Skip to navigation – Site map
Spicilège

L’hypothèse de l’autonomisation des grands sous-systèmes et les risques pour la démocratie

Jean-Claude Sallaberry

Abstracts

Luhmann thinks that the "large under-systems" of modern societies have become autonomous. Each one works for itself, everything else (other under-systems) belonging to context. This hypothesis meets Baudrillard’s. Institution theory allows to improve the theorical tools which help to modelise the functionning of a modern society, and also allows to modelise emergence of forms of organisation as well as their deterioration. We can figth against this deterioration by using this institution theory.

Top of page

Full text

Introduction : De la société du spectacle à la contre-productivité et aux risques afférents

1On pourrait partir de Debord. En effet, la "fulgurance" qui a restructuré sa pensée consiste à discerner, dans l’évolution du fonctionnement de notre société, l’émergence de la "société du spectacle". Debord caractérise cette société du spectacle comme organisant, pour le sujet humain (pour chacune et chacun de nous) une quadruple dépossession : celle du temps, celle de l’activité, celle des représentations, celle du sens. Il précise ainsi la notion d’aliénation introduite par Marx.

2Pour illustrer cette société du spectacle qu’il dénonce dans ce qui s’institue dans nos sociétés modernes, on pourrait aussi repenser à un aspect du film de Truffaut "Fahrenheigt 451". Le spectacle est omniprésent dans les demeures, par le biais de la télévision. Mais pour souligner jusqu’à l’intrusion dans la vie privée, il faut se remémorer la séquence où, brusquement, la présentatrice pose une question à la ménagère qui est en train de regarder la télé. Il faut à nouveau ressentir l’angoisse qui la saisit, puis son soulagement d’avoir formulé la bonne réponse.

3L’hypothèse de Debord (qu’il ne formule pas en tant que telle) est que la société du spectacle est l’aboutissement du capitalisme. Dans son bref ouvrage, les observations et leurs interprétations se succèdent sans un ordre ou une hiérarchisation discernable, sans véritable modélisation — il faut dire que l’outillage marxien se révèle un peu court pour pouvoir modéliser plus avant ce qui émerge là.

4Pour trouver des outils de modélisation, nous citerons (brièvement, ce texte est un article) Luhmann, Baudrillard, puis la théorie de l’institution. Luhmann, en tant que sociologue, trouve que sa discipline manque d’un outillage suffisamment pertinent pour modéliser la société. Et ce supplément d’outillage, il va le chercher dans la théorie des systèmes autopoiétiques (théorie des systèmes "qui se produisent eux-mêmes", initiée par Maturana et Varela). Entreprise originale, qui se solde à notre avis par des hypothèses pertinentes (notamment celle de l’autonomisation des "grands sous-systèmes" sociétaux) mais aussi par des impasses en partie liées à des erreurs d’interprétation. Des hypothèses pertinentes, cela se reprend avec intérêt, surtout si l’on peut repérer des convergences, ce qui est le cas ici avec l’œuvre de Baudrillard. Enfin, des éléments de la théorie de l’institution permettent de compléter les outils esquissés, avec la prise en considération des deux niveaux logiques (individuel et collectif) et de leur articulation, avec la prise en compte non seulement de l’émergence des formes mais aussi de leur usure, de leur dépérissement. Ce dernier aspect permet de comprendre l’apparition de la contre-productivité. Nous évoquerons les risques encourus par la forme École et la forme Démocratie, ainsi que les moyens de lutte contre l’obsolescence des formes.

L’impasse de la sociologie et les propositions de Niklas Luhmann

Politique et complexité1

  • 1 Politique et complexité est le titre d’un ouvrage, dont le sous titre est : Les contributions de la (...)
  • 2 En rappelant que je propose de définir la notion de paradigme comme une "logique" de modélisation ( (...)
  • 3 "…la conscience des interpénétrations complexes, causales et axiologiques qui déterminent toute for (...)

5Sociologue allemand, Niklas Luhmann s’attaque aux possibilités de modélisation de la société, en s’intéressant notamment à ses grands aspects (ou domaines) que constituent la (le) politique, l’économie, la science, la famille. Comme d’une part la question est celle du fonctionnement de ces "aspects" et que d’autre part il s’appuie prioritairement, quant aux outils de modélisation, sur la seconde cybernétique et la théorie des systèmes, il apparaîtra plus clair de dire que les domaines précédents sont conçus comme des systèmes, ou plus précisément comme des sous-systèmes (d’un système global qui représente, dans cette modélisation, la société)2. Le traducteur, dans sa présentation, donne des indications fort utiles sur l’œuvre de l’auteur, en la situant, notamment, vis-à-vis des courants de la sociologie comme de ceux de la philosophie (ou du moins de certains d’entre eux). On peut bien sûr lui reprocher d’attribuer à la théorie des systèmes autopoiétiques (Maturana et Varela) l’émergence de l’idée que l’invariant fondamental est à chercher dans l’organisation propre d’un système, alors que c’est déjà le cas avec la notion de structure (voir par exemple Piaget 1968). On peut encore plus s’étonner, dans ce contexte de modélisation, de trouver le verbe ‘déterminer’3 au lieu de "structurer" ou "d’organiser" — on n’a rien compris à la théorie des systèmes (et on s’interdit toute modélisation pertinente de l’humain et du sociétal) si l’on confond le déterminisme (dans son aspect mécanique, justement, alors qu’on n’est pas dans ce domaine) avec le processus de structuration (des idées, de la pensée elles-mêmes) par des formes d’organisation qui caractérisent le collectif, le sociétal (et que je résumerais en les désignant par le terme (et la notion) de "déjà-institué").

  • 4 Nous verrons que les notions d’autonomie, autoréférence, autopoièse ne sont pas assez interrogées s (...)
  • 5 La notion de niveau logique, introduite par les logiciens de l’école de Vienne, est abondamment rep (...)

6C’est dans le premier extrait (La différenciation de la politique et de l’économie) que l’on trouve l’essentiel des outils de modélisation élaborés par Niklas Luhmann. Le contexte (historique et conceptuel) posé est celui d’une nouvelle manière, inaugurée au XVIIIe siècle, de penser la société, à partir de l’opposition nature/civilisation — ce distinguo permet d’expliquer l’inégalité comme structure non naturelle, mais nécessaire à la civilisation moderne. Dans le même mouvement, le lien est établi entre politique et économie : "Ce dualisme politico-économique prenait en compte la différenciation accomplie entre une économie monétarisée d’une part et une pratique légalisée du pouvoir d’autre part." (p. 39) A parti de là, chacun des deux "domaines théoriques" (p. 40) s’autonomise, s’orientant selon des "différences directrices propres, à savoir celles entre marché et planification dans l’un et celle entre démocratie et État dans l’autre."(p. 40) Chacune de ces différences permettant de prendre en compte les exigences de l’autre domaine (l’État peut être considéré comme porteur du plan, la pression des intérêts économiques sur l’État étant légitimée par le "concept de démocratie" (p. 41). Si le débat actuel sur le lien entre problèmes économiques et politiques reste tributaire de ce cadre, on observe "certaines marques de fatigue". Luhmann signale ici, en le mentionnant comme "phénomène d’autoréférence"4, l’introduction d’une théorie du système dans le système, cette dernière provoquant une action pratique sur le système (par exemple la régulation d’une économie à partir des conceptions de Keynes). Si le repérage d’un fonctionnement autoréférentiel est pertinent, il serait plus précis de parler de boucle étrange (Hofstadter), ou d’enchevêtrement de niveaux (Varela, Dupuy) ou de "court-circuit" entre deux niveaux (éventuellement) logiques5.

La différenciation fonctionnelle

  • 6 On trouve chez Parsons la notion de "différenciation fonctionnelle et structurale" (voir la présent (...)
  • 7 L’appellation varie selon les extraits ou les places dans les extraits (systèmes, sous-systèmes, do (...)

7"On peut décrire une société comme fonctionnellement différenciée à partir du moment où elle forme ses sous-systèmes principaux dans la perspective de problèmes spécifiques qui devront dès lors être résolus dans le cadre de chaque système fonctionnel correspondant." (p. 43)6 La conséquence en est la fin d’une hiérarchie des fonctions (des domaines) — la politique serait plus importante que l’économie, par exemple, l’économie que le droit, le droit que la science, la science que l’éducation, l’éducation que la santé. Chaque "sous-système principal7" (correspondant à chaque domaine) s’autonomise : sa priorité est sa fonction propre, les autres systèmes fonctionnels (et donc la société) constituant son environnement.

La perdifférenciation

8Le traducteur signale qu’il reprend ce terme à une autre traductrice. " La perdifférenciation désigne le résultat des processus de différenciation dynamique au sein d’un système, donnant lieu à différents sous-systèmes qui permettront à ce système d’accéder à un plus haut niveau de complexité. "(p. 44, note) Cette notion (la définition donnée ne me semble pas suffire à qualifier la perdifférenciation de concept, ce qui n’entame pas a priori sa pertinence) est signalée comme complémentaire de la précédente pour justifier l’autonomisation des systèmes fonctionnels. En l’absence d’autre précision, elle ne me semble pas indispensable pour expliquer l’autonomisation des systèmes fonctionnels. Quant à l’élévation du niveau de complexité, l’absence d’une définition précise de la complexité empêche l’évaluation de la pertinence de la proposition.

La reprise de la théorie des systèmes

  • 8 Il faut donc se méfier et éviter d’employer le terme de "clôture autopoiétique" (p. 56), qui a beau (...)
  • 9 L’idée est déjà repérable chez Castoriadis (1978, pp. 196-197), quand il remarque qu’on ne peut com (...)

9Comme signalé plus haut, Luhmann va chercher ses outils de modélisation dans le paradigme systémique, surtout après l’apport de la seconde cybernétique. On reconnaît dans l’évocation de "l’amplification des déviations"(p. 47) les boucles à rétroaction positive. Les apports de Varela sur le distinguo entre systèmes couplés (à l ‘environnement) par input/output et systèmes régis par clôture opérationnelle sont repris, mais avec, comme souvent, une erreur d’interprétation provoquée par cette dernière. Le fonctionnement par clôture opérationnelle (ainsi nommée parce que l’opération addition appliquée à l’ensemble des entiers ne produit que des entiers, ce qui constitue effectivement une clôture) ne signifie pas, dans les exemples sur lesquels travaille Varela, la fermeture du système, puisque cette notion de clôture opérationnelle est inséparable de celle de couplage structurel8. C’est ici que se place souvent la confusion entre autopoièse et autoréférence. Ou si l’on préfère, ces deux derniers aspects peuvent être confondus lorsque les systèmes sont du domaine de la biologie, mais plus lorsqu’on passe au domaine sociétal. Car la culture amène ceci de nouveau par rapport au niveau biologique que si elle est bien reconstruite en permanence par autopoièse (à partir des multiples interactions entre sujets humains), la pensée de ces sujets humains et leurs interactions sont structurées par la culture. Comme le dit Castoriadis, comme le dit Barel, cet autre sociologue systémicien, sous forme de question, comment se fait-il que ces parties du système (les humains) contiennent tout le système (la culture)9 ? C’est ici que l’autoréférence ne peut que s’adjoindre la transcendance (ou hétéroréférence, cf. Barel 1987), c’est ici que l’autoréférence se distingue de l’autopoièse.

