Navigation – Plan du site
Dossier

Vers un modèle systémique sémiopragmatique pour agir, décider et changer les systèmes de communication en organisation

Sidonie Gallot

Résumés

Notre contribution envisage de proposer un modèle systémique sémiopragmatique (Boutaud, 1998). Ce dernier vise à faire émerger le sens des systèmes de communication dans une perspective pragmatique d’action, de décision ou de changement en contexte organisationnel. Les systèmes et le sens qui se produisent rétroactivement sont appréhendés comme des processus dynamiques en mouvance perpétuelle qu’il convient de saisir pour les étudier et enfin les rendre opérationnels. Ces problématiques constituent le cœur de notre propos et nous allons nous attacher à tenter de les restituer dans un idéal de complexité (Bachelard, 1934) qui n’enferme ni le système, ni les signes, dans des visions trop simplifiantes, mais qui préserve, au contraire, leur complexité. À cette fin, nous allons montrer brièvement les liens qui unissent le système, le sens et la situation en une triade indissociable pour comprendre et appréhender les systèmes de communication. Ensuite nous présenterons deux méthodes qualitatives situationnelles : l’une sémiotique, l’autre systémique, dont le point d’inflexion commun, la « situation » (Mucchielli), semble à même d’organiser un système sémiotique selon trois cadres : macro social, meso situationnel et micro interpersonnel. Pour conclure, nous montrerons, comment la réhabilitation de la notion de pattern (Hanson, 1958), ses caractéristiques intégrationnelles (Harris, 1994) permettent de concevoir des modèles pour construire des situations artefactuelles pour simuler le sens et agir dans un système de communication.

Haut de page

Texte intégral

Du système-signe au sens dans le système de communication

1Systémique et sémiotique sont généralement représentées comme deux visions différentes des phénomènes. L’idée – issue des origines de la théorie des systèmes et des systèmes de communication – selon laquelle la systémique ne s’intéresse qu’aux lois mécanistes, fige et enferme cette pensée qui est devenue complexe – avec la théorie de la « nouvelle communication » et du modèle orchestral (Winkin, 1981) – dans une représentation fragmentaire et inadaptée à la saisie du sens. Pourtant, les processus complexes qui construisent les systèmes de communication conduisent inévitablement à s’intéresser à l’émergence du sens comme perpétuellement négocié et construit socialement par la communication elle-même. Le système signifiant dans le cadre des échanges interpersonnels est accepté selon deux dimensions :

  • Une dimension « concrète » du sens : c’est une sorte de « réalité de premier ordre » (Watzlawick, 1976) de l’acte de communication, elle concerne le contenu et l’information, mais, cette information s’orne d’une méta-dimension parce qu’en étant communiquée, elle porte une relation, une méta communication (Watzlawick, Beavin, Jackson, 1972) qui contextualise le sens.

  • Une dimension « construite » du sens : elle correspond à une « réalité de second ordre » (Watzlawick, op.cit.), celle qui porte le sens induisant le postulat selon lequel, la communication travaille le sens des « réalités de premier ordre » dans la situation pour et par les acteurs qui les interprètent et agissent en fonction de cette interprétation.

2Cette dimension construite ne se fait pas au hasard, la signification attribuée à une communication dépend de la situation dans laquelle elle se produit et d’un certain nombre de paramètres qui font cette situation. En tant que construit humain, le système de communication communique des suggestions, des règles aux acteurs via les acteurs eux-mêmes pour leur participation au « jeu » communicationnel qui régule la situation. Le système est organisé, le système de communication est organisation : « toute organisation est un univers de signes et de sens » (Boutaud, 2011, p. 17). Le système distribue socialement de l’information contextualisée sur ce qu’il est, sur ce qu’il fait et sur le comment il le fait, ainsi il s’auto-éco-organise (Morin, 1990). Cette « médiation » de la situation et du système par la communication s’opère à travers des règles, des normes, des objectifs et surtout par des relations. Ainsi, elle permet aux acteurs de représenter, de se représenter le système et de construire du sens à son propos, ce sens influe directement sur leurs comportements (Varia, 1 989) et sur leurs participations. Toutefois, le choix de l’acteur n’est pas rationnellement mais con textuellement déterminé par le système, il possède ses propres intentions et ses propres attentes, il a la capacité d’agir sur « sa » situation et donc, sur la situation en fonction de sa réalité. Quelles que soient les modalités de participation choisies par l’acteur, il participe à définir et à négocier le « sens de la situation » et la logique du système complet.

