Navigation – Plan du site
Émergences
Les affects numériques

Anxiété, dépression et addiction liées à la communication numérique

Quand Internet, smartphone et réseaux sociaux font un malheur
Marie-Pierre Fourquet-Courbet et Didier Courbet

Résumés

L’article cherche à mieux comprendre les affects négatifs liés aux usages intensifs des technologies de communication numérique : dépendance et « addiction » à Internet, symptômes dépressifs et anxiétés associés aux réseaux sociaux et à la pratique du multitâche médiatique, peur de « rater quelque chose » (FOMO), perception de signaux fantômes stressante et nomophobie liée au smartphone. Dans une perspective transdisciplinaire, l’article analyse les processus psychologiques et psychosociaux, effets et déterminants majeurs des phénomènes impliquant affects négatifs et usages intensifs de la communication numérique. Il ouvre, enfin, de nouvelles perspectives et hypothèses de recherche.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans une perspective psychologique, nous utilisons le terme affect comme synonyme d’affectivité. Po (...)
  • 2 L’anxiété est un état psychologique désagréable que la littérature différencie généralement de la p (...)
  • 3 Dans la littérature, les termes « gros » utilisateurs d’Internet, usages « intensifs », « problémat (...)

1Des tendances socio-culturelles récentes, relayées par les médias, prônent la déconnexion régulière ou quasi-permanente des technologies numériques, en raison notamment des affects négatifs1 qu’elles généreraient. Certains parlent d’anxiété2 et possibles troubles dépressifs chez les gros utilisateurs3 de ces technologies. Des cures de « désintoxication digitale » sont même proposées aux plus « accros ». Qu’en disent les recherches scientifiques ? Quels effets affectifs négatifs provoquent les usages intensifs des technologies et contenus de communication numérique tels le smartphone, Internet ou les réseaux sociaux numériques (RSN) ? Quels processus sous-tendent les effets et quels déterminants sont alors impliqués ? L’objectif de cet article est de proposer pour la première fois en langue française, une synthèse des récents travaux scientifiques sur ces thèmes et d’établir de nouvelles perspectives de recherche.

  • 4 Nous avons dans un premier temps fait une recherche exploratoire (sur la période 2006 - 2016) à par (...)

2Cependant, répondre à ces questions n’est pas simple pour plusieurs raisons. Premièrement, plusieurs disciplines s’intéressent à ce domaine. Dans le présent article et dans une logique transdisciplinaire, nous avons synthétisé les récents travaux publiés dans des revues scientifiques à comité de lecture, essentiellement de langue anglaise, figurant dans les principales bases de données internationales (Psycinfo, Medline, Business Source Complete, Communication & Mass Media Complete (EBSCO), SocINDEX) en a) psychologie, psychologie sociale, sciences de l’éducation ; b) neurosciences et médecine (psychiatrie, pédiatrie, santé publique), c) sciences de la communication et marketing et sur Google Scholar4.

3Deuxièmement, il est difficile de différencier les recherches mettant en évidence des corrélations, de celles montrant des liens de causalités entre usages des technologies de communication numérique et affects négatifs ressentis par les gros utilisateurs. Dans ce but et pour saisir la complexité des phénomènes dans une logique systémique, nous avons articulé deux courants de littérature différents mais complémentaires : d’une part, des travaux sur les motivations individuelles conduisant à l’usage des technologies de communication numérique et, d’autre part, les travaux sur les effets des usages intensifs sur les adultes et adolescents.

  • 5 Cet article traite uniquement des principaux affects négatifs liés à des usages intensifs ou excess (...)

4Ainsi, l’article propose une synthèse de recherches sur les liens entre les usages intensifs ou excessifs d’Internet, des RSN et du smartphone, et les affects négatifs ressentis lors ou après leurs utilisations5. Nous mettons systématiquement en évidence les principaux processus psychologiques et psychosociaux impliqués, les effets et déterminants majeurs des phénomènes. Pour conclure, nous proposons également quelques nouvelles hypothèses ainsi que de nouvelles perspectives de recherche qu’il nous semble prioritaire de mener sur ce thème en sciences de l’information et de la communication.

Affects négatifs et « addictions » liés aux médias numériques et à internet

5L’étude The World Unplugged a demandé à un millier d’étudiants provenant d’une douzaine d’universités des cinq continents, de faire l’expérience de 24h de déconnexion médiatique (Moeller et al., 2012). Les résultats ont été univoques : une nette majorité d’étudiants a admis l’échec pur et simple de leurs efforts de déconnection. Beaucoup d’entre eux se sont alors auto-déclarés « addicts » aux médias et technologies de communication numérique.

6Ces conclusions ne sont pas étonnantes au regard des travaux de Hofmann et ses collègues (2012). En effet, parmi les multiples besoins et désirs que nous avons au quotidien (manger, boire, dormir, fumer, avoir des contacts sociaux, besoin d’hygiène, faire du sport…), le désir d’utiliser les médias (consulter ses e-mails, surfer sur le Web, aller sur les RSN, regarder la télévision) est celui pour lequel notre capacité de résister serait la plus faible. Non seulement le désir d’utiliser les médias serait plus fort et plus fréquent dans une journée que, par exemple, le désir de tabac, mais il serait, en outre, plus difficile à contrôler que les désirs de manger ou d’avoir des activités sexuelles (voir figure 1).

Figure 1. Degré avec lequel les désirs des participants entrent en conflit avec les objectifs en fonction de la force du désir

Figure 1. Degré avec lequel les désirs des participants entrent en conflit avec les objectifs en fonction de la force du désir

7Quatre caractéristiques des pratiques médiatico-numériques pourraient expliquer l’extrême difficulté à contrôler les désirs d’usage : les habitudes fortes et déjà bien ancrées, la disponibilité permanente des technologies, l’attrait considérable des activités pratiquées et le coût peu élevé pour les pratiquer. Si aller sur Internet est devenu une habitude, parfois excessive pour certains, peut-elle conduire à une dépendance ou à une addiction au sens pathologique du terme (LaRose 2010) ? Cette question est actuellement toujours débattue dans la littérature, depuis les travaux initiaux de Young (1996).

8L’addiction à Internet ne figure pas dans la dernière version du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM 5 ; APA, 2015) manuel de référence internationale pour la plupart des psychiatres et psychologues. À l’excès, ces habitudes sont étiquetées « comportements excessifs », mais ne sont pas définies comme de véritables troubles mentaux en raison, actuellement, de l’insuffisance de données dans la littérature (DSM 5 ; APA, 2015, p. 571). On manque par exemple de preuves neurobiologiques souvent nécessaires pour définir une véritable addiction. Les examens cérébraux, réalisés par IRM, de personnes développant des symptômes de dépendance montrent que les gros consommateurs d’Internet développent des processus neurobiologiques commun avec les toxicomanes et avec les personnes souffrant de dépendances pathologiques reconnues, comme celle liée aux jeux. Dans tous ces cas, leurs « pratiques addictives » activent le même système amygdale-striatum, système lié à la génèse du plaisir dans le cerveau. Cependant, ils présentent aussi de nombreuses différences, notamment dans le fonctionnement du système cérébral de contrôle inhibiteur, celui qui permet d’inhiber, par la volonté, certains de nos comportements (Turel et al., 2014). L’inhibition semblerait plus facile pour Internet. On manque également d’études cliniques sur des critères comportementaux, comme le sevrage ou la rechute, pour véritablement parler de troubles addictifs pour Internet.

