Skip to navigation – Site map
Spicilège

Convergence : comment le travail des journalistes gravite autour des professionnels de la communication

Chantal Francoeur

Abstracts

Interviews conducted with 20 journalists suggest that journalists feel they have limited room for maneuver in their day-to-day dealings with the Public Relations (PR) profession. A discourse analysis reveals three levels of interaction between journalists and PR professionals where journalistic autonomy is compromised. In the first, mechanisms put in place by PR professionals create a situation where journalists are forced to depend upon them when putting together a news story. In the second, ethical obligations and production demands imposed by the journalistic profession itself encourages a reliance on PR professionals. In the third, journalists and PR professionals find themselves working as a team. In all three of these spaces, the choices facing journalists are limited. What this description of their day-to-day exchanges brings to light are the actual workings of convergence between the two professions. Moreover, it offers an explanation as to why PR content features so prominently in today’s news stories.

Top of page

Full text

Introduction

Convergence journalisme-relations publiques

1Les informations journalistiques contiennent un fort pourcentage d’éléments conçus par les relations publiques (Davis, 2002 ; Manning, 2008 ; Sissons, 2012). Une recension réalisée par Macnamara établit que 40 à 75 pour cent du contenu des médias d’information s’appuie sur de l’information fournie par les relations publiques (2014, p. 741). Sissons parle quant à elle d’une proportion de 50 à 80 pour cent (2012, p. 274). Avec l’accélération de la vitesse de production des nouvelles et les multiples plateformes à alimenter, le phénomène semble prendre de l’ampleur.

2Une partie de l’explication réside dans les changements technologiques, qui ont imposé un mouvement de convergence généralisé dans l’industrie des médias depuis les années 1990 (Winseck, 1998 ; Quinn, 2006 ; Bernier, 2008 ; Demers, 2005). Pour s’adapter à la convergence, les journalistes ont dû développer de nouvelles méthodes de travail leur permettant de produire vite, sur plusieurs plateformes, à tout moment (Cottle et Ashton, 1999 ; Singer, 2004 et 2008 ; Quinn, 2006 ; Deuze, 2008). Un de leurs réflexes a été de se tourner vers l’industrie des relations publiques. Dès la fin des années 1990, des chercheurs constataient que la convergence dans les salles de rédaction menait à l’utilisation accrue de matériel de relationniste. Cottle et Ashton (1999) ont observé que les journalistes de la BBC devant produire des nouvelles pour la radio et la télé réalisaient plus d’entrevues en direct, avec des chargés de communication. Mitchelstein et Boczkowski (2009) ont fait le même constat dans cinq entreprises de presse allemandes : la convergence et l’obligation de produire vite créaient une plus grande dépendance au contenu préparé par des relationnistes. Selon le Pew Research Center, des communiqués de presse apparaissent maintenant mot pour mot sur les sites de nouvelles, sans traitement journalistique : « We found official press releases often appear word for word in first accounts of events, though often not noted as such » (en ligne). Sissons fait la même observation en Nouvelle-Zélande : « It appears news outlets are increasingly publishing public relations material almost or completely unchanged » (2012, p. 275). C’est aussi ce que concluait une recherche sur l’intégration des journalistes à Radio-Canada (Francoeur, 2012) : pour accomplir leurs multiples tâches sur des plateformes variées –radio, télé, web- les journalistes se tournent vers du matériel « clé en main » venant de relationnistes. Dans ce contexte, quelle est la marge de manœuvre des journalistes ? Jusqu’à quel point ont-ils le choix d’utiliser le matériel venant des relations publiques ? Qu’en disent-ils ? C’est là-dessus que se penche la présente recherche.

Le discours des journalistes sur leurs liens avec les relations publiques

3Ce que pensent les journalistes de la convergence journalisme-relations publiques (Manamara, 2016 ; Erjavec, 2005) a fait l’objet de quelques études. Larsson a interviewé 64 journalistes et relationnistes suédois et constaté que les relationnistes et les journalistes ne partagent pas les mêmes perceptions. Les relationnistes se vantent de réussir à intégrer leur contenu dans les articles journalistiques alors que les journalistes contestent cette affirmation : « While the former claim that they often succeed in planting their promotional ideas in newspapers and programmes, the latter mostly deny such a claim » (2009, p. 131). Au Québec, la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) a publié un dossier sur les communications gouvernementales, visant les relationnistes des ministères. Les journalistes admettent dépendre de ces relationnistes pour avoir accès à l’information qui les intéresse, tout en dénonçant ce qu’ils considèrent être un manque de transparence (FPJQ, 2011).

4Ainsi, même si les journalistes travaillent plus avec les relationnistes, leurs liens avec les professionnels de la communication restent tendus. Les journalistes insistent sur la frontière entre les deux professions. Miège décrit ainsi la différence entre le journalisme et les relations publiques : « La légitimité socio-politique des premières [le journalisme] s’est construite en référence à quelques-unes des valeurs fondatrices et centrales des régimes politiques démocratiques ; quant aux secondes, elles sont toujours attachées aux phénomènes d’influence et de manipulation sociales » (2007, p. 158). Legavre distingue les deux professions en disant que le journaliste pose des questions au monde social alors que le relationniste tient aux réponses : « le journalisme ‘de prestige’ se pense comme une activité tendanciellement critique des pouvoirs […] quand la communication, dans ses segments les plus ordinaires, a pour mission d’apporter des réponses visant à ‘faire tenir’ ensemble les acteurs d’une organisation donnée » (2014, p. 28). Les journalistes et les relationnistes n’ont pas les mêmes visées. Ils n’ont pas les mêmes raisons de communiquer avec le public. Comment les journalistes justifient-ils alors leur utilisation d’information fournie par les relationnistes ? Quel est leur discours sur cette question ?

