Navigation – Plan du site
Dossier

La diversité linguistique, enjeu central de la mondialisation

Michaël Oustinoff

Résumés

Le monde contemporain se caractérise par la conjonction de trois phénomènes majeurs : la mondialisation et l’avènement des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTICs), l’émergence d’un monde multipolaire en raison de la montée en puissance des BRICS, l’entrée dans un « monde post-américain » (F. Zakaria). Ce triple processus fait de la diversité linguistique un enjeu central de la mondialisation et rend obsolète le modèle dominant du tout-anglais. Ce n’est pas sans poser un problème méthodologique fondamental, qui ne saurait être résolu que dans un cadre résolument pluridisciplinaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Déclaration universelle de l’Unesco sur la diversité culturelle, Paris, Éditions de l’Unesco, 2002. (...)

1Souvenons-nous : au début des années 2000, la messe semblait dite. La langue d’Internet, sans conteste, serait l’anglais. Sa présence était écrasante : 80 % de l’ensemble. Aujourd’hui, sa part ne représente plus que 25 % du total environ. Il n’est pas besoin d’être grand clerc pour tirer de ces chiffres quelques enseignements, et en premier celui-ci : l’idée que la langue de la mondialisation est appelée à être l’anglais est certes une idée simple, mais surtout simpliste et qui ne résiste pas à l’épreuve des faits. On ne peut que saluer la clairvoyance dont fait preuve la Déclaration universelle de l’Unesco sur la diversité culturelle, adoptée en novembre 2001 à Paris, c’est-à-dire à un moment où l’anglais planétaire (Global English) semblait régner en maître : « […] La liberté d’expression, le pluralisme des médias, le multilinguisme, l’égalité d’accès aux expressions artistiques, au savoir scientifique et technologique — y compris sous la forme numérique — et la possibilité, pour toutes les cultures, d’être présentes dans les moyens d’expression et de diffusion, sont les garants de la diversité culturelle 1 ». Novembre 2001, ce n’est que deux mois après les attentats du 11 septembre à New York, ce qui explique notamment cette amère remarque de la part du Directeur général de l’époque : « La dernière décennie du xxe siècle a vu naître des conflits d’origine culturelle. (ibid.) »

  • 2 Edgar Morin, Introduction à la pensée complexe, Paris, Seuil, 1990 (nouv. éd. 2005).

2La défense de la diversité linguistique n’est donc nullement superflue : elle représente un enjeu central de la mondialisation. Ce qui est nouveau, c’est qu’il ne soit plus besoin sur Internet de promouvoir la diversité des langues : celle-ci est très largement acquise, et soumise à un mouvement qui ne fera que s’amplifier. L’enjeu est désormais ailleurs : d’un monde simple, communiquant par le truchement d’une lingua franca unique, nous sommes passés à un monde complexe, où la communication est non seulement pluriculturelle, mais également plurilingue : exactement ce à quoi le modèle du tout-anglais que l’on a voulu nous imposer sur le mode de l’évidence nous a si mal préparés. Tel est le nouvel enjeu : comprendre ce monde qui est désormais le nôtre dans toute l’étendue de sa complexité2 non seulement culturelle, mais également linguistique et, plus techniquement, méthodologique.

La babélisation d’Internet ou la fin de l’universalité de la langue anglaise

  • 3 Abbé Grégoire, Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser la l (...)

3On connaît le fameux Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser la langue française du 16 prairial an II (juin 1794) par l’Abbé Grégoire. La diversité des parlers autres que la langue nationale, maîtrisée par une minorité, est bien réelle : « On peut assurer sans exagération qu’au moins six millions de Français, surtout dans les campagnes, ignorent la langue nationale ; qu’un nombre égal est à peu près incapable de soutenir une conversation suivie ; qu’en dernier résultat, le nombre de ceux qui la parlent n’excède pas trois millions, et probablement le nombre de ceux qui l’écrivent correctement encore moindre 3 ». Sur une population, à l’époque, de 28 millions, on ne s’étonnera pas de trouver à la suite : « Ainsi, avec trente patois différents, nous sommes encore, pour le langage, à la tour de Babel, tandis que, pour la liberté, nous formons l’avant-garde des nations ». L’idée sous-jacente (comme l’indique l’allusion au mythe de la tour de Babel), c’est que la diversité des langues est facteur de confusion et de division.

