Navigation – Plan du site
Spicilège

Exploration de l’émergence de la durabilité dans les pratiques de veille documentaire des étudiants : habiletés et capacités à inventer

Thérèse Martin

Résumés

Notre ambition est de dégager ce qui, dans la pratique de veille informationnelle des étudiants de master – par l’intermédiaire des outils du Web 2.0 – est de l’ordre du durable. C’est à partir de la présentation de leurs outils et du témoignage de leurs pratiques que nous portons intérêt à l’exploration et à l’appropriation de ces outils de veille, plus précisément à la mise en œuvre et au développement des habiletés pour faire fonctionner ces outils, et des stratégies en information-documentation. Ce sont aussi des compétences communicationnelles émergeant des pratiques sociales (le partage entre internautes) qui rendent féconde la translittératie. Les stratégies des étudiants évoluent au cours de leur année de formation, notamment du master 1 au master 2. Il est alors possible de mettre en évidence comment la durabilité peut s’inscrire dans leur pratique de veille et en quoi elle peut être source d’invention. Certaines de ces stratégies montrent le « bricolage » nécessaire pour ajuster la méthode de recherche d’information et les potentialités perfectibles des outils.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Par exemple, pour le master en stratégies de management et communication, la veille est axée sur la (...)
  • 2 Le terme « fabrication » est entendu dans le sens proposé par M. de Certeau à propos de la culture (...)

1En étudiant les pratiques de veille des étudiants, nous voulons montrer comment les relations établies avec les outils de veille peuvent évoluer vers une pratique « durable ». Dans le contexte instable d’Internet (flux abondant d’informations), il s’agit de montrer comment les étudiants parviennent à mettre en œuvre des habiletés qui ont pu se stabiliser pour rendre leur pratique de veille efficace. Dans une précédente communication (cf. Martin, 2012), nous avions procédé à une mise à plat des relations établies avec les outils de veille du Web 2.0 (O’Reilly, site) par des étudiants en master de trois filières différentes (intelligence économique, stratégies de management et communication, web éditorial) de l’université de Poitiers. Puis l’année suivante, nous avons effectué des entretiens à plusieurs reprises au cours de l’année universitaire (de novembre à mars 2013) auprès de ces étudiants afin de dégager l’évolution de leurs pratiques entre le master 1 et le master 21. Pour cela nous prenons en considération le choix de leurs outils de veille présentés au chercheur et leur perception sur leur propre pratique de veille et son évolution. C’est à travers ce que « fabriquent »2 les étudiants, leurs habiletés mises en œuvre et leurs capacités à inventer (M. de Certeau) que nous serons en mesure de mieux cerner ce qui permet de caractériser une pratique de veille « durable ».

De l’instabilité du contexte de veille à la durabilité des pratiques : l’origine du défi

  • 3 Anticipation signifiant « détection d’une situation avant qu’elle se soit réellement manifestée »
  • 4 Selon la définition dans la norme expérimentale française XP X 50-053 de l’AFNOR. Ou autrement form (...)
  • 5 Se référer au site : http://www.cellie.fr/ News et culture de l’intelligence économique.

2La veille est considérée comme une « activité continue et en grande partie itérative visant à une surveillance active de l’environnement technologique, commercial, etc. pour en anticiper3 les évolutions » selon la norme AFNOR4. Les spécialistes distinguent trois types de veille, la veille stratégique, la veille technologique, et la veille réglementaire ou juridique. Ce sont les deux premières qui mobilisent principalement ces étudiants en master. Dans le cadre de leur formation, les attentes à propos de la veille peuvent porter sur la réalisation d’un suivi de l’actualité économique, politique ou sur les technologies de l’information et de la communication utiles dans le domaine éditorial, ou surveiller la e-réputation d’une entreprise. Cela se concrétise à la fois par l’élaboration d’un article ou de dossiers thématiques5 et d’un mémoire de master en lien avec le stage ou un sujet à approfondir.

  • 6 Trésor de la Langue Française. Définition de Durable, adjectif. Disponible sur internet :

3Nous insistons sur la complexité de ce phénomène de veille du fait de la diversité des paramètres entrant en jeu. Ces paramètres se rapportent aussi bien aux usagers (leur connaissance préalable des outils, leur expérience de veille), aux types de sujets visés pour la veille et des modalités du travail à finaliser, au choix des outils utilisés et au matériel qui les héberge (ordinateur ou téléphonie mobile). Le flux incessant des informations, sans véritable archivage, fait de ces plateformes relevant du Web 2.0 un espace de recueil constitué d’un nombre considérable d’informations « passagères, éphémères » pour reprendre les antonymes de l’adjectif « durable » proposés par le Trésor de la Langue française. Ainsi mettre en évidence le caractère durable d’une pratique de veille informationnelle dans un contexte qui est loin d’être stable peut paraître paradoxal. Nous retiendrons ici une des définitions proposées par le Trésor de la Langue Française6 pour le terme « durable » : « Qui dure longtemps, qui est de longue durée, qui présente de la stabilité et de la constance dans le temps ». Ce sont les manières dont les étudiants disent faire face à cette tension qui nous intéressent pour saisir l’émergence des habiletés en jeu qui participent à la durabilité de ces pratiques.