Question de recherche

  • 1 La recherche reçoit du financement du Fonds de recherche du Québec - Société et culture (FRQSC) et (...)

5Face au fait que les journalistes tiennent à maintenir la frontière avec les relations publiques alors que la convergence semble les obliger à se tourner vers l’information fournie par des relationnistes, quel est l’espace d’autonomie des journalistes ? Peuvent-ils décider de travailler ou non avec des relationnistes ? C’est à ces questions que le présent article veut apporter une contribution. Plus précisément, nous voulons répondre à la question suivante : quel est le discours actuel des journalistes québécois sur la relation obligée qu’ils entretiennent avec les relationnistes ? Le but est de revisiter ou de plonger au cœur de la convergence relations publiques-journalisme et des « relations publiques généralisées » et d’en tirer une analyse fine des discours des journalistes sur ces réalités. Il y a peu d’études qualitatives détaillées sur cet enjeu. La plupart des études sur les liens entre les relationnistes et les journalistes sont quantitatives ou procèdent par analyse de contenu (Macnamara, 2014). Notre recherche1 apporte une contribution cruciale en illustrant de façon fine les liens entre les journalistes et les relationnistes, du point de vue des journalistes. Elle poursuit en partie les recherches de Charron (1994) sur les liens entre les membres de l’Assemblée nationale du Québec, leurs attachés de presse et les journalistes de la tribune de la presse, de même que les recherches de Tremblay et al. (1988) sur la présence du discours de promotion dans la presse québécoise.

Méthodologie

6Pour répondre à la question sur la marge de manœuvre, nous avons interviewé des journalistes dont les articles sont apparus en Une du Journal de Montréal, La Presse et Le Devoir, entre novembre 2013 et février 2014. Nous avons aussi interviewé des journalistes dont les reportages ont fait les manchettes des bulletins de nouvelles radios de Radio-Canada et du 98,5fm (Cogeco), et les manchettes des bulletins de nouvelles télés de TVA et de Radio-Canada, entre septembre et décembre 2014. Vingt journalistes ont accepté de consacrer une heure à 90 minutes de leur temps à un entretien semi-dirigé. Les entreprises de presse choisies oeuvrent toutes sur le marché montréalais et elles ont des propriétaires et des styles différents. Seuls le Journal de Montréal et TVA ont un même propriétaire, Québecor.

7Interviewer des journalistes qui font la Une et les manchettes se justifie ainsi : nous voulions discuter avec des journalistes dont les articles et les reportages ont été choisis par les rédactions pour donner le ton à la parution du jour ou au bulletin à l’heure de grande écoute. Peu importe leur beat, peu importe le sujet, peu importe le journaliste, l’important était de discuter avec des professionnels reflétant à la fois le travail régulier d’une salle de nouvelles et faisant partie de l’« élite » ou du journalisme de « prestige » (Legavre, 2014) : les articles qui se retrouvent en première page des quotidiens et les reportages faisant la manchette expriment le pouvoir décisionnel d’une salle de rédaction. Un quotidien met en une ce qui le distinguera des autres selon ses valeurs et ses couleurs journalistiques : qu’est-ce qui est le plus important, le plus significatif pour l’intérêt public, qu’est-ce qui met le plus en valeur la salle des nouvelles ? La réponse se retrouve en Une. La Une peut aussi être un compromis, où la salle de rédaction dira : « voici un sujet incontournable dont tous parleront », par exemple la mort d’un pape ; ou « voici le compromis que nous avons dû faire », quand la journée a été peu prolixe en nouvelles. C’est la même logique pour les bulletins de nouvelles radio et télé. C’est donc en Une et dans les manchettes que le monitoring des nouvelles est le plus pertinent, la Une étant toujours éloquente pour qui veut un lieu révélateur de l’état du journalisme actuel (Bucy, 2004 ; Karlsson, 2012). Notre approche est similaire à celle de Macnamara, qui a choisi d’interviewer des journalistes seniors pour ses recherches sur les liens entre les journalistes et les relationnistes (2014 ; 2016).

Des entretiens semi-dirigés

8Le questionnaire utilisé était divisé en deux blocs. L’un portait sur la définition et la description des relations publiques, l’autre sur les relations de travail et les pratiques journalistiques en lien avec les relations publiques. Les questions étaient ouvertes et il était convenu que les interviewers allaient demander de clarifier des réponses ou demander des exemples concrets pour illustrer les propos des journalistes au besoin (par exemple, quand le discours était inhabituel ou vague). L’entretien finissait avec une question-conclusion, où le journaliste était appelé à commenter de façon générale ce qu’il pense des liens entre les relationnistes et les journalistes.

9Les entretiens ont tous été transcrits. Nous nous sommes immergés dans le matériel, y trouvant des récits de vie de journaliste, des références à la culture journalistique comme l’importance de l’intérêt public, et des exemples multiples de la relation de pouvoir entre journalistes et relationnistes -les « power dynamics » (Cameron et al, 1997, p. 111)- entre les deux professions. Nous avons ensuite organisé le discours des journalistes en trois sections, pour le rendre intelligible et généralisable, comme l’ont fait d’autres recherches semblables (Macnamara, 2014, 2016 ; Shapiro et al, 2013).

