Skip to navigation – Site map
Émergences
Les affects numériques

Ethos et mode de circulation des affects dans deux genres d’écrits numériques

Driss Ablali and Brigitte Wiederspiel

Abstracts

Based on the analysis of a huge e-mail and chat corpus, this paper examines how affects are setting in discourse of self on the Internet. Our purpose is to show that SIC studies, strongly involved in the debate over digital technology, would win to discuss the genres of discourse, in its discursive analysis way, as an argument that cannot be ignored because of its multi-semiotic determinations in screen-writing on suffering. Two kinds of speech will be observed, the e-mail and the chat, both are screen-writing but the discursive demonstrations of suffering ethos, as it will be seen on this attested corpus, take the form of two different mimesis mainly because of genre and temporality.

Top of page

Full text

1Dans le droit fil de nos précédents travaux (Ablali & Wiederspiel, 2015a, 2015b et 2017), notre contribution s’inscrit dans le cadre d’une description discursive des situations d’usage de l’internet par des populations en souffrance. Elle se fonde sur des récits de l’intime, issus d’un dispositif socionumérique élaboré par une association de prévention contre le suicide. Plus précisément, il s’agit d’un web social qui met à disposition des utilisateurs en situation de faiblesse des supports de communication pour assurer une présence et une disponibilité à toute personne en état de crise. A partir d’un vaste corpus de courriers électroniques et de chat, nous nous proposons d’examiner le mode de circulation des affects dans les écrits de soi numériques.

  • 1 Nous reprenons ici l’hypothèse de Danon-Boileau (1999 : 11) : « ce qui fait la différence entre émo (...)
  • 2 Souffrir, nous précise Ricœur (1994), signifie dans son sens ancien endurer et se caractérise essen (...)

2L’originalité de ce corpus réside dans le fait que ces écrits de l’intime, adressés à un tiers, permettent à un souffrant de raconter son histoire et d’exprimer les affects ressentis sans pour autant laisser cours à l’émotion. Autrement dit, l’écrit de souffrance évite tout excès de pathos pour devenir acceptable pour le lecteur/destinataire du message : l’émotion forte reste ancrée dans la situation d’actualité tandis que l’affect exprimé se trouve décontextualisé et du fait dépassionné1. Nous pensons également que cette forme d’automédialité scripturale permet au sujet souffrant de passer du stade de la passivité et de l’impuissance2 à celui du sujet agissant sur son histoire.

3Le corpus renferme un matériau empirique élaboré par une association de prévention contre le suicide (12 000 morts par an en France), que nous appelons par soucis de confidentialité association Y. Cette plateforme sociale dont l’intention première est ainsi la prévention du suicide et de la souffrance humaine propose trois supports de communication en parallèle – le téléphone (depuis les années 60), le courriel (depuis 2000) et le chat (depuis 2006). Dans cette analyse, nous nous proposons d’observer comment circulent les affects dans ces écrits d’écran (Souchier, 1996) par le biais de deux genres de discours, le courriel et le chat.

4Nous commencerons par la présentation du corpus, en rappelant les spécificités des deux genres discursifs au sein de la praxis des souffrants. Dans un second temps, l’accent sera mis sur les conditions du monde associatif pour que les souffrants puissent accéder au chat et mettre en discours leur récit, en ciblant l’ethos des interactants en rapport avec la question de l’anonymat numérique pour montrer comment les conditions externes du chat impactent la matérialité discursive d’une souffrance racontée. La dernière partie sera consacrée à deux marqueurs linguistiques, le premier engageant une représentation analogique et contrefactuelle de l’affect « comme si », le second aidant à l’identification de la source de souffrance mais uniquement par le vague descriptif du pronom démonstratif « ça ».

Deux dispositifs socionumériques au service d’un ethos exprimé

  • 3 Des informations détaillées sur le logiciel Hyperbase sont disponibles à l’adresse suivante : www.u (...)

5Notre exploration se concentre ici sur le courriel (indiqué par la lettre « M » et le chat (indiqué par la lettre « C ») qui ont été soumis au traitement hypertextuel et statistique du logiciel Hyperbase3 afin de considérer ces textes sur plusieurs plans : forme graphique, lemme, code grammatical, structure syntaxique, coprésence de termes, initiale ou finale, coloration thématique, etc.

6Aujourd’hui, si l’écoute par téléphone reste le moyen le plus classique pour faire part de sa détresse, un nombre croissant de souffrants prennent le virage numérique, préférant ainsi le clavier pour se livrer, plutôt que le téléphone ou même le divan. La psychothérapie en présentiel est alors soit abandonnée soit perçue comme un accompagnement complémentaire de l’écoute à distance :

  • 4 Nous reproduisons les extraits du corpus sans aucune modification ni correction en dehors de la tro (...)

