Navigation – Plan du site
Dossier

Penser autrement la Méditerranée contemporaine : quelles voies pour le dialogue interculturel ?

Françoise Albertini

Résumés

La Méditerranée s’impose comme le point du globe où se concentre la diversité jusqu’à en devenir l’exemple ou le laboratoire. Elle est la mer des jonctions, à la fois centre du monde et périphérie pour les États qui la bordent. Entre guerres et paix, emprunts et héritages, entre hostilité et hospitalité, cet espace névralgique ne connaît que des équilibres fragiles qui requièrent sans cesse reformulations et négociations. Aussi cette diversité fondée principalement sur une conscience de l’appartenance à un ensemble plus vaste autorise-t-elle aujourd’hui ces zones géographiques frontalières à se fédérer afin d’anticiper sur certains questionnements intégrant les dimensions plurielles, et aussi conflictuelles, de l’interculturalité. Les dispositifs du dialogue étant désormais à l’œuvre, l’approche anthropologique de la communication permettra une approche en finesse d’une question complexe mais riche de potentialités.

Haut de page

Texte intégral

1Choc des civilisations pour les uns ou rencontre des mondes pour les autres la Méditerranée, ce vestige de l’ancienne « Téthys », ou « mer du milieu » ainsi que la nomment les pays qui la bordent dans leurs langues respectives, va bien au-delà de l’image exclusive donnée par le vieux continent, à savoir celle de la Rome triomphante.

2Carrefour aux contours toujours flottants, elle est le lieu de tous les possibles. Ses grands penseurs comme ses détracteurs, qu’ils soient orientaux ou occidentaux, n’ont cessé au fil du temps de le souligner.

3Avec ses 46 000 km de littoral et ses milliers d’îles, elle s’impose comme le point du globe où se concentre la diversité jusqu’à en devenir l’exemple ou le laboratoire. Entre guerres et paix, emprunts et héritages, entre hostilité et hospitalité, cet espace névralgique ne connaît que des équilibres fragiles qui requièrent sans cesse reformulations et négociations. La tension qui la caractérise comme une poudrière permanente renvoie sans doute aux conflits qui l’habitent, voire qui la hantent. Ces derniers, tout en remplissant les livres d’histoire, ont aussi donné leurs plus beaux moments aux récits et ensuite leurs plus belles pages aux littératures. Qu’on la raconte, qu’on la chante ou qu’on la décrive, et ce quels que soient les supports, la Méditerranée est un espace vécu qui abrite le mythe, la métis, la guerre et qui ne connaît pas l’indifférence. Elle est la mer des jonctions, à la fois centre du monde et périphérie pour les États qui la bordent. Mais, au risque du paradoxe, on a beau y chercher l’autre, il demeure introuvable en tant que tel car l’autre est en soi. Il est si proche et si différent à la fois, il est le voisin avec lequel on partage parfois beaucoup sans le savoir.

4L’approche anthropologique de la communication est privilégiée dans cette contribution qui opère un va-et-vient constant entre théorie et terrain. L’objectivation-participante, également convoquée, permet d’ouvrir des voies pour penser autrement les mutations contemporaines à travers leur complexité et leur richesse.

Le bassin de la diversité ?

5La Méditerranée n’est pas une entité homogène, elle est à la fois un monde divisé et une mer mer-interface. Le « patchwork méditerranéen » dévoile son hétérogénéité constitutive (J. Berque, 1981). La porosité des espaces qui se reconstruisent selon les circonstances lui donne consistance et réalité bien que les tentatives de définition se heurtent aux mêmes types de critiques que celles développées par E. Saïd à propos de l’orientalisme (E. Said, 2005).

6Cette difficulté à la définir rigoureusement par des frontières et des critères a été évoquée également par P. Matvejevitch (1992) et l’on en trouve confirmation dans les usages communs où, par exemple, le Maroc dont la façade strictement méditerranéenne, réduite au regard de ses autres limites, est pourtant considéré comme un pays méditerranéen. C’est donc du côté de la représentation qu’il convient de se tourner afin d’en cerner les contours, entre invention et construction. Elle bénéficie alors d’une force de l’image où l’on retrouve à la fois les similitudes et les différences. Entre textes et pratiques, entre mythes et rites, la Méditerranée se régénère selon les contextes et les époques. La force des spiritualités et l’importance du sacré y traversent l’espace et le temps en conservant la même intensité.

  • 1 Déclaration Universelle de l’UNESCO sur la Diversité Culturelle, 02 novembre 2001[en ligne]. UNESCO (...)