10Nous avons assuré les journalistes que leur anonymat serait protégé. Chaque journaliste est identifié ainsi : J-1, J-2, J-3… etc. Quand nous jugeons que des croisements de citations pourraient permettre de les identifier, la citation sera attribuée à « anonyme ». La section « Résultats », ici-bas, contient de nombreuses citations des journalistes. Cela permet de donner une voix aux journalistes de la Une et d’illustrer les consensus. De plus, le lecteur a ainsi accès à une partie des données.

Résultats

« On a un peu perdu la bataille. Et je pense que ça va aller en augmentant » (J-17).

11Les résultats montrent que les journalistes de la Une tiennent à maintenir la séparation entre les relations publiques et le journalisme. Leur discours montre une perception commune des relationnistes, un consensus : « c’est une façon de bloquer, de ne pas faire sortir la vérité » (J-17). Tous les journalistes interviewés perçoivent les relationnistes comme des promoteurs et des contrôleurs d’information : « On essaie de contrôler l’information. Toujours » (J-18). C’est « un filtre préalable » (J-11). « Les relationnistes sont là pour me faire une jambette, ils sont là, des fois, pour me mettre des bâtons dans les roues » (J-2). Les relationnistes et les journalistes n’ont « pas le même but » (J-13), et les journalistes disent être sceptiques face à l’information fournie par les relationnistes : « Par défaut, moi, je vais me méfier » (J-1). Plusieurs utilisent l’expression « chien de garde de leur employeur » pour parler des relationnistes (J-14, J-19, J-20).

12La frontière entre le journalisme et les relations publiques est toutefois poreuse parce que les journalistes n’ont pas le choix d’interagir avec les relationnistes. Le discours des journalistes montre trois niveaux de relations obligées quand ils décrivent leurs liens avec les relationnistes. Un premier niveau où la marge de manœuvre des journalistes est restreinte, la possibilité d’action étroite, parce que la façon de fonctionner des relationnistes les rend incontournables. Un deuxième niveau où la marge de manœuvre des journalistes est étroite mais pour d’autres raisons. Ici, c’est la culture journalistique qui est en cause : les journalistes entretiennent des liens serrés avec les relationnistes parce qu’ils sont un outil efficace pour produire vite et en respectant la déontologie journalistique. Le troisième niveau de relation est celui où les journalistes font équipe avec les relationnistes, où les journalistes et les relationnistes allient leurs forces. Les prochaines sections détaillent ces trois niveaux de relation obligée avec les relationnistes.

Marge de manœuvre restreinte

Une industrie des relations publiques omniprésente

« On sent qu’ils veulent contrôler l’information et contrôler l’accès aux intervenants. Y’a pas moyen d’aller au-delà » (J-14).

13Le discours des journalistes montre que le relationniste détient les clés de toutes les portes des organisations : ministères, entreprises privées, organismes sans but lucratif, etc. Pour rentrer, le journaliste doit lui demander la clé. Une fois à l’intérieur, il doit aussi demander au relationniste de faire les présentations formelles avec les porte-parole. Tous les journalistes interviewés disent devoir négocier, transiger, échanger avec un relationniste pour réaliser un reportage : « Maintenant il n’y a pas une compagnie, pas un ministère, pas une organisation qui ne fait pas affaire avec des relations publiques. Et de plus en plus aussi, il y a des politiques d’entreprises qui font que les employés ne peuvent pas nous parler sans passer par les relationnistes » (J-2). « Même les organismes communautaires ont des relationnistes. Moi ça me fascine parce que je me demande toujours ‘comment trouvent-ils l’argent ?’ » (J-17).

14Si les journalistes tentent de parler à une source à l’interne, les employés et les cadres des organisations réfèrent au relationniste : « Il va me dire ‘je ne peux pas te répondre, il faut que tu parles aux communications’. Alors je raccroche et généralement, 30 minutes après, je reçois un appel de relationniste qui dit ‘vous avez essayé de parler à monsieur machin’« (J-10). « Les gens vont aller voir la personne aux communications et dire ‘j’ai un journaliste qui m’a appelé, qu’est-ce que je lui dis ?’ Et c’est la personne des communications qui rappelle et ils te font toujours un petit sermon en disant ‘vous auriez dû m’appeler avant’« (J-12).

15Les journalistes constatent que lorsqu’ils tentent d’éviter les relationnistes, « Les gens sont punis s’ils nous parlent » (J-5), « On n’ose même plus appeler directement » (J-19). Les relationnistes sont ainsi un « filtre » (J-8), un « passage obligé » et un « rempart » (J-7). Cette façon de faire permet aux organisations de bien gérer leurs communications et simplifie la vie des journalistes pressés (J-17, J-18). Mais cela contraint aussi les reporters, limite leur marge de manœuvre.

Le message fixe du communicant

« On pourrait même écrire à l’avance la réponse qu’on va nous servir » (J-16).

16Des journalistes déplorent la rigidité du message « le côté formaté de la chose » (J-14) : « La pire des choses c’est quand on est capable de deviner à l’avance ce que la personne va dire » (J-10). Huit journalistes parlent de la « cassette » des relationnistes. Un journaliste raconte : « J’ai gardé un enregistrement où la personne me répète sept fois la même phrase. Je pose des questions différentes, le relationniste répète tout le temps la même réponse. À la fin j’ai dit ‘bon, bien je pense que j’ai compris, après sept fois.’« (J-4). J-7 raconte avoir vécu le même scénario et dit l’avoir confié à ses lecteurs : « ‘Aux seize questions différentes, la personne a répondu les mêmes deux phrases que voici’. Je fais confiance à l’intelligence des gens pour tirer leurs propres conclusions ». Un journaliste explique : « La plupart du temps c’est du préformaté. Et c’est un peu normal parce que 99 % des productions médiatiques, tout ce que ça prend, c’est une clip de 8 secondes ou une citation de 22… même pas 22, c’est trop, 17 mots » (J-2).

