Skip to navigation – Site map
Manifeste pour un positionnement des Sciences de l’Information Communication (SIC) vis-à-vis des Digital Studies (DS) et autres mutations du numérique
Le Numérique : un nouveau milieu ?

Des singularités et des hommes

Bruno Girard

Full text

Des singularités et des hommes

1Entre l’humanisation du digital (robotique) et la digitalisation de l’homme (Big data) que reste-t-il de nos singularités particulières ?

2La question des singularités est ce que visent les dispositifs de surveillance (cybersurveillance, vidéosurveillance intelligente) et les applications marketing des Big data mais aussi ce que perdent tous ces dispositifs en voulant nous digitaliser.

3En effet, la donnée est une valeur discrète qui est censée représenter une forme continue, elle impose donc l’échantillonnage (statistique, ou l’échantillonnage sonore par exemple), ou la catégorisation, elle ne peut dès lors approcher la forme modélisée par les données que d’une manière incomplète.

4Lorsque les Gafa croient enregistrer nos comportements de manières exhaustives à travers nos actes connectés, ils ne font que mémoriser la partie digitale de notre vie, ignorant tout de ce que nous faisons lorsque nous ne sommes pas en ligne. Il est vrai que cet espace libre, qui est celui de la vie, se réduit constamment avec les objets connectés qui ne manqueront pas d’interagir avec nos activités.

5Double approximation. Si bien que la digitalisation de l’homme n’apporte qu’une dimension très parcellaire de nous-mêmes. Nous le constatons, chaque fois que nous nous rendons sur Amazon. La personne qu’ils connaissent est une entité bien différente de nous-mêmes, entrevue à travers la lorgnette du Net.

6C’est qu’en réalité, ces dispositifs numériques ne peuvent atteindre notre singularité. Ils sont face à un paradoxe qui n’est pas sans rapport avec ce qui opposa les nominalistes et les réalistes au moyen âge (Alain de Libéra). Par définition, la singularité est hors de portée (Clément Rosset) de tout processus représentatif. Ces dispositifs ne peuvent approcher tout à fait ce qui fait la singularité même d’une chose qui se tient dans le monde vécu et non le monde représenté.

7Ce que ces dispositifs cherchent, ils ne peuvent l’obtenir ontologiquement parlant. La singularité qu’il manipule est une singularité seulement dans le monde qu’ils ont modélisé. Entre ces deux singularités s’ouvre un abîme plus profond qu’on croit.

8D’un autre côté, l’intelligence artificielle nous confronte chaque jour de manière de plus en plus confondante avec un double de nous-mêmes qui imite nos expressions tout en dépassant nos capacités.

9Reste que cette imitation extérieure factice et sur-jouée procède de la même confusion. On identifie immédiatement la différence. Comment des processus informatiques, fussent-ils neuronaux (réseaux de neurones), produits en série, et procédant à partir des données, pourront-ils atteindre la singularité même  ? Il n’est pas encore arrivé le temps (nous en sommes à la troisième vague d’IA) où devant de tels robots nous aurons l’impression que nous sommes en face d’une forme vivante non digitalisée. Le cinéma foisonne d’exemples de cette situation. Or, pour donner à la machine son «  air de machine », les cinéastes jouent sur l’absence d’expression et leur inhumanité. Mais cette différence n’est pas seulement extérieure, elle est ontologique entre les mécanismes de la vie et celui des données qui n’en sont finalement qu’une expression approximative.

Top of page

Bibliography

Galinon-Mélenec, Béatrice, Zlitni, Sami, « L’Homme trace, producteur de traces numériques », Traces numériques de la production à l’interprétation, CNRS Édition, 2013, p. 7-19.

Girard, Bruno, « l’image donnée », Design et projet, Communication et organisation, N° 46, Bordeaux, 2014, p. 185-195

De Libéra, Alain, La Querelle des universaux, Paris, Seuil, 1996

Mattelart, Armand, Vitalis, André ,Le profilage des populations, La Découverte, 2014

Rosset, Clément, L’Objet singulier, Paris, Éditions de Minuit, 1979

Sadin, Eric La vie algorithmique : Critique de la raison numérique, L’échappée, février 2015

Philippe Davadie, Olivier Kempf et Bruno Teboul, La donnée n’est pas donnée : stratégie et big data, La Grange Bluffy ,KAWA, 2016

Stiegler, Bernard La Société automatique, Paris, Fayard, 2015.

Wolton, Dominique, L’Autre n’est pas une donnée. Altérités, corps et artefacts, Paris, Hermès 68, 2014.

Top of page

References

Electronic reference

Bruno Girard, « Des singularités et des hommes », Revue française des sciences de l’information et de la communication [Online], 10 | 2017, Online since 01 January 2017, connection on 24 March 2017. URL : http://rfsic.revues.org/2637 ; DOI : 10.4000/rfsic.2637

Top of page

About the author

Bruno Girard

PRCE – Docteur – Qualifié, I3M, Université Nice Sophia-Antipolis, Sciences de l’information et de la communication

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page