Médium et organisation

  • 10 Il est précisé que ce concept est "transposé de la théorie de l’action de Parsons à la théorie de l (...)
  • 11 Les "domaines" que constituent la politique, l’économie, la science, la famille… sont désignés parf (...)

10"Le concept de médium est ici une forme raccourcie pour désigner les médias de communication généralisés symboliquement."10 (p. 57) "Chacun de ces médias de communication se rapporte prioritairement à un sous-système particulier : l’amour à la famille, la vérité à la science, l’argent à l’économie et le pouvoir à la politique. Dans la société luhmannienne, il n’y a donc plus d’individus, mais seulement des « communications » qui communiquent à l’aide de tels médias généralisés symboliquement."(présentation, p. 24)11 Pour comprendre cette modélisation, il vaut mieux prendre l’exemple de l’économie, avec le fonctionnement que permet l’argent, et étendre ensuite ce rôle aux autres domaines. Luhmann va plus loin, en énonçant deux hypothèses (qui ne sont pas présentées comme telles) :

    • 12 Il précise : "La différenciation fonctionnelle libère des communications de leurs contextes d’origi (...)

    "Il apparaît dès lors clairement qu’il existe une affinité structurelle entre la formation des médias et la différenciation fonctionnelle."12 (p. 57)

  • "C’est là la seule manière de mettre en marche la différenciation systémique dans la perspective de fonctions particulières, et cela a pour conséquence que toutes les opérations d’un système fonctionnel déterminé s’orientent sur la base d’un médium propre et provoquent de cette sorte l’autopoiésis de ce système." (p. 58)

11Nous entrons ici, surtout avec ces deux hypothèses, dans une modélisation propre à Luhmann (à ma connaissance, il n’y a pas, ici, importation d’un outillage théorique). Et si les deux hypothèses précédentes sont loin d’apparaître évidentes, elles méritent une attention à la hauteur de l’enjeu qu’elles concernent : modéliser la société dans laquelle nous vivons !

12A propos de l’organisation, l’auteur développe un point de vue qui semble plus facilement compréhensible. Toutefois, on retrouve ici la notion d’improbabilité — que l’on pourra remplacer par celle de faible probabilité. Ce qui caractérise l’organisation pour Luhmann est sa capacité à produire un comportement très peu probable (ne servant pas directement l’intérêt personnel) — nous sommes là, manifestement, dans les choix idéologiques des théories économiques classiques.

13Deux conclusions à ce paragraphe :

  • Médium et organisation sont deux formes différentes "de la formation d’attentes inhabituelles et à haut niveau de prétention, et dès lors de la transformation d’improbabilité en probabilité. "(p. 59) On traduira ‘de très faible probabilité en probabilité relativement importante’.

    • 13 Je commencerai par faire remarquer qu’en sciences physiques, on ne songe à mesurer une grandeur que (...)

    Notant qu’au sein de chaque système fonctionnel il n’y a qu’un seul médium mais une multitude d’organisations, l’auteur relie cette observation à la différence entre variété et redondance. Il définit la première comme la multiplicité et la diversité des éléments d’un système. Au sens strict, la variété d’un système se mesure au nombre d’états différents que le système peut présenter. En se référant à Atlan, Luhmann pense que ce couple de notions permettra de "mesurer la complexité"(p. 62)13. Appliquant ce couple de notions à l’économie, il propose que le médium monétaire représente la variété et que l’organisation représente la redondance.

Communication et action14

  • 14 Une note de bas de page, placée juste après le titre "Communication et action", indique que cet art (...)
  • 15 "Pour Weber l’action sociale est un cas particulier de l’activité, commandée par des intentions soc (...)

14Ici le propos de l’auteur est de se questionner sur "l’unité de base" permettant de rendre compte de l’organisation sociale, et de la caractériser. Plus précisément, il pense que ses prédecesseurs en sociologie (il cite Weber et Parsons) fondent les systèmes sociaux sur l’action15. Il veut inverser le rapport entre action et socialité, en s’appuyant sur "la théorie des systèmes autoréférentiels et des problèmes de la complexité…" Il énonce ainsi :"La socialité n’est pas un cas particulier de l’action. Au contraire, c’est à travers la communication et l’attribution que l’action se constitue dans les systèmes sociaux, comme réduction de la complexité, comme autosimplification indispensable du système." (p. 133) Suivent un certain nombre d’affirmations assez curieuses et gratuites sur l’autoréférence et sur les systèmes. Cela pour en venir à la proposition qui justifie ce texte : "Le processus de base des systèmes sociaux, celui qui produit les éléments dont ces systèmes sont composés, ne peut être, dans ces conditions, que la communication." (p. 133)

15Trois remarques immédiates doivent ici être formulées :

  • L’auteur énonce à la forme affirmative ce qui mériterait à tout le moins d’être formulé en tant qu’hypothèse, qu’un développement se chargerait de justifier et de discuter.

  • Il prétend s’appuyer sur une "théorie des systèmes autoréférentiels", mais le seul auteur ayant publié dans ce créneau à être mentionné est Maturana — évoqué une seule fois, en note, pour préciser "qu’il prend une autre option" (note 45, p. 152), ce qui pointe un désaccord !

    • 16 Au CREA, le labo fondé par J-P. Dupuy.

    Le choix posé d’entrée de jeu est clair : il s’agit de fonder une sociologie sur une sorte d’unité de base, une "brique élémentaire" (comme l’ (archè) des philosophes de l’école de Milet, dans la Grèce antique, qui désignaient ainsi la "brique fondamentale " de l’univers — du cosmos). Nous sommes donc dans une approche discontinue typique, on tourne le dos à une tentative d’approche continue (une théorie du champ), telle que l’esquisse Barel, sociologue systémicien — mais il faut dire que lui a travaillé directement avec Varela16, l’autre fondateur des systèmes autopoiétiques.

  • 17 Confusion classique de la grandeur et de sa variation, lien établi sans justification valide (idéol (...)

16L’auteur prétend partir du "concept de sens", sans bien sûr prendre la peine d’avancer une définition (curieuse façon de concevoir le statut de concept), et arrive vite au concept d’information avec la théorie de Shannon et Weaver. Il propose ensuite une modélisation de la communication (entre deux sujets humains), en ajoutant à l’information transmise l’observation réciproque des deux sujets — sans parvenir toutefois à concevoir la pertinence du concept d’interaction, qu’il n’a peut-être jamais croisé. On arrive vite à l’affirmation que "la communication n’est possible qu’en tant que processus autoréférentiel. "(p. 137) C’est alors que les confusions, voire les erreurs, arrivent en cascade. Autoréférence, autopoièse, autonomie ne sont pas discernées. Le système (de communication) est pensé comme clos ("il ne peut y avoir, pour la communication, aucun corrélat d’environnement" p. 138), ainsi que la société ("Nous en déduirons plus loin que la société, c’est-à-dire le système social le plus large, doit être compris comme un système fermé de manière opérationnelle et autoréférentielle." (note11, p. 138). Erreur classique sur la clôture opérationnelle, concept proposé par Varela, concept indissociable, dans son œuvre, de celui de couplage structurel, ce qui indique bien que le système n’est pas clos (un système vivant meurt s’il n’établit pas d’échanges avec son environnement). La Physique du XIXe siècle envisage comme seul vrai système fermé l’Univers dans son ensemble, et la Physique du XXe commence à contester sérieusement cette assertion… Quant à l’environnement du système de communication, c’est tout simplement la culture ! Difficile de concevoir que le système y soit "fermé", alors qu’elle structure les énoncés et les interactions. Que le système de communication s’autonomise, c’est-à-dire qu’il "tourne" en priorité sur lui-même, cela semble une observation pertinente. Mais le penser fermé est inconcevable. Évocation non scientifique de l’entropie, bien sûr !17 Luhmann n’est pas le seul…

17Nous en arrivons (p. 141) au corollaire du choix initial : "… la société tient ensemble non par un ordre naturel mais par la communication." Un tel énoncé constitue une hypothèse lourde, plaçant la communication au centre de toute modélisation de la société, et engageant un choix d’outils théoriques qui, pour être intéressant, ne va pas de soi. Mais au lieu de l’énoncer en tant qu’hypothèse et de la discuter, on en fait une affirmation.

18Un peu plus loin est évoqué le "paradoxe d’Épiménide", pour illustrer le fait qu’on peut ne pas penser ce que l’on dit… Mais il s’agit de l’interprétation mineure de ce paradoxe (puisque qu’un Crétois dit que les Crétois sont menteurs, son énoncé est indécidable — on ne peut savoir s’il dit vrai ou s’il ment). Manque ici, une fois encore, la lecture de Barel (mais aussi de Russel et Whitehead pour les niveaux logiques, de Hofstadter et Dupuy pour les emboitements, ou hiérarchies enchevêtrées, ou boucles étranges). L’interprétation majeure de ce paradoxe, c’est qu’il s’agit d’un énoncé d’un Crétois (niveau logique de l’élément), mais énoncé qui légifère sur tous les énoncés de tous les Crétois (double niveau logique de la classe (de l’ensemble) : ensemble des énoncés, ensemble des Crétois). Ce faisant, il réalise un "court-circuit" entre les deux niveaux logiques, et c’est cela qui fait paradoxe, au sens de Wilden, repris par Barel (1979) — qui démarre à partir de là une modélisation continue du système sociétal.

19Poursuivons la lecture du texte de Luhmann. Il pense que son modèle théorique pour la communication "éclaire la façon dont est possible l’évolution de la langue". Et il poursuit : "La possibilité de prendre quelque chose pour l’indice de quelque chose d’autre a existé bien avant la langue." (p. 142). Nous abordons là un domaine qui est celui des apories. La première (la plus fondamentale en quelque sorte) est celle que l’on peut énoncer de façon lapidaire par une question du genre : est-ce que les hommes ont un jour inventé la culture, ou est-ce la culture qui fait que des animaux deviennent hommes ? Si l’on reprend le travail de Freud et celui de Girard d’un point de vue structural, la position se décline en deux temps. Premier temps : les hommes existaient. Deuxième temps : un jour, ils inventent la culture (en tuant le père chez Freud, en tuant l’un de leur semblable, choisi comme bouc émissaire, pour Girard). L’énoncé de Luhmann correspond à une seconde aporie, qui peut se résumer sous forme de la question : est-ce que la pensée a précédé la langue, ou est-ce que la langue a précédé la pensée ?

20Nous trouvons ensuite, à nouveau, des énoncés qui mériteraient statut d’hypothèse :

  • "le fait qu’un processus devienne réflexif suppose une différenciation et une spécification fonctionnelle suffisantes." (p. 143)

  • "La réflexivité peut à son tour servir à compenser le risque d’une plus grande complexité…" (p. 143) En l’absence d’une définition de la complexité, cet énoncé est "en l’air" (ou n’est pas vraiment utilisable).

    • 18 Pour évoquer l’ensemble des relations mathématiques qui lient entre eux les concepts de la physique (...)

