Navigation – Plan du site
Émergences

Entre formes et normes. Un champ de recherches fécond pour les SIC

Christian Le Moënne

Résumés

Beaucoup d’auteurs et de praticiens considèrent à juste titre que les normes sont d’abord des langages, des normes sémiotiques dans un sens très large (dessin, son, textes, calcul etc…). Mais les normes techniques sont également des dispositifs de médiation, sociale, communicationnelle… Les normes techniques ont donc un caractère irréductiblement social : ce sont des dispositifs d’émergence de formes sociales permettant l’émergence de modalités relationnelles et de rapports sociaux, dans des dynamiques à la fois d’altération des formes instituées et d’adaptation ou d’émergence de nouvelles formes sociales ou de nouvelles formes instituées. Dans cette perspective, une question cruciale et qui intéresse au premier chef les sciences de l’information et de la communication peut être formulée ainsi : Est-ce que les normes produisent leurs effets par des effets de langage ? Ou peut-on considérer que les normes techniques produisent des effets anthropologiques plus profonds, sans que soient nécessairement mis en œuvre des procédés discursifs ?

Haut de page

Texte intégral

La question des normes

  • 1 Voir notamment Gregory Bateson et James Ruesch, Communication et société, Paris, Seuil, 1988.
  • 2 Voir notamment Edgar Hall, Au delà de la culture, Paris, Seuil, 1979, et divers autres ouvrages de (...)

1Cette question et cet objet de recherches sont des classiques de la sociologie et de l’anthropologie culturelle. Elles ont été abordées dans le champ des sciences de l’anthropologie de la communication notamment par Grégory Bateson1 qui s’est intéressé aux problèmes de codification et de codage et par de nombreux autres chercheurs de cette École autour de la mise en évidence, dans l’analyse des micro-cultures, des questions liées à la structuration des schèmes cognitifs par les normes anthropologiques2.

  • 3 Voir Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1966 et Pierre Macherey, De Canguilhem (...)
  • 4 Voir Pierre Legendre, L’empire de la vérité-Introduction aux espaces dogmatiques industriels, Paris (...)

2La question des normes a été également abordée par Michel Foucault dans la perspective des sociétés de surveillance3 et par Pierre Legendre dans son analyse de l’émergence du capitalisme dans le contexte de ce qu’il appelle le champ normatif occidental4. Plus récemment, cette question est revenue fortement comme une question intéressant les sciences humaines et sociales à partir d’un renouvellement des approches liées à l’ethnométhodologie et à l’interactionnisme symbolique dans le contexte de ce qu’il faut bien appeler la découverte des empirismes anglo-saxons.

  • 5 Outre les travaux du Centre de Recherches sur l’Epistémologie et l’Autonomie de l’école Polytechniq (...)

3C’est ainsi que se sont développées les microsociologies de l’action, les analyses de conversation, les approches en termes de traduction, toutes perspectives qui rejoignent les approches cognitives des logiques d’action individuelles et collectives en ceci qu’elles mettent l’accent sur les conventions, les accords, les valeurs, les règles et les normes en contexte d’actions et de décisions. C’est le développement du pragmatisme qui a actualisé en France, la mise en évidence de l’importance des travaux sur les normes sociales en situation, et sur les univers de référence qui caractérisent l’ensemble des actions situées5. Ceci a amené à considérer, dans le champ des sciences de l’information et de la communication et des recherches en matière de communication organisationnelle, l’intrication forte qui existe semble-t-il entre normes techniques et normes anthropologiques dans l’émergence et l’actualisation des formes sociales dont les formes organisationnelles.

Les normes techniques comme objet de recherches

4Ceci appelle plusieurs directions de réflexions, et tout d’abord sur les normes techniques. Celles-ci sont caractérisées de différentes façons car construites en fonction de buts divers, et très âprement négociées par des parties prenantes qui défendent des intérêts variés et parfois divergents. Ces processus de négociations de normes techniques ont émergé depuis fort longtemps, notamment si on considère que les normes de droit font partie de ces normes techniques. On pourrait en effet certainement soutenir que l’invention de l’écriture à Sumer était portée par la nécessité de conserver la mémoire de contrats de commerce, c’est-à-dire des normes techniques inventées dans des logiques de projets.

