Navigation – Plan du site
Regards croisés

Les sciences consacrées à la communication, laboratoire disciplinaire ? Analyses exploratoires d’un discours « international »

Sarah Cordonnier

Texte intégral

1En août 2016, le Journal of Communication (JoC), revue de l’International Communication Association (ICA), lance un appel à contribution pour un numéro spécial intitulé « Ferments in the Field : The Past, Present and Futures of Communication Studies ». Ce nouvel opus viendra prolonger une série de publications étrangères et/ou internationales qui, régulièrement, visent à « faire le point » sur notre communauté académique, sur ses modes de structuration disciplinaire, sur ses objets, ses cadres théoriques et ses méthodes, en considérant tant les productions des sciences consacrées à la communication1 que leur circulation et leurs modalités d’institutionnalisation dans différents pays. « What does the field of communication research look like ? », telle est la première des questions que posent les co-éditeurs Fuchs & Qiu2.

2Cet appel a ceci de particulier qu’il inscrit explicitement ce numéro à venir dans la continuité d’autres numéros de la revue : les numéros 43-3 et 43-4, édités par Levy & Gurevitch et Levy sous le titre « The Disciplinary Status of Communication Research » (1993), mais surtout le « Ferment issue » original, c’est-à-dire le numéro 33-3, co-édité par Gerbner & Siefert sous l’intitulé « Ferment in the Field » (1983). Ainsi, l’appel rend visible non seulement les traces documentaires de la réflexion sur la discipline, mais aussi une partie des processus de citation et de reprise qui, en instaurant des lieux communs disciplinaires, peu réflexifs, tout en participant de la production collective d’outils de connaissance, seraient les opérateurs puissants d’un discours disciplinaire « international ».

3Quelles sont les modalités de constitution de ce discours disciplinaire ? Quelles en sont les points saillants ? En quoi son analyse donne-t-elle à voir les caractéristiques si particulières de l’institutionnalisation des sciences consacrées à la communication ? Telles sont les questions que je soulèverai ici. Pour ce faire, je propose de réunir un ensemble de publications significatives portant sur les sciences consacrées à la communication.

  • 3 Je n’ai pas trouvé de référence à ces travaux dans les publications françaises consacrées à l’histo (...)

4Il s’agit en premier lieu de porter à la connaissance du lecteur ces ressources centrales. En effet, les chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication (SIC), que leurs traditions riches tiennent peut-être à l’écart de la manière dont ces préoccupations disciplinaires se constituent et circulent dans d’autres espaces, prêtent peu d’attention à ces publications qui semblent largement méconnues3.

5Il s’agit ensuite, par une enquête socio-discursive inscrite dans les SIC, de proposer des analyses exploratoires qui, parmi d’autres possibles, peuvent permettre de naviguer dans ces textes et d’en faire émerger des formes différenciées d’intelligibilité. Je m’appuierai d’abord sur le concept de discours développé par Michel Foucault (1969) pour penser la réunion de ces textes en corpus et la manière dont ce corpus nous donne accès à une archive spécifique des sciences consacrées à la communication. À l’aide des outils conceptuels destinés à identifier et caractériser le « discours de fondation » (Schlanger 1992), je montrerai ensuite le rôle particulier, dans cette archive, du numéro 33-3 du JoC, Ferment in the Field (1983). Dans une perspective transversale, certaines des propriétés des auteurs des textes du corpus seront examinées puis contextualisées grâce aux travaux de Nordenstreng (2008) et Lauf (2005). Enfin, l’articulation opérée par Verón (1997) entre épistémologie et communication sera particulièrement heuristique pour penser les paradoxes de la production de savoirs disciplinaires « à l’international ». Au terme de ces explorations, je discuterai l’hypothèse selon laquelle le caractère singulier des sciences consacrées à la communication en fait un point d’observation privilégié de l’opérativité des discours disciplinaires en contexte international.

Publications significatives sur les sciences consacrées à la communication (1983-2016)

  • 4 Anàlisi (un numéro), European Journal of Communication (2 numéros), Gazette (un numéro), Global Med (...)
  • 5 Cinq ouvrages : [9], [14], [15], [16], [20] (les numéros entre crochets renvoient à la liste des do (...)

6Ce rassemblement de publications significatives ne saurait être exhaustif ; il pourrait être enrichi et travaillé collectivement. Il est composé de vingt documents (numéros de revues4, ouvrages5) publiés entre 1983 et 2016, rassemblant 279 textes rédigés par 299 auteurs de 43 nationalités différentes. 29 de ces auteurs ont contribué à deux des publications, 8 auteurs à trois publications, et deux auteurs ont contribué respectivement à quatre et six publications.

7Ma démarche pour constituer ce corpus s’inscrit dans une approche généalogique qui vise à sortir de l’immédiateté de nos pratiques pour réinscrire la dynamique disciplinaire dans une temporalité plus longue (en prêtant attention à des textes qui pour certains sont déjà anciens), tout en considérant ces textes en tant qu’ils sont encore activés aujourd’hui. Il s’agit ainsi, à rebours, de tenter d’identifier les modalités de l’archive des sciences consacrées à la communication, au sens de Michel Foucault pour qui « l’archive définit un niveau particulier : celui d’une pratique qui fait surgir une multiplicité d’énoncés comme autant d’événements réguliers, comme autant de choses offertes au traitement et à la manipulation » (1969 : 171).

