Navigation – Plan du site
Manifeste pour un positionnement des Sciences de l’Information Communication (SIC) vis-à-vis des Digital Studies (DS) et autres mutations du numérique
Le Numérique : un nouveau milieu ?

Au fondement du digital : Interactions humaines et actions sociales

Didier Courbet, Marie-Pierre Fourquet-Courbet, Séverine Halimi-Falkowicz et Lionel Souchet

Texte intégral

1Pour montrer comment le digital modifie nombre d’interactions humaines et instaure des changements dans les cognitions, affects et actions sociales, il convient de focaliser sur deux dimensions qui, bien que fondamentales, ne figurent pas dans le manifeste « SIC et DS » : la dimension humaine et le concept d’action humaine/sociale (humain et social étant pour nous inséparables).

2À la base de tout phénomène de communication impliquant le digital et quels que soient leurs projets, économique (e-commerce, publicité), organisationnel (web collaboratif), politique, groupal (réseaux sociaux), ludique (vidéo, jeux), éducationnel, artistique ... des sujets sociaux cherchent à interagir avec d’autres sujets sociaux, au sein de relations souvent préexistantes, dont ils ont plus ou moins conscience.

3Si ces interactions peuvent être partiellement déterminées par des contextes et des forces macro- ou méso-scopiques (économiques, politiques, organisationnels…), elles le sont également et nécessairement par des contextes plus micro. En effet, chaque interactant (appelons le premier A) doté d’intentionnalité (au sens de Searle), entre dans le processus, produit et interprète des messages spécifiques au dispositif digital, en fonction notamment de la manière dont il se représente l’autre (B) et de la manière dont A pense que B se représente A (selon Sperber et Wilson). En ajoutant une dimension plus microscopique, de type psychosocial ou psychologique (interindividuelle, individuelle, groupale) au contexte théorique, la conception humaine permet une contextualisation moins « macro-centrée », plus multiscalaire et donc plus heuristique de la communication digitale. Les traces digitales sont donc des manifestations d’intentionnalité humaine visant à la fois à relier pour concrétiser des intentions communicatives (identiques à celles de toute communication humaine : collaborer, influencer, séduire,…) et informatives pour coproduire sens et actions.

4Cette interaction des esprits de sujets sociaux dotés d’intentionnalité, médiatisée par des dispositifs digitaux, est un lieu où se co-construisent selon des processus spécifiques, significations et actions. Au sein de contextes plus macroscopiques, (socio-économiques, socio-politiques…), le programme de recherches empiriques et expérimentales de cette perspective humaine montre et étudie les spécificités :

  • des traitements et processus socio-cognitifs et socio-émotionnels intra-individuels (« intrapsychiques »), interindividuels et groupaux, conscients et non conscients, en œuvre dans la co-production de significations et d’action des sujets sociaux en interaction via des dispositifs numériques. Par exemple, la publicité digitale nous influencerait en faisant plus facilement activer des traitements automatiques non conscients par rapport à la publicité télévisée.

  • Des changements psychologiques et sociaux qu’ont contribué à instaurer les processus 1. ci-dessus.

5Déterminants, processus et conséquences sont toujours étudiés en lien avec des caractéristiques individuelles (e.g. « nomophobie »), psychosociales (e.g. identité sociale devenue numérique, nouvelles représentations et normes sociales), sociales (e.g. nouvelles appartenances réticulaires dans l’organisation) ou culturelles des sujets sociaux communicants. Ainsi, ajoutons dans le manifeste des SIC que le digital est également un catalyseur d’actions, aux échelles et enjeux variables, individuels (e.g. les serious games interactifs instaurant effectivement des comportements plus sains dans le contexte de la santé) ou sociaux (e.g. hypothèse des réseaux sociaux déclencheurs de « révolutions politiques» comme les « Printemps arabes »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Courbet, Marie-Pierre Fourquet-Courbet, Séverine Halimi-Falkowicz et Lionel Souchet, « Au fondement du digital : Interactions humaines et actions sociales », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2642 ; DOI : 10.4000/rfsic.2642

Haut de page

Auteurs

Didier Courbet

Professeur, Aix-Marseille Université, Laboratoire IMSIC, Sciences de l’Information et de la Communication

Marie-Pierre Fourquet-Courbet

Professeur, Aix-Marseille Université, Laboratoire IMSIC, Sciences de l’Information et de la Communication

Séverine Halimi-Falkowicz

Maître de Conférences, Aix-Marseille Université, Laboratoires IMSIC/LPS, Sciences de l’Information et de la Communication

Lionel Souchet

Maître de Conférences, Aix-Marseille Université, Laboratoires IMSIC/LPS, Sciences de l’Information et de la Communication

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page