7Univers complexe et paradoxal, le berceau des trois religions monothéistes est à la fois le carrefour des civilisations et un espace géostratégique de première importance, convoité depuis les origines. Si la diversité y règne, il n’est pas sûr que l’on puisse en dire autant du pluralisme culturel qui selon la Déclaration Universelle de l’UNESCO de 2001 est « […] la réponse politique au fait de la diversité culturelle »1. D’une rive à l’autre, les conceptions de la démocratie y sont très différentes et les limites entre espace public et espace tribal ou clanique encore souvent bien ténues. La question de « l’identité » constitue le principal casus belli quand cette dernière est conçue de manière monolithique et non pas dans la relation.

8Il convient ainsi de se méfier de toute construction exotisante de la Méditerranée et de ses habitants au risque d’aboutir à une conception du monde « sur-ethnicisée » (Brubaker, 2002). La propagation des stéréotypes (chants, danses, cuisines, soleil, îles…) et autres visions simplificatrices (images des campagnes publicitaires des tours opérators) a certes conforté tout un imaginaire. Or, l’image n’est pas toujours le réel et la Méditerranée ne peut être considérée ni comme un isolat ni comme un conservatoire.

9L’idéalisation de l’authenticité, sans doute elle aussi inventée, a contribué à l’édification d’une certaine image de marque du tourisme et de la dolce vita. Qu’il s’agisse des dates, des olives, du vin, du chant des cigales ou encore de la sieste, l’engouement vis-à-vis des modes de vie et des rythmes en lien avec la nature vient renforcer l’idée d’un particularisme méditerranéen où la lenteur est de mise, où les valeurs familiales et sociales sont présentées comme immuables. La voir seulement ainsi serait la figer dans une représentation de carte postale et nier son dynamisme pluriel reviendrait à lui refuser un avenir. Si les interdits alimentaires viennent en apparence encore fragmenter l’espace tout autant que les calendriers religieux qui se superposent et se concurrencent, il ne s’agit que de la face visible car pour en appréhender la logique il faut partir de la métaphore du miroir et voir que les faits ne s’éclairent que les uns par rapport aux autres. Les diverses sédimentations et métissages ont donné naissance à des situations toujours en élaboration, floues, inachevées, fortement syncrétiques.

10Notons que depuis bien longtemps les hommes ont cherché à vivre leurs différences et mis en place les moyens certes informels pour tenter de dépasser l’incompréhension par la communication. L’existence d’une lingua franca en est un témoignage fort. En empruntant principalement aux langues romanes mais également aux autres langues

11comme l’arabe ou l’hébreu, les marins et les marchands tout comme les bagnards et les esclaves ont, sans doute par nécessité, utilisé un code de communication pratique attesté sur le pourtour du bassin méditerranéen. Du Moyen Âge au xxe siècle, la présence de cette langue composite facilitait la vie, les échanges, l’intercompréhension. Permettant le partage du sens ce code utilitaire, la Lingua franca, créait en même temps une communauté qui se faisait et se défaisait au fil des besoins ou créait même a minima un sentiment d’appartenance. De nombreux termes courants en français comme dans la plupart des langues européennes sont arrivés d’Orient par ce biais. Aussi entre emprunts et héritages, avons-nous ici une belle preuve de la nécessité de créer des liens entre des mondes, preuve également que les individus ont la capacité de mettre en route des stratégies d’adaptations qui les enrichissent, sans doute aux deux sens du terme, de la présence de l’autre.

  • 2 Site de l’UNESCO, [En ligne], [Page consultée le 15 février 2012], Disponibilité et accès http://wh (...)

12Zygmut Bauman (2002) distingue la « variété des cultures » de la « variété culturelle ». L’une est essentialiste et pose les « cultures » comme des entités homogènes, opposables, où les individus ne sont que des numéros alors que la seconde, composée d’identités complexes et plurielles, est tissée dans la relation et c’est sans doute cette dernière, au nom de ces valeurs que les politiques de reconnaissances s’emploient à valoriser. Adopter ce point de vue revient alors à promouvoir la diversité et non la différence. L’action de l’UNESCO est à cet égard exemplaire et tous les pays du pourtour méditerranéen ont de très nombreux biens matériels et immatériels classés. La liste du patrimoine mondial inscrit, comme celle du patrimoine en péril, atteste que la Méditerranée constitue, à cet égard, une priorité mondiale2.

  • 3 Déclaration de Federico Mayor, Le programme Méditerranée de l’UNESCO (1998), Paris. In Paul Balta, (...)

13Cette reconnaissance institutionnelle apporte une valeur ajoutée exceptionnelle à la diversité en même temps que ce dispositif vient en appui à sa promotion. Un travail sur l’image voit le jour par ce biais et contribue à modifier la perception que les publics se font de la région en y apportant une nuance culturelle connotée positivement (P. Balta, 2000). C’est indubitablement une manière habile, une stratégie internationale en faveur de la paix3, destinée à contrebalancer l’actualité locale où la violence s’illustre au quotidien.