4La méthode mise en place pour cette recherche exploratoire repose sur la présentation par les étudiants de leur environnement virtuel constitué des outils de veille dont des copies d’écran ont été conservées.. Lors de cet entretien, le chercheur fait expliciter le choix des outils, sollicite le sens critique par rapport à l’usage des ces outils en fonction de leur propre connaissance et expérience et du partage d’expériences avec d’autres étudiants. Les étudiants concernés sont ceux que nous avons rencontrés l’année précédente (18) et qui prennent soin à présent d’expliquer l’évolution de leurs pratiques, ce qui a motivé ces changements. Quelques entretiens avec des nouveaux étudiants en master 1 et 2 (6) ont été ajoutés au panel. Ils font état de l’évolution de leurs pratiques en fonction de leur expérience antérieure et des explorations réalisées au cours de l’année universitaire 2012/13. Ces étudiants sont amenés à exprimer les raisons d’un éventuel renouvellement du choix des outils et de leurs utilisations, les obstacles ainsi surmontés dans leur démarche de recherche d’information, les modifications de stratégies de veille informationnelle, leur point de vue sur les outils et sur leur propre pratique. Les copies d’écran à l’instant T permettent d’avoir une photographie des espaces virtuels à disposition de l’étudiant, et rendent compte du choix du type d’outils, de son organisation structurée (ou non), du suivi systématique (ou non) dans l’usage de l’outil, de similarités (ou non) entre les outils et des passerelles éventuelles entre eux. À partir de l’ensemble de ces données, nous cherchons à dégager les caractéristiques d’une pratique de veille informationnelle durable.

Les « fabrications » durables des veilleurs, sources d’invention

  • 7 Il mentionne, concernant la réception des émissions de télévision, son intérêt pour le consommateur (...)
  • 8 Pour être plus exact, twitter relève du microblogging cf. Thomas Stenger (20011). Les étudiants con (...)

5Nous avons annoncé en introduction notre intérêt pour ce que « fabriquent » les étudiants quand ils font de la veille. Nous voulons rendre compte de la dynamique des pratiques en portant intérêt aux manières dont les étudiants explorent les outils de veille, à ce qu’ils « fabriquent » avec leur environnement virtuel ainsi constitué. Pour cela nous avons recours à l’ouvrage de M. de Certeau, « L’invention du quotidien ». Dans l’introduction, il procède à une distinction entre consommation passive et fabrication7. À partir des entretiens avec les étudiants, nous cherchons à mettre en évidence, parmi leurs habiletés, celles qui perdurent. Nous nous appuyons sur ce qu’ils ont évoqué concernant la prise en mains des outils (d’ordre technique), leurs stratégies de recherche d’information et le traitement du contenu (les savoir-faire et leurs connaissances en information-documentation). Il en est de même concernant les habiletés communicationnelles qu’ils estiment avoir développées avec les réseaux Networking et les réseaux socionumériques comme Twitter (en fait microblogging8) tout en prenant en compte la dimension temporelle et son incidence sur l’organisation.

6Tout en cherchant à identifier – via les récits des étudiants – les habiletés propres à une pratique durable de la veille, nous nous sommes attachée à relever en quoi elles peuvent faire preuve d’invention. En nous inspirant des travaux de M. de Certeau sur les « arts de faire » des « gens ordinaires », nous recherchons si les étudiants savent « saisir l’occasion », c’est-à-dire trouvent les moyens de contourner des obstacles pour parvenir à leurs objectifs de veille. Ou autrement dit, comment, en dehors des « normes » (ici les contraintes liées aux outils de veille), les étudiants procèdent à des « écarts » par rapport à ces normes ou à des « détours » pour s’approprier leur environnement virtuel de manière durable. Nous rendons compte à présent des résultats de cette recherche exploratoire sur les pratiques de veille des étudiants dans cette perspective de durabilité et d’invention.

Les habiletés relatives à la prise en main des outils de veille, les conditions d’une durabilité des pratiques

Le recours aux outils du lieu de formation

  • 9 Définition du dictionnaire Larousse - Durable : de nature à durer longtemps, qui présente une certa (...)

7Les ressources issues de lieux institutionnels (université, IAE) sont des références que les étudiants considèrent comme incontournables et auxquelles ils marquent leur attachement du fait de leur fiabilité. La durabilité se manifeste dans les pratiques des étudiants caractérisée par une fidélité à des lieux ressources qui sont à la fois proches de leurs centres d’intérêt, et directement liés à leurs besoins, fournissant des ressources validées par des spécialistes. Cela représente une forme d’assurance face à l’incertitude d’Internet. Des étudiants signalent que leurs activités de veille centrées sur une actualisation des connaissances s’appuient sur des ressources qui ont depuis longtemps fait leurs preuves. Ce qui d’une certaine manière les conforte dans leurs recherches alors que l’exploration du Web est source d’incertitudes, et donc d’hésitations. À travers cette fidélité à fréquenter des lieux sûrs, et des ressources dans leur version papier (presse et ouvrages), nous assistons ici à une forme de « résistance »9 à cet espace du Web mouvant, au flux d’information. Malgré les multiples outils à leur disposition sur le web 2.0, des étudiants tiennent à poursuivre l’utilisation de la bibliothèque virtuelle mais aussi « physique », pour prendre connaissance de la presse quotidienne (par Factiva ou dans l’espace lecture de la bibliothèque), pour repérer les ouvrages (catalogue informatisé de la bibliothèque), ou pour localiser sur les étagères et consulter les livres du domaine concerné.