    "Des concepts peuvent être définis différemment ; en particulier, pour le concept de communication, on trouve des quantités considérables de propositions différentes." (p.143) Une note précise que Merten en a répertorié 160 ! La position des physiciens est plutôt d’exiger, pour un concept, une définition claire et précise, qui permette aux différents concepts de fonctionner entre eux18 . Quant à celle de Lefebvre (1980 et 1985), elle précise qu’un concept doit rassembler les autres propositions (il doit reprendre tout ce qui l’a précédé, lors du processus de construction du concept, et assumer tout ce qui peut advenir suite à cette construction). Selon ces points de vue, tant qu’une définition précise (à bords nets) n’est pas trouvée, on est au mieux au niveau de la notion, mais pas à celui du concept.

  • "Si on revient en arrière jusqu’au point zéro de l’évolution…" (p. 144) Ici, l’hypothèse est celle d’une sorte de "big bang" qui déclencherait l’évolution ! Ce qui en rajoute dans le discontinu…

21In fine, dans ce texte, Luhmann reprend son idée (ou son hypothèse) de médium. "Le médium qui affranchit la compréhension de la communication de ce qui est perceptible est le langage." (p. 146) Il rappelle plus loin (p.147) : "Nous caractériserons comme généralisés symboliquement les médias qui utilisent des généralisations pour symboliser la liaison des sélections et des motivations, c’est-à-dire pour la représenter comme unité. Des exemples importants en sont : la vérité, l’amour, la propriété/l’argent, le pouvoir/le droit ;…" Ici, je ne peux que redire que seul l’argent, vis-à-vis du système économique, peut se percevoir comme donnant au système une fluidité qui va permettre une accélération de son fonctionnement, sans doute un type de fonctionnement qui aurait été impossible sans lui, et peut-être, en effet, une autonomisation (vis-à-vis des autres sous-systèmes d’un système sociétal, si on accepte ce type de modélisation). Il est plus difficile de concevoir comment la vérité ou l’amour pourraient jouer un rôle analogue dans un autre hypothétique sous-système. S’il y a un système qui est fermé, c’est sans doute la modélisation proposée par Luhmann.

En résumé

    • 19 Jacques Wittwer, mon directeur de thèse, aurait parlé de "fulgurance".

    Il faut retenir l’idée géniale19 de Luhmann à propos de l’hypothèse d’autonomisation des "grands sous-systèmes". Il faut la retenir d’autant plus qu’elle converge avec l’hypothèse d’autonomisation (du "système des signifiants") émise par Baudrillard (cf. infra § II). Si nous suivons cette hypothèse, il est vain de se demander si c’est le politique qui commande à l’économie ou le contraire. Chacun de ces "grands sous-systèmes" s’est autonomisé, en fonctionnant pour lui, le reste (toute le reste) étant du contexte…

  • Aller chercher de l’outillage théorique dans la théorie des systèmes me semble constituer une excellente idée.

  • Dans cette importation d’outillage, on peut repérer quelques erreurs, et un "loupé" sérieux, le non repérage de la question des niveaux logiques, qui est au fondement de la pense systémique (voir par exemple sa reprise par Bateson). En effet, pour modéliser le fonctionnement d’une société, il semble difficile de ne pas prendre en considération :

    • 20 Russel et Whitehead discernent le niveau logique de l’élément et le niveau logique de la classe (de (...)

    Le niveau logique individuel et le niveau logique collectif20 (cf. infra §III).

  • L’articulation de ces deux niveaux (tout ce qui est vraiment essentiel — le sens, notamment — se joue à cette articulation).

  • Les deux "mouvements" qui caractérisent le phénomène de la culture : d’un côté, elle est reconstruite en permanence par les interactions entre humains, de l’autre, elle structure chacune de ces interactions.

22Précisons tout de suite que l’objectif de cet article se limite à apporter des outils de modélisation quant à l’autonomisation des "grands sous-systèmes".

Baudrillard et l’hypothèse d’autonomisation des grands systèmes

23Baudrillard (1970) évoque aussi l’autonomisation des systèmes, en se fondant plutôt sur la sémiotique. Lorsqu’on évoque l’évolution de la pensée sur la langue et sur les sciences humaines au XXe siècle, certains pensent que "tout commence avec Saussure". En ce qui concerne la réflexion sur (et la modélisation de) la langue, on trouve chez Locke (énoncés mais non schématisés) les trois "sommets" de ce que Eco nomme le "triangle sémiotique" — en faisant d’ailleurs remonter son origine à Platon et Aristote. Pour ce qui est du structuralisme, Propp, avec sa morphologie des contes, met en avant la notion de structure à peu près à l’époque où Saussure publie ses travaux.

  • 21 Eco (1984) nomme ce schéma le triangle sémiotique (p. 66). Il signale que ces idées sont déjà repér (...)

24Le triangle sémiotique conçoit l’entité sémique (tout objet convoyeur de sens) selon une triade "signifiant-signifié-référent"21— définis ici à partir de la position des sémiologues (cf. Cuny, 1982) :

Triangle sémiotique (Sallaberry 1996 p. 20 et 2014 p. 233)

Triangle sémiotique (Sallaberry 1996 p. 20 et 2014 p. 233)

25Le signifiant (Sa) constitue l’aspect de saisie perceptive (pour "comprendre" qu’il s’agit d’une pomme, par exemple, il faut que je saisisse — au sens informatique — le mot ’pomme’, ou une image, une photo…).

  • Le signifié (Sé) est l’aspect production de sens : à partir du moment où j’ai "perçu" qu’il est question d’une pomme, je vais créer du sens. Ce sens dépend de mon humeur, de ma culture, de ce que j’ai vu et vécu le matin… On peut voir que si le Sa est un élément du code (de la langue si c’est le code utilisé), le Sé "appartient" en quelque sorte au sujet (qui parle, construit des représentations).

  • Le référent est l’objet que désigne le mot.

  • 22 Ce qui est étonnant, c’est que Saussure fait passer le principe de l’arbitraire du signe entre le S (...)

26Le principe de l’arbitraire du signe (le mot ‘table’ n’a rien à voir avec l’objet table — le mot désignant cet objet pouvant varier considérablement d’une langue à l’autre) coupe en quelque sorte ce triangle en deux : il sépare le référent. Et lorsque Saussure "laisse tomber" les objets, il est cohérent avec ce principe22.

  • 23 "Dès le début, j’ai choisi cet angle parce que je voulais me désolidariser de la problématique du s (...)

27Baudrillard s’intéresse à l’objet. Il souligne (2000) que ce terme constitue son principal "mot de passe"23. Son premier ouvrage est en effet consacré au système des objets. Il n’est pas question ici de présenter l’ensemble de l’œuvre de Baudrillard, d’autant qu’elle est riche te variée ! Mais l’idée générale qui semble parcourir ses ouvrages, dans la décennie 70, correspond à une autonomisation des systèmes, sous la forme d’une autonomisation des systèmes de signifiants. Une sorte de seconde coupure du triangle sémiotique, qui laisserait tomber le signifié, donc la face production de sens, et nous les humains avec, puisque c’est chacun de nous qui peut produire du sens (un sens personnel, qui ne soit pas calé strictement sur le sens du dictionnaire).

  • 24 Expérience courante de la relecture ! Notre interprétation (et notre impression) a évolué toute seu (...)

28La relecture des passages des mêmes ouvrages n’amène pas, bien sûr, à découper une formulation stricte de cette idée24. On peut trouver tout de même des idées, des propositions qui y ressemblent : "La coupure ne passe pas entre un signe et un référent « réel ». Elle passe entre le Sa comme forme et, d’autre part, le Sé et le Rft, qui s’inscrivent ensemble comme contenu, l’un de pensée, l’autre de réalité (ou plutôt de perception), sous le signe du Sa. Le référent dont il est question ici n’est pas plus hors signe que le Sé : il est commandé par le signe, il se découpe d’emblée en fonction du signe, il n’a d’autre réalité que celle qui s’inscrit en filigrane du signe."(1972, pp. 183-184). Et, plus loin (p. 184) : "… c’est la loi du code et du Sa qui informe et détermine jusqu’à la « réalité »." Et encore (pp. 184-185) "Le concret n’existe pas, il dépend, dans sa perception même, de l’abstraction et de la « discrétion » du Sa. Le spectre du Sa s’étend sur le monde (dans les deux sens : il l’ « analyse » spectralement et il le hante)."

  • 25 Remarque pertinente : le Sé (aspect production de sens), est du niveau du sujet humain, comme la va (...)

29Indiquant que Saussure reprend, avec l’opposition Sa/Sé, celle de Marx (valeur d’échange/valeur d’usage)25, Baudrillard souligne "l’homologie entre la logique de la signification et celle de l’économie politique… Dans les deux champs respectifs, les deux formes dominantes (le système de la valeur d’échange et la combinatoire des Sa) se donnent une raison référentielle, un contenu, un alibi, et significativement, ici et là, l’articulation se fait sous le même signe métaphysique du besoin ou de la motivation." (p. 185) Ces derniers mots ne sont pas sans faire penser à l’idée de médium chez Luhmann.

La question du sens et la théorie de l’institution

30Les fonctionnements décrits aux § I et II semblent laisser le citoyen désarmé. L’autonomisation des grands sous-systèmes (hypothèse de Luhmann) le prive de capacité d’action sur le politique, l’autonomisation des systèmes de signifiants (hypothèse de Baudrillard) le prive tout simplement de sens. Le premier type de risque ici, est celui d’une modélisation pas assez pertinente, d’une tentative de modélisation de la société fondée uniquement sur la théorie des systèmes et/ou sur la linguistique et la sémiotique (fussent-elles structurales, fussent-elles appuyées sur l’anthropologie structurale). Toute possibilité d’action suppose en effet une modélisation pertinente !

L’apport de la théorie de l’institution

  • 26 1975, p. 493
  • 27 1970, p. 90, qui reprend Cardan 1965 (Cardan fut le nom de Castoriadis dans la Résistance et la cla (...)
  • 28 1996 p. 26 et 2003 p. 77 à 79, pour la reprise de ces idées dans le schéma de fonctionnement en tro (...)

31Pour améliorer la pertinence d’une modélisation du fonctionnement de la société, il faut tenir compte du "double mouvement" qui caractérise le fonctionnement de la culture : d’un côté, la culture est sans cesse reconstruite par les interactions entre sujets humains (autopoièse sociétale) ; mais de l’autre, ces interactions sont structurées par la culture, que chaque sujet humain a "en lui". Il faut alors adjoindre aux deux hypothèses précédentes la question du sens (Barel, Castoriadis), il faut leur adjoindre la dialectique entre l’instituant et l’institué (Castoriadis26, Lourau27, Sallaberry28). Cette dernière est modélisée par le schéma en trois "moments", que nous décrirons sur l’exemple simple du fonctionnement d’une règle :

32

Schéma 1 Fonctionnement d’une règle — Sallaberry 1996 p. 26 et 2003 p. 78)

Schéma 1 Fonctionnement d’une règle — Sallaberry 1996 p. 26 et 2003 p. 78)
  • 29 Il "n’est" pas le niveau logique collectif ! Il le représente, l’exprime en quelque sorte avec la f (...)
  • 30 Il "n’est" pas le niveau logique individuel.