8Les ressources bibliographiques ont été repérées par consultation systématique des revues majeures du champ et par exploitation secondaire des bibliographies des articles, ouvrages et rapports de recherche portant sur les sciences consacrées à la communication, leur constitution en disciplines et les circulations internationales en leur sein. De là, j’ai construit un corpus selon les critères suivants :

  1. Je n’ai retenu que des publications qui traitent spécifiquement de la discipline/du champ en général et dans une perspective comparatiste ou internationale. Ceci par opposition aux travaux portant sur l’histoire nationale de la discipline (en France, en Allemagne, aux USA…) et par opposition à la littérature également très riche portant sur des domaines de savoirs tels que la communication des organisations (D’Almeida 2015), la communication territoriale (Masselot 2014), la communication scientifique (science communication) ou encore l’étude des médias et du journalisme. Chacun de ces domaines, souvent organisé par des associations savantes spécifiques, fait l’objet de productions conséquentes mais qui ne sont pas directement tangentes aux questions de l’institutionnalisation disciplinaire.

  2. Je n’ai retenu que les publications collectives, par opposition aux publications individuelles trop nombreuses. Outre la volonté de circonscrire le corpus, ce choix permet de se concentrer sur les questions suivantes : quelles préoccupations sont partagées à un moment donné ? Quelles sont les collaborations à l’œuvre ? De quelle nationalité sont les éditeurs, les contributeurs ? Et on peut approfondir : où et quand ont-ils été formés, ou travaillent-ils, de quelle(s) association(s) savante(s) sont-ils membres ?

  3. Enfin, je n’ai retenu que des documents dont a minima une contribution est citée dans d’autres travaux, ce qui atteste de leur partage et de leur importance ou, pour le dire autrement, de leur place dans la « conversation savante […] qu’engagent [les auteurs] avec les referees (commentaires d’évaluation) et avec le public des lecteurs-pairs (citations ou références à l’article dans leur propre production) » (Heinderyckx, Hardy & Vanholsbeeck 2012). Ces citations croisées n’ont pas été identifiées par le recours à des outils bibliométriques, une « industrialisation » qui serait entrée en contradiction avec le caractère non clairement catégorisé de l’objet étudié, mais d’une manière plus artisanale, au fil de mes lectures : celles des documents eux-mêmes inclus dans le corpus, mais aussi celles d’articles et d’ouvrages pivots qui, ne correspondant pas aux critères énoncés ci-dessus, n’y sont pas inclus (en particulier : Vroons 2005, Koivisto & Thomas 2010, Löblich & Scheu 2011, Phillips 2016).

Ferment in the Field. Une fondation paradoxale

The dialogue of perspectives represented in this volume is both the culmination and the commencement of a process. We hope it may be a milestone along the course of growth and rapid development of communications as a discipline, its “coming of age” as an active participant in and observer of the growth of communications technologies and institutions ([1]: 4, dernier paragraphe)

9Le numéro « Ferment in the Field » (JoC, 1983) peut être considéré comme un point nodal, en ce qu’il donne à voir un état des questionnements et des coopérations à un moment donné, tout en marquant les productions ultérieures, qui en dérivent en partie jusqu’à aujourd’hui.

  • 6 « Rhetorical commonplace of the field », « well-known and overlooked phrase from the past » (Simons (...)

10En effet, bien que l’on trouve peu de citations des articles de ce numéro, le volume dans son ensemble est souvent mentionné ([3], [4], [14], [20], Phillips 2016…), parfois de manière saillante comme on l’a vu ci-dessus. Plus encore, le titre est passé dans le langage commun disciplinaire. Dans l’extrait ci-dessous par exemple, l’expression est utilisée sans plus de référence ce qui, en suivant la belle formulation de Simonson, témoigne de sa constitution en un « lieu commun rhétorique du champ », de sa qualité de « formule du passé à la fois notoire et négligée »6 :

“Communications and media research has often been on the defensive, and given to perhaps too much and too frequent introspection, resulting in innumerable reconsiderations, reviews, turning points, crossroads, ferments in the field and many other pauses to consider where we are going and why” (P. Golding, H. Sousa, K. Raeymaeckers, “Introduction to Special Issue : Future priorities in European media and communication research”, [19] : 3, je souligne).

11Quels processus ont conduit à ce volume et au fait qu’il soit, pour reprendre les termes des éditeurs, « à la fois le point culminant et le commencement d’un processus » ? Et comment participe-t-il d’une fondation paradoxale des sciences consacrées à la communication ?

Les auteurs : notoriété et interconnaissance

This volume represents the first time that so many internationally prominent scholars have examined and commented upon communications as a field of study in one publication ([1]: 4 – premiers mots)

  • 7 “We issued a call for contributions to those who have published or spoken on these issues or who, b (...)

12Contrairement aux pratiques devenues normales (au sens de Kuhn 1983), la confection de ce numéro s’est opérée par la sollicitation directe d’auteurs7. Leur notoriété et l’interconnaissance sont au principe des choix des éditeurs, qui fixent ainsi la « photo de famille » autant qu’ils initient une réflexion sur « les communications ».

  • 8 Gerald R. Miller, Everett Rogers, Steven Chaffee et Jay G Blumler président l’ICA respectivement en (...)

13Qui sont ces auteurs ? Outre leur reconnaissance scientifique (Wilbur Schramm, Ithiel de Sola Pool, Elihu Katz…), la prééminence au sein d’associations internationales est très marquée, ce qui contribue évidemment à la forte circulation de ce numéro. Gerbner, éditeur du JoC, est lui-même impliqué au sein de l’IAMCR (International Association for Media and Communication Research). Sept des auteurs ont occupé ou occuperont la direction de l’ICA ou de l’IAMCR8, qui ont également constitué un vivier pour identifier les autres contributeurs (Nordenstreng 2008, cf. infra).

  • 9 Armand Mattelart, “Technology, Culture, and Communication: Research and Policy Priorities in France (...)