3Considérant que la représentation que se fait un acteur d’une situation est une réalité et engendre des « actes » réels (Théorème de Thomas, 1 923 in Menton, 1965, p 140), considérant, par ailleurs, que ses actes coexistent avec d’autres réalités possiblement différentes de la sienne : cette coexistence négociée « des points de vue » fait la situation, le système de communication et situe les acteurs dans les échanges. Si toute situation comporte des réalités de premier ordre : acteurs, lieu, temps, objets, etc. elle intègre dans son processus de construction la pluralité des réalités de second ordre qui contextualisent et construisent « des réalités », induisent des actions des acteurs selon leurs enjeux, leurs positionnements, leurs normes, la qualité de leurs relations. Deux cadres coexistent et sont inextricablement liés : la situation collective et l’individu.

4Système de communication et situation ne font qu’un : le sens d’une communication située dans un système n’est pas univoque, mais est une émergence complexe relevant de l’interaction/confrontation sociale qui le crée. Les communications et les processus de construction de sens ne sont qu’un et ne sont intelligibles — parce qu’ils produisent le système qui les produit dans un même mouvement — qu’en termes de causalités circulaires.

Pour une approche systémique sémiopragmatique : pistes méthodologiques

5Au vu des liens forts qui unissent la systémique et la sémiotique pour l’étude d’un matériau aussi fertile que la communication organisationnelle, il faut déjà se demander comment saisir les processus de construction de sens engendrés et construits dans un système global organisé. Nous avons, à partir de deux méthodes : la systémique qualitative et la sémiotique situationnelle formalisées par Alex Mucchielli (2008 ; 2008), tenté de proposer un « guide méthodologique » autour de leur point d’inflexion : la situation, en vue de rendre compte des processus complexes itératifs de structuration organisant de système et de sens.

La sémiotique situationnelle

6La sémiotique situationnelle s’intéresse au processus de contextualisation « naturel » opéré par les acteurs. Elle postule que la construction du sens s’opère selon 7 contextes qui concourent à créer la situation pour un ou plusieurs acteurs sociaux. Elle envisage de les mettre au jour, dans les actions, les communications, les comportements des acteurs dans une situation donnée en cherchant à répondre au questionnement fondamental : comment comprendre ce qui se passe ici et maintenant ?

7Les contextes influant sur la situation et les « agir » communicationnels des acteurs sont :

  • Le contexte des normes : construit selon un « cadre normatif commun ». Il relève d’une culture socialement partagée et de règles communes implicites ou explicites

  • Le contexte des positionnements : il relève des positions sociales, des statuts, des places qu’occupent les acteurs dans la situation

  • Le contexte des enjeux : il correspond aux intentions affirmées ou latentes, aux projets qui conduisent les acteurs à agir en situation

  • Le contexte de la qualité des relations : il correspond au cadre relationnel, aux formes relationnelles intersubjectives, à l’ambiance des échanges communicationnels dans la situation

  • Le contexte temporel : c’est l’ancrage dans le temps de la situation présente. Il s’intéresse au contexte historique, à ce qui lie passé, présent et futur

  • Le cadre spatial : il correspond au lieu, à la disposition, à « l’endroit » où se déroule l’échange

  • Le contexte sensoriel : il correspond aux perceptions relatives aux 5 sens

8La prise en considération des interprétations différentes permet de comprendre le sens en mettant en relation les contextes et ce qu’ils représentent pour chaque acteur de la situation. Dans la mesure où « il ne saurait y avoir de sens sans mise en relation » (2012, p. 239) la mise en relation peut être faite par la mise au jour du système de communication qui correspond à la mise en lien des acteurs et des échanges.