9Cependant une littérature relativement récente s’est développée autour de ce que certains chercheurs nomment tout de même « addictions comportementales » à Internet (Griffith et al., 2016). Celles-ci peuvent être définies comme une habitude répétitive dont l’individu a du mal à se soustraire et qui accroît le risque de maladie et/ou est associée à des problèmes personnels ou sociaux. Elle est souvent ressentie négativement comme une perte de contrôle dans laquelle l’individu a conscience des risques psychologiques et sociaux. En simplifiant, il existe trois grands courants de recherche.

  1. Un courant portant sur les addictions sur (et non à) Internet. Il s’agit de la reproduction sur Internet d’un comportement addictif particulier que la personne effectue également en dehors du Web (addictions aux jeux, au sexe, aux achats… Billieux, 2012).

    • 6 Dans cet article, nous faisons la distinction entre les phénomènes en ligne et hors ligne. Les prem (...)

    Un courant portant sur les addictions à Internet. Les internautes sont dépendants d’activités que l’on ne trouve que sur Internet, essentiellement l’usage des RSN (Griffiths et al., 2014). Ils se construisent, la plupart du temps, un « soi virtuel » bien différent de leur « soi réel ». L’écart entre les deux « sois » semble être un prédicteur de l’implication excessive dans leurs activités sur les RSN (Billieux et al., 2015). De nombreux travaux insistent sur les vulnérabilités psychosociales préexistantes chez les jeunes « addicts » : importante anxiété sociale, sentiment de solitude dans la vie sociale hors ligne6. Ils trouvent alors de forts attraits aux RSN. Cependant, il n’est pas rare de voir, chez les plus jeunes, un usage intensif d’Internet les amener à négliger leur travail scolaire, à entrer en conflits avec leurs parents… ce qui accroît leur anxiété. Le temps passé à surfer sur Internet est positivement associé aux symptômes de la dépression et à l’anxiété sociale chez les adolescents ayant un réseau amical de faible qualité. Plus le temps passé sur le web est élevé et plus leur bien-être est faible (Yang, Tung, 2007). En effet, si interagir avec les RSN peut créer une certaine satisfaction immédiate contribuant à accroître leur dépendance, les satisfactions à plus long terme et dans la vie sociale hors ligne sont quasi inexistantes. Les jeunes internautes entrent alors dans un cercle vicieux : ceux qui ont déjà peu d’amis passent plus de temps sur Internet ; l’excès de web et l’absence de vie sociale hors ligne développent, en retour, des problèmes de confiance de soi et d’anxiété (Selfhout et al., 2009).

  2. Un courant portant sur des modèles plus compensatoires, comme celui de « l’usage compensatoire de l’Internet » (Kardefelt-Winther, 2014). Les personnes vont sur le web pour échapper à leurs problèmes dans la vie hors ligne, à leur manque de stimulation sociale ou pour atténuer leur humeur dysphorique. Elles cherchent alors à se socialiser par Internet, par exemple dans les jeux en ligne ou sur les RSN. Dans certains cas, les résultats sont positifs car ces personnes se sentent effectivement mieux en obtenant les stimulations sociales désirées. Dans d’autres cas, les résultats sont négatifs dans la mesure où elles deviennent « dépendantes » du Web pour obtenir satisfactions et stimulations sociales. Cependant, de telles pratiques ne constituent pas une réelle dépendance au sens pathologique car elles ne sont pas de nature compulsive. Cette théorie explique notamment pourquoi certaines personnes continuent à passer autant de temps à surfer sur le web bien qu’elles considèrent ces expériences comme globalement négatives.

10De plus amples recherches sont cependant nécessaires pour mieux comprendre les addictions à Internet et leurs déterminants.

Symptômes dépressifs et anxiétés associés aux usages intensifs des réseaux sociaux numériques (rsn)

11Si consulter Facebook est le premier geste du matin pour 48 % des 18-34 ans, l’usage des RSN, censés apporter divertissements et satisfaction, semble être l’objet d’un étonnant paradoxe. Plus les gens sont actifs sur Facebook, sans forcément en être « addicts », et plus leur humeur est négative après les usages du RSN (Sagioglou, Greitemeyer, 2014). La genèse de ces affects négatifs est bien liée à Facebook car ils n’apparaissent pas lors d’activités de durée similaire effectuées sur Internet en dehors de ce RSN. Cette constatation n’est pas uniquement liée à Facebook puisque des résultats similaires ont également été remarqués avec Instagram (Lup et al., 2015). Plus grave, une association positive a même été mise en évidence entre l’usage de ce RSN et des symptômes de dépression. Les préadolescents et adolescents semblent particulièrement sensibles (O’Keeffe, Clarke-Pearson, 2011). En particulier, chez les adolescents qui perçoivent leur réseau amical hors ligne comme étant de faible qualité, les longues durées passées sur Facebook sont associées à davantage de troubles dépressifs et d’anxiété sociale (Selfhout et al., 2009). Selon O’Keeffe et Clarke-Pearson (2011), les dépressions liées à des usages intensifs des RSN, ne font pas uniquement courir aux préadolescents et adolescents des risques d’un plus grand isolement social dans lequel ils se trouvent souvent déjà. En effet, souffrir de troubles dépressifs en s’exposant excessivement à Internet est d’autant plus problématique que les adolescents, alors fragiles psychologiquement, pensent parfois trouver sur certains RSN, sites ou blogs, du réconfort psychologique. Le danger est de tomber sur des sites qui incitent à des comportements personnellement (e.g. toxicomanie) ou socialement risqués ou les incitant à adhérer à des idéologies dangereuses.

12Quels déterminants et quels processus sont impliqués dans la genèse d’affects négatifs au cours de la fréquentation des RSN ? Les différentes explications que nous avançons ci-dessous peuvent bien sûr s’articuler les unes aux autres.

Un biais de comparaisons sociales défavorables

  • 7 Le terme « socionaute » désigne les utilisateurs des réseaux sociaux numériques.

13D’une façon générale, les socionautes7 tendent à utiliser les RSN en y gérant stratégiquement leurs relations sociales, en travaillant leur présentation de soi, leur image sociale et les impressions que les autres se font d’eux (Krämer, Winter, 2008). Les RSN sont même devenus de véritables espaces de comparaison sociale entre soi et les autres (Haferkamp, Krämer, 2011). Cependant, les internautes qui les fréquentent intensivement ont davantage tendance à effectuer des comparaisons sociales dont les résultats sont en leur défaveur (Lee, 2014). Ils sont aussi enclins à penser que les autres sont plus heureux et ont une vie bien plus agréable que la leur, ce qui leur donne un sentiment d’injustice (Chou, Edge, 2012). Ce biais conduit au déclenchement de certains processus psychopathologiques, comme des ruminations mentales, c’est-à-dire des ressassements incoercibles d’idées et de pensées affectivement négatives, qui peuvent être associées à ou produire des syndromes dépressifs (Feinstein et al., 2013).