4L’idéal serait que l’humanité disposât d’une langue universelle, projet qu’il est malheureusement impossible de réaliser pleinement à l’échelle de l’Europe ou du monde : « Quoiqu’il y ait possibilité de diminuer le nombre des idiomes reçus en Europe, l’état politique du globe bannit l’espérance de ramener les peuples à une langue commune. Cette conception, formée par quelques écrivains, est également hardie et chimérique. Une langue universelle est, dans son genre, ce que la pierre philosophale est en chimie. (ibid.) » En revanche, ce projet s’impose à l’échelle de la nation pour des raisons à la fois pratiques et de communication politique : « Mais au moins on peut uniformiser le langage d’une grande nation, de manière que tous les citoyens qui la composent puissent sans obstacle se communiquer leurs pensées. Cette entreprise, qui ne fut pleinement exécutée chez aucun peuple, est digne du peuple français, qui centralise toutes les branches de l’organisation sociale et qui doit être jaloux de consacrer au plus tôt, dans une République une et indivisible, l’usage unique et invariable de la liberté. (ibid.) » L’avantage de disposer d’une langue commune ne fait pas de doute : c’est, littéralement, le sens de la koiné grecque dans l’Antiquité ou de la putonghua dans la Chine contemporaine. En poussant le raisonnement jusqu’au bout, on n’a besoin que de deux langues : la langue nationale à l’intérieur des frontières, et une lingua franca, en dehors.

5L’argumentation semble frappée au coin du bon sens : n’est-il pas vain de s’évertuer à apprendre des langues étrangères alors qu’on en dénombre actuellement environ 7 000 quand une seule pourrait servir en leur lieu et place ? C’est au nom de cette logique que le latin a été remplacé par le français à partir du xviiie siècle et que l’anglais, à son tour, est non seulement venu prendre son relais mais serait parvenu à le dépasser par le fait qu’il se soit étendu à la planète entière, devenant ainsi la première lingua franca véritablement universelle dans l’histoire de l’humanité.

  • 4 Randolph Quirk, Sidney Greenbaum, Geoffrey Leech et Jan Svartvik, A Grammar of Contemporary English (...)

6Voilà pourquoi, en 1980, une des plus importantes grammaires de la langue anglaise n’hésitait pas à déclarer tout de go : « English is the world’s most important language.4 » (« l’anglais est la langue la plus importante au monde »). Outre sa prédominance planétaire, quatre avantages lui étaient de surcroît reconnus : 1) l’anglais est la solution la plus pratique, car c’est une « langue facile » ; 2) le recours au tout-anglais est la solution la plus économique (une seule langue à apprendre) ; 3) c’est par conséquent la solution la plus démocratique et la plus équitable ; 4) l’anglais, en tant que lingua franca, est « culturellement neutre », puisqu’elle est parlée dans un grand nombre de pays différents les uns des autres.

7Voilà pourquoi aussi, en France même, on trouve l’universalité de la langue anglaise défendue avec d’autant plus d’ardeur — en tant que lingua franca — qu’en son temps l’Abbé Grégoire l’avait fait pour la langue française, mais en tant que langue nationale. La logique sous-jacente est, toutes proportions gardées, la même. Frédéric Martel en est l’exemple parfait, et nullement isolé. Dans une tribune publiée dans Le Point en 2010 et intitulée « Français, pour exister, parlez English ! », il se fait l’écho d’une opinion largement répandue : « Si les Français veulent exister dans le monde d'aujourd'hui, ils doivent parler anglais. En Europe, ils ont perdu la bataille de leur langue car il est acquis que l'anglais est devenu, de fait, la langue commune de l'Union européenne (47 % des citoyens de l'Union le parlent). Aujourd'hui, moins de 25 % des documents de l'UE sont rédigés en français, quand il y en avait 50 % il y a vingt ans. Sur le terrain, la réalité est plus fragile encore : le français est de moins en moins parlé en Europe et la seule culture populaire commune aux jeunes Européens, c'est désormais la culture américaine. »