17La gestion des micros dans des conférences de presse est une autre façon de limiter les possibilités d’action des journalistes. J-17 décrit sa frustration, lors d’un échange avec un ministre. Il pose sa question. Insatisfait de la réponse, il reprend la parole : « Et là, quand j’ai voulu reposer la question, le micro a été coupé ! J’ai crié ma question. Mais ils sont passés à l’autre micro ». J-7 raconte une anecdote similaire où le micro a été fermé.

18Certains journalistes admettent que les formats journalistiques –temps et espace limité pour les citations- appellent les messages formatés des relationnistes. Les journalistes insistent tout de même sur l’importance du dialogue. Quand ils n’arrivent pas à dialoguer, qu’ils restent pris avec un message fixe, les journalistes considèrent qu’ils ont une faible marge de manœuvre dans la conception de leur reportage.

Le courriel comme moyen de communication privilégié

« Le gouvernement fédéral, c’est le meilleur exemple. C’est incroyable à quel point il contrôle. Tu ne peux pas parler à personne au fédéral. Jamais » (J-6).

19Des relationnistes choisissent de répondre aux questions des journalistes par courriel. C’était le cas au gouvernement fédéral canadien au moment de la recherche. Tous les journalistes l’ont cité en exemple et déploré cette façon de faire : « Au gouvernement fédéral, il n’y a plus moyen de parler à un fonctionnaire. Ça se passe toujours, toujours par courriel. Et c’est toujours complètement désincarné comme information » (J-19). Un autre dit : « tu te dis, ‘je ne peux pas mettre ça dans un article, la position du gouvernement, parce que ça ne veut rien dire’. Et c’est à leur avantage parce qu’on finit par ne plus parler d’eux » (J-10).

  • 2 La Régie d’Assurance-Maladie du Québec (RAMQ)

20Il n’y a pas que le gouvernement fédéral qui ait adopté cette façon de faire. Les journalistes donnent d’autres exemples : « La RAMQ2, par exemple. Dernièrement je leur pose une série de questions et ils me répondent à huit questions en une ligne. C’est évident qu’ils ne veulent pas répondre » (anonyme). Des entreprises privées utilisent aussi le courriel, à leur détriment selon des journalistes. Un journaliste décrit un échange avec la relationniste d’une association de fabricants : « Elle ne voulait réagir que par courriel. Elle voulait toutes mes questions d’avance. ‘On ne vous répondra pas sinon.’ Je lui ai dit, ‘ça va être interminable. On va s’échanger des courriels jusqu’au mois de juin.’ Et elle ne voulait rien savoir. Alors j’ai gardé trois questions principales mais c’était presqu’inutilisable ce qu’ils m’ont envoyé. C’est du jargon. C’est fait pour ne rien dire » (J-11).

21Difficile, disent les journalistes, de travailler avec ces messages, même s’ils conviennent que cette façon de faire « fait partie de la game » (J-6, J- 18, J-20), qu’il est légitime que les organisations utilisent tous les outils usuels de la communication publique, y compris la non-réponse.

Des journalistes indépendants

« C’est sûr que je ne vais pas la respecter la règle, mais c’est difficile parce que t’es vu comme la personne qui n’est pas dans le mood du party » (J-1).

22Les journalistes insistent sur leur indépendance, disant passer outre aux injonctions des relationnistes, à leurs façons de faire, à leur « protocole » (J-1). Face aux contraintes imposées par les relationnistes, il faut, disent les journalistes, « déroger de leurs limites, de leurs discours » (J-4). « Si on respectait tout ce qu’ils nous disent, on ne ferait rien » (J-14). « Je dors très bien la nuit si je contreviens à la politique d’entreprise ou de l’organisation parce que je ne suis pas passé par un relationniste » (J-2).

23Autrement dit, même si les relationnistes sont la porte d’entrée des organisations et formatent les messages à insérer dans les reportages, les journalistes restent libres : « À chaque fois qu’on parle à une source non-officielle on contourne d’une certaine façon les règles du porte-parole » (J-3). Un journaliste raconte avoir appelé directement un politicien sur son cellulaire : « Le relationniste m’a engueulé en me disant qu’il fallait que j’arrête de faire ça. Je lui ai dit ‘dans ton monde peut-être, mais dans le mien, non’« (anonyme). Un autre dit : « Si ça fait trois jours qu’on essaie d’avoir le maire […] puis il va couper un ruban dans un parc, c’est sûr qu’on va être là et qu’on va essayer d’avoir des réponses à nos questions par tous les moyens » (J-15).

24Les journalistes ont le dernier mot sur les choix éditoriaux. Ils choisissent le contenu qui sera publié. Ils peuvent refuser les règles imposées par les relationnistes. Ils ont donc un grand espace d’autonomie, malgré les contraintes qu’ils décrivent dans leurs échanges quotidiens avec les relationnistes. Leurs obligations déontologiques et les exigences de production viennent toutefois restreindre à nouveau cette autonomie.

La culture journalistique en cause

L’éthique journalistique

« Dans un reportage, normalement, tu dois inclure toutes les versions » (J-17).