14Malgré l’accent mis sur le caractère international du numéro, la proportion d’américains est écrasante (25/42). Sur les 35 articles, 4 sont consacrés à un pays : les USA (par un britannique), l’Italie, la Hongrie et la France, qui bénéficie même de deux contributions9.

Une fondation en négatif : l’appel à contribution.

« Le choix et la mise en relief des grands textes fondateurs, des épisodes décisifs et des grands noms, ce choix n’est pas seulement un effet d’institution et un enjeu d’institution : c’est aussi en soi une institution. La consécration des grands textes fondateurs institue l’épopée et ses héros (théories, noms, dates), et met en place la légende des origines » (Schlanger 1992 : 296).

15Les auteurs de « Ferment in the Field » ont été invités à développer des réflexions sur un sujet particulièrement lâche : « the role of communications scholars and researchers, and of the discipline as a whole, in society ». L’absence d’un positionnement scientifique marqué (et donc potentiellement « périssable ») ainsi que la notoriété des auteurs ont permis à ce numéro de résister au temps, a minima comme simple titre. Si cette invite faiblement construite scientifiquement est citée dans l’appel « commémoratif » du JoC en 2016, il n’en va pas de même de la précision qui l’accompagnait :

In the call for contributions, we noted that “Bernard Berelson’s much-cited lament on ‘The State of Communication Research’ nearly a quarter century ago marked not the ‘withering away’ but, on the contrary, the emergence of a vital new discipline” ([1]: 3).

  • 10 Plusieurs fois in [1], [3], [4], [14], [20], in Malmberg 2005, Koivisto & Thomas 2010, Phillips 201 (...)

16L’article de Berelson (1959) pose que la recherche sur la communication, après un développement puissant dû à quatre chercheurs et leurs équipes (Lasswell, Lazarsfeld, Lewin et Hovland), ne fait plus émerger d’idées neuves et est destinée à péricliter. En s’inscrivant sous ces auspices, « Ferment in the Field » constitue et révèle une fondation paradoxale, en ce que l’épopée est, d’emblée, difficile à endosser sur un mode positif par ceux qui souhaitent y prendre part. Schlanger note que « textes et héros sont transmis […] comme décisifs et fondateurs, de sorte qu’il est très difficile de prendre cette légende à revers » : le texte de Berelson, en effet, est sans cesse cité et réactivé10. Ainsi, même la lassitude exprimée devant la « trop fréquente introspection » ([19] : 3, cité supra) contribue à entretenir l’existence de ce problème…

Cartographie des auteurs, du petit groupe cosmopolite aux professionnels internationalement organisés

17Les plus anciennes contributions du corpus ([1]) sont le fait de chercheurs pour qui les rencontres internationales (et la proximité avec des instances internationales telles que l’UNESCO) sont le lieu de développement d’une réflexion partagée qui la plupart du temps ne peut prendre place dans des communautés nationales encore chétives voire inexistantes. Un double processus d’augmentation du nombre de chercheurs et de professionnalisation d’un milieu académique international conduit ensuite au développement de domaines de spécialisation, à l’accroissement de la participation aux activités d’associations internationales telles que l’IAMCR ou l’ICA (il s’agit dans certains pays d’une obligation professionnelle), à l’évolution de la participation des différents pays.

  • 11 « Personalities and their ‘chemistry’ rather than [to] scholarly traditions as such » (2008: 243); (...)

18L’histoire de l’IAMCR narrée par Kaarle Nordenstreng montre bien le passage d’une communauté d’interconnaissances à une activité perçue par les « pionniers » comme une activité de masse : pour Nordenstreng, l’histoire de l’IAMCR est liée à des « personnalités et leur “alchimie” plutôt qu’à des traditions académiques en tant que telles » alors que l’actuel IAMCR relève d’une organisation standardisée où, « pour les membres de base, les activités principales sont organisées par les sections, dont le nombre augmente »11.

19De ce fait, les préoccupations pour le développement disciplinaire en tant que tel ne sont plus partagées largement au sein d’une (petite) communauté en devenir, où les chercheurs ont des trajectoires nationales et disciplinaires très diverses. On assiste d’un côté à une spécialisation : ces questions sont portées par des chercheurs pour qui l’épistémologie, l’historiographie et la comparaison internationale des disciplines sont un objet de recherche ; d’un autre côté, des membres très intégrés d’associations internationales, en particulier leurs dirigeants, peuvent, du fait de leur poste, s’intéresser à la discipline dans sa diversité sur le mode de la découverte nonchalante :

One of the side effects of becoming the president (−elect select) of ICA is that you naturally become more curious about what is happening in the Divisions and Interest Groups you never used to participate in. Hence, at the past few ICA conferences the first author of this introduction has attended, he wound up going to sessions that otherwise, probably, would not have made it onto his personal schedule. As a result, the last few years have been truly inspiring and, honestly, surprising (Vorderer & Weinmann, “Editorial. Getting the Discipline in Communication with Itself”, [19] : 211)

  • 12 Pour la collecte des informations sur la nationalité des auteurs (effectuée en ligne), j’ai retenu (...)

20Les documents du corpus permettent alors d’examiner, dans ce contexte en évolution, les origines nationales des auteurs12. Un point de comparaison intéressant des origines des 299 auteurs du corpus nous est donné par la recherche d’Edmund Lauf (2005) sur la diversité nationale dans les revues internationales majeures consacrées à la communication.

  • 13 Le numéro de Médiation et Information [8] est inclus au corpus car il est cité in Koivisto & Thomas (...)

21Comme on peut le constater dans le tableau 1, près du tiers des contributions du corpus sont signées par un auteur américain. La Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Suède, la Finlande et le Canada suivent en ordre décroissant d’importance, devant la France qui se trouve « à égalité » avec les Pays-Bas13.