M – « Mon médecin a déclarer que j’avais une dépression assez grave […] et m’a dirigé vers un psychothérapeute, mais le problème c’est que les consultations sont chers et que nous n’avons pas les moyens de payer des consultations ! »4

M – « J’ai abandonné ma psychothérapie il y a quelques jours. J’en avais marre de ne plus avoir d’argent pour les loisirs »

M – « J’ai tenté de voir un psy privé ...... et à 100 euros la séance par semaine pendant 8 mois, ça nous a foutu sur la paille. »

7De façon quasi-synchrone – chat – ou asynchrone – courriel – ces dispositifs libèrent la mise en mots de la souffrance, car protégée par l’écran, dans une communication anonyme et à distance à un tiers bienveillant :

M – « C’est la première fois que je parle comme cela, même aux psys je parle pas de ça. »

C – Le bénévole répond au souffrant :
– ce soir vous arrivez à en parler :
par écrit… :
– et parce que je ne croise pas votre regard : la honte est atténuée à travers l’écran

C – Le bénévole interroge le souffrant sur le dispositif du chat :
Que préférez-vous dans le chat ?
Le souffrant répond :
Je trouve que les mots sont un peu plus facile à dire par écrit et aussi j’ai un peu honte des émotions que je peux ressentir, donc j’ai l’impression que par écrit je peux laisser plus un peu plus libre court à mes émotions.

C – Un autre souffrant répondant au bénévole :
vous c’est un peu different car le contexte est different : ça m’aide la distance : le rapprochement physique est pour moi difficile : parler avec une personne dans une salle

8Notre corpus se subdivise ainsi en deux dispositifs sémio-techniques (courriel et chat) chacun présentant des modes opératoires différents.

Description du courriel

9Nous avons déjà largement présenté le corpus courriel dans nos articles précédents (Ablali & Wiederspiel, 2015a, 2015b et 2017), aussi nous ne reprenons ici que les points saillants sans les développer davantage :

  • Le courriel est le seul médium apte à établir un dialogue en mode asynchrone qui garantit, par son mode opératoire, le respect de la vie privée. Le dispositif mis en place par l’association Y autorise avec la fonction « pseudo » la construction d’une relation individualisée qui permet de mémoriser le suivi des conservations grâce à la numérotation des messages. L’adresse email est également cryptée ;

  • Plutôt que le téléphone ou le chat, la préférence du courriel tient aux « pouvoirs et savoirs » de l’écrit sur l’oral, en raison des trois opérations cognitives accordées à l’écriture (Goody, 2007) : réflexivité (la communication sous forme écrite est la seule manière d’analyser ce que l’on pense), temporalité (l’écriture du message n’est ni pressée ni limitée par le temps) et stockage (la mémoire informatisée permet de retenir l’information et d’y revenir). Ainsi, contrairement à l’interaction en présentiel avec un thérapeute, le défilement horizontal du texte à l’écran n’a pas de regard et diffère tout jugement éventuel ;

  • Le corpus courriel contient plus de 10 000 conversations électroniques (626 232 occurrences) écrites en messages brefs ou expansifs pour un échange singulier pouvant aller jusqu’à une correspondance suivie (la plus longue recueillie est d’environ 50 messages).

10Le point commun aux deux dispositifs socionumériques, courriel et chat ci-après, tient au public visé. Les corpus sont polyphoniques. La population d’écrivants est représentative d’une part non négligeable de notre société. L’association Y reçoit les mots d’un public extrêmement varié, de tout âge, dès l’entrée dans le mode de l’écrit en l’occurrence du collège jusqu’à l’université :

M – « J’ai 14 ans et demi. J’ai un problème : j’ai déjà penser au suicide et suite à une dispute ce soir, j’y pense encore plus. »

C – « Bonjour je suis eddy je suis asthmatique et j’ai 12 ans »

C – « je travail normalement : j’ai un seul contacte avec mon directeur de thèse : qui est tt le temps occupé meme pour des discussions dans le sujet »

11Ce sont des français ou des immigrés, de tous statuts socio-professionnels, du scripteur expert, ou raffiné :

M – « L’agonie lente et muette, les pensées qui s assombrissent de jour en jour et puis l’insupportable et la certitude, l’évidence de la mort qui se dessine comme un ultime privilège. Chaque seconde l’invoquait pour enfin que cesse la souffrance. »

12Jusqu’aux messages qui témoignent d’une forte insécurité scripturale :

M – « mon psy e au courant de me panser il me dit que je sui courageusse que j arive a me comtenir meme si ma situation mes difisil si j ai l intantion de passer a l acte je verai a se moment la pour l instan je suis fatiguee de tou j aimerai tan que les chosse change ! »

Description du chat

13Le corpus chat est constitué de plusieurs centaines d’échanges allant de 2005 à 2015, soit l’équivalent de 80 000 pages. Il comprend exclusivement des textes intégraux et non des extraits, dont la réunion est justifiée par leur appartenance à la même praxis, le discours des souffrants. Pour clarifier un peu la situation, il peut être utile de préciser que dans cette praxis, plusieurs genres co-existent, attachés à des lieux spécifiques et à des modes de communication différents, et que l’on peut répartir en deux régimes génériques, plus ou moins institutionnalisés dans notre société : un régime qui regroupe des genres oraux, soit à distance, comme le téléphone, soit en face à face, comme la consultation d’un psychanalyste, d’un psychologue libéral ou d’entreprise, d’un médecin du travail, d’une assistante sociale ; un régime qui privilégie l’écrit, comme le courriel ou le chat destinés à une association dédiée à l’entraide, ou les blogs et les forums qui offrent un espace afin que les souffrances puissent trouver un lieu d’expression.

14Pour justifier nos choix terminologiques, nous soutenons qu’il s’agit bien ici d’un chat et non pas d’un webchat, car le dispositif engage une conversation privée entre un souffrant et un bénévole et non pas une discussion ouverte dans laquelle plusieurs internautes peuvent intervenir.

