Navigation – Plan du site
Émergences

Normes et standards : un programme de travail pour les SIC

Renaud Fabre, Henri Hudrisier et Jacques Perriault

Résumés

La production de normes et standards devient fondamentale pour réguler les échanges humains surtout à l’ère de la mondialisation numérique. Sans ignorer l’aspect global du phénomène les trois auteurs se sont investis au niveau international dans les travaux et négociations de normes ISO de l’ingénierie linguistique, de l’apprentissage, de l’éducation et de la formation. Ils alertent la communauté des chercheurs en sciences de l’information et de la communication sur l’urgence de donner à cette question la place qui lui revient dans les recherches en cours. Sont abordés successivement la dimension culturelle de la norme (Henri Hudrisier), son aspect régulateur (Jacques Perriault) et l’irruption de la norme numérique dans le dialogue éducatif (Renaud Fabre).

Haut de page

Texte intégral

1Le récent congrès de Lille organisé autour de la question des normes a montré l’immensité du problème à traiter. Les normes et standards interviennent dans la quasi-totalité des activités humaines : elles règlent d’ailleurs au premier chef les conduites sociales, les langages et les actes de communication. La numérisation galopante a eu le mérite de signaler l’urgence de reprendre de façon plus large la question des échanges humains et de leur régulation, parce qu’elle pénètre de façon totalement indiscrète et subreptice dans l’intimité des gens ; que ce soit dans les actes de consommation mais aussi d’apprentissage – où l’on évalue sans contrôle les aptitudes et les agilités intellectuelles, dans les liens sociaux et dans les questions de santé.

2Ce bref article n’a pas la prétention de couvrir tout ce champ. Leurs trois auteurs se sont investis depuis longtemps dans les travaux et négociations sur cette question dans les domaines de l’apprentissage, de l’éducation et de la formation. Leur souci est ici d’alerter la communauté des chercheurs en sciences de l’information et de la communication sur l’urgence de donner à cette question la place qui lui revient dans les recherches en cours. Seront abordés successivement la dimension culturelle de la norme (Henri Hudrisier), son aspect régulateur (Jacques Perriault) et l’irruption de la norme numérique dans le dialogue éducatif (Renaud Fabre).

Volet culturel, la recherche en normalisation

  • 1 Il s’agit d’une quasi synonymie, mais pour les instances nationales (AFNOR) ou internationales (ISO (...)
  • 2 Ce qui est pertinent pour une revue de recherche en information et de communication.
  • 3 Martin (Sylvaine), Enseignement à distance de la musique : création du laboratoire Lamusadi, Thèse (...)
  • 4 Vitruve, Les dix livres d’architecture de Vitruve avec notes de Perrault, Éd. Coignard Paris 1673, (...)

3Normalisation (et/ou standardisation)1 sont des notions qui sont devenues incontournables avec mondialisation culturelle, industrielle et économique notamment numérique2. Ainsi le Web n’existe que par un protocole universel (TCPIP), des modalités d’écriture globales (UNICODE) et des référentiels universels (URL…). Mais la normalisation est une pratique sociétale et culturelle beaucoup plus ancienne et qui traverse d’autres facettes de l’activité humaine. Par exemple, pour Sylvaine Martin3, la musique est dès l’Antiquité, un art partageant des conventions normatives de factures d’instruments mais aussi des constantes physiques des vibrations sonores (notes). Les « standards musicaux » traversent toutes les civilisations : Pythagore, chant grégorien, piano bien tempéré, standards de Jazz… Ainsi Vitruve (ier siècle av. J.-C.)4 ne décrit pas seulement les différents ordres (ionien, dorique, corinthien…), les standards de proportion, les normes d’ordonnancement des bâtiments… Il insiste aussi sur les normes musicales « pour savoir disposer les vases d’airain que l’on met sous les degrés des théâtres, lesquels vases doivent être placés par proportion mathématique et selon la différence des tons […] afin que la voix des comédiens frappe les oreilles des spectateurs avec plus de force, de distinction & de douceur » (livre I, Chapitre I).

4Ce détour par l’Antiquité gréco-latine (et ce n’est qu’un exemple d’un comportement normatif que partagent toutes les grandes civilisations) nous permet d’évoquer l’étymologie : norma(ae) l'équerre, mot que l'on trouve chez Vitruve ou au sens figuré, la règle et la loi que l'on trouve chez Cicéron, et standard vieux terme d'origine anglo-normande (estandard : étendard).

  • 5 Lemoine (Bernard), L'architecture du fer. France: xixe siècle, Éd. Champ Vallon, 1971, Seyssel (Fra (...)

5La normalisation de l’architecture de fer5 est un autre moment fort de la normalisation industrielle. La normalisation des poutrelles métalliques s’institutionnalise, le catalogue normalisé des poutrelles permettant de déployer d’ambitieuses constructions, en systématisant et en sécurisant les calculs des contraintes et en inaugurant une stylistique architecturale reposant essentiellement (comme l’art gothique) sur la monstration des lignes de force créant d’élégantes transparences.

  • 6 IEC International Electrotechnical Commission fondée en 1906
  • 7 L’Union internationale des télécommunications (UIT, ou en anglais International Telecommunication U (...)
  • 8 International Federation of Standardizing Associations fondé en 1926.

6Fin xixe et début du xxe siècle, sont fondées à Genève les grandes organisations internationales pour l’électricité qui s’étendra à l’électronique6, et pour les télécommunications7. Après la seconde guerre mondiale, l’ISO succède à l’ISA8.