25Les responsabilités déontologiques et éthiques des journalistes resserrent les liens obligés qu’ils entretiennent avec les relationnistes. L’équilibre et l’équité sont les valeurs invoquées par les journalistes pour expliquer pourquoi ils se tournent vers les relationnistes. J-4 parle des « contraintes d’équilibre. » J-2 et J-3 disent, « Je dois donner un droit de réplique ». Il faut s’assurer que toutes les parties visées dans un reportage puissent donner leur version des faits. Les relationnistes connaissent ces obligations et « surveillent » les journalistes, notamment les sites web des médias. Un journaliste raconte : « Cinq minutes après la publication, ils vont appeler et ils vont dire ‘hey ! Nous on n’a pas pu s’exprimer dans cet article-là, ajoutez notre point de vue’« (J-5).

26Parfois la réplique à un reportage mettant en cause une partie viendra d’un communiqué : « Si je suis pressé, je peux dire ‘voici ce qu’ils pensent, ils l’ont dit dans un communiqué. Nous, voici les informations qu’on a.’ Donc c’est de donner la version de l’autre » (J-18). « De plus en plus souvent, ils vont refuser d’accorder une entrevue, mais ils nous collent un papier qu’on est obligé de citer » (J-19).

27Certains journalistes voient plutôt le relationniste comme un outil pour se « débarrasser » de leur devoir d’équilibre. Ils vont réaliser leur reportage et attendre à la toute fin pour appeler le relationniste pour obtenir une réaction et compléter le reportage (J-2, J-4, J-5, J-16). Un journaliste résume : « Quand j’ai besoin d’une réaction, habituellement je vais appeler un relationniste » (J-6). J-1 explique, « Ça va juste être une ligne très fade, mais qu’il va falloir inclure ».

L’obligation de véracité

« Dans le cadre d’un décès, tu vas pas arriver puis faire un faux pas. Ou encore, une annonce gouvernementale. Souvent on se fie vraiment à ce qui est indiqué » (J-15).

28Pour la majorité des journalistes, le relationniste est le chemin le plus court pour avoir des informations factuelles « vraies », qui ne risquent pas d’être contestées. Les informations venant d’un relationniste permettent d’éviter des erreurs, ou des maladresses. C’est aussi une façon de s’assurer que personne ne sera mal cité : « Souvent on est obligés d’aller demander le point de vue officiel, alors on passe par les relationnistes » (J-5). Dix journalistes disent apprécier les communiqués de presse « pour des dates, des points, des références, des chiffres, des statistiques. Ça oui, c’est utile » (J-16). « L’information est précise, très concentrée » (J-18).

29Des journalistes insistent par contre sur la disparité qui peut exister entre l’information recueillie comme journaliste, via un relationniste, et celle recueillie comme citoyen. Ils donnent en exemple la disponibilité des places dans les centres d’hébergement pour personnes âgées, les accidents de travail, les enquêtes policières et des statistiques contradictoires dans différents dossiers (J-2, J-3, J-9). J-2 explique : « C’est hallucinant des fois. Ça m’est arrivé de faire le test. Disons que je connais quelqu’un, dans une organisation, un membre de la direction, puis il me donne une certaine information. Passer par la relationniste après, pour voir que le message est totalement différent ». Le journaliste ajoute : « C’est normal, c’est le job du relationniste de faire ça » (J-2). S’ils n’arrivent pas à confronter la version du relationniste avec une source qui accepte de se nommer, ou avec des documents officiels, des journalistes vont alors choisir de coller au message du relationniste, même si un doute subsiste.

La pression de l’heure de tombée

« Il faut nourrir la bête » (J-4).

30L’obligation de produire des reportages rapidement, souvent sur plusieurs plateformes, pousse les journalistes vers les relationnistes. Ces journalistes pressés ont besoin des relationnistes : « C’est facile de se tourner vers le relationniste pour avoir la version des faits puis s’en tenir à ça parce qu’à la vitesse où ça va… On tombe rapidement dans le panneau » (J-4). Les journalistes qui travaillent le soir ou les jours fériés cherchent de la matière à nouvelles : « C’est des fournisseurs de contenu » (J-20). « ‘Faut pas se le cacher, des fois, on peut être mal pris, on peut chercher de la nouvelle » (J-1).

31Des journalistes déplorent ces obligations de production rapides. Ils chérissent les enquêtes journalistiques et les affectations où ils ont moins besoin de produire rapidement : « Les médias, pour essayer de prendre du recul par rapport aux relationnistes, ça va être simplement d’investir dans l’enquête » (J-17). « On n’aurait tellement pas l’heure juste en information si les émissions d’affaires publiques n’existaient pas » (J-19). D’autres disent qu’il faut faire plus de « terrain », aller voir et constater les faits soi-même. Plusieurs mentionnent aussi le palais de justice comme un lieu où ils peuvent produire des reportages rapidement, sans relationniste.

La peur, la crainte, la prudence

« C’est un petit milieu. C’est du donnant-donnant » (J-16).

32Chacun des journalistes a sa façon de négocier avec les relationnistes –souvent au cas par cas- mais tous insistent sur l’importance d’entretenir de bonnes relations : « C’est pas par la confrontation que tu vas avoir quelque chose » (J-12). « C’est important de bâtir une relation de confiance » (J-13). « On a toujours intérêt à avoir une bonne entente avec certains relationnistes » (J-2). « Je veux essayer de garder des bonnes relations » (J-4). « Ça repose sur les relations humaines » (J-14).