15Contrairement au courriel, les micro-messages du chat de cette même association de prévention contre le suicide induisent des régimes d’écritures différents :

  • Tout d’abord, l’interaction est explicite : le corpus présente l’intégralité du dialogue et un système de double points ( :) notifie aussi bien le découpage du message que les tours de parole entre le souffrant et le bénévole de l’association ;

    • 5 Cf. Denouël J. (2008).
    • 6 C. Rouxel (2005 : 101) « Dans cette coprésence lacunaire autrui ne cesse de fuir, car les moments d (...)

    Ensuite, l’interaction quasi-synchrone (composition du message, envoi, lecture et attente)5 est soumise à une menace de déconnexion constante. Les conversations sont fragmentées en une suite de micro-messages qui découpent la conversation en bribes de confidences6.

L’ethos souffrant dans la brièveté du chat

16Le chat entre dans la catégorie des énonciations interactionnelles, organisées en temps réel, autour de ressources écrites. Il peut avoir plusieurs visées en fonction de la spécificité de la praxis qui l’abrite. En tant que discours produit en contexte interactif, la visée du chat dans le discours des souffrants est à la fois d’améliorer la vie des personnes en situation de souffrance et de les inciter à libérer la parole. Dans de tels cas, les interactions entre le souffrant et l’écoutant ont pour principale caractéristique d’être construites collectivement, ce qui implique que les deux instances doivent s’accorder sur les contraintes du genre chat en milieu associatif dans lequel elles se trouvent conjointement engagées.

17La première contrainte qui oriente et détermine la plupart des activités déployées tout au long du chat a trait à la fonction de marquage de la relation interpersonnelle entre les interactants. Contrairement aux échanges professionnels, entre un médecin et un patient, par exemple, qui sont régis par un ethos hiérarchique, les échanges verbaux dans le chat en milieu associatif sont égalitaires et réciproques. Kerbrat-Orecchioni évoque ici le « caractère égalitaire » des échanges : « Même s’ils n’ont pas en fait le même statut, les participants se comportent dans l’interaction comme des égaux : ils disposent du même ensemble de droits et de devoirs, et se situent en principe, en tant que sujets conversants, à la même "place" (même si certaines inégalités peuvent se constituer ou se reconstituer au cours du dialogue par le jeu des "marqueurs de place") » (1990, p. 115). Les interactions chattées de notre corpus le montrent de la façon la plus explicite. Les membres de l’association Y ne se définissent pas comme des détenteurs d’un savoir, mais comme de simples écoutants. Ainsi, les rôles des interactants dans l’activité d’écoute sont bien définis : le souffrant expose son problème et l’association l’écoute en recommandant parfois une solution à titre préventif. Comme le montrent clairement plusieurs passages du corpus, ce n’est pas en tant qu’individu que l’écoutant s’exprime, mais en tant que membre d’une association à laquelle il s’affilie, une affiliation où il tient à marquer fermement sa singularité avec le monde médical et professionnel. Dans toutes les interactions numériques chatées du corpus, on voit émerger l’ethos saillant d’un écoutant associé à une manière de s’exprimer qui permet de spécifier son statut et son positionnement discursifs et qui amène le souffrant à ne pas confondre le monde associatif et le monde médical. Ici l’écoutant s’inscrit clairement dans un monde éthique socialement identifié, celui du monde associatif, qu’il doit s’efforcer de rendre lisible pratiquement dans chaque interaction. On peut en juger par ces extraits :

C – « Nous ne faisons que vous écouter et nous n’intervenons jamais. »

C – « je peux vous écouter, mais je ne remplace pas votre psy »

C – « Nous ne donnons pas de conseils ; avec l’aide de votre psychanalyste vous pourrez évoquer ce souhait d’être moins seul ».

C – « ici, nous n’intervenons pas du tout dans le domaine médical : vous avez- vu sur notre site que nous ne portons pas de jugement » 

18Dans ces interactions, on peut dire que la dimension éthique, au sens banal du terme, est au premier plan, avec des écoutants qui doivent se conformer à un certain « ethos montré » (Maingueneau, 2014) qui résulte de leur propre positionnement dans un cadre associatif bénévole qu’ils doivent souvent gérer dans la dynamique des interactions. Mais l’ethos de l’écoutant qui n’est pas dans la posture d’un psychologue ou d’un médecin de travail, n’est pas seulement lié à la dimension éthique du monde associatif, il est aussi indissociable d’une stratégie de positionnement de l’être numérique qui apparaît à travers les interfaces et grâce à elles. Dans cette perspective, il est important de souligner que dans les interactions écoutant/souffrant réalisées dans un environnement numérique se dessine l’image d’un ethos de l’anonymat, sans nom, dont on ignore l’identité énonciative. C’est donc grâce à l’anonymat, dans toutes ses facettes, revisité au prisme des nouvelles sociabilités numériques, comme on va le voir dans certains extraits plus bas, que les processus d’écoute et de mise en récit de la souffrance peuvent advenir. Il est plus fondamentalement la condition pour que les échanges avancent et pour que les activités développées par les écoutants et les souffrants progressent et aboutissent.