Partager du sens, des textes et des écritures

  • 9 Saussure (Ferdinand de), Cours de linguistique générale, éd. Payot, Paris (1913)1995.
  • 10 En renforçant alors des méthodes de métrique poétique associé généralement à la musique permettant (...)
  • 11 Hudrisier (Henri), De l’Abécédaire à Unicode, in L’Octogonal Ricochet, Revue du Cielj, n° 17, avril (...)

7Pour Saussure9, toute langue implique un arbitraire du signe. Ce sont là des normes fondamentalement culturelles, que partage toute civilisation qui communique soit dans un contexte strictement oral10, soit écrit (manuscrit, imprimé ou numérique). Ainsi, toute civilisation connaissant l’écriture implique non seulement l’apparition de scribes mais aussi de grammairiens, gardiens du code normatif (du grec grammatikê : art de lire et d’écrire). Les familles d’écriture se distinguent d’ailleurs parce qu’elles ne codifient pas la même chose : l’idée de l’énoncé ou la restitution phonétique de la voix. Ces cultures différentes d’écriture ont des conséquences culturelles profondes : stabilité ou dérive constante des langues dont la notation est phonétique (alphabétique11) donc éclatement des langues ; signalons notamment les avantages culturels et cognitifs du monde idéographique : Confucius est encore relativement facile à lire pour un lettré chinois mais nos auteurs antiques européens (et médiévaux) ne le sont pas sans apprentissage linguistique spécifique.

Vers un codage interculturel et interlinguistique à l’ère informatique mondialisée

  • 12 Nous n’insisterons pas sur ces 2 derniers champs abondamment traités.

8C’est à partir de ce socle historique que l’on doit observer les chantiers de normalisation globale et numérique des écritures, d’une linguistique permettant le développement d’une traductique, d’une compréhension informatique des textes et d’un génie documentaire (ISO-TC37) et pédagogique (JTC1-SC36)12 hautement performants.

  • 13 André (Jacques) et Hudrisier (Henri). Unicode, écriture du monde ?, Éd. Lavoisier-Hermès, Paris 200 (...)

9La codification universelle des écritures (UNICODE et ISO/IEC-JTC1-SC2) a été un premier fabuleux chantier de normalisation interlinguistique et interculturel13. Il a nécessité la mobilisation de millier d’experts informatiques et linguistes, de typographes, mais aussi d’archéologues, de musicologues, de spécialistes de l’écriture mathématique. C’est un catalogue universel d’aujourd’hui : 110.116 caractères tous disponibles et implémentables dans un même environnement de traitement de texte ou de réseaux numériques. C’était le soubassement incontournable pour pouvoir développer d’autres normes sur tous les types de documents (linguistiques ou multimédias).

10La normalisation universelle et interopérable des ressources linguistiques (ISO Technical Committee 37)

  • 14 Hudrisier (Henri) et Ben Henda (Mokhtar), Cartago : une terminologie large langue de l’enseignement (...)

11L’ISO TC37 a ouvert de nombreux chantiers de normalisation à haute valeur interlinguistique et inter-sémantique. Fondé dès les années 1930, ce collège de normalisation s’est d’abord préoccupé de pouvoir rendre compatibles les démarches lexicographiques (collectionner des termes dans une ou plusieurs langues et définir leur sens : démarche sémasiologique) avec les démarches terminologiques (collectionner et définir des concepts et systèmes de concepts et pointer vers ces concepts les termes d’une ou plusieurs langues : démarche onomasiologique)14. La production de terminologies normalisées selon ces méthodes (ISO-704) est une brique fondamentale pour la production d’ontologies donc de compréhension automatique des textes.

  • 15 Techniques informatiques pour la terminologie
  • 16 Le-TC37 à été fondé en 1936 dans le cadre de l’ISA (ISA-TC37) dans la ligne des travaux du linguist (...)
  • 17 Romary (Laurent), Un modèle abstrait pour la représentation de terminologies multilingues informati (...)

12La terminotique15 exigeait des progrès informatiques inatteignables pour les linguistes terminologues des années 193016 et jusqu’à l’apparition des langages à balises (XML), qui ont rendu possible la définition normative d’un métamodèle permettant une interopérabilité multilingue et interdisciplinaire des concepts et des termes en toutes langues (et bien sûr toutes écritures) : Terminological Markup Framework (TMF) une norme de l’ISO-TC37 : ISO 1664217.

13L’ISO-TC37 se mobilise pour déterminer des normes interculturelles et interlinguistiques qui visent à cartographier les traits linguistiques de toutes les langues du monde. C’est à un chantier plus complexe mais similaire à UNICODE, ayant pour objectif de transformer la totalité des documents en contexte normalisé utile pour développer à terme une compréhension automatique du langage ou une traductique avancées. Les items de la feuille de route sont nombreux : segmentation des mots, patterns syntaxiques, actes de dialogue… Les aléas d’une traductique de première génération qui travaillait sur des corpus et des référentiels relativement réduits disparaissent désormais parce que les bibliothèques numériques toutes normalisées constituent un contexte linguistique mondial et très exhaustif levant la quasi-totalité des ambiguïtés de traduction y compris littéraires.

Quelques pistes pour focaliser la recherche en infocom sur des problématiques normatives et notamment le rapport norme et culture

  • 18 Hudrisier (Henri), L’ère des machines grammatologiques : la normalisation des technologies de l’inf (...)

