Skip to navigation – Site map
Émergences
Identités, publics et médias

Dis, maman, tu passes quand à la télé ?

Catherine Ghosn

Abstracts

This paper examines the place of women in television series during the 2000s, a period corresponding to a political will to improve their media representation. It compares the social reality of men and women with their treatment in the media. This representation is then analyzed with television series, which is considered as the most suited to capture societal changes and to account for them. The question is first of all whether the series have integrated these data and how they subsequently translate them.

Top of page

Full text

1Dans les années 1970 en Grande-Bretagne, les Cultural Studies ont appliqué une lecture critique de la télévision en mettant en évidence une approche genrée, la question de classe, d’identité ou encore d’orientation sexuelle. Des chercheures1 ont mis à jour un sujet peu ou pas traité jusqu’alors dans le domaine universitaire : l’image de la femme dans les médias, le travail domestique, l’égalité des classes. Les théories sur le genre aux États-Unis, à travers les Gender’s studies ou encore à travers les Women’s studies, tous deux nés dans les années 1970, ont aussi fortement contribué à avancer sur la question de la représentation des femmes.

2Les publications sur le mouvement féministe ou sur les théories du genre se posent en arrière-plan de ce présent article qui montre un volet moins traité dans la littérature, celui de l’image des femmes dans les séries télévisées en mettant en évidence le contexte institutionnel et culturel qui s’y rattache. Il étudie la place des femmes dans les séries télévisées diffusées sur les chaines françaises gratuites de la télévision numérique terrestre dans les années 2000, période à laquelle correspond une volonté politique affichée d’améliorer leur représentation médiatique. Notre travail procède par une approche comparative entre la réalité sociale hommes/femmes telle qu’elle est évaluée par différentes études et leur représentation médiatique. Cette représentation est ensuite analysée au filtre de la série télévisée, programme considéré comme le plus apte à capter les changements sociétaux et à en rendre compte. Des instances scientifiques, audiovisuelles et politiques ont contribué à mettre en lumière l’inégalité de traitement médiatique hommes/femmes et ont proposé des moyens concrets pour y remédier. La question consiste d’abord à savoir si les séries ont intégré ces données et comment, dans un second temps, elles les traduisent.

Où sont les femmes ?

La représentation médiatique selon le genre : bref rappel

  • 2 http://whomakesthenews.org/gmmp-2015#french.
  • 3 (France, Projet mondial de monitorage dans les médias (GMPP). Rapport national, 2015), p. 8.
  • 4 Les bilans des Assises. Quelle place pour les femmes dans les médias ?, 2014.

3Le Projet mondial de monitorage des médias (GMMP) a publié les résultats 2015 de l’enquête internationale évaluant notamment les modifications apportées dans la représentation des femmes et des hommes dans les médias2. Les résultats relevés en 2015 se rapprochent de ceux de 2010 et concluent de même à la présence prédominante des hommes. Plusieurs résultats découlent de cette enquête, dont deux nous intéressent. Le premier présente des données générales relatives à l’étude dans son ensemble, le second rend compte des résultats sur la parité des sexes dans les médias en France. Le GMPP relève ainsi que les femmes sont « l’objet de nouvelles ou en sont les sources » à hauteur de 24,1 % et qu’elles « représentent 37 % des reporter.e.s et des présentateur.ices »3. Au sein de la profession journalistique, les données statistiques contredisent pourtant la représentation médiatique sur les critères de genre. La féminisation du métier de journalisme qui atteint 54 % en 2012 ne s’est pas répercutée sur l’image médiatique des femmes. La principale raison invoquée tient à la place des hommes dans la hiérarchie, ces derniers continuant à occuper les postes à responsabilités. 70 % des directeurs de rédaction sont des hommes4, raison pour laquelle l’influence des femmes sur le contenu médiatique agit peu (ou n’agit pas).

4Les Assises du journalisme organisées en 2014 affichent cette inégalité en rappelant les chiffres-clés : 35 % des femmes apparaissent à l’écran, moins d’1/4 des experts sont des femmes et 70 % des directeurs de rédaction sont des hommes.

5Dans les séries télévisées, la part belle est longtemps revenue à des héros masculins. Une rapide rétrospective rappelle les séries qui ont marqué les précédentes années, à différentes époques : Les agents très spéciaux (1964), Les Mystères de l’Ouest (1965), Columbo (1968), Starsky et Hutch (1975), Magnum (1980), Mc Gyver (1985), Les Experts (2000), Numbers (2005), Mentalis (2008), Breaking Bad (2008), Hawaï 5.0 (2010), Persons of interest (2011), etc. En 2012, l’enquête menée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a conclu que le personnage principal d’une série était plus souvent incarné par un homme occupant plus de postes à responsabilités qu’une femme. Il exerce plus largement un métier scientifique et technique. Il possède un caractère plus rigoureux, plus énergique que la femme et utilise plus souvent la force verbale ou physique.

6Le modèle masculin reste par conséquent prédominant, et ce, pour une raison d’ordre institutionnel comme le rapportent certaines publications :

« L’institution audiovisuelle est considérée comme un vecteur d’entretien de stéréotypes, reproduisant un monde politique fait par et pour les hommes qui, grâce à cette reproduction, semble aller de soi » (Perry, 2009, 114).