33Le moment de l’Universel (ou de l‘Universalité), en tant que moment où la règle s’énonce en tant que la même pour tous, est caractéristique du niveau logique collectif29. Symétrique en quelque sorte, le moment du Particulier (ou de la Particularité), se spécifiant de ce que je suis en situation d’appliquer la règle, correspond bien au niveau logique individuel30.

34La flèche descendante représente l’influence, la pression (mais aussi la structuration) du déjà institué. C’est ce qui résume la situation de tout humain. Où qu’il aille, il y a déjà du sens, une façon de dire et de concevoir le monde. La flèche ascendante représente la capacité instituante. Chacune et chacun peut interpréter une règle, négocier, exprimer son point de vue, proposer des modifications, de nouvelles solutions…

  • 31 Cf. Sallaberry, 1998, 1999, 2004a ; une forme est par essence ce qui organise — ce qui organise la (...)

35Le troisième moment, celui du Singulier, ou de la Singularité, produit par l’interaction des deux premiers, peut alors être conçu comme le moment de l’émergence des formes31 collectives : nouvelle formulation de la règle, nouvelle façon de la vivre et de l’appliquer, nouvelle représentation collective.

36Bien entendu, le caractère nouveau n’a rien d’automatique. Le fonctionnement en trois moments peut fort bien reproduire du même. La "nouveauté" ressemble alors au déjà-là comme deux gouttes d’eau. C’est le changement 1, ou faux changement, repéré par la théorie des systèmes.

37Ce modèle permet de décrire le fonctionnement d’une règle, d’une norme, et plus généralement d’une forme, comme cela va apparaître plus clairement avec l’exemple de la langue.

Langue et parole

38En effet, l’application de ce schéma à l’institution particulière qu’est la langue permet de comprendre que le moment de l’Universel correspond au niveau de la structure : c’est le moment où la langue se présente comme un lexique (ensemble de mots permis) et une syntaxe (ensemble de règles permettant d’associer les mots entre eux). Le moment du Particulier constitue alors le niveau de l’événement : le sujet, en créant une parole, peut inventer de nouveaux mots, de nouvelles façons de dire les choses…

Schéma 2 : Fonctionnement de la langue (Sallaberry 1996 p. 30 et 2003 p. 86)

Schéma 2 : Fonctionnement de la langue (Sallaberry 1996 p. 30 et 2003 p. 86)

39Mais, surtout, l’exemple de la langue montre que sans la structure que constituent lexique et syntaxe, le sujet ne peut créer, inventer une parole originale et irremplaçable. En reprenant alors le premier schéma, il devient clair que la liberté ne peut se concevoir sans l’ensemble de règles qui spécifie une culture, une société. De la même façon qu’on ne parle — qu’on n’invente une parole — que "dans" une langue, on ne pense que "dans" une culture.

Articulation des deux niveaux logiques

40Ce schéma en trois "moments", que j’ai construit pour illustrer l’adaptation que réalise Lourau de la dialectique hégélienne à l’objet institution, outre qu’il modélise de façon pertinente le fonctionnement d’une règle et plus largement celui de toute forme (de tout ce qui organise la vie collective, comme les normes, les institutions…), contribue aussi à la modélisation de l’articulation individuel-collectif — l’articulation du niveau logique individuel et du niveau logique collectif. En effet, il montre non seulement l’interaction de l’instituant et de l’institué, mais aussi celle des deux "moments" (Universel et Particulier) qui représentent chacun l’un des deux niveaux logiques. Il permet d’entrevoir comment à la fois une forme (ou, en généralisant, la culture) est régénérée, reconstruite en permanence par les interactions entre sujets humains (interactions qui se jouent au niveau de l’événement, correspondant au moment de la Particularité), ces interactions étant structurées par les formes et de façon plus générale par la culture (correspondant au moment de l’Universalité). Il modélise ce double mouvement, que j’ai déjà évoqué, qui caractérise les systèmes "à culture".

41Ce schéma ternaire a la puissance et la souplesse nécessaires (à la condition de ne pas séparer l’un des moments) pour permettre de "prévoir" aussi bien une reproduction quasi à l’identique des formes (changement I dans la théorie des systèmes, ou période de "glaciation") que l’émergence de quelque chose de radicalement nouveau (changement II ou période de "réchauffement"). Ce qui amène à préciser la conception de l’interaction instituant/institué et celle du troisième moment.

Conception de l’interaction instituant/institué et du troisième moment

L’interaction instituant/institué

42Schématiquement, on peut considérer que l’interaction déjà-institué/capacité instituante est dynamique. Conséquence : à partir du schéma en trois « moments », on peut imaginer des périodes de « glaciation » et de « réchauffement ». Dans l’interprétation la plus immédiate, les premières correspondraient à une domination de la capacité instituante par le déjà institué, tandis que les secondes représenteraient le cas de figure inverse. Nous verrons plus loin (§ IV) qu’une autre interprétation est possible.

Conception du troisième moment (La Singularité)

43Comme je l’ai expliqué (2004a), il est tentant de faire du troisième moment celui de l’institutionnalisation (Hess-Savoye, 1981, p. 56). Une telle interprétation est d’ailleurs dans la « logique » hégélienne (l’opposition entre thèse et antithèse se résout dans la synthèse). Je pense qu’il est possible de construire une interprétation plus fine du troisième moment, en considérant que s’il est celui de l’émergence des formes, il n’est pas sûr que la forme qui émerge soit pérenne. On peut penser, au contraire, que non seulement les formes vont devoir être investies, recevoir de l’énergie et des soins pour survivre, encore plus pour être instituées, puis pour durer (c’est alors seulement qu’on peut, à mon avis, parler d’institutionnalisation) mais encore que bien des formes ne seront qu’évanescentes, parce que non repérées par les acteurs qui pourtant les font émerger.

44Il a fallu cinq années, de 1789 à 1794, pour que la forme république puisse se construire et s’instituer — et on pourrait considérer avec Furet qu’il a fallu un siècle pour qu’elle se mette vraiment en place, dans les difficultés que l’on sait, notamment quant au fait que ce sont les adversaires du changement qui reviennent au pouvoir.

45Ce n’est que lorsqu’elle dure qu’une forme assume le risque de se scléroser et que l’on va pouvoir observer les effets de l’institutionnalisation — avec "l’intervention" de l’effet Mülhmann.

Dégradation des formes : effet Mülhmann et contre-productivité

  • 32 Pédagogies nouvelles : quelles conditions de possibilité ?, in L’Année de la recherche en sciences (...)

46L’hypothèse d’une sclérose des formes au cours du temps n’a rien de très étonnant. Dans l’article de 2012, je fais le lien, à ce propos, entre la notion d’inversion maligne de Tournier (1975), le travail très intéressant de l’ouvrage L’emprise de l’organisation (1979, travail très proche, dans son esprit de la perspective institutionnelle), la contre-productivité et l’effet Mülhmann. Je ne garderai ici que les deux derniers, en renvoyant le lecteur que cela intéresserait à cet article32.

Illich

47Des organisations instituées pour remplir une certaine mission semblent atteindre des objectifs opposés à ceux qui leur ont été fixés. Le système scolaire fabrique de l’ennui et du refus d’apprendre, le système de santé fabrique des maladies (on les qualifie de nosocomiales). Lorsque l’ouvrage d’Illich a été publié en français (1971), je me souviens d’avoir été quelque peu surpris, agressé même dans mon engagement d’enseignant et d’éducateur militant. Aujourd’hui, je pense que ses remarques méritent à tout le moins notre attention — les publications de Dupuy, qui continue d’utiliser cette notion dans son « arsenal théorique », me confortent dans cette position. Nous allons voir que l’outillage institutionnel converge avec ce premier éclairage. Notons que le critère retenu par illich et Dupuy pour caractériser la contre-productivité est la confusion objectif/moyens.

Mülhmann

48Dans la théorie de l’institution, la dégradation des formes — la dégénérescence d’une forme qui dure (qui s’institutionnalise) — est appelée "effet Mülhmann". Une formulation (que j’ai ressentie d’emblée comme incitante) de cet effet est donnée par l’énoncé suivant : l’institutionnalisation vient en lieu et place de l’échec de la prophétie.

49L’exemple princeps est celui de la religion chrétienne. A ses débuts, l’Église est martyrisée : si elle est reconnue, il s’agit d’une reconnaissance négative. Simultanément, dans l’interprétation qu’élaborent les chrétiens du message évangélique, le jugement dernier est imminent. Au fil du temps pourtant, l’événement ne semble point se produire, tandis que l’Église s’établit en tant qu’organisation omniprésente — liée étroitement au pouvoir politique en occident, confondue avec lui sur le territoire de l’empire romain d’orient. La pertinence de l’hypothèse (l’énoncé de l’effet) repose sur le lien établi entre une prophétie fondatrice et la dégradation de la forme liée à la durée.

50Plus près de nous dans le temps, l’installation du "communisme" dans les pays de l’est européen va de pair avec la prédiction de l’échec du "capitalisme" — qui doit mourir de ses contradictions — et de l’"impérialisme", échec devant entraîner le basculement du reste de la planète dans une organisation "à propriété collective des grands moyens de production". Quelques décennies plus tard — en prenant la fin des années 70, on peut constater, avec la guerre en Afghanistan, que l’impérialisme soviétique n’a rien à envier à son homologue américain — la prédiction semble s’essouffler (le capitalisme semble en très bonne santé). Qu’est-ce qui s’est institutionnalisé ? Le régime à parti unique s’est non seulement solidement installé mais a fait main basse sur les grands moyens de production. Ces faits sont suffisamment prégnants pour que deux termes aient été inventés pour désigner les membres importants du Parti (les apparatchiks) et leur organisation (la nomenklatura).

51Dans le second exemple, nous sommes passés d’une prophétie à une prédiction. En nous rapprochant du quotidien, la plupart du temps c’est plutôt une prévision qui va se trouver en échec.

Le travail de Mülhmann

  • 33 Mülhmann W. E., (1961), Messianismes révolutionnaires du tiers monde, tr. fr. Baudrillard, Paris, G (...)
  • 34 Voir la note de lecture consacrée à l’ouvrage, in L’Année de la recherche en sciences de l’éducatio (...)

52Avant d’aller plus avant avec l’effet Mülhmann, un retour à l’œuvre de cet auteur s’impose. L’ouvrage qu’il nous lègue33, centré sur les messianismes révolutionnaires mais se présentant aussi comme travaillant à la sociologie des religions et terminant sur les révolutions française et russe, est un pavé, à tous les sens du terme34. Ce qui intéresse Mülhmann dans les mouvements millénaristes, c’est justement leur caractère dynamique, c’est le mouvement (le processus), par opposition à son résidu (au produit, ou tout au moins à des formes d’organisation « plus stables »). L’échec de la prophétie a une fonction (p. 209)… « si le groupe surmonte cette crise, il évolue vers l’institutionnalisation, et cette évolution est elle aussi structurellement nécessaire. » (p. 207), de même que l’institutionnalisation ("L’effervescence retombée, en règle générale le mouvement ne s’évanouit pas, il se stabilise à un niveau d’intensité réduite. Cet « essoufflement », en même temps que cette stabilisation à un niveau plus bas, c’est là ce que nous appelons une « secte » (ou, selon le cas, une Église) » (p. 207). Le résidu d’un mouvement n’est pas dans cet exemple (princeps) une institution au sens large, mais une organisation. Sur l’exemple de la religion chrétienne il note que « l’ambiance millénariste prédomina jusqu’au début du IIIe siècle et au-delà. Elle reflua à mesure que le christianisme conquérait les hautes classe païennes cultivées, dépouillant son caractère « prolétarien » et « plébéien »… si bien que Wendland a pu parler d’un « triomphe de l’Église sur le christianisme »." (p. 297). Il précise plus loin (p. 2998) "Les Églises sont pour ainsi dire des compagnies d’assurance contre l’« excès de religion »."