Les mutations contemporaines

14Partout les sociétés contemporaines sont traversées par de profonds changements et en chaque coin du globe les mutations interagissent en même temps que les médias relatent les événements et que les individus communiquent à la fois sur les anciens et sur les nouveaux modes. Internet n’a pas chassé ni tourné définitivement la page de la communication traditionnelle car le bassin méditerranéen, sans doute préoccupé à limiter les bains de sang, partage toujours la culture des intermédiaires et chaque peuple connaît encore les modalités indispensables à l’équilibre des forces. La médiation, qu’elle soit visible ou discrète, formelle ou informelle, est pratiquée à tous les niveaux de la vie sociale pour désamorcer les conflits. Elle agit comme une diplomatie officieuse à l’efficacité garantie et est par son existence même l’adjuvent essentiel à toute communication réussie sur le pourtour méditerranéen. D’une rive à l’autre, « il n’est question ici que des bricolages conceptuels et idéologiques, du non-dit et de l’indicible, mais aussi d’imaginaire au sens combinatoire de Gilbert Durand et de Cornélius Castoriadis, d’identité, d’ethnicité, de communautés, de clientélisme, de clanisme, de toutes les solidarités y compris incorrectes […]. (B. Etienne, 2002).

15Depuis 1979 l’histoire récente se manifeste par un rythme de crises décennales. Le monde semble avoir acquis une régularité surprenante et ces événements génèrent des ondes de choc qui ont des impacts forts, partout sur la planète. Qu’il s’agisse de la révolution islamique en Iran en 1979, de la chute du mur de Berlin en 1989, du World Trade Center en 2001, ou encore du printemps arabe en 2011, le temps se ponctue de ruptures récurrentes à grande échelle. Et, sur fond de mondialisation d’importants bouleversements voient le jour. Plusieurs mois après les événements et les soulèvements populaires qui ont fleuri au Maghreb, les tensions ne sont pas retombées et tout indique une mutation en profondeur de la chose publique. Les scènes de guérilla urbaine à Athènes et ailleurs viennent conforter l’idée d’un certain mal-être qui touche aussi les pays européens du pourtour méditerranéen. Les réseaux sur le Net sont particulièrement actifs et les places publiques physiquement investies, voire occupées. Ce signe des temps nous impose d’affiner nos analyses car ces émeutes en faveur de la liberté débordent largement du strict champ de la politique. Il s’agit de la remise en question des vieilles certitudes supposées que les images renvoient en boucle. La Méditerranée apparaît alors à ceux qui la vivent de l’intérieur comme un laboratoire post-colonial en voie d’unification autour de la diversité.

16« La politique s’enracine au cœur de l’univers anthropologique dans la dialectique du conflit et de l’ordre, constitutive des sociétés humaines. Le croisement du champ politique et du champ religieux tient au fait que le religieux et le politique sont les enjeux d’intérêt et de conflits pour le monopole du discours légitime sur le monde. En Méditerranée, ce croisement est particulièrement prégnant voire pathologique : dans une articulation dialectique, on peut dessiner une courbe diachronique/synchronique de la domination de l’un par l’autre depuis au moins trois mille ans ! Il y a tantôt un prologue religieux et un épilogue politique et tantôt l’inverse » (B. Etienne, 2002).

17La nécessité de la prise en compte des nouvelles économies communicatives dans leur complexité et leur contemporanéité s’avère désormais indispensable pour une connaissance en profondeur des mutations vécues en direct (F. Albertini, 2004).

18Les constructions identitaires de naguère qui jouaient des oppositions entre intérieur et extérieur, soi et l’autre, sont aujourd’hui soumises aux flux et donc à la circulation. Dans un monde de plus en plus déterritorialisé, chacun est amené à produire sa propre localité dans un contexte mouvant. C’est ce monde profondément diasporique qui nous oblige à reconsidérer les vieilles certitudes et c’est encore la circulation à grande échelle qui fait historiquement la spécificité de cette époque. Les migrations des hommes et les flux médiatiques redessinent le monde contemporain à grande vitesse. La mixité est favorisée par les mouvements, les études, et particulièrement dans le bassin méditerranéen par le développement du tourisme qui demeure la première industrie au monde. Le brassage des cultures s’illustre avec brio dans les ports et les villes frontalières ainsi que sur les îles du pourtour méditerranéen avant de se manifester via le Net et les réseaux. Ce tissage pluriel naît d’abord d’une volonté des hommes qui apprennent, de gré ou de force, à vivre ensemble. Il ne s’agit pas de vivre côte à côte mais de capacité et de volonté de vivre avec l’autre jusqu’à ce que le respect conduise à ce que l’autre se retrouve en soi.