Pour Arnaud Bihel,

« La télévision participe à établir des normes, propose à celles et ceux qui la regardent une grille de lecture du monde. Et elle renvoie, en les grossissant, les stéréotypes qui concourent aux inégalités entre femmes et hommes » (2014, 5-6).

  • 5 Shapiro cité par J. G. Marek, 1999 : 77

7L’homme continue à être perçu comme la principale autorité, comme le « gardien du temple », « responsible for the perpetuation of traditional power configurations »5. Ces normes ainsi érigées ont naturellement contribué à construire des principes théoriques et des fondements scientifiques qui vont jusqu’à façonner l’identité du téléspectateur-type qui est masculin, selon la théorie des médias (Livingstone, Lunt, Maigret, 1994, 65). L’inégalité du temps de présence et de visibilité des femmes à la télévision est constatée par différentes études, que ce soit à la télévision (Biscarrat, 2012 ; Bamberger, 2012 ; Bihel, 2014) ou encore dans les différents médias, tous médias confondus (GMPP, 2015). Clara Bamberger résume ainsi cette inégalité par une représentation « partiale et partielle » de la femme (2012).

Réalités sociales versus représentation médiatique

  • 6 Insee, enquête, emploi, 2014.

8Ce constat d’inégalité est encore plus troublant lorsque l’on compare les données avec la réalité démographique. Les femmes représentent 52 % de la population française en 2014. Depuis 2005, elles occupent de plus en plus le marché du travail avec presque autant de salariées que chez les hommes. Environ 9 femmes sur 10 travaillent dans le secteur tertiaire, avec une présence importante dans le secteur de l’administration publique, l’éducation, la santé et l’action sociale (Guggemos, Vidalenc, 2014). Le tableau suivant regroupe les informations concernant la population en emploi selon le sexe et la catégorie socioprofessionnelle (CSP) de 2012 à 2014. Il permet de prendre la mesure de l’emploi des femmes et d’identifier les secteurs dans lesquels elles travaillent, ainsi que leur niveau professionnel. Les données proviennent de l’enquête menée par l’Insee6 et recouvrent la population de 15 ans ou plus en France métropolitaine.

Tableau 1 : La population en emploi selon le sexe et la catégorie socioprofessionnelle en % (F : Femmes et H : Hommes)

2012

2013

2014

F

H

F

H

F

H

Agriculteurs exploitants

1,1

2,7

1,2

2,8

1,1

2,6

Artisans, commerçants, chefs d’entreprises

3,7

9,0

3,7

8,5

3,8

8,7

Cadres et professions intellectuelles supérieures

15,0

20,5

14,5

20,1

14,2

19,7

Profession intermédiaire

26,4

22,9

27,0

23,7

27,2

24,1

Employés

45,4

12,6

45,4

12,7

45,2

12,7

Ouvriers

8,4

32,3

8,2

32,1

8,2

32,0

Total

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

Effectif (en milliers)

12 305

13 504

12 340

13 424

12 424

13 378

Source : Insee, enquêtes, emploi, 2014

9Les femmes n’exercent pas les mêmes emplois que les hommes, ne travaillent pas dans les mêmes secteurs d’activités et sont largement majoritaires dans les professions « féminines » (administration, santé, social, services à la personne). Elles se situent aussi « au bas de la hiérarchie des catégories socioprofessionnelles » et se retrouvent minoritaires dans les professions historiquement masculines (ouvriers du bâtiment, chauffeurs, policiers, pompiers et militaires). Au niveau hiérarchique, elles se situaient déjà majoritairement en 2011 au bas de l’échelle car elles représentaient 77 % des employés, 51 % des professions intermédiaires, contre 16 % des chefs d’entreprise et 40 % des cadres supérieurs. Douze familles professionnelles regroupent plus de la majorité des femmes, contre vingt familles pour celles des hommes. Les familles professionnelles qui concernent les femmes comprennent les aides à domicile et les assistantes maternelles, les agents d’entretien, les enseignantes, les vendeuses, les employées administratives de la fonction publique, les aides-soignantes, les secrétaires, les employées administratives d’entreprise, etc.

10La répartition sexuée dans les secteurs d’activités s’explique principalement par l’éducation ou l’orientation scolaire et professionnelle encore considérée comme stéréotypée (Sinigaglia-Amadio S., 2014). Dans la sphère privée, le même constat s’impose. Catherine Sofer et Claire Thibout ont travaillé sur la division du travail selon le genre et en concluent que « la participation désormais massive des femmes au marché du travail ne s’accompagne pas d’une redéfinition des rôles au sein de la famille » (Sofer C., Thibout C., 2015), même dans le cas où la femme gagne un meilleur salaire que son conjoint.