  • 35 D’autant que la liste des (douze) effets énoncée par Hess et Savoye (1981) est par bien des aspects (...)

53On voit que ramener ce travail et cette pensée au statut "d’effet" semble, dans un premier temps, en réduire beaucoup la portée35. Ce qui nous importe, dans le cadre de cet article, c’est de repérer les risques pris à parler d’effet Mülhmann, c’est-à-dire à transposer cette description des mouvements millénaristes à l’étude des formes d’organisation sociétales — et des organisations tout court. En repérant dans « l’apocalyptique judéo-chrétienne » l’inauguration de « la tendance à la révolte » (p. 296), en précisant que "La révolte apocalyptique introduit au thème de la Révolution." (p. 299), Mülhmann entame un processus de généralisation qui semble autoriser les transpositions. De même son intérêt pour l’opposition entre un mouvement et son résidu — ce que les physiciens interpréteraient comme l’opposition entre phases de mouvement et phases d’équilibre, citant sans le savoir Pareto. Mais si l’on conçoit l’institution comme « quelque chose » de dynamique (la lutte ou le jeu entre instituant et institué, comme le modélise le schéma en trois moments), l‘opposition entre « mouvement » et « résidu » peut se modéliser par les niveaux d’intensité d’interaction (entre institué et instituant, entre le moment de l’universel et celui du particulier) du § III -2. Ce qui correspond bien à ce que souligne Mülhmann à propos du processus d’institutionnalisation (p. 212) : "Institutionnaliser, c’est trouver un accommodement sur cette terre, c’est transiger avec la situation « actuelle »." — ce qui fait penser à l’opposition que campe Leclaire (1975) entre champ de force de l’inconscient et champ de force du conscient (en soulignant le niveau incommensurable du premier). Dès lors, on peut considérer (ou proposer) que le travail de Mülhmann sur les mouvements concerne les grands mouvements sociétaux et que la transposition-adaptation de cet outillage à des situations plus courantes (et de moins grande ampleur) correspond à l’effet Mülhmann — la prophétie se sera muée en prédiction ou en prévision. Le "résultat" sur le terrain des organisations correspondant bien à une sclérose, à une dégradation, ayant pour conséquence la contre-productivité.

De la contre-productivité au risque et aux moyens d’action

54Il est clair que la dégénérescence des formes et la contre-productivité qu’elle entraîne débouche sur une inefficacité plus ou moins relative, des organisations comme des grands sous-systèmes. Il est temps de décliner cette inefficacité en termes de risque, non seulement pour un grand domaine, comme l’éducation, mais aussi pour la démocratie en tant que telle. Nous commencerons par compléter les outils de modélisation d’une société, par la conjugaison de la théorie des systèmes et de la théorie de l’institution. Puis nous évoquerons des moyens d’action et de lutte contre le dépérissement des formes.

Théorie de l’institution et théorie des systèmes, co-émergence éléments-forme

  • 36 Il cite surtout (de Castoriadis) les ouvrages de 1975 et 1978. Il déclare d’ailleurs que son ouvrag (...)
  • 37 Barel note judicieusement que l’opposition ontologique de l’élément et du système correspond à la r (...)

55L’idée de co-engendrement éléments-forme est due à deux grands chercheurs, aujourd’hui disparus, Barel et Castoriadis. L’idée est déjà repérable chez Castoriadis (1978, pp. 196-197), quand il remarque qu’on ne peut composer une société qu’à partir d’individus déjà « sociaux » (qui portent déjà le social en eux-mêmes). Barel (1979) cite abondamment Castoriadis36 et développe une réflexion sur ces parties de systèmes qui semblent « contenir » le système37. Il emploie l’expression de "co-émergence simultanée du paradoxe, de la contradiction et du système". Castoriadis (1993), dans l’ouvrage collectif dédié à la pensée de Barel et à partir du travail de ce dernier à propos de la Cité médiévale (1978), énonce l’hypothèse du co-engendrement des éléments et de la forme. Quand apparaît en Grèce une nouvelle forme social-historique, la polis (πόλις), cette dernière "est impossible sans les politai (πόλιαι) — les citoyens — lesquels, pourtant, ne peuvent être fabriqués que dans et par la polis." De même pour les nouvelles cités qui émergent en Occident autour de l’an mille. Le bourg libre est inconcevable sans les proto-bourgeois, qui sont inconcevables en dehors du bourg.

  • 38 Pour la prise en compte de Varela dans ma première tentative de construction du concept de représen (...)
  • 39 Dans le domaine de la puissance théorique, cette hypothèse permet également de contourner l’aporie (...)
  • 40 Je ne connais que deux tentatives de définition de la complexité. Celle de Nicolis et Prigogine (19 (...)

56A partir d’une conception de la représentation comme servant à véhiculer les interactions (Sallaberry, 1986, 1996), à partir de l’expression de Barel mais aussi de la prise en compte de l’apport des sciences cognitives (notamment Varela38), je parle plutôt de l’hypothèse de la co-émergence éléments-forme. Les systèmes collectifs humains peuvent être modélisés par un tel outillage. L’idée "d’autopoièse sociale", ainsi que la logique de la "conversation" évoquée par Varela (1995), peuvent être outillées par cette hypothèse. Car le "fonctionnement culturel" est remarquablement décrit : les formes collectives servent de cadre à la pensée et à l’action individuelles, ces dernières assurant sans cesse l’émergence de formes collectives, nouvelles ou semblables aux anciennes. Mais sans oublier que si les sujets instituent les formes, ils sont institués par elles en retour. Car si la puissance théorique de l’hypothèse permet de contourner (ou de recadrer) certaines apories39, si elle donne la possibilité de définir à partir d’elle la complexité (Castoriadis)40, sa puissance pratique tient dans le caractère réciproque de l’action instituante (Sallaberry, 2003). Lors de l’émergence « active » d’une forme collective, ce sont en général la difficulté (il n’y a pas d’accouchement sans douleur) et l’enthousiasme qui sont au rendez-vous. Les acteurs savent qu’il faut inventer, c’est difficile et passionnant. Ils vont inventer et instituer une forme qui les institue en retour. Les conventionnels qui instituent la république française sont institués en retour en tant que citoyens. Chaque français aussi : qu’il ait été "ci-devant sans-culotte" ou "ci-devant marquis", il est promu au statut de citoyen.

Un moyen de lutte contre le dépérissement des formes

  • 41 Avec la question du sens, nous sommes au plus près de la pensée de Castoriadis. Ce n’est pas par ha (...)

57Après avoir souligné non seulement l’articulation des deux niveaux logiques mais aussi la réciprocité institutionnelle, revenons à la contre-productivité. Illich comme Dupuy la caractérisent par la confusion objectif/moyens. Ce que la modélisation par l’effet Mühlmann permet de comprendre, c’est que l’échec de la prédiction correspond à un oubli (fût-il partiel) de l’objectif, tandis que l’aspect survie de l’appareil que véhicule l’institutionnalisation provoque la centration sur les moyens. Ces deux mouvements conjoints signifient une perte de sens. Or, le sens est typiquement ce qui se joue à l’articulation des deux niveaux logiques : ce qui fait sens pour chacune et chacun signifie un "credo" collectif41. Nous sommes-là au cœur de la réciprocité institutionnelle.

58Alors, s’il est sans doute impossible, pour une forme comme pour un humain, d’échapper à l’épreuve du temps, sa meilleure chance de rester vivante est d’être investie par les acteurs, d’être le prétexte à échanges, voire à luttes, en un mot de « faire sens ». C’est alors que, schématiquement, on peut considérer que l’interaction déjà-institué/capacité instituante est dynamique. On peut alors penser qu’une période de « glaciation » ne correspond pas à l’écrasement de la capacité instituante par le déjà institué (comme c’était le cas dans l’interprétation proposée au §III –2), mais à une faible interaction entre les deux. De même, une période de « réchauffement » ne s’interprète pas par le caractère chétif du déjà institué par rapport à la capacité instituante, mais comme une interaction forte entre les deux.

59Une telle interprétation permet de penser que l’émergence d’une forme dynamique, telle la polis grecque classique, telle la république française à partir de 1789, correspond à une intense dynamique de l’interaction instituant-institué. De ce point de vue, l’effet Mülhmann — le dépérissement d’une forme installée depuis longtemps — n’est pas dû à une faiblesse de la capacité instituante vis-à-vis du déjà institué, mais à la faiblesse de l’interaction Universel/Particulier, au désintérêt des acteurs, qui provoque leur désinvestissement et, partant, le dépérissement des formes. Il faut bien sûr remarquer qu’une telle interprétation impose de nommer institutionnalisation la pérennisation d’une forme, et de la distinguer soigneusement de son émergence — laquelle n’aboutit nécessairement ni à l’institutionnalisation ni même à l’institution de la forme.

Le cas de la forme École et de la forme Démocratie

L’effet Mülhmann à l’École

  • 42 Syndicat National des Instituteurs, fédéré par la FEN (Fédération de l’Education Nationale).
  • 43 On pense d’abord à Bourdieu et Passeron (Les héritiers), mais aussi à Baudlot et Establet (L’école (...)

60Prédiction ou prophétie, les deux tiers du XXe siècle sont marqués par la croyance en « l’école libératrice ». Ce n’est pas par hasard si cette formule constitue le titre du journal du SNI42. Cette promesse commence à prendre de sérieux coups dans les années soixante, avec la publication de recherches qui mettent en évidence le fonctionnement de l’école à la reproduction sociale43. De nos jours, le mythe de l’école libératrice a volé en éclats, puisqu’il est devenu patent que les enfants ne sont pas égaux devant l’école et que les familles adoptent des stratégies quant à la trajectoire scolaire de leurs petits. En même temps, bien sûr, nul ne songerait à penser que l’école n’est pas nécessaire. Sur la planète, dans les endroits où sévissent le travail et l’exploitation des enfants, la première « chose » à faire est de tenter de les scolariser.