8Néanmoins, une telle position, poussée à l’extrême, devient intenable. Elle ne permet ni de comprendre ni pourquoi Internet s’est babélisé si vite, ni pourquoi le tout-anglais devient la cible de critiques de plus en plus acerbes au sein même du monde anglophone.

Communiquer dans un monde multilingue à l’ère numérique : un autre paradigme

9De manière délibérément provocante, Frédéric Martel nous enjoint à dire « oui à l’impérialisme cool de l’anglais », car il s’est déjà imposé dans des domaines « fortement américanisés » comme « les sciences hard, la médecine soft, l’écologie green, l’alimentation light, mais aussi l’entertainment avec ses pitches, l’information avec ses lives, le business avec ces [sic] CEO, sans parler de tout le domaine d’Internet où la langue anglaise est constamment réinventée par les geeks et autres nerds » (ibid.). Les nouvelles technologies ne sont pas en reste : « La force de l’anglais vient aussi des nouvelles technologies, Google, Yahoo!, l’iPhone et Facebook ayant été inventés par les Américains, pas par nous. Même les sites français comme Dailymotion, Netvibes, StreetReporter ou nonfiction.fr ont des noms anglais. Qu’il s’agisse d’abonnement premium, de vidéo official, de comparatif benchmark, les internautes privilégient les mots anglais. Aujourd’hui, si vous optez pour une orthographe francisée plutôt qu’américanisée sur Internet, les moteurs de recherche vous référencent mal et vous voilà « buzz off » — rayé du buzz mondial. (ibid.) »

10Si l’on fait abstraction de ses atours polémiques, l’article est, du point de vue universaliste, en parfait accord avec lui-même. À partir du moment où l’on considère que les langues sont interchangeables jusqu’à devenir « culturellement neutres », l’option que nous pourrions appeler « 1+1 » s’impose : une langue commune pour la communication à l’intérieur des frontières, une deuxième pour les contacts avec l’étranger. En termes qu’affectionnent les linguistes par souci de formalisation, on parlera de « langue 1 » et de « langue 2 », soit, de manière plus mathématique :

Formule « 1 +1 » = L1 + L2.

11De nos jours, pour la majorité des Français, la « langue 1 » est à la fois « langue maternelle » (celle qu’il apprend à parler en premier), « langue vernaculaire » (celle de la communication de l’environnement immédiat), « langue nationale », voire « langue véhiculaire » (de communication avec des personnes parlant d’autres langues), le français étant également une « langue internationale ». C’est ce cas de figure, qui représente l’achèvement du programme de l’Abbé Grégoire, que Frédéric prend pour point de référence. Ce modèle, aujourd’hui dominant en France, est loin d’être universel.

12Il faut rappeler que la majorité des habitants de la planète sont plurilingues et non monolingues. Le monolinguisme n’est pas la règle, mais l’exception. Un pays comme l’Inde, par exemple, compte deux langues officielles (l’hindi et l’anglais), vingt-deux langues nationales (à l’hindi – mais pas l’anglais, qui n’est pas langue nationale – s’ajoutent assamais, bengali, bodo, dogri, gujurati, kannada, kashmiri, konkani, maithili, malayalam, manipuri, marathi, népalais, oriya, punjabi, sanskrit, santali, sindhi, tamoul, télougou, ourdou), et pas moins de 1652 langues maternelles recensées en 1961. Et ce n’est là que la face émergeante de l’iceberg : cette diversité linguistique foisonnante va de pair avec la même diversité sur le plan ethnique, culturel et religieux.

  • 5 Paris, Le Seuil, 2004.