19Bien qu’on y observe des marqueurs de réduction de la formalité allant dans le sens de l’établissement d’un rapport plus égalitaire avec les souffrants, l’interaction souffrant/écoutant présente donc, sur le plan interactionnel, un schéma de participation ancré dans le sillage de la politique de confidentialité mise en place pour l’association Y, régie par un « pacte d’anonymat » à respecter, aussi bien du côté du souffrant que de l’écoutant. Ce sont donc des anonymes souffrants qui ont fait le choix de raconter leur vie à des écoutants sans noms. Avant de laisser le souffrant commencer à mettre en récit la cause de son mal-être, l’écoutant est souvent contraint de rappeler, dès les premières séquences du chat, la dimension anonyme de l’échange aussi bien pour rassurer le souffrant pas encore habitué aux lois du genre que pour marquer la singularité du chat en milieu associatif par rapport au chat dans d’autres praxis. C’est l’image verbale que les écoutants produisent de leur propre personne pour libérer la parole des souffrants ; une sorte d’ethos de bienveillance, motivé par un projet associatif essentiellement d’écoute, et qui fait bonne impression auprès des souffrants et, comme le dit Amossy, qui « n’est pas le reflet d’une réalité préexistante, mais une construction dynamique en situation » (Amossy, 2014, p. 16). C’est en quelque sorte la plus-value apportée par l’association Y au souffrant qui lui permet d’être à la fois reconnaissable et spécifique, et qui lui permet de modeler une image de soi appropriée et efficace, différente de celle des autres instances, comme celle du monde médical :

C – « nous n’avons ni nom ni pseudo, c’est rigoureusement anonyme »

C – « Vous pouvez avec vos mots parler sur ce site de ce que vous ressentez c’est totalement anonyme et confidentiel ».
« cet espace anonyme permet en effet de dire ce qu’on ne peut dire nulle part ailleurs ce que vous revivez en effet ne craignez pas de le dire, de le redire autant de fois qu’il le faudra pour expulser cette souffrance »

C – « Bonsoir, le chat est anonyme, nous ne dévoilons ni notre nom ni notre genre, c’est le principe de ce chat »

20Pour éviter tout malentendu sur les « attentes du sens », les lois du genre sont posées d’entrée de jeu : les écoutants se présentent comme une instance plurielle, dans laquelle une communauté entière s’exprime, qui confère à l’interaction une forme de légitimité appropriée à ses objectifs pour assurer une crédibilité auprès des souffrants susceptible de libérer la verbalisation des récits. L’anonymat de l’échange permet aussi de rassurer le souffrant, et surtout de contribuer à saisir le processus d’émergence d’un nouveau genre de discours auquel les souffrants sont encore peu habitués. En d’autres termes, les séquences d’ouverture sont le moment constitutif au cours duquel les principales normes discursives du chat comme genre sont mises en place et codifiées. Les écoutants, on le lit dans les échanges, lui allouent un environnement – qui repose sur un mode de communication écrit dans une dynamique conversationnelle –, une sphère énonciative bien définie – celle en temps réel, à distance et dans l’anonymat total – une visée – celle de l’écoute dans un format d’interaction dialogale – un support commun – l’écran de l’ordinateur, l’architecture interactive de l’interface du site dans les cadres délimités par l’écran où la lecture et l’écriture des messages s’élaborent sur le même support électronique et interactif permettant de communiquer par écrit de façon quasi instantanée –, un public ancré dans une communauté de communication bien délimitée – des personnes en situation en souffrance – une temporalité de l’instantanéité – deux personnes connectées simultanément sur un dispositif numérique où les interactions se déroulent plus ou moins rapidement sous la contrainte du temps que nécessite la saisie du texte et son envoi sur le serveur de l’association – et peut-être des mécanismes langagiers que nous nous apprêtons à expliciter.

Exposition de l’affect par impression dans le courriel

21Dans ces messages, un sentiment prédomine, un sentiment d’impression. Comme le précise le TlFi, l’impression est une influence morale, intellectuelle et, par métonymie, une trace laissée par pression de quelque chose sur autre chose. Concernant la souffrance, l’impression correspond à « la représentation globale qu’une personne a d’une situation (où elle est généralement impliquée) ou d’une autre personne, et qui est fondée sur une appréhension immédiate, intuitive avant toute réflexion ou analyse. »7.

  • 8 Cf. Kleiber & Tamba (1990) et l’hypothèse de la hiérarchie « être ».

22Dans ces interactions, l’impression est la trace que laisse la souffrance, celle qui reste non nommée, mais que le souffrant parvient par le récit à associer à une représentation référentielle. Le souffrant expose son affect par impression, il se re-catégorise8 selon une procédure d’appartenance qui relève de la métaphore nominale, l’impression émotive relève donc de l’image dans ces structures attributives :

M – « J’ai l’impression d’être une intouchable. »

M – « J’ai l’impression d’être un chien qu’on abandonne au coin d’un bois. »

M – « une espèce d’impression d’être qu’une coquille vide »

23Les souffrants se racontent et se positionnent au fil du texte de façon similaire. Un même profil sémantique se dessine, c’est une impression négative qui renvoie à un sentiment d’isolement ou de blocage, présenté comme non conforme aux attentes sociales du souffrant ou à la doxa. Ces valeurs sont encore plus lisibles quand la relation lui attribue des propriétés disqualifiantes « être coincée, invisible, arrivée à une impasse, etc. » :

M – « j’ai l’impression d’être coincée entre des murs »

M – « j’ai l’impression d’être invisible, de ne plus exister »

M – « J’ai l’impression d’être arrivé à une impasse »

M – « J’ai l’impression d’être anormale »

  • 9 Pour information : « si » = 1 563 occurrences, « comme » = 1 502 occurrences, « comme si » = 103 oc (...)