5Ces normes techniques constituent un chapitre nouveau, important depuis un siècle et demi, du développement des normes de droit, du cadre juridique qui détermine les logiques d’actions collectives, que ces actions se situent dans des modes de coordination spontanées sociales ou culturelles, ou dans des projets volontairement organisés, selon ce qu’Herbert Simon appelait des organisations artefact.

6L’émergence des normes techniques a supposé évidemment en amont, un long processus d’invention et de légitimation de langages, de processus de codification divers, depuis la convention de représentation en deux dimensions que l’on appelle la perspective, l’invention sur deux ou trois siècles des conventions de représentation des pièces que l’on appelle le dessin industriel, l’adoption des étalons de mesure, jusqu’à l’invention, évidemment, des conventions de traduction des logiques d’action en temps élémentaire avec l’invention des machines à compter le temps court (chronomètre) et la segmentation des logiques de travail appelée « organisation du travail ».

7Le phénomène important de tout le xxe siècle est, sous cet aspect, l’émergence et la formalisation des normes techniques de marchés, et le développement corrélatif des institutions normatives nationales et internationales d’élaboration de ces normes, qui seront définies par l’ISO comme des dispositifs visant à la construction et au développement des relations marchandes à l’échelle mondiale6. Normes de marché qui concernent finalement deux groupes d’institution ou de dispositifs :

  • Les pratiques sociales organisées selon des buts volontaires, que l’on appelle couramment les « organisations », à l’origine des normes de « bonnes pratiques »…

  • Les objets et dispositifs matériels qui constituent le contexte de l’action ou qui se trouvent engagés dans l’action collective. Ceux-ci se trouveront de plus en plus finement décrits dans des cahiers des charges et cadrés par des standards et des lois visant à en délimiter les usages. Ces objets et dispositifs doivent, de ce fait, être considérés comme des éléments décisifs d’engagement des actions individuelles et collectives, et leur statut sous cet aspect doit être repensé à nouveau frais comme des dispositifs de facilitation de l’action en situation, des artefacts cognitifs, des dispositifs de mémoire.

8La question centrale posée par cette émergence des normes techniques est en effet la question des mémoires, cristallisées dans des formes organisationnelles, dans des objets, et dans des traces diverses.

  • 7 Voir Jean de Munck, L’institution sociale de l’esprit, Paris, Puf, 1999.

9De fait, et les normes sont ambivalentes sur ce point, le développement des normes techniques a engagé les productions symboliques dans un sens large et les langages. C’est la question que certains philosophes appellent le renouvellement de la question procédurale et institutionnelle dans ce nouveau contexte7.

10Beaucoup d’auteurs et de praticiens considèrent à juste titre que les normes sont d’abord des langages, des normes sémiotiques dans un sens très large (dessin, son, textes, calcul, etc…). Mais les normes techniques sont également des dispositifs de médiation, sociale, communicationnelle… Les normes techniques ont donc un caractère irréductiblement social : ce sont des dispositifs d’émergence de formes sociales permettant l’émergence de modalités relationnelles et de rapports sociaux, dans des dynamiques à la fois d’altération des formes instituées et d’adaptation ou d’émergence de nouvelles formes sociales ou de nouvelles formes instituées.

11Dans cette perspective, une question cruciale et qui intéresse au premier chef les sciences de l’information et de la communication peut être formulée ainsi : Est-ce que les normes produisent leurs effets par des effets de langage ? Ou peut-on considérer que les normes techniques produisent des effets anthropologiques plus profonds, sans que soient nécessairement mis en œuvre des procédés discursifs ?