14Ce processus s’observe surtout quand les « amis » ne font pas partie de l’entourage social hors ligne du socionaute et sont donc des « étrangers ». Quand les socionautes suivent beaucoup de personnes qu’ils ne connaissent pas personnellement, comme dans le cas d’Instagram, un usage intense est associé à plus de symptômes dépressifs, médiés par une comparaison sociale négative (Lup et al., 2015). Les socionautes qui ont le plus d’amis « étrangers » sur Facebook estiment, par comparaison, que les autres ont une vie meilleure que la leur (Chou, Edge, 2012). Il est intéressant de voir que cette erreur dans la comparaison avec les « étrangers » en défaveur du socionaute est largement réduite, voire inexistante, dans le cas de comparaison avec des amis et connaissances dont il connaît la vie hors ligne et dont il sait qu’elle est bien moins attirante que l’image montrée sur les RSN.

15Des recherches en neurosciences sociales montrent que même lorsque la comparaison sociale est en faveur du socionaute, celle-ci n’est pas systématiquement source de satisfaction. En effet, une comparaison sociale positive activerait une zone cérébrale dédiée aux plaisirs et bien-être, le noyau accumbens (Meshi et al., 2013). Cette zone est impliquée dans le circuit de la récompense et du plaisir. Elle est toutefois également activée lors des pratiques excessives des socionautes et on observe un phénomène d’habituation nécessitant de toujours remporter davantage de comparaisons sociales pour obtenir la même satisfaction.

La peur de rater quelque chose (FOMO)

  • 8 La méthode psychométrique a consisté à mener des analyses factorielles sur les réponses à de multip (...)

16Récemment, des auteurs ont mis en évidence une peur très particulière chez les gros usagers des RSN : la FOMO (Fear Of Missing Out, voir Baker et al., 2016). Il s’agit de « la crainte envahissante que d’autres pourraient avoir des expériences enrichissantes desquelles nous serions absents […] » (Przybylski et al., 2013, p. 1841). Le socionaute a alors la volonté de rester en permanence connecté avec les autres. Cette peur le conduit à vouloir prendre connaissance au plus tôt des nouvelles informations qui circulent sur les RSN. Quand elle est élevée, la FOMO est souvent associée à une humeur très fréquemment négative, une faible satisfaction de sa vie en général et à plus de symptômes dépressifs (Baker et al., 2016). Des recherches récentes ont permis non seulement de concevoir des échelles psychométriques8 permettant de mesurer la FOMO (Przybylski et al., 2013), mais, en outre, de mieux comprendre ses corrélats neurobiologiques. Elle serait associée à l’activation d’une zone cérébrale spécifique : le gyrus temporal moyen droit (Lai et al., 2016). Ces derniers auteurs montrent que cette zone s’active uniquement lorsque les individus sont exposés à des images montrant des scènes d’inclusion sociale (e.g. scènes où des personnes s’amusent, rient avec leurs amis, leur famille ou leurs collègues, partageant des activités avec eux) (vs. d’exclusion sociale).

Deux déterminants clé de la FOMO et du biais de comparaison sociale négative

17Les recherches sur la FOMO et le biais de comparaison sociale étant relativement muettes sur leurs déterminants, c’est dans la littérature sur les motivations sous-tendant les usages numériques que nous avons trouvé des concepts permettant de mieux en comprendre les causes. C’est le cas de la forte envie de satisfaire, via les RSN, deux besoins sociaux souvent non satisfaits dans la vie du socionaute : le besoin de popularité et le besoin de reconnaissance sociale.

18Selon Utz, Tanis et Vermeulen (2012), qui ont étudié un grand nombre de besoins et motivations psychosociaux conduisant à une forte activité sur les RSN (besoin d’appartenance sociale, estime de soi, vanité, sentiment ressenti par l’individu selon lequel « tout lui est dû »), c’est le besoin de popularité qui en est le prédicteur le plus puissant et le plus constant. Variable individuelle stable, il s’agit du besoin d’être aimé et reconnu par le plus grand nombre. Pour satisfaire ce besoin, les personnes sont motivées à se conformer à la pression de leurs pairs (Santor, 2000) et à adopter des comportements qui donnent l’impression qu’elles sont effectivement « populaires » (e.g. choix très soigneux de la photo de profil, descriptions de soi valorisantes) (Utz et al., 2012). Ces derniers auteurs estiment que les RSN sont un espace d’expression idéal pour les internautes ayant un fort besoin de popularité car ils permettent de s’exposer facilement au plus grand nombre et facilitent la mise en œuvre de stratégies autocentrées de présentation de soi (e.g. amélioration de son profil pour donner l’impression d’être populaire, révélation sur soi…) tout en communiquant avec les autres. Les personnes déjà populaires hors ligne et avec une haute estime de soi cherchent et parviennent souvent à avoir une certaine popularité sur les RSN. Mais gagner en popularité peut aussi être possible pour les personnes ayant une faible estime de soi et qui se considèrent comme impopulaires hors ligne. Un mécanisme de compensation sociale se met alors en place les conduisant à rechercher à être plus populaires sur les RSN (Zywica, Danowski, 2008). Sans doute est-ce leur impopularité hors ligne, source de frustration et d’émotions négatives qui les incite à retourner fréquemment sur les RSN pour gagner toujours davantage de popularité en ligne, avec le risque toutefois d’enclencher le cercle vicieux dont nous avons déjà parlé.

19Une activité soutenue sur les RSN s’explique également par un fort besoin de reconnaissance sociale (Dang-Nguyen et al., 2015) que les socionautes n’ont pas forcément dans la vie hors ligne. Les RSN pourraient alors, de nouveau, agir comme un dispositif de compensation sociale. La volonté de satisfaire ce besoin incite d’abord les socionautes à rendre fortement visible leur image en ayant notamment le maximum de contacts. Ensuite, ils vont chercher de multiples signes de cette reconnaissance sociale. Meshi et ses collègues (2013) estiment que les like, tweet, partages et autres messages sont autant de signes de reconnaissance sociale et deviennent une véritable monnaie d’échange affectif entre personnes en contact.