La systémique qualitative relationnelle (SUR)

9La SQR permet d’opérer une lecture systémique contextualisée en assurant un ancrage fort dans les données communicationnelles. Elle conduit à construire un cadre concret (système contextualisant) permettant de rendre compte des processus dynamiques du système en mettant en évidence la construction contextualisée du système et du sens dans les processus de communication (Mucchielli, 2004) en trois étapes :

  • Étape 1 : Repérage et représentation des formes communicationnelles récurrentes
    Dans cette étape, il faut chercher des constantes et des répétitions de « communications qui se ressemblent ». Ce repérage s’intéresse à la relation et à son sens dans l’éco-système communicationnel et situationnel. Considérant les préceptes fondamentaux de la systémique palo altienne de la relation, de la ponctuation des échanges, des modes de communication, de la nature des relations : c’est par leur observation en situation qu’il devient possible de les catégoriser en respectant une « trace sémiotique » forte. Pour conserver cette « trace sémiotique », l’analyste peut concevoir un schéma représentant les acteurs et les échanges récurrents et les lier avec les liens « relationnels et communicationnels » qui caractérisent leurs relations. Le dessin est un outil de réflexion permettant de « formaliser » les boucles circulaires qui lient les acteurs et construisent le système de communication, cette méthode de représentation induit l’émergence ultérieure des patterns.

  • Étape 2 : Faire émerger le vécu collectif et le sens des communications
    Cette étape-clé permet la compréhension du sens de la situation pour les acteurs c’est ici que s’affirment les liens avec la sémiotique situationnelle. Pour comprendre là ou les règles qui régissent une situation donnée, nous retrouvons les « contextes » de la situation dans un niveau macro-social et méso-situationnel. L’émergence du vécu collectif nécessite de regrouper les sens qui construisent une « culture commune ». Le vécu collectif mis au jour, le système devient son propre cadre contextualisant pour faire surgir le sens de chacune des formes de communication en contexte. Cette étape répond à la question : que veut dire l’échange n dans ce « vécu » ? Le système de communication sert de toile de fond, de contexte pour comprendre et faire émerger les significations des communications dans le système, par le système. Ainsi le schéma final fait apparaître, à travers les significations portées progressivement à chaque échange, le sens du système global.

  • Étape 3 : La logique systémique : Enfin, il est possible d’expliciter la logique du système. À ce stade la théorie est absente, c’est une étape difficile dans laquelle l’appui visuel permet de formaliser ces « enchaînements » logiques en les représentant pour comprendre comment le système se maintient et comment le jeu mène le jeu.

10Le sens émergeant pour le système relève de la mise en synergie des représentations des acteurs, de leurs communications qui organisées et représentées en système livrent une logique homéostatique qui le maintient.

Une grille d’analyse sémio-systémique

11En puisant dans les points communs aux deux méthodes, en prenant pour acceptation trois cadres d’appréhension, nous avons tenté d’établir une « grille » adaptative générale pour guider les observations vers « les processus d’émergence de sens en systèmes ». Ce guide a pour vocation de montrer la finesse des couches qui composent le système en tentant de respecter le relief de chacune, et en atténuant les dualismes acteur-système, signification-communication, information-relation pour montrer comment l’un produit l’autre et comment l’un est l’autre.

12Ces deux méthodes généralement appliquées pour étudier une situation donnée sont envisagées, dans la présente proposition, comme usitées dans une perspective monographique de « mise en comparaison » de situations de communication organisées.

13À terme, toutes les situations étudiées apparaissent comme pré-structurées en trois niveaux en postulant la quasi-décomposabilité des systèmes complexes (Simon, 1962) et la complexité « organisée » (Wiener, 1948). Cette structuration, sous réserve de s’intéresser aux liaisons complexes entre les couches, devient un moyen d’étudier et de comprendre l’émergence du sens de manière systémique.

14Ce guide attend d’être appréhendé comme méta-grille d’enquête pour permettre d’étudier les processus systémiques et sémiotiques d’une situation.

Guide indicatif pour l’appréhension itérative des communications et de leur sens en système

Guide indicatif pour l’appréhension itérative des communications et de leur sens en système

15L’étude systémique selon trois niveaux mène nécessairement à mettre au jour des récurrences, des constantes dans la construction du système et du sens, et à engager un processus qui ne peut pas ne pas mener vers une modélisation, puisqu’il fait surgir des schèmes récurrents « comparables » d’une situation à l’autre en fonction de leur systèmes de communication.