61Face à cet échec de la prévision, qu’est-ce qui s’est institutionnalisé ? Prost (1981), parlant des écoles normales, souligne : "L’attachement aux écoles normales était en outre renforcé par le caractère démocratique de leur recrutement… On pouvait le préparer (le concours) sans quitter sa famille et sans retarder beaucoup l’entrée au travail ; d’autre part, en cas de succès, le normalien était pris en charge : aussi ce concours permettait-il à des enfants de paysans ou d’ouvriers de faire des études et d’accéder à une profession honorable et considérée. Grâce à lui, l’école primaire était vraiment celle du peuple : les enfants du peuple y étaient enseignés par d’autres enfants du peuple." (p. 204) Un enfant du peuple devenait instituteur pour aider les autres enfants du peuple à grandir et à devenir des citoyens. Prost, plus loin, évoquant la réforme de 1979, qui allonge la formation des instituteurs et prévoit de la sanctionner par un diplôme universitaire de 1er cycle : "Simultanément, la vocation disparaît : le mot, même, fait démodé… le métier d’institutrice est sans doute plus agréable et plus intéressant qu’un autre : ce n’est plus un sacerdoce" (p. 210-211). Pour le résumer en une phrase, ce qui s’est institutionnalisé peu à peu, c’est que les enseignants ne sont plus des militants, ils sont devenus des fonctionnaires.

Et la forme Démocratie

62Pour le dire vite, le principe (la prévision) étant que tout citoyen peut devenir un élu, ce qui s’est institutionnalisé est que les représentants du peuple sont devenus des professionnels de la politique. C’est le côté pile de l’autonomisation du "grand sous-système" politique…

Un élément de réponse : pédagogie institutionnelle et formation du citoyen

63Pour ne pas être agi par le fonctionnement à l’autonomisation des grands systèmes, pour redevenir acteur, sujet d’une action, le citoyen sait qu’il lui faut instituer des formes qui permettent échange, réflexion, action réfléchie, et par conséquent formation du citoyen. Cette dernière se joue, notamment, à l’école. Chaque fois qu’il s’agit de décider de la mise en en place d’une règle, ou de modifier une règle, l’enseignant a le choix entre décider tout seul (ou énoncer une décision déjà prise), ou au contraire rendre les élèves instituants (de mettre en travail avec eux l’élaboration ou la modification de la règle) et du même coup de renforcer l’intensité de l’interaction instituant/institué. Il gagne alors sur les deux tableaux : d’une part il contribue à former de futurs citoyens, d’autre part il lutte contre le dépérissement de la forme école. Bien sûr, il faut qu’il s’engage (dans ces procédures d’échange et d’interaction avec les enfants, adolescents ou jeunes adultes qui lui sont confiés) ! Mais c’est à ce prix qu’il pourra aussi, à côté de ces moments consacrés à la vie collective, travailler avec ses élèves. Bien sûr, ces choix l’engagent dans une pédagogie institutionnelle de premier ordre (ou du premier type — cf. Sallaberry 2012). Bien sûr, cela suppose qu’il investisse une position de fonctionnaire engagé !

Retour sur les risques

64Revenons sur l’hypothèse de l’autonomisation des grands systèmes (que ce soit sous l’accès par le Sa (Baudrillard) ou sous l’accès par la perdifférenciation (Luhmann) à propos du "grand sous-système" politique). Sur le mode majeur, la conséquence de l’hypothèse (si on la suit) est une sorte d’impuissance du sous-système politique vis-à-vis des autres sous-systèmes. Le risque, ici, est celui d’une impossibilité de pilotage de la société – ou d’un pilotage qui n’est qu’un leurre. Sur le mode mineur, la conséquence est l’incompétence des politiques (du personnel politique) quant aux "solutions" à apporter aux "problèmes" — leur seule compétence concerne leur sous-système. Il ne faut donc pas compter sur les hommes et femmes politiques pour apporter des idées pertinentes — ou surtout des idées neuves.

65Si nous prenons l’exemple des événements de janvier 2015 (Charlie Hebdo) et les suivants, même en excluant de nos remarques les réponses en urgence, force est de constater que nos politiques n’ont rien appris. Chacun s’accorde sur l’enjeu central que constitue la formation du citoyen, donc l’éducation et l’École. Or, les "réponses" en termes de soi-disant adaptation du système éducatif à la nouvelle donne se bornent à du recyclage : incapacité à sortir de la logique d’enseignement ! On prévoit l’enseignement des valeurs, on parle d’enseignement moral et civique. On ignore manifestement qu’en ce qui concerne les valeurs, ce sont les dynamiques de l’exemple et du partage qui sont pertinentes, qu’à l’école il ne s’agit pas de discourir sur la citoyenneté mais de former les citoyens. L’idée des mille formateurs à la laïcité, une fois passé l’effet d’annonce, apportera vraisemblablement des précisions et des outils sur la laïcité, mais ne constitue pas un dispositif de formation des enseignants à la compétence de formation des citoyens. Annoncer que lors des recrutements "on" évaluera la "capacité à faire partager les valeurs de la République" n’a pas changé un iota aux concours de recrutement. Quant à l’augmentation de la prime des recteurs, on mesure aussitôt son efficacité sur le terrain !

66Quand les plus hauts responsables politiques de notre République oseront-ils donner pour mission aux enseignants de former les citoyens et mettront-ils en place un dispositif de formation à cet effet ?

Conclusion

67La trame de ce propos étant illustrée par le parcours de la société du spectacle à la contre-productivité, nous pouvons rappeler que l’un des candidats à la primaire de la droite et du centre (en France, automne 2016) a reproché à un journaliste, lors du dernier débat entre les candidats, de vouloir "faire du spectacle". Plus près de nous, Jost et Spies (2014) s’interrogent effectivement sur "l’info-spectacle". Nous avons rappelé et commenté le travail de Luhmann, avec sa tentative de nouvelle modélisation d’une société, s’appuyant largement sur la théorie des systèmes autopoiétiques. Nous en avons mené la critique, en soulignant les insuffisances mais aussi la pertinence de cet apport. Nous avons ensuite rappelé l’apport de Baudrillard, qui confirme en quelque sorte l’hypothèse de Luhmann (l’autonomisation des "grands sous-systèmes"). Nous avons ensuite donné des outils pour compléter ce qui peut être considéré comme une modélisation pertinente du fonctionnement d’une société, à partir de la théorie de l’institution mais aussi de la théorie des systèmes. Nous avons enfin esquissé le principe des moyens de lutter contre le dépérissement des formes.

68Pour revenir sur les risques courus par nos démocraties, nous pouvons noter une convergence remarquable avec le travail de Robert (2014). Avec un angle d’attaque différent du nôtre, puisque c’est celui des TIC, avec des outils eux aussi différents, il souligne "l’impensé" de l’informatique et des TIC, notant au passage la "logique auto-référentielle" du monde de la finance, liée à la "logistique informationnelle des réseaux financiers informatisés" (p.8). Il relie cette "logique" à la "gestionnarisation" de la société, en faisant référence à de Gaulejac, et mentionne comme conséquences des exemples de confusion objectifs/moyens (p. 12), ce qui nous ramène au critère de la contre-productivité.

  • 44 L’OBS n° 2717 du 01/12/2016, p. 82, et 2006. Dans son ouvrage de 2006, le même auteur qualifie Inte (...)

69Il faut dire, in fine, que la situation n’est pas brillante pour la démocratie. La forme démocratie comme le forme école sont dans un état de délabrement tel que le populisme (en tant que "style politique" et "rhétorique politique" (Rosanvallon)44) pense voir s’ouvrir un boulevard… Il est plus que temps de réinvestir le politique, de cesser de discourir sur la citoyenneté (symptôme de l’euphémisation ambiante) mais de former les citoyens — ce qui ne se fera pas sans l’École, donc sans former les enseignants à ce travail.

Paris Gallimard

Luhmann, N., 1984, Communication et action, Luhmann Niklas, Suhrhampf Verlang, Ackermann Werner, Quéré Louis. Communication et action. In : Réseaux, volume 9, n° 50, 1991. Communication : nouvelles approches. p. 131-156.

Top of page

Bibliography

Revues et ouvrages collectifs

L’année de la recherche en sciences de l’éducation, n° 2012 — Conditions de l’éducation et perspectives pour l’éducation nouvelle, Paris, L’Harmattan

L’année de la recherche en sciences de l’éducation, n° 2014 — Conditions de l’éducation et perspectives pour l’éducation nouvelle II, Paris, L’Harmattan

L’année de la recherche en sciences de l’éducation, n° 2015 — (À propos) de la représentation, Paris, L’Harmattan

L’année de la recherche en sciences de l’éducation, n° 2016 — Les processus informels dans le groupes, Paris, L’Harmattan

Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 4 - 2014 Recherches au féminin en Sciences de l’Information et de la Communication, URL : http://rfsic.revues.org

Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 5 - 2014 — État des recherches en SIC sur l’information médiatique, URL : http://rfsic.revues.org

Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 9 - 2016 — Tendances contemporaines en communication organisationnelle, URL : http://rfsic.revues.org

Actualité de la théorie de l’institution, 2003, s/d Ardoino, Boumard, Sallaberry, Paris, L’Harmattan (Cognition et Formation)

L’emprise de l’organisation, 1979, Pagès M., de Gaulejac, V., Bonetti M., Decendre D., Paris, PUF

Auteurs

Atlan, A., 1979, Entre le cristal et la fumée, Paris, Seuil

Atlan, A., 2011, Le vivant post-génomique — ou qu’est-ce que l’auto-organisation ? Paris, Odile Jacob

Barel, Y., 1978, La ville médiévale, système social, système urbain, Grenoble, PUG.

Barel, Y., 1987, La quête du sens, Paris, Seuil.

Barel, Y., 1979, Le paradoxe et le système, reéd.1989, Grenoble, PUG.

Barel, Y., 1993, Système et paradoxe (Autour de la pensée d’Yves Barel), Paris, Seuil.

Bateson, G., 1972, Vers une écologie de l’esprit, tr.fr. Paris, Seuil, Tome 1, 1977.

Bateson, G., 1972, Vers une écologie de l’esprit, tr.fr. Paris, Seuil, Tome 2, 1980.

Baudelot C. & Establet R., 1971, L’école capitaliste en France, Paris, Maspero.

Baudrillard, J., 1970, La société de consommation, Paris, Denoël

Baudrillard, J., 1972, Pour une critique de l’économie politique du signe,

Baudrillard, J., 2000, Mots de passe, Paris : Pauvert

Bourdieu P. & Passeron JC, 1964, Les héritiers, Paris Minuit.

Bruner, J. S., 1990,… Car la culture donne forme à l’esprit, tr.fr. 1991, Paris, Eshel.

Cardan, P., 1965, Marxisme et théorie révolutionnaire, in Socialisme ou Barbarie, n° 39 (mars-avril) et 40 (juin-aôut).

Castoriadis, C., 1975, L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil.

Castoriadis, C., 1978, Les carrefours du labyrinthe, Paris, Seuil.

Castoriadis, C., 1993, Complexité, magmas, histoire, in Système et paradoxe — Autour de la pensée d’Yves Barel, Paris, Seuil.

Cuny, X., 1982, La fonction sémique dans le travail, th., Un. Bx II.

Debord, G., 1967, La société du spectacle, Paris, Gallimard 1992

Dupuy, J-P., 1982, Ordres et désordres, Paris, Seuil.

Dupuy, J-P., 1993, Les paradoxes de l’ordre conventionnel, in Système et paradoxe — Autour de la pensée d’Yves Barel, Paris, Seuil.

Dupuy, J.-P., 2002. Pour un catastrophisme éclairé. Paris : Seuil.

Eco, U., 1984, Sémiotique et philosophie du langage, tr.fr ; 198, Paris, PUF.