8Certains étudiants – issus d’une formation en information-documentation – considèrent comme incontournables les bases de données comme Cairn, Factiva qui selon eux mériteraient d’être plus connues des étudiants. D’autres étudiants ont gardé en mémoire l’adresse de site Internet Persée consulté lors du cursus universitaire en Licence. Ces bases représentent pour eux une fiabilité pour collecter des références, et une richesse pour certains besoins d’information. Il en est de même pour le site internet de leur institution de formation (IAE par exemple) où ils vont puiser les ressources de leurs enseignants, et sur le plan pratique, pour trouver des adresses d’offres de stages ou offres d’emplois. Toutefois ces mêmes étudiants déclarent que les outils du Web 2.0 peuvent conduire à un éparpillement des informations de par la multiplicité des outils et à un effritement du contenu présenté en liste (fils RSS, tweets).

9À l’opposé du « tout virtuel », un étudiant montre son cahier de prises de notes, sous forme schématique (en carte conceptuelle) dont il ne peut se séparer, un autre recourt en premier lieu à son réseau de connaissances, à commencer par les amis à qui s’adresser directement pour leur demander conseil sur un sujet.

La familiarité avec les outils de veille et l’adaptation à leur évolution

10Le choix des outils du Web 2.0 est lié à la sensibilisation préalable des étudiants, soit par curiosité personnelle, soit par le témoignage d’amis, soit au cours de leur cursus de formation soit encore à l’occasion de stage. La première année de master est pour une partie d’entre eux l’occasion de découvrir les outils, de les tester, d’apprécier la facilité de la prise en mains, la pertinence des résultats obtenus afin d’arrêter leur préférence en fonction de ces facteurs. Après une familiarisation avec les outils, les comportements des étudiants témoignent de stratégies différentes. L’évolution de leur pratique se traduit par la conservation d’outils mais avec une utilisation différente. Il est à noter que le logiciel le plus rudimentaire et ancien – le logiciel de navigation – demeure l’outil de référence des étudiants. Il est privilégié pour rassembler en bout de chaîne de veille les sources importantes à conserver. Les étudiants apprécient de retrouver plus facilement les informations soit par mémorisation de l’emplacement du lien, soit en se référant aux dossiers thématiques préalablement constitués. Les usages peuvent être différenciés : par exemple, certains ne s’astreignent plus à lire régulièrement les titres des flux RSS qui viennent remplir la longue liste de l’agrégateur, mais ils utilisent le moteur de recherche intégré à cet outil pour retrouver une information précise parmi les fils RSS et ainsi réduire le temps de recherche. Des étudiants opèrent ici une rupture avec l’attrait que représente l’arrivée d’informations en flux continu.

  • 10 La notion de durabilité ou soutenabilité est définie comme cohérence entre les besoins et les resso (...)

11La facilité de la prise en mains est un facteur entrant en jeu dans le choix de l’outil ainsi que sa dimension opérationnelle pour répondre aux attentes. La durabilité au sens de « soutenabilité »10 prend ici tout son sens. Les étudiants estiment ainsi pouvoir en tirer parti efficacement quand les manipulations sont aisées, surtout pour ceux qui ont dû découvrir par eux-mêmes les fonctionnalités des outils. Certains étudiants s’intéressent aux outils, au point de s’interroger sur leur hébergement. Ils cherchent à savoir « où partent leurs données » et veulent s’assurer qu’elles sont sur des serveurs contrôlés. Cette considération traduit le besoin de confiance établie avec les outils, propre à faire perdurer les usages.

Une pratique durable, à condition de pallier les limites des outils

  • 11 Bookmarking ou signets sociaux.

12Si les étudiants ont pu tester les potentialités des outils, ils rencontrent des obstacles du fait de l’évolution même des outils. Une pratique durable suppose une adaptation à l’absence de pérennité de certains outils qui les oblige à pallier les risques de pertes de leurs données. Leur culture technique permet de répondre au besoin d’ingénierie de ces outils et participe à la durabilité de la pratique du veilleur. Un étudiant précise qu’il a été amené à s’intéresser à l’outil Feedly en vue de transférer – sans trop de pertes – les fils RSS qu’il avait collectés avec google reader, appelé à péricliter. Par ailleurs, une absence de compatibilité entre les outils similaires peut constituer un obstacle à la pratique de veille. C’est le cas des outils de bookmarking11, Diigo et Digimind. Une homogénéisation du fonctionnement des outils est souhaitée par les étudiants car elle favoriserait la mutualisation de leurs informations.