14L’art au sens de teknê (savoir-faire) se conforme au plus près des normes tandis que l’Art (celui des artistes) utilise les contraintes normatives tout en générant son supplément esthétique en sachant tordre la norme. J’ai longuement développé18 combien l’esthétique des polices de caractères était dépendante de leurs techniques de moulage et de leur résistance au choc. Un Garamond avec empattements renforcés était à l’époque supposé moins élégant qu’un Didot non renforcé donc fragile, mince et raffiné. La technique de gravure des poinçons imposait alors des empattements. Les créateurs typographes du Bauhaus ont très vite compris que la photocomposition rendait inutiles ces anciennes bonnes pratiques de la métallurgie typographique. L’Helvetica est une police emblématique de ces recherches normatives esthétiques.

15Les facettes normatives de la communication numérique ouvrent de très nombreux champs de recherche et s’il est vrai que tout artiste est un funambule du code, s’interroger sur l’impact des normes dans l’art numérique est fondamental.

  • 19 Hudrisier (Henri), « Société de la connaissance, le paradigme de l’appropriation », in Hermès n° 45 (...)

16Au-delà en prenant le concept de culture dans une acception plus large que celle de l’Art, le chercheur en infocom ne peut négliger de s’intéresser aux normes, qui, comme nous l’avons déjà montré19, constituent paradoxalement le meilleur rempart pour préserver la diversité culturelle. En évoluant de l’ASCII à Unicode, on rend possible le déploiement de toutes les cultures linguistiques du monde.

  • 20 Hudrisier (Henri) et Vaucelle (Alain)., “Technical and normative scenarios in the medium” in Intern (...)

17Des vieux standards TV analogiques à la famille de normes MPEG, on ouvre une créativité vidéo et multimédia (MPEG4), on décuple le potentiel de fouille documentaire audiovisuelle20. Il est inutile de multiplier les exemples. Il est impératif qu’un certain nombre de chercheurs en Infocom s’intéresse à la question des normes tout simplement parce que tout signifié ne devient signifiant qu’autant qu’il utilise des codes dont l’existence dépend par définition de normes.

Volet Régulations et politiques publiques (Jacques Perriault)

18La communication est une notion protéiforme, ce qui vaut pour la normalisation. L’activité de normalisation culturelle, examinée précédemment, est elle-même régie par des conventions, des lois, des règlements qui confèrent aux normes et aux standards un pouvoir de régulation.

  • 21 Vitruve Livre I.

19Normes, standards et bonnes pratiques organisent cette régulation selon un vaste éventail allant de la bienséance ou la convenance (ce qui convient à un usage21), mais aussi à la règle juridique contraignante, en passant graduellement par des niveaux de consensus volontaire (désir légitime d’interopérabilité) ou que la réalité impose (qualité, sécurité, intercompréhension linguistique, nécessité de répondre à des diversités sociétales, techniques ou culturelles). Des auteurs tels que Michel Callon et Laurent Thévenot parlent depuis longtemps à ce propos de gouvernement par les normes.

  • 22 Fabre (Renaud), « La personne: une régulation par les normes ? », CNRS Hermès n° 53 : Traçabilité e (...)

20Cet aspect a pris une importance considérable depuis l’attentat du 11 septembre à propos du contrôle de l’identité, de son traçage, en vue de la prévention du terrorisme. Ce qu’on appelle identité numérique est devenu un important thème de recherche et d’application. Outre sa valeur policière, l’information numérique sur la personne a acquis une valeur économique importante, que démontre l’intense utilisation qu’en fait le marketing. Selon Renaud Fabre, la personne est devenue, un document et est traitée comme tel22. Quatre questions émergent à ce sujet et pèsent sur les recherches en cours :

  • la personne virtuelle se superpose-t-elle au double numérique ?

  • comment définir et protéger les contours d’un profil personnel ?

  • quelle attitude adopter face aux administrations qui achètent désormais des données individuelles en ligne ?

  • comment normer les conditions de l’interopérabilité, de l’adaptabilité et de l’extensibilité des systèmes, ce qui n’est plus un luxe mais une nécessité, au fur et à mesure que les gens (par ex. travailleurs, étudiants, etc.) ont de plus en plus besoin d’apprendre et de travailler dans différents endroits, dépendant de plusieurs fuseaux horaires, et dans des conditions d’infrastructures technologiques disparates ?

  • 23 Wolton (Dominique), Informer n’est pas communiquer, Paris, Éditions du CNRS, 2011.
  • 24 ISO/IEC JTC1 SC36 Information technology – Identification of Privacy Protection requirements pertai (...)
  • 25 JTC1/SC27. Work and Projects in ISO/IEC JTC 1/SC 27/WG 5 Identity Management & Privacy technologie (...)
  • 26 États et ONG (ISO, par exemple) se sont réunis à Genève début décembre 2011.

