Skip to navigation – Site map
Parutions

Fan Studies/Gender Studies. La Rencontre, sous la direction de Mélanie Bourdaa, Arnaud Alessandrin

Paris, Téraèdre, Collection « Passage aux actes », 2017, 184 p., 18,05€
Hélène Crombet
Bibliographical reference

Mélanie Bourdaa, Arnaud Alessandrin (Dir.), Fan Studies/Gender Studies. La Rencontre, Paris, Téraèdre, Collection « Passage aux actes », 2017, 184 p.

Full text

1Nourri de contributions variées, tant au niveau des approches disciplinaires qu’il convoque que des représentations et des pratiques qu’il met en question, cet ouvrage collectif est le fruit d’une initiative organisée en septembre 2015 par Mélanie Bourdaa et Arnaud Alessandrin à l’IUT de Bordeaux Michel de Montaigne, autour de l’apport mutuel entre les fan studies et les gender studies. Il se propose ainsi de penser la rencontre entre ces deux champs de recherche susceptibles de se nourrir à travers un phénomène d’interrelation réciproque.

2L’ouvrage se compose de quatre parties encadrées d’un éditorial de Nelly Quemeneur (pp. 9-13), d’une introduction de Mélanie Bourdaa et d’Arnaud Alessandrin (pp. 15-23) et d’un entretien avec Éric Maigret (pp. 169-180) : « Féminisme(s), stars et réception » (pp. 25-60), « Univers, narrations et questions de genre » (pp. 61-100), « Pratiques des fans/pratiques genrées » (p. 101-136) et « Questions LGBT & fans » (p. 137-168) délimitent ainsi autant de perspectives autour desquelles s’articule la problématique centrale de ce livre, qui consiste à « éclairer à la fois ce que les expressivités de genre dans la culture médiatique font aux fans et réciproquement ce que les (contre-)cultures de fans font aux expressivités de genre […] » (p. 17). L’ouvrage mobilise une pluralité d’approches autour de pratiques, d’activités et de représentations collectives liées à des « fandoms » de séries télévisées, de chanteuses, d’acteurs, d’actrices et de geeks au prisme des problématiques de genres. Chacun-e des contributeur-trice-s s’attache à rendre compte d’usages et de discours présents au cœur de ces microsociétés à partir d’une méthodologie fondée sur l’analyse de forums de fans (Arnaud Alessandrin, p. 30), d’entretiens semi-directifs menés auprès de « geeks » âgés de 18 à 37 ans (David Peyron, pp. 68-69) ou encore de billets postés sur un Tumblr (Mélanie Bourdaa, p. 141).

3L‘urgence de procéder à un état des lieux relatif aux apports entre fan et gender studies rend salutaire la publication d’un tel ouvrage qui met à l’honneur des « usages ordinaires », des cultures populaires et affiche sa volonté d’« inoculer la question Trans dans les fan studies » (p. 155). La nécessité d’évoquer leurs interconnexions paraît d’autant plus forte que les « problématiques liées au genre traversent les fan studies depuis leur apparition sur la scène universitaire » (Nelly Quemeneur, p. 9). À travers une rétrospective historique qui souligne la simultanéité de l’émergence des fan studies et des premières études féministes de la réception, Nelly Quemeneur part effectivement du constat suivant lequel ces champs de recherche se traversent et se travaillent déjà mutuellement, qui procèdent à une semblable mise en question des normes sexuées et genrées dominantes. Leur rencontre ne saurait donc sembler incongrue et encore moins à l’heure où les technologies contemporaines de la mondialisation numérique ont un impact prééminent sur les usages, les pratiques et les modes d’expressions des individus qui s’en sont eux-mêmes emparés : aussi ont-ils acquis de nouvelles compétences informatiques, notamment par l’utilisation accrue d’outils communicationnels liés à la culture populaire. En outre, les communautés de fans ont fait l’objet de nombreuses études qui leur ont conféré une forme de légitimité dans la sphère académique, notamment dans le monde anglo-saxon (Mélanie Bourdaa, Arnaud Alessandrin, p. 15). Le « fandom » est susceptible d’éclairer des enjeux socio-discursifs liés à une société tout entière : il constitue, selon Mélanie Bourdaa, « le lieu des relations sociales qui émergent à travers la participation dans un environnement médiatisé […]. » (p. 152).