  • 12 Par exemple Hootsuite est intégré à Twitter comme interface. L’étudiant effectue une veille réguliè (...)

13Dans le cadre d’une veille informationnelle plus pointue, les étudiants les plus expérimentés perçoivent des déséquilibres entre leurs exigences en matière de veille et les potentialités limitées des outils qui ne sont pas professionnels. Ils peuvent porter sur l’aspect ergonomique de l’interface. Si l’aspect esthétique est souvent mis en avant par les étudiants de Master 1 dans leur choix des outils, un des étudiants accorde de l’importance à la qualité de l’organisation des informations favorisant ainsi la lisibilité de la page. Le fait de ne pas parvenir à « accrocher » quand il s’agit de consulter les informations agencées sous forme de listes (dans le cas de Google Reader ou Netvibes) conduit le veilleur à préférer des outils dont l’ergonomie offre une meilleure présentation et facilite la prise en mains. Pour cela, il recherche des éléments plus sophistiqués pouvant s’intégrer dans l’outil de veille pour une meilleure lisibilité12.

  • 13 Evernote est un logiciel qui permet de capturer des informations, sous forme de notes, images, vidé (...)

14Un autre déséquilibre est constaté au niveau du contenu de l’information collectée. Des étudiants trouvent dommageable que l’information collectée mentionne une adresse de site Internet et non son contenu (celui de la page ou du fichier correspondant), sachant que les liens peuvent être rompus. Ils ont alors recours à des outils qui rassemblent le contenu de l’information (Evernote13) et non seulement sa brève description. Ce type d’outil peut être privilégié dès le master 1 par des étudiants issus d’un cursus en information-documentation ou dans le cas d’un étudiant docteur qui reprend des études dans une autre discipline.

  • 14 Les outils de bookmarking permettent de partager des adresses de sites avec d'autres personnes, de (...)
  • 15 Taguer sur Diigo : « Cette construction a pour finalité de sélectionner, d’organiser, voire de part (...)

15Les étudiants les plus exigeants pour le traitement des informations ont tendance à investir des outils de veille comme Diigo ou Digimind14 offrant les possibilités d’intégrer des tags et d’annoter15. Ce qui incite plus facilement les étudiants ayant une formation initiale en gestion de l’information à utiliser les potentialités des outils de manière plus approfondie et au regard des besoins informationnels de la communauté des veilleurs. C’est un facteur qui a une incidence sur le développement de l’usage des outils du Web 2.0 dans une perspective durable.

16On assiste à une sorte d’appétence pour l’innovation permanente concernant la conception des outils du Web 2.0 pour explorer leur variété et leur spécificité. Ce qui conduit le veilleur à être réactif pour tenter d’en sonder toutes les potentialités qui favorisent une pratique de veille efficace. Selon les démarches décrites par les étudiants, leur préoccupation est d’ajuster l’usage de la fonctionnalité de l’outil au besoin d’une requête fine d’informations (la mise en place de filtres avec « pipes ») ou au souhait de visualiser des résultats (affichage sous forme d’arborescence avec l’outil « pearltrees »). En faisant allusion à ce dernier outil, O. Le Deuff souligne que les plateformes les plus sophistiquées s’appuient sur des usagers avertis et exigeants qui, pour des besoins précis cherchent de plus en plus à faire interagir plusieurs outils entre eux. (Le Deuff, 2012 : 132).

17Face aux limites des outils, des étudiants caressent le désir de disposer un jour d’un outil qui soit « générique » qui engloberait plusieurs outils complémentaires avec la possibilité de transfert de l’un à l’autre. Ce qui assurerait une meilleure cohérence de la collecte au traitement de l’information. En attendant, les étudiants qui souhaitent acquérir une maîtrise de la veille grâce à des équipements professionnels saisissent l’occasion des stages pour se faire la main sur des outils qui leur sont accessibles seulement dans ce contexte (Digimind, Squido).

18C’est pour ces mêmes raisons qu’un étudiant envisage d’inventer son propre outil de veille qu’il pourrait mettre ensuite à disposition d’autres veilleurs gracieusement. Ce qui est une autre façon de répondre à ses besoins de veille en master, sans pour autant se soumettre à des outils jugés insatisfaisants, même en s’appuyant sur leur éventuelle complémentarité. Dans ce but, cet étudiant privilégie le choix du système d’exploitation Linux sur son ordinateur PC afin de faire fonctionner une variété plus large d’outils, pour intervenir dans leur conception. L’étudiant va au-delà des attentes de l’institution, il « détourne » la demande d’utilisation des outils du Web 2.0 par l’utilisation de son propre outil en mesure d’être adapté pour une demande à caractère professionnel. Ce qui laisse entrevoir chez cet étudiant comptant parmi les plus familiarisés à la gestion de l’information (obtention d’un DUT en information et communication) une forme de « résistance » aux imperfections des outils de veille.