Des ruminations et émotions négatives toujours entretenues

20Illustrons ce processus avec les résultats d’une recherche empirique qualitative que nous avons réalisée sur les réactions des fans au décès de Michael Jackson (Fourquet-Courbet, Courbet, 2012). Nous avons montré que les RSN jouent un rôle ambivalent dans leur gestion du deuil. Si les RSN ont été psychologiquement utiles aux fans dans les premiers jours qui ont suivi le décès pour obtenir des informations et partager socialement leurs émotions, il semble toutefois qu’à plus long terme, leurs usages fréquents et prolongés ont freiné la résolution du deuil chez certains. Retourner fréquemment et pendant un long délai après le décès sur les RSN et pages de fans, comme l’ont fait de nombreux fans, conduit à régulièrement re-générer et ruminer des pensées négatives, à augmenter la fréquence et l’intensité des émotions négatives ressenties. Si communiquer et exprimer sa tristesse est nécessaire dans le premier stade du deuil, notamment pour obtenir empathie et soutien sociaux pour « faire son deuil », cette phase ne doit pas être trop longtemps entretenue. Or les RSN incitant à prolonger cette phase semblent ralentir la gestion du deuil (Courbet, Fourquet-Courbet, 2014). Certes, si les deuils sont heureusement rares dans la vie quotidienne, l’entretien des ruminations et émotions négatives peut se retrouver dans d’autres circonstances, par exemple, à la suite d’une séparation amoureuse. Des consultations fréquentes des pages de l’être aimé(e) perdu(e) sur les RSN pourraient empêcher d’accepter la fin de la relation.

Une perte de temps culpabilisante

21Les socionautes ont parfois l’impression de ne rien faire de significatif et de perdre du temps inutilement sur les RSN. De nombreuses vidéos y circulent, comme par exemple les célèbres vidéos de chats, objet d’une étude de Myrick (2015). Si les socionautes les trouvent divertissantes à court terme, ils sont susceptibles d’éprouver, au final, de la culpabilité liée, soit au fait qu’ils ont négligé d’autres tâches plus importantes à effectuer, soit aux sentiments négatifs proches de ceux ressentis lors de comportements de procrastination. Regarder des vidéos divertissantes provoque un plaisir coupable au sein d’une triple relation « procrastination-culpabilité-plaisir ». Plus globalement, la tendance à la procrastination issue de la fréquentation des RSN a des effets sur le bien-être des socionautes (Meier et al., 2016)

22Cette impression génère des affects négatifs. Si les socionautes les plus actifs continuent à aller sur Facebook, c’est, selon Sagioglou et Greitemeyer (2014, p. 359), parce qu’ils ont tendance à faire une « erreur de prévision affective » : ils espèrent toujours se sentir mieux après avoir utilisé Facebook alors que, dans les faits, c’est souvent l’inverse qui se produit.

Risques et affects négatifs liés à un smartphone omniprésent

23Le smartphone est devenu omniprésent dans le quotidien des Français : en 2015 près de 70 % d’entre eux en possédaient un9 et 58 % déclaraient l’avoir en permanence avec eux10, y compris la nuit. Le système d’interaction usager-mobile incite les mobinautes11 à mettre en place de fréquentes consultations de l’écran afin d’établir une veille des informations reçues, dont il est difficile de se défaire. Si ces habitudes ne sont pas des addictions au sens pathologique et si elles ne sont pas gênantes pour tous, nombre de mobinautes les trouvent tout de même embarrassantes au quotidien, tant ils se sentent « prisonniers » de cette habitude (Oulasvirta et al., 2012). Soixante-dix pourcent des français consultent leur smartphone toutes les 5 minutes Ainsi, un smartphone est actionné 221 fois par jour12. Pour certains, ces habitudes de vérification sont d’autant plus gênantes qu’elles sont susceptibles d’augmenter le temps d’utilisation globale du mobile. En effet, quand les mobinautes le vérifient, beaucoup sont tentés de l’utiliser plus longuement, pensant y trouver de petits plaisirs ou stimulations qui animent leur quotidien. Pourtant, au final, ils ont souvent l’impression d’avoir perdu du temps et fait des choses peu significatives. Au-delà de cette gêne, dans la littérature, cinq types de troubles associés à des affects négatifs concernent le smartphone. Examinons-les.

La dépendance au smartphone

24En 2015, 59 % des Français consultaient leur mobile dans l’heure suivant leur réveil pour prendre connaissance de messages13. Un sur trois consultait même ses SMS la nuit… Le smartphone revêt une telle importance pour certains mobinautes qu’ils en sont devenus « dépendants », dans un sens très proche de celui dont nous avons déjà parlé pour Internet. Plusieurs enquêtes scientifiques ont montré que si cette dépendance est un phénomène touchant un grand nombre de pays, il existe des différences interpays : par exemple 38 % des étudiants seraient dépendants en Espagne et 67 % aux Émirats Arabes Unis (voir Khoury et al., 2017). Dans l’enquête scientifique Smart.Use14 (2016), 21,1 % des 12-18 ans en Belgique se sont déclarés « dépendants » au smartphone, 33,4 % non-dépendants et 45,5 % seraient dans un état intermédiaire. En France, chez les plus âgés, en 2016, deux tiers des moins de 35 ans se sentaient dépendants et plus d’un tiers des mobinautes, quel que soit leur âge, s’estimaient « accros » et incapables de s’en séparer15. Les recherches sur la dépendance au smartphone ont relativement peu avancé au regard de l’ampleur du phénomène en raison du manque d’outils d’objectivation du problème. Deux principales échelles disposant de bonnes qualités psychométriques permettent depuis peu de mesurer cette dépendance, qualifiée de véritable addiction par leurs auteurs : le « Smartphone Addiction Inventory » (SPAI, Lin and Chang, 2014) contenant 26 items et « l’échelle d’addiction au Smartphone » avec une version à 10 items pouvant être utilisée auprès d’adolescents (SAS-SV, Kwon et al., 2013). On s’attend donc à une avancée des connaissances sur ces phénomènes de dépendance au cours des prochaines années.

Anxiété et nomophobie

25Plus de la moitié des mobinautes ont déclaré éprouver de l’anxiété en cas de perte de leur smartphone mais également quand ils ne pouvaient pas l’utiliser à cause d’une mauvaise couverture réseau ou d’une batterie faible16. De même, lors d’une autre enquête, plus de la moitié des enquêtés ont déclaré se sentir « anxieux » quand leur portable était éteint ou quand il n’était pas près d’eux17. Par ailleurs, 42 % des adolescents déclarent qu’ils seraient « dévastés » s’ils devaient quitter leur foyer plusieurs jours sans leur téléphone18.

26Cette anxiété est à l’origine de l’apparition d’un nouveau trouble, spécifique aux smartphones, chez les mobinautes les plus actifs, la nomophobie. Née de la contraction de « no mobile phobia », la nomophobie est, en simplifiant, une crainte quasi-obsédante et continuelle, de ne pas avoir son smartphone en état de marche avec soi. Quatre dimensions de la crainte associée à la nomophobie ont été identifiées : l’incapacité à communiquer, la perte de connectivité, l’impossibilité, d’une part, d’accéder à de l’information et, d’autre part, aux commodités offertes par les smartphones (Yildirim, Correia, 2015). Clayton, Leshner et Almond (2015) ont par exemple montré que l’incapacité à communiquer est source d’anxiété. Quand les mobinautes ne pouvaient répondre à la sonnerie de leur téléphone, leur fréquence cardiaque et leur pression artérielle augmentaient. Dans cette situation, ils déclaraient ressentir de l’anxiété.