13Pourtant, ce pays se vante d’être la plus grande démocratie au monde et figure en bonne place parmi les BRICs (Brésil, Russie, Inde, Chine). Pour reprendre les termes de l’Abbé Grégoire, il n’est donc pas nécessaire d’« uniformiser le langage d’une grande nation » afin de garantir une « République une et indivisible », sa prospérité ou son rayonnement. Que la France ait choisi cette voie s’explique pour des raisons historiques qui remontent à la centralisation de l’État sous Louis XIV comme le signalait déjà Tocqueville dans L’ancien régime et la Révolution et que Pierre Rosanvallon développe dans Le Modèle politique français. La société civile contre le jacobinisme de 1789 à nos jours5.

  • 6 Joseph Nye, Soft Power: The Means to Success in World Politics, New York, Public Affairs, 2004.
  • 7 Voir Michaêl Oustinoff, Traduire et communiquer à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Edition (...)

14Il est impossible de poser la question de la langue sans la poser en termes politiques. Le fait même de préconiser qu’on dise « oui à l’impérialisme cool de l’anglais » (plus précisément américain), c’est se situer sur ce plan-là : autrement dit, en termes de soft power, la langue autant que la culture (en particulier « populaire ») en étant des vecteurs essentiels comme l’a bien montré Joseph Nye6. Il faut également la poser en termes communicationnels : à moins d’y être contraint, on préfère communiquer dans la langue qui nous est la plus familière. Il faut également la poser en termes d’ordre technique et sociétal : les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) abolissent le temps et l’espace, nous permettant instantanément d’accéder à des contenus dans les langues les plus diverses, et d’en créer nous-mêmes. La conjonction de ces trois facteurs ne pouvait qu’amener l’émergence d’un nouveau paradigme, éminemment multilingue7.

La diversité linguistique dans un monde post-américain

15La prédominance de l’anglais est désormais mise à l’épreuve dans ces trois domaines à la fois. Sur le plan de la puissance douce (soft power) comme de la puissance tout court : la crise financière actuelle, la plus grave depuis la Grande dépression, est partie, comme en 1929, des États-Unis. À ce titre, la perte du triple À part l’Amérique a valeur de symbole. Il n’est plus incongru de parler de déclin de la première puissance mondiale, qu’André Védrine a qualifié d’« hyperpuissance ».

  • 8 Paris, Gallimard, 2002.
  • 9 Fareed Zakaria, Le monde post-américain, Paris, Perrin, 2011 ; The Post-American World, New York, N (...)

16C’est la thèse émise par Emmanuel Todd, et ce dès 2002 dans Après l’empire. Essai sur la décomposition du système américain8. Une autre thèse est venue s’immiscer à mi-chemin entre ceux qui prédisent le maintien de l’hyperpuissance américain ou sa disparition, combinant en quelque sorte les deux approches extrêmes. Il s’agit de l’ouvrage de Fareed Zakaria (américain originaire de l’Inde) Le monde post-américain9 dont le titre développé est « Le monde post-américain et l’essor du reste du monde » (The Post-American World and the Rise of the Rest) : Les États-Unis ne connaîtront pas le déclin, mais verront autour d’eux émerger d’autres puissances (notamment les BRICs) avec lesquelles il leur faudra partager le pouvoir dans un monde devenu multipolaire. Quant à la troisième thèse, qui voulait que les États-Unis conservent la même place que par le passé (en particulier celle qui était la sienne après l’effondrement du bloc soviétique), elle est de moins en moins défendable : la modification du statut de l’anglais du point de vue communicationnel en est comme le symptôme.

  • 10 David Graddol, The Future of English? A Guide to Forecasting the Popularity of the English Language (...)