  • 14 Je souligne ces déplacements fréquents dans une perspective exploratoire, sans être en mesure de le (...)

22Près de la moitié des auteurs sont issus de pays anglophones. Ce nombre aurait d’ailleurs été supérieur si j’avais pris en considération le lieu de travail et non la nationalité – et plus encore si l’on considère également le lieu de formation qui, bien souvent, diffère du lieu de travail pour les auteurs des pays périphériques du corpus ; ceux-ci sont fréquemment14 venus effectuer un PhD aux États-Unis, en Grande-Bretagne ou dans d’autres pays occidentaux.

Figure 1. Nationalité des auteurs du corpus

Figure 1. Nationalité des auteurs du corpus

Europe, autre : Autriche, Chypre, Croatie, Grèce, Hongrie, Irlande, Pologne, Russie, Slovénie. Asie, autre : Inde, Indonésie, Japon, Sri Lanka (et Australie), Sri Lanka (et USA), Vietnam (et USA). Afrique et Moyen-Orient : Afrique du Sud, EAU, Iran, Liban (et USA), Palestine (et USA), Turquie. Amérique Latine : Brésil, Chili, Colombie, Jamaïque, Mexique

23Edmund Lauf s’est intéressé à la répartition géographique des auteurs publiant dans les principales revues savantes du champ de la communication. Sur les 4 875 articles parus entre 1998 et 2002 qu’il a collectés, 3 225 sont signés par des chercheurs américains, soit 66 % ; suivent les chercheurs britanniques (642 articles), canadiens, australiens, néerlandais et allemands (167, 154, 138 et 113 articles), puis chinois, israéliens, italiens, coréens, suédois, japonais, finlandais, espagnols, belges, français, néo-zélandais, suisses, taiwanais et danois (entre 82 et 21 articles). Au total, les chercheurs de pays anglophones proposent 86 % des contributions (Lauf 2005 : 144 et 145).

  • 15 Bien qu’il soit la plupart du temps difficile d’estimer précisément, par pays, le nombre de cherche (...)

24Rapportée aux chiffres communiqués par Lauf, et au nombre de chercheurs respectifs aux États-Unis et dans les autres pays d’où sont issus les chercheurs de notre corpus15, l’importance des contributions états-uniennes est à relativiser fortement. D’autres différences apparaissent, plus marginales – d’autant qu’une comparaison terme à terme n’a pas grand sens, les caractéristiques des deux corpus étant tout à fait différentes. Nous pouvons cependant souligner le caractère structurant des revues et de leur reconnaissance. Lauf note ainsi :

“In contrast to other disciplines, such as political science, sociology, or psychology, important national journals are missing outside the U.S. ISI should consider including other major national or regional journals – for instance, the Asian Journal of Communication, Communications, Keio, Nordicom, or Publizistik. Such an adjustment of the ISI journal sample would improve the average national diversity of all communication journals” (Lauf 2005: 148).

25Et en effet, notre corpus comporte justement deux numéros de la revue Nordicom, mais aussi deux numéros de la revue Javnost – The Public que Lauf classe parmi les revues les plus internationales (2005 : 146).

26Pour finir (en attendant plus amples analyses), il convient de remarquer que la présence d’auteurs français et francophones est ténue, au regard notamment de l’importance des travaux menés au sein des et sur les SIC.

« Parler de son pays » : analyse des modalités de la communication scientifique

27Les modalités de circonscription du corpus donnent une place proéminente aux revues européennes et aux revues « internationales » dont le siège est aux États-Unis. C’est ainsi, par exemple, que je n’ai pu identifier aucun ouvrage portant sur l’Amérique Latine spécifiquement. Autre limite qui tient tant à ma démarche qu’aux caractéristiques de l’objet et aux capacités et compétences des chercheurs, la langue : 18 des 20 documents sont rédigés en anglais (les deux autres sont en catalan et en français) – et il est à noter que tous les auteurs s’efforcent de citer des références en anglais lorsqu’elles existent, ce qui renforce la prédominance de cette langue et des ressources qui y sont disponibles.

  • 16 Et l’indiquent dans leur titre : Veikko Pietilä, Tarmo Malmberg, and Kaarle Nordenstreng, „Theoreti (...)

28Il en découle que ces documents ne témoignent pas d’un discours international ou global des sciences consacrées à la communication, puisque de larges pans de travaux, notamment en langues française et espagnole, y sont invisibles. Ils témoignent bien cependant d’un discours développé collectivement et partagé largement, construisant un « paysage disciplinaire » spécifique. Les 75 contributions qui prennent pour objet un pays ou une zone géographique16 nous en donnent un aperçu.

Figure 2. Liste des pays et zones géographiques traités

Figure 2. Liste des pays et zones géographiques traités

29Ces textes invitent une communauté élargie à mieux connaître telle situation nationale (ou parfois même régionale, comme c’est toujours le cas pour le « Monde Arabe »). Mais leur répartition ne dessine pas une carte objective des sciences consacrées à la communication. Elle témoigne à la fois des opportunités et circonstances (par exemple : implication du Hongrois Tamas Szecskö dans l’IAMCR – son invitation par Gerbner et Siefert – la production d’un texte sur la Hongrie [1]) ; des orientations et lieu d’édition des revues et ouvrages (présence importante des pays européens [2], [5], [18], en particulier d’Europe du Nord [7], [13]) ; de la densité dans la littérature nationale des travaux sur l’histoire et l’épistémologie de la discipline, permettant la comparaison par exemple (Allemagne, France). Pour autant, le temps court des rencontres, des coopérations et du processus de publication s’inscrit ensuite dans le temps long des traces bibliographiques qui constituent l’archive.