Patterns de découverte et patterns de systèmes aux patterns intégrateurs

16L’analyse du système et du sens induit, par le processus de « modélisation » par la recherche des boucles systémiques, un glissement de l’induction à l’inférence abductive (Norton, 1999). L’induction conduit à décrire et à étudier un phénomène là où l’abduction — résultant de la récurrence des schèmes systémiques et sémiotiques observés, amène à comprendre les relations, les règles qui permettent de comprendre ce phénomène. Cette nouvelle posture implique la découverte de nouvelles compréhensions (Peirce, 1965) via une démarche de conception d’un modèle par la mise en comparaison/confrontation des systèmes et de leurs boucles rétroactives.

17Le modèle « naturellement internalisé » par le chercheur se conçoit sur des « traces » (Simon, 1977), qu’il recombine pour comprendre les nouvelles situations. Ces traces sont un outil, dans une certaine mesure, il est communicable. L’acceptation du terme pattern, pour rendre compte de ces processus, nous semble appropriée.

18En effet, le terme de pattern renvoie selon Emboussy sur l’œuvre de Hanson (1958), à « la chose qui fait que la chose soit la chose » (Hanson, 1958, trad. par Emboussy 2001, p. xix.), les patterns apparaissent en tant qu’outils de découverte, en tant que modèles organisateurs (Simon, 1979 ; 1981) qui permettent de rendre compte des comportements et des évolutions des phénomènes à concevoir. Le terme pattern revêt aussi, dans les arts graphiques l’idée d’une figure récurrente et reproductible. Il s’applique également à décrire, dans les approches Batesonniennes (1979) des « patterns which connects », une reliance entre « le corps », « l’esprit » et « le contexte » et est envisagé comme apte à rendre compte du tout et des parties à travers des schèmes récurrents comportementaux complexes, mais identifiables parce que récurrents. Enfin, nous le lions encore au sens de schème intégrateur (Harris, 1994) comme disposant d’une fonction structurante qui dépasse les fonctions « basiques » d’agrégation pour des données identiques (Leleu-Merviel, Useille et Jeanneret, 2010). Ces définitions sont acceptées comme complémentaires, notamment parce que ces patterns sont des construits personnels qui nous permettent de connaître, de découvrir et d’identifier un certain nombre de schèmes, schèmes qui permettent de montrer et de comprendre des processus complexes de structuration de systèmes, leurs dynamiques intégrationnelles et de construction complexes de sens. Ces patterns nous permettent de montrer qu’il s’agit à la fois d’une construction du chercheur, d’un schème de système récurrent et identifiable, « reproductible » qui constitue un « filtre » pour le sens qu’il génère et qui le génère rétroactivement dans un processus dynamique non-agrégationnel.

Patterns intégrateurs et contextualisation

19Dans une perspective d’étude comparative de systèmes de communications d’un contexte donné (entreprises de « type divisionnalisé », organisations publiques, services et/ou unités de services, communautés réelles ou virtuelles, groupes de pratiques, équipes-projets), le chercheur opère un « découpage » des systèmes en les caractérisant par les éléments systémiques et sémiotiques (patterns) qui les composent ainsi que par les liens qui les unissent. La complexité, malgré son caractère imprévisible possède une architecture saisissable permettrait de la décomposer sans la détériorer (Simon, 1962). À cette fin, le choix du découpage se fait relativement aux unités de sens repérables qui portent des traces spécifiant l’articulation possible entre les éléments « identifiés ». Les patterns constituent à ce stade les « éléments primitifs » du système et figurent une structure saisissable. Reste, pour préserver la complexité et la dynamique, à s’intéresser aux interconnexions, aux interactions qui relient les éléments structurels, liens sur lesquels repose le sens du système.

