme le dernier stade d’évolution d’une technologie. La technologie informatique ne fait pas exception : « Installation du premier gros calculateur, développement d’un réseau d’utilisateurs de plus en plus distants (temps partagé, client-serveur), apparition de l’informatique départementale, puis personnelle. De nouveau, ainsi que de dissémination, spécialisation, enfouissement. » (Demassieux, 2002 : 16). 
L’interface graphique, invention géniale mais mésestimée du Xerox Parc (http://fr.wikipedia.org/​wiki/​Xerox), popularisée par Apple, a ouvert un paradigme dans les interfaces hommes-machines, qui a permis l’avènement de l’informatique domestique, en enfouissant le code, ce rappel honteux de la nature machinique de l’ordinateur, sous une couche visuelle métaphorique. Couplée à la souris, périphérique d’entrée et de pointage qui rend possible son usage, c’est une interface au plein sens du terme, car elle marque la frontière du monde symbolique humain et du monde calculé numérique, correspondant à ce que Bachimont appelle une forme calculée d’appropriation : « Le calcul permet d’obtenir à partir d’un support numérique un message interprétable sémiotiquement […]. Le message emprunte à un « support d’appropriation » la matérialité de sa face signifiante. C’est par exemple le support papier pour l’inscription de traces d’encre correspondant aux lettres, ou l’écran pour l’affichage des points luminescents correspondant aux caractères. Le support d’appropriation permet que se détachent des formes signifiantes, les signes : il s’agit de la « forme d’appropriation ». Ce sont ces formes qui sont calculées pour être produites sur le support matériel d’appropriation : il s’agit de formes calculées d’appropriation (Bachimont, 1999).


20Cette couche graphique n’est que la dernière des strates de calcul de la machine. Ce qui importe ici, c’est de comprendre que chacune de ces strates vise la compréhension humaine, l’intelligibilité de la machine numérique par l’homme. Plus on remonte dans ces couches vers la surface métaphorique de l’interface graphique, et plus on se rapproche du langage sémiotique humain, doté d’un sens, alors que le langage calculé de la machine en est dépourvu : « le calcul est une interprétation qui n’a pas de sens : c’est une réécriture syntaxique de symboles ininterprétés. […] Les langages formels de la logique et de l’informatique ne font que décrire la physique du calcul dont les programmes sont les phénomènes. » (Bachimont, 1999). Chaque couche d’abstraction est conçue pour permettre au programmeur humain d’ignorer le calcul sous-jacent de la machine, et de retrouver, progressivement, le fonctionnement langagier qui constitue son milieu sémiotique. Plus on remonte dans ces différentes couches, et plus la machine s’adresse à nous en langage naturel.
 Il n’est pas étonnant de voir que les appareils tactiles ajoutent une couche à celles déjà à l’œuvre, matérialisée par les surfaces conductrices qui reconnaissent les impulsions électriques de nos doigts et les convertissent en processus numériques. Quel paradoxe de constater que ces machines, de plus en plus proches, intégrées à notre sphère intime, réagissent à nos sollicitations dans un schéma stimulus/réponse basique. Téléphone portable et tablette, réagissant au souffle, au toucher, aux vibrations, au déplacement et à la pesanteur, n’augmentent leur capacité qu’en raison d’une sensibilité calculée de plus en plus grande de leurs capteurs. En somme, il se crée une analogie progressive entre la sensorialité humaine et la sensibilité machinique, rapprochant de plus en plus la machine de notre corps, mais gagée sur un éloignement de plus en plus grand du cœur calculateur de la machine, un enfouissement de plus en plus profond. Penser la couche numérique amène à reconsidérer la relation entre proximité et proxémie.

Conclusion

21Au terme de ce parcours exploratoire en terre numérique, nous espérons avoir montré la nécessité d’une appréhension du numérique dans les analyses sémiotiques en communication. La sémiotique communicationnelle, telle qu’elle était proposée dans l’appel à contribution, se doit, selon nous, d’intégrer dans sa réflexion et dans sa pratique, dans sa méthodologie comme dans son épistémologie, une investigation de la chose computationnelle. Les niveaux d’intégration du numérique au social sont divers et méritent d’être analysés non seulement dans leur globalité, mais également dans leurs spécificités. Une méthodologie unifiée comme celle que propose la sémiotique, permettra sans doute d’aborder les différents aspects de la relation du sémiotique et du numérique. Mais il serait dommageable de construire une relation circulaire entre sémiotique et numérique, strictement spéculative ; il s’agit bien de nourrir une sémiotique communicationnelle qui aura pour visée le discours social.