19Et, c’est par là que le méditerranéen se confronte à la diversité, sa propre diversité finalement. Ironie de l’histoire, après avoir combattu et tenté d'abolir la diversité, après avoir nié pour mieux niveler, après avoir tenté de plaquer la norme unique du Nord vers le Sud pour faire oublier la différence, l’explosion des médias inscrit l’imagination comme arme de résistance. Par exemple, quand via le printemps arabe le téléspectateur assiste aux mobilisations de la différence contre l'hégémonie, il se sent impliqué, concerné et même passif dans son fauteuil il a le sentiment d’avoir participé. L’effet comme si joue de la proximité.

20Les images que les médias mettent à la disposition des sujets contribuent à penser la diversité par le retour en force, probablement inattendu, du rôle de l’imaginaire et du travail de l’imagination. En voyant certaines images de guerre mettant en cause l’intégrité de la personne humaine, de nombreux spectateurs méditerranéens ont sans doute ressenti la même humiliation. Sans pourtant être musulmans, ils n’en sont pas moins membres de cette culture diffuse et donc sensible au même partage du sens (M. Conoscenti, 2005).

21D’une manière générale la déterritorialisation, qui devient une des caractéristiques du monde moderne, s’impose aussi comme un des constituants de la variété et de la diversité. Survient alors la question de la nature du local dans ce nouveau monde globalisé et déterritorialisé car « les vies ordinaires ont souvent pour moteur non pas l’état des choses, mais les possibilités que les médias (directement ou non) laissent entrevoir » (A. Appadurai, 2001). En Méditerranée comme ailleurs, nous assistons bel et bien à l’intrication des mondes après le colonialisme et l’impérialisme d’hier. Aux vieilles relations eurocoloniales, aux communications Nord-Sud, le trafic permanent des images, des idées, des populations répond en faisant place à de nouveaux voisinages réels mais aussi imaginés. La proximité électronique a succédé aux transferts des technologies qui n’ont connu qu’un seul trajet allant du riche au pauvre et aujourd’hui les médias ont créé des communautés sans lieu, dites virtuelles, mais non moins réelles.

22Il nous faut examiner de près ce qui transite par le prisme complexe des médias modernes (F. Albertini, 2011). C’est très probablement là que se loge le potentiel d’action des individus et des communautés, entre pastiche et résistance. Il ne s’agit pas de nier l’importance de la chaîne des stabilités anciennes qui nous structure encore dans certains lieux. La parenté, l’amitié, le village, etc. créent et confortent les liens durables. Mais l’importance de la circulation et du mouvement est telle, réelle ou fantasmée d’ailleurs, effective ou médiatée, qu’il convient d’en prendre rapidement la mesure. Chacun d’entre nous est pluriel, il habite un ici et un ailleurs, mange italien, grec et marocain, s’habille français et américain, se sent libre et connecté, rêve d’être indigène et touriste à la fois. Le choix n’est plus entre identité et ouverture car chacun vit les deux. Aujourd’hui une identité sereine, en Méditerranée comme ailleurs, se définit dans et par la relation, et parce qu’elle devient agrégative, elle finit par s’imposer comme une condition à la communication. À l’inverse, quand l’identité se prive de la communication, elle devient un risque. Les défis de la diversité sont multiples, les aborder passe par la recherche d’une cohabitation efficace entre identité et communication.

  • 4 Europa, Synthèses de la législation de l’UE [En ligne], [Page consultée le 15 février 2012], Dispon (...)

23Il importe d’abandonner l’image désormais caduque d’une Méditerranée immuable et de se mettre à la recherche des outils et des dispositifs nécessaires à l’appréhension des grands bouleversements vécus par toutes les populations qui l’habitent. Il est urgent de dépasser la présentation réciproque des identités et des cultures cloisonnées, d’autant que l’idée même de fermeture sur soi a perdu de sa validité. L’usage d’Internet et autres réseaux dits sociaux pendant les dernières révolutions arables l’atteste sans doute. Les dispositifs favorisant les échanges sont autant de ponts, virtuels et réels. L’implication des Associations, des fondations, des médias est un adjuvant précieux qui va dans le sens de la Déclaration de Barcelone de 1995, considérée comme l’acte fondateur de la Méditerranée du xxe siècle4.

L’anthropologie de la communication pour faire dialoguer les peuples et les cultures

  • 5 Traité d’Amsterdam, [En ligne], [Page consultée le 15 février 2012], Disponibilité et accès http:// (...)