Foerster, H. von, 1988, La construction d’une réalité, in L’invention de la réalité, s/d Watzlawick, Paris, Seuil.

Furet, F., 1978, Penser la Révolution française. Paris : Gallimard.

Grignon, C., 1971, L’ordre des choses — Les fonctions sociales de l’enseignement technique. Paris : Minuit.

Hess R. & Savoye A., 1981, L’Analyse institutionnelle, Paris, P.U.F. (Que sais-je ?)

Hofstadter, D., 1985, Godël-Escher-Bach — Les brins d’une guirlande éternelle, Paris, Interéditions

Illich I., 1971, Une société sans école, Paris, Seuil.

Jost F. & Spies V., 2014, L’information à la télévision, un spectacle ?, Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 4 – 2014

Lefebvre, H., 1980, La présence et l’absence — contribution à la théorie des représentations, Paris, Casterman.

Lefebvre, H., 1985, Qu’est-ce que penser ? Paris, Publisud

Leclaire, S., 1975, On tue un enfant, Paris, Seuil.

Le Moigne, JL, 1977, La théorie du système général, Paris, PUF, reéd 1984

Le Moigne, JL, 1990, La modélisation des systèmes complexes, Paris, Dunod.

Lerbet , G., 1986, De la structure au système, Maurécourt, Ed.Universitaires.

Levi-Srauss, C., 1958, Anthropologie Structurale, Paris, Plon, 1974.

Lewin, K., 1959, Psychologie dynamique, Paris, PUF

Locke J., 1751, Essai sur l’entendement humain (tr. Bosset), Londres, Jean Nourse

Lourau, R., 1970, L’Analyse institutionnelle, Paris, Ed. de Minuit.

Luhmann, N., 1999, Politique et complexité — Les contributions de la théorie générale des systèmes. Essais choisis, traduit de l’allemand et présentés par Jacob Schmutz, Paris, Cerf (Humanités).

Maturana, HR & Varela, FJ, 1992, L’arbre de la connaissance, tr.fr. 1994, Ed. Addison-Wesley France, S.A.

Mülhmann W., 1961, Messianismes révolutionnaires du Tiers Monde, tr.fr. Gallimard, 1968.

Nicolis, G. & Prigogine, I., 1992, A la rencontre du complexe, Paris, PUF

Pagès M., de Gaulejac V., Bonetti M., Decendre D., 1979, L’emprise de l’organisation, Paris, PUF.

Peirce, C.S., 1885, Ecrits sur le signe, tr. fr. Paris, Seuil, 1978.

Piaget, J., 1968, Le structuralisme, Paris, PUF.

Prochiantz, A., 1989, La construction du cerveau, Paris, Hachette

Prochiantz, A., 1995, La biologie dans le boudoir, Paris, Odile Jacob.

Propp V., 1928, Morphologie du conte, tr. fr. Paris, Seuil, 1965

Prost A., 1981, Histoire de l’enseignement et de l’éducation — IV Depuis 1930, Paris, Perrin 2004

Robert, P., 2014, Les logiques politiques des TIC, les TIC, entre impensé, glissement de la prérogative politique et gestionnarisation, Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 5 - 2014

Rocher, G., 1968, Introduction à la sociologie générale, t. 2 L’organisation sociale, Paris, Seuil

Rosanvallon, P., 2006, La contre-démocratie, Paris, Seuil.

Rosanvallon, P., 2016, Une grande détresse démocratique, L’OBS, n° 2717-01/12/2016,p. 81-84

Sallaberry, J-C, 1996, Dynamique des représentations dans la formation, Paris, L’Harmattan (Cognition et Formation).

Sallaberry, J-C, 1999, "Théorie des systèmes et théorie de l’institution : la rencontre de deux paradigmes ”, L’année de la recherche en sciences de l’éducation - 1999 , p. 5 à 25.

Sallaberry, J-C, 2002, Le statut de la représentation et l’articulation du niveau logique individuel et du niveau logique collectif, in Les représentations sociales — Balisage du domaine d’étude, s/d C. Garnier et W. Doise, Montréal, Editions Nouvelles, p. 265-278.

Sallaberry, J-C, 2003, Théorie de l’institution et articulation individuel-collectif, in Actualité de la théorie de l’institution, s/d Ardoino, Boumard, Sallaberry, Paris, L’Harmattan, (Cognition et Formation), p. 77-112.

Sallaberry, J-C, 2004, Dynamique des représentations et construction des concepts scientifiques, Paris, L’Harmattan (Cognition et Formation).

Sallaberry, J-C, 2012, Pédagogies nouvelles : quelles conditions de possibilité ?, in L’Année de la recherche en sciences de l’éducation, n° 2012, p. 63-85.

Sallaberry, J-C, 2013, Représentation et "contexte culturel", in Contextualisations Didactiques — Approches théoriques, L’Harmattan (Cognition et Formation), pp. 225-247 (reprise du texte de la communication au colloque international « Contextualisations didactiques : état des lieux, enjeux et perspectives » IUFM de Guadeloupe, Université des Antilles et de la Guyane, Pointe à Pitre, 21-24 novembre 2011)

Sallaberry, J-C, 2014, "L’hypothèse de l’autonomisation des systèmes" et les notes de lecture, in L’Année de la recherche en sciences de l’éducation n° 2014 (Annexes, p. 225-240)

Saussure F., 1915, Cours de linguistique générale, tr.fr. Paris, Payot, 1972.

Suraud, MG, 2014, L’espace public des risques — concertation et communication, Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 4 - 2014

Tournier M. 1975, Le roi des aulnes, Paris, Gallimard (Folio).

Varela, F J., 1988, Le cercle créatif, in L’invention de la réalité, s/d Watzlawick, Paris, Seuil.

Varela, F J., 1989, Autonomie et connaissance, Paris, Seuil.

Varela, F J., 1989 b, Connaître les sciences cognitives, Paris, Seuil.

Varela, FJ., 1995, Connaissances et représentations, dossier : les Sciences de l’homme, Bulletin d’Information des Cadres (EDF-GDF) n° 27, mars 1995, p78 à 88.

Watzlawick, P., 1988, L’invention de la réalité, Paris, Seuil.

Whitehead, A.N. & Russel, B., 1910, Principia Mathematica, Cambrige, Cambridge Mathematical Library

Sitographie

sallaberry, J-C, 2012, Conditions de la formation des maîtres, site Educavox, onglet formation (mais on peut chercher par nom d’auteur). www.educavox.fr, EDUCAVOX - An@é

Top of page

Notes

1 Politique et complexité est le titre d’un ouvrage, dont le sous titre est : Les contributions de la théorie générale des systèmes. Essais choisis, traduit de l’allemand et présentés par Jacob Schmutz. 1999, Paris, Cerf (Humanités). Le § 1-1 est la reprise d’une note de lecture que j’ai publiée dans l’Année de la recherche en sciences de l’éducation, n° 2014, p. 237-245

2 En rappelant que je propose de définir la notion de paradigme comme une "logique" de modélisation (comme une boite à outils, si l’on préfère), on pourra dire que Luhmann construit une description (une modélisation) de la société qui s’appuie sur (ou s’inscrit dans) un paradigme systémique.

3 "…la conscience des interpénétrations complexes, causales et axiologiques qui déterminent toute forme d’agir s’est considérablement accentuée." (p. 14)

4 Nous verrons que les notions d’autonomie, autoréférence, autopoièse ne sont pas assez interrogées sur leurs ressemblances et leurs différences.

5 La notion de niveau logique, introduite par les logiciens de l’école de Vienne, est abondamment reprise par Bateson, Watzlawick… C’est Barel (1979) qui, reprenant Wilden, propose de concevoir le paradoxe comme une connexion, ou une confusion de deux niveaux logiques. Je suggère d’utiliser l’expression de court-circuit pour illustrer cette dernière opération. Pour revenir à l’introduction dans un système d’une théorie sur le système, si cette boucle connecte deux niveaux distincts il n’est pas sûr que les deux niveaux soient des niveaux logiques — au sens strict, cette opposition discerne l’élément et sa classe. En revanche, on voit bien que cette connexion constitue un processus d’autonomisation.

6 On trouve chez Parsons la notion de "différenciation fonctionnelle et structurale" (voir la présentation qu’en propose Rocher —1968, pp. 216 à 220). Il faut dire que dans le système social (désigné aussi comme sous-système social), selon lui, on peut discerner quatre ensembles structuraux (ou structures, ou encore sous-systèmes fonctionnels) : structures de socialisation (famille, enseignement) pour la fonction de stabilité normative, droit et appareil judiciaire pour la fonction d’intégration, structure politique pour la fonction de poursuite des buts, structure économique pour la fonction d’adaptation. Dans une société traditionnelle, les quatre sous-systèmes sont moins distingués et un ensemble structural remplit plus d’une fonction — exemple de la collectivité religieuse qui est en même temps politique et parfois aussi économique. "…dans les sociétés plus avancées s’opère une différenciation toujours plus nette entre les quatre fonctions et entre les ensembles structuraux qui y correspondent ;"(Rocher p. 220).

7 L’appellation varie selon les extraits ou les places dans les extraits (systèmes, sous-systèmes, domaines, systèmes fonctionnels, sous-sytèmes principaux, grands sous-systèmes). Nous finirons par garder la dernière, en sous-entendant que le système étant la société, on peut discerner de grands sous-systèmes.

8 Il faut donc se méfier et éviter d’employer le terme de "clôture autopoiétique" (p. 56), qui a beaucoup de chances d’être mystificateur.

9 L’idée est déjà repérable chez Castoriadis (1978, pp. 196-197), quand il remarque qu’on ne peut composer une société qu’à partir d’individus déjà « sociaux » (qui portent déjà le social en eux-mêmes). Barel (1979) cite abondamment Castoriadis et développe une réflexion sur ces parties de systèmes qui semblent « contenir » le système. Il emploie l’expression de « co-émergence simultanée du paradoxe, de la contradiction et du système ».

10 Il est précisé que ce concept est "transposé de la théorie de l’action de Parsons à la théorie de la communication et désigne les symboles généralisés qui peuvent être utilisés dans la communication en vue d’une réduction de la probabilité du refus de communiquer" (p. 57). "Ces médias sont définis comme des codes de symboles généralisés qui dirigent la transmission de fonctions de sélection au sein du système : ces catégories ont donc pour fonction de modaliser les processus de communication au sein du système (par exemple de définir des différences de pouvoir qui donneront lieu à des situations de domination) et ceci dans un sens où la communication est indépendante de l’interaction purement langagière entre les individus." (présentation, p. 24) La notion est d’autant moins facile à saisir que les symboles en question sont plutôt des signes au sens des sémioticiens, que les interactions réelles entre sujets humains ne se réduisent jamais à leur aspect langagier, et que la communication semble occuper la place de l’interaction — lorsqu’il s’agit de définir les situations de domination par exemple. Il faudrait à tout le moins mener un travail de définition précise des notions et un travail de modélisation sur l’articulation de ces notions entre elles.

11 Les "domaines" que constituent la politique, l’économie, la science, la famille… sont désignés parfois come des systèmes fonctionnels, parfois comme des sous-systèmes.