33Des journalistes racontent se heurter à des portes fermées après avoir déplu à des relationnistes (J-5, J-10, J-11). Un autre parle de « silent treatment » (J-1), des relationnistes qui ne répondent plus à ses demandes. « On travaille avec eux. S’ils décident de te barrer, c’est dommage » (J-6). Un autre dit, « Si la personne prend la peine de te dire, ‘je te dis ça, mais tu ne peux pas le sortir’ et aussitôt qu’elle a le dos tourné, tu mets ça en ondes, la personne ne te dira plus rien » (J-16.). La rancune ou le mécontentement des relationnistes inquiètent certains journalistes, qui veulent s’assurer de rester dans les bonnes grâces de leurs interlocuteurs principaux.

Faire équipe avec les relationnistes

Accepter les propositions des relationnistes pour aller plus loin

« On va toujours essayer d’aller en chercher plus » (J-2).

34Des journalistes utilisent le matériel et les informations des relationnistes pour développer des reportages allant « plus loin » que ce que le relationniste donne ou propose (J-1, J-3, J-6). « On peut partir de cette exemple-là, qui est un exemple de relations publiques pur, pour aller vers du journalisme » (J-4). Cette façon de faire, où les journalistes se servent des propositions des relationnistes pour réaliser un reportage, prend plusieurs formes : ils peuvent utiliser une conférence de presse pour un reportage sans lien direct avec la conférence, se rendre à un événement promotionnel pour parler à une personne autrement difficile d’accès, etc. Un journaliste dit qu’il accepte parfois de couvrir des évènements sans grand intérêt public pour pouvoir s’approcher d’une source et produire un reportage ultérieur qui aura plus d’impact : « Ça m’est arrivé récemment. Je travaillais sur quelque chose de plus gros et j’avais besoin d’accéder à ma source. […] Tu passes son message tout de suite. Tu vas revenir [avec un article de fond] quand tu vas avoir toute l’information en main » (J-9). J-4 utilise cette stratégie aussi, « dans l’intérêt futur de l’information ».

35D’autres journalistes surveillent les réactions des relationnistes pour juger de la pertinence d’un sujet : « Des fois, on pose des questions et ils répondent à côté, ils répondent à la moitié de la question. Ça, ça nous alerte sur le fait qu’il y a quelque chose qu’ils tentent de cacher. Et quand on a le temps, ça nous rend juste plus fougueux, déterminé à le trouver » (J-11). Des journalistes choisissent aussi de bluffer, de prétendre qu’ils acceptent les conditions imposées par les relationnistes, pour ensuite s’en déprendre : « si c’est ça la condition, c’est ça la condition », puis « on arrive sur le terrain puis à un moment donné, on s’essaie. On sort [du contrat d’entrevue convenu] » (J-14). Un autre raconte : « Souvent ils t’imposent des contraintes, comme ‘ne va pas sur ce thème là’. Souvent, à la toute fin [de l’entrevue], on se permet la question » (J-17).

36Ces journalistes insistent sur le fait qu’ils ne veulent pas coller aux propositions des relationnistes : « C’est toujours derrière eux que je trouve l’information » (J-19). Leurs discours montrent qu’ils tiennent à élargir leur marge de manœuvre face aux relationnistes. Ils veulent s’affranchir des contraintes venant de l’industrie des relations publiques, tout en y étant liés.

Créer une alliance avec le relationniste

« Lui, c’est un maudit bon relationniste. Il a convaincu tout le monde. Sans lui, j’aurais jamais pu faire ce reportage-là » (J-19).

37Parfois l’intérêt du relationniste rejoint celui du journaliste, ou le relationniste se met au service du journaliste, ou s’efface. Alors il y a une marge de manœuvre plus grande pour le journaliste. Des journalistes ont pu réaliser des reportages dans des écoles, des centres jeunesse, avec des équipes de policiers, avec des travailleurs spécialisés, grâce à des relationnistes : « Ça peut aussi être une ONG qui veut aller chercher des dons, qui a intérêt à nous ouvrir les portes de son opération de sauvetage. Il y a tout le temps des cas où on peut faire équipe avec eux quand même » (anonyme). D’autres ont tissé des liens serrés avec des relationnistes qu’ils considèrent comme des sources : « Il y en a qui vont m’appeler, ‘si tu veux couvrir ce sujet, je te le donne, à toi’. Ça, c’est vraiment les pros de la relation publique qui manipulent ça » (J-20). « Le relationniste qui sait que t’es rigoureux et qui a un sujet sensible et il ne veut pas que ça sorte n’importe comment dans les médias, il va t’appeler toi. Il va te donner le scoop » (J-9). D’autres journalistes ont leur liste de relationnistes en qui ils ont confiance : « Il y en a qui travaillent fort. Tu leur demandes une information, ils vont vraiment te la chercher. T’as vraiment l’impression que ces gens-là comprennent ton métier » (J-2). D’autres apprécient les relationnistes qui fournissent des informations valables off the record, de façon officieuse : « Ça arrive souvent que de façon anonyme ils nous signalent certaines choses qui peuvent nous intéresser. Généralement, on s’entend que c’est des choses qui les servent » (J-7). Dans tous les cas, les journalistes insistent sur le fait qu’ils ne seront pas complaisants, qu’ils feront leur travail de journaliste : « Je ne m’en vais pas non plus faire une carte postale, un beau truc » (J-1).

Une relation intégrée

« Il y a ce travail de terrain fait par le relationniste, qui fait que quand on arrive, on peut faire notre boulot, poser des questions, filmer, sans se faire rabrouer » (J-14).