24Dès 1992 Emmanuel Todd, dans un ouvrage sur l’invention de l’Europe, soulignait particulièrement « deux cas d’extériorité anthropologique à l’Europe, polairement opposés » puisque le premier était qualifié de patrilinéaire et le second de matrilinéaire à résidu endogamique. Il s’agit du sud ouest de la péninsule ibérique et la Corse où la proximité au monde musulman travaille en sourdine et structure les rapports familiaux et sociaux. En effet, la Méditerranée dispose de territoires géographiques particuliers qui permettent d’aborder autrement bon nombre de problématiques contemporaines, avérées ou bien émergentes. Ces lieux sont souvent des zones dites marginales car loin des centralités politiques, des zones fortement connotées, des territoires de porosité sur lesquels un certain nombre de jugements de valeurs – voire de stéréotypes – n’ont pas manqué de se manifester à travers l’histoire. Bien souvent, il s’agit d’espaces de passage où le sentiment communautaire (langue, religion, minorité, etc.) a aussi développé un horizon de pensée qui parfois, il faut bien le dire, a imposé la méfiance des États. Les îles, par exemple, si elles sont un centre en soi n’en sont pas moins des périphéries pour leurs tutelles rarement insulaires. Pour la première fois, en 1997, le législateur les mentionne dans la déclaration 30 du traité d’Amsterdam relative aux régions insulaires5.

25Au regard des Sciences de l’Information et de la Communication, il est opportun de rappeler ici la pensée d’un de nos pairs, A. Moles qui en précurseur n’a pas manqué de souligner l’importance de l’espace comme matière d’action. Dans ses Labyrinthes du vécu, il développe un point de vue singulier et propose une science des îles « la Nissonologie » (A. Moles & E. Rohmer, 1982).

26Pour cette pensée forte qui ne craint pas le temps, malgré les bouleversements des technologies et des systèmes de communication, l’espace « […] n'est pas un cadre vide à remplir de comportements, il est cause, source de comportements. L'être réagit aux valeurs de cet environnement, en cherchant à les maîtriser […]. À l’instar de l’homme du désert cher à E.T. Hall, l'espace de l'île est inhérent au mode de pensée de ceux qui l'habitent car « l'île » a/est un contour », la mer qui la limite comme une frontière. Cette réalité implique que le chercheur ne peut faire l'économie d'une réflexion sur une forme d'espace caractéristique qui par nature est structurante d'une singularité, dans un premier temps effective, mais aussi porteuse d'une image virtuelle et d’un processus comportemental potentiel.

27Il n’y a rien d’étonnant à ce que l’anthropologue de la communication, de surcroît méditerranéen et natif, se sente partout inséré dans le flot communicationnel caractérisé par la lenteur et par la longue durée. Comme en Afrique, le temps n’est jamais perdu. Comme en Afrique, l’art des palabres a son importance. Il peut témoigner de l’absolue nécessité de se conformer aux rites de politesse qui se sont adaptés aux nouveaux supports en ligne avant de rentrer dans le vif du sujet. Il sait qu’il est membre et donc prévisible sur cet espace de partage du sens où règnent à la fois la concurrence et la solidarité, où la dimension positive de l’autre appelle « […] à des Andalousies toujours recommencées, dont nous portons en nous les décombres amoncelés et l’inlassable espérance » (J. Berque, 1981).

28Il semblerait en effet, à la lumière de certaines interventions aux Assises du Net qui se sont tenues à Nice en juin 2007, que la question des proximités géographiques soit bien loin d’avoir été supplantée par les technologies. Au contraire, ainsi que le souligne Anne-Marie Laulan, la superposition du territoire réel et du maillage Internet pointe avec insistance l’indispensable médiation de la région en tant que lieu et lien de cohérence, ainsi que le nécessaire ancrage culturel de toute nouvelle technologie (A-M. Laulan, 2007).

29Ce point de vue rejoint celui d’Edgar Morin « […] les cultures, aussi ouvertes soient-elles, ne peuvent pas dialoguer. Leurs représentants officiels seulement le peuvent de manière conformiste et donc limitée. Le dialogue est l’affaire d’individus : souvent de métis culturels ou génétiques, ou alors de personnes désireuses d’échapper au caractère monolithique de leur propre culture […] » (E. Morin, 2005).

30Insaisissable mais néanmoins éternellement présente, la Méditerranée est une toile de fond des comportements qui s’affichent avec plus ou moins d’intensité, voire de mimétisme comme le montrent les médias, de part et d’autre de ses rives. Il y a peu de place pour l’indifférence quand les formes de sociabilité et d’amitié sont fortement favorisées et activées.