11Comment la réalité sociale des femmes est-elle transposée dans les séries diffusées sur le petit écran ? Le concept de réalité est l’objet de plusieurs définitions dépendant pour la majorité de diverses disciplines scientifiques qui sont ainsi la cause de son « éclatement conceptuel ». L’une d’entre elles se distingue des autres car elle tente d’associer au mieux le lien entre la réalité et la télévision :

« Ce dernier terme [la réalité] ne dénommera donc pas ici la matérialité du monde mais la forme générale de notre expérience, qu’elle soit réelle, symbolique ou imaginaire ou le résultat de l’interaction des plans réel, symboliques et imaginaire. » (Esquenazi, 2011, 195)

12Si cette définition essaie de clarifier la réalité telle qu’elle peut être décodée sur le petit écran, elle reste par trop générale dès lors qu’elle s’applique à une approche genrée. Elle s’adapte à l’étude de la représentation télévisée d’un lieu (les quartiers de Marseille avec Plus belle la vie), ou encore d’un métier comme policier ou médecin, qui sont les fonctions les plus fréquemment exercées par les protagonistes dans les séries. Hervé Glevarec distingue l’effet de réel du réalisme soulignant que « les séries contemporaines ne constituent pas des fictions réalistes mais visent un réalisme fictionnel » (Glevarec, 2010, 235) permettant aux téléspectateurs de reconnaître une situation susceptible d’arriver. Les téléspectateurs sondés au cours d’une recherche adoptent généralement un regard très critique sur les séries télévisées lorsqu’elles mettent en scène des personnages exerçant le même métier qu’eux (Le Saulnier, 2011) ou vivent dans le même lieu (ville, village, quartier) que celui où se déroule l’action de la série (Chaouni, 2016). La représentation d’une source, quelle qu’elle soit, dans les séries s’avère ainsi insatisfaisante aux yeux des téléspectateurs ou disproportionnée par rapport à la réalité.

  • 7 France, Projet mondial de monitorage dans les médias (GMPP). Rapport national, p. 17.

13En ce qui concerne la représentation des femmes de manière plus particulière, la télévision s’impose néanmoins comme la moins inégalitaire à double titre, comparée aux autres médias traditionnels (radio, presse) et aux médias numériques (Internet, Twitter). Elles sont en effet identifiées comme sources de 38° % des nouvelles contre 22° % dans la presse et 23° % à la radio7. La comparaison des résultats sur la représentation médiatique d’après des critères de genre avec ceux de la proportion femmes/hommes au sein des médias, de la démographie de la société française ou encore de la catégorie socioprofessionnelle, révèle une inégalité frappante.

L’importance des séries dans la programmation télévisuelle

Les séries télévisées

14Éric Maigret et Guillaume Soulez ont dirigé un numéro de Médiamorphoses sur « Les raisons d’aimer… les séries télé » et ont analysé les raisons pour lesquelles la série télévisée est identifiée comme un genre « emblématique » sur le plan géopolitique, socio-culturel et esthétique (2007, 7). Ce constat ne s’est pas démenti depuis. En 2014, la série représente le type de programme le plus regardé parmi tous les autres en s’imposant en première position de l’offre télévisuelle avec 32,6 % de l’offre en prime time, et en première position de consommation télévisuelle8. Elle occupe aussi une place prépondérante dans la grille de programmation comme genre télévisuel le plus apte à capter les changements sociétaux et à en rendre compte. Elle a intégré depuis plus de vingt ans les éléments nécessaires permettant de traduire au mieux « l’authenticité » des situations vécues par les téléspectateurs (Delporte A., Francou L., 2014).

15Marie-Françoise Lévy a mené une étude diachronique de 1950 à 1986 qui met, entre autres, en relation le contexte social (mai 68, le mouvement féministe des années 1970, etc.) avec les thèmes développés dans certains programmes télévisuels. Elle rapporte notamment que la série permet de mettre en scène des situations jusque-là inédites à la télévision, comme « la formation des couples » ou encore la « régulation des naissances ». La série introduit des informations sur « les relations amoureuses des jeunes en dehors du cadre du mariage » (1995, 185), sur la séparation d’un couple suite au « besoin d’indépendance de l’épouse, ou encore sur la remise en question par la femme de l’attitude du mari » (op. cit., 191). Il s’agit-là d’un fait nouveau dans la série télévisuelle, celui de la prise en compte de changements sociaux qui affectent ou qui touchent en premier chef la femme. Ces changements concernent la sphère privée, professionnelle, affective, sexuelle de la femme et cette fois pas subordonnée aux normes masculines, mais indépendante, à part. Les préoccupations de la femme sont traitées dans leur singularité et non pas dans leur dépendance d’une relation ou d’une filiation masculine. La traduction télévisuelle de ces changements dénote la particularité du genre ou en tout cas ses premiers signes : elle contribue à mieux rendre compte des changements sociaux et touche plus le public que ne pourraient le faire d’autres programmes télévisuels.

  • 9 Colloque organisé le 6 octobre 2015.
  • 10 Présidente de France Télévisions depuis 2015

16Cette volonté a aussi été réaffirmée lors du colloque intitulé « Audiovisuel : comment mieux représenter la diversité de notre société » organisé par le CSA9. Un professionnel qui travaille aux États-Unis aux côtés du producteur de la série Urgences, Under the Dome, disait que l’un des objectifs de ce producteur est de sensibiliser le public à des questions sociétales et à des questions d’actualité. Il travaille avec des scénaristes sur, par exemple, la violence faite aux femmes ou encore sur l’environnement pour les intégrer au déroulement d’une histoire. Ce professionnel rapporte que lors de la recrudescence du VIH, le producteur a voulu qu’un personnage de la série Amour, Gloire et Beauté soit concerné par cette question et craigne d’avoir contracté le virus du sida. Le jour où le numéro vert concernant le dépistage du sida a reçu le plus grand nombre d’appels correspond au lendemain de la diffusion de la série où le personnage ne sait pas comment faire par rapport à cette problématique. Toujours au cours de ce même colloque, Delphine Ernotte10 affirme que pour France Télévisions, « la série est aux avant-postes du combat » contre les stéréotypes, pour mieux capter les changements en cours au sein de la société et pour en rendre compte dans les scénarii de série.