24Le sentiment d’impression prend ensuite un sens légèrement différent une fois couplé au marqueur « comme si ». La fréquence de ces trois termes9 est déjà un indice en soi mais, ce qui retient notre attention, c’est le pouvoir explicatif et projectif que favorisent ces concepts sémantiquement attirés (« impression » et « comme si »).

25Pour clarifier le propos, analysons les relations en jeu par un tableau synoptique

Figure 1. Schématisation du système « j’ai l’impression P1 comme si P2 »

Figure 1. Schématisation du système « j’ai l’impression P1 comme si P2 »
  • 10 En sémantique logique, il est d’usage d’abréger le terme proposition par le symbole « P ».

26L’expression « comme si » constitue un double marqueur qui associe l’hypothèse « si » à la comparaison « comme ». Ce marqueur hypothético-comparatif permet d’exposer l’affect ressenti en se projetant dans un événement passé qui ne s’est pas réalisé, mouvement discursif habituellement dénommé analogie contrefactuelle en sémantique logique. Par ce procédé, le souffrant n’imagine pas un monde alternatif mais cherche au contraire « des contreparties qui permettent le partage des propriétés et un cadre commun pour que s’opère la projection et le mélange » (Achard-Bayle, 2012, p. 207). La contrefactualité de « comme si P10 » doit donc s’interpréter comme une identification avec non P.

  • 11 Danblon cité par Achard-Bayle (2012, p. 210).
  • 12 « Comme si intervient donc à la fois (i) comme « marqueur » ou symptôme d’une plus grande voire d’u (...)

27L’écrivant emprunte la voie de « L’impression P1 comme si P2 » pour tout d’abord exposer la situation ou l’événement source de sa souffrance et décrire ensuite l’affect ressenti suite à une perturbation ou situation disruptive (Plantin, 2015). « Comme si P2» témoigne d’un effort d’expression et tient lieu de « béquille à une expression difficile »11. La représentation analogique ouvre un monde contrefactuel, un espace de révision qui suggère une remédiation12, comme en témoignent ces quelques extraits :

M – « je ne dis pas qu’il a tout les tors mais me l’emmener a la maison elle a mis mes chausson mis sa robre de chambre elle lui a fais a mangé comme si qu’elle étais sa femme. j’ai l’impression comme si j’étais derriere un miroir. j’aimerais m’emdormir pour plus me réveillé ne plus pensé je prend du xanas aidez moi j’ai l’impression de devenir folle je n’ai le gout a rien 

M – « Je me sens énormément coupable d’avoir fait des enfants avec lesquelles je garde malgré tout de bons contact mais que j’ai l’impression de les avoir abandonnés c’est comme si j’aurais envie d’oublier mon passé, mes enfants ma vie d’avant mais je peux pas effacer mes enfants de ma vie c’est vrai que c’est horrible ce que je dis en tant que mère mais de les voir souffrir et malgré tout je laisse faire sachant qu’ils souffrent moralement. »

M – « Le fait de changer de psy me donne envie de pleurer, j’ai l’impression qu’après cette séparation c’est comme si cela allait etre un deuil. »

28Ces analogies contrefactuelles présentent des points communs. Il s’agit de phrases complexes pluriprédicatives avec au minimum deux propositions : P1 et P2. Autrement dit, P1 est toujours énoncée dans l’avant-texte du message de ces courriels. L’écriture du courriel n’a pas la même temporalité que celle du chat, il n’est pas soumis aux mêmes interactions spontanées, ce qui permet au souffrant d’expliciter la situation disruptive à l’origine de son mal-être.

  • 13 Nous pouvons rappeler leur l’hypothèse anaphorico-méronimique de l’imparfait « (i) l’imparfait est (...)

29Ensuite, la proposition qui intègre l’analogie contrefactuelle est à l’imparfait comme le prouvent ces extraits en dépit des fautes d’orthographe : « comme si qu’elle étais sa femme ; comme si quelque chose me dégoûter, comme si cela allait etre un deuil, etc. ». Berthonneau et Kleiber le posent clairement, ce n’est pas l’imparfait qui a une valeur contrefactuelle « c’est la conjonction de ses traits d’anaphorique et de méronome13 qui lui permet de s’employer pour un procès contrefactuel, alors qu’il n’a pas lui-même de valeur contrefactuelle » (2006, p. 61). C’est donc bien la structure phrastique « comme si P2» qui marque la contrefactualité et non pas l’imparfait.

30Enfin, la proposition comme si P2, est non seulement comparative et contrefactuelle mais également intégrée (ou intraprédicative) au sens où elle participe pleinement à la structure informative de l’énoncé. Elle ne décrit pas une circonstance de l’événement mais plutôt l’issue ou le résultat contrefactuel de l’histoire (Berthonneau et Kleiber, 2006). C’est en ce sens que ce tour devient un outil de remédiation : par le recours à J’ai l’impression P1 comme si P2, le souffrant ouvre une perspective dans le passé et déclare en même temps que cette issue, plus tragique ou dramatique que la version factuelle, ne s’est pas réalisée.

31Dressons finalement les relations en jeu dans un extrait pris en contexte élargi :

M – « Ce matin, j’ai reçu une lettre de ma mère […] elle a 86 ans […] Mais ce n’est pas tellement le fond de cette réponse qui me fait mal aujourd’hui. C’est la forme. j’ai l’impression qu’elle me culpabilise comme elle l’a déjà fait il y a plusieurs années, et c’est ça qui me rend malade psychologiquement, comme si j’avais commis un crime. je veux être bien vue d’elle, je veux que les gens aient une très bonne opinion de moi. ».