21La norme numérique est ainsi devenue progressivement une médiation entre la personne physique et la personne-document. (Rappelons à ce sujet que la plupart de nos actes quotidiens recourant à un automatisme numérique sont tracés, localisés et fichés, si bien qu’accéder au contrôle de ces enregistrements, envisageables il y a une dizaine d’années est devenu quelque chose de quasi impossible.) Cette évolution nous rappelle que l’identité numérique est non seulement dynamique mais qu’elle fait surgir au fil du temps de nouveaux problèmes. À la clé, se trouve l’enjeu important de faciliter la communication pour vivre ensemble23. Certes la préoccupation relative à la protection des données personnelles dans les bases de données est ancienne. Dans les années 80, l’OCDE et le Conseil de l’Europe s’en saisissent ; dans les années 90, l’ONU. En 1995, le Parlement européen adopte la directive 95/46/CE qui réserve aux parlements nationaux le contrôle et la conservation des données, mais qui respecte encore cela aujourd’hui ? Quand on sait que les artefacts informatiques (ordinateurs, Smartphones, etc.) se chargent tout seul d’enregistrer les localisations, les trajets, les interlocuteurs appelés et de plus en plus les achats effectués. En écho, la mobilisation institutionnelle s’est accélérée. En 2008, la commission 36 de l’ISO ouvre un chantier sur cette question. Elle publie une partie de la norme en 201224. Par ailleurs, la commission 27 de l’Iso centralise travaux et questions sur l’identité numérique25. En juin 2009, la Charte de Lisbonne stipule dans son article 8 que « toute personne a droit à la protection des données personnelles la concernant ». En 2009, le G29 met en chantier « le processus de Madrid »26 devant produire des standards internationaux pour cette protection. Le G29 ou encore Groupe de travail Article 29 sur la protection des données est un organe consultatif européen indépendant (auquel s’ajoutent deux pays non européens) sur la protection des données et de la vie privée. Son organisation et ses missions sont définies par les articles 29 et 30 de la directive 95/46/CE, plusieurs fois citée, dont il tire sa dénomination, et par l'article 14 de la directive 97/66/CE. Il est présidé par Alex Türk. En mai 2010, le Parlement européen demande qu’une charte des droits des citoyens et des consommateurs sur Internet soit adoptée avant 2012. En 2010 toujours, est lancée à Jérusalem une convocation internationale pour que ces standards soient mis au point pour 2012. Quel impact aura cette norme ? Difficile de le dire. Son grand avantage toutefois est qu’elle mettra en responsabilité les moissonneurs de traces numériques personnelles.

22Rappelons pour terminer, les principes qui régissent cet effort international intitulé Processus de Madrid :

  • Licéité et loyauté : respect des droits, absence de discrimination : « Les Données Personnelles doivent être traitées loyalement, dans le respect de la loi nationale applicable et également des droits et libertés des individus, conformément au présent Document et en conformité avec les objectifs et principes de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Pacte international relatif aux droits civils et politiques ».

  • Détermination des finalités : les données personnelles sont recueillies et traitées pour une seule finalité, sauf autorisation des personnes concernées : « Le traitement de données personnelles devrait être limité à la réalisation des finalités spécifiques, explicites et légitimes de la personne responsable… »

  • Proportionnalité : traitement pour le minimum nécessaire : « Le Traitement de Données Personnelles devrait être limité aux Traitements adéquats, pertinents, et non excessifs au regard des finalités fixées dans l’article précédent. »

  • qualité des données : données exactes, tenues à jour puis effacées ou rendues anonymes ;

  • transparence : transparence, information des personnes concernées sur la finalité du traitement ;

  • Accountability : rendre compte de l’observance des principes ;

  • légitimité : préalable du consentement des personnes concernées : « …D’une manière générale, les données personnelles ne peuvent être traitées que dans l’une des situations suivantes :

    1. Après obtention du consentement libre, non ambigu et éclairé du requérant ;

    2. Lorsque l’intérêt légitime de celui-ci justifie cette recherche, dès lors que les intérêts légitimes, droits et libertés du requérant ne prévalent pas ;

    3. Lorsque le traitement est nécessaire au maintien ou à l’exécution d’une relation juridique entre la personne responsable et le requérant ;

    4. Lorsque le traitement est nécessaire pour être en conformité avec une obligation imposée à la personne responsable par la législation nationale applicable, ou est mené par une autorité publique dans l’exercice de ses pouvoirs.

    5. Quand il existe des circonstances exceptionnelles qui menacent la vie, la santé ou la sécurité du requérant ou d’une autre personne ».

23L’énumération de ces principes, rapportée à la tâche immense, en constante évolution, d’encadrer les données relatives aux utilisateurs montre à la fois la difficulté de l’exercice et la gravité de l’enjeu. Il y a au départ une pétition de principe sur la place du numérique dans la société. La société est-elle numérisée dans son essence – ce que pense sans doute une bonne partie de la génération dite Y ? Ou bien, est-il possible de délimiter encore une ligne de partage entre les fonctions de la société et leurs versants numériques, opinion fréquente dans les générations plus anciennes ? Plus que jamais, il est urgent de définir une position, sans doute composite, car les avis divergent selon les générations. Ce devrait être une tâche impérative des institutions parlementaires. Car du choix qui aura été retenu dépendra la forme de la régulation à mettre en place.

24Pour clore cette réflexion, signalons deux alternatives à la recherche de l’identité, l’une complémentaire : le renforcement de l’identifiant, l’autre totalement différente, dénommée « Singularité technologique ». Les tenants de cette École de pensée estiment que le souci de préserver sa vie privée n’est plus une norme et que la transparence totale s’impose. Jusqu’au changement d’identité, si nécessaire après « banqueroute de la réputation » (TURK, 2011). L’autre alternative a été annoncée personnellement par le président Barack Obama en avril 2011. Relisons sa déclaration du 18 avril 2011 : « Cet identifiant sécurisé est le principal élément sorti d'un an de travail sur une nouvelle stratégie nationale pour des identités en confiance dans le cyberespace (NSTIC). Le programme serait géré par le secteur privé, et accessible aux internautes souhaitant les utiliser, sans obligation. Il supprimerait la nécessité de mémoriser de multiples mots de passe ».

25« Le résultat est que le consommateur peut utiliser son identifiant pour se loger sur n'importe quel site internet, avec plus de sécurité que ce qu'apportent les mots de passe », a assuré la Maison Blanche dans son commentaire en poursuivant : « Les consommateurs peuvent utiliser leur identifiant pour prouver leur identité quand ils font des transactions sensibles, par exemple avec une banque, et sinon [ils] peuvent rester anonymes ».