  • 17 D’autant que cette représentation n’implique pas toujours que l’auteur du texte soit de la national (...)

30La production de textes visant à rendre compte d’une situation nationale ne va pas sans paradoxes, en particulier le paradoxe pour l’auteur de représenter tout un pays : le représenter d’abord en personne au sein du collectif « hors sol » – mais avec quel « mandat » ou représentativité au sein du pays évoqué ? Puis le représenter sur le papier, mais avec un point de vue toujours situé17.

31Les positions énonciatives complexes à l’œuvre lors de la présentation d’une situation scientifique nationale à un destinataire étranger peuvent être analysées en suivant Eliseo Verón, qui propose de penser l’épistémologie et la vulgarisation comme deux pôles de l’acte de communiquer la science. Il identifie alors « quatre situations de communication où le discours qui circule porte sur des connaissances scientifiques » (1997 : 29), et nous invite à en considérer les variantes possibles.

  1. Endogène intra-disciplinaire : énonciateur et destinataire appartiennent au même domaine scientifique.

  2. Endogène inter-disciplinaire : énonciateur et destinataire sont des scientifiques n’appartenant pas au même domaine.

  3. Endogène trans-scientifique : l’énonciateur se considère comme scientifique par différence avec le destinataire.

  4. Exogène : ni l’énonciateur ni le destinataire ne sont définis comme des producteurs de connaissance, mais l’énonciateur « se construit plus ou moins explicitement comme possédant plus de connaissances que le destinataire auquel il s’adresse » (1997 : 31).

32Prendre pour objet une situation nationale dans son ensemble et dans sa différence avec les autres suppose que cet objet n’est pas partagé ; cela semble exclure la situation 1, sauf dans le cas où une les chercheurs visent à se doter d’outils d’analyse communs. C’est en partie le cas dans des textes assez tardifs du corpus ([14] et [16]) où sont sollicités des travaux hors du champ disciplinaire : histoire et épistémologie des sciences, histoire croisée (Löblich & Averbeck-Lietz 2016).

33Je n’ai pas identifié dans le corpus de manifestations de la situation 3. Elle pourrait toutefois constituer un cadre d’observation pertinent pour déceler finement dans les textes des rapports de pouvoir internationaux (disqualification d’un destinataire selon son origine géographique).

34La situation 4 peut sembler exclue ; pourtant, elle est fréquente dans le corpus. En effet, le fait d’être membre d’une discipline au niveau national ne signifie pas que cette compétence s’étende à la compréhension historique, épistémologique, organisationnelle et/ou institutionnelle de cette discipline dans l’ensemble de ses ramifications : il s’agit là d’un autre domaine de connaissance, pour le destinataire comme pour l’auteur. Si l’on suit l’invitation de Verón à « ne pas confondre l’activité discursive de production de savoir – destinée aux autres membres d’une communauté scientifique – et les discours sur les conditions de cette production ou sur ses résultats – qui eux s’adressent à d’autres secteurs de la société » (32), ce que performe la situation 4, c’est donc la légitimité de l’auteur plus que l’accroissement raisonné d’une connaissance.

35Reste la situation 2, où les positions énonciatives sont équilibrées, mais les intérêts et les préoccupations divergent : par transposition de la proposition de Verón, ce sera la situation la plus fréquente dans le corpus. « Il n’y a plus d’hypothèse de symétrie quant aux compétences respectives. Ce qui va affecter certaines modalités des processus de communication » (30) : l’énonciateur dispose des capacités de rendre compte de sa discipline, mais devra nécessairement, du fait du caractère bref de son texte et du fait de son destinataire, gommer une partie des caractéristiques (importantes dans les situations) nationales. Quant aux destinataires dans cette situation : pourquoi et comment devraient-ils prêter attention aux connaissances mises à disposition dans ce cadre ?

Opérativités des discours disciplinaires en contexte international

  • 18 “The growth of communications and media research in the post-war period may constitute an ‘internat (...)

36Les sciences consacrées à la communication ont connu dans la plupart des pays un développement remarquable depuis la seconde guerre mondiale, au point que Koivisto et Thomas parlent d’une « énigme internationale »18. Dans le même temps, ce succès est le plus souvent, d’une part, ignoré ou méprisé à l’extérieur des disciplines et, d’autre part, considéré avec circonspection par les chercheurs de la discipline elle-même. Comme on l’a entrevu dans les développements qui précèdent, ceux-ci en évoquent de manière récurrente des problèmes d’identité, de cohérence ou encore de fragmentation, en lien avec une « jeunesse » qui s’éternise : « Communications still lacks, and even loses, identity », affirme Donsbach dans son adresse présidentielle en ouverture de la conférence annuelle de l’ICA (2006 : 439, je souligne). On ne peut qu’être frappé par la proximité de ces thématiques avec celles qui traversent les SIC, dont la « faiblesse statutaire » (Neveu & Rieffel 1991 : 24) est fréquemment évoquée dans des publications, lors de colloques ou au cours de conversations informelles entre collègues.

37Une telle permanence de ces motifs, ne renvoie-t-elle pas à une archive propre aux sciences consacrées à la communication, telle que, « entre la tradition et l’oubli, elle fait apparaître les règles d’une pratique qui permet aux énoncés à la fois de subsister et de se modifier régulièrement » (Foucault 1969 : 171) – le caractère non thématisé de ces motifs en assurant la perpétuation ? Et à son tour, cette archive ne nous permet-elle pas d’interroger d’une manière spécifique les cadres de la production et de la circulation internationales des savoirs dans les sociétés contemporaines ?