Figure 2. Schématisation du système « j’ai l’impression P1 [et c’est ça que P] comme si P2»

Figure 2. Schématisation du système « j’ai l’impression P1 [et c’est ça que P] comme si P2»

32Dans ces écrits longs de l’intime, l’analogie contrefactuelle « comme si » s’inscrit dans un processus en trois temps : identification de la source de la souffrance – point de rupture ou disruption – expression de l’affect ressenti. L’élément déclencheur est un sentiment de culpabilité, le reflet du regard de l’autre, le « ça » extériorisé que le souffrant dénonce et tente de tenir à distance. L’impuissance d’agir, propre à la souffrance évolue par son récit en une progression vers la puissance à se raconter, à se dédoubler, « ça » n’est pas « je ». En posant l’analogie, le souffrant exprime son affect par comparaison à une situation contrefactuelle mais connue « la culpabilité d’un criminel » et c’est cette altérité qui l’aide à prendre conscience de sa propre existence.

Scénarisation de l’affect dans le chat sans contrepartie explicative

33Dans le chat de l’association Y de prévention contre le suicide, l’analogie contrefactuelle rend compte d’une situation de communication différente, les enjeux du dispositif sont autres. Cette fois, la place du récit est très limitée voire inexistante, la source de souffrance est rarement nommée, seul le pronom démonstratif « ça » en esquisse une trace en contexte. L’explicitation de la source est donc réduite au vide sémantique de ce pronom, une sorte d’allusion vague et indirecte au mal-être, souvent liée à l’incapacité du souffrant à le mettre en récit dans la temporalité particulière du chat.

34Même réduite, le double marqueur « comme si » livre des instantanés de souffrance dans de nombreuses interactions. Parfois, il apparaît même en tout début de conversation comme en témoigne le premier extrait :

C – La souffrante s’adresse au bénévole :
– je n’en peux plus de ma vie
– je vous écoute
– c’est comme si j’avais envie de mettre fin a mes jours : enfin parfois et ce soir
– parlons ensemble si vous le souhaitez

C – La souffrante s’adresse au bénévole :
– vous rendez-vous compte, l’autre jour elle m’a dit qu’elle sentait depuis des années qu’elle perdrait sa fille de manière tragique : se doit-on de dire ca à son enfant ? c’est comme si elle me donnait son accord pour que je meurs
– Je ne peux pas être juge de son comportement mais est-il possible de vous rapprocher d’elle ?
– je ne peux pas

C – Le bénévole s’adresse au souffrant :
– 20 ans de thérapie a dû vous ouvrir sur la spiritualité ? :
– Non : Je suis un pragmatique : Ce qui m’empêche de vivre à l’heure actuelle : c’est ce décalage : Je dijoncte en permanence : Si on me prend ma place de parcking, c’est comme si on essayait de me tuer : Si on me fait un sourire, je suis amoureux : Comment vivre avec ça ?
– vous êtes hyper sensible, tout vous touche :
– oui

35Contrairement au courriel, la structure contrefactuelle « comme si » montre parfois une hésitation entre l’imparfait et le présent dans la proposition P2 qu’elle introduit. Dans ces deux extraits, le présent reformule l’imparfait et semble affaiblir du coup la valeur contrefactuelle :

C – « oui, j’ai des opportunitées mais qui ne me permettent pas d’en vivre pour l’instant : et je ne sais pas si le sacrifice en vaut la peine : je suis une personne ultra vivante et e suis constamment en train de me retenir, peur de choquer : c est comme si j’avais une muselière et a l’intérieur je hurle 

C – « c’est comme si je suis encore un bébé à 15 ans mais je suis tellement traumatisée la nuit. J’ai 2 veilleuses, 9 doudou (pour en oublier aucun) une tétine (ben oui je sais je devrais pas, je l’ai reprise ne novembre 2013) et un biberon d’eau pas de je sais pas quoi) »

36Considérons avant de conclure cette dernière conversation qui met en exergue les points que nous souhaitons souligner sur les spécificités du régime d’écriture du chat :

C – La souffrante s’adresse au bénévole :
– Bonsoir
– bonsoir : je sais meme plus : parfois ça va pas : je sais pas si c normal ou pas
– l’essentiel n’est-il pas ce que vous ressentez VOUS ? :
– bah non, je ressent que des trucs tristes, qd je suis ac d’autre bah je leur montre ce qu’ils veulant voir : moi qd je suis seule, je suis triste
– vous vous sentez très triste et ne savez pas d’où vous vient cette tristesse soudaine… :
– ce n’est pas si soudain que ça, je n’arrive pas à m’en débarrasser, c’est constament là, parfois je crois que ça va, puis ça revient, parfois ds une même journée : je veux plus de ça : parfois pour calmer tout ça, je me coupe… ça me stress l’idée que qqn voit ça ms je peux pas arreter
– vous vous scarifier pour vous faire mal, pour vous punir, pour arrêter ce stress qui monte…
– c’est comme si j’étais sur le rebord d’un pont et que j’arrivais pas à me decider à sauter
– une angoisse du vide et un attrait aussi… risque et souffrance…
– j’ai rien compris
– cest pas trop évident tout ça, je faisais allusion à ce besoin de vous couper au risque que l’on vous voit.
– C’est surtt le marques… comme c’est sur le bras j’ai trop peur, je voudrais le faire ailleurs ms après j’ai peur d’en avoir partt et de plus pouvoir arrter ça

37Le tableau suivant consigne les spécificités du régime d’écriture du chat pour le distinguer du courriel.