17Signe des temps : la remise en cause des avantages de l’anglais en tant que langue de communication planétaire provient désormais du monde anglophone lui-même. Dès 1997, David Graddol avait tiré la sonnette d’alarme dans son étude pour le British Council intitulée The Future of English? A Guide to Forecasting the Popularity of English in the 21st Century10. Le futur de l’anglais n’était, selon lui, nullement assuré en raison de la concurrence de la redistribution des cartes opérées par la mondialisation : d’autres langues comme l’arabe, le chinois, l’espagnol ou le hindi viendraient à terme rejoindre l’anglais en haut de la pyramide. Par ailleurs, le fait même que l’anglais se répande de plus en plus, naguère véritable rente de situation pour les anglophones, se retournait désormais contre eux : massivement monolingues (ce que l’on pourrait appeler la formule « 1+0 ») en raison de la prédominance de leur langue, ils se retrouvaient en concurrence avec un monde massivement bilingue en sus de la maîtrise de l’anglais.

  • 11 The British Academy, Language Matters. Position Paper, 2009. Disponibilité et accès http://www.brit (...)
  • 12 Op. cit., p. 3 (notre traduction).

18La prestigieuse British Academy lui emboîte le pas en 2009, dans son rapport Language Matters11, en étendant le propos au plurilinguisme. Il ne suffit pas de passer de la formule « 1+0 » à la formule « 1+1 ». Il s’agit d’un enjeu stratégique : « Dans les Humanités, par exemple, les recherches dans des domaines comme l’histoire et la philosophie doivent s’appuyer sur des études effectuées dans d’autres langues, qui n’ont pas été traduites ou sont peu susceptibles de l’être. Dans les sciences sociales, les études comparées et les travaux transnationaux en sciences politiques, en sociologie ou en économie du développement exigent des compétences en d’autres langues. Les chercheurs de toutes les disciplines — y compris les sciences de la Nature — ont besoin de maîtriser des langues étrangères non seulement à l’écrit mais également à l’oral afin de saisir les occasions d’aller faire des recherches et de travailler à l’étranger ou de collaborer avec des partenaires à l’échelle internationale. En raison de la multiplication des travaux réalisés en collaboration, ainsi que de l’importance considérable des fonds leur étant aujourd’hui consacrés par les agences aussi bien nationales qu’internationales, un manque de connaissances en matière de langues inflige un handicap certain aux chercheurs dans de nombreux secteurs du système universitaire britannique, ce qui contribue à affaiblir la compétitivité du système dans son ensemble. 12 »

  • 13 Louis-Jean Calvet, « La mondialisation au filtre des traductions » dans Michaël Oustinoff, Joanna N (...)

19Voilà qui confirme le « paradoxe de la langue dominante » selon Louis-Jean Calvet : « En d’autres termes, la caricature du système actuel mènerait dans un premier temps, en son centre, à un autisme scientifique ou culturel, à une désinformation et à une uniformité qui dans un second temps pourraient générer un appauvrissement du centre au profit d’un des pôles de la périphérie. 13» Le monde anglophone en prend désormais toute la mesure.

20Le plurilinguisme prôné par la British Academy, qui ne fait que rejoindre la politique des langues préconisée par l’Union européenne, ne saurait cependant suffire. Le cas d’Internet est à cet égard le contre-exemple flagrant : c’est par centaines que s’y comptent aujourd’hui les langues, grâce aux NTIC, sans oublier la blogosphère, les réseaux sociaux (Facebook, twitter, etc.). Une perspective plus large doit par conséquent être adoptée.

Conclusion

  • 14 Nicholas Ostler, The Last Lingua Franca. The Rise and Fall of World Languages, Londres, Penguin Boo (...)