  • 27 Tingry, « La ville apprenante virtuelle », Spécificités, n° 3, 2011, pp. 241-250.

26Reste peut être un autre espoir.Des travaux en cours dans notre laboratoire relèvent que la génération des quinze ans est nettement plus circonspecte sur la question de l’identité à protéger et du risque à cet égard de la dissémination des traces numériques27. Une sagesse serait-elle en train d’émerger ?

Conclusion du volet II

  • 28 Lenoble (Jacques), « L’efficience de la gouvernance par le Droit. Pour une procéduralisation contex (...)

27Le futur de la protection de l’identité personnelle paraît-il aujourd’hui encore incertain ? Travailler ces questions appelle une forte contribution de la recherche. Les premières disciplines à s’engager dans ce domaine furent le droit, l’économie des conventions et les sciences de l’information et de la communication. Le Droit poursuit notamment son investigation autour de la notion de procéduralisation contextuelle (LENOBLE, 2002)28.

28Lenoble poursuit depuis de nombreuses années la conceptualisation d’une règle juridique qui tiendrait compte de la complexité des contextes et de leur évolution. Il plaide pour une réflexivité intense à ce sujet. Nous retrouvons la même contrainte dans le cas présent. Cela suggère deux choses : d’une part, concevoir une régulation que l’on pourrait qualifier de glissante, qui s’ajusterait aux contextes au fur et à mesure qu’ils évoluent ; d’autre part, la construction de passerelles entre le Droit et la normalisation numérique. La protection de l’identité numérique personnelle ne peut pas être traitée sans rapport fort et constant entre les deux univers qui en traitent, celui de la norme juridique et celui de la norme numérique. Un tel va-et-vient est indispensable et, avec Renaud Fabre, nous avons entrepris un travail en ce sens. Ce qui permet de souligner au passage le caractère interdisciplinaire de cette recherche concernant le Droit, l’économie et les sciences de l’information et de la communication. L’économie des conventions a joué un rôle majeur dans ce champ en y introduisant le concept d’investissement de forme et en montrant que les normes et les standards techniques en sont un. Soulignons que l’élaboration d’un dispositif normatif, par exemple communicationnel ou informationnel, est un investissement de forme, ce qui suggère un pontage entre l’économie des conventions et les sciences de l’information et de la communication. À cet égard, une relecture des Économies de la grandeur serait opportune. Enfin, les sciences de l’information et de la communication sont convocables à de multiples entrées :

  • la place de la norme dans la construction et la gestion des médiations,

  • les techniques documentaires, métadonnées, profils d’application, social bookmarking, tous outils qui en relèvent pour la construction de dispositifs et la modélisation des conduites d’utilisateurs, modèles discutés servant à la construction de normes.

    • 29 Miege (Bernard), L’espace public contemporain. Approche info-communicationnelle, Grenoble, PUG, 201 (...)

    la question de l’espace public au sens d’une logique sociale procédurale (Miège) et de la médiation qui s’y exercerait29,

  • 30 Cf. Hudrisier (Henri), L’ère des machines grammatologiques (déjà cité), pp. 159-403.

29Cette recherche ne saurait se dispenser d’une analyse techno-économique des différentes options et dispositifs technologiques possibles, de leur mise en R&D, puis en production, ce qui implique nécessairement l’intervention d’acteurs industriels du domaine. Il en résulte des conflits (donc des nécessités de consensus ultérieurs) pour dépasser ensuite l’étape de concurrence productive visant à imposer un standard plutôt qu’un autre, amorçant, de ce fait, une « dialectique entre standard et normes30 ».

Volet éducation : Le vis-à-vis éducatif numérique : constats, résultats, directions de recherches31

  • 31 Renaud Fabre, Professeur des universités, Paris 8.
  • 32 Voir là-dessus tout le travail du séminaire Identités numériques conduit à l'ISCC/CNRS.
  • 33 Arnaud (Michel), Juanals (Brigitte), Perriault (Jacques), Les identifiants numériques humains. Elém (...)
  • 34 Perriault (Jacques), Vaguer (Céline), Sous la dir. de, La norme numérique. Savoir en ligne et Inter (...)

30Aujourd'hui comme hier, l'éducation suppose évidemment le vis-à-vis du maître et de l'élève et la reconnaissance mutuelle de leur position respective dans la transmission des connaissances. Dans l'espace numérique, tout est à la fois plus facile et plus difficile, différent. L'élève comme le maître peuvent être multiples dans leur identité (pseudonymisation, coopération) et, surtout, l'identité finale des partenaires au vis-à-vis32 numérique n'est pas garantie et, encore mois sécurisée. Or sans identité reconnue par le maître et l'élève, il ne peut y avoir d'éducation et de certification des progressions et des résultats… Il est donc couramment admis que la question de l'identité est l'un des thèmes moteurs de la recherche sur le devenir de l'éducation numérique. Très tôt, cette question de l'identité s'est trouvée posée dans toute son étendue33 par Jacques Perriault, au regard des normes numériques34.

31Cette question finale de l'identité dans le « vis-à-vis » éducatif, est au cœur du programme de recherches dont on va ici présenter la démarche, quelques conclusions d'étape, ainsi que le programme de travail des prochaines années. Ces trois aspects seront traités autour de trois constats (provisoires) fédérateurs : 1. le vis-à-vis éducatif numérique est protéiforme ; 2. Les traces constitutives du vis-à-vis numérique éducatif prolifèrent ; 3. Le vis-à-vis éducatif nécessite une mise en forme, une architecture.