20La notion de récurrence des unités de sens et des caractéristiques des liens, corrélativement aux unités formelles de communication implique une forme de pondération statistique afin de souligner la « force des interactions » (Simon, 2004) entre des unités de sens interconnectées selon des interactions « fortes, modérées ou faibles ». Cette hiérarchisation permet de conférer un caractère évolutif, adapté et adaptable aux systèmes « à étudier », mais surtout reflètent et permettent un processus dynamique en construction permanente dans un cadre pré-structuré à travers des liens qui font sens et qui ont la capacité de le finaliser (Le Moigne, 1999). Les patterns constituent par leur récurrence et leur présence dans chacun des niveaux (macro, meso et micro) la base « stable » avec laquelle viennent interagir les liens et éléments « moins forts statistiquement » qui constituent la partie « instable » du système et témoignent des interactions modérées ou faibles (les significations attribuées les moins « probables » mais possibles).

21Afin de pouvoir prétendre concevoir un modèle systémique sémiopragmatique qui engage à l’action, l’élaboration de systèmes nivelés, de patterns, la mise au jour et la caractérisation des liens récurrents qui les composent, la non négligence des liens modérés ou faibles permet d’envisager la possibilité de concevoir un modèle « du phénomène systémique communicationnel » d’une forme situationnelle donnée.

Patterns intégrateurs des artefacts situationnels pour agir

22Notre objectif initial de proposer une méthode pragmatique et opérationnelle pour agir en compréhension sur les systèmes de communication nous conduit à mettre au cœur du processus de conception l’idée de patterns intégrateurs comme outils artefactuels de simulation. Pragmatiquement, ces outils permettraient, à l’instar des auteurs de l’école de Palo, de penser « en contexte » des stratégies pour la résolution de problème par recadrage (Watzlawick, 1980), c’est-à-dire par un « changement » du sens des conduites, sens qui en changeant change les conduites elles-mêmes et donc le système : le modèle artefactuel permettrait alors de simuler les sens possibles pour envisager le changement.

23L’idée de ce modèle est née d’un constat que nous avons fait dans le cadre d’une recherche doctorale et d’une étude systémico-sémiotique des systèmes communicationnels et organisationnels : les formes d’échanges dans les systèmes de communication se limitent — selon le niveau de catégorisation — à un relatif petit nombre, alors, si d’un système à l’autre nous retrouvons facilement les mêmes formes de communication, leur sens peut varier du tout au tout en fonction des patterns dans lequel elles sont intégrées. Dans la mesure où ces formes, se limitent à un petit nombre de formes, où les systèmes pertinents (par les patterns) se limitent eux aussi à un petit nombre, il nous est possible de travailler sur une recontextualisation des formes systémiques et sémiotiques qui tout en prenant en considération leurs critères de régulation et d’interaction, permet d’accéder aux processus de construction de sens.

Élaborer des alphabets de formes

24Selon Simon (1974), « Il n’y a pas de loi de conservation qui requiert que la description d’un objet soit aussi encombrante que l’objet décrit » (p. 109) : les systèmes hiérarchiques sont généralement composés de peu de sous-systèmes différents, combinés et arrangés de diverses manières. « Dès lors, nous pouvons construire notre description à partir d’un alphabet restreint de quelques termes correspondant aux sous-ensembles élémentaires à partir desquels le système complexe est construit » (p. 110). Nous pouvons donc établir des alphabets « structurels » à partir d’une :

  • Structure systémique : identifier, au regard des émergences significatives de l’étude systémique, s’il convient de préserver une structuration macro, meso, micro ou de la complexifier (avec par exemple un macro-niveau et/ou un environnement).

  • Structure sémiotique : identifier pour et dans chaque niveau structurel les unités de sens à partir des boucles systémiques récurrentes, les catégoriser en tant que patterns intégrateurs en en identifiant les caractéristiques pour chaque niveau en fonction des 7 contextes influents (cf. méthode sémiotique situationnelle) à travers les « formes communicationnelles récurrentes qui les composent à travers le sens qu’elles prennent dans le système » en fonction des contextes.

  • Structure dynamique : identifier entre chaque niveau et entre chaque pattern les modalités « d’assemblage » entre ces éléments. Il convient d’étudier les modalités de participation des acteurs en fonction de leurs formes de communication, du sens pris par ces formes au prorata de la récurrence dans des systèmes composés de patterns identiques et de dégager les lois d’agrégation des comportements aux systèmes, donc les lois de participation des acteurs aux systèmes de communication.