21Dans le monde anglophone, on n’hésite plus à envisager la disparition, à terme, de l’anglais en tant que langue « planétaire ». C’est le sujet de l’ouvrage récent de Nicholas Ostler, formé aux lettres classiques, à la philosophie et à l’économie à Oxford puis en linguistique au MIT sous la direction de Noam Chomsky, The Last Lingua Franca14, dont la thèse centrale est que l’anglais serait la dernière lingua franca : grâce aux progrès spectaculaires de la traduction automatique (aussi bien à l’oral qu’à l’écrit), il ne sera plus nécessaire de passer par une langue commune : tous, nous pourrons communiquer directement dans nos langues respectives dans un avenir relativement proche. C’est une vision techniciste des choses que l’on n’est pas obligé de partager : même si l’on disposait d’un « traducteur universel » à la Star Trek pour communiquer, cela n’abolirait pas pour autant la nécessité d’apprendre les langues étrangères ou de former des traducteurs « humains ». Aucun ordinateur au monde, aussi sophistiqué soit-il, ne sera jamais en mesure d’appréhender la « vision du monde » (Weltansicht) propre à chaque langue et à chaque culture selon Wilhelm von Humboldt.

22C’est d’ailleurs cette limite absolue qui donne tout son sens à la préservation des langues sur notre planète, qui disparaissent à une vitesse préoccupante : on s’attend à ce que la moitié des 7 000 langues parlées actuellement auront disparu au cours de ce siècle si rien n’est fait pour contrer une telle catastrophe que n’a cessé de dénoncer Claude Lévi Strauss, qu’il assimilait à l’atteinte à la biodiversité.

23Il n’est d’ailleurs pas besoin de faire appel aux technologies les plus pointues pour se mouvoir dans un monde multilingue, même si aujourd’hui elles jouent incontestablement un rôle de premier plan en la matière (notre accessibilité aux langues et aux cultures les plus diverses n’aura jamais été plus grande, sans avoir à se déplacer à l’étranger). Il ne faudrait pas non plus croire qu’en France nous soyons moins bien armés qu’ailleurs pour maîtriser les langues étrangères. La France, ne l’oublions pas, a toujours recelé une grande diversité linguistique en dépit des efforts de l’Abbé Grégoire pour l’éradiquer. Ce n’est qu’après la Première guerre mondiale que les « patois » ont véritablement décliné. Dans La Dépêche du Midi du 11 août 1911, Jean Jaurès considère comme essentiel de faire fonds sur eux, dans un article au titre parlant de lui-même : « L’éducation populaire et les "patois" ». En voici le point central : « Pourquoi ne pas profiter de ce que la plupart des enfants de nos écoles connaissent et parlent encore ce qu’on appelle d’un nom grossier « le patois » ? Ce ne serait pas négliger le français. Ce serait le mieux apprendre au contraire que le comparer familièrement dans son vocabulaire, dans sa syntaxe, dans ses moyens d’expression, avec le languedocien et le provençal. [...] C’est de Lisbonne que j’écris ces lignes, au moment de partir pour un lointain voyage de l’autre côté de l’Atlantique, le génie latin en plein épanouissement.15 »

24À cet égard, on donnera cette fois-ci raison à Frédéric Martel lorsqu’il dénonce l’attitude de la France aujourd’hui : « Il faut également défendre une diversité culturelle réelle et non plus hypocrite. Dans les enceintes internationales, comme l'OMC et l'Unesco, nous militons pour cette diversité de façon incantatoire mais nous la nions sur notre propre territoire. Est-ce qu'on se soucie des langues régionales en France, pourtant au cœur de la charte de l'Unesco ? Est-ce qu'on a vraiment encouragé l'enseignement de l'arabe sur le territoire national ? Pourquoi le président de la République a-t-il défendu la « diversité culturelle » avant la campagne présidentielle et s'est-il, depuis, érigé en chantre de l'identité nationale et de l'« humble discrétion » des minorités ? (op. cit.) »

  • 16 T. Steele, L. Oishi, K. O’Connor et D.M. Silva, Learning World Languages and Cultures in California (...)