12En effet, les normes techniques, au-delà de leur dimension langagière et discursive, et en deçà et avant cette dimension, peuvent être analysées comme des dispositifs de cristallisation de mémoires, c'est-à-dire des dispositifs d’institution, qui permettent d’inscrire des logiques anthropologiques et sociales, des modes de pratiques sociales et de rapports sociaux, des imaginaires, des types de comportements divers, à la fois dans des objets, des formes objectales, et dans des formes organisationnelles. Cette cristallisation des normes dans les formes sémiotiques, mais également dans les formes objectales et dans les formes organisationnelles est au fondement de leur puissance de propagation d’imaginaire, de valeurs, et donc d’influence sur les formes sociales et anthropologiques. Ce qui veut dire, que les normes techniques, dans le contexte des sociétés de marchés, produisent des effets de normalisation de façon infra rationnelle et infra langagière, avec la puissance d’influence des contextes de l’action et cette puissance de normalisation constitue l’enjeu implicite des négociations dures des normes techniques.

13Les enjeux fondamentaux portés par les normes Iso 9000, normes de description de processus organisationnels ou par les normes de définition des usages d’objets divers, les enjeux des cahiers des charges normatifs concernant les innovations techniques ou les normes militaires, les enjeux fondamentaux de la compréhension de l’ensemble de ce champ normatif, c’est d’appréhender que les normes techniques sont au fondement de processus de cristallisation de formes, sont des dispositifs de cristallisation de mémoires dans des formes organisationnelles, des formes objectales, des formes sémiotiques.

La question des formes organisationnelles

  • 8 Voir Georg Simmel, Comment les formes sociales se maintiennent, in Problèmes de la sociologie, Pari (...)

14Dans son débat avec Durkheim sur la question de la reproduction des processus sociaux, Simmel soulevait la question de savoir « comment les formes sociales se maintiennent »8.

15Il mettait en avant la notion de forme sociale là où Durkheim mettait en avant la notion d’institution en s’efforçant de décrire ce que pourrait être dans une objectivation du social, le champ d’observation et de recherche de la sociologie.

  • 9 Sur ce point, voir Gérad Chazal, Formes, figures, réalités, Seyssel, Champ Vallon, 1997, et égaleme (...)

16Ce que suggère Simmel, c’est que l’ensemble des formes institutionnelles ne nous sont pas forcément appréhendables immédiatement, qu’elles ne se réduisent pas à des règles et à des conventions explicites. Si on considère que toutes les productions de sens ne sont pas le résultat du langage, si on admet qu’il y a des modes de signification extra-langagiers, il faut considérer9 (cf. Gérard Chazal) que la catégorie qui permet de signifier, de décrire ces modalités sociales de production sociale de sens est donc la catégorie de forme.

  • 10 Voir Laurent Thévenot, Les investissements de formes, Paris, note de travail, 1983.
  • 11 Ibid.

17Laurent Thevenot dans un article important de 198310, mettait en avant la catégorie d’« investissements de formes » pour décrire les référentiels élaborés pour structurer les formes organisationnelles. Il prenait l’exemple des travaux et principes d’organisation industrielle imaginés par Taylor, en analysant les instruments que celui-ci met en œuvre pour prescrire les formes organisationnelles les plus adaptées à des objectifs de production. Il décrit ces dispositifs intellectuels comme des instruments pouvant être considérés comme « autant de formes qu’il s’agira de spécifier, de décrire pour rendre compte de l’éventail de ces différentes formes, outils, bordereaux, marques, consignes, formations, habitudes etc… »11. À bien des égards, ces investissements de formes sont des instruments de pilotage de l’action, sinon langagiers, du moins fortement sémiotiques, c'est-à-dire dotés de signification conventionnelle définie dans le cadre contraint de l’organisation du travail.

18Dans la perspective socio-économiste qui est celle de Thévenot, les investissements de formes ont un caractère littéralement matériel, et participent de la perpétuelle objectivation des formes organisationnelles. Ils contribuent à la mise en forme des organisations comme structure, littéralement spatiale, inscrite dans des lieux, dans des formes stables et possédant des ressources évaluables.