38Même si tous les journalistes voient les relationnistes comme des personnes tenant à offrir une belle image de leur employeur, certains les voient en même temps comme des partenaires à part entière : « C’est la personne qui va nous aider à aller chercher des informations. C’est un partenariat entre le journaliste et le relationniste » (J-12). « Il va s’assurer que tes besoins soient satisfaits » (J-15). « Quand on appelle quelque part, on demande à parler à la personne responsable des médias. Généralement, c’est une personne des relations publiques » (J-18). « Il y a des relationnistes qui sont d’anciens journalistes, qui pensent que c’est important de dire la vérité, de donner une information juste à la population » (J-16).

39La majorité des journalistes a aussi de l’empathie pour les relationnistes : « J’ai beaucoup de respect pour les relationnistes parce que c’est un travail très difficile » (J-10). « Je sais que cette personne-là est payée pour me faire voir les choses d’une certaine manière. Je comprends son métier, je comprends son rôle et je comprends à la limite son importance » (J-2). Les journalistes tiennent pour acquis que peu de relationnistes ont les coudées franches dans leurs relations avec les médias : « Les gens se protègent parce que ce n’est pas en leur nom qu’ils parlent » (J-14). « Les relationnistes ont tous des commandes » (J-18). « J’admets qu’il y a des organismes qui ont les mains liées » (J-19). Tous les journalistes, sauf un, disent ainsi que les relationnistes font partie de la game (c’est leur vocabulaire) de la communication publique.

Discussion

« Ils vont en quelque sorte gagner, parce qu’on aura pris une partie de leur message sans le remettre en question. Sans faire le travail de journaliste, c’est à dire de ne pas se fier uniquement au message de relationnistes » (J-4).

40Les journalistes de la Une, gardiens ou représentants du journalisme de prestige (Legavre, 2014), décrivent trois niveaux de relations obligées avec les relationnistes. Un premier où les journalistes font face à des mécanismes incontournables de relations publiques : le relationniste au message fixe, gardien efficace de son organisation. Un second où les obligations déontologiques –l’équilibre, l’équité, la véracité- et les exigences de production des journalistes les poussent à se tourner vers les relationnistes. Un troisième où les journalistes travaillent en équipe avec les relationnistes.

41Les discours des journalistes de la Une montrent que la puissance de l’industrie des relations publiques et sa maîtrise des relations médias, combinées aux devoirs déontologiques et aux exigences de production des journalistes, rétrécissent la marge de manœuvre des artisans de l’information. Cela explique en partie pourquoi il y a autant de contenu venant des relations publiques dans les informations journalistiques.

42Les journalistes conservent leur liberté éditoriale mais elle s’exerce dans un espace restreint. Presque tout le travail des journalistes gravite autour des relationnistes. Les journalistes formatent du discours construit par les relationnistes, ou, au mieux, du discours permis, ou libéré, par les relationnistes. Ils fabriquent les nouvelles avec du matériau préfabriqué. Dans les mots de Lloyd et Toogood, « If journalism is ’the first draft of history’ then public relations is the first draft’s first draft » (2014, p. 6).

43Les discours des journalistes de la Une contrastent avec celui des experts des relations publiques, selon qui leur travail permet aux organisations « de participer plus efficacement aux grands débats de société, contribuant ainsi à l’évolution des savoirs dans l’espace public » (Maisonneuve, 2010, p. 5) et que les relations publiques sont « un chaînon incontournable de la démocratie » (Dagenais, 2004). La prochaine étape de la présente recherche est précisément d’aller recueillir le point de vue des relationnistes, qui viendra mettre en perspective le discours des journalistes de la Une. Les réflexions des journalistes interviewés ici ouvrent la voie aux réponses des relationnistes. Ces derniers pourraient, par exemple, invoquer le fait que les reportages journalistiques laissent peu d’espace aux citations des acteurs (Hallin, 1992), ce qui justifie l’intervention des professionnels de la communication. La nécessité de répondre aux exigences de l’information continue pourrait aussi servir de justification à la présence forte des relationnistes (Stromback et Esser, 2014 ; Macnamara, 2014). Les relationnistes pourraient par ailleurs insister sur l’aide concrète qu’ils fournissent aux journalistes pour répondre à leurs diverses requêtes (Maisonneuve, 2010). Le croisement des perceptions de chacun donnera un portrait plus nuancé.

44Les propos des journalistes décrits ici permettent quand même de mieux comprendre la relation « d’associés-rivaux » (Neveu, 2009), que les journalistes entretiennent avec les relationnistes. Les journalistes qui tiennent à leur indépendance et à leur autonomie déplorent la convergence relations publiques-journalisme. Ils constatent que cette convergence les atteint malgré leur vigilance : « Il y a des mots qui, inconsciemment, font quand même leur chemin. Tu sais, tu peux lire quelque chose dans un communiqué, ne pas t’en rappeler, mais c’est quand même l’image que tu vas utiliser quand tu dois écrire rapidement » (J-1). Selon un journaliste, « Le lecteur sort fondamentalement perdant de cette relation-là. Parce qu’il se retrouve dans un univers médiatique où la convergence a atteint la sphère des idées » (J-10). Le discours actuel des journalistes de la Une sur la relation obligée qu’ils entretiennent avec les relationnistes montre qu’ils refusent d’abandonner leur rôle de chien de garde de la démocratie mais qu’ils ont peu de marge de manœuvre pour jouer ce rôle.