31Le législateur prend en compte la vigueur de cette spécificité. Les dispositifs du nouveau dialogue mis en place par l’Europe sont des opportunités d’envergure (A. Isetta, 2008). Dans ce cadre, la coopération méditerranéenne va très rapidement connaître une croissance exponentielle et ce dans tous les domaines. 450 millions d’habitants sont concernés à travers 25 États riverains si l’on considère la zone à minima. Si l’on adopte une position médiane, avec les pays de l’Union Européenne non-riverains, 39 États sont impliqués. Et, si l’on élargit à la zone balkanique (Croatie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro, Albanie) nous serons en présence d’un espace de confluences entre Europe, Afrique et Proche-Orient qui représente plus de 750 millions d’habitants.

32Quelle que soit la configuration envisagée, il sera nécessaire d’intégrer les quatre caractéristiques suivantes :

  • la présence d’un patrimoine historique et culturel commun qui se nourrit et se régénère à partir de sa diversité, élément fondateur qui en constitue à la fois sa force et sa faiblesse ;

  • la permanence de similitudes fortes (au niveau géographique, climatique et humain) qui vont l’exposer sensiblement aux mêmes risques potentiels ;

  • la constance, à l’échelle des trois continents, d’une organisation complexe (au niveau religieux, politique et administratif) ;

  • l’existence à l’échelon des territoires d’une hétérogénéité des modes et des niveaux de vie qui s’articulent entre comportements de résistance et capacités d’innovation au regard de la mondialisation.

33Ces éléments incontournables convient les décideurs à envisager d’entrer, bon gré mal gré, dans une phase nouvelle de la gouvernance des politiques méditerranéennes afin d’étudier de possibles réponses dans le cadre d’une amélioration des politiques multilatérales et d’une modernisation des politiques publiques nationales.

34Les acteurs sont nombreux et peuvent intervenir à différents niveaux de compétence, les universités par exemple où les filières en Sciences de l’Information et de la Communication ou des cursus voisins dans d’autres pays peuvent y jouer un rôle de première importance.

35Aussi cette diversité fondée principalement sur une conscience de l’appartenance à un ensemble plus vaste autorise-t-elle aujourd’hui ces zones géographiques frontalières à se fédérer afin d’anticiper sur certains questionnements intégrant les dimensions plurielles, et aussi conflictuelles, de l’interculturalité. C’est en joignant la théorie au terrain, à partir de nombreux travaux universitaires tout autant que de leurs connaissances empiriques, qu’un certain nombre d’universitaires proposent de travailler en réseau autour du bassin méditerranéen. Ils se fondent sur la nécessité de tirer profit de l’expérience des lieux pour renouveler les cadres traditionnels d’analyse de ces questions complexes, cadres qui ne semblent plus correspondre aux mutations du monde contemporain où l’on voit poindre de plus en plus le concept de droits culturels. Ce dernier prend de l’importance et s’impose progressivement à la dynamique de la construction méditerranéenne oscillant au fil du temps entre tensions et équilibres (F. Albertini, 2008).

  • 6 Le réseau Téthys en est un exemple. [En ligne], [Page consultée le 5 novembre 2012], Disponibilité (...)

36Ces réseaux inter-universitaires se donnent pour objectif d’organiser régulièrement des manifestations scientifiques (rencontres, symposiums, colloques, etc.), de publier (ouvrages, essais, analyses, etc.), de mettre en place une veille informationnelle sur la question des dynamiques culturelles et identitaires au sein de l’espace méditerranéen6. En effet, les îles sont apparues au fil de l’histoire comme des zones de contact donnant naissance à un socle anthropologique particulier. Longtemps considérées comme des espaces atypiques (de retards, de handicaps, de conflits, etc.), ces zones de porosité se sont renforcées par l’action des médiateurs et passeurs d’idées pour constituer aujourd’hui des pôles de vie, à l’interface entre l’ici et l’ailleurs, dont l’expérience riche et diversifiée peut et doit servir de support à la réflexion innovante sur la question vive du dialogue et de la performance des cultures.

37La prise en compte de cette problématique viendra enrichir le champ d’analyse de leurs économies communicatives dont l’aspect dynamique mérite une attention soutenue à l’échelle internationale « […] dans le millénaire à venir, chaque citoyen d’un État devra apprendre à devenir également un « citoyen cosmopolite, c’est-à-dire une personne capable de servir de médiateur entre les traditions nationales, les communautés de destin et les formes de vies alternatives »[…] et cette posture devra favoriser « le dialogue, avec les traditions et les discours des autres, dans le but d’élargir les horizons de son propre cadre de signification, et de renforcer les perspectives de compréhension mutuelle ». (D. Held et alii, 1999).