Figure 3. Schématisation du système chat « P1c’estcomme si P2»

Figure 3. Schématisation du système chat « P1 c’est comme si P2»

38La temporalité n’est plus celle du récit. Dans le chat, la situation disruptive n’est pas exprimée, seules les conséquences sont évoquées « pour calmer tout ça, je me coupe ». L’analogie contrefactuelle représente ou scénarise l’affect du souffrant sans contrepartie explicative.

Pour conclure

39Comme le montrent plusieurs passages des deux corpus, les contraintes attachées à la mise en discours d’un récit de souffrance dans l’espace immatériel du médium – l’écran de l’ordinateur –, ont un impact déterminant sur le matériau discursif de l’ethos souffrant. Autrement dit, le débat sur les liaisons numériques ne peut pas ignorer la question de la culture et des pratiques : le numérique est une pluralité, une pluralité de normes et de pratiques. Écrire la souffrance dans une messagerie, dans un blog, dans un forum ou dans un chat, ne génère pas forcément le même matériau discursif car ces différents genres de discours ne sont pas fondés sur les mêmes normes génériques. Certes, ils partagent le même médium numérique mais ce sont des pratiques plurielles.

40Nous pouvons à présent exprimer la conclusion essentielle de ce travail, à savoir que les médiations numériques sont profondément impactées par la médiation des genres de discours. Il apparaît clairement que les études en SIC, fortement impliquées dans le débat sur le numérique, gagneraient à considérer la catégorie du genre comme un palier global qui a des déterminations multi-sémiotiques sur les composantes du texte et non plus comme une simple étiquette associée à une pratique langagière dans une visée purement taxinomique. Il reste, certes, à préciser le statut de certaines particularités des deux dispositifs mais il nous semble avoir apporté quelques éléments de réponse : les deux genres observés dans le cadre de cette contribution montrent sans ambages que la souffrance dans le chat mise en discours dans une temporalité brève et quasi-simultanée obéit à des contraintes textuelles et sémiotiques différentes d’une souffrance racontée dans un courriel. Les deux sont des écrits d’écran dans la terminologie de Souchier mais les manifestations discursives de l’ethos souffrant prennent, sous la contrainte du genre et de sa temporalité, la forme de deux mimésis différentes.

Top of page

Bibliography

Ablali Driss, Huët Romain et Wiederspiel Brigitte, (dir.), La souffrance à proximité : écrits du mal-être d’un public en ligne. Communication & langages, n° 186, 2015a, 27-43.

Ablali Driss, Wiederspiel Brigitte, Quand le lien numérique maintient le fil narratif des personnes en souffrance. Communication & langages, n° 186, 2015b, 77-98.

Ablali Driss, Wiederspiel Brigitte, « La textualité du monde numérique en situation de souffrance ». In Sémir Badir & François Provenzano (dir.) Pratiques émergentes et pensée du médium, Bruxelles, Academia, 2017, 177-199.

Achard-Bayle Guy, Si quelque chat faisait du bruit… Des textes (aux discours) hybrides. Essais de linguistique textuelle et cognitive, Metz, PUL, 2012.

Amossy Ruth, « L’éthos et ses doubles contemporains. Perspectives disciplinaires », Langage et société, n° 3, 2014, 13-30.

Berthonneau Anne-Marie, Kleiber Georges, « Sur l’imparfait contrefactuel ». Travaux de linguistique, 2006, 53, 7-65.

Butler Judith, Le récit de soi, Paris, Presses Universitaires de France, 2007.

Casilli Antonio, « Digital Labor : travail, technologies et conflictualités ». Qu’est-ce que le digital labor ?, Éditions de l’INA, 2015, 10-42. <halshs-01145718>.

Danon-Boileau Laurent, « Affect, éprouvé, émotion, sentiment : notations terminologiques ». Revue Française de Psychanalyse : L’affect et sa perversion, LXIII, Paris, PUF, 1999, 9-13.

Denouël Julie, « La notion de « tour » dans l’analyse des interactions médiatisées par ordinateur ». Cahiers de praxématique, 50, 2008, En ligne] disponible à l’adresse : http://praxematique.revues.org/964.

Goody Jack, Pouvoirs et savoirs de l’écrit, Paris, La Dispute, 2007.

Grossmann Francis, Tutin Agnès, Sémantique des noms et adjectifs d’émotion, Lidil, 32, 2005, [En ligne] disponible à l’adresse : http://lidil.revues.org/83.

Kerbrat-Orecchioni Catherine, Les interactions verbales, Paris, Colin, 1990.

Kleiber Georges, Tamba Irène, « L’hyponymie revisitée : inclusion et hiérarchie », Langages, 98, 1990, 7-32.

Maingueneau Dominique, « Retour critique sur l’ethos », Langage et société, n° 3, 2014, 31-48.

Plantin Christian, « Micro-émotions en interaction : « ah merde, ya rien pour maman ». Voix plurielles, 2015,12.1. [En ligne] disponible à l’adresse : https://brock.scholarsportal.info/journals/voixplurielles/article/view/1171/1096.