12 Il précise : "La différenciation fonctionnelle libère des communications de leurs contextes d’origine dans la famille, la tradition ou encore les mœurs, et c’est pourquoi l’acceptation des communications peut y paraître improbable. Les médias ont alors pour fonction de neutraliser cette nouvelle improbabilité — par exemple celle de l’exécution d’un ordre ou du don d’un bien précieux — et de les transformer en probabilité positive, ou du moins en une attente possible."(p. 57-58) Notons que seule la probabilité est un concept (l’improbabilité n’en est pas un) et qu’elle est, par définition, positive. Ce qui n’empêche pas d’essayer de suivre l’auteur dans son argumentation.

13 Je commencerai par faire remarquer qu’en sciences physiques, on ne songe à mesurer une grandeur que lorsqu’elle est définie. Or, l’un des manques sérieux ici est l’absence d’une définition de la complexité. Quant aux écrits d’Atlan, qui ont en effet une grande importance, ils sont centrés sur l’auto-organisation — notion proche de la complexité mais qui ne s’y identifie pas. Et ce qu’Atlan désigne comme "complexité algorithmique" d’un objet (description minimale acceptée par une machine de Turing — 2011, p. 62) a des chances de coïncider avec ce que Le Moigne (1990) repère comme complication, en l’opposant à complexité. Nous reparlerons un peu de complexité plus loins, mais en marge — ce n’est pas l’objet central du texte.

14 Une note de bas de page, placée juste après le titre "Communication et action", indique que cet article est une traduction partielle du chapitre 4 de Soziale Systeme. Grundiss einer allgemeinen Theorie, intitulé « Kommunikation and Handlung ». Cf. la référence Luhmann et al. 1984.

15 "Pour Weber l’action sociale est un cas particulier de l’activité, commandée par des intentions socialement dirigées. Pour Parson, la formation des systèmes sociaux ne constitue qu’un apport, différencié analytiquement, à l’émergence de l’action tout court. Les systèmes sociaux sont donc fondés sur un type d’action, ou sur un aspect de l’action, et c’est à travers l’action que le sujet entre, pour ainsi dire, dans le système." (p. 133)

16 Au CREA, le labo fondé par J-P. Dupuy.

17 Confusion classique de la grandeur et de sa variation, lien établi sans justification valide (idéologique, donc) entre tendance à l’augmentation de l’entropie et dispersion de petits constituants (assimilation de cette dispersion au désordre, alors qu’on pourrait considérer qu’il s’agit d’un ordre par équirépartition), ignorance des raisons thermodynamiques de l’introduction de ce concept (lié à l’irréversibilité des transformations réelles), identification de l’entropie en physique (thermodynamique) et de "l’entropie informationnelle", ce qui se discute pour le moins…

18 Pour évoquer l’ensemble des relations mathématiques qui lient entre eux les concepts de la physique, il suffit de rappeler que le système international d’unités (ou SI) a été d’abord désigné par le sigle MKSA (mètre, kilogramme, seconde, ampère). Ce qui montre qu’il suffit de choisir quatre unités (concernant quatre grandeurs, donc quatre concepts), pour fixer toutes les autres.

19 Jacques Wittwer, mon directeur de thèse, aurait parlé de "fulgurance".

20 Russel et Whitehead discernent le niveau logique de l’élément et le niveau logique de la classe (de l’ensemble) — on ne peut penser un stylo comme on pense l’ensemble des stylos (ce dernier n’est d’ailleurs pas un stylo). Tranférée aux humains, cette distinction amène à différencier le niveau logique individuel (celui de l’individu — ou atome sociétal) du niveau logique collectif (celui de la société).

21 Eco (1984) nomme ce schéma le triangle sémiotique (p. 66). Il signale que ces idées sont déjà repérables chez Platon et Aristote. On les retrouve aussi chez Locke (1751). On doit à Peirce (1885) d’avoir repris et formalisé cette conception ternaire. Dans sa modélisation, les trois instances sont l’objet (réel, imaginable ou inimaginable), le représentamen (image sonore ou visuelle), l’interprétant (image « mentale » associée) (tr.fr. 1978, p. 229).

22 Ce qui est étonnant, c’est que Saussure fait passer le principe de l’arbitraire du signe entre le Sa et le Sé. — il faut dire que sans doute, pour lui, c’est comme si les objets étaient déjà écartés, son souci étant d’établir la langue en tant que système. Baudrillard (1972, p. 183) signale que Benveniste (1966, p. 52) corrige Saussure, en plaçant le principe de l’arbitraire entre le signe et l’objet qu’il désigne.

23 "Dès le début, j’ai choisi cet angle parce que je voulais me désolidariser de la problématique du sujet."(p.13)

24 Expérience courante de la relecture ! Notre interprétation (et notre impression) a évolué toute seule au cours du temps et a dérivé, par rapport à notre lecture précédente et par rapport au texte.

25 Remarque pertinente : le Sé (aspect production de sens), est du niveau du sujet humain, comme la valeur d’usage. Le Sa, comme l’explicite Baudrillard, est le fait du système, comme la valeur d’échange…

26 1975, p. 493

27 1970, p. 90, qui reprend Cardan 1965 (Cardan fut le nom de Castoriadis dans la Résistance et la clandestinité, durant l’Occupation).

28 1996 p. 26 et 2003 p. 77 à 79, pour la reprise de ces idées dans le schéma de fonctionnement en trois moments.

29 Il "n’est" pas le niveau logique collectif ! Il le représente, l’exprime en quelque sorte avec la formule "le moment où la règle est la même pour tous". Le schéma en trois moments, qui montre comment l’institution articule les deux niveaux, fonctionne dans son ensemble : séparer, isoler l’un des moments (Lourau parle alors d’hypostase) détruit la pertinence de l’outil.

30 Il "n’est" pas le niveau logique individuel.

31 Cf. Sallaberry, 1998, 1999, 2004a ; une forme est par essence ce qui organise — ce qui organise la vie collective, pour ce qui nou intéresse de prime abord ici.

32 Pédagogies nouvelles : quelles conditions de possibilité ?, in L’Année de la recherche en sciences de l’éducation, n° 2012, p. 63-85.

33 Mülhmann W. E., (1961), Messianismes révolutionnaires du tiers monde, tr. fr. Baudrillard, Paris, Gallimard.

34 Voir la note de lecture consacrée à l’ouvrage, in L’Année de la recherche en sciences de l’éducation, n° 2012, p. 173-177.

35 D’autant que la liste des (douze) effets énoncée par Hess et Savoye (1981) est par bien des aspects une liste à la Prévert, plaçant côte à côte des apports aussi différents que l’impression de Lapassade (plus le système universitaire est bureaucratisé, plus les étudiants parviennent à en détourner le fonctionnement) et la relation d’incertitude d’Heisenberg (qui amène le chercheur à considérer que toute tentative de mesure étant une interaction, il doit renoncer à tout savoir de ce qu’il étudie — ce qui constitue une position épistémologique).

36 Il cite surtout (de Castoriadis) les ouvrages de 1975 et 1978. Il déclare d’ailleurs que son ouvrage (1979) doit beaucoup à celui de Castoriadis (1978).

37 Barel note judicieusement que l’opposition ontologique de l’élément et du système correspond à la représentation corpusculaire, alors que la notion de champ permet de concevoir que niveau et méta-niveau à la fois se confondent et demeurent distincts (p.169).

38 Pour la prise en compte de Varela dans ma première tentative de construction du concept de représentation, cf. 1996, notamment chap. III et chap V. Pour l’évocation de ma discussion avec Francisco à propos de la représentation, cf 2004, p. 93.

39 Dans le domaine de la puissance théorique, cette hypothèse permet également de contourner l’aporie constituée par l’impossibilité de choisir entre la priorité au niveau logique individuel et la priorité au niveau logique collectif. Pour le formuler de manière lapidaire, doit-on considérer que les hommes, un jour, ont fondé la société ou plutôt que l’homme ne se conçoit qu’en tant que "social", donc que la société précède l’homme ? Concevoir le co-engendrement des éléments et de la forme permet de dépasser l’aporie précédente. La conception que l’on peut construire de l’homme est étroitement liée aux formes qui organisent cette "humanité" (Sallaberry, 2003).

40 Je ne connais que deux tentatives de définition de la complexité. Celle de Nicolis et Prigogine (1992), qui repose sur l’existence d’une bifurcation sur la courbe représentant la trajectoire d’un système dans l’espace des phases (l’espace de toutes les variables du système) : on ne peut savoir à l’avance sur quelle branche de la courbe le système va évoluer suite à la bifurcation. Une telle définition convient pour un système physico-chimique. En ce qui concerne un système "culturel" (ou humain, ou sociétal), Castoriadis (1993) suggère qu’on pourrait faire du co-engendrement des éléments et de la forme le critère qui permet de qualifier de complexe un système (c’est moi qui le formule ainsi).

41 Avec la question du sens, nous sommes au plus près de la pensée de Castoriadis. Ce n’est pas par hasard si son ouvrage debase a pour titre L’institution imaginaire de la société.

42 Syndicat National des Instituteurs, fédéré par la FEN (Fédération de l’Education Nationale).

43 On pense d’abord à Bourdieu et Passeron (Les héritiers), mais aussi à Baudlot et Establet (L’école capitaliste en France), à Grignon (L’ordre des choses).

44 L’OBS n° 2717 du 01/12/2016, p. 82, et 2006. Dans son ouvrage de 2006, le même auteur qualifie Internet de forme politique (p. 71).

Top of page

List of illustrations

Title Triangle sémiotique (Sallaberry 1996 p. 20 et 2014 p. 233)
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2823/img-1.jpg
File image/jpeg, 20k
Title Schéma 1 Fonctionnement d’une règle — Sallaberry 1996 p. 26 et 2003 p. 78)
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2823/img-2.jpg
File image/jpeg, 20k
Title Schéma 2 : Fonctionnement de la langue (Sallaberry 1996 p. 30 et 2003 p. 86)
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2823/img-3.jpg
File image/jpeg, 24k
Top of page

References

Electronic reference

Jean-Claude Sallaberry, « L’hypothèse de l’autonomisation des grands sous-systèmes et les risques pour la démocratie », Revue française des sciences de l’information et de la communication [Online], 10 | 2017, Online since 01 January 2017, connection on 28 April 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2823 ; DOI : 10.4000/rfsic.2823

Top of page

About the author

Jean-Claude Sallaberry

Professeur de sciences physiques au lycée Arnaut Daniel, à Ribérac (durant 20 ans), puis professeur des universités, en sciences de l’éducation et en science de la cognition (durant 20 ans, à l’IUFM d’Aquitaine et à l’Université Victor Segalen-Bordeaux II, puis à l’Université François Rabelais (Tours), enfin à l’Université Montesquieu-Bordeaux IV), Jean-Claude Sallaberry a dirigé l’IUFM d’Aquitaine durant sept ans et demi. Il publie notamment sur les thèmes "représentation et cognition", "didactique des sciences", "théorie de l’institution", "dynamique des groupes". Il est co-rédacteur en chef (avec Guy Berger) de la revue L’année de la recherche en sciences de l’éducation. Il dirige (avec Jean Vannereau), chez L’Harmattan, la collection "Cognition et Formation". Courriel : jcsallab@orange.fr.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page