Les compétences informationnelles en jeu via les relations avec les outils de veille

19L’appropriation des outils de veille, comme tout outil, nécessite une prise en mains pour répondre aux besoins des utilisateurs et passe par la connaissance d’un minimum de fonctionnalités des outils en lien avec les stratégies propres à une méthode de recherche d’information. Comment les étudiants en tirent-ils parti afin d’être efficaces dans leur recherche d’informations ? Nous considérons que l’efficacité se manifeste à travers l’usage approprié de la fonctionnalité de l’outil pour accéder à l’information recherchée et obtenue dans un délai raisonnable, et dont la validité a été évaluée. À présent nous portons intérêt aux stratégies documentaires mises en œuvre par les étudiants pour recenser les processus qui perdurent au cours de ces pratiques de veille, entre le master 1 et le master 2, d’ordre informationnel, communicationnel… dans une perspective de durabilité. À partir d’un choix approprié d’outils du Web 2.0, ces stratégies présentent un caractère durable si elles s’avèrent efficaces pour collecter, trier, traiter, évaluer, sélectionner les informations qui sont pertinentes au regard des besoins de veille.

  • 16 La veille correspond à un cycle en quatre étapes : le ciblage, la recherche, l’analyse et la diffus (...)
  • 17 Durabilité : pratique confirmée, pérenne, stable, de bonne qualité.
  • 18 Un étudiant témoigne de son habileté pour trouver le nom de la personne chargée de l’intelligence é (...)

20Avant de recueillir les informations dans l’outil (agrégateur de flux), les étudiants cherchent à réduire l’abondance des fils RSS et à éviter le bruit documentaire dans le but d’obtenir un nombre réduit de réponses pertinentes grâce au recours à des filtres suffisamment précis (opération de ciblage)16. Le recours à ces filtres est une façon de « savoir dire stop » (pour reprendre l’expression d’un étudiant) face à l’abondance de ce flux d’informations. La durabilité17 de la pratique s’inscrit ici dans la volonté de limiter la profusion d’informations et de privilégier la pertinence de celles-ci. En effet, un choix judicieux de filtres peut conduire à une réponse précise18

  • 19 Exemples de dossiers : e-reputation, Intelligence économique, le knowledge management, open data, s (...)

21Pour traiter les informations récoltées en mode pull, le réflexe le plus fréquemment rencontré chez les étudiants est de constituer des dossiers par thématiques et sous-thématiques19. Cependant ces répertoires ainsi constitués pour un outil ne sont pas reproduits à l’identique dans les autres outils, certains outils étant privilégiés pour un domaine de recherche. La pratique durable consiste ici à classer les informations grâce à un premier tri et à alimenter les dossiers au fur et à mesure.

  • 20 Folksonomies : une alternative pour les usagers qui disposent de la possibilité de traiter eux-même (...)

22D’autres plus exigeants dans leurs pratiques en information-documentation utilisent leurs savoir-faire pour « indexer » les pages internet, les articles à l’aide de « tags ». « Le tag est l’élément essentiel des folksonomies20. Il demeure une forme de marquage. Il est librement choisi et ne suit aucune indication formelle. En revanche cette forme d’indexation ou folksonomie ne repose pas sur un système préétabli par des professionnels, tel un thésaurus. « Taguer » pourrait être considéré comme une « liberté » (Le Deuff, 2012 : 33), mais sous ces apparences l’usager est malgré tout contraint à enregistrer pour chaque source des mots-clés. Ce qui suppose d’avoir une bonne maîtrise du domaine pour utiliser les mots-clés pertinents. Ce processus coûte considérablement en temps et n’échappe pas à une nécessaire re-vérification des mots-clés pour les regrouper sous un terme générique, quand leur sens est équivalent. Les témoignages d’expériences des étudiants montrent que ce sont les étudiants avertis qui prennent l’initiative de taguer avec un outil comme Evernote. Notons que le logiciel indique la liste des tags par ordre alphabétique et non par un rapprochement sémantique. Ce qui ne simplifie pas la tâche du « tagueur ». À condition de se tenir régulièrement à la tâche, des étudiants considèrent que le temps passé à ces traitements devient fructueux pour retrouver les informations dans leur système d’information.

  • 21 « Lors d’un travail autonome, les pratiques de bricolage et de braconnage trouvent tout naturelleme (...)
  • 22 Ces chercheurs rappellent les mots de Bachelard : « la sérendipité, c’est l’intuition de l’instant  (...)

23Face à ces outils complexes, peu stables, nous avons relevé une autre situation qui laisse entrevoir que le veilleur est un acteur qui peut aussi être un inventeur. L’approche de veille par le mode de navigation aléatoire, la sérendipité, est une façon d’inventer chez ces étudiants. Ils savent saisir ces rencontres inattendues qui conduisent à « des rapprochements d’éléments, par interprétation d’indices, à l’élaboration d’hypothèses conduisant à la construction de savoirs nouveaux » (Liquète, Maury, 2007 : 186). Cette notion de « sérendipité » a été évoquée par Y. Maury et V. Liquète (2007) à propos de « bricolage »21 documentaire des collégiens dans le contexte de recherche documentaire. Elle correspond à la découverte par chance ou sagacité de résultats que l’on ne cherchait pas22. Dans leurs pratiques de recherche, des étudiants témoignent qu’ils « s’autorisent à » faire usage de leur intuition, ou du hasard au cours de leur exploration des outils de veille – et précisent que la « sérendipité » est aussi une façon d’approcher les informations. Ils s’accordent des moments pour laisser place à la découverte fortuite.