Ricœur Paul, « La souffrance n’est pas la douleur ». Dans Jean-Marie von Kaenel (dir.), Souffrances : corps et âmes, épreuves partagées, Paris, Autrement, 1994, 58-67.

Rouxel Alexandre, « La coprésence lacunaire : réflexions sur l’incertitude radicale des relations d’aide médiées par messagerie instantanée », Communication et Langages, 186, 2015, 99-116.

Souchier Emmanuël, « L’écrit d’écran, pratiques d’écriture & informatique », Communication et langages, n° 107, 1996, 105-119.

Top of page

Notes

1 Nous reprenons ici l’hypothèse de Danon-Boileau (1999 : 11) : « ce qui fait la différence entre émotion et affect tient à la qualité du contenu représentationnel associable à l'un et à l'autre de ces deux types d'éprouvés: tandis que le contenu représentationnel associable à une émotion est toujours directement et exclusivement en relation avec la situation d'actualité, qu'il est en somme encapsulé dans le hic et nunc, la représentation associable à l'affect suppose un « décroché » de la situation d'actualité (la scène ou se situe l'échange, celle où se tient le sujet). L'affect, de par son lien à une représentation est en relation avec l'histoire du sujet. »

2 Souffrir, nous précise Ricœur (1994), signifie dans son sens ancien endurer et se caractérise essentiellement par la diminution de la puissance d’agir. Un état de souffrance se traduit généralement par l’impuissance à faire, l’impuissance à s’estimer soi-même et surtout l’impuissance à dire ou à se raconter. La souffrance revêt ainsi une forme de passivité, une perte de pouvoir sur son existence où tout événement devient subi.

3 Des informations détaillées sur le logiciel Hyperbase sont disponibles à l’adresse suivante : www.unice.fr/bcl. Dans cette analyse, nous avons couplé Hyperbase avec le lemmatiseur Cordial, outil d’étiquetage morpho-syntaxique capable de gérer toutes les variations graphiques du français.

4 Nous reproduisons les extraits du corpus sans aucune modification ni correction en dehors de la troncation.

5 Cf. Denouël J. (2008).

6 C. Rouxel (2005 : 101) « Dans cette coprésence lacunaire autrui ne cesse de fuir, car les moments de non-production de texte sont des instant d’absence […] l’écrivant comble cette déficience constitutive en divisant son texte par petits bouts, la pensée est fragmentée pour être aussitôt transférée. »

7 TLFi en ligne : http://www.cnrtl.fr/definition/impression

8 Cf. Kleiber & Tamba (1990) et l’hypothèse de la hiérarchie « être ».

9 Pour information : « si » = 1 563 occurrences, « comme » = 1 502 occurrences, « comme si » = 103 occurrences et « impression » = 468 occurrences.

10 En sémantique logique, il est d’usage d’abréger le terme proposition par le symbole « P ».

11 Danblon cité par Achard-Bayle (2012, p. 210).

12 « Comme si intervient donc à la fois (i) comme « marqueur » ou symptôme d’une plus grande voire d’une extrême désorganisation, et (ii) comme l’outil de sa réparation ; soit linguistiquement ou cognitivement parlant : comme « un outil de remédiation » (Achard-Bayle, 2012, p. 209)

13 Nous pouvons rappeler leur l’hypothèse anaphorico-méronimique de l’imparfait « (i) l’imparfait est un temps anaphorique, mais l’antécédent n’est pas un « moment » dans le passé, mais une situation dans le passé ; (ii) la relation anaphorique qui unit l’imparfait à son antécédent n’est pas une relation de coréférence globale (et donc de simultanéité temporelle), sur le modèle de l’anaphore pronominale, mais une relation méronomique : l’imparfait présente le procès auquel il s’applique comme une partie, un ingrédient d’une situation passée saillante » (Berthonneau et Kleiber, 2006, p. 60).

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Schématisation du système « j’ai l’impression P1 comme si P2 »
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2921/img-1.jpg
File image/jpeg, 92k
Title Figure 2. Schématisation du système « j’ai l’impression P1 [et c’est ça que P] comme si P2»
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2921/img-2.jpg
File image/jpeg, 168k
Title Figure 3. Schématisation du système chat « P1 c’est comme si P2»
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2921/img-3.jpg
File image/jpeg, 176k
Top of page

References

Electronic reference

Driss Ablali and Brigitte Wiederspiel, « Ethos et mode de circulation des affects dans deux genres d’écrits numériques », Revue française des sciences de l’information et de la communication [Online], 11 | 2017, Online since 01 August 2017, connection on 22 October 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2921 ; DOI : 10.4000/rfsic.2921

Top of page

About the authors

Driss Ablali

Professeur de Sciences du Langage à l’Université de Lorraine (Metz) et membre du CREM, Centre de Recherche sur les Médiations (EA 3476). Ses thèmes de recherche portent sur la sémiotique des textes et genres de discours ; l’analyse du discours et recherches informatisées ; Les cinq dernières années, il travaille essentiellement sur les souffrances numériques en lien avec les médiations génériques.

Brigitte Wiederspiel

Maître de conférences en Sciences du Langage à l’Université de Lorraine (Metz) et membre du CREM, Centre de Recherche sur les Médiations (EA 3476). Ses thèmes de recherche portent sur la sémantique référentielle, la linguistique textuelle et la médiation numérique.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page