4Dans cette perspective, l’ouvrage apporte un éclairage nouveau sur une multiplicité de créations médiatiques qui mettent en question des normes dominantes et bouleversent des modèles traditionnels d’identités sexuées et genrées. À travers l’entretien qu’il accorde à Mélanie Bourdaa et Arnaud Alessandrin, Éric Maigret souligne ainsi le phénomène d’amplification des thématiques LGBTQ dans la sphère médiatique. La mobilisation des fans, importante, constitue un témoin de cette évolution des mentalités en « [révélant] la diffusion des idées féministes et queer, en particulier dans les jeunes générations, sur fond de conservatisme social et de progressisme lent. » (p. 176). Parmi ces « figures culturelles […] qui incarnent, deviennent le support ou se font le support de revendications sociales » (p. 29), Arnaud Alessandrin se focalise notamment sur la chanteuse Beyoncé dont les revendications féministes, inspirées de la romancière Chimamanda Ngozi Adichie, tendent vers une égalité des sexes à tous les niveaux de la société (p. 33). François Ribac quant à lui s’intéresse aux représentations socio-discursives véhiculées par Madonna, en mettant en exergue son « lien avec des figures antérieures comme l’actrice hollywoodienne des années 30/40 Mae West, la dimension souvent parodique de ses prestations, ses clins d’œil répétés à la culture gay et lesbienne, son usage de la danse et de la dance, la façon dont elle [détourne] les codes machos et [met] en scène son propre désir […] » (p. 43). À partir de l’étude du clip de la chanson Justify my Love (2006), l’auteur souligne le caractère pluriel de son esthétique qui fait émerger l’idée d’un flottement, susceptible de mettre en scène une multiplicité de sexualités et d’identités genrées : Madonna « est tantôt représentée comme dominée, tantôt comme dominante et la variété des scènes érotiques (hétéros, bisexuelles, lesbiennes, SM, duo et groupes) rendent le clip ambivalent et polysémique » (p. 45). Ainsi « sa musique romprait avec l’ordre sémantique que la dominante masculine imposée naturalise, elle ouvrirait un champ de possibles ». Elle « trouble le genre et ouvre un espace pour toutes sortes de fans et de communautés » (p. 48) Dans cette perspective, François Ribac met en évidence l’engagement de la chanteuse qui, dans une mise en scène de soi très contrôlée, joue sur les représentations dans une ambivalence « entre le tacite et l’explicite, entre la prise de parole et la performance, entre le personnage et la personne, entre le conventionnel et le transgressif, entre mainstream et cultures minoritaires » (p. 47).

5Les enjeux liés à l’apparition de figures LGBTQ dans les séries télévisées, qui « [devient] une métaphore de la pollinisation des visibilités Trans et des asymétries interprétatives à l’œuvre », ne sont pas laissés de côté (Mélanie Bourdaa, Arnaud Alessandrin, p. 155). Depuis quelques années se développent des productions médiatiques telles que Buffy, Lost, Medium ou Dawson qui, selon Florent Favard, « motivent des lectures plurielles, moins normatives et traditionnelles d’un point de vue genré » (p. 88). Mélanie Bourdaa et Arnaud Alessandrin font ainsi émerger ce « phénomène du "queerbaiting" », qui consiste à intégrer des personnages ou un couple LGBTQ pour toucher l’audience et jouer sur les réceptions genrées (p. 17) ; un phénomène illustré par la présence de personnages Trans dans Nip/Tuck et plus récemment dans Sense8 ou encore de Sophia Burset, incarnée par l’actrice Trans M to F Laverne Cox dans Orange is the New Black (p. 158).

6Du point de vue de la réception, ces productions médiatiques peuvent avoir un impact sur les représentations collectives, susceptible de transformer peu à peu les mentalités. Mélanie Bourdaa et Arnaud Alessandrin émettent ainsi le postulat suivant lequel « en multipliant les profils transidentitaires dans les séries, l’imaginaire Trans se banalise et parfois même se dépathologise » (p. 158). Dans cette perspective, Florent Favard offre les résultats d’une enquête menée en janvier 2013 sur le réseau de microblogging Tumblr, destinée à saisir les enjeux liés à la réception des deux derniers épisodes de la série Fringe. L’auteur montre ainsi combien les approches réceptives de cette série éminemment complexe d’un point de vue narratif tendent à se brouiller, à travers un phénomène de reconfiguration des représentations genrées : « les utilisateur.ice.s du relevé jonglent avec, voire confondent, des modes de lecture cultes et mainstream, traditionnellement féminins et masculins […]. Les fans s’identifiant comme "female" semblent prendre pour acquis l’appropriation de modes de lecture traditionnellement étiquetés comme masculins en les fusionnant avec une lecture mélodramatique mise à jour, tandis que les utilisateurs "male" trouvent dans le relevé un espace pour exprimer plus librement leurs émotions. » (p. 99) À travers son analyse de la réception de la série Grey’s Anatomy, Mélanie Bourdaa évoque à son tour l’« onde de choc » qui a saisi la communauté des fans à l’annonce de la rupture d’un couple lesbien, à travers trois temporalités : entre nervosité et appréhension (p. 144-146), réactions à chaud (p. 147-149) et prise de distance, à travers « le temps de la réflexion et du développement identitaire » (p. 149-151). Selon François Ribac, l’esthétique disparate des créations de Madonna aurait bien pour effet de « déconstruire les représentations normatives plutôt que de les conforter ». Le monde de la recherche académique s’accorde effectivement à conforter ce phénomène de banalisation, de légitimation de « représentations non conventionnelles » (p. 46).