25En dehors de toute polémique, on voit tout l’intérêt de tirer profit de cette diversité culturelle présente à l’intérieur de nos frontières comme à l’extérieur, comme le souligne une étude récente de l’Université Stanford au sujet de la Californie, qui, à elle seule, représenterait la neuvième puissance mondiale : « L’heure est venue de tirer le meilleur parti de la puissance unique que constitue le multilinguisme pour la Californie : une population importante, diverse, composée de plusieurs millions de personnes bilingues voire plurilingues en mesure de passer couramment d’une culture à l’autre, ainsi qu’une situation géographique idéale qui lui permet d'atteindre les marchés de l'autre côté du Pacifique ou en Amérique Latine ou Centrale. Face à la crise financière, investir dans l'enseignement des langues du monde et des compétences multiculturelles devient une composante indispensable d’un plan de redressement économique efficace.16 »

26La diversité linguistique est donc bien devenue un enjeu incontournable de la mondialisation. En raison de sa complexité protéiforme, il serait illusoire de vouloir la réduire à son volet linguistique, au sens traditionnel du terme : c’est une question qui ne saurait être appréhendée que de manière pluridisciplinaire, ce qui en fait un objet de recherches et d’applications tout aussi incontournables pour les sciences de l’information et de la communication. Ce qui pose une question d’ordre méthologique majeure, notamment en France. Inutile de remonter à l’Abbé Grégoire, à Rivarol et à son Discours sur l’Universalité de la langue française couronné par l’Académie de Berlin en 1784, voire à François Ier et son ordonnance de Villers-Cotterêts (1539), le plus ancien de nos textes législatifs toujours en vigueur, instituant que tous les actes officiels soient « prononcez, enregistrez, et delivrez aux parties en langage maternel francoys et non aultrement ».

  • 17 Jacqué, P., « Voir grand avant de se spécialiser », Le Monde, 20 octobre 2011.
  • 18 Voir le colloque international pluridisciplinaire organisé au CNRS « Communication et mondialisatio (...)

27Il suffit de remonter au « tournant des années 1970 » dans le monde de l’Université française : « alors que quelques universitaires défendaient des formations plus souples et plus pluridisciplinaires, mêlant les approches conceptuelles des diverses sciences, le gouvernement français a fait le choix de diplômes nationaux très spécialisés.17 » Dans une très large mesure, une méthodologie véritablement pluridisciplinaire qui soit propre à la question de la diversité linguistique reste très largement à construire. En raison de sa tradition plus ouverte à la pluridisciplinarité, conjuguée à la prise de conscience de la remise en cause du tout-anglais dans un monde de plus en plus multipolaire, le monde anglophone est en train de prendre la question à bras-le-corps18. La méthodologie, en la matière, c’est comme la marche : elle se démontre en marchant. Et, comme chacun sait, tout reste à faire quand on sort des sentiers battus : quel serait, autrement, le sens même du mot « recherche » s’il en était autrement ? Il ne s’agit donc pas seulement de s’appuyer sur des méthodologies existantes, pour utiles qu’elles soient, mais d’en bâtir d’autres.

28Espérons que le nouveau paysage universitaire français en train de se reconfigurer sous nos yeux soit en mesure de répondre à ces attentes.

Haut de page

Bibliographie

The British Academy, Language Matters. Position Paper, 2009. Disponibilité et accès http://www.britac.ac.uk.

Calvet Louis-Jean, « La mondialisation au filtre des traductions » dans Michaël Oustinoff, Joanna Nowicki, Traduction et mondialisation, Hermès, n° 49, Paris, CNRS Editions, 2007.

Déclaration universelle de l’Unesco sur la diversité culturelle, Paris, Éditions de l’Unesco, 2002. Disponibilité et accès http:// unesdoc.unesco.org/images/0012/001271/127160m.pdf

Abbé Gregoire, Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser la langue française, [En ligne]. Disponibilité et accès http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/francophonie/gregoire-rapport.html

Graddol David, The Future of English? A Guide to Forecasting the Popularity of the English Language in the 21st Century, The British Council & The British Company (UK) Ltd, 1997 (nlle éd., 2000). Disponibilité et accès http:// www.britishcouncil.org/learning-elt-future.pdf.

Jaures Jean « L’éducation populaire et les "patois" », La Dépêche du Midi, 11 juillet 1911. Disponibilité et accès http://fr.wikisource.org/wiki/L’Education_populaire_et_les_patois

Morin Edgar, Introduction à la pensée complexe, Paris, Seuil, 1990 (nouv. éd. 2005).