  • 23 Ce qui fait son succès de Twitter : faciliter la veille, filtrer et déléguer la sélection de l’info (...)

24Concernant la prise de notes, d’une manière générale les étudiants n’y font pas allusion. Quant à l’étape d’analyse des contenus dans la pratique de veille, le souci de la véracité des sources d’information en provenance d’Internet émerge rarement. Quand les étudiants sont interrogés sur leur démarche pour valider les sources d’information collectées sur Internet, ils font plutôt allusion à la bibliographie de leurs enseignants, ou aux ressources papier et numériques de la bibliothèque universitaire dont la validité n’est pas mise en doute (comme mentionné précédemment). En master 1, les étudiants noyés par l’abondance d’informations semblent moins préoccupés par la véracité des sources. Tandis qu’en master 2, les étudiants se familiarisent avec les outils pour obtenir des réponses plus pertinentes grâce aux filtres, réduisant ainsi le temps du tri. La question de la validité de l’information resterait de ce fait au second plan. La durabilité en matière d’évaluation des informations, à savoir vérifier leur véracité, évaluer leur intérêt et leur qualité (l’information est-elle complète, suffisante ?) repose – selon les propos des étudiants – sur le recours à leurs propres réseaux d’amis ou de professionnels spécialistes (dans un domaine) et repérés dans Twitter23. Ils leur attribuent une marque de confiance, pour ainsi dire synonyme de « validité ». Ils ont en tête des noms de chercheurs dont ils ont lu des articles ou un ouvrage, ou de consultants qu’ils ont suivis via les réseaux socionumériques.

Les habiletés communicationnelles et la prise en compte de la dimension temporelle et spatiale des outils

  • 24 Pour reprendre la distinction précisée par Thomas Stenger (2011 :11).

25Dans le cadre de leurs démarches de recherche de stage ou de la préparation de l’entrée dans la vie active, les étudiants de master 1 et master 2 disent développer des habiletés pour communiquer via les réseaux socionumériques ou les social network sites. Pour ce qui concerne leur familiarisation avec les sites de réseautage ou Networking24 comme Viadéo et Linkedin, elle leur permet d’être reliés avec des professionnels dont les conseils peuvent être précieux sur le domaine étudié, ou bien encore pour saisir des opportunités dans des lieux de stage insoupçonnés. Une étudiante par exemple signale avec jubilation avoir réussi à trouver un stage aux Etats-Unis pour plusieurs mois dans une société renommée, pour une mission qui paraît intéressante. Nous supposons que réciproquement les professionnels nourrissent ces échanges avec les étudiants qui apportent leurs connaissances dans les domaines concernés. C’est le caractère opérationnel et efficace des échanges par ces sites de réseautage qui confère une durabilité à la pratique de veille informationnelle.

26Si les étudiants qui découvrent en première année les réseaux sociaux s’investissent sur Twitter, les étudiants en deuxième année s’en tiennent à l’essentiel et privilégient les activités professionnelles dans le but de s’informer, de créer leur réseau d’intérêts professionnels plus que de participer à la circulation effrénée des brefs messages. La veille sur ce réseau peut porter sur les actualités, sur le domaine de l’intelligence économique, sur les technologies informatiques. Le partage de tweets s’avère moins fréquent, et n’est pas réservé exclusivement au réseau Twitter. Un étudiant remarque que cibler seulement quelques personnes sur Twitter fait courir le « risque de se fermer ». C’est donc l’ouverture à la richesse des informations via les réseaux socionumériques qui est privilégiée et qui contribue à cette durabilité des pratiques. De plus si cette richesse est partagée – sur Twitter et d’autres réseaux – elle permet d’en faire profiter plus largement des personnes intéressées et réciproquement d’en bénéficier.

27Il est à noter que la participation des étudiants pour une durabilité des pratiques se manifeste à travers leurs actes de communication, reflet de leur implication. C’est en vue d’une durabilité des outils et donc des pratiques que certains d’entre eux témoignent avoir saisi les réseaux socionumériques pour exprimer leurs critiques sur le fonctionnement d’outils en suggérant des améliorations sur leur conception. Ils espèrent ainsi que leurs remarques puissent faire écho auprès des sociétés concernées et pallier des lacunes constituant un frein à leurs pratiques en tant qu’étudiants soucieux d’une meilleure adaptation de l’outil à leurs besoins.

  • 25 Serres, Alexandre. Une certaine vision de la culture informationnelle. Disponible sur http://skhole (...)