25Chaque pattern est représentatif d’une situation caractéristique dont les modalités sont mises au jour grâce à l’analyse sémiotique : normes, positionnements, enjeux, qualité des relations etc. Les patterns conçus vont alors devenir des cadres contextualisants, permettant de saisir le sens d’une action communicationnelle par simulation. Pour ce faire, il nous faut procéder à une étude fine sur « les systèmes originaux » pour comparer les systèmes composés de patterns de même forme et nous attacher à voir les « formes de communications » qui prennent le même sens.

Hiérarchisation et influence sémiotique des patterns intégrateurs

26La méthode pour actionner et rendre opérables les patterns se compose de deux phases : une phase d’analyse des systèmes, une phase de repérage des patterns qui composent les systèmes et se substituent aux « niveaux », la « structure » obtenue se compose alors de :

  • Patterns dominants (Macro). Cette forme de patterns est un « macro pattern » qui intègre les patterns des niveaux inférieurs. Il fait le système « global » et contextualise le processus en redéfinissant : les normes, les enjeux, les positionnements, la qualité des relations, et constitue « la culture organisationnelle » du système de communication : ce sont des logiques institutionnelles (Lourau, 1969).

  • Patterns intermédiaires (Meso). Cette forme de pattern est partielle mais « complète » ou « tempère » la forme dominante, souvent relative à un petit groupe d’acteurs, elle influence partiellement le système et surtout elle se limite à « une partie » du système, elle constitue une « culture mineure d’un groupe influent » : ce sont des logiques contre institutionnelles.

  • Patterns mineurs (Micro). Cette catégorie de patterns ne concerne que des patterns récessifs, les acteurs qui les portent sont vus comme « anti-systèmes » : ce sont des logiques anti-institutionnelles.

27La tension entre le sens pour l’acteur et le sens pour le système influe sur le positionnement des acteurs en système, la dissension acteur-système nous est apparue comme primordial dans les « problèmes communicationnels » rencontrés. C’est donc dans les modalités d’articulation « inter-niveaux » en fonction de la qualité des liens entre les patterns qui les composent que repose le processus complexe de leur compréhension.

Concevoir un répertoire de formes de communications récurrentes

28Partant du constat selon lequel le pattern dominant donne le sens à la situation et le sens des actions de chacun. Le cadre pertinent est le système général qui n’est finalement qu’un agrégat de jeux signifiants, un entrelacs de significations plus ou moins partagées pour les acteurs dans le contexte situationnel. Ce constat permet d’envisager d’élaborer des répertoires de « formes de communications », pour pouvoir par la suite les réintégrer à leur cadre de pertinence (Schutz, 1987) : les patterns intégrateurs. En disposant d’une part des patterns intégrateurs, des caractéristiques relatives à l’émergence du sens dans les niveaux, des modalités de leur agrégation, il devient possible de « recomposer » artefactuellement tout type de système de communication en vue de « penser » des changements en travaillant les communications dans un ou plusieurs des 7 « contextes » situationnels appropriés.

Quels apports pragmatiques concrets ?

29Les systèmes relationnels construisent une situation plus ou moins collectivement partagée, ils relèvent d’un partage de visions et de représentation des situations qui sont soit « collectives » et incorporées dans le système, soit individuelles et « hors système ». Les acteurs, incorporés dans un système de communication, construisent leur situation et une culture qu’ils actualisent constamment : les choix de participation s’opèrent en tension entre un modèle institutionnel global « socialement » imposé par la société (règle de droit), un modèle relatif au système de communication dans lequel il s’intègre (pattern dominant de système et/ou pattern temporisant et règles de pratique) et son modèle personnel de représentation (pattern récessif et représentation personnelle). Sa participation se fait alors soit par accommodation au système, soit par assimilation au système (Piaget, 1980). Dès lors ces « tensions » peuvent générer des conflits système-rôle (tension institution-acteur) ou des conflits personne-rôle (tension acteur-système de communication) (Perrot, 2005). Conflits émergents des dissensions de sens entre le sens attribué par l’acteur et le sens attribué par le système qui concourt à définir possiblement une action de manière différente à l’intention initiale de l’acteur, sans que celui-ci n’en ait toujours conscience.