7Les « fandoms » peuvent constituer des formes de résistances culturelles susceptibles de donner lieu à des formes de recréations. Ainsi les « fandoms » ne matérialisent-elles « pas uniquement un lieu de créativité et de célébration de tel ou tel contenu médiatique » suivant Mélanie Bourdaa et Arnaud Alessandrin, mais « elles représentent également des formes de performance et d’engagement pour les individus, au travers de pratiques sociales et culturelles. » (p. 16). Ce phénomène peut être illustré par la réalisation de « fanfictions », que Magali Bigey définit comme un « récit de fans, écrit, réalisé, pensé par des fans, pour eux-mêmes ou d’autres fans, le plus souvent pour prolonger, modifier, réécrire, amputer une œuvre, souvent une série, qu’elle soit littéraire ou télévisuelle. Elle est un mode d’expression à part entière, un lieu d’investissement où se jouent divers engagements pour leurs auteurs qui se retrouvent tour à tour du côté de la réception (car recevant et métabolisant la série qui leur plaît) comme de la production, en mettant en scène de nouveaux pans de la série sortis de leur imagination, répondant aux manques qu’ils voient dans l’original, ou à un désir de s’en emparer par ce biais pour y participer. » (p. 124) À partir du webdocumentaire Citizen Fan, Magali Bigey souligne le caractère majoritairement féminin de ces fanfictions qui constituent une véritable « activité artistique » destinée à pallier les manques d’une série, en donnant libre cours à son imagination (p. 127). À partir de leur étude du fandom « SPN Family » de la série Supernatural, Claire Cornillon et Sébastien François déterminent de la sorte plusieurs types de fanfictions telles que le « vidding », qui consiste à faire vivre aux personnages des situations alternatives et notamment sur un plan amoureux et identitaire ; des vidéos de « slash », mettant en scène des relations amoureuses et/ou sexuelles entre deux personnages de même sexe qui n’en entretiennent pas dans la série, ou encore le Mpreg, mis pour Male Pregnancy (pp. 108-111). Ces productions faniques tendent ainsi à mettre en question des normes dominantes et des modèles traditionnels, dans le but de contrebalancer le caractère excessivement stéréotypé d’un personnage féminin, par exemple : « On sent une sorte d’attachement pour le personnage, l’auteur lui créant un environnement fictionnel auquel il s’accorde et qui le satisfait au-delà des genres » (Magali Bigey, p. 135). Dans cette perspective, Mélanie Bourdaa évoque la naissance de The Calzona Project, né de la déception de fans à l’annonce de la rupture d’un couple lesbien (p. 151). Les fandoms peuvent ainsi apparaître comme les lieux d’une construction identitaire liée à une revendication collective où de spectateur, l’individu devient acteur, à travers la possibilité d’une mise en discours de soi. Les fans sont ainsi susceptibles de recréer à leur manière une production médiatique, dans une forme d’appropriation singulière : « Le fait de s’impliquer dans l’acte d’écriture entraîne forcément à un moment la projection d’un ethos, plus ou moins marqué, plus ou moins évident », écrit Magali Bigey (p. 129). Aussi le fandom peut-il constituer, selon Nelly Quemeneur, un « espace de gratification et une échappatoire à la vie quotidienne pour des publics en quête de reconnaissance sociale » (p. 11)