28Comme nous l’avons précédemment évoqué, les étudiants sont amenés à réajuster leurs choix d’outils, à rechercher l’efficacité par le recours à des fonctionnalités non encore explorées. À l’approche de l’entrée dans la vie active, la prise en compte de la dimension temporelle a pour effet d’influencer la répartition des usages entre l’espace privé et l’espace de travail. L’usage a tendance à être corrélé aux activités de formation et fait ainsi de ces outils du Web 2.0 une vocation à tendance « professionnelle » dans la mesure où ils sont plus souvent utilisés dans un cadre visant leurs futures activités professionnelles. La pratique durable se traduit par une forme de « résistance » aux usages personnels. Ils font part de leur prise de conscience de nouvelles dépendances que suscitent les technologies de l’information. La durabilité est donc prise ici dans le sens de « perdurer » sans pour autant aliéner sa liberté. Ce qui se rapproche de l’idée de « résistance » ou de recul évoquée par A. Serres25.

29Un outil du Web 2.0 comme Google drive permet aux étudiants de répondre à une autre contrainte liée au cadre de la formation, celle du travail collectif. Celui-ci est effectué le plus souvent à distance, quand les étudiants sont à en formation en alternance ou en stage. Chacun apporte ses éléments de connaissances et peut ajouter des commentaires sur ce qui a été produit par les autres auteurs. La dimension collaborative à distance de cet outil contribue à la durabilité des pratiques de veille.

Conclusion

30Dans un contexte aussi peu stable qu’est celui des plateformes relevant du Web 2.0, nous avons voulu relever le défi de caractériser la durabilité des pratiques de veille informationnelle des étudiants de niveau master. Cette recherche exploratoire a permis de mettre évidence les habiletés des étudiants pour s’approprier des outils de veille qui s’appuient sur leur familiarisation avec ces outils, et ainsi que les facteurs qui entrent en jeu dans l’évolution de leurs pratiques. La découverte des outils et leur appropriation sont très dépendantes de l’évolution des outils et de leur conception qui nécessitent de la part des étudiants un ajustement « soutenu » pour réaliser la veille dans une perspective documentaire qui donne accès à des résultats pertinents, et ceci dans une durée raisonnable. Ce sont aussi des compétences communicationnelles qu’ils estiment développer principalement avec les réseaux socionumériques.

31Cette recherche d’ajustement entre la démarche documentaire du veilleur et son savoir-faire dans la manipulation de l’outil est source d’inventions car elle suscite un « bricolage » plus ou moins abouti pour tirer parti des potentialités de l’outil. C’est cette articulation entre les compétences documentaires et cette culture technique qui est le plus à même de contribuer à une pratique durable de la veille informationnelle.

Haut de page

Bibliographie

Certeau, (de) M. (2005). L’invention du quotidien. Arts de faire 1. Paris : Folio essais. 2e édition.

Le Deuff, O. (2011). « Éducation et réseaux socionumériques : des environnements qui nécessitent une formation » Ces réseaux numériques sur les réseaux dits sociaux, Hermès n° 59, 67-73.

Le Deuff, O. (2012). Du tag au like. La pratique des folksonomies pour améliorer ses méthodes d’organisation de l’information. Limoges : Fyp.

Martin, T. (2012). L’environnement virtuel personnalisé des étudiants, lieu d’observation de l’intelligence de l’acte de communication. L’éclairage de la médiation sur les modes d’appropriation des outils du Web 2.0. In 4ème Colloque international : Information, incertitudes, intelligences COSSI, Poitiers, 18-19 juin 2012, 129-145. Disponible sur : http://www.umoncton.ca/Umcs/files/umcs-cossi/wf/wf/pdf/ACTES-2012.pdf

Maury, Y, Liquète, V. (2007). Le travail autonome. Comment aider les élèves à l’acquisition de l’autonomie. Paris : Armand Colin.

Noël, E. (2008). Veille et nouveaux outils d’information. In Jérôme Dinet, (coord.), Usages, usagers et compétences informationnelles au XXIème siècle. Paris, Hermès. Disponible sur : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/1688-veille-et-nouveaux-outils-d-information.pdf

O’Reilly, Tim. (18.12.2012). What is Web 2.0 ? Design Patterns and Business Models for the Next Generation of Software. Disponible sur http://oreilly.com/web2/archive/what-is-web-20.html

Serres, A. (2009). Une certaine vision de la culture informationnelle. Disponible sur http://skhole.fr/une-certaine-vision-de-la-culture-informationnelle

Trésor de la langue française. (12.12.2012). Durable, adj. Disponible sur : http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/visusel.exe?12;s=4060999440;r=1;nat=;sol=1 ;

Stenger, T. (2011). Introduction In Stenger, T. et Coutant, A. (dir.). Ces réseaux numériques sur les réseaux dits sociaux. Hermès n° 59, 9-17.

Haut de page

Notes

1 Par exemple, pour le master en stratégies de management et communication, la veille est axée sur la veille technologique (outils de développement, de conception et de gestion de projets référencement, animation sur le web) – pouvant conduire aussi pour les mémoires à rechercher dans le domaine de l'ergonomie, des stratégies de communication et d’architecture de contenus).