30C’est dans ces dissensions de sens qu’émergent précisément les problèmes relationnels de communication. L’appréhension de leur compréhension systémique permet de comprendre comment ils émergent, se maintiennent et maintiennent le système qui les produit en retour. Ces problèmes relatifs à un problème de « cadre sémiotique » de référence peuvent être résolus avec les méthodes de recadrage de l’école de Palo Alto.

31Une telle connaissance est particulièrement intéressante pour la compréhension et la régulation de systèmes communicationnels en contexte organisationnel, dans lequel les managers et gestionnaires tendent largement à sous-estimer les potentiels des relations et des systèmes de communication interpersonnels au profit de logiques technicistes et productives. En effet, il est avéré que la participation des acteurs à l’intérêt collectif engendre des émergences « positives » sur la fédération, l’acquisition des enjeux, la coopération et sur les résultats des actions du collectif. Là où, les non-participations ou contre-participations génèrent une moins-value et écrasent la dynamique collective au profit des bénéfices personnels. Plus les acteurs se positionnement dans le pattern général du système, plus leurs actions sont cohérentes, plus ils agissent pour un même enjeu, plus les processus d’information sont fluides et cohérents, plus les processus de décision sont justes et adaptés. A contrario, plus les acteurs sont dans des stratégies individuelles moins les « actions collectives » les amènent à construire une plus-value relationnelle et finalement organisationnelle.

32Sachant que les dissensions acteurs (patterns récessifs)/systèmes sont très nombreuses en organisation et que les « brèches systémiques » engendrées par les écarts de significations entre l’acteur et le système sont porteuses de la majorité des « problèmes » dénoncés par les acteurs et qu’elles accaparent le système communicationnel pour leur résolution, ce sont bel et bien des problèmes sémiotiques d’incompréhension acteurs/système qui posent le problème de la participation de l’acteur dans, avec et pour le système organisationnel. Dès lors, en « puisant » dans les ressources du répertoire des formes de communication, en simulant les sens des communications dans les patterns intégrateurs, il devient possible de fournir des outils « gestionnaires qualitatifs complexes » pour trouver des « moyens » de changer les actions ou les perceptions en changeant le sens du comportement pour l’acteur ou pour le système avec les techniques de « recadrage ». L’outil de simulation, vient en appui, non pas pour prédire le sens – ce qui est impossible – mais pour mesurer le degré d’incorporation possible et les effets rétroactifs du changement et ainsi et surtout pouvoir construire artefactuellement un très grand nombre de systèmes de communication y compris les très grands ensembles et penser le changement corrélativement aux contextes situationnels travaillés ou choisis comme leviers.

33Pour comprendre le sens d’une situation, pour penser des changements dans un système de communication – sachant qu’il est impossible de connaître toutes les situations d’un « contexte organisationnel donné » – la mise au jour d’un modèle sémiopragmatique peut permettre de travailler sur une mise en comparaison des systèmes et, à partir de cette comparaison, de penser des stratégies d’intervention en « simulant » dans ces patterns intégrateurs le « sens » pour de nouvelles formes de communication. Les patterns, issus de la recherche inductive deviennent des artefacts de situations réelles. Pour Le Moigne, « connaître devient représenter et plus exactement même se représenter » (1977, p. 45). Le système de communication devient, par ce biais, un outil méthodologique, une conception qui permet de représenter pour se représenter. Ces modèles de simulation se font des outils « gestionnaires relationnels » pour opérer des changements « mesurés », en travaillant sur le sens pour penser un changement qui permette de favoriser les « comportements collectifs » par la communication et le « partage » d’un sens commun dans des situations d’interaction.

Haut de page

Bibliographie

Bachelard Gaston, Le nouvel esprit scientifique, Paris, PUF, 1934

Bateson Gaston, Mind and nature : a necessary unit, Batam books, 1979.

Boutaud Jean-Jacques, Sémiotique et communication. Du signe au sens, Paris, L’Harmattan, col. Champs visuels, 1998.