27La nomophobie développe en partie ou en totalité les troubles observés dans les obsessions phobiques classiques, que l’on va retrouver chez les mobinautes, à des degrés plus ou moins marqués. Ainsi, la nomophobie est souvent associée à des pensées ruminatives plus ou moins envahissantes. Elle est accompagnée d’affects négatifs, qui vont de l’inconfort à la forte anxiété ou à la forte peur de ne pas avoir la possibilité d’utiliser son smartphone, conduisant alors à être potentiellement injoignable et déconnecté d’Internet (King et al., 2014). Elle est également associée à des compulsions, plus ou moins envahissantes et plus ou moins acceptées par le mobinaute, souvent des habitudes de vérification du smartphone, que la personne ne peut supprimer. En raison notamment de l’intensité de l’anxiété associée à ce trouble et de l’augmentation de sa fréquence dans la population, certains auteurs demandent à ce que la nomophobie soit intégrée dans le DSM (Bragazzi, Del Puente, 2014).

Signaux fantômes et hallucinations sonores

28Une utilisation excessive du smartphone est souvent associée à des « hallucinations » sonores et à des perceptions de « signaux fantômes » en provenance du téléphone. Les mobinautes pensent avoir perçu un signal indiquant un appel entrant, un message ou une notification de RSN, alors qu’en fait, aucun signal n’a été émis (Tanis et al., 2015). Ce phénomène, source de stress, est répandu puisque la moitié des mobinautes étudiés perçoivent des signaux fantômes au moins une fois par semaine. Il est particulièrement observé chez les mobinautes ayant un besoin de popularité développé, qui considèrent dès lors le moindre signal du smartphone comme un possible indicateur de leur degré de popularité. Tanis et ses collègues avancent deux explications au phénomène d’hallucinations sonores. Premièrement, ces signaux proviennent d’une utilisation intensive du smartphone susceptible de provoquer des erreurs d’interprétation des autres bruits de l’entourage, et donc des hallucinations bénignes. Deuxièmement, le smartphone est devenu tellement important aux yeux des mobinautes qu’ils seraient à l’affût du moindre signal (Tanis et al., 2015).

Multitâche médiatique, symptômes dépressifs et anxiété sociale

29Le smartphone est l’un des dispositifs numériques le plus souvent impliqué dans la pratique du multitâche médiatique19. Le multitâche médiatique renvoie à deux types de comportements. Premièrement, il s’agit de l’usage de plusieurs médias simultanément. Par exemple, en 2015, 46 % des 18-24 ans utilisent très souvent leur smartphone en regardant la télévision. Deuxièmement, c’est l’usage d’un média pendant la réalisation d’une activité non liée aux médias. Par exemple, 25 % des 25-34 ans consultent leur smartphone en marchant dans la rue et 23 % des 18-25 ans l’invitent à table20.

30Si cette pratique s’est banalisée ces dernières années, elle n’est pourtant pas anodine pour les mobinautes. En effet, une pratique intensive du multitâche médiatique est associée à des symptômes dépressifs, de l’anxiété sociale (Becker et al., 2013) et, chez les adolescents, à un accroissement de l’impulsivité (Cain et al., 2016).

Une FOMO exacerbée

31Plus les mobinautes ont une utilisation excessive de leur smartphone, plus la probabilité est forte qu’ils ressentent de la FOMO et de l’anxiété (Elhai et al., 2016). C’est le cas des mobinautes les plus actifs qui le consultent frénétiquement par peur de manquer un évènement important, pour voir au plus tôt ce que font les autres et consulter au plus vite notifications, messages et autres like (Clayton et al., 2015). En retour, la consultation excessive conduit, dans une logique systémique, à accroître l’anxiété et la dépendance au smartphone.

En guise de conclusion, nouvelles perspectives et hypothèses de recherche

32Nous proposons deux séries de nouvelles perspectives et hypothèses de recherche.

Perspectives de recherche empiriques et expérimentales

33Sur le plan méthodologique, il serait intéressant de mettre en œuvre davantage de recherches qui montrent des liens de causalités entre usages intensifs des technologies numériques et affects négatifs, en étudiant également les effets de médiation impliqués. Dans la littérature, la majorité des recherches mettent essentiellement en évidence des corrélations, assez limitées sur le plan épistémologique. Par exemple, il est possible que ce soit les personnes ayant préalablement des tendances dépressives qui passent ensuite beaucoup plus de temps que les autres sur les réseaux sociaux. Seules les méthodes expérimentales sont appropriées lorsqu’il s’agit de tester des hypothèses déterministes impliquant l’effet de variables sur d’autres avec le but d’établir des connaissances scientifiques réfutables, au sens de Popper (1975) (Courbet, 2013). Cependant développer des méthodologies expérimentales pour étudier des liens causaux est complexe dans ce domaine. Les raisons sont à la fois pratiques et éthiques. Pour les besoins d’une étude il semble en effet difficile de demander à des sujets expérimentaux de s’exposer intensivement aux réseaux sociaux au risque de provoquer chez eux un syndrome dépressif.

34Sur le plan théorique, les chercheurs trouveront un intérêt certain à articuler, d’une part, les théories expliquant les motivations, les besoins psychosociaux satisfaits par l’usage des technologies et certains contenus (souvent en amont des effets) avec, d’autre part, les théories expliquant les conséquences et effets affectifs provoqués par les usages intensifs des communications numériques.

35Sur le plan épistémologique, les recherches pourraient s’intéresser aux phénomènes dans leur complexité et dans une logique davantage interactionniste, systémique et circulaire. Complexité et logique systémique circulaire prendraient en considération à la fois, premièrement, les multiples déterminants individuels (traits de personnalité, personnalité particulière -e.g. de type évitante ou narcissique-, troubles préexistants comme l’anxiété, les symptômes dépressifs, les cognitions inadaptées -e.g. les comparaisons défavorables, les carences narcissiques…), contextuels (e.g. liés à la situation de communication, à ses enjeux…), technologiques (e.g. les propriétés et contraintes propres aux médias numériques), sémiotiques (e.g. à partir de quels éléments sémiotiques mis sur le profil d’autrui, photos, commentaires… se forment les comparaisons défavorables ?) et deuxièmement, les interactions complexes de l’ensemble de ces déterminants.

Des perspectives de recherche plus critiques

36Il est essentiel de s’interroger sur les raisons pour lesquelles les usagers sont si fortement attachés à Internet, aux RSN et au smartphone et pourquoi ils ont une telle crainte de ne plus pouvoir les utiliser. Nous proposons quelques pistes et hypothèses de recherche qu’il serait important de davantage creuser.

