Navigation – Plan du site
Manifeste pour un positionnement des Sciences de l’Information Communication (SIC) vis-à-vis des Digital Studies (DS) et autres mutations du numérique
Les SIC et le transhumanisme : une relation à construire…

Suivre le médium numérique : les méthodes numériques en SIC

Marta Severo

Texte intégral

1Le développement des Digital Studies a eu un impact important sur le cadre méthodologique des Sciences de l’information-communication. Nous pouvons identifier deux façons où le numérique a modifié les modalités de recherche empirique dans le cadre des SIC : la mutation des méthodes traditionnelles d’enquête grâce au numérique (« méthodes numérisées »), comme par exemple les questionnaires en ligne ou les entretiens en visioconférence ; et le déploiement de nouvelles méthodes (« nativement numériques ») adaptées à observer et analyser le numérique en tant que terrain d’étude (Venturini et al, 2014). Dans le cadre de cette deuxième tendance, a été développée la catégorie des Digital Methods (terme traduit en français avec « méthodes numériques » ou avec « méthodes digitales »). Avec ce terme qui a été introduit par Richard Rogers (2009, 2013, 2015), directeur du département d’études de médias à l’Université d’Amsterdam, on entend l’ensemble des méthodes et techniques conçues pour examiner des traces d’interactions en ligne, qui les utilisent comme sources d’information sur des phénomènes sociaux. Le principe à la base des méthodes numériques est que pour étudier efficacement les dynamiques sociales, et notamment communicationnelles, qui se développent à travers le numérique il faut « simplement » suivre le médium et s’appuyant sur les outils que les plateformes numériques même mettent à disposition. Cela est par exemple le cas des études de Wikipédia qui se fondent sur la comparaison entre la page « chronologie » de différentes versions nationales offertes par la plateforme. De manière similaire, les archives du web peuvent être employées pour reconstruire les politiques communicationnelles d’une plateforme comme Google à travers l’analyse des changements dans le temps de la barre de recherche. Enfin, un troisième exemple est la cartographie du web, une méthode qui s’appuie sur l’idée sous-jacente que les hyperliens entre sites web peuvent être utilisés en tant que représentations de liens sociaux (Severo et Venturini, 2012 ; Badouard, 2012). Par conséquent, en suivant les connexions en ligne il est possible de reconstruire les relations communicationnelles entre un ensemble d’acteurs sociaux (Beaudouin, 2012).

2Après une phase d’enthousiasme initiale, l’impact de méthodes numériques en SIC a été relativisé et le risque de dérives cartographiques a été mis en avant (Jeanneret, 2013). En particulier, à travers le concept de « redistribution des méthodes » (Marres, 2012 ; Plantin, J. C., et Monnoyer-Smith, 2014), il a été posé l’accent sur l’importance de combiner différents types de techniques afin de prendre en compte les effets des plateformes numériques sur les phénomènes sociaux qu’y sont étudiés. Cependant, ce groupe des méthodes a été déjà utilisé dans le cadre de la section 71 en France et offre surement des nouvelles perspectives intéressantes d’analyse du numérique en tant que terrain d’étude.

Haut de page

Bibliographie

Badouard, R., « La ‘cartographie’ du web, un outil méthodologique pour les SIC ? », Doctorales de la SFSIC, France, 2011.

Beaudouin, V., « Trajectoires et réseau des écrivains sur le Web. Construction de la notoriété et du marché », Réseaux, vol. 175, n° . 5, 2012, p. 107-144.

Jeanneret, Y., « Les chimères cartographiques sur l’Internet. Panoplie représentationnelle de la ‘traçabilité’ sociale », dans Béatrice Galinon-Mélénec, Sami Zlitni (dir.), Traces numériques : De la production à l’interprétation, Paris, CNRS Éditions, 2013, p. 235-255.

Marres, N. « The redistribution of methods: on intervention in digital social research, broadly conceived », The Sociological Review , n° 60, 2012, p. 139-165.

Plantin, J.C., Monnoyer-Smith, L., « Ouvrir la boîte à outils de la recherche numérique. Trois cas de redistribution de methods », tic&société, vol. 7, n° . 2, 2014.

Richard Rogers, The end of the virtual: Digital methods, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2009.

Rogers, R., Digital methods, Cambridge, MIT press, 2013.Rogers, R., « Au-delà de la critique big data», dans Marta Severo et Alberto Romele (dir), Traces numériques et Territoires, « collection Territoires Numériques », Paris, Presses des Mines, 2015, p. 13-20.

Severo, M. et Venturini, T., « Intangible Cultural Heritage Webs: comparing national networks with digital methods », in New Media & Society, 2015, online First.

Venturini, T., Cardon, C., et Fouetillou, G., « Présentation », Réseaux, vol. 6, n° 188, 2014, p. 9-21.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marta Severo, « Suivre le médium numérique : les méthodes numériques en SIC », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2664 ; DOI : 10.4000/rfsic.2664

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page