Boutaud Jean-Jacques, « L’outil et l’éthos. Quand sémiotique, communication et organisation progressent dans l’application », Communication et organisation, 2012, n° 30, p. 17-36.

Hanson Norwood Russell, Patterns of discovery. Cambridge, University Press, 1958.

Harris Roy, Sémiologie de l’écriture. Paris, CNRS Éditions, 1994.

Le Moigne Jean-Louis, La théorie du système général, Théorie de la modélisation, Paris, PUF, 1977.

Leleu-Merviel Sylvie & Zreik Khaldoun, “La notion de schème organisateur, outil d’analyse sémio-pragmatique des écrits d’écran”, Revue des interactions humaines médiatisées, vol. 11, n° 1, 2010.

Lourau René, L’instituant contre l’institué, Paris, Anthropos, 1969.

Merton Robert King, Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Plon, 1965.

Morin Edgar, Introduction à la pensée complexe, Paris, Seuil, 1990.

Mucchielli Alain, Savoir interpréter. Comment les choses acquièrent leurs significations, Paris, Armand Colin, 2012.

Mucchielli Alain, Manuel pour le diagnostic systémique des relations humaines, 2008, (en ligne) Numilog.com

Mucchielli Alain, Manuel de sémiotique situationnelle pour l’interprétation des conduites et des communications, 2008, en ligne Numilog.com

Norton Liz, « The philosophical basis of grounded theory and their implications for research practice », Nurse Researcher, 1999, vol. 7, n° 1, p. 31-43

Peirce Charles Sanders, « Collected Papers of Charles Sanders Peirce ». Principles of Philosophy. 1965, vol. I Cambridge, Mass Press of Harvard University Press.

Perrot Serge (2005), « Nature et conséquences des conflits de rôles », Journée de recherche CEROG/AGRH, IAE d’Aix en Provence, 2005.

Piaget Jean, La construction du réel chez l’enfant, Neuchâtel : Delachaux-Niestlé, 1937 (ed.1980).

Simon Herbert Alexander, Models of discovery and other topics in the method of science, Dordrecht, Reidel, 1962

Simon Herbert Alexander, Sur la complexité des systèmes complexes, Université́ Carnegie-Mellon, Pittsburgh, 1971.

Simon Herbert Alexander, « From substantive to procedural rationality », In Latsis ed : « Method and appraisal in economics », Cambridge University Press, 1976.

Simon Herbert Alexander, Sciences des systèmes, sciences de l’artificiel, Paris, EPI, 1974

Varela Francisco, Connaître - Les sciences cognitives. Tendances et perspectives, Paris, Seuil, 1989.

Watzlawick Paul, Beavin Janet Helmick & Jackson Don D., Une logique de la communication, Paris, Seuil, 1972 (ed. française)

Watzlawick Paul, La réalité de la réalité, Paris, Seuil, 1976.

Watzlawick Paul, Le langage du changement – Paradoxes et psychothérapie. Paris, Seuil, 1980.

Weaver Warren, « Science and complexity », American scientist, n° 36, p. 536-544, http://people.physics.anu.edu.au/~tas110/Teaching/Lectures/L1/Material/WEAVER1947.pdf (en ligne)

Winkin Yves, La nouvelle communication, Paris, Seuil, 1981.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Guide indicatif pour l’appréhension itérative des communications et de leur sens en système
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/520/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sidonie Gallot, « Vers un modèle systémique sémiopragmatique pour agir, décider et changer les systèmes de communication en organisation », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 01 août 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/520 ; DOI : 10.4000/rfsic.520

Haut de page

Auteur

Sidonie Gallot

Sidonie Gallot est docteure en Sciences de l’information et de la communication, ATER en SIC au sein de l’ITIC à l’université Paul Valery, Montpellier III et chercheure au LERASS-CERIC. Spécialisée dans les processus systémiques complexes des systèmes de communication interpersonnels, son champ d’étude s’intéresse aux problématiques épistémologiques, méthodologiques et pragmatiques de l’étude des communications organisationnelles et institutionnelles ainsi qu’aux potentiels sémiopragmatiques des communications dans des perspectives de recadrage et d’accompagnement au changement en contexte organisationnel. Courriel : gallot.sidonie@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page