37D’abord, il nous semble que la communication numérique offre la possibilité de combler de nombreux besoins existentiels, narcissiques et sociaux, difficiles à satisfaire dans les phénomènes hors ligne. Ces derniers sont souvent générés ou amplifiés par une société toujours plus individualiste et ambivalente. D’un côté, elle génère de nouveaux besoins toujours plus narcissiques, auxquels adolescents et jeunes adultes sont si sensibles (e.g. le besoin de popularité) et, de l’autre côté, elle provoque nombre de frustrations. Comme l’enfant séparé de sa mère trouve dans son « doudou » un moyen de se rassurer, le smartphone, objet transitionnel, ne permettrait-il pas de lutter contre les frustrations et affects négatifs provoqués par le monde social ? En étant connecté en permanence à ses amis et en pouvant « se raccrocher » à des environnements en ligne familiers, comme sa page Facebook ou Instagram, le mobinaute, éloigné de son environnement familier, ne se sentirait-il pas alors davantage en sécurité affective, comme dans son foyer où il a ses repères et habitudes rassurant ? La connexion permanente, notamment aux RSN, l’assurerait qu’il appartient bien à des groupes sociaux. Une forte activité sur les RSN, ne lui donnerait-elle pas l’impression qu’il est un acteur socialement central et important ? De nouvelles recherches sont donc nécessaires pour mieux comprendre comment s’opère la formation de ces représentations et le rôle qu’elles jouent dans la communication numérique.

38Quelques autres pistes à creuser concernent les motivations poussant à l’usage des TIC. Si la connexion permanente permet de lutter contre la peur du mobinaute de rater quelque chose (FOMO) et d’être exclu socialement, elle peut également le rassurer sur sa popularité. Elle lui transmet instantanément, par les like, retweet et autres notifications, des signes de reconnaissance d’autrui contribuant à satisfaire des besoins personnels et sociaux de construction narcissique et identitaire via les interactions sociales numériques. Cependant, il serait intéressant d’étudier la possible fonction de la communication numérique conduisant à combler par des artefacts un « vide existentiel » chez les gros utilisateurs. Par exemple, il semblerait que la connexion permanente soit particulièrement appréciée parce qu’elle offre la possibilité de répondre immédiatement et en permanence à des besoins de stimulation et de divertissement à court terme lors des nombreux moments d’ennui ressentis par l’internaute souffrant d’un problème existentiel. Comment évolue alors cette carence en fonction, par exemple, de l’usage intensif des RSN ?

39Les technologies mobiles sont devenues des entités faisant si intimement partie de nous qu’elles représenteraient une extension de notre corps physique, « un cordon ombilical qui ancre l’infrastructure digitale de la société de l’information à nos corps » (Harkin, 2003, p. 16). D’ailleurs, un grand nombre d’adolescents considèrent leur smartphone comme leur « seconde peau »21. Plus les personnes ont la possibilité d’exercer un contrôle sur leurs biens matériels comme elles contrôlent leur corps, plus ces biens deviennent étroitement liés à leur soi. Consciemment ou non, ces biens matériels fabriquent alors un « soi augmenté » (Belk, 2013). Jusqu’à quel point l’incapacité d’utiliser le smartphone ou sa perte peuvent-elles être perçues comme une diminution angoissante du soi ? Cette diminution touche-t-elle la partie narcissique, sociale ou plus corporelle du soi ? Dans ce dernier cas, le smartphone pourrait-il être intégré dans le schéma du corps et traité par le cerveau comme étant incarné en lui (Clark, 2008) ? Autant de questions auxquelles de nouvelles recherches devront répondre.

Haut de page

Bibliographie

APA American Psychiatric Association, DSM-5, Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles mentaux, Issy-les-Moulineaux, Elsevier Masson, 2015.

Baker Zachary G., Krieger Heather G, LeRoy Angie S., « Fear of Missing out : Relationships with Depression, Mindfulness, and Physical Symptoms », Translational Issues in Psychological Science, 2016, 2, no 3, 275-282.

Becker Marc W., Alzahabi Reem, Hopwood Christopher J., « Media Multitasking Is Associated with Symptoms of Depression and Social Anxiety », Cyberpsychology, Behavior, and Social Networking, 2012, 16, no 2, 132-135.

Belk Russell W., « Extended Self in a Digital World », Journal of Consumer Research, 2013, 40, no 3, 477-500.

Billieux Joël, Thorens Gabriel, Khazaal Yasser, Zullino Daniele, Achab Sophia, Van Der Linden Martial, « Problematic involvement in online games : A cluster analytic approach ». Computers in Human Behavior, 2015, 43, 242-250.

BILLIEUX Joël, « Problematic Use of the Mobile Phone : A Literature Review and a Pathways Model», Current Psychiatry Reviews, 2012, 8, no 4, 299‑307.

Bonis (De) Monique, Connaître les émotions humaines, Sprimont, Pierre Mardaga, 1996.

Bragazzi Nicola Luigi, Del Puente Giovanni, « A Proposal for Including Nomophobia in the New DSM-V », Psychology Research and Behavior Management, 2014, 7, 155-160.

CAIN Matthew.S., Leonard Julia A., Gabrieli John D.E., Finn Amy S., « Media Multitasking in Adolescence », Psychonomic Bulletin & Review, 2016, 23, no 6, 1932-1941.

CHOU Hui-Tzu, EDGE Nicholas, « “They Are Happier and Having Better Lives than I Am” : The Impact of Using Facebook on Perceptions of Others’ Lives », Cyberpsychology, Behavior, and Social Networking, 2011, 15, no 2, 117-121.

Clark Andy, Supersizing the Mind : Embodiment, Action, and Cognitive Extension, Oxford USA, University Press, 2008.

Clayton Russell B., Leshner Glenn, Almond Anthony, « The Extended iSelf : The Impact of iPhone Separation on Cognition, Emotion, and Physiology », Journal of Computer-Mediated Communication, 2015, 20, no 2, 119-135.

Courbet Didier (sous la Dir. de), Objectiver l’humain ? Volume 2 – Communication et expérimentation, Paris, Hermès-Science, Lavoisier, 2010.

Courbet Didier, Fourquet-Courbet, Marie-Pierre., « When a celebrity dies…Social identity, uses of social media and the mourning process among fans », Celebrity Studies, 2014, vol. 5, Issue 3, 275-290.

Dang-Nguyen Godefroy, Huiban Emilie, Deporte Nicolas, « Usages sur Facebook : Entre reconnaissance et visibilité », Publication Marsouin,Telecom Bretagne, Institut Mines Telecom, 2015.

Elhain Jon D., Levine Jason C., Dvorak Robert D., Hall Brian J., « Fear of missing out, need for touch, anxiety and depression are related to problematic smartphone use », Computers in Human Behavior, 2016, 63, 509-516.

Feinstein Brian A., Hershenberg Rachel, Bhatia Vickie, Latack Jessica A., Meuwly Nathalie, Davila Joanne, « Negative Social Comparison on Facebook and Depressive Symptoms : Rumination as a Mechanism », Psychology of Popular Media Culture, 2013, 2, no 3, 161-170.

Fourquet-Courbet Marie-Pierre, Courbet Didier, « Pourquoi les fans communiquent-ils tant quand la célébrité décède ? Usages des communications et des réseaux sociaux dans le deuil de Michael Jackson », 2012, Communication 30/2.

Griffiths Marc D., Kuss Daria J., Demetrovics Zsolt, « Social networking addiction : an overview of preliminary findings », dans Rosenberg Kenneth P., Feder Laura C. (sous la dir. de), Behavioral addictions : criteria, evidence and treatment, New York, Elsevier, 2014, 119-141.