19Mais qu’en est-il dès lors que cette stabilité disparaît ? Que les formes organisationnelles deviennent des formes processuelles, des formes-projet, éphémères, dont les ressources, perpétuellement émergentes, se confondent avec les processus de structuration eux-mêmes ? Qu’en est-il lorsque les formes organisationnelles ne visent plus la coordination spatiale et l’ajustement mais la synchronisation ?

20Dans ce nouveau contexte, la temporalité, la vitesse, sont la mesure de l’efficacité. Dans ce nouveau contexte, également, l’économie globalisée, tend à être une économie de formes et de normes prise cette fois dans un sens radical, c'est-à-dire comme une économie de concepts littéralement objectivés dans des formes objectales et dans des formes organisationnelles dont la pérennité tient à la cristallisation des mémoires par les normes techniques.

21Saisir ces formes organisationnelles, c’est les saisir dans leur devenir, non dans leur état stable, et donc s’efforcer de faire une socio-économie des devenirs, des processus. Ce qui revient comme disait Simondon, à tenter de connaître les formes organisationnelles à travers les processus de mise en forme plutôt que de connaître les processus de mise en forme à partir des formes organisationnelles existantes. Il s’agit donc de saisir les phénomènes de mise en forme, et plus précisément de saisir ce que Simondon appelle un « potentiel de mutation », qui permet à une forme organisationnelle de devenir perpétuellement autre qu’elle n’est. Ceci suggère que « l’état normal » des organisations est l’instabilité, « la tendance dissipative » et non pas l’ordre stabilisé.

22Ceci signifie également que les objets ne peuvent pas être saisis comme des états intrinsèques indépendamment des situations d’usage, des contextes d’usage, mais dans un sens très radical, en un sens où les objets eux-mêmes sont des dispositifs qui intègrent en permanence leur propre obsolescence. Et dans ces perspectives on ne peut donc penser des usages indépendamment des formes organisationnelles et des formes sémiotiques, pensées comme processus de mise en forme et de mise en sens, processus d’in-formation. Il y a donc, dans l’étude des normes et des formes, un champ de recherches particulièrement fécond pour les sciences de l’information-communication.

Haut de page

Bibliographie

Gregory Bateson et James Ruesch, Communication et société, Paris, Seuil, 1988, 346 p.

Jean-Claude Beaune (Sous la dir. de), La mesure, instruments et philosophies, Champ Vallon, Seyssel, 1994, 280 p.

Raymond Boudon et alii, L'explication des normes sociales, PUF, Paris, 2000, 278 p.

Alain Boutot, L'invention des formes, Odile jacob, Paris, 1993, 374 p.

Gérard Chazal, Formes, figures, réalité, Champ Vallon, seyssel, 1997, 247 p.

Jean Clam et Jean-Luc Gaffard, Norme, fait, fluctuation - Contribution à une analyse des choix normatifs, Droz, Paris-Genève, 2001, 356 p.

Pierre Demeulenaere, Les normes sociales entre accords et désaccords, PUF, Paris, 2003, 292 p.

François Dubet, Le déclin de l'institution, Seuil, Paris, 2002, 425 p.

Claude Durand et Alain Pichon (Sous la dir. de), La puissance des normes, L’Harmattan, Paris, 2003, 324 p.

Gérer et Comprendre, La normalisation comptable, Eska, Paris, 1994, 138 p.

Georges Kalinovski, Logique des normes, PUF, Paris, 1972, 218 p.

Pierre Lascoumes et Patrick Le Galès, Gouverner par les instruments, Presses de Science Po, Paris, 2004, 371 p.

Guillaume Le Blanc, Canguilhem et les normes, PUF, Paris, 1998,127 p.

Christian Le Moënne, Recomposition des espaces et des formes organisationnelles, in Espaces physiques, espaces mentaux : identités et échanges, Chevalier Y. et Juanal B. (Sous la dir. de.), p.U.L., Lille, 2007, 256 p.