38Je m’appuierai sur un exemple pour illustrer les enjeux de cette dernière question , je m’appuierai sur le bref commentaire d’un texte symptomatique. Louise Phillips (2016), qui cite [1], [3], [4] et [17], part de l’idée selon laquelle les communications studies en Europe sont fragmentées et faiblement institutionnalisées (2016 : 689, 690, 691 etc.). de là, elle affirme :

“In Europe, the vast majority of departments of media and communication studies or media studies engage either exclusively or predominantly in media research and teaching” (2016: 694, je souligne)

39L’auteure ne fournit aucune explication sur ce qui fonde sa décision de considérer « l’Europe » d’un bloc. Je postule que le type de description illustré ici par Phillips tient en partie aux caractéristiques de cette production discursive internationale sur les sciences consacrées à la communication et à ses implicites. Le repérage de quelques-unes de ces caractéristiques et l’analyse des processus de communication sous-jacents, développés dans cet article, m’ont permis d’étayer ce postulat : ces textes, et leurs formes particulières de circulation, peuvent susciter l’impression d’une comparabilité, voire de l’homogénéité de certains des enjeux du champ national et international – et l’invisibilisation corrélative de certaines différences cruciales entre et au sein des pays.

40Ainsi, les explorations contrastées des publications significatives sur les sciences consacrées à la communication permettent d’abord de complexifier ce que recouvre le terme peu questionné d’« international » : des processus de concurrence, coopération, comparaison ; des partenariats spécifiques au sein de certaines zones, comme l’Europe par exemple ; des similitudes et des différences, implicites et explicites ; le partage de pratiques, mais aussi la « circulation » de concepts, de personnes et de façons de faire, au sein d’espaces éditoriaux et d’espaces de rencontre comme les associations savantes.

41On peut ensuite faire l’hypothèse selon laquelle les sciences consacrées à la communication, de par leur « jeunesse » et leurs objets frontalement aux prises avec la « globalisation », constituent un laboratoire disciplinaire singulier : elles offrent alors un point de vue privilégié pour observer sur le vif l’opérativité contemporaine des cadres disciplinaires (Abbott 2016) aux prises avec l’internationalisation académique et ses limites (Averbeck-Lietz 2012), les nouvelles pratiques universitaires dans leurs dimensions à la fois institutionnelles et discursives ainsi que la circulation internationale des savoirs et ses entraves (Bourdieu 2002).

42Cet ensemble d’éléments gagne à être articulé dans l’analyse. Il peut être saisi frontalement et dans la pluralité de ses échelles par les chercheurs des sciences consacrées à la communication, à l’aide des outils d’analyse développés, de manière différenciée selon les pays, par leur propre discipline. Des groupes de travail commencent à se constituer en ce sens, et il y a fort à parier que les SIC pourraient contribuer de manière heuristique à leurs enquêtes.

Haut de page

Bibliographie

Corpus. Publications significatives portant sur les sciences consacrées à la communication

1. Gerbner George & Marsha Siefert (ed.), Journal of Communication “Ferment in the Field”, vol. 33 n° 3, 1983, http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/jcom.1983.33.issue-3/issuetoc

2. Blumler Jay G., Denis McQuail, Karl Erik Rosengren (ed.), European Journal of Communication “Communication Research in Europe : The State of the Art” n° 5(2), June 1990, http://ejc.sagepub.com/content/5/1.toc

3. Levy Mark R., Michael Gurevitch (ed.), Journal of Communication “The Disciplinary Status of Communication Research” & “New Directions, new Agendas”, vol. 43 n° 3, 1993, http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/jcom.1993.43.issue-3/issuetoc

4. Levy Mark R. (ed.), Journal of Communication “The Search for a Usable History” & “The Academic Wars”, vol. 43 n° 4, 1993, http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/jcom.1993.43.issue-4/issuetoc

5. Berrio Jordi (dir.), Anàlisi. Quaderns de comunicació i cultura “La recerca europea en comunicació social”, n° 21, 1997, http://www.raco.cat/index.php/Analisi/issue/view/1258/showToc

6. Javnost – The Public “The Media : The Neglected Discourse, vol. 5 n° 1, 1998, http://javnost-thepublic.org/issue/1998/1/

7. Carlsson Ulla (ed.), Nordicom “Theory and Methodology in Media and Communication Research” n° 38, 1998, http://www.nordicom.gu.se/en/publikationer/nordicom-review/nordicom-review-11998

8. Lancien Thierry (dir.), Médiation et Information « Recherche & communication » n° 14, 2002, http://www.mei-info.com/consulter/lecture-de-numero/?n=14

9. Schorr Angela, William Campbell, Michael Schenk (eds.), Communication Research and Media Science in Europe, Mouton de Gruyter, Berlin – New York, 2003, https://www.degruyter.com/view/product/13192

10. Hamelink Cees J. (ed.), Gazette Special 50th Anniversary issue n° 67(6), 2005, http://gaz.sagepub.com/content/67/6.toc

11. Hardt Hanno (ed.), Javnost – The Public “Forgotten Communication Scholars”, vol. 13 - 2006, No. 3, http://javnost-thepublic.org/issue/2006/3/

12. Global Media and Communication “Internationalizing Media Studies” n° 3(3), 2007, http://gmc.sagepub.com/content/3/3.toc

13. Carlsson Ulla (ed.), Nordicom Review : Jubilee Issue vol. 28, 2007, http://www.nordicom.gu.se/en/publikationer/nordicom-review/nordicom-review-jubilee-issue-2007

14. Park David W, Jefferson Pooley (eds.), The History of Media and Communication Research : Contested Memories, New York, Peter Lang, 2008, https://www.peterlang.com/view/product/70572

15. Thussu Daya Kishan (ed.), Internationalizing Media Studies, London ; New York : Routledge, 2009, https://www.routledge.com/Internationalizing-Media-Studies/Thussu/p/book/9780415455305