Larsson L. « PR and the Media : A Collaborative Relationship ? » Nordicom Review, 2009, no 30, p. 141-147.

Top of page

Bibliography

Bernier M.-F. Journalistes au pays de la convergence : sérénité, malaise et détresse dans la profession. Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2008, 210 p.

Bucy E. « Second generation net news : Interactivity and information accessibility in the online environment ». The International Journal on Media Magagement, 2004, v. 6 no1-2, p. 102-113.

Charron J. La production de l’actualité. Montréal, Boréal, 1994, 448 p.

Cottle S., Ashton M. « From BBC newsroom to BBC newscentre : On changing technology and journalist practices », Convergence, 1999, V. 5 no 3, p. 22-43.

Davis A. Public Relations Democracy. Manchester, Manchester University Press, 2002, 222 p.

Demers F. « La convergence comme nouvelle pratique journalistique », dans M.-F. Bernier et al (sous la dir. de), Pratiques novatrices en communication publique. Québec, Presses de l’Université Laval, 2005, p. 77-102.

Dagenais B. « Les relations publiques, véritable instrument de démocratie », Communication, 2004, v. 23, no1, p. 19-40.

Deuze M. « The changing context of news work », International Journal of Communication, 2008, v. 2, no 5, p. 848-865.

Erjavec, K. « Hybrid Public Relations News Discourse », European Journal of Communication, 2005, no 20, p. 155-179.

Fédération professionnelle des journalists du Québec (FPJQ). 2011. Les politiques de communications gouvernementales au Québec. http://www.fpjq.org/wp-content/uploads/2014/04/11-11_Rapport_politiques_comm_QC.pdf, dernière consultation le 16 juin 2016.

Francoeur C. La transformation du service de l’information de Radio-Canada. Québec, Presses de l’université du Québec, 2012, 198 p.

Hallin, Daniel. « Sound Bite News. Television Coverage of Elections 1968-1988 », Journal of Communication, 1993, v.22, no 2, p. 5-24.

Esser F. et Srombäck J. Mediatization of Politics. Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2014, 246 p.

Karlsson M. « Rituals of Transparency », Journalism Studies, 2010, v. 11, no 4, p. 535-545.

Legavre J.-B. « Communication et journalisme : ombres portées, ombres croisées », Les cahiers du journalisme, 2014, v. 26, no.1, p. 12-34.

Lloyd J., Toogood L. Journalism and PR. London, I.B. Tauris & Co, 2014, 138 p.

Macnamara J. « Journalism-PR relations revisited », Public Relations Review, 2014, no 40, p. 739-750.

Macnamara J. « The Continuing Convergence of Journalism and PR », Journalism & Mass Communication Quarterly, 2016, v. 93, no 1, p. 118-141.

Maisonneuve D. Les relations publiques dans une société en mouvance. Québec, Presses de l’université du Québec, 2010, 504 p.

Manning P. « The Press Association and News Agency Sources », dans B. Franklin (sous la dir. de) Pulling Newspapers Apart. London, Routledge, 2008, p. 247-255.

Miège B. La société conquise par la communication. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble, 2007, 232 p.

Mitchelstein E., Boczkowski P. « Between tradition and change : A review of recent research on online news production », Journalism, 2009, v. 10, no 5, p. 562-586.

Neveu É. Sociologie du journalisme. Paris, La Découverte, 2009, 128 p.

Pew Research Centre. 2010. How News Happens. http://www.journalism.org/analysis_report/how_news_happens. dernière consultation le 16 juin 2016.

Quinn S. Conversations on Convergence. New York, Peter Lang Publishing, 2009, 136 p.

Shapiro I., Brin C., Bédard-Brulé I., Mychailowycz. « Verification as a Strategic Ritual », Journalism Practice, 2013, v. 7, no 6, p. 657-673.

Singer J. B. « Strange bedfellows : diffusion of convergence in four news organizations », Journalism Studies, 2004, v. 5, no 1, p. 3-18.

Singer J. B. « Ethnography of Newsroom Convergence », dans C. Paterson & D. Domingo (sous la dir. de) Making online news, New York, Peter Lang Publishing, 2008, p. 157-170.

Sissons H. « Journalism and public relations : A tale of two discourses », Discourse & Communication, 2012, v. 6, no 3, p. 273-294.

Tremblay G., Saint-Laurent M., Saint-Jean A., Carontini E. La presse francophone québécoise et le discours de promotion. Montréal, FPJQ, 1988, 42 p.

Winsweck, D. Reconvergence : A political Economy of Telecommunications in Canada. Cresskill, Hampton Press, 1998, 379 p.

Top of page

Notes

1 La recherche reçoit du financement du Fonds de recherche du Québec - Société et culture (FRQSC) et du Conseil de recherche en sciences humaines (CRSH). Elle a l’approbation du comité d’éthique de la recherche de l’Université du Québec à Montréal.

2 La Régie d’Assurance-Maladie du Québec (RAMQ)

Top of page

References

Electronic reference

Chantal Francoeur, « Convergence : comment le travail des journalistes gravite autour des professionnels de la communication », Revue française des sciences de l’information et de la communication [Online], 10 | 2017, Online since 01 January 2017, connection on 21 July 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2787 ; DOI : 10.4000/rfsic.2787

Top of page

About the author

Chantal Francoeur

PhD, est professeure de journalisme à l’École des médias de l’Université du Québec à Montréal. Elle est membre du CRICIS, le Centre de recherche interuniversitaire sur la communication, l’information et la société. Courriel : francoeur.chantal@uqam.ca

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page