Le vis-à-vis éducatif numérique est protéiforme

  • 35 Fabre (Renaud), La personne: une régulation par les normes ?, CNRS Hermès n° 53, op. cit.
  • 36 Ces catégories sont ici définies au sens de Laurent Thévenot; voir en particulier: "Enjeux d'une pl (...)
  • 37 Voir en particulier Rochelandet (Fabrice), Économie des données personnelles et vie privée, Paris, (...)

32Mes idées sur ce thème sont synthétisées par un article de 200935 dans lequel, après avoir rappelé les règles et les limites des règles relatives aux données personnelles et à leur protection (« privacy »), j'interroge les catégories normatives numériques36 existantes et en cours de construction sur leur potentiel d'individualisation de la personne, en débouchant sur des interrogations relatives au « nouveau périmètre » de l'identité, tant en termes d'outils que de contours sémantiques ; pour finir, je questionne finalement les choix normatifs en cours d'élaboration sur la Toile. Au-delà des approches et des réflexions qui ont nourri cet article, il y a un premier constat directeur, qui nourrit toujours mon travail : l'identité personnelle, qui ne peut être garantie que par des normes numériques, est comparable aux métamorphoses du demi-dieu grec Protée, qui, du fond de sa grotte marine, changeait d'aspect et de forme au fur et à mesure que l'on cherche à l'approcher… La surenchère est permanente, en effet, entre les traces de la vie privée numérique37 et les normes aptes à l'appréhender… Cette course-poursuite a fait l'objet d'une tentative de mise en commun sous la forme d'un projet de recherche que j'ai soutenu au CNRS en 2008-2009, financé par l'ISCC et justement baptisé « PROTHEUS »… Plus récemment, une approche est en cours par référence à l'analyse des systèmes complexes (voir ASSYST) ; des plongées profondes dans le monde des méta-heuristiques ouvrent également des perspectives…

Les traces du vis-à-vis éducatif numérique prolifèrent

33Mes collègues du numéro précité d'Hermès (voir note 3), tout comme l'interview d'Axel Türk qu'il contient, montent qu'il n'y a pas aujourd'hui le programme scientifique d'un véritable « séquençage » de l'identité numérique dans l'éducation : les traces de la e-education prolifèrent à grande vitesse, ce qui est d'ailleurs une conséquence de leur caractère protéiforme. Cette seconde direction de travail qu'est l'identification des « traces éducatives » est essentielle au processus de protection des données. Le toucher du clavier a désormais rejoint l'identification des voix, le processus cognitif et le mode de raisonnement (trial and error) sont autant de données à caractère personnel dont l'éducation numérique garde la trace et exploite les caractéristiques, à des fins qui, aujourd'hui, dépassent de loin les seuls besoins des processus éducatifs mais, qui, en définitive, prennent naissance dans les processus d'éducation. Le périmètre des traces constitutives des données personnelles d'éducation numérique est un sujet de recherche majeur si l'on doit (un jour) disposer de « profils d'apprentissages » et de « profils d'élèves » en e-éducation. Une simple requête sur la Toile montre clairement l'abondance des travaux et des réflexions entourant ces notions (voir les URL et les graphes d'URL avec « learning profile » ou « learner profile »). Une autre direction de travail est l'analyse des dispositions (GAO aux USA par exemple) encadrant le négoce de traces (achats par les administrations et les firmes).

Les vis-à-vis numériques nécessitent une mise en forme

34Parallèlement à l'analyse de dynamique (1), de contenu (2), l'identité numérique éducative nécessite une « mise en forme » (parler de modélisation serait à mes yeux abusif et prématuré). La e-education est largement collaborative : c'est donc un beau défi intellectuel pour lequel je mène une réflexion pluridisciplinaire sur les processus cognitifs a-hiérarchiques, « peer-to-peer » à partir du texte de G. Deleuze et F. Guatari sur le « Rhizome », qui ouvre le recueil de « Mille Plateaux », et des recherches (trop rares) qu'il a générées en matière de e-éducation, ainsi que des « user generated contents » en éducation (voir par exemple des réalisations pionnières comme Udacity). Je prône également la création d'un lieu d'échanges et de recherches sur lequel la réflexion est en cours avec l'Université de Strasbourg et sa direction des services numériques.

35Enfin dans le cadre de l'Organisation internationale des standards (ISO) j'ai coproduit avec un autre expert-chercheur canadien, Jake Knoppers, un premier catalogue de définitions normatives des positions de l'apprenant avec la norme ISO/ICEI 29187-1 Technologie de l'information — Identification des règles et exigences de protection de la vie privée concernant l'apprentissage, l’éducation et la formation (AÉF) — Partie 1: « Cadre et modèle de référence ». L'originalité de ce travail, consultable sur le site, est de fixer la question de l'identité numérique éducative dans tout l'amont normatif existant (règles de tous les grands domaines juridictionnels, principes admis par les organisations internationales, règles fixées par toutes les normes d'amont aux niveaux de l'ISO et de l'Europe (CEN). La norme ISO/ICEI 29187-1 (nous avons demandé qu'elle soit gratuite et libre d'accès) est donc un outil pour penser les bases de tout futur « séquençage » des postures d'apprentissage (learner et learning profile) et des modèles dynamiques plus globaux qui peuvent s'y rattacher au regard d'une analyse des progressions. N'oublions pas que ce travail minutieux et assez austère est embarqué sur des machines numériques et travaille à leur vitesse… Ainsi, à travers cette approche de l'identité numérique éducative, s'opère progressivement une vision de l'art d'appendre à l'ère numérique, des droits et protection que cette nouvelle éducation va requérir.