38Au terme de cette réflexion sur la nécessité de penser autrement la Méditerranée et donc la question de la diversité qui nous préoccupe avec insistance, l’anthropologue de la communication ressent encore ce sentiment paradoxal à la fois d’incomplétude de la démarche et de double contrainte voulant, dans le même mouvement, proposer une pensée médiane pour un espace à l’interface de trois continents. Le poids de la double contrainte est bien réel car la posture qui se revendique méditerranéenne renvoie à une instance de parole qui ne l’est point, l’État continental. Or, parler de diversité en Méditerranée suppose une connaissance fine du substrat régional dans toute son épaisseur. À l’instar d’Edgar Morin, il conviendrait de se « reméditerraneiser » comme citoyens de la communication et citoyens de la complexité afin d’assumer pleinement d’être membre d’une culture où l’on danse encore la Moresca ou Mauresque. Cette danse aux bâtons entre chrétiens et maures très répandue sur le pourtour méditerranéen continue d’interroger l’anthropologue, bien au-delà des apparences, sur sa signification profonde (D. Salini, 2004).

39Alors au nom de quoi faudrait-il « rejeter la Méditerranée avec l’eau du bain », pour reprendre la conclusion d’un ouvrage où les contributeurs se sont interrogés sur la pertinence de ce cadre d’étude et de comparaison ? (D. Albera et alii, 2001). Penser autrement la Méditerranée, signifie lancer un défi sur l’urgence de manipuler autrement le pluriel. La diversité méditerranéenne, objet toujours inachevé, est une ressource pour promouvoir la pensée méridienne chère à Franco Cassano et à ces courants de pensée méditerranéistes qui souhaitent illustrer la force dynamique et avant-gardiste des mosaïques syncrétiques (F. Cassano, 1996).

Haut de page

Bibliographie

Albera Dionigi, et alii, L’anthropologie de la Méditerranée/Antrhopology of Mediterranean, Coll. L’atelier méditerranéen, éd. Maisonneuve & Larose, MMSH, Paris, 2001, 756 p.

Albertini F., « Les médias et l’expression de la diversité culturelle en Corse », pp. 99-114, Partie II : La France et au-delà, Chap. VII in Les médias de la diversité culturelle dans les pays latins d’Europe, Dir. Annie Lenoble-Bart et Michel Mathien, Coll. Médias, Sociétés, Relations Internationales n° 12, Bruxelles, Éd. Bruylant, 2011, 343 p.

Albertini F., « Entre Cultures, Identités et Communication : analyse des dispositifs favorisant l’émergence d’une « eurorégion » méditerranéenne », pp. 42-48, Actes du Colloque Les dispositifs de médiation organisationnelle, technologique et symbolique dans la Communication des organisations. Colloque I3M-Université de Nice-Sophia Antipolis, Nice 4-5 décembre 2008. Actes, Université de Nice-Sophia Antipolis, 2008, 346 p.

Albertini F., (Sous la dir. de), Communication interculturelle et diversité en Méditerranée. Programme de Coopération Décentralisée Corse-Marrakech 2001-2006, Bastia, Éditions Dumane, 2006, 224 p. 

Albertini F., « La création de l’événement : évolution des figures entre ethnique & technique », pp. 117-124, Colloque international L’événement dans l’espace euro méditerranéen, Université du Sud Toulon-Var, Observatoire des médias méditerranéens et de l’Arc latin, Toulon 14 septembre 2006. Actes, Université de Toulon, 2006, 235 p.

Albertini Françoise, Approche d’une économie communicative : l’exemple de la Corse,

HDR en Sciences de l’Information et de la Communication, 2 volumes, Université de Corse, 14 juin 2004. Sous la direction du Pr. Yves Winkin, E.N.S. LSH de Lyon.

Appadurai Arjun, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, 2001, 322 p.

Balta Paul, Méditerranée, Défis et enjeux, Les cahiers de confluences, L’Harmattan, Paris, 2001, 212 p.

Bauman Zigmunt, « Cultural variety or variety of cultures? », in Sinisa Malesevic and Mark Haugaard (eds), Making Sense of Collectivity, London, Pluto Press, 2002, 226 p.

Berque Jacques, Andalousies, Paris, Sinbad, 1981, In-8, 46 p.

Brubaker Rogers, « Ethnicity without groups », pp. 163-186, Archives Européennes de Sociologie, vol. 43, n° 2, 2002.

Carpentier Jean & Lebrun François, (Sous la dir. de), Histoire de la Méditerranée, Coll. Histoire, Points, Seuil, 2001, 619 p.

Cassano Franco, Il pensiero meridiano, Roma, Laterza, 1996, 180 p.