17Cette particularité, si elle semble plus du fait des séries, reste cependant isolée dans le nombre des différents genres télévisuels et dans la proportion des sujets traités. Cependant en l’espace d’une vingtaine d’années, la question consiste à savoir si la représentation de la femme dans les séries a changé.

18Pour le présent article, nous avons procédé dans le tableau 1 à la sélection des données et comparé les dix premiers titres diffusés en France obtenant le meilleur audimat pour l’année 2014 et pour celle de 2015. L’étude prend en compte toutes les séries (françaises, américaines, etc.) et exclut les formats courts ou ceux diffusés uniquement durant une ou deux semaines. Nous y avons intégré les données de 2016 classant uniquement les séries françaises les plus suivies (les résultats de l’enquête 2016 n’étant pas encore publiés).

Tableau 2 : Les 10 séries les plus regardées en France en 2014 et en 2015

2014

2015

1

Profilage (fr)

Une chance de trop (fr)

2

Mentalist (en)

Mentalist(en)

3

Section de recherches (fr)

Profilage (fr)

4

Broadchurch (en)

Le Mystère du lac (fr)

5

Alice Nevers, le juge est une femme (fr)

Forever(en)

6

Une famille formidable (fr)

Clem (fr)

7

Julie Lescaut (fr)

Section de recherches (fr)

8

Unforgettable(en)

Person of Interest(en)

9

Joséphine, ange gardien (fr)

Une famille formidable (fr)

10

Person of Interest(en)

Camping Paradis (fr)

*fr : série française, **en : série anglophone (anglaise ou américaine)

Source : Auteure, à partir des données de puremedias.com

19En 2014 et en 2015, force est de constater la très bonne tenue des séries françaises : elles sont majoritaires dans les 10 premiers titres - six séries en 2014 et sept en 2015 - et occupent la première et la troisième place les deux années consécutives, séparées à chaque fois par la série américaine Mentalist.

  • 11 A l'exclusion des formats courts ou diffusés uniquement durant une ou deux semaines.

20Le tableau 2 permet de se concentrer exclusivement sur les dix séries françaises les plus suivies par les téléspectateurs en 2016, en respectant les mêmes paramètres du tableau 111.

Tableau 3 : Les 10 séries françaises les plus suivies en 2016 en France

Série (et année de la 1ère diffusion)

Chaine

1

Sam (2016)

TF1

2

Section de recherches (2006)

TF1

3

La vengeance aux yeux clairs (2016)

TF1

4

Munch (2016)

TF1

5

Clem (2010)

TF1

6

Profilage (2009)

TF1

7

Camping Paradis (2006)

TF1

8

Alice Nevers, le juge est une femme (1993)

TF1

9

Joséphine, ange gardien (1997)

TF1

10

Fais pas ci, fais pas ça (2007)

France 2

Source : Auteure, à partir des données de puremedias.com

21On retrouve ainsi Section de recherches, Clem et Profilage. Section de recherches a été suivi en 2016 par 7,2 millions de téléspectateurs, soit 600.000 de plus que 2015. On note aussi la performance de la série Clem qui a devancé Profilage cette même année, alors qu’elle se situait en sixième position en 2015, derrière sa rivale classée alors troisième. En 2016, des séries comme Sam, La vengeance aux yeux clairs et Munch sont diffusées pour la première fois, raison pour laquelle elles n’apparaissent pas dans le tableau 2. Le tableau 3 met aussi en évidence que TF1 détient le quasi-monopole des séries françaises les plus suivies par l’audimat en 2016 avec une femme dans un premier rôle, à une série près, Fais pas ci, fais pas ça étant diffusé sur France 2 en dernière position de la liste. Ce résultat est le fruit d’une réflexion menée sur la représentation des femmes dans le but d’en améliorer l’image, pour des raisons principalement économiques d’après Laurent Storch, directeur des programmes de TF1 de 2008 à 2001. Il souligne que : « 70 % des héros récurrents sur TF1 sont des femmes » car elles représentent la cible publicitaire des ménagères de moins de 50 ans et doivent s’identifier dans les séries (Rapport sur l’image de la femme, 2008).

Les femmes dans les séries télévisées

22L’image de la femme dans les séries a évolué au fur et à mesure des années. Dans les séries datées des années 1960-1970, les femmes sont souvent cantonnées à la sphère domestique ou familiale (Ma sorcière bien-aimée, La Petite Maison dans la prairie), ou alors adjointes d’un premier rôle masculin (Max la Menace, La Famille Adams). Dans les années 80-90, une série comme Julie Lescaut marque le pas en présentant dans un rôle principal une femme qui essaie de concilier sa vie professionnelle avec sa vie privée (Rapport sur l’image de la femme dans les médias, 2008). D’autres séries se sont inspirées de ce schéma narratif avec, par exemple, Alice Nevers, le juge est une femme (1993), Madame le proviseur (1994), Une femme d’honneur (2008), Diane, femme flic (2010). Au fil des années, elles acquièrent plus d’indépendance, mènent une vie privée ou une vie familiale tout en exerçant parallèlement une activité professionnelle (le lieutenant Joss Carter dans Person of Interest, Vivian Johnson dans FBI : Portés disparus, etc.). Le sujet de certaines de ces séries tourne même principalement autour de la vie amoureuse ou autour de la sexualité des femmes (Sex and the City).