Nye Joseph, Soft Power: The Means to Success in World Politics, New York, Public Affairs, 2004.

Ostler Nicholas, The Last Lingua Franca. The Rise and Fall of World Languages, Londres, Penguin Books, 2010.

Oustinoff Michaël, Traduire et communiquer à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éditions, Coll. Communication, 2011.

Todd Emmanuel, Après l’empire. Essai sur la décomposition du système américain, Paris, Gallimard, 2002.

Wolton Dominique, L’autre mondialisation, Paris, Flammarion, 2003.

Zakaria Fareed, Le monde post-américain, Paris, Perrin, 2011 ; The Post-American World, New York, Norton, 2008.

Haut de page

Notes

1 Déclaration universelle de l’Unesco sur la diversité culturelle, Paris, Éditions de l’Unesco, 2002. Disponibilité et accès http://portal.unesco.org/fr/ev.php-URL_ID=13179&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html

2 Edgar Morin, Introduction à la pensée complexe, Paris, Seuil, 1990 (nouv. éd. 2005).

3 Abbé Grégoire, Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser la langue française, [En ligne]. Disponibilité et accès http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/francophonie/gregoire-rapport.htm.

4 Randolph Quirk, Sidney Greenbaum, Geoffrey Leech et Jan Svartvik, A Grammar of Contemporary English, Londres, Longman, 1980, p. 2.

5 Paris, Le Seuil, 2004.

6 Joseph Nye, Soft Power: The Means to Success in World Politics, New York, Public Affairs, 2004.

7 Voir Michaêl Oustinoff, Traduire et communiquer à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Editions, collection « Communication, 2011.

8 Paris, Gallimard, 2002.

9 Fareed Zakaria, Le monde post-américain, Paris, Perrin, 2011 ; The Post-American World, New York, Norton, 2008.

10 David Graddol, The Future of English? A Guide to Forecasting the Popularity of the English Language in the 21st Century, The British Council & The British Company (UK) Ltd, 1997 (nlle éd., 2000). Disponibilité et accès http://www.britishcouncil.org/learning-elt-future.pdf.

11 The British Academy, Language Matters. Position Paper, 2009. Disponibilité et accès http://www.britac.ac.uk/%22%22.

12 Op. cit., p. 3 (notre traduction).

13 Louis-Jean Calvet, « La mondialisation au filtre des traductions » dans Michaël Oustinoff, Joanna Nowicki, Traduction et mondialisation, Hermès, n°49, Paris, CNRS Editions, 2007, p. 51.

14 Nicholas Ostler, The Last Lingua Franca. The Rise and Fall of World Languages, Londres, Penguin Books, 2010.

15 Disponibilité et accès http://fr.wikisource.org/wiki/L’Education_populaire_et_les_patois

16 T. Steele, L. Oishi, K. O’Connor et D.M. Silva, Learning World Languages and Cultures in California: A Stimulus for Academic and Economic Success. Stanford, Stanford University School of Education, 2009, p. 3 (notre traduction).

17 Jacqué, P., « Voir grand avant de se spécialiser », Le Monde, 20 octobre 2011.

18 Voir le colloque international pluridisciplinaire organisé au CNRS « Communication et mondialisation : les limites du tout-anglais » le 14 novembre 2012. Disponibilité et accès http://webcast.in2p3.fr/events-communication_et_mondialisation

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michaël Oustinoff, « La diversité linguistique, enjeu central de la mondialisation », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/328 ; DOI : 10.4000/rfsic.328

Haut de page

Auteur

Michaël Oustinoff

Michaël Oustinoff est maître de conférences HDR à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle. Actuellement en délégation à l’ISCC (CNRS), il est notamment l’auteur du « Que sais-je ? » sur La traduction (PUF, 2003) et de Traduire et communiquer à l’heure de la mondialisation (CNRS Éditions, 2011).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page