8Pourtant, la portée de ces représentations et de ces créations semble limitée dans leur dimension subversive, à travers des fandoms rattrapés par des catégories traditionnelles, des modèles dominants et des codes hétéronormés. Ces espaces faniques n’échappent pas à des formes d’exclusion comme le révèle David Peyron qui, à travers son analyse de la culture geek, expose le caractère très masculin d’un univers obéissant de façon quasi systématique à une forme de binarité genrée. À partir de la notion d’« authenticité », l’auteur montre que les hommes « ont […] perpétué l’image du geek certes péjorative mais très masculine pour s’approprier une autre forme de virilité, qui n’est pas moins normative » (p. 73). Il pointe ainsi le « retour en force de la hiérarchisation, par le biais d’une opposition entre hommes et femmes du point de vue de la bonne manière d’être un fan » (p. 67). Florent Favard et David Peyron constatent la reprise de vieux stéréotypes relatifs à une disjonction entre deux lectures genrées, « mélodramatique » (p. 85) d’un côté, intellectuelle de l’autre à travers la construction d’une « masculinité hégémonique » (p. 77) ; entre deux univers : l’un, masculin, qui serait encyclopédiste et holiste ; l’autre, féminin, qui serait davantage orienté vers les affects, les émotions, la psychologie et l’identification aux personnages. David Peyron montre ainsi que « [l]a volonté d’accumulation et d’organisation de détails et d’informations permet de rejeter toute forme de sentimentalité prêtée aux approches plus féminines » (p. 74). Même si les fanfictions paraissent constituer le lieu d’une transgression des conventions en termes d’identités sexuelles et de normes genrées, Claire Cornillon et Sébastien François mettent en lumière le caractère limité de leur pouvoir de transgression, dans la mesure où elles répondent à des conventions très codifiées dans leurs usages, dans leur vocabulaire et dans leurs formats en répétant des schémas narratifs qui ne tendent pas à bouleverser les normes dominantes (p. 106-107). Leur importance notable dans la sphère médiatique « ne signifie pas que le message politique qu’elles peuvent éventuellement contenir est perçu et encore moins pris au sérieux » (p. 118). L’« "effet-star" » est-il en outre efficace ? Arnaud Alessandrin met en exergue les critiques émises à l’encontre de Beyoncé, dont les productions pourraient s’inscrire dans une logique néolibérale où l’avoir jouerait un rôle prédominant (p. 32-33) : les fans évoqueraient surtout la musique, les clips et les actualités de la chanteuse mais pas son engagement militant en faveur de l’égalité des genres (p. 36-37). Dans cette même mesure, François Ribac rapporte les réactions négatives de ses étudiant-e-s dans une formation dédiée aux métiers de la culture, à l’égard de Madonna (p. 42-43). Par ailleurs, que pensent les concerné-e-s eux-elles-mêmes de ces différentes initiatives et de cette visibilité accrue des figures LGBTQ, dans l’espace médiatique ? Mélanie Bourdaa et Arnaud Alessandrin évoquent la « maltraitance médiatique » ressentie par les personnes Trans, par exemple à travers la réception de la série Pretty Little Liars pathologiseant une personne Trans (p.158-160). Enfin, la sphère académique ne fait pas exception à cette dimension sexuée et genrée qui ne va pas au-delà de ces oppositions binaires (pp. 12-13). Éric Maigret pointe en ce sens le caractère très stéréotypé des représentations qui régissent encore le monde universitaire (p. 171).

9La faiblesse des impacts de ces discours et de ces représentations à travers les imaginaires socio-discursifs tiendraient, selon Arnaud Alessandrin, des « difficultés républicaines à entendre les voix des subcultures » (p. 38). Éric Maigret ne contredit pas cette affirmation relative à un phénomène social qui s’articule à une échelle globale et dont témoigne une forme de déconsidération relative aux usages ordinaires, en refusant de donner voix aux cultures minoritaires : « […] opère un imaginaire "républicaniste" français, franchement hostile à une conception en termes de minorités (ethniques, de langue, de cultures, etc.) ou de subalternité […]. » (p. 173) Mélanie Bourdaa et Arnaud Alessandrin font ainsi état du manque de complexité et de pluralité des représentations liées aux démarches, initiatives et formes d’engagement LGBTQ à travers l’espace médiatique. Mais ils en soulignent aussi le caractère bienvenu, dans la perspective d’une reconnaissance sociale à travers les imaginaires collectifs. Productions et représentations dans les univers socio-discursifs fonctionnent et avancent de concert : « Madonna trouble le genre, il ne suffit pas qu’elle le fasse mais que (certains de) ses fans l’interprètent ainsi », écrit François Ribac (p. 51).

10Aussi ces manifestations comme symptômes de transformations sociales s’opèrent-elles dans une forme d’ambivalence entre espoirs et appréhensions (p. 157). Misons sur l’espoir dont témoignent ces avancées, malgré leur lenteur.

Top of page

References

Electronic reference

Hélène Crombet, « Fan Studies/Gender Studies. La Rencontre, sous la direction de Mélanie Bourdaa, Arnaud Alessandrin », Revue française des sciences de l’information et de la communication [Online], 11 | 2017, Online since 01 August 2017, connection on 21 November 2017. URL : http://rfsic.revues.org/3143

Top of page

About the author

Hélène Crombet

Docteure en Sciences de l’Information et de la Communication, attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche, UFR Sciences des Territoires et de la Communication, Membre associée de l’axe L’expérience du contemporain : IDEM (Images, Design, Espace, Médiations) EA 4426 MICA, Université Bordeaux Montaigne

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page