16. Carpentier Nico, Pille Pruulmann-Vengerfeldt, Richard Kilborn, Tobias Olsson, Hannu Nieminen, Ebba Sundin, Kaarle Nordenstreng (ed.), Communicative approaches to politics and ethics in Europe : the intellectual work of the 2009 ECREA European media and communication doctoral summer school, Tartu University Press, 2009, http://www.researchingcommunication.eu/reco_book5.pdf

17. Keightley Emily and Aswin Punathambekar (ed.), Media, Culture & Society “Crosscurrents” 35(8), 2013, http://mcs.sagepub.com/content/35/8.toc

18. Peter Golding, Helena Sousa, and Karin Raeymaeckers (ed.), European Journal of Communication “Future priorities in European media and communication research” n° 31(1), February 2016, http://ejc.sagepub.com/content/31/1.toc

19. Vorderer Peter, Carina Weinmann (ed.), Journal of Communication “Getting the Discipline in Communication with Itself” n° 66(2), 2016, http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/jcom.2016.66.issue-2/issuetoc

20. Simonson Peter, David W. Park (Ed.), The International History of Communication Study, Routledge, New York & Londres, 2016, https://www.routledge.com/The-International-History-of-Communication-Study/Simonson-Park/p/book/9781138846036

Bibliographie

Abbott Andrew, « Le contexte des disciplines », in Demazière Didier & Morgan Jouvenet (dir.), Andrew Abbott et l’héritage de l’école de Chicago, Éditions de l’EHESS, Paris, 2016, 193-236

Averbeck-Lietz Stefanie, “Communication Studies beyond the National. Connections and Disconnections between Research Communities and How to Study Them”, Global Media Journal German Edition, vol. 2(2), 2012, 1-10

Berelson Bernard, “The State of Communication Research”, Public Opinion Quarterly n° 23-1, 1959, 1-6

Bourdieu Pierre, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales n° 145, 2002, 3-8

Boure Robert (dir.), Les origines des Sciences de l’information et de la communication. Regards croisés, Presses du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 2002

D’Almeida Nicole, « La communication organisationnelle, de part et d’autre de l’Atlantique », Revue française des sciences de l’information et de la communication n° 7, 2015

Donsbach Wolfgang, “The identity of communication research”, Journal of Communication n° 56(3), 2006, 437-448

Foucault Michel, L’archéologie du savoir, Gallimard, Paris, 1969

Heinderyckx François, Margaux Hardy, Marc Vanholsbeeck, « Les revues scientifiques en information-communication : L’ère des mutations ? », Questions de communication n° 21, 2012, 157-170

Jeanneret Yves et Bruno Ollivier (coord.), Hermès « Les sciences de l’information et de la communication » n° 38, 2004

Koivisto Juha, Peter D. Thomas, Mapping Communication and Media Research : Conjunctures, Institutions, Challenges, Tampere University Press, Tampere, 2010

Kuhn Thomas S. (1970), La structure des révolutions scientifiques, Flammarion, Paris, 1983

Lauf Edmund, “National Diversity of Major International Journals in the Field of Communication”, Journal of Communication n° 55(1), 2005, 139-151

Löblich Maria, Stefanie Averbeck-Lietz, “The Transnational Flow of Ideas and Histoire Croisée with Attention to the Cases of France and Germany”, in P. Simonson, D. W. Park (ed.), The International History of Communication Study, Routledge, New York & Londres, 2016, 25-46

Löblich Maria, Andreas M. Scheu, “Writing the History of Communication Studies”, Communication Theory n° 21, 2011, 1-22

Malmberg Tarmo, “Nationalism and Internationalism in Media Studies. Europe and America since 1945”, First European Communication Research Conference, Amsterdam, 2005

Masselot Cyril, « Information et communication territoriales. Approches croisées », Revue française des sciences de l’information et de la communication n° 5, 2014

Mattelart Armand et Michèle, Histoire des théories de la communication, La Découverte, Collection Repères, Paris, 1995

Neveu Erik, Rémy Rieffel, « Les effets de réalité des sciences de la communication », Réseaux « La communication : nouvelles approches » n° 50, 1991, 11-40

Nordenstreng Kaarle, « Institutional Networking : The Story of the International Association for Media and Communication Research (IAMCR) », in Park D. W, J. Pooley (eds.), The History of Media and Communication Research : Contested Memories, New York, Peter Lang, 2008 225-248

Phillips Louise Jane, “Epistemological (im)possibilities and the play of power : Effects of the fragmentation and weak institutionalization of Communication Studies in Europe”, International Journal of Communication vol. 10, 2016, 689-705

Olivesi Stéphane (dir.), Sciences de l’information et de la communication. Objets, savoirs, discipline, Presses universitaires de Grenoble, Grenoble, 2006

Schlanger Judith, « Fondation, nouveauté, limite, mémoire », Communications n° 54, 1992, 289-298

Simonson Peter, “Writing Figures into the Field : William McPhee and the Parts Played by People in Our Histories of Media Research”, in Park David W, Jefferson Pooley (eds.), The History of Media and Communication Research : Contested Memories, New York, Peter Lang, 2008, 291-320

Verón Eliséo, « Entre l’épistémologie et la communication », Hermès n° 21, 1997, 25-32

Vroons Erik, “Communication Studies in Europe. A Sketch of the Situation around 1955”, Gazette : The International Journal for Communication Studies n° 67(6), 2005, 495-522

Haut de page

Notes

1 L’expression générique « sciences consacrées à la communication » désigne des disciplines ou des champs qui ne portent pas les mêmes appellations selon les pays et au cours du temps : media studies, communication studies, media and communication studies, Kommunikationswissenschaft, etc.