Conclusion générale

36Les sciences de l’information et de la communication assurent depuis une quarantaine d’années un lien épistémologique indispensable entre des disciplines qui deviennent d’ailleurs de plus en plus interdépendantes. La normalisation soulève des questions relatives à la médiation, à l’espace public, à l’évolution des techniques d’information, aux politiques publiques sans oublier l’opinion. Pour avancer, elles ont à renforcer leurs liens notamment avec l’économie des conventions, avec la science politique, avec le Droit. Elles y sont bien préparées du fait de leur longue pratique interdisciplinaire. Il nous paraît indispensable que de nombreux chercheurs, mais aussi des enseignants, à la fois usagers et force de proposition, s’emparent aujourd’hui de cette sous-discipline émergente aussi indispensable que le fut en son temps l’étude de la publicité ou de l’interactivité.

Haut de page

Bibliographie

Jacques Andre et Henri Hudrisier, Unicode, écriture du monde ? Éd. Lavoisier-Hermès, Paris 20.

Michel Callon, Pierre Lascoumes, Yannick Barthe, http://fr.wikipedia.org/wiki/Agir_dans_un_monde_incertain._Essai_sur_la_démocratie_technique, Paris, Le Seuil, « La couleur des idées », 2001.

Renaud Fabre, « La personne : une régulation par les normes ? », CNRS Hermès n° 53 : « Traçabilité et réseaux » pp. 175-183.

Jacques Lenoble, « L’efficience de la gouvernance par le Droit. Pour une procéduralisation contextuelle du droit », La Revue Canadienne Droit et Société (RCDS/CJLS), n° 1, 2002, p. 1-37.

Bernard Miege, L’espace public contemporain. Approche info-communicationnelle, Grenoble, PUG, 2010.

Jacques Perriault, Céline Vaguer (Sous la dir. de), La norme numérique. Savoir en ligne et Internet. Paris, Éditions du CNRS, 2012.

Laurent Thevenot, « Les investissements de forme », dans Thévenot L., (Éd.), in Conventions économiques, Paris, Presses Universitaires de France (Cahiers de Centre d'Étude de l'Emploi), 1986, pp. 21-71.

Dominique Wolton, Informer n’est pas communiquer, Paris, Éditions du CNRS, 2011.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’une quasi synonymie, mais pour les instances nationales (AFNOR) ou internationales (ISO, IEC, UIT) ne sont formellement des normes que ce qui est finalisé dans de telles instances. Toutes les autres recommandations normatives (notamment industrielles) sont des standards. Notons qu’en anglais le seul vocable standard recouvre les 2 notions même si la distinction conceptuelle des 2 démarches existe aussi bien sûr.

2 Ce qui est pertinent pour une revue de recherche en information et de communication.

3 Martin (Sylvaine), Enseignement à distance de la musique : création du laboratoire Lamusadi, Thèse sous la direction de Josée April, Henri Hudrisier, Imad Saleh, Université de Paris 8, 2012

4 Vitruve, Les dix livres d’architecture de Vitruve avec notes de Perrault, Éd. Coignard Paris 1673, réed. Bibliothèque de l’image, Paris 1995.

5 Lemoine (Bernard), L'architecture du fer. France: xixe siècle, Éd. Champ Vallon, 1971, Seyssel (France)

6 IEC International Electrotechnical Commission fondée en 1906

7 L’Union internationale des télécommunications (UIT, ou en anglais International Telecommunication Union ou ITU) est la plus ancienne organisation intergouvernementale technique de normalisation, puisqu'elle a été créée sous le nom d’Union internationale du télégraphe en 1865.

8 International Federation of Standardizing Associations fondé en 1926.

9 Saussure (Ferdinand de), Cours de linguistique générale, éd. Payot, Paris (1913)1995.

10 En renforçant alors des méthodes de métrique poétique associé généralement à la musique permettant de mémoriser plus facilement les textes. Comme pour l’architecture, la dimension esthétique poétique (et ou musicale) est donc bien au cœur de la dynamique normative de la versification facilitant par scansion ou rime le partage d’un patrimoine de textes.

11 Hudrisier (Henri), De l’Abécédaire à Unicode, in L’Octogonal Ricochet, Revue du Cielj, n° 17, avril 2002.

12 Nous n’insisterons pas sur ces 2 derniers champs abondamment traités.

13 André (Jacques) et Hudrisier (Henri). Unicode, écriture du monde ?, Éd. Lavoisier-Hermès, Paris 2002.

14 Hudrisier (Henri) et Ben Henda (Mokhtar), Cartago : une terminologie large langue de l’enseignement électronique à distance in Les outils d’aide à la traduction, Séminaire de l’Union Latine, Bucarest, février 2008.

15 Techniques informatiques pour la terminologie

16 Le-TC37 à été fondé en 1936 dans le cadre de l’ISA (ISA-TC37) dans la ligne des travaux du linguiste autrichien Eugen Wüster.

17 Romary (Laurent), Un modèle abstrait pour la représentation de terminologies multilingues informatisées TMF - Terminological Mark-up Framework in Cahiers GUTenberg n° 39-40. Mai 2001.

18 Hudrisier (Henri), L’ère des machines grammatologiques : la normalisation des technologies de l’information comme attracteur de leur convergence. Mémoire HDR sous la direction de Jean-Pierre Balpe, Université de Paris 8, 2000. Mais aussi Hudrisier (Henri), S’inviter dans la gouvernance des normes : un objectif post-révolutionnaire pour les artistes tunisiens, in Art et Révolution, sous presses Université de Gabès.