  • 12 Sachant que cinq mêmes séries se retrouvent dans les dix premières au cours de ces deux années (soi (...)

23La place prépondérante occupée par les femmes comme protagonistes dans les séries télévisées apparaît dans le tableau 2. En effet, dans les dix séries obtenant l’audimat le plus important, les femmes tiennent le premier rôle en 2014 pour la série classée en première position (Profilage) et en 2015 (Une chance de trop) - chacune de ces séries étant française - et sur plus de la moitié des séries12, à savoir : Une chance de trop, Profilage, Le mystère du lac, Clem, Alice Nevers, le juge est une femme, Julie Lescaut, Unforgettable, Joséphine, ange gardien. La place plus marquée des femmes se retrouve aussi dans l’inscription de son nom ou dans l’identification de son genre au sein même du titre : Julie Lescaut, Joséphine, ange gardien, ou encore Clem, quand elle ne mêle pas les deux (Alice Nevers, le juge est une femme). Dans les autres séries, si les femmes ne tiennent pas le premier rôle à part entière, elles le partagent avec un homme (Mentalist, Une famille formidable, Broadchurch). En plus des séries analysées dans le tableau 2, celles diffusées en 2016 confortent la présence des femmes dans un premier rôle (cf. tableau 3). Sam, La vengeance aux yeux clairs, Munch, trois séries diffusées pour la première fois, mettent une femme à l’honneur, en plus de quatre autres séries (Clem, Profilage, Alice Nevers, le juge est une femme, Joséphine, ange gardien). Le rôle principal est par conséquent tenu par une femme pour sept de ces dix séries. Fais pas ci, fais pas ça met à l’écran deux couples avec leur famille respective où les femmes partagent par conséquent le haut de l’affiche avec un homme. Dans la majorité de ces séries, le titre insiste sur l’identité genrée avec le prénom déclinée de manière diversifiée : le diminutif (Clem, Sam pour Sarah-Amélie), le prénom seul (Joséphine), le prénom accompagné du nom (Alice Nevers), l’identité de la protagoniste suivie de sa « fonction » (Alice Nevers, le juge est une femme, Joséphine, ange gardien).

Dénoncer pour changer

24Quelques instances se sont saisies de la question de la représentation des femmes dans les médias depuis plusieurs années déjà. Dans la majeure partie des cas, elles effectuent un constat et préconisent des mesures à prendre pour changer les pratiques.

Qui fait quoi ?

25Le « Rapport sur l’image des femmes dans les médias » résulte du travail mené par la Commission éponyme présidée par Michèle Reiser – rapport cité dans les lignes précédentes – et visait comme objectif « d’associer à la politique de promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes un travail sur les représentations » (2008, 7). Il a été motivé par la question suivante : « pourquoi et comment l’image des femmes véhiculée par les médias ne correspondait pas à leur place véritable dans la société ? » (ibid.). Le rapport a été remis en 2008 à Valérie Létard, alors secrétaire d’État à la solidarité. Le Premier ministre de l’époque a demandé à ce qu’une commission d’observation et de suivi des stéréotypes féminins travaille sur la question et qu’un dialogue plus étroit avec les professionnels des médias soit instauré. L’objectif visait à contribuer à l’autorégulation des médias grâce à un échange avec les professionnels, les pouvoirs publics et les instances de régulation. Les parties signataires de l’engagement prévoyaient notamment de contribuer à rendre plus visible l’intervention d’expertes et de mesurer les progrès effectués à ce sujet grâce à une méthodologie détaillée dans le rapport. Dans les médias en général, les résultats s’avèrent tout aussi désastreux que ceux avancés par l’enquête GMPP de 2005 (cité par le rapport de 2008). Pour les séries télévisées, le rapport souligne que les femmes « n’arrivent nulle part en tête, apparaissant inexorablement comme le second sexe » (op. cit. 72). Elles apparaissent le plus fréquemment dans la sphère privée, domestique et incarnent plus souvent la fonction d’épouse ou de mère.

26En 2011, la ministre des solidarités et de la cohésion sociale a rattaché la commission sur l’image des femmes dans les médias au ministre en charge des droits des femmes. La Commission, présidée par Michèle Reiser, a mis en place une démarche d’autorégulation avec les médias et un acte d’engagement tripartite stipulant les points suivants (Acte d’engagement pour une démarche d’autorégulation, 2010) :

  • « Les représentants des médias s’engagent à favoriser l’intervention, dans leurs émissions ou articles, de femmes expertes pour remédier, le cas échéant, au déséquilibre constaté »

  • « La commission sur l’image des femmes dans les médias s’engage à accompagner cette démarche par des actions de suivi sous trois formes : un comptage annuel extérieur au cours d’une semaine, des auditions annuelles, la rédaction d’un court rapport annuel sur l’état d’avancement de l’autorégulation »

  • « Le ministre chargé de l’égalité s’engage à soutenir cette démarche »