Haut de page

Bibliographie

Bachimont Bruno, « Signes formels et computation numérique : entre intuition et formalisme », in Schramm H., Schwarte L. et Lazardig J. (eds.), Instrumente in Kunst und Wissenschaft - Zur Architektonik kultureller Grenzen im 17. Jahrhundert. Berlin, Walter de Gruyter Verlag.", 2004, [En ligne] traduction française, consulté le 14 avril 2013, http://www.utc.fr/~bachimon/Publications_attachments/


Bachimont Bruno, « Intelligence artificielle et écriture dynamique : de la raison graphique à la raison computationnelle », in Petitot J., Fabbri P. (dir.), Au nom du sens. Autour de l’œuvre d’Umberto Eco, Paris, Grasset, 2000.

Bachimont Bruno, Du texte à l’hypotexte : les parcours de la mémoire documentaire, in LENAY, C. ; HAVELANGE, V. (dir.), Mémoire de la technique et techniques de la mémoire, Technologies, Idéologies, Pratiques, Erès, vol. XIII, n° 2, 1999.

Berthier Denis, Le savoir et l’ordinateur, Paris, L’Harmattan, 2002.

Boutaud J-J., Sémiotique et communication, Paris, L’Harmattan, coll. « Champs Visuels », 1998

Boutaud Jean-Jacques, Veron Eliseo, Sémiotique ouverte. Itinéraires sémiotiques en communication, Paris, Hermès-Lavoisier, coll. « Formes et sens », 2007.

Courtès Joseph, Greimas Algirdas-Julien, Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, tome 1, Paris, Hachette., 1979.

Demassieux Nicolas, « Au-delà de la 3G : les objets communicants ? », in Les Cahiers du numérique 4/2002 (Vol. 3), p. 15–22.


Floch Jean-Marie, Sémiotique, marketing et communication. Sous les signes, les stratégies, Paris, P.U.F., coll. « Formes sémiotiques », 1990.

Frau-Meigs Divina, Penser la société de l’écran. Dispositifs et usages, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, coll. « Les fondamentaux », 2011.

Hjelmslev Louis, Prolégomènes à une théorie du langage, Paris, Éditions de Minuit, Coll. « Arguments », 1968 (trad.)

Jeanneret Yves, « La prétention sémiotique en communication », in Semen [en ligne] 23 | 2007, mis en ligne le 19 juin 2009, URL : http://semen.revues.org/8496, consulté le 10 avril 2013.


Liu Alan, « Translitteraties : le big bang de la lecture en ligne », e-dossier de l’audiovisuel : L’éducation aux cultures de l’information, [en ligne], publié en janvier 2012, URL : http://www.ina-expert.com/e-dossiers-de-l-audiovisuel/e-dossier-de-l-audiovisuel-l-education-aux-cultures-de-l-information.html, consulté le 13-04-2013.

Merzeaux Louise, « Ceci ne tuera pas cela », Les cahiers de médiologie 2/1998 (N° 6), p. 27–39, 1998.

Mpondo-Dicka Patrick, « Le rythme : propositions pour une intégration sémiotique », in Ballabriga M., Mpondo-Dicka P., Rythme, Sens et Textualité, Pamiers, Editions Universitaires du Sud, coll. « Champs du signe », 2007.

Rastier François, « Problématiques du signe et du texte », Intellectica, 1996, vol. 2, n° 23, p. 11–52 [en ligne], URL : http://www.revue-texto.net/Inedits/, consulté le 12-04-2013.


Semprini Andrea (dir.), Analyser la communication 2. Regards sociosémiotiques, Paris, L’Harmattan, coll. « Champs Visuels », 2007.

Veron Eliseo, « Qui sait ? », in Communications, 1982, n° 36, p. 49–74,

Veron Eliseo, La sémiosis sociale. Fragments d’une théorie de la discursivité, Presses Universitaires de Vincennes.