19 Hudrisier (Henri), « Société de la connaissance, le paradigme de l’appropriation », in Hermès n° 45 : Fractures dans la société de la connaissance, Paris, éditions CNRS, 2006, pp. 153-164. Mais aussi : Hudrisier (Henri), Normalisation et prospérité multiculturelle, chap . 3 in La norme numérique ; Savoir en ligne et Internet, sous la dir. de Perriault, J. et Vagner, C. CNRS ed. Paris 2011. Pp 63 à 87.

20 Hudrisier (Henri) et Vaucelle (Alain)., “Technical and normative scenarios in the medium” in International Preservation News, n° 47, May 2009, IFLA PAC, ISSN 0890-4960.

21 Vitruve Livre I.

22 Fabre (Renaud), « La personne: une régulation par les normes ? », CNRS Hermès n° 53 : Traçabilité et réseaux, pp. 175-183.

23 Wolton (Dominique), Informer n’est pas communiquer, Paris, Éditions du CNRS, 2011.

24 ISO/IEC JTC1 SC36 Information technology – Identification of Privacy Protection requirements pertaining to Learning, Education and Training (LET) – Part 1: Framework and Reference Model, ISO/IEC FDIS 29187-1: 2012 (E), 29.02.2012.

25 JTC1/SC27. Work and Projects in ISO/IEC JTC 1/SC 27/WG 5 Identity Management & Privacy technologies 2011-04-15 ITSC Seminar International Standards for Information Security Singapore. Convener WG 5[kai.rannenberg@m-chair.net] Kai Rannenberg Goethe Frankfurt 1 University Frankfurt, Germany

26 États et ONG (ISO, par exemple) se sont réunis à Genève début décembre 2011.

27 Tingry, « La ville apprenante virtuelle », Spécificités, n° 3, 2011, pp. 241-250.

28 Lenoble (Jacques), « L’efficience de la gouvernance par le Droit. Pour une procéduralisation contextuelle du droit », La Revue Canadienne Droit et Société (RCDS/CJLS), n° 1, 2002, p. 1-37.

29 Miege (Bernard), L’espace public contemporain. Approche info-communicationnelle, Grenoble, PUG, 2010.

30 Cf. Hudrisier (Henri), L’ère des machines grammatologiques (déjà cité), pp. 159-403.

31 Renaud Fabre, Professeur des universités, Paris 8.

32 Voir là-dessus tout le travail du séminaire Identités numériques conduit à l'ISCC/CNRS.

33 Arnaud (Michel), Juanals (Brigitte), Perriault (Jacques), Les identifiants numériques humains. Eléments pour un débat public. In Massit-Folléa (Françoise), Delmas (Richard), Sous la dir. de, La gouvernance d’Internet, Les Cahiers du numérique, Hermès Lavoisier, vol. 3, n° 2, 2002, pp. 169-182.

34 Perriault (Jacques), Vaguer (Céline), Sous la dir. de, La norme numérique. Savoir en ligne et Internet. Paris, Éditions du CNRS, 2012.

35 Fabre (Renaud), La personne: une régulation par les normes ?, CNRS Hermès n° 53, op. cit.

36 Ces catégories sont ici définies au sens de Laurent Thévenot; voir en particulier: "Enjeux d'une pluralité de formats d'information" in Delmotte E. (Éd.), Du partage au marché. Regard croisés sur la circulation des savoirs ?, Lille Septentrion Éd. 2004.

37 Voir en particulier Rochelandet (Fabrice), Économie des données personnelles et vie privée, Paris, La Découverte 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renaud Fabre, Henri Hudrisier et Jacques Perriault, « Normes et standards : un programme de travail pour les SIC », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://rfsic.revues.org/351 ; DOI : 10.4000/rfsic.351

Haut de page

Auteurs

Renaud Fabre

Professeur d’économie, Président de l'université de Paris VIII, temps pendant lequel il préside le Groupement d'intérêt scientifique GEMME (Qualité de l’EAD), rapporteur à la Cour des Comptes rédige de nombreux rapports, depuis juin 2009 Président de la délégation française à l'ISO, du groupe de normalisation (AFNOR CN36). Il est également membre du Comité de pilotage de l’ISCC-CNRS. Depuis janvier 2009, Renaud Fabre est Délégué national « Éducation et Enseignement supérieur » de l’Association des Régions de France (ARF). Courriel : RFabre@ccomptes.fr

Henri Hudrisier

Spécialiste de la documentation audiovisuelle il est confronté d'abord aux normes bibliographiques audiovisuelles (AFNOR, 1980), puis aux normes de la codification des écritures (1990), dans les années 90 membre de l'AFNOR MPEG 7, depuis 2000, expert à l’AFNOR CN36 et délégué à l’ISO pour l’AUF et l’AFNOR, Maître de conférences HDR à l’université de Paris 8, depuis 2009 chercheur sénior au Laboratoire Paragraphe EA 349. Courriel : henri.hudrisier@wanadoo.fr

Jacques Perriault

Professeur émérite de l'université de Paris X, technologue et epistémologue des TIC, pionnier de la télévision, de l’informatique et du multimédia éducatif, spécialiste de l’appropriation des technologies et des médias, Membre du Conseil scientifique de l’ISCC-CNRS ; expert à l’ISO/IEC JTC1 SC36 & Président d'Honneur de l'AFNOR CN36. Courriel : jacques.perriault@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page