Pierre Legendre, L’empire de la vérité – Introduction aux espaces dogmatiques industriels, Paris, Fayard, 1983,1983.

Danièle Linhart et Aimée Moutet, Le travail nous est compté - La construction des normes temporelles au travail, La Découverte, Paris, 2005, 352 p.

Pierre Livet, Les normes, Armand Colin, Paris, 2006, 140 p.

Henri Mitonneau, La version 2000 de la norme ISO 9001 - La management de la qualité orienté service 68 p., Démos, Paris, 2000, 172 p.

Multitudes, Philosophie des normes, Amsterdam, Paris, 2008, 202 p.

Raisons pratiques n° 1, Les formes de l'action , EHESS, Paris, 1990, 343 p.

Raisons pratiques n° 4, Les objets dans l'action , EHESS, Paris, 1993, 290 p.

Michel Ranelli et alii, Les nouvelles formes organisationnelles, Économica, Paris, 1995, 287 p.

Réseaux, Les formes de la conversation (1), CNET, Paris, 1987, 293 p.

Réseaux, n° 102, La fabrication des normes, Hermes, Paris, 2000, 255 p.

Revue D’économie Industrielle, n° 75, Normalisation et organisation de l’industrie, CNRS, Paris, 1996, 307 p.

J.-D. REYNAUD, Les règles du jeu - L'action collective et la régulation sociale, Armand Colin, Paris, 1993, 314 p.

Gilbert Simondon, L'individuation à la lumière des notions de forme et d'information, Millon, Paris, 2005, 400 p.

François Vatin (Sous la dir. de), Évaluer et Valoriser - Une sociologie économique de la mesure, PUM, Paris, 1987, 306 p.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Gregory Bateson et James Ruesch, Communication et société, Paris, Seuil, 1988.

2 Voir notamment Edgar Hall, Au delà de la culture, Paris, Seuil, 1979, et divers autres ouvrages de ce même auteur.

3 Voir Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1966 et Pierre Macherey, De Canguilhem à Foucault la force des normes, Paris, La Fabrique, 2009

4 Voir Pierre Legendre, L’empire de la vérité-Introduction aux espaces dogmatiques industriels, Paris, Fayard, 1983.

5 Outre les travaux du Centre de Recherches sur l’Epistémologie et l’Autonomie de l’école Polytechnique ( voir le cahier n° 3, L’émergence des normes, Paris CREA 1984), il convient ici de citer la revue Raison Pratiques (n° 1, Les formes de l’action, Paris, 1990… n° 13, La régularité, Paris, 2002…) et plusieurs numéros de la revue Réseaux sous la direction notamment de Louis Quérè (Par exemple Bernard Conein, Michel de Fornel et Louis Quérè, Les formes de la conversation – 1 et 2, Paris, Réseaux, Acte de la conférence analyse de l’action et analyse de la conversation, 1987.

6 Voir sur ce point www.iso.ch

7 Voir Jean de Munck, L’institution sociale de l’esprit, Paris, Puf, 1999.

8 Voir Georg Simmel, Comment les formes sociales se maintiennent, in Problèmes de la sociologie, Paris, éditions du sandre, 2006.

9 Sur ce point, voir Gérad Chazal, Formes, figures, réalités, Seyssel, Champ Vallon, 1997, et également, en ligne, son Habilitation à Diriger les Recherches.

10 Voir Laurent Thévenot, Les investissements de formes, Paris, note de travail, 1983.

11 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Le Moënne, « Entre formes et normes. Un champ de recherches fécond pour les SIC », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/365 ; DOI : 10.4000/rfsic.365

Haut de page

Auteur

Christian Le Moënne

Christian Le Moënne est professeur à Université Européenne de Bretagne – Rennes 2 en Sciences de l’information et de la communication, membre du Laboratoire PREFICS, EA 4246 et Président de la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page