2 Le terme « fabrication » est entendu dans le sens proposé par M. de Certeau à propos de la culture des gens ordinaires.

3 Anticipation signifiant « détection d’une situation avant qu’elle se soit réellement manifestée »

4 Selon la définition dans la norme expérimentale française XP X 50-053 de l’AFNOR. Ou autrement formulé par JP Lardy « la veille informationnelle est l'ensemble des stratégies mises en place pour rester informé, en y consacrant le moins d'effort possible en utilisant des processus de signalement automatisés »

5 Se référer au site : http://www.cellie.fr/ News et culture de l’intelligence économique.

6 Trésor de la Langue Française. Définition de Durable, adjectif. Disponible sur internet :

http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/visusel.exe?12;s=601629150;r=1;nat=;sol=1;

7 Il mentionne, concernant la réception des émissions de télévision, son intérêt pour le consommateur culturel qui « fabrique » pendant ces heures et avec ces images.

8 Pour être plus exact, twitter relève du microblogging cf. Thomas Stenger (20011). Les étudiants considèrent Twitter comme réseau social. Nous continuerons à le citer en tant que tel. Ce qui fait le succès de Twitter : « faciliter la veille, filtrer et déléguer la sélection de l’information pertinente, regrouper les contenus par thématique ». (Stenger, 2011 :11).

9 Définition du dictionnaire Larousse - Durable : de nature à durer longtemps, qui présente une certaine stabilité, une certaine résistance.

10 La notion de durabilité ou soutenabilité est définie comme cohérence entre les besoins et les ressources.

11 Bookmarking ou signets sociaux.

12 Par exemple Hootsuite est intégré à Twitter comme interface. L’étudiant effectue une veille régulière sur ces outils à l’aide de l’agrégateur FlackerNews.

13 Evernote est un logiciel qui permet de capturer des informations, sous forme de notes, images, vidéos, ou pages web. Les notes peuvent être triées dans des carnets de notes, être taguées, annotées, éditées, commentées et retrouvées via un module de recherche. Et elles peuvent prendre différentes formes : un texte mis en forme, une page web, une photo, un mémo vocal ou une note manuscrite ou inclure une pièce jointe.

14 Les outils de bookmarking permettent de partager des adresses de sites avec d'autres personnes, de les organiser par thème.

15 Taguer sur Diigo : « Cette construction a pour finalité de sélectionner, d’organiser, voire de partager des ressources qui pourront être réutilisées dans une optique collaborative ou de redocumentarisation » (Le Deuff, 2011 : 71). « Les signets sociaux font partie intégrante de la gestion personnalisée de son environnement personnel de travail et de connaissances ». (Le Deuff, 2012 :124)

16 La veille correspond à un cycle en quatre étapes : le ciblage, la recherche, l’analyse et la diffusion. (Noël : 2008).

17 Durabilité : pratique confirmée, pérenne, stable, de bonne qualité.

18 Un étudiant témoigne de son habileté pour trouver le nom de la personne chargée de l’intelligence économique dans une grande entreprise en utilisant les filtres dans la base de données Factiva.

19 Exemples de dossiers : e-reputation, Intelligence économique, le knowledge management, open data, sémantique.

20 Folksonomies : une alternative pour les usagers qui disposent de la possibilité de traiter eux-mêmes l’information en attribuant des mots-clés. Cf. Le Deuff (2012 : 32). Le mot tag désigne en fait un mot-clé, une catégorie ou une métadonnée » (Le Deuff, 2012 : 34).

21 « Lors d’un travail autonome, les pratiques de bricolage et de braconnage trouvent tout naturellement une place. Manières de faire, elles sont un mélange d’improvisation, d’exploration, d’adaptation permanente (…) Le bricoleur capitalise des outils, des matériaux, des savoir-faire car « ils peuvent toujours servir » écrit Michel de Certeau qui interroge le statut de l’individu dans les systèmes techniques ». (Maury, Liquette, 2007 : 184).

22 Ces chercheurs rappellent les mots de Bachelard : « la sérendipité, c’est l’intuition de l’instant ».

23 Ce qui fait son succès de Twitter : faciliter la veille, filtrer et déléguer la sélection de l’information pertinente, regrouper les contenus par thématique. (Stenger, Thomas, Hermès 59, 2011, p.11).

24 Pour reprendre la distinction précisée par Thomas Stenger (2011 :11).

25 Serres, Alexandre. Une certaine vision de la culture informationnelle. Disponible sur http://skhole.fr/une-certaine-vision-de-la-culture-informationnelle

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thérèse Martin, « Exploration de l’émergence de la durabilité dans les pratiques de veille documentaire des étudiants : habiletés et capacités à inventer », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2770 ; DOI : 10.4000/rfsic.2770

Haut de page

Auteur

Thérèse Martin

Membre associée du Centre Interdisciplinaire de Recherches Interdisciplinaires en Histoire, Histoire de l’art et Musicologie (CRIHAM) EA 4270 – Université de Poitiers. Courriel : therese.martin@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page