27Le rapport de 2008 devance de deux ans celui de GMPP France. Le GMPP mène une vaste enquête sur la place et l’image des femmes dans les médias depuis 1995. Les résultats de cette étude permettent d’évaluer dans le temps le sens de la courbe, en fonction des pays sondés. Le projet a été à l’origine initié par l’Association mondiale pour la communication chrétienne (WACC), organisation non gouvernementale. Cette entreprise a permis de mettre en place en 1994 la première conférence mondiale « °Women Empowering Communication° » à Bangkok qui a fait émerger des stratégies donnant la possibilité aux femmes des moyens d’action pour être plus visibles sur la scène médiatique. Le GMPP a étendu son réseau sur le plan géographique. Il comprenait 71 pays en 1995, 70 en 2000, 76 en 2005, 108 en 2010 et 114 en 2015. Ce n’est que récemment que la France participe à cette enquête, soit depuis 2010, 2015 étant par conséquent sa seconde participation. Il ne se réfère pas au rapport de 2008 remis à Valérie Létard mais il participe au même type de réflexion : mesurer la présence des femmes dans les médias. Si les résultats de la France sont trop récents pour mesurer un progrès manifeste de la représentation des femmes dans les médias, il s’inscrit dans un ensemble suffisamment significatif et généralisé en termes de sous-représentation pour alerter les instances politiques et audiovisuelles.

28La question sur la représentation médiatique des femmes a connu une évolution sur le plan institutionnel. Elle a investi la principale instance de régulation française, le CSA, ainsi que le Haut Conseil à l’égalité hommes-femmes.

29Au sein du CSA, cette question a d’abord été traitée sous la thématique générale de la « diversité » où la sous-représentation de divers groupes apparaissait à la télévision : celle des catégories socio-professionnelles, du sexe, de l’origine perçue et du handicap (Ghosn, 2011). « Le baromètre de la diversité » mis en place par le CSA pour la première fois en 2009 et suivi par une publication annuelle, mesurait notamment la « visibilité des femmes par rapport aux hommes » pour parvenir au même constat que les précédents rapports cités dans notre article. L’étude de cette visibilité a été publiée une dernière fois en 2012. A partir de 2013, elle s’est singularisée dans le groupe de travail « Droit des femmes » présidé par Sylvie Pierre-Brossolette, dans le double objectif de renforcer la place des femmes dans les médias audiovisuels et de lutter contre les stéréotypes qui y sont véhiculés. Le bilan de 2013 montre que les femmes sont moins nombreuses que les hommes dans les quatre principaux programmes télévisuels (fiction, information, documentaire, divertissement). En 2014, le Conseil a publié un rapport permettant d’identifier « la présence, ou non, de stéréotypes sexistes » dans plusieurs genres télévisuels, parmi lesquels les séries. Les stéréotypes les plus fréquemment relevés sont la subordination de la femme à l’homme, elles occupent moins de postes à responsabilité et gagnent un salaire moins important que leur mari/conjoint, etc. (CSA, Etude sur les stéréotypes féminins pouvant être véhiculés dans les séries de fiction, 2014). La publication de 2016 permet de mesurer les progrès réalisés à ce sujet, par la volonté des éditeurs et des professionnels des médias. Le bilan concernant la représentation des femmes dans les séries ne peut cependant répondre objectivement à cette attente car les résultats publiés découlent d’une « auto-évaluation » des chaînes, susceptibles de dire si leurs séries comportent des stéréotypes, même si des fichiers leur ont été fournis pour procéder au calcul.

Tout ça pour ça…

30En 2008, le rapport sur l’image de la femme dans les médias posait en ces termes la question de l’évolution de la représentation des femmes dans les médias :

« Il importe désormais de voir comment a évolué la représentation des femmes et si elle "colle" aujourd’hui aux mutations profondes de la vie des femmes. » (2008, 33)

  • 13 Soit respectivement la 1ère et la 10ème série la plus regardée en 2014.