Haut de page

Notes

1 Nous retiendrons le sens que F. Rastier donne à ce terme : « Une performance a un caractère achevé, car elle correspond à une session de la pratique (ex. un sermon, un rapport de thèse), alors que la pratique (comme les liturgies religieuses ou académiques) a une durée indéfinie. Cet achèvement ne constitue pas pour autant la performance sémiotique en un objet qui serait interprétable par lui-même, sans faire recours aux conditions de sa production et de son interprétation. » (F. Rastier, 1996, nous soulignons).

2 « La théorie elle-même ne dépend pas de l’expérience. Rien en elle n’indique si elle aura des applications en rapport avec des données de l’expérience ou non. Elle n’implique en elle-même aucun postulat d’existence. Elle constitue ce que l’on a appelé un système déductif pur, en ce sens que c’est la théorie à elle seule qui, à partir des prémisses qu’elle énonce, permet le calcul des possibilités qui en résulte." (L. Hjelmslev, 1968 : 24).

3 Il faut évidemment entendre par là couche d’abstraction, comme celle qui permet à un programme de haut niveau (l’interface graphique, ou couche graphique d’un système d’exploitation, par exemple), de s’interfacer avec un programme de bas niveau (le noyau d’un système d’exploitation). « Plus généralement, on nomme couche d’abstraction toute couche logicielle cachant au développeur l’implémentation de la couche inférieure, lui évitant de fournir une implémentation différente selon les spécificités de la couche inférieure. » (http://fr.wikipedia.org/wiki/Abstraction_%28informatique%29).
 Le quantified self est un mouvement lancé en 2007 par deux contributeurs de la revue Wired (http://fr.wikipedia.org/wiki/Quantified_Self#cite_note–2). Le slogan de leur blog est assez explicite : self knowledge through numbers (http://quantifiedself.com/2007/page/3/). Pour donner un exemple, la description du logiciel Lift pour iPhone sur le blog français SelfTracking France est assez éclairante : « L’objectif de Lift est très simple : il s’agit d’aider les utilisateurs à remplir des objectifs de vie quotidienne par la mise en place d’habitudes », http://www.self-tracking-france.fr/2012/09/05/lift-la-nouvelle-application-des-fondateurs-de-twitter-est-disponible-sur-lapp-store/. Voir à ce propos l’étude de Corinne Martin, Le téléphone portable et nous, L’Harmattan, 2007, coll. « Communication & Civilisation ». Voir, par exemple, Amri, M., Vacaflor, N. (2010), « Téléphone mobile et expression identitaire : Réflexions sur l’exposition technologique de soi parmi les jeunes ». in Les Enjeux de l’Information et de la Communication, [en ligne], URL : http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux/2010/Amri-Vacaflor/index.html. Voir Les Cahiers du numérique, vol 7, L’identité numérique, 2011–1, Lavoisier, notamment les contributions de Fanny George, « L’identité numérique sous emprise culturelle. De l’expression de soi à sa standardisation » (p. 31-48), et de Claire Noy, « Chronique du profil identitaire contigent » (p. 75-85). La pratique médicale, basée sur une surveillance des données physiologique, est évidemment pionnière dans ces usages du numérique, de la maison domotisée aux prothèses connectées. Selon la dénomination qu’en donne Jean-Michel Salanskis dans son ouvrage, Le monde computationnel, Encre Marine, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Mpondo-Dicka, « Sémiotique, numérique et communication », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 juillet 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://rfsic.revues.org/547 ; DOI : 10.4000/rfsic.547

Haut de page

Auteur

Patrick Mpondo-Dicka

Patrick Mpondo-Dicka, Maître de Conférences à l’Université de Toulouse 2. Passé des sciences du langage (sémio-linguistique et pragmatique) aux sciences de l'information et de la communication (sémiotique pour la communication d'une part, discours, pratiques, objets, médias de l'audiovisuel et du numérique d'autre part).
 Recherches fondamentales sur l'audiovisuel comme langage, l'interaction et l'interactivité multimédiatique, les rapports entre le numérique et le sémiotique. Courriel : pmpondo@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page