Griffiths Marc D., Kuss Daria J., Billieux Joël, Pontes Halley M., « The evolution of Internet addiction : A global perspective », Addictive Behaviors, 2016, 53, 193-195.

Haferkamp Nina, Krämer Nicole C., « Social Comparison 2.0 : Examining the Effects of Online Profiles on Social-Networking Sites », Cyberpsychology, Behavior, and Social Networking, 2010, 14, no 5, 309-214.

Harkin James, Mobilisation : The Growing Public Interest in Mobile Technology, London UK, Demos, 2003.

Hofmann Wihelm, Vohs Kathleen D., Baumeister Roy F., « What People Desire, Feel Conflicted About, and Try to Resist in Everyday Life », Psychological Science, 2012, 23, no 6, 582-588.

Kardefelt-Winther Daniel, « A conceptual and methodological critique of internet addiction research : Towards a model of compensatory internet use », Computers in Human Behavior, 2014, 351-354.

Khoury Julia Machado, de Freitas André Augusto Corréa, Roque Marco Antonio Valente, Albuquerque Maicon Rodrigues, das Neves Maila de Castro Lourenço, Garcia Frederico Duarte, « Assessment of the accuracy of a new tool for the screening of smartphone addiction », PloS one, 2017, 12(5), e0176924.

King Anna L.S, Valença Alexandre M., Silva Adriana C., Sansassiani Federica, Machado Sergio, Nardi Antonio E., « “Nomophobia” : Impact of Cell Phone Use Interfering with Symptoms and Emotions of Individuals with Panic Disorder Compared with a Control Group », Clinical Practice & Epidemiology in Mental Health, 2014, 10, no 1, 28-35.

Krämer Nicole C., Winter Stephan, « Impression Management 2.0 », Journal of Media Psychology, 2008, 20, no 3, 106-116.

Kwon Min, Lee Joon-Yeop, Won Wang-Youn, Park Jae-Woo., Min Jung-Ah., Hahn Changtae, Gu Xinyu, Choi Ji-Hye, KIm Dai-Jin, « Development and validation of a smartphone addiction scale (SAS) », PloS one, 2013, 8(2).

Lai Carlo, Altavilla Daniela, Ronconi Ambra, Aceto Paola, « Fear of missing out (FOMO) is associated with activation of the right middle temporal gyrus during inclusion social cue », Computers in Human Behavior, 2016, 61, 516-521.

Larose Robert, « The Problem of Media Habits ». Communication Theory, 2010, 20, no 2, 194-222.

Lee Sang Yup., « How do people compare themselves with others on social network sites ? : The case of Facebook », Computers in Human Behavior, 2014, 32, 253-260.

Lin Yu-Hsuan, CHANG Li-Ren., Lee Yang-Han. et al., « Development and validation of the Smartphone Addiction Inventory (SPAI) », PloS one, 2014, 9(6), e98312.

Lup Katerina., Trub Leora, Rosenthal Lisa., « Instagram #Instasad ? : Exploring Associations Among Instagram Use, Depressive Symptoms, Negative Social Comparison, and Strangers Followed », Cyberpsychology, Behavior, and Social Networking, 2015, 18, no 5, 247-252.

Meier Adrian, Reinecke Leonard, Meltzer Christine.E., « Facebocrastination” ? Predictors of using Facebook for procrastination and its effects on students’ well-being », Computers in Human Behavior, 2016, 64, 65-76.

Meshi Dar, Morawetz Carmen, Heekeren Hauke R., « Nucleus Accumbens Response to Gains in Reputation for the Self Relative to Gains for Others Predicts Social Media Use », Frontiers in Human Neuroscience, 2013, 7, 1-11.

Moeller Susan, Powers Elia, Roberts Jessica, « « The World Unplugged» and « 24 Hours without Media» : Media Literacy to Develop Self-Awareness Regarding Media, Comunicar, 2012, 20, no 39, 45‑52.

Myrick Jessica G., « Emotion regulation, procrastination, and watching cat videos online : Who watches Internet cats, why, and to what effect ? », Computers in Human Behavior, 2015, 52, 168-176.

O’KEEFFE Gwenn, Clarke-Pearson Kathleen, « The Impact of Social Media on Children, Adolescents, and Families », Pediatrics, 2011, 127, no 4, 800-804.

Oulasvirta Antti, Rattenbury Tye, MA Lingyi, RAITA Eeva, « Habits Make Smartphone Use More Pervasive », Personal and Ubiquitous Computing, 2012, 16, no 1, 105-114.

Popper, Karl, La logique de la découverte scientifique, (traduction française Paris, Payot, 1973), 1935

Przybylski Andrew K., Murayama Kou, DeHaan Cody R., Gladwell Valerie, « Motivational, emotional, and behavioral correlates of fear of missing out », Computers in Human Behavior, 2013, 29, no 4, 1841-1848.

Sagioglou Cristina, Greitemeyer Tobias, « Facebook’s emotional consequences : Why Facebook causes a decrease in mood and why people still use it », Computers in Human Behavior, 2014, 35, 359-363.

Santor Darcy A., Messervey Deanna, Kusumakar Vivek, « Measuring Peer Pressure, Popularity, and Conformity in Adolescent Boys and Girls : Predicting School Performance, Sexual Attitudes, and Substance Abuse », Journal of Youth and Adolescence, 2000, 29, no 2, 163-182.

Selfhout Marteen H.W., Branje Susan.J.T., Delsing M., Ter Bogt Tom F.M., Meeus Wim H.J., « Different types of Internet use, depression, and social anxiety : The role of perceived friendship quality », Journal of Adolescence, 2009, 32, no 4, 819-833.

Tanis Martin, Beukeboom Camiel J., Hartmann Tilo, Vermeulen Ivar E., « Phantom phone signals : An investigation into the prevalence and predictors of imagined cell phone signals », Computers in Human Behavior, 2015, 51, Part A, 356-362.

Turel Ofir, He Qingua, Xue Gui, Xiao Lin, Bechara Antoine, « Examination of Neural Systems Sub-Serving Facebook “Addiction” », Psychological Reports, 2014, 115, no 3, 675-695.

Utz Sonja, Tanis Martin, Vermeulen Ivar E., « It Is All About Being Popular : The Effects of Need for Popularity on Social Network Site Use », Cyberpsychology, Behavior, and Social Networking, 2011, 15, no 1, 37‑42.

Yang Shu C., Tung Chieh-Ju, « Comparison of Internet addicts and non-addicts in Taiwanese high school », Computers in Human Behavior, 2007, 23, no 1, 79‑96.

Yildrim Caglar, Correia Ana-Paula., « Exploring the dimensions of nomophobia : Development and validation of a self-reported questionnaire », Computers in Human Behavior, 2015, 49, 130-137.

Young Kimberly S., « Psychology of Computer Use : XL. Addictive Use of the Internet : A Case That Breaks the Stereotype », Psychological Reports, 1996, 79, no 3, 899‑902.