31La représentation des femmes dans les séries télévisées opère un changement sensible en raison des projets et des objectifs visés par différentes instances. Le CSA relève par exemple que les séries françaises étudiées en 2013 mettent en scène « une plus grande variété et profondeur de profil psychologique féminin » (CSA, 2013, 1). La diversité des situations vécues par les protagonistes féminins permet effectivement de décliner à différents modes leur situation familiale, domestique ou encore affective. Il est par exemple intéressant de mesurer les différences de situation familiale de deux femmes protagonistes d’une série policière différente. Chloé Saint-Laurent, psychologue spécialisé en criminologie (Profilage) et le lieutenant Joss Carter (Person of Interest)13, toutes deux vivant seules avec un enfant. La première est célibataire, la seconde divorcée. Elles se battent toutes deux pour protéger leur enfant et pour être présentes auprès d’eux. Les saisons de ces deux séries sont ponctuées par l’inquiétude qu’elles vivent à ce sujet. Chloé Saint-Laurent doit ainsi se battre doublement : faire à nouveau accepter sa demande d’adoption pour Lili qui lui sera finalement accordée (saison quatre) et se battre contre sa maladie, la schizophrénie à partir de la saison cinq, ce qui lui a fait temporairement perdre la garde de Lili à la saison six. Le lieutenant Joss Carter : jongle régulièrement entre ses responsabilités familiales et ses responsabilités professionnelles : gérer la garde de son fils, trouver quelqu’un pour le garder lorsque ces enquêtes l’empêchent de rentrer chez elle au moment prévu, ou encore le délivrer d’un kidnapping. Les questions du divorce, de la maladie, des relations amoureuses sont représentées dans ces deux séries avec un panel varié de sentiments ou de comportements. Peut-on pour autant parler de modifications positives quant à la représentation de la femme ? Cet exemple de situation familiale, personnelle ou affective vécue par des femmes protagonistes concentre d’autres exemples de séries que l’on peut citer indifféremment : L’inspectrice Carrie Wells (Unforgettable) mène une vie sentimentale compliquée et confuse, Samantha Spade (FBI Portés disparus), jouée aussi par Poppy Montgomery (Unforgettable) a eu un enfant d’un homme qu’elle a rencontré dans un bar et qui a été auparavant accusé de viol sur mineurs. Elle parvient par la suite à lui faire signer un abandon de paternité. Teresa Lisbon, chef de l’équipe du CBI, puis agent spécial du FBI dans la saison six de Mentalist, est célibataire et consacre pratiquement sa vie à son métier. Elle tombe finalement amoureuse du personnage principal de la série, Patrick Jane, mais ne semble toujours pas prête à moins s’investir professionnellement lors de la dernière saison (saison sept). Elizabeth Keen (Blacklist) apprend au cours de la première saison que son mari porte une fausse identité et tente de le tuer au cours d’un violent combat.

32Si on ne peut parler de « meilleure représentation » de la femme, on peut avancer que les séries policières mettent davantage à l’affiche des femmes qui assurent désormais soit le rôle principal de la série, soit celui de protagoniste à part relativement égale avec un rôle masculin à leurs côtés. On regrette cependant l’association presque immanquablement établie entre le poste à haute responsabilité qu’elles occupent et le trouble de leur vie privée. Le « Rapport sur l’image de la femme dans les médias » l’exprime en termes beaucoup plus cinglants :

33« Et de vilipender le simplisme abyssal des héroïnes de la fiction française, surtout dans les séries policières, le manque de créativité et de finesse psychologique, l’invraisemblance des scénarios produits, comme dans la série Clara Sheller, et surtout l’absence de critique sociale et d’interrogation sur le sentiment d’être femme. Pire encore, le sexisme souvent confondant à l’œuvre dans ces séries n’est pratiquement jamais relevé dans la critique ». (2008, 36)

Conclusion

34L’objectif de notre article visait à étudier la représentation des femmes dans les séries télévisées diffusées sur les chaines françaises gratuites de la télévision numérique terrestre pendant les années 2000 en mettant en évidence le contexte institutionnel, les volontés politiques affichées et les résultats. Les résultats de la médiatisation genrée ne montrent cependant que peu de changements depuis plusieurs années, laissant la part belle à la représentation masculine. Plusieurs études menées à différentes périodes parviennent à ce même résultat (Livingstone S., Lunt P., Maigret E., 1994 ; Biscarrat, 2012 ; Who Makes The News, 2015). Le GMPP France 2015 le résume en ces termes :

« Malgré les tentatives d’encadrement et d’accompagnement par les pouvoirs publics comme par les organisations professionnelles, la part des femmes dans les médias est au mieux stable, parfois encore plus minoritaire que ne le montrait l’enquête de 2010 ». (2015, 8)

35L’année 2016 aura vu un frémissement à ce sujet. Dix pour cent (France 2), série imaginée par Dominique Besnehard et réalisée par Cédric Klapisch, met en scène des actrices célèbres comme Cécile de France, Françoise Fabian, Nathalie Baye ou d’autres bien connues comme Laura Smet ou encore Julie Gayet. TF1 a diffusé Une chance de trop, réalisé par François Velle, avec Alexandra Lamy dans le rôle principal. Ces deux séries ont connu succès populaire important, preuve en est la première place occupée par Une chance de trop dans la liste des séries ayant bénéficié du plus fort audimat en 2015 (voir tableau 2). Canal+ a produit la série Versailles qui a bénéficié d’un financement de 27 millions d’euros pour 10 épisodes. L’année prochaine, Arte programmera la série Trépalium créée par Antarès Bassis et Sophie Hiet.

36Les chaînes de télévision et les créateurs de séries françaises (producteurs, scénaristes, réalisateurs…) confirment leur volonté d’identifier une place aux femmes, message relayé et soutenu par le CSA ainsi que par France Télévisions. Les mesures et les préconisations émanant des instances audiovisuelles et politiques françaises s’avèrent insuffisantes pour produire un changement plus manifeste. Dénoncer et prouver les inégalités dans les médias permet de faire prendre conscience. Mais combien de temps faut-il attendre encore pour modifier profondément les pratiques et changer durablement les mentalités ?

Top of page

Bibliography

Attane I., Brugeilles C., Rault W. (2015). L’Atlas mondial des femmes. Les paradoxes de l’émancipation. Paris : Editions Autrement.

Bamberger C. (2012). Femmes et médias : une image partiale et partielle. Paris : l’Harmattan.

Bihel A. (2014). À la télévision les hommes parlent, les femmes écoutent ! Sur la place des femmes à la télévision. Belin.

Biscarrat L. (2012). Thèse de doctorat . Les représentations télévisuelles du couple homme-femme : une approche par le genre.