2 http://onlinelibrary.wiley.com/journal/10.1111/(ISSN)1460-2466/homepage/call_for_papers__ferments_in_the_field.htm

3 Je n’ai pas trouvé de référence à ces travaux dans les publications françaises consacrées à l’histoire des SIC et/ou des théories de la communication : Boure (dir., 2002), ainsi que les nombreux articles que l’auteur a consacré aux SIC et les discussions qu’il a initiées à ce sujet avec d’autres chercheurs ; Jeanneret & Ollivier (dir., 2004) ; Olivesi (dir., 2006)… Une exception chez Armand (et Michèle) Mattelart (cf. Mattelart & Mattelart 1995), lui-même contributeur du numéro du JoC de 1983.

4 Anàlisi (un numéro), European Journal of Communication (2 numéros), Gazette (un numéro), Global Media and Communication (un numéro), Javnost – The Public (2 numéros), Journal of Communication (4 numéros), Media, Culture & Society (un numéro), Médiation et Information (un numéro), Nordicom (2 numéros).

5 Cinq ouvrages : [9], [14], [15], [16], [20] (les numéros entre crochets renvoient à la liste des documents ci-dessous).

6 « Rhetorical commonplace of the field », « well-known and overlooked phrase from the past » (Simonson 2008: 311)

7 “We issued a call for contributions to those who have published or spoken on these issues or who, because of their leadership position, could be expected to do so. We also made an effort to represent work and research traditions in many countries”.

8 Gerald R. Miller, Everett Rogers, Steven Chaffee et Jay G Blumler président l’ICA respectivement en 1979-80, 1980-81, 1981-82 et 1989-90. James D. Halloran, Cees J. Hamelink et Robin Mansell president l’IAMCR respectivement entre 1972-90, 1988-92 et 2004-08.

9 Armand Mattelart, “Technology, Culture, and Communication: Research and Policy Priorities in France” (59-73). Francis Balle and Idalina Cappe de Baillon, “Mass Media Research in France: An Emerging Discipline” (146-156).

10 Plusieurs fois in [1], [3], [4], [14], [20], in Malmberg 2005, Koivisto & Thomas 2010, Phillips 2016…

11 « Personalities and their ‘chemistry’ rather than [to] scholarly traditions as such » (2008: 243); « for rank-and-file members, the core activities [are] organized by the sections, which grew in number » (2008: 242, je souligne).

12 Pour la collecte des informations sur la nationalité des auteurs (effectuée en ligne), j’ai retenu la nationalité de naissance, information évidente lorsque ceux-ci ont effectué ou effectuent leurs études et leur trajectoire professionnelle dans leur pays d’origine, ce qui est le cas le plus courant ; mais, et c’est peut-être là une particularité qui amène les auteurs du corpus à s’intéresser à la circulation et/ou à la comparaison internationales des savoirs, ils sont assez nombreux à avoir migré, provisoirement ou définitivement.

13 Le numéro de Médiation et Information [8] est inclus au corpus car il est cité in Koivisto & Thomas 2010 et in Löblich & Averbeck-Lietz 2016 [20]. L’article « La recherche en communication en France. Tendances et carences » du document est signé par huit chercheurs de l’Université Paris-8 dont sept français. Étant donnée la taille réduite du corpus, cette particularité produit immédiatement des effets visibles.

14 Je souligne ces déplacements fréquents dans une perspective exploratoire, sans être en mesure de les qualifier précisément.

15 Bien qu’il soit la plupart du temps difficile d’estimer précisément, par pays, le nombre de chercheurs se rattachant aux sciences consacrées à la communication (Koivisto & Thomas 2010).

16 Et l’indiquent dans leur titre : Veikko Pietilä, Tarmo Malmberg, and Kaarle Nordenstreng, „Theoretical Convergences and Contrasts : A View from Finland”, [2] : 165-185 ; Bernard Miège, “França : diversitat d’enfocaments i relacions dins el món de la comunicació” [5] : 133-148 ; Zabaleta Iñaki, “6.4 The Forgotten Europe of Small Community Media : The Basque Experience”, [9] 535-550, etc.

17 D’autant que cette représentation n’implique pas toujours que l’auteur du texte soit de la nationalité du pays représenté (cf. Paul Beaud, Laurence Kaufmann, “New Trends in French Communication Research”, [6]).

18 “The growth of communications and media research in the post-war period may constitute an ‘international enigma’. Countries and traditions quite distant from and sometimes resistant to the dominant Anglophone models, such as France, or those with strong traditional academic structures and traditions that are often resistant to change, such as Germany, display similar features of unstoppable growth of communications research and study, at all levels of academic activity” (Koivisto & Thomas 2010: 21-22).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Nationalité des auteurs du corpus
Légende Europe, autre : Autriche, Chypre, Croatie, Grèce, Hongrie, Irlande, Pologne, Russie, Slovénie. Asie, autre : Inde, Indonésie, Japon, Sri Lanka (et Australie), Sri Lanka (et USA), Vietnam (et USA). Afrique et Moyen-Orient : Afrique du Sud, EAU, Iran, Liban (et USA), Palestine (et USA), Turquie. Amérique Latine : Brésil, Chili, Colombie, Jamaïque, Mexique
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2750/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 2. Liste des pays et zones géographiques traités
URL http://rfsic.revues.org/docannexe/image/2750/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Cordonnier, « Les sciences consacrées à la communication, laboratoire disciplinaire ? Analyses exploratoires d’un discours « international » », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 30 janvier 2017, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2750 ; DOI : 10.4000/rfsic.2750

Haut de page

Auteur

Sarah Cordonnier

Elico, EA 4147

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page