Zywica Jolene, Danowski James, « The faces of Facebookers : Investigating social enhancement and social compensation hypotheses ; predicting Facebook and offline popularity from sociability and self‐esteem, and mapping the meanings of popularity with semantic networks », Journal of Computer‐Mediated Communication, 2008, 14(1), 1-34.

Haut de page

Notes

1 Dans une perspective psychologique, nous utilisons le terme affect comme synonyme d’affectivité. Pour simplifier, il renvoie à l’ensemble des émotions, humeurs et sentiments, c’est-à-dire aux phénomènes psychologiques que les personnes peuvent situer selon un continuum "agréable (positif) - désagréable (négatif)". Ils sont accompagnés, premièrement, de réactions plus ou moins intenses de natures physiologiques (e.g. accélération des systèmes cardio-vasculaires et respiratoires) et corporelles (e.g. expressions faciales) et, deuxièmement, d’expériences subjectives souvent verbalisables (voir Bonis, 1996 pour davantage de précisions).

2 L’anxiété est un état psychologique désagréable que la littérature différencie généralement de la peur. A la différence de la peur, l’anxiété n’est déclenchée ni par une menace précise ni "objectivement" dangereuse. L’anxiété est également davantage liée à l’anticipation d’un événement que la personne craindrait dans le futur, alors que la peur concerne un événement présent (DSM 5, APA, 2015, p. 221).

3 Dans la littérature, les termes « gros » utilisateurs d’Internet, usages « intensifs », « problématiques » ou « excessifs » ne sont pas définis de manière identique. Dans cet article, nous considérons que les gros utilisateurs se situent parmi les 20 à 25 % (selon les médias) des personnes passant le plus de temps en interaction avec le média ou le contenu étudié. Leurs usages sont alors qualifiés d’« intensifs ». Les usages sont dits « excessifs » quand les usagers eux-mêmes les qualifient par ce terme. En 2016, pour des adultes en France, les usages intensifs d’Internet correspondent à une durée de plus de 21h par semaine, hors travail et quel que soit le mode de connexion (https://fr.statista.com/statistiques/472582/temps-passe-en-ligne-par-semaine-France/ consulté le 31/05/17).

4 Nous avons dans un premier temps fait une recherche exploratoire (sur la période 2006 - 2016) à partir de mots-clés tels que « social media use », « internet addiction», « nomophobia » « fear of missing out », « problematic mobile phone use » « affect ANd internet »… Nous avons, dans un deuxième temps, sélectionné les articles traitant uniquement des affects négatifs générés par les technologies numériques. Dans un troisième temps, parmi les 114 articles identifiés, nous avons gardé a) les recherches empiriques fondées sur des méthodologies qualitatives, quantitatives et expérimentales et b) parues dans des revues dont la reconnaissance internationale est assurée par leur indexation dans la base de données Journal Citation Reports de Thomson Reuters, indiquant des facteurs d’impact et c) des articles proposant des synthèses systématisées.

5 Cet article traite uniquement des principaux affects négatifs liés à des usages intensifs ou excessifs recensés dans la littérature. Il laisse donc volontairement de côté d’autres problèmes de nature plus cognitive (troubles de l’attention, des apprentissages ou de la mémorisation) et comportementale (sommeil), les effets de certaines images (violence, pornographie) ...

6 Dans cet article, nous faisons la distinction entre les phénomènes en ligne et hors ligne. Les premiers sont définis comme des phénomènes humains, sociaux et communicationnels qui s’opèrent quand les personnes utilisent un dispositif numérique de communication médiatisée (e.g. mobile, ordinateur portable et tablette connectés à Internet). Les seconds sont les autres types des phénomènes humains, sociaux et communicationnels qui s’opèrent sans usage direct du dispositif. Cette distinction, existante également dans la littérature, est uniquement opérée pour des raisons théoriques. Elle n’est pas aussi tranchée dans la vie des internautes où les deux phénomènes sont en interaction permanente.

7 Le terme « socionaute » désigne les utilisateurs des réseaux sociaux numériques.

8 La méthode psychométrique a consisté à mener des analyses factorielles sur les réponses à de multiples items puis une analyse selon le modèle de la réponse aux items pour identifier les 10 items corrélant le plus à une seule dimension commune : la FOMO.

9 https://www2.deloitte.com/fr/fr/pages/presse/2015/la-france-accro-au-smartphone-avec-plus-de-900-millions-de-consultations-par-jour.html, consulté le 26/01/2017.

10 http://www.bva.fr/fr/sondages/l_attention_a_l_heure_du_numerique.html, consulté le 25/01/2017.

11 Le terme « mobinaute » désigne les utilisateurs de smartphone.

12 http://www.tecmark.co.uk/smartphone-usage-data-uk-2014/çoà, consulté le 18/01/2017.

13 https://www2.deloitte.com/fr/fr/pages/presse/2015/la-france-accro-au-smartphone-avec-plus-de-900-millions-de-consultations-par-jour.html, consulté le 26/01/2017.

14 « SMART.USE » Enquête sur l’usage du smartphone auprès de 1.589 jeunes en Fédération Wallonie-Bruxelles, menée par REFORM (Recherche et formation socio-culturelles) et l’Institut de sociologie de l’ULB (Université Libre de Bruxelles). http://reform.be/wordpress/wp-content/uploads/2015/10/ReForm-Enqu%C3%AAte-Smartphones-2016-WEB1.pdf – consulté le 6 juin 2017

15 http://www.bva.fr/fr/sondages/l_attention_a_l_heure_du_numerique.html, consulté le 25/01/2017.

16 Etude conduite par le UK Post Office en 2008

17 Etude de la société anglaise d’enquêtes en ligne YouGov en 2013

18 http://insights.fb.com/2016/02/08/the-multidevice-movement-teens-in-france-and-germany/, consulté le 20/01/2017.

19 http://www.mediametrie.fr/internet/communiques/l-annee-internet-2015-le-multi-ecrans-se-generalise-et-influence-les-pratiques-des-internautes.php?id=1418, consulté le 25/01/2017.

20 https://www2.deloitte.com/fr/fr/pages/presse/2015/la-france-accro-au-smartphone-avec-plus-de-900-millions-de-consultations-par-jour.html, consulté le 26/01/2017.

21 http://insights.fb.com/2016/02/08/the-multidevice-movement-teens-in-france-and-germany/, consulté le 20/01/2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Degré avec lequel les désirs des participants entrent en conflit avec les objectifs en fonction de la force du désir
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2910/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Pierre Fourquet-Courbet et Didier Courbet, « Anxiété, dépression et addiction liées à la communication numérique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 01 août 2017, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2910 ; DOI : 10.4000/rfsic.2910

Haut de page

Auteurs

Marie-Pierre Fourquet-Courbet

Professeure des Universités en Sciences de l’Information et de la Communication à Aix-Marseille Université. Elle est chercheure à l’IRSIC. Mail : marie-pierre.fourquet@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Didier Courbet

Professeur des Universités en Sciences de l’Information et de la Communication à Aix-Marseille Université. Il est directeur adjoint de l’IRSIC. Mail : didier.courbet@orange.fr / didier.courbet@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page