Conoscenti Michelangelo, « I media nel Mediterraneo : codici comunicativi e costruzione del dialogo. Problemi e prospettive », pp. 81-118, In Bannour A. et alli, Il Mediterraneo vede, scrive, ascolta, Milano, Jaca Book, 2005, 476 p.

De Bernard François (Sous la dir. de), Europe, Diversité culturelle et mondialisations, Paris, Coll. La philosophie en commun ; L’Harmattan, 2005, 220 p.

Etienne Bruno, 2002/1, Actes sud I – « Fondement du politique en Méditerranée », La pensée de midi, Actes sud, I, n° 7, pp. 51à 63.

Hall Edward T., (1966/Trad.1971), La dimension cachée, Paris, Points, Seuil, 254 p.

Held David et al., Global transformations: Politics, Economics and Cultures, Cambridge, Polity Press, 1999, 515 p.

Isetta Alberto, « La gestion de la diversité culturelle dans le cadre de la coopération euro-méditerranéenne », Colloque International La Diversité, IAE-Université de Corse-Pasquale Paoli, 2-4 octobre 2008.

Laulan Anne-Marie, « Systèmes d’information et identités culturelles », pp. 241-247, in Mathien M., (2007), (Sous la dir. de), Le Sommet mondial sur la Société de l’Information et « après » ?, Perspectives sur la société globale, Bruxelles, Bruylant, 440 p.

Lardellier Pascal, (Sous la dir. de), La métamorphose des cultures, Sociétés et organisations à l’ère de la globalisation, Préface de Marc Abélès, Editions Universitaires de Dijon, Dijon, 2011, 201 p.

Matvejevitch Predag, Bréviaire méditerranéen, Paris, Fayard, 1992, 260 p.

Moles Abraham & Rohmer Elisabeth, Labyrinthes du vécu, L’espace : matière d’actions, Paris, Librairies des Méridiens, 1982, 183 p.

Morin Edgar, « Le dialogue des cultures », In Le Monde des Religions n° 9, Janvier-Février 2005, Page Bloc-Note 82.

Ollivier Bruno, Identité et Identification, Sens, mots et techniques, Paris, Hermès Sciences Publications, 2007, 204 p.

Rasse Paul, La rencontre des mondes, Diversité culturelle et communication, Paris, Armand Colin, 2006, 331 p.

Salini Dominique, « Muresca », pp. 890-892, vol. III Anthropologie, In Encyclopaedia Corsicae, Éd. Dumane, Bastia, 2004, VII volumes.

Said Edward-W., L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Coll. La couleur des idées, Seuil, Paris, 2005, 422 p.

Première édition : Orientalism, Vintage Books, New York, 1978.

Todd Emmanuel, L’invention de l’Europe, Coll. L’histoire immédiate, Seuil, Paris, 1990, 537 p.

Todorov Tzvetan, Nous et les autres, La réflexion française sur la diversité humaine, Essais, Points, Seuil, Paris, 1989, 538 p.

Winkin Yves, « Le développement de la communication interculturelle aux États-Unis », Cahiers de Psychologie Sociale, n° 24, octobre 1984.

Haut de page

Notes

1 Déclaration Universelle de l’UNESCO sur la Diversité Culturelle, 02 novembre 2001[en ligne]. UNESCO [Page consultée le 15 février 2012]. Disponibilité et accès. http://www.unesco.org/new/fr/unesco/ Article 2 - De la diversité culturelle au pluralisme culturel.

2 Site de l’UNESCO, [En ligne], [Page consultée le 15 février 2012], Disponibilité et accès http://whc.unesco.org/fr/list/

3 Déclaration de Federico Mayor, Le programme Méditerranée de l’UNESCO (1998), Paris. In Paul Balta, 2000, p123.

4 Europa, Synthèses de la législation de l’UE [En ligne], [Page consultée le 15 février 2012], Disponibilité et accès http://europa.eu/legislation_summaries/about/index_fr.html

5 Traité d’Amsterdam, [En ligne], [Page consultée le 15 février 2012], Disponibilité et accès http://eur-lex.europa.eu/fr/treaties/dat/11997D/htm/11997D.html

6 Le réseau Téthys en est un exemple. [En ligne], [Page consultée le 5 novembre 2012], Disponibilité et accès http://www.tethys-univ.org/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Albertini, « Penser autrement la Méditerranée contemporaine : quelles voies pour le dialogue interculturel ? », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://rfsic.revues.org/342 ; DOI : 10.4000/rfsic.342

Haut de page

Auteur

Françoise Albertini

Françoise Albertini est MCF-HDR en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Corse-Pasquale Paoli et membre de l’UMR LISA (Lieux Identités eSpaces Activités) 6240S (http://umrlisa.univ-corse.fr/). Courriel : albertini.f@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page