Navigation – Plan du site
Parutions

Le Front Populaire et le cinéma français, sous la direction de Laurent Creton et Michel Marie

Presse Sorbonne Nouvelle, 2017, 29,50 €
Eloria Vigouroux-Zugasti
Référence(s) :

Le Front Populaire et le cinéma français, sous la direction de Laurent Creton et Michel Marie. Presse Sorbonne Nouvelle, 2017, ISBN : 978-2-87854-715-3

Texte intégral

1Nous vous présentons ici le vingt-septième numéro de la revue Théorème, revue de l’Institut de recherche sur le cinéma et l’audiovisuel (IRCAV), dirigé par Laurent Creton et Jean-Pierre Bertin-Maghit. Cet ouvrage fait suite au colloque Le Front Populaire et le cinéma français, lequel s’est tenu à l’Assemblée nationale à Paris, le 8 juin 2016. Cette soirée de colloque a été précédée par une soirée à l’Hôtel de Matignon et accompagné par la rétrospective de plusieurs films de l’époque au cinéma L’Arlequin. L’ouvrage recueil l’ensemble des communications du colloque.

2S’appuyant sur des analyses de haut niveau, les travaux présentés s’intéressent à la relation existant entre les évolutions du monde du cinéma et les mouvements politiques des années du Front Populaire, ouvrant sur des perspectives de recherches aussi nouvelles que passionnantes.

3Les conséquences des combats menés par le Front Populaire, durant la seconde moitié des années trente, ont abouti sur une amélioration des conditions de travail des salariés dont nous profitons encore aujourd’hui. Nous ne reviendrons pas sur le caractère tout à faire révolutionnaire de cette époque et sur les bénéfices qui en ont découlé. La relation entre ces changements sociaux et l’univers du cinéma restent peu connus. Toutefois, comme le montre les articles de l’ouvrage ci-présenté, ces deux données sont fortement liées. D’une part, le Front Populaire permit d’encadrer les conditions de travail du cinéma. D’autre part, la filmographie de l’époque dépeignit l’atmosphère de ces années de lutte, contribuant à l’édification du patrimoine culturel et historique Français.

4La première partie tend à présenter le Front Populaire comme un acteur crucial dans la structuration du monde cinématographique français des années trente, peu connu et pourtant capitale. Ainsi, Jacques Choukroun nous présente le travail législatif effectué, à travers une succession de rapports et de projets, lesquels ont, pas à pas, permis de cadrer, de structurer et de reconnaître le travail et le statut de ce domaine. Morgan Lefeuvre et Denis Gravouil rappellent que ces évolutions ont parfois connu des périodes mouvementées, notamment par des grèves et des occupations de studios par des employés voulant faire reconnaître leurs droits.

5La seconde partie traite de ces actes s’attache davantage à la représentation de Front Populaire, de ses valeurs, de son esprit, à travers la filmographie de l’époque : Crime de Monsieur Lange, Jour se lève, La Marseillaise. Les œuvres cinématographiques de cette époque ont permis d’ancrer l’esprit du Front Populaire dans le temps, comme le montrent Pascal Ory, ou encore Dudley Andrew. Cette partie de l’ouvrage tend à mettre en exergue, au-delà du cas du Front Populaire, le pouvoir du cinéma à dépeindre et à fixer des instants d’Histoire dans le long terme, participant ainsi au souvenir des valeurs et à l’éducation des générations à venir.

6Pour synthétiser, nous gardons de cet ouvrage toute l’excellence scientifique qu’il nous présente. Les articles ravissent tout aussi bien les chercheurs dans le domaine cinématographique, les passionnés d’Histoire ou les amateurs de lecture divertissante. Notre attente de cet ouvrage, que nous souhaitions ardemment synthétiser, s’est vue comblée, voire dépassée par la qualité des interventions et des analyses qu’il contient. Cet ouvrage est d’autant plus passionnant qu’il tend à rappeler les combats menés pour la défense et la reconnaissance d’acquis sociaux, entrant étrangement en échos avec notre époque actuelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eloria Vigouroux-Zugasti, « Le Front Populaire et le cinéma français, sous la direction de Laurent Creton et Michel Marie », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 août 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/3124 ; DOI : 10.4000/rfsic.3124

Haut de page

Auteur

Eloria Vigouroux-Zugasti

Eloria Vigouroux-Zugasti, doctorante en sciences de l'information et de la communication À L'Université Bordeaux Montaigne (laboratoire MICA (EE 2246)). Spécialisée dans l'étude des usages numériques, notamment dans leur intégration chez les retraités, elle s'intéresse également aux questions de littératie informationnelle/digitale/digitale de santé ainsi qu'aux questions alliant lien social et sciences de l'information et de la communication.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page