Chaouni N. (2016). Thèse de doctorat. Etude de réception transnationale d’une série télévisée et ses effets sur l’attractivité touristique d’une région rurale : Cas d’un feuilleton marocain.

CSA (2014). Etude sur les stéréotypes féminins pouvant être véhiculés dans les séries de fiction.

Delporte A., Francou L. (2014). « La société à l’épreuve des séries TV. Quels défis et ressources dans les fictions sérielles ? ». Consulté le décembre 30, 2016, sur Émulations : http://www.revue-emulations.net/enligne/Francou-Delporte

Esquenazi J.-P. (2011). "Séries télévisées et "réalités" : les imaginaires sériels à la poursuite du réel" in Décoder les séries télévisées (dir. Sarah Sepulchre), pp. 193-211. Bruxelles : de Boeck.

(2015). France, Projet mondial de monitorage dans les médias (GMPP). Rapport national.

Franzwa H. (1974). "Working Women in Fact and Fiction". Journal of Communication, pp. 104-109.

Gershen M.J. (1999). "The Practice and Ally McBeal : a new image for women lawyers on television ?". Journal of American Culture, vol. 22, pp. 77-84.

Ghosn C. (2011). , « Représentation de la diversité à la télévision française (2000-2009). A partir de quelles normes ? ». Sciences de la société, pp. 27-43.

Glevarec H. (2010). "Trouble dans la fiction. Effets de réel dans les séries télévisées contemporaines et post-télévision". Questions de communication(18), pp. 215-238.

Guggemos F., Vidalenc J. (2014). Une photographie du marché du travail en 2014. Insee Première, octobre 2014, pp. 1-4.

Le Saulnier G. (2011). "Les policiers réels devant leurs homologues fictifs : fiction impossible ?". Réseaux(n° 165), pp. 109-135.

Les bilans des Assises. Quelle place pour les femmes dans les médias ? (2014, septembre 30). Consulté le décembre 30, 2016, sur Journalisme.com : http://www.journalisme.com/les-assises/les-bilans-des-assises/1428-quelle-place-pour-les-femmes-dans-les-medias

Lévy M.F. (1995). "Famille et télévision – 1950-1986". Réseaux, 13(72-73), pp. 177-193.

Livingstone S., Lunt P., Maigret E. (1994). "Se faire entendre dans l’espace public. Les femmes, la télévision et le citoyen-téléspectateur". Réseaux, 12(63), pp. 59-74.

Maigret E., Soulez G. (dir.). (hors-série, janvier 2007). "Ls raisons d’aimer…les séries télé". Médiamorphoses. INA.

Mattelart M. (2003). « Femmes et médias. Retour sur une problématique ». Réseaux, 4 (n° 120), pp. 23-51.

Sinigaglia-Amadio S. (2014, octobre 23). Construction sociale du genre et genèse aspirations professionnelles. Consulté le décembre 30, 2016, sur IRA : http://www.ira-metz.fr/upload/bloc/3887-275-.pdf

Sofer C., Thibout C. (2015). "La division du travail selon le genre est elle efficiente ? Une analyse à partir de deux enquêtes Emploi du temps". Economie et statistique (478-479-480), pp. 273-304.

Who Makes the News. (2015). Récupéré sur http://whomakesthenews.org/gmmp-2015

Top of page

Notes

1 Comme Charlotte Brunsdon qui a mené une partie de ses recherches au Centre for Contemporary Cultural Studies.

2 http://whomakesthenews.org/gmmp-2015#french.

3 (France, Projet mondial de monitorage dans les médias (GMPP). Rapport national, 2015), p. 8.

4 Les bilans des Assises. Quelle place pour les femmes dans les médias ?, 2014.

5 Shapiro cité par J. G. Marek, 1999 : 77

6 Insee, enquête, emploi, 2014.

7 France, Projet mondial de monitorage dans les médias (GMPP). Rapport national, p. 17.

8 http://www.mediametrie.fr/television/communiques/l-annee-tv-2014.php?id=1203

9 Colloque organisé le 6 octobre 2015.

10 Présidente de France Télévisions depuis 2015

11 A l'exclusion des formats courts ou diffusés uniquement durant une ou deux semaines.

12 Sachant que cinq mêmes séries se retrouvent dans les dix premières au cours de ces deux années (soit Profilage, Mentalist, Section de recherches, Une famille formidable, Person of Interest.

13 Soit respectivement la 1ère et la 10ème série la plus regardée en 2014.

Top of page

References

Electronic reference

Catherine Ghosn, « Dis, maman, tu passes quand à la télé ? », Revue française des sciences de l’information et de la communication [Online], 11 | 2017, Online since 01 August 2017, connection on 18 October 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2987 ; DOI : 10.4000/rfsic.2987

Top of page

About the author

Catherine Ghosn

Maître de Conférences habilitée à diriger des recherches en Sciences de l’information et de la communication, elle est rattachée au laboratoire Idetcom, EA 785, Université Toulouse 1 Capitole/Université Paul Sabatier Toulouse 3. Catherine Ghosn est fondatrice et responsable de GERmédias, Groupe d’Etudes et de Recherche à la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC). Ses recherches portent sur la thématique des médias, de la diversité et de l’identité. Courriel : catherine.ghosn@gmail.com

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page