Navigation – Plan du site
Manifeste pour un positionnement des Sciences de l’Information Communication (SIC) vis-à-vis des Digital Studies (DS) et autres mutations du numérique
Le Numérique : un nouveau milieu ?

Le Numérique, entre modélisation conceptuelle et approche critique

Pascal Robert

Texte intégral

1Dans l’approche que je propose depuis bientôt 20 ans, les Sic visent à penser l’informatique, les Tic et le numérique dans une tension entre une véritable modélisation conceptuelle et une approche qui reste fondamentalement critique. Tension productive puisqu’elle permet de sortir de la seule posture critique, qui reste en quelque sorte en face de la technique, sans jamais s’y frotter et qu’elle permet tout aussi bien d’éviter la seule modélisation technique de la technique.

2Penser en termes de modélisation conceptuelle permet de penser dans une perspective qui, comme le font les sciences dures, revendique une aptitude à modéliser, mais sans s’inféoder pour autant à une démarche qui se voudrait a priori quantitative : cette modélisation appréhende des systèmes de propriétés eux-mêmes exprimés en termes conceptuels, donc sans être attachés à une technique en particulier ; systèmes de propriétés qui conditionnent sans déterminer pour autant le mode de fonctionnement social de la technique. La démarche a pour objectif de proposer un/des systèmes de catégories autonomes de la technique qui permettent de dire non pas une technique, mais la déclinaison des différents équipements techniques d’un même concept : on peut ainsi parler par exemple des informatiques comme automatique de l’information incarnée dans différentes machines aux principes techniques divers mais qui toutes, à leur manière, remplissent la fonction d’automatisation du traitement et de la mémorisation de l’information, de la mécanographie à l’ordinateur (Une théorie sociétale des TIC, Hermès, 2009).

3Cela dit, cette approche modélisatrice, dès lors qu’elle s’inscrit en sciences sociales, doit être en quelque sorte compensée par une approche critique qui réintroduit les questions politiques et idéologiques. Les Tic, en effet, ne sont en rien neutres pour notre société : elles produisent d’importants effets et soulèvent de considérables enjeux politiques que les concepts d’impensé (qui renvoie à la faiblesse de nos cadres d’intelligibilité des Tic), de glissement de la prérogative politique (qui cerne le mouvement de glissement de l’exercice de fonctions politiques aux mains du privé) ou de « gestionnarisation » (qui permet de comprendre comment les logiciels et procédures en viennent à reconfigurer nos activités) permettent de discerner, de caractériser, d’analyser et de critiquer (RFSIC 2014).

4Bien évidemment il est tout à fait possible de réinjecter la logique critique dans une approche qui privilégie la modélisation : Mnémotechnologies propose ainsi une théorie générale des technologies intellectuelles (Hermès 2010) sans pour autant oublier de souligner leurs enjeux de pouvoir. Il est tout aussi pertinent de réinjecter de la modélisation conceptuelle dans une approche à dominante critique : c’est ce que je fais avec l’Impensé numérique (EAC 2016). Enfin, on peut essayer de tresser les deux ensemble, ce que je fais aussi bien dans La logique politique des TIC (PUB, 2005) que dans Polyptyque (pour une anthropologie communicationnelle des images) (Hermann 2015).

5Dans un dialogue avec les Digital Studies, celles-ci devraient pouvoir se retrouver dans les propositions de modélisation conceptuelle (qu’elles pratiquent déjà à leur manière) et peut-être trouver du grain à moudre dans l’approche critique, qu’elles pratiquent peut-être moins volontiers.

Robert, Pascal, « Les logiques politiques des TIC, les TIC, entre impensé, glissement de la prérogative politique et gestionnarisation », RFSIC n° 5, 2014, http://rfsic.revues.org/​1046.

Haut de page

Bibliographie

Robert, Pascal, La logique politique des technologies de l’information, critique de la logistique du « glissement de la prérogative politique », collection Labyrinthes, Presses universitaires de Bordeaux, Bordeaux, 2005.

Robert, Pascal, Une théorie sociétale des TIC, Paris, Hermès, 2009.

Robert, Pascal, Mnémotechnologies, pour une théorie générale critique des technologies intellectuelles, Editions Hermès, Paris, 2010.

Robert, Pascal , L’impensé informatique, critique du mode d’existence idéologique des TIC, volume 1, les années 70-80, éditions des archives contemporaines, Paris, 2012.

Robert, Pascal, Polyptyque, pour une anthropologie communicationnelle des images, Hermann, collection cultures numériques, 2015.

Robert, Pascal, L’impensé numérique, tome 1 : des années 80 aux réseaux sociaux, Editions des archives contemporaines, Paris, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Robert, « Le Numérique, entre modélisation conceptuelle et approche critique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2641 ; DOI : 10.4000/rfsic.2641

Haut de page

Auteur

Pascal Robert

Professeur, Elico EA 4147, Enssib, Sciences de l’information et de la communication

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page