Skip to navigation – Site map
Manifeste pour un positionnement des Sciences de l’Information Communication (SIC) vis-à-vis des Digital Studies (DS) et autres mutations du numérique
Humanités numériques et Sic : une vraie généalogie !

Pour un humanisme numérique en éducation

Michaël Bourgatte

Full text

  • 1 Le syntagme de Digital Studies renvoie au titre d’une revue canadienne du champ et, plus marginalem (...)

1De nombreux enseignants-chercheurs en Sciences de l’information et de la communication ont depuis longtemps organisé leurs enseignements autour de l’exploration des processus de communication numérique, ainsi que de la maîtrise des technologies elles-mêmes. Légitimement, ces chercheurs s’interrogent sur l’émergence récente d’une pédagogie issue du courant des Humanités numériques (et de ses déclinaisons : Digital Studies1 et autres Humanités digitales).

2D’emblée, il convient de dire que les SIC sont une discipline constituée avec ses théories, ses objets et ses méthodes quand les Humanités numériques sont un champ qui réunit des enseignants-chercheurs provenant de différents horizons (SIC, histoire, sociologie, informatique, théologie…) qui cherchent de nouvelles manières d’innover en recherche et, pour ce qui nous intéresse ici, en éducation. Trois éléments au moins caractérisent la pédagogie des humanistes numériques.

3D’un point de vue paradigmatique, ils considèrent d’abord que le 21e siècle marque notre entrée dans le quatrième stade de l’humanisme moderne (Doueihi, 2011). Après l’apparition de l’imprimerie et l’ouverture au monde durant la Renaissance, l’industrialisation et la découverte de l’exotisme au 19e siècle, puis la diversification des médias et la globalisation au 20e siècle, une ère nouvelle s’est installée : celle de la technologie numérique et de l’accélération, mais aussi de la mutation de la matérialité des objets : l’imprimé, le vinyle et la pellicule photo-cinématographique se sont mués en données numériques. Il convient donc d’interroger ce phénomène.

4Les humanistes numériques sont ensuite préoccupés par deux choses dans leurs enseignements : favoriser l’inclusion numérique et utiliser la technologie en formation. Sur le premier axe, les humanistes numériques se tournent vers la domestication de la technologie, selon un principe d’exploration des outils et de leurs potentialités ; ils interrogent également les préjugés socioculturels de la machine et/ou des algorithmes. Sur le deuxième axe, ils tirent parti des potentialités du numérique pour engager des fouilles de corpus ou des analyses collaboratives de contenus multimédias avec leurs étudiants ou leurs collègues (Bourgatte, Ferloni, Tessier - éd., 2016).

5Enfin, les humanistes numériques s’inscrivent dans une perspective précisément humaniste (Reboul, 1984). De la même manière qu’on disait encore – il y a peu – qu’il fallait « faire ses humanités », c’est-à-dire apprendre le latin et le grec, mais aussi lire des textes considérés comme majeurs, les humanistes numériques sont préoccupés par la transmission d’un socle fondamental de compétences et de connaissances pour que chacun puisse évoluer dans la société contemporaine : savoir ouvrir un site ou un blog ; trouver des ressources pertinentes en ligne ; gérer des données ; annoter des corpus ; coder ; monter un réseau, des serveurs, etc.

6Pour autant, les humanistes numériques ne préjugent pas de la plus grande importance d’une des compétences précitées sur une autre. L’apprenant doit lui-même choisir ce qu’il souhaite découvrir avec ce double objectif qui consiste, d’une part, à maîtriser au final la technique et, d’autre part, à entretenir un rapport critique vis-à-vis elle.

7L’ensemble de ces ruptures intellectuelles et de ces positions paradigmatiques est caractéristique du champ des Humanités numériques. En ce sens, un enseignant-chercheur en SIC peut très bien soit y souscrire, soit ne pas vouloir entrer dans une telle perspective éducative. SIC et Humanités numériques ne s’opposent pas : elles se superposent ou elles s’ignorent.

Top of page

Bibliography

Bourgatte, Michaël, Ferloni,Mikaël, Ferloni,, Laurent (Éd.), Quelles Humanités numériques pour l’éducation ? Paris, MkF éditions, 2016, 87 p.

Doueihi, Milad, Pour un humanisme numérique. Paris, Seuil, 2011, 192 P.

Reboul, Olivier, Le langage de l’éducation : analyse du discours pédagogique. Paris, PUF, 1984, 168 p.

Stiegler, Bernard, Réenchanter le monde : la valeur esprit contre le populisme industriel. Paris, Flammarion, 2006, 176 p.

Top of page

Notes

1 Le syntagme de Digital Studies renvoie au titre d’une revue canadienne du champ et, plus marginalement, à un projet scientifique porté par le philosophe Bernard Stiegler invitant à accompagner l’émancipation (intellectuelle) des individus grâce à la technologie. Le syntagme d’Humanités digitales est une traduction plus littérale du syntagme en langue anglo-saxonne (Digital Humanities) est repris dans leur intitulé par deux institutions du champ : à Lausanne et à Bordeaux.

Top of page

References

Electronic reference

Michaël Bourgatte, « Pour un humanisme numérique en éducation », Revue française des sciences de l’information et de la communication [Online], 10 | 2017, Online since 01 January 2017, connection on 20 November 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2652 ; DOI : 10.4000/rfsic.2652

Top of page

About the author

Michaël Bourgatte

Maître de conférences, Institut Catholique de Paris, RCS EA-7403, Sciences de l’Information et de la Communication

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page