Skip to navigation – Site map
À paraître

N°12 - Enseignement(s) numérique(s) : entre utopie technologique, réalités pédagogiques et enjeux communicationnels - Décembre 2017

Coordonné par Nicolas Oliveri (IDRAC Business School) et Daniel Moatti (Université Côte d’Azur)

Véritable phénomène médiatique et potentiellement pédagogique, le développement des MOOC semble désormais inéluctable. Scientifiquement, l’offre d’ouvrages qui leur est consacrée, a connu récemment une explosion en France (Daïd et Nguyên, 2014), (Lhommeau, 2014), (Pomerol et Epelboin, 2014), (Pfeiffer, 2015). Conforté par un succès grandissant outre-Atlantique, le lancement en octobre 2013 de la plate-forme nationale France Universitaire Numérique (FUN), atteste d’une volonté politique de reconfiguration des outils pédagogiques mis à disposition des apprenants. Dès 1971, Ivan Illich avait imaginé la disparition des lieux physiques universitaires et scolaires pour laisser place libre à la diffusion du savoir via des réseaux humains s’appuyant sur les réseaux d’ordinateurs (Illich, 1971). Basées sur un recours massif aux technologies de l’information et de la communication, ces nouvelles formes d’accès numérique aux savoirs et aux apprentissages, suscitent pourtant de nombreuses questions. (Karsenti, 2013). Pour certains chercheurs, « l’enfant de l’ère numérique » ou « digital native » n’a plus besoin d’enseignants dépassés par la technologie, il trouve seul ce qu’il souhaite apprendre sur les réseaux numériques (Prensky, 2001). Pour d’autres, l’informatisation du savoir oblitère sa diffusion réelle et appauvrit les capacités d’apprentissages et de réflexion des utilisateurs (Carr, 2011).

Mais au-delà des débats contradictoires d’experts (Cisel, 2013), (Bachelet, 2013), le principal enjeu de la pérennité des MOOC demeure actuellement la mise en place d’un business model viable et durable pour l’ensemble des acteurs concernés par ce projet. À ce jour, la stabilisation d’un modèle économique harmonisé est rendue complexe par la diversité des types de MOOC en présence, les orientations pédagogiques des établissements, les spécificités culturelles des pays qui les mettent en place ou encore, les possibilités offertes - ou non - d’exploitation des données personnelles des publics ciblés. Mais également par les impératifs d’image que souhaitent véhiculer les différentes écoles, universités et entreprises qui se lancent dans la course aux MOOC. Une autre piste de réflexion stimulante sera celle des intentions futures au niveau des recrutements physiques, qui selon les acteurs, se situeront entre un désir immédiat de proposer une vitrine technologique attrayante ou un réel bouleversement des procédures de management, de formation ou de recrutement (Bourcieu et Léon, 2013). L’enjeu est donc de parvenir à identifier les différents modèles économiques en devenir, selon le secteur géographique considéré, le mode de fonctionnement envisagé ainsi que l’adéquation avec la stratégie de communication des institutions pédagogiques ou entrepreneuriales, à la fois actrices et demandeuses de ce type d’enseignement à distance. Ce numéro thématique souhaite également proposer un éclairage pertinent sur l’évaluation – réelle ou non – de la montée en compétences des participants à un MOOC et des retombées positives attendues au sein des organisations ou institutions auxquelles ils appartiennent.

L’étude des communautés d’apprentissages (Gagnon, 2003), constitutives du déploiement actuel de nouveaux outils de type connectiviste de e-learning, occupera également une place centrale dans ce numéro. À ce titre, une approche infocommunicationnelle de ces phénomènes d’interactions et de collaborations de construction des savoirs sera largement appréciée.

Enfin, les organisations actuelles issues de l’enseignement supérieur ainsi que leurs acteurs possèdent-ils la capacité d’imaginer des apprentissages dégagés des normes restrictives et contraignantes (Illich, 1971 ou Neill, 1970) ? Laisseront-elles le temps au temps des apprentissages et de l’appropriation des savoirs ? Intégreront-elles le tutorat et l’entraide entre les participants à un réseau (Lévy, 2002 et Durpaire, 1997 et 2004) ? Les technologies de l’information et de la communication invitent à la réalisation de l’utopie éducative d’un apprentissage de savoirs et de compétences utiles ou inutiles, à usages professionnels ou strictement personnels et d’un enrichissement culturel permanent. L’utopie éducative signifierait l’édification d’une communauté dont les membres interconnectés sont, indistinctement, tour à tour enseignants et/ou apprenants. L’important réside dans le partage des savoirs (Illich, 1971), (Lévy, 2002). Les premières réalisations pragmatiques, universitaires et commerciales devraient incorporer ces aspirations (Nora, Minc, 1978). Qu’en est-il réellement ? In fine, ne peut-on envisager un enseignement à distance donné par des robots, machines pensantes et éducatives, alliant de la sorte les utopies informatiques et éducationnelles ? (Alberganti, 2000), (Asimov, 1967). Tels sont les enjeux soulevés par ce numéro thématique.

Les contributions, sans cadre restrictif, pourront alors s’inscrire dans l’une des sept approches suivantes :

  1. Pérennisation et monétisation de la formation en ligne ouverte et massive : quel business model pour les MOOC ? Perspectives culturelles et approches ethnographiques.

  2. Le e-learning et ses avatars : d’une logique distanciée de la pédagogie à la nécessité d’un accompagnement en ‘présentiel’. Doit-on réhumaniser la pédagogie ?

  3. Créer et suivre un MOOC : redéfinition du métier de formateur, innovation des apprentissages numériques et enjeux professionnels des apprenants.

  4. L’entreprise à l’heure des MOOC : recrutement, formation, valorisation. Quels changements en termes de management au sein des organisations ?

  5. De la normalisation des systèmes d’évaluation des compétences acquises à la reconnaissance institutionnelle et entrepreneuriale des MOOC.

  6. Communautés d’apprentissages en ligne : les enjeux collaboratifs de la construction des connaissances et leur diffusion par les TIC.

  7. L’utopie éducative via les réseaux technologiques a-t-elle sa place dans un futur proche à côté d’une approche purement fonctionnelle, qu’elle soit institutionnelle ou commerciale ?

  8. Les travaux empiriques qui viendront vérifier des hypothèses théoriques, seront plus particulièrement appréciés par les évaluateurs.

Calendrier

  • 15 janvier 2017 : lancement de l’appel à contributions.

  • 30 mai 2017 : date limite d’envoi des articles complets.

  • 30 juillet 2017 : avis et recommandations aux auteurs.

  • 1er septembre 2017 : envoi des versions définitives.

  • Décembre 2017 : publication.

Guide pour la rédaction d’